Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97/2ArticlesMobilisations autour des bidonvil...

Articles

Mobilisations autour des bidonvilles et des campements de rue de personnes immigrées à Paris et en proche périphérie : les effets des différentes spatialisations entre 2014 et 2021

Mobilizations around slums and street camps of immigrants in Paris and the inner suburbs : the effects of different spatializations between 2014 and 2021
Annaelle Piva, Camille Gardesse et Evangeline Masson Diez

Résumés

A partir d’une analyse cartographique des « campements d’immigrés extra-européens » et des « bidonvilles d’immigrés européens » entre 2015 et 2020 à Paris, cet article s’intéresse à la manière dont les géographies des campements et des bidonvilles influencent les mobilisations des personnes qui s’impliquent en soutien à leurs habitants. Nourrie avec trois terrains de recherche, l’analyse des localisations des bidonvilles et des campements montre une dynamique spatiale commune aux deux formes d’habitats précaires dans Paris intra-muros et sa proche périphérie. Cette géographie dévoile tant une relégation spatiale aux marges de la capitale qu’un morcellement des lieux de vie du fait d’une importante répression policière et urbanistique. Ces spatialités ont des effets concrets sur les mobilisations de soutien autour de ces habitats précaires, qui se reconfigurent et qui recourent à différentes modalités d’actions pour soutenir les habitants en fonction de leurs situations juridico-administratives spécifiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1De nombreuses personnes immigrées connaissent des conditions résidentielles difficiles en France (Blanc-Chaleard, 2006 ; Levy-Vroelant, 2004) et certaines, en situation de grande précarité socio-économique, sont contraintes de s’installer dans les espaces publics. Elles prennent place dans des habitats précaires aux formes rudimentaires et sans existence juridique (Legros, 2010).

  • 1 Si les Roumains et les Bulgares, comme tous les ressortissants européens, ont la liberté de circule (...)
  • 2 Ces ressortissants appartiennent majoritairement à des nationalités aux diasporas récentes, peu imp (...)

2Dans cet article, deux types d’habitat dans les rues de Paris et de sa proche périphérie nous intéressent : les premiers, que nous appelons « bidonvilles d’immigrés européens », abritent des ressortissants de pays est-européen, le plus souvent de Roumanie, de Bulgarie et plus rarement d’ex-Yougoslavie1 (Bergeon, 2016 ; 2010 ; Nedelcu et Ciobanu, 2016). Les seconds, que nous nommons « campements d’immigrés extra-européens », sont habités principalement par des ressortissants d’Afghanistan, du Soudan, de Somalie et d’Erythrée, ainsi que, de façon plus minoritaire, du Tchad, du Cameroun, du Sénégal, de Côte-d’Ivoire ou encore d’Irak (FAS, 2021)2. Dans les deux cas, il s’agit d’habitats précaires où vivent des personnes immigrées ; ils sont cependant rarement analysés conjointement. Les habitants des campements et des bidonvilles sont des personnes caractérisées par des parcours migratoires relativement récents, c’est pourquoi nous privilégions le terme d’« immigrés » pour les désigner.

3Autour de ces habitats précaires, en soutien à leurs habitants, des mobilisations s’organisent (Hombert, 2021 ; Gardesse, Masson-Diez, 2022). Cet article s’intéresse à la manière dont les géographies des campements et des bidonvilles parisiens influencent ces dynamiques de mobilisation. Ces interventions sont celles d’acteurs institutionnels, associations délégataires de l’action publique, ainsi que d’acteurs privés, allant d’associations aux personnes qui s’engagent individuellement, notamment via des collectifs citoyens. Nous faisons débuter notre approche géographique en 2015, date qui correspond à l’installation de grands campements d’immigrés extra-européens dans les rues de la capitale, dans un contexte de crise de l’accueil (Lendaro et al., 2019). Si des publications récentes (Gardesse et al., 2022) ont mis en exergue les logiques d’action publique qui conduisent à la périphérisation de ces campements, nous proposons de croiser cette géographie avec celle des bidonvilles d’immigrés européens à Paris intra-muros et dans la banlieue Nord-Est, pour réfléchir spécifiquement aux pratiques de mobilisations liées à ces habitats précaires. Cette approche nous permet de saisir les similitudes, les différences et l’évolution des mobilisations autour de ces deux types d’habitat.

4Les analyses présentées sont issues de trois terrains réalisés à Paris intra-muros et en bordure de périphérique : l’enquête d’Evangeline Masson Diez dans les bidonvilles occupés par des familles européennes entre 2010 et 2015, menée en tant que salariée associative et croisant participation observante de maraudes, de réunions d’équipes et entretiens d’accompagnement sociale de familles ; celle de Camille Gardesse dans et autour des campements de d’immigrés extra-européens entre 2015 et 2017 (23 entretiens avec personnes mobilisées ; séances d’observation dans les campements de rue et lors d’évacuation), puis en 2021 et 2022 (15 entretiens avec des personnes mobilisées ; 19 entretiens avec des personnes immigrées ; 4 mois d’observation participante au sein d’une structure d’accueil et de soins) ; celle d’Annaelle Piva dans les campements parisiens et les lieux de sociabilité des immigrés, avec des observations participantes dans les lieux de vie et durant des mobilisations dans les campements, les rues et les squats parisiens et de proche banlieue entre novembre 2018 et mars 2021 (suivi et accompagnement de dix immigrés durant plusieurs mois ; conversations avec les habitants des campements et les bénévoles mobilisés ; 15 entretiens formels avec des personnes mobilisées (voisins, salariés associatifs) ; 12 entretiens formels avec des immigrés).

  • 3 Nous remercions chaleureusement Manon Despaux pour son traitement patient des données, sa mise en (...)

5Notre démarche est articulée à un travail cartographique3 spatialisant entre 2015 et 2020 les habitats précaires étudiés, puis certains types de campements en 2021. Pour le réaliser, nous avons utilisé plusieurs sources : des recensements réalisés par nous-mêmes ou des associations ; des éléments de suivis chiffrés récupérés auprès de citoyens maraudeurs, de l’Unité d’Assistance aux Sans-Abris (UASA) et de la Délégation Interministérielle à l’Hébergement et à l’Accès au Logement (DIHAL). Or, ces bases de données ne sont pas construites avec les mêmes indicateurs ou les mêmes méthodologies et ne concernent pas toutes précisément les mêmes périmètres. Jusqu’en 2016, il n’existe quasiment aucun recensement officiel systématique des bidonvilles d’immigrés européens en France. Depuis 2015, les campements d’immigrés extra-européens font l’objet de recensements parcellaires, notamment via le décompte des personnes accédant à un hébergement suite à leurs évacuations. Des relevés du nombre de tentes sur les campements sont réalisés par certaines associations, et des études récentes permettent de quantifier ponctuellement le phénomène (CEDRE et al., 2020 ; FAS, 2021), mais ces données ne sont pas toujours accessibles ni complètes. Il est de ce fait difficile d’avoir des chiffres précis et rigoureusement comparables, tout comme il nous est impossible d’être exhaustives dans les recensements des formes d’habitats étudiés. Nous avons donc travaillé à partir de données fragmentées, produites par différents acteurs et qui ne se recoupent pas nécessairement. Elles nous ont tout de même permis de mettre en évidence des tendances géographiques très claires.

6L’analyse des localisations des bidonvilles et des campements montre une géographie et une dynamique spatiale communes aux deux formes d’habitats précaires entre 2015 et 2020, dans Paris intra-muros et sa proche périphérie, que nous nous attacherons à révéler dans une première partie. Cette géographie dévoile une relégation aux marges de la capitale des lieux de survie de populations considérées comme indésirables par les pouvoirs publics (Froment-Meurice 2016 ; Guenebeaud, 2017 ; Agier, 2022). Ces spatialisations ont des effets concrets sur les mobilisations de soutien autour de ces habitats précaires, que nous analyserons dans un deuxième temps. Enfin, nous verrons dans une troisième partie comment campements et bidonvilles peuvent aussi devenir des supports de mobilisation en étant intégrés aux répertoires d’actions.

Une géographie croisée des campements urbains et des bidonvilles à Paris : périphérisation et morcellement des formes d’habitats précaires

Des différences de statuts administratifs et de formes d’habitat

  • 4 Le dernier grand bidonville parisien de familles immigrées européennes composé de plus de 200 caban (...)

7Les familles immigrées européennes vivant en bidonville sont souvent perçues - de manière caricaturale - comme issues de la « minorité rom » et largement vues comme faisant partie d’un problème à « cacher, invisibiliser ou déplacer » (Canut et Hobé, 2011 ; Cousin, Legros, 2014). Leur migration est motivée par des raisons économiques et des pratiques d'exclusion sociale dans leur pays du fait de leur assignation à un groupe ethnique rom (Bergeon, 2016 ; Reyniers, 2016 ; Boisse et al., 2014) alors même que certaines de ces familles ne s’identifient pas à cette minorité. Les habitants des bidonvilles sont le plus souvent des couples accompagnés de leurs enfants et de leurs aînés. À Paris, les bidonvilles regroupent généralement quelques dizaines de personnes4 et la « baraque », pour reprendre les termes des occupants, en est l’habitat le plus emblématique. Il s’agit d’une large pièce, construite avec des palettes, des planches récupérées, des affiches publicitaires et des matériaux glanés sur des chantiers. Plus le bidonville se maintient, plus l’intérieur des habitations est agrandi, isolé et décoré. Sur ces terrains occupés, ni raccordement à l’eau, ni ramassage d'ordures ; des batteries de voiture ou des générateurs électriques assurent un raccordement sommaire à certaines habitations.

8Il n’existe pas de dispositif national spécifique visant à héberger ces immigrés européens qui vivent en bidonville. Ils peuvent prétendre aux dispositifs de droit commun et des initiatives locales se déploient selon les territoires (Halfen, 2012 ; Legros, 2010 ; Bourgois, 2019, 2020).

9Mais les habitants des bidonvilles sont soumis à une forte instabilité spatiale en raison des démantèlements successifs, et préfèrent souvent refuser des prises en charges éloignées de leurs lieux de sociabilité ou d’activité, de courte durée et ne correspondant pas à leurs besoins. Le cas de la famille d’Adam et Luccia, parents de quatre enfants, illustre bien ce point :

Originaires de Roumanie, ils vivent en 2011 dans un bidonville Porte d’Aubervilliers. Très vite, Adam et Luccia s’ancrent dans le 19e arrondissement de Paris en obtenant une domiciliation administrative, en y scolarisant leurs enfants et en faisant suivre leur fille aînée, diabétique, à l'hôpital Robert Debré. Luccia pratique la mendicité par intermittence et Adam biffe et trie les métaux qu’il vend à des grossistes vers Aubervilliers. En 2012, après l’expulsion du bidonville Porte d’Aubervilliers et après avoir refusé une prise en charge hôtelière de courte durée vers Evry, la famille habite dans un bidonville Porte des Lilas. Adam déclare appréhender le départ en grande banlieue et craint de ne pouvoir maintenir son activité professionnelle. Après un séjour en Roumanie pour l’été, la famille revient à l’automne et s’installe dans un petit bidonville Porte de la Villette. A l’expulsion de celui-ci fin 2012, la famille intègre un squat de l’autre côté du périphérique afin de maintenir leur suivi médical et la scolarisation des enfants. Après une mobilité en Roumanie en 2013, Adam et Luccia s’installent à nouveau dans un bidonville Porte de la Chapelle en 2015.

10A la différence des bidonvilles, les campements d'immigrés extra-européens peuvent regrouper un grand nombre d'occupants, de plusieurs centaines à quelques milliers (3 ou 4000 pour les plus grands). Dans ces campements, la tente est la forme principale et caractéristique d’habitat. Initialement posée sur des cartons, la tente est parfois arrimée à des palettes, des matelas peuvent être encastrés à l’intérieur, des couvertures de survie ou des bâches tendues au-dessus afin d’en améliorer l’étanchéité. On voit du petit mobilier créer des espaces communs autour de feux de camp qui brûlent entre les tentes. Des points d’eau, des toilettes et des bacs à poubelles sont parfois installés par les pouvoirs publics, la plupart du temps sous la pression d’associations (Gardesse, Piva, Runet, 2022). Les habitants sont majoritairement des hommes adultes, dont plus de la moitié a entre 24 et 29 ans en 2015 et 2016 (Eberhard et al., 2018).

11La pérennité de ces campements durant plusieurs mois entre 2015 et 2020 résulte d’un processus de résistance spatiale. En effet, des patrouilles policières dispersent quotidiennement les immigrés extra-européens qui campent dans l’espace public. Faute d’autres solutions, ces derniers se réinstallent souvent à proximité dans les heures qui suivent et, du fait des arrivées journalières et des remises à la rue de celles et ceux qui ont eu ponctuellement accès à de l’hébergement institutionnel, certains emplacements voient leur nombre d’habitants augmenter. Lorsqu’ils atteignent une centaine de personnes, une patrouille ne peut plus mettre rapidement en œuvre leur dispersion et le campement se stabilise spatialement, avant d’être évacué via un autre dispositif plus formel impliquant également la police.

  • 5 Cela inclut toutes les personnes qui n’ont plus droit à leurs Conditions Matérielles d’Accueil (CMA (...)

12Les campements ont, de manière générale, des temporalités plus courtes que les bidonvilles. Entre 2018 et 2020, les plus imposants (entre 500 et 4 000 habitants) durent en moyenne trois à quatre mois : des évacuations avec des propositions de mise à l’abri – souvent très temporaires – sont organisées par les pouvoirs publics (Gardesse, Piva, Runet, 2022) et permettent des évaluations sociales et une entrée dans le Dispositif National d'Accueil (DNA) pour la plupart de leurs habitants. Néanmoins, il arrive que le dispositif d’évacuation soit sous-dimensionné et que certains soient laissés à la rue. Certaines personnes refusent la mise à l’abri, le temps d’un transit, pour éviter les dispositifs institutionnels d’hébergement suite à une expérience négative, parce qu’ils savent que leur situation administrative va entraîner leur remise à la rue à court terme et qu’ils ne souhaitent pas perdre leur matériel5, ou encore parce que les structures sont trop éloignées de leurs habitudes et réseaux de solidarité. En effet, les politiques de dispersion géographique provoquent souvent un isolement en dehors de Paris et de l’Ile-de-France et, in fine, une perte des ressources sociales et urbaines qui permettent souvent une forme de débrouille et d’autonomie (Gardesse, Lelévrier 2021). La trajectoire d’Ahmed, un Tchadien de 26 ans, illustre les expériences d’accumulated homelessness, alternant entre prise en charge, rue, squats et campements, vécues par de nombreux immigrés extra-européens (Belloni et Massa, 2022).

Il arrive en France en 2016, à Dijon où il vit en squat pendant un an. En octobre 2017, il dépose sa demande d'asile à Paris et s'installe dans un campement de rue à Stalingrad. Il est rapidement évacué et placé dans un hôtel à proximité de l’aéroport Charles de Gaulle dans lequel il reste sept mois. Puis il est transféré dans la commune de Guéret, dans la Creuse, à une heure de Limoges, pendant 3 ans. En septembre 2019, il reçoit un refus de la Cour Nationale du Droit d’Asile et sa prise en charge en tant que demandeur d’asile prend fin. Tandis qu’il fait appel de cette décision, il revient à Paris. A l’été 2019, il est installé dans un campement sous un pont sur le quai de la Gironde à Paris, dans le nord du 19e arrondissement.

Cartographie des dynamiques de relégation spatiale des habitats précaires en dehors de Paris - 2015-2020

  • 6 Du fait d’une absence de données pour les bidonvilles à Paris en 2015, nous avons fait le choix de (...)

13Les géographies des campements d’immigrés extra-européens et des bidonvilles d’immigrés européens, dressées pour trois périodes (en 2014-20156, en 2018 et en 2020), sont à la fois distinctes, car les deux types d’habitat précaire ne se situent pas précisément aux mêmes endroits, et convergentes, puisque leurs évolutions les amènent à se retrouver dans les mêmes types d’espaces urbains en périphérie de Paris, voire dans des quartiers communs.

Carte 1 : Périphérisation et marginalisation sociale des bidonvilles et des campements à Paris et sa proche banlieue

Carte 1 : Périphérisation et marginalisation sociale des bidonvilles et des campements à Paris et sa proche banlieue

Sources : Secours Catholique, 2014, 2018, 2020 ; UASA 2015, 2018, 2020 ; DIHAL, 2018, 2020

Réalisation : Manon Despaux, 2022

2014-2015 : des espaces différenciés entre campements et bidonvilles

14En 2015, des centaines d'immigrés extra-européens, fuyant les conflits en Afrique de l'Est et au Proche-Orient, se retrouvent sans ressources et contraints de dormir dans les rues de Paris, autour des gares du Nord et de l’Est et, dans une moindre mesure, des gares de Lyon et d’Austerlitz. Les quartiers des gares sont traditionnellement des points d’entrée dans la ville et permettent d’établir un ancrage à partir duquel accéder à des ressources associatives et administratives ainsi qu’à des opportunités économiques. Cette concentration s'explique aussi par la présence dans le 18e arrondissement des principaux guichets administratifs permettant d’entamer une demande d’asile à Paris (Gardesse et al., 2022 ; Agier et Le Courant, 2022). Par ailleurs, l’Est du 18e et l’Ouest du 19e arrondissements forment depuis longtemps une “centralité migrante” (Toubon et Messamah, 1990) et un espace de sociabilité pour les populations nouvellement arrivées. Enfin, au cœur du 19e, un lycée désaffecté est occupé par des immigrés et leurs soutiens entre août et octobre 2015 (Coutant, 2018). Cette logique de concentration des campements dans le cœur du 18e et du 19e arrondissement, et leur présence dans Paris à proximité des gares se distinguent des localisations des bidonvilles à cette étape. En effet, depuis le démantèlement en 2006 d’un très grand bidonville (plus de 200 personnes) installé le long du boulevard Macdonald au Nord du 18e arrondissement, des installations répétées de familles s’observent plutôt à proximité des portes : Porte d’Aubervilliers (jusqu’en 2014), à la Porte des Poissonniers plus à l’Ouest et à l’Est aux abords du canal Saint Denis. Le bidonville de la Porte des Poissonniers, quant à lui, se reforme régulièrement depuis 2013 après chaque évacuation, et ce jusqu’en 2021 (dernière date de relevé du lieu à ce jour).

15Outre cette distinction spatiale centre-périphérie entre les campements et les bidonvilles, l’ampleur des regroupements est aussi un élément distinctif. Depuis 2014, hormis des tentatives d’installation au niveau de la Porte des Poissonniers, les installations en habitat précaire d’immigrés européens sont plus petites. Il s’agit le plus souvent de deux ou trois baraques abritant 5 à 20 personnes, aux marges des 18e et 19e arrondissements et dans une moindre mesure aux Portes des 13e et 20e arrondissements.

2018 : des convergences spatiales entre campements et bidonvilles au niveau du périphérique Nord-Est parisien

16Le Centre de Premier Accueil, ouvert par la mairie de Paris à l’automne 2016 à Porte de la Chapelle, est un facteur d’attraction des immigrés extra-européens en recherche de prise en charge vers la périphérie de Paris, alors que parallèlement le harcèlement des forces de l’ordre et l’urbanisme dissuasif les font déguerpir des localisations plus centrales (Gardesse et al., 2022 ; Piva 2021 ; Agier, Le Courant 2022). Ce centre, ouvert jusqu’en mars 2018, s’est révélé quotidiennement saturé et les files d’attente sont elles-mêmes devenues des campements boulevard Ney, Porte des Poissonniers et Porte de la Chapelle. On observe alors en 2018 une première convergence des localisations entre un bidonville d’immigrés européens de la Porte de la Chapelle et les bidonvilles d’immigrés extra-européens, toujours localisés au niveau de la petite ceinture de l’Est parisien et notamment autour de la proche Porte des Poissonniers.

17Si les emplacements des bidonvilles d'immigrés européens sont localisés au niveau du périphérique, au Nord-Est et au Sud-Est principalement, les bénévoles du Secours Catholique de Paris constatent, à partir de 2016, que les bidonvilles sont de plus en plus discrets et petits car leurs occupants ont été « chassés ou hébergés ». La majorité des familles suivies par ces bénévoles se déplacent en banlieue, dans les interstices urbains, et favorisent de plus petites installations discrètes.

2020 : les campements repoussés hors de Paris, plus près des bidonvilles de Saint-Denis

  • 7 Voir la thèse d’Annaelle Piva, à paraître, pour le relevé des publications twitter de la préfecture (...)

18En 2020, les campements d’immigrés extra-européens les plus importants ont franchi le périphérique parisien. Dès l’automne 2019, les travaux d’un grand projet de campus et de l'Aréna des Jeux Olympiques 2024 à Porte de la Chapelle entraînent des évacuations systématiques mises en œuvre par le préfet de police Didier Lallement qui lance une “reconquête de l’espace public” dans le secteur de la Porte de la Chapelle7 et y accroît considérablement la présence policière.

  • 8 Bien que ce ne soit pas l’enjeu de cet article, nous pouvons noter qu’une certaine connexité existe (...)

19Les campements de plusieurs centaines d’habitants se déplacent au Nord-Est le long du Canal Saint-Denis et s’éloignent de Paris. Les immigrés extra-européens sont contraints d’investir les interstices de l’autoroute du Nord à l’interface entre La Plaine Saint-Denis et le centre-ville de Saint-Denis à proximité du Stade de France à l’été 2020. Ce campement de la porte de Paris à Saint-Denis est mitoyen d’un bidonville d'immigrés européens8. A cette étape, de petits campements comme celui de la Porte de Lilas se forment au niveau du périphérique et sont rapidement évacués ou dispersés.

20Le croisement des géographies des campements et des bidonvilles en 2014-2015, 2018 et 2020 nous montre la périphérisation spatiale des premiers, dont les localisations convergent progressivement avec celles des seconds en dehors de Paris. Cette dynamique spatiale est coproduite – entre autres – par deux éléments : tout d’abord, l’instabilité géographique due au processus d’évacuation des campements (70 évacuations de grande ampleur entre juin 2015 et décembre 2021) qui entraînent des périodes d’éparpillement et de harcèlement policier. Les pratiques de dispersion reportent l’établissement des habitats précaires vers les marges urbaines, dans les interstices où ils sont tolérés par les pouvoirs publics à condition qu’ils demeurent invisibles. Ensuite, la disponibilité du foncier détermine les possibilités d’installation des habitats précaires. En effet, les aménagements urbains déployés le long de la petite ceinture parisienne, notamment via des appels à projets de la mairie de Paris, les limitent de plus en plus et participent à nucléariser les lieux d’habitats.

Les effets des spatialités des habitats précaires sur les mobilisations qui s’y déploient

La dimension spatiale des mobilisations : les enjeux de la proximité

21Dans les bidonvilles et dans les campements, des mobilisations émergent en soutien aux immigrés qui les habitent : elles ne regroupent pas tout à fait les mêmes profils de personnes et si un certain nombre d’actions menées dans les deux espaces sont similaires, certaines diffèrent notablement.

22Les mobilisations de 2015 dans les campements d’immigrés extra-européens reposent d’abord sur des individus qui apportent de l’aide matérielle, sous la forme de tentes et de matelas, de nourriture, mais aussi d’hébergements. D’autres actions de soutien concernent plus spécifiquement leur condition d’immigrés, comme l’accompagnement administratif ou juridique. Des personnes mobilisées vont progressivement se structurer en collectifs ou en associations. En parallèle, de façon moins visible au départ, des associations caritatives et ONGs plus anciennes et structurées développent une intervention dans les campements, comme Médecins du Monde dès 2015 ou Utopia 56 dès 2016. Mais, initialement, dans les premiers grands campements de rue parisiens, les associations d’aide aux personnes précaires (comme les Enfants du Canal, Aurore ou Aux captifs la libération), n'étant pas spécialistes des questions de droit d’asile, se sentent moins légitimes. Réciproquement, les associations historiques d’aide aux immigrés (la Cimade ou encore le Gisti) sont peu formées à intervenir directement dans l’espace public autour d’habitats précaires.

23La mobilisation d'individus non-institutionnels, qui se qualifient très largement de “soutiens”, peut se comprendre à l’aune de plusieurs ressorts. L’une d’elle rejoint les enjeux géographiques : il s’agit de la proximité spatiale de ces habitats précaires, en particulier en 2015 et 2016 lorsqu’ils émergent de manière très visible dans l’Est parisien (Hombert 2021 ; Masson Diez 2018) avec leurs lieux de résidence. En effet, de nombreux soutiens expliquent leurs premiers pas dans cet engagement par le fait d’avoir été confrontés physiquement avec des situations d’extrême précarité dont ils avaient, pour la plupart, entendu parler dans les médias et sur les réseaux sociaux :

« Ben moi avant 2016 je connaissais pas, pour moi la question de la migration, j’étais pas du tout sensibilisé, (...) alors j’ai fait comme tous les citoyens : tu découvres que tu as un truc en bas de chez toi, tu vas voir ce qui se passe, tu essayes de comprendre. » (P., homme, Saint-Denis, la cinquantaine, directeur de la communication d’une municipalité de Seine-Saint-Denis, mobilisé sur le campement de l’avenue du Président Wilson à Saint-Denis, propos recueillis en juillet 2019).

24Cette proximité immédiate, dans un espace familier, provoque une émotion qualifiée de “choc moral” (Jasper, 1998), fréquemment observée comme un élément déclencheur de militantisme. La proximité spatiale des campements avec les quartiers d’habitation intègre les mobilisations dans des temporalités quotidiennes des soutiens. Par ailleurs, la proximité favorise le développement de sociabilités de voisinage ou de quartier autour des campements.

25Ainsi, si le campement est un lieu de grande précarité qui peut provoquer des appréhensions, les relations de solidarité qui s’y nouent - entre les immigrés habitants le campement et entre ces habitants et les soutiens - créent des attachements forts et en font également un lieu d’ancrage spatial et affectif. L’énergie et le plaisir à faire communauté autour des campements incitent les soutiens à se réapproprier l’espace urbain, lors des distributions quotidiennes, mais aussi en organisant des activités ensemble comme des séances de cinéma en plein air ou encore des repas pour différentes fêtes (l’Aïd, Noël, Nouvel an) :

« C’était un peu la fête des voisins, la kermesse de quartier. Oui, il y avait les mômes, (...) ils avaient de quoi manger » (S., femme habitant à St-Ouen, 40 ans, concernant des distributions dans le campement de la Porte de Poissonniers en 2017-2018 - propos recueillis en juillet 2019)

26Autour des familles immigrées européennes vivant dans des bidonvilles, les aides spontanées venant d’individus seuls sont moins nombreuses, même si elles existent. Ce sont plutôt des organisations institutionnelles et des associations qui interviennent, parfois sollicitées par ces mêmes individus isolés. On peut alors distinguer les associations mandatées ou conventionnées par la Ville comme Trajectoires ou Emmaüs Coup de Main, des associations de plaidoyer qui portent les revendications des familles et les préoccupations d’accès aux droits tels que Romeurope ou Amnesty International, des « associations caritatives (...) issues du champ social et qui interviennent directement » dans les lieux de vie, tels le Secours Catholique ou Acina ; les « structures (...) spécialisées dans la lutte contre le mal-logement » et dans l’accès aux soins comme Médecins du Monde (Masson Diez, 2015). Mais il y a également des interventions de collectifs locaux d’habitants du bidonville ou de militants de réseau d’entraide, de collectifs d’artistes, et, ponctuellement, de personnes indépendantes ou non-affiliées à un mouvement collectif.

27Ces actions, qu’elles émanent d’associations, de collectifs ou de quelques voisins indépendants, prennent plusieurs formes : accompagnement administratif et soutien à l’accès aux droits pour obtenir une domiciliation ou une aide médicale d’Etat, suivi médical et accès à la santé et aux soins, inscription scolaire et soutien à la scolarité et à la formation, défense juridique en cas de procédure d'expulsion, ou encore plaidoyer pour une amélioration des conditions de vie (accès à l’eau, installation de bennes à ordure ou de toilettes…). En revanche, les pratiques de distribution alimentaire ou de biens matériels sont quasi inexistantes et, lorsqu’elles ont lieu, sont limitées à l’activité de quelques individus qui agissent en leur nom propre, le plus souvent auprès d’une famille, ou lors de temporalités très précises (après une naissance, lors des confinements de 2020, au lendemain d’une expulsion…).

28En somme, la proximité spatiale caractérise particulièrement les primo-engagements autour des campements en 2015-2016 à travers des actions d’aide qui se structurent et se diversifient peu à peu, là où les actions solidaires auprès des bidonvilles sont principalement organisées à travers des associations ou collectifs déjà structurés et centrés sur l’accompagnement socio-sanitaire des habitants, la défense de leurs droits à partir de l’objet bidonville, c’est-à-dire autour des procédures d’expulsion ou de l’amélioration des conditions de vie.

Ce que la marginalisation spatiale et sociale des habitats précaires fait aux mobilisations

29La périphérisation et la marginalisation sociale des campements ont des conséquences sur les mobilisations de soutiens. Comme l’exprime avec embarras un membre de l’Unité d’Assistance aux Sans-Abris (UASA) de la ville de Paris en juin 2019 :

« Pour moi c'était beaucoup plus simple et beaucoup plus sain et digne d'intervenir sur les campements de la rue Pajol que sur le talus du périphérique à Porte d'Aubervilliers où c'est vraiment la misère humaine. (...) Après août 2017 la présence policière a fait que les campements reculent petit à petit. Et du coup les dynamiques [de mobilisations] ont changé aussi. Les citoyens sont moins impliqués, il y a beaucoup moins de collectifs ».

30A partir de 2018, la “crise migratoire” n’est plus un sujet médiatique de premier plan et les campements sont repoussés dans les interstices du périphérique parisien, limitant les mobilisations de voisins :

« C'est-à-dire, l'espace urbain quand on ne l'a plus en bas de chez nous, on peut dire "c'est pas mon quartier, j'ai pas le temps d'y aller”. Avant c'était des gens qui, en rentrant chez eux, s'arrêtaient sur le campement. Là, sur toute la porte d'Aubervilliers, de la Chapelle, il y a pas de voisins. » (Entretien avec un membre de l’UASA, juin 2019).

31En effet, le campement mentionné ci-dessus s’étendait du dessous du périphérique de la Porte de la Chapelle jusqu’à la station Gare des mines (ancien squat conventionné par la suite) située à la Porte d’Aubervilliers. Les tentes se répartissaient le long de l’allée Valentin Abeille qui relie les deux lieux. Le campement n’était dans la proximité directe d’aucun quartier résidentiel, les infrastructures les plus proches étant une déchetterie, un hôtel, un cimetière, une résidence sociale en retrait et un espace de fête et d'événements alternatifs. La présence des collectifs et associations de soutien sur les réseaux sociaux participe alors à maintenir la visibilité de ces campements éloignés des espaces résidentiels et formalise le passage à l’action de nouveaux soutiens. Les dynamiques de mobilisation liées à la visibilité d’un campement dans un quartier d’habitation ne disparaissent pas malgré l’éloignement de la centralité parisienne. En effet, les collectifs de la Porte des Poissonniers, de l’Avenue du Président Wilson et, plus tard, le collectif Pantin Solidaire en 2021 se créent selon cette logique de proximité et de visibilité du campement dans le voisinage immédiat d’un quartier résidentiel, reproduisant la logique de mobilisation massive observée en 2015-2016 dans les 18e et 19e arrondissements de Paris. Cependant, ce mode de mobilisation se raréfie car la présence policière rend toujours plus difficile la constitution des campements à proximité de quartiers résidentiels.

32Dans la majorité des cas, la relégation progressive des campements aux portes et en dehors de Paris dans des espaces de plus en plus interstitiels et de moins en moins accessibles (friches, replis d’infrastructure routière, zone de chantier), complique les mobilisations des Dionysiens comme des Parisiens : les campements de rue de 2019 et 2020 ont moins de voisins immédiats et il y a moins de cheminements piétons qui y conduisent - ce qui est déjà le cas des bidonvilles depuis 2016. Si des soutiens mobilisés précédemment continuent de se déplacer ou d’organiser de l’aide à distance, notamment au sein de collectifs ou d’associations, et que de nouvelles personnes se mobilisent par l’intermédiaire d’appel à bénévoles sur les réseaux sociaux, ils sont aussi davantage relayés par des organisations professionnelles qui investissent de plus en plus le terrain. Ainsi, la veille mobile de Médecins du Monde fait des maraudes autour de la Porte de la Chapelle où, en 2021, sont installés des immigrés extra-européens sans même une tente ou un regroupement possible, le long du périphérique et en face du centre de traitement des déchets de la Ville de Paris. Des structures plus institutionnelles, comme les ONG et les associations plus classiques de l’aide, deviennent plus présentes, sans jamais éclipser les collectifs de citoyens, les petites associations et les soutiens individuels.

33En ce qui concerne les bidonvilles d’immigrés européens, la périphérisation est à l'œuvre bien avant 2015. Les lieux de vie sont expulsés ce qui entraîne la dispersion des familles par l’État et les collectivités à travers une véritable politique d’évictions (Vitale, 2009). Pour reprendre les mots d’un bénévole du Secours Catholique, « les familles plus fatiguées ou les plus autonomes acceptent les hébergements précaires, les autres se déplacent et reculent en Ile-de-France » pour rejoindre d’autres bidonvilles. Dès lors, maintenir le contact avec les personnes suivies et accompagnées est complexe pour des personnes souhaitant se mobiliser en soutien, tout comme rencontrer celles nouvellement arrivées. A chaque déplacement ou réinstallation de familles plus loin de Paris, les aidants peinent à suivre, fatigués de reprendre à zéro les démarches administratives. Dans de rares cas, certains dossiers ou suivis sont transférés à des associations agissant localement ou à des collectifs identifiés. Mais le plus souvent, les contacts se perdent et les familles les plus autonomes économiquement et maîtrisant le français se débrouillent par elles-mêmes pour accéder, après 5 à 6 années de vie dans des bidonvilles, à un logement autonome ou à un logement social (Le Clève et al., 2015).

34Dans les récits des aidants et des soutiens auprès des habitants des bidonvilles et des campements, la toute première évacuation à laquelle ils assistent apparaît souvent comme un moment charnière. Ces personnes constatent en effet, au fur et à mesure de leur implication, que non seulement les occupants d’habitats précaires ne sont que très rarement pris en charge par les pouvoirs publics, mais aussi que les mises à l’abri parfois proposées ne sont ni pérennes ni adaptées aux compositions familiales ou aux projets de vie des immigrés et qu’ils subissent de plein fouet les effets de politiques migratoires sécuritaires et précarisantes (Gardesse, Masson Diez 2022). À cela s’ajoutent les expulsions à répétition qui conduisent les immigrés à vivre dans des espaces de plus en plus exposés à la pollution, au bruit et au manque d’aménités urbaines.

35Cette insécurisation (Guenebeaud, 2017) s’intensifie effectivement durant les périodes post-évacuation qui marque un renforcement de la présence policière mais aussi une rupture dans les dynamiques de mobilisation des soutiens de voisinage :

« Je voulais dire que les périodes post démantèlement sont toujours dures car tout l’univers qu’on avait l’habitude de partager est détruit et disparaît. Même si pour certains [immigrés extra-européens] c’est indéniablement une amélioration, cette perte de repères est difficile à vivre [pour les soutiens]. (...) c’est épuisant car il faut tout revoir. L’après évac’ c’est donc aussi une période de deuil et il faut trouver l’énergie pour accueillir tout ça et voir comment repartir autrement. » (publication de C., femme, 51 ans, militante sans emploi, sur la plateforme du collectif Solidarité Migrants Wilson en novembre 2020)

« Depuis l’expulsion du bidonville Porte d’Auber’, j’ai un gros passage à vide. Je n’ai plus l’énergie de traverser le 93 pour aller retrouver Loredana et les siens, et de tout recommencer la scolarisation, la domiciliation… c’est épuisant ! » (S., homme de 67 ans, retraité - entretien 2015).

« C’est la photo du bidonville, c’était chouette à l’époque. Nos heures de gloires ! maintenant D. est à Stains, L. est reparti en Roumanie, M. je n’ai pas de nouvelles… » (N., 58 ans, femme au foyer - entretien 2014).

36Le cycle de formation et d’évacuations des campements et des bidonvilles a un effet d’usure sur l’engagement émotionnel, même si la confrontation avec le registre sécuritaire et répressif des politiques migratoires et la dimension collective de l’action des soutiens peuvent aussi avoir comme conséquence une plus forte politisation de certains d’entre elles et eux (Gardesse, Masson Diez 2022).

L’intégration des campements et des bidonvilles aux répertoires d’actions des mobilisations

Quand les soutiens et les habitants reproduisent des campements pour forcer les pouvoirs publics à proposer des mises à l’abri : le tournant de 2021

  • 9 Le Parisien, Paris : 120 réfugiés installés dans le parc de la Villette, 23 août 2019. https://www. (...)

37En 2015, les campements d’immigrés extra-européens étaient visibles dans des centralités urbaines facilitant des mobilisations massives de soutiens. Certaines personnes très mobilisées à l’époque les décrivent comme des campements “politiques” où il était facile de se réunir en assemblées générales, de débattre et d'organiser des actions. Pour ces raisons notamment, mais aussi parce que la mise en visibilité des immigrés à la rue permet souvent une plus rapide mise à l’abri et une plus grande publicisation dans le débat public, des soutiens revendiquent un retour des campements dans Paris. En août 2019, l’association Utopia 56 accompagne des exilés pour monter un campement dans le parc parisien de la Villette, orné d’une banderole : « camper pour être visibles »9. L’association, seule ou accompagnée par d’autres tels que Médecins Sans Frontières et les Midis du MIE, réitère l’opération à plusieurs reprises dans des localisations plus centrales, Parvis de l'Hôtel de Ville ou Square Jules Ferry dans le 10e arrondissement, pour forcer la mise à l’abri par les pouvoirs publics. L’usage des campements comme outil de visibilisation à Paris s’inscrit dans une tradition revendicative qui concernait initialement les sans-abris, par exemple lors du mouvement des Enfants de Don Quichotte (Bruneteaux, 2013 ; Gaboriau et Graeff, 2007).

38Dans la continuité de cette logique d’action, à la fin de l'année 2020, deux événements marquent la géographie des campements parisiens d'immigrés extra-européens. Le premier a lieu le 17 novembre 2020 : c’est l’évacuation du campement de la Porte de Paris à Saint-Denis, qui donne lieu à la dispersion violente par la police de 500 à 1000 personnes. Cet épisode est suivi de l’occupation de la place de la République le 23 novembre 2020, organisée par de nombreux soutiens et coordonnée par Enfants d’Afghanistan et d’Ailleurs et Utopia 56, deux associations d’aide et de plaidoyer, afin de rendre visible la situation des personnes non prises en charge lors de l’évacuation. Cette action est à son tour violemment réprimée et nourrit une dynamique de mobilisations qui donne lieu à la création du collectif Réquisitions issue de la convergence de la Coordination 75 des Sans Papiers, Droit Au Logement (DAL), Enfants d’Afghanistan et d’Ailleurs, Paris d’Exil, Solidarité Migrants Wilson, Utopia 56 et des représentants de deux collectifs de squatteurs. Entre décembre 2020 et septembre 2021, le collectif réalise 12 actions dont 9 campements (et occupations) qui entraînent des mises à l'abri par les pouvoirs publics de 4 600 personnes immigrées extra-européennes non ou mal logées. Cette convergence temporaire allie lutte pour le logement et pour l’accès à une prise en charge à l’arrivée sur le territoire parisien par le biais d’une demande de réquisition par l’Etat de bâtiments vacants. Rapidement, la dimension militante et revendicative du collectif est confrontée aux besoins immédiats des personnes soutenues et à la réponse institutionnelle qui leur est proposée : l’hébergement et non le logement. Celle-ci conduit à la reprise d’un processus routinier depuis 2015 en réponse à ce qui est présenté par les pouvoirs publics comme une urgence du sans-abrisme : les mises à l’abri non pérennes, qui participent à une normalisation des actions d’occupation du collectif.

  • 10 Par exemple les permanences de Médecins Sans Frontières ou les assistantes sociales de la Halte Hum (...)

39En effet, le paysage associatif et institutionnel local10 d’aide aux immigrés extra-européens voit le collectif Réquisitions comme un moyen d’accès à l’hébergement et oriente des personnes vers leurs actions. Les accueils de jour parisiens - chargés d’effectuer des transferts quotidiens vers des places d’hébergement - relatent que les places se tarissent car elles sont conservées vacantes par la Préfecture de Région dans l’anticipation d’une action du collectif.

Carte 2 : Campements et occupations d’immigrés extra-européens dans Paris en 2021

Carte 2 : Campements et occupations d’immigrés extra-européens dans Paris en 2021

Sources : données ethnographiques d’Annaelle Piva et de l’UASA, 2022. Réalisation : Annaelle Piva, 2022.

40Ainsi, en 2021, les campements et occupations de bâtiments publics mis en place par les associations ont des localisations centrales, qui ramènent des immigrés extra-européens dans Paris, ce qui provoque des mises à l’abri plus rapides. Par ailleurs, on constate la présence de campements auto-établis par les immigrés extra-européens au niveau du périphérique Nord-Est et Est, ainsi qu’à proximité de la gare de Bercy. Ces campements sont beaucoup plus petits que leurs prédécesseurs, et comptent en moyenne entre trente et soixante-dix habitants. Ils convergent avec les localisations de certains bidonvilles relevés en 2018. Lors des mises à l’abri - sur lesquelles nous basons les effectifs de la carte - ces chiffres augmentent du fait que de nombreuses personnes mal-logées rejoignent ces campements au moment de l’évacuation pour pouvoir bénéficier d’un hébergement.

Quand les soutiens et les habitants réclament la possibilité d’une stabilité des bidonvilles

41Jusque dans les années 2010, la principale politique publique vis-à-vis des bidonvilles de familles européennes relevait de l’expulsion sans solution de relogement. Les rares schémas de sorties dites “positives”, c’est-à-dire vers de l’hébergement ou du logement selon les situations administratives et économiques des personnes, s’apparentaient à du bricolage à l’échelle locale (Olivera, 2016) et d’approches spécifiques territoriales (Bourgois, 2019). Outre une mobilisation des dispositifs de l’urgence sociale traditionnelle pensée et construite pour les majeurs isolés catégorisés comme sans-abri et sans domicile et largement inadaptée pour les familles (Eloy, 2020 ; Guyavarch et Garcin, 2014 ; Le Méner, Eberhard et Guyavarch, 2016), un autre schéma de prise en charge a alors largement été utilisé : les maîtrises d’œuvre urbaine et sociale. Ces schémas recouvrent des dispositifs divers allant de relogement de familles dans le parc social en diffus à la mise à disposition de terrains collectifs sécurisés et aménagés de caravanes ou d’Algeco destinés à une partie des familles habitants le bidonville démantelé. Ces familles, le plus souvent « sélectionnées » ou « retenues », n'intègrent ces sites d’hébergement temporaires, ces « sas » appelés aussi villages d’insertion, qu’en respectant l’accompagnement social proposé et mis en place (Legros, 2010 ; 2011).

  • 11 « Instruction du Gouvernement visant à donner une nouvelle impulsion à la résorption des campements (...)
  • 12 Nous renvoyons à l’entretien de M. Demougeot (DIHAL) et F. Huygue (FAP) dans ce même numéro sur les (...)

42Entre 2012 et 2018, les politiques publiques nationales à l’égard des bidonvilles ont largement évolué. L’attitude des soutiens, des collectifs, des associations - à l’image du « Collectif national droits de l’homme Romeurope » (Bergeon, 2016) - et les demandes des habitants, ont eu une forte influence dans l’évolution des décisions politiques. La circulaire d’août 2012 « relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites » est interprétée comme la conséquence d’un « plaidoyer associatif » mené vis-à-vis de François Hollande durant sa candidature (Bourgois, 2020). Cette circulaire et une instruction de janvier 201811, bien qu’elles n’aient pas de valeur législative ou réglementaire, traduisent un changement de pratiques et de politiques et témoignent d’un éventuel passage d’une lecture ethnique et sécuritaire des campements illicites à une approche plus sociale du bidonville12.

43Ainsi, pour les soutiens intervenant au côté des familles, les bidonvilles peuvent être un lieu permettant la mise en œuvre de démarches sociales et administratives. L’hypothèse soutenue par certains acteurs associatifs et politiques (Le Clève et al., 2015) est qu’en suspendant les évacuations systématiques des bidonvilles et en permettant une viabilisation temporaire des terrains, ces interstices urbains peuvent servir d’espaces favorisant l’insertion sociale de leurs habitants : il est plus facile d’accompagner une personne sécurisée, du point de vue de son habitat - même très précaire - et ancrée dans un territoire, qu’en situation de fragilité résidentielle et de déménagement répété. C’est principalement pour ces raisons que nombre d'associations, collectifs et non affiliés, défendent, au côté de la DIHAL, la viabilisation des bidonvilles (Masson Diez, 2015). Schématiquement l’objectif est de stabiliser le bidonville et de « sécuriser les conditions de vie » minimales, pour reprendre les mots de la DIHAL, lorsque le site n’est dangereux ni pour les habitants, ni pour les voisins. Dans cette logique, la difficulté est de permettre un accompagnement des personnes dans les bidonvilles afin de favoriser leurs départs vers des solutions adaptées (en hébergement, en logement privé ou public) ou vers un retour choisi dans leur pays, de manière temporaire le plus souvent, tout en empêchant l’extension et la pérennisation du bidonville.

44L’objectif de la mise en œuvre d’une véritable politique publique de résorption des bidonvilles au niveau national ainsi que parisien, assumée par les pouvoirs publics, a ainsi été largement nourri par des pratiques associatives en termes de médiation scolaire et de médiation en santé, d’accès à la formation professionnelle des jeunes adultes ou encore de connaissance des publics. Cependant, si l’on remarque une évolution dans la perception des bidonvilles par les acteurs associatifs et les pouvoirs publics (Le Clève et al., 2015 ; Bourgois, 2020), avec par exemple une utilisation de ce terme « bidonville » dans l’instruction de 2018 au détriment du mot « campement illicite » utilisé dans la circulaire de 2012, celle-ci est inachevée et cette politique publique est inégalement appliquée.

Conclusion

45La périphérisation progressive des campements d’immigrés extra-européens entre 2015 et 2020 entraîne, au niveau du périphérique parisien principalement et dans les interstices urbains de la proche banlieue nord-parisienne, leur convergence spatiale avec certaines localisations des bidonvilles des familles d’immigrés européens. Elle est le résultat, en particulier, des démantèlements répétés de ces campements et des déguerpissements articulés à du harcèlement policier, ainsi que de l’aménagement urbain dissuasif (Gardesse, Piva, Runet, 2022). De telles formes de régulations des espaces publics inscrivent les géographies des campements et des bidonvilles dans des logiques historiques de relégation spatiale et de gestion publique des populations jugées “indésirables” (Froment Meurice, 2016 ; Fijalkow, 2021). Les banlieues sont étymologiquement les “lieux du ban” (Agier, 2012) et c’est dans le territoire nord-parisien que sont depuis longtemps reléguées et concentrées des populations marginalisées issues de vagues migratoires plus anciennes (Dikeç, 2002). En plus de la périphérisation, la répression dont les personnes immigrées vivant dans ces habitats précaires font l’objet contribue à la nucléarisation de ces derniers au niveau du périphérique parisien, qui constitue une zone de tolérance peu pourvue en voisinage résidentiel - mais de plus en plus sujette à de nouveaux aménagements - et rappelle l’époque et le tracé des zoniers parisiens, refuge historique de populations marginalisées (Beauchez et Zeneidi, 2018).

46L’invisibilisation des campements et leur marginalisation spatiale ont pour conséquence une marginalisation sociale, renforcée par le recul et l’épuisement des mobilisations et des soutiens au fur et à mesure de leurs éloignements successifs de centralités urbaines parisiennes.

47Ainsi, à l’échelle de la dynamique métropolitaine, la production des campements et des bidonvilles est soumise à différentes logiques spatiales de morcellement (éclatement et réduction de leur taille) et de périphérisation qui entraîne dans leur sillage - lorsque ces habitats sont visibles - des mobilisations de différentes formes et ampleurs. A l’échelle des trajectoires d’engagements individuels, la situation des campements et des bidonvilles est perçue comme s’empirant :la répétition des problèmes rencontrés par les immigrés conduit de nombreux soutiens au constat que l’aide et l’accompagnement n’aboutissent ni à une solution structurelle -le cycle de formations des habitats précaires se maintenant - ni à une amélioration des conditions de vie de leurs occupants. Par ailleurs, plus que l’éloignement géographique des lieux de vie, c’est leur relégation sociale, leur invisibilisation et leur précarisation matérielle (lieux inaccessibles, insécurisants, pollués) qui participent à la démobilisation ainsi qu’à l’épuisement et au désengagement d’une partie des soutiens. Ceci étant, ces mêmes éléments peuvent au contraire conduire certains soutiens à politiser davantage leur engagement, à le renforcer et à choisir d’autres formes d’action plus contestataires que ne le sont les aides matérielles initialement mises en place.

48Dans ces conditions, les campements comme les bidonvilles peuvent devenir des supports de mobilisations qui permettent de réclamer l’accès à des logements ordinaires et pérennes ou, à défaut, la stabilisation des habitats précaires. L’enjeu des mobilisations consiste, entre autres, à mettre en exergue le caractère régulier et systématique de la présence de ces formes d’habitat d’une part et, d’autre part, à montrer que l’absence de prise en charge satisfaisante et la répression entraînent la mise en danger des publics en situation de grande précarité qui y vivent.

49L’analyse des mobilisations articulée à la géographie croisée des campements et des bidonvilles conduit aussi à s’interroger sur la portée de celles-ci sur les formes publiques de prise en charge. D’un côté, les revendications autour de la stabilisation des bidonvilles pour permettre l’accompagnement et l’accès aux droits des habitants semblent en partie avoir rencontré les positions des acteurs publics. De l’autre, l’organisation par des soutiens de campements dans des espaces publics relativement centraux peut avoir obligé, ponctuellement, les pouvoirs publics à proposer un hébergement à des immigrés à la rue (Piva et Sebillotte, à paraître ). Mais les difficultés des habitants des campements et des bidonvilles à accéder à un logement se comprennent avant tout par la précarité de leurs statuts administratifs et de leurs conditions socio-économiques. De ce fait, agir sur la spatialisation de leurs habitats précaires ne peut être suffisant pour faire évoluer durablement leurs situations.

PIVA A, SEBILLOTTE, O., (à paraître), Territoire d’une lutte pour le droit au logement à Paris, géographie d’une mobilisation et de son contrôle : le cas du collectif Réquisitions, Justice Spatiale/Spatial Justice.

Haut de page

Bibliographie

AGIER M., LE COURANT S. (dir.), 2022, Enquête sur la condition migrante, Paris, Points Essai.

AGIER M.,2012, Frontières de l'exil. Vers une altérité biopolitique, Hermès, La Revue, 63, p. 88-94.

BEAUCHEZ J. et ZENEIDI D., 2018, Des zoniers aux zonards : de quoi « la zone » est-elle le nom ? Terrain. Anthropologie & sciences humaines, https://doi.org/10.4000/terrain.17600

BELLONI M. et MASSA A., 2022, Accumulated homelessness : Analysing protracted displacement along Eritreans’ life histories, Journal of Refugee Studies, 35(2), p. 929-947.

BERGEON C.. 2016, Les Roms roumains en région parisienne  : les mobilisations associatives au prisme des temporalités migratoires et de l’habitat, Revue européenne des migrations internationales, 32 (1), p. 101‑122.

BLANC CHALEARD M.-C., 2006, Les immigrés et le logement en France : une histoire paradoxale, Hommes et Migrations, n° 1264, p. 20-34 https://www.persee.fr/doc/homig_1142-852x_2006_num_1264_1_4524

BOISSE J., GUINODIE L., GUIOLET P. et ZIANE A., 2014, Entre vie et survie : Regards croisés sur les Roms en Île-de-France, Spécificités, 6 (1), p. 125‑141. https://doi.org/10.3917/spec.006.0125.

BOURGOIS L., 2019, Urgence sociale et catégorisation des publics : les “roms migrants” sont-ils des “sans-abri” comme les autres ?, Rhizome 71 (1), p. 42‑50. https://doi.org/10.3917/rhiz.071.0042.

BOURGOIS L., 2020, Une lutte franco-européenne : le conflit de définition autour des populations européennes vivant en bidonvilles en France, identifiées comme “Roms”, Politique européenne 69 (3), p. 40‑71. https://doi.org/10.3917/poeu.069.0040.

BOURGOIS L., 2020, Limiter l’accès aux services de droit commun pour mieux insérer ? Le « non-recours par interdiction temporaire » dans les politiques locales des bidonvilles, Revue française des affaires sociales, 2, p. 245-266.

BRUNETEAU P., 2013, Les Enfants de Don Quichotte. Sociologie d’une improbable mobilisation nationale, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes.

COUTANT I., 2018, Les migrants en bas de chez soi, Paris, Éditions du Seuil.

COUSIN G., LEGROS O., 2014, Gouverner par l'évacuation ? L'exemple des « campements illicites » en Seine-Saint-Denis, Annales de géographie, 700 (6), p. 1262-1284.

CÈDRE SECOURS CATHOLIQUE CARITAS et al., 2020, Rapport d'enquête sur les évacuations de campements parisiens https://www.secours-catholique.org/m-informer/publications/rapport-denquete-sur-les-evacuations-de-campements-en-region-parisienne

DIKEÇ M., 2002, Police, politics, and the right to the city. GeoJournal, 58, p. 91-98.

EBERHARD M., LE MENER E., SEGOLE., 2018, Qui Sont Les Migrants Mis à l'Abri ? Ile-De-France (Juin 2015-Novembre 2016), Rapport pour la Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement d’Île-de-France, 2018. https://www.samusocial.paris/sites/default/files/2022-09/rapport_migrants_paris_obs_ssp_.pdf

ELOY P., 2020, Le rapport des familles roms visibles dans l’espace public à l’hébergement d’urgence. Sciences & Actions Sociales,, 13 (1), p. 175‑198. https://doi.org/10.3917/sas.013.0175.

FÉDÉRATION DES ACTEURS DE LA SOLIDARITÉ (FAS), 2021, Les oubliés du droit d’asile, enquête sur les conditions de vie et l'accès aux droits des exilés fréquentant 5 structures d'accueil à Paris, https://www.federationsolidarite.org/wp-content/uploads/2021/12/Rapport-oubliedroitasile-2021-vfinale-web-sansreco.pdf

FIJALKOW Y., 2021, Récits de la ville malade. Essai de sociologie urbaine, Saint-Etienne, Créaphis éditions, séries “Poche”, 248 p.

FROMENT-MEURICE M., 2016, Produire et réguler les espaces publics contemporains : les politiques de gestion de l’indésirabilité à Paris, Thèse de doctorat en géographie, Université Paris Est Créteil

GARDESSE C., LE COURANT S. et MASSON DIEZ E., 2022, L’exil à Paris L’exil à Paris 2015–2020. Expérience migratoire, action publique et engagement citoyen, Paris, L’œil d’or, 268 p..

GARDESSE C, PIVA A., RUNET P., 2022, Des campements de rue à Paris : invisibilisation et marginalisation, in GARDESSE, C., LE COURANT, S. et MASSON DIEZ, E., 2022, L’exil à Paris L’exil à Paris 2015–2020. Expérience migratoire, action publique et engagement citoyen, Paris, L’œil d’or, p. 35-56.

GABORIAU P. et GRAEFF L., 2007, Une lutte collective « Les enfants de Don Quichotte ». Neuf tentatives de construction narrative, Journal des anthropologues, 110-111 (3-4), p. 411-427.

GUENEBEAUD C., 2017, Dans la frontière : migrants et lutte des places dans la ville de Calais, thèse de doctorat en géographie, Université Lille 1.

GUYAVARCH E., GARCIN E., 2014, Publics hébergés par le 115 de Paris : une forte progression des familles, Informations sociales 182 (2), p. 142‑49. https://doi.org/10.3917/inso.182.0142.

HALFEN S., 2012, Modalités et logiques des interventions sanitaires et sociales en direction des « Rroms migrants » vivant en Île-de-France, Études Tsiganes, 50 (2), p. 164-179.

HOMBERT L., 2021, Le citoyen et la mairie  : les collectifs d’habitants dans la construction de l’accueil des exilé·e·s à Paris, SociologieS, novembre. https://doi.org/10.4000/sociologies.17618.

JASPER J., 1998, The Emotions of Protest : Affective and Reactive Emotions In and Around Social Movements, Sociological Forum, 13, 3, p. 397-424.

LE CLÈVE A., PEYROUX, O., BOURGOIS L. et MASSON-DIEZ E., 2015, Du bidonville à la ville  : vers la “vie normale”  ?, Rapport de recherche. https://www.fondation-abbe-pierre.fr/sites/default/files/du_bidonville_a_la_ville_-25_fevrier_2016_-_ecran.pdf

LE MÉNER E., EBERHARD, M. et GUYAVARCH, E., 2016, Structure familiale et hébergement d’urgence au 115 de Paris. Revue des politiques sociales et familiales, p. 123‑129.

LENDARO A., RODIER, C., VERTONGEN, Y. L., 2019, La crise de l'accueil : Frontières, droits, résistances, Paris, La Découverte, coll. Recherches, 350 p.

LEGROS O., 2010, Les «  villages d’insertion  »  : un tournant dans les politiques en direction des migrants roms en région parisienne  ? Revue Asylon(s), no 8. http://reseau-terra.eu/article947.html.

LEGROS O., 2010, L'"habitat précaire" en France : catégories, genèse et réponses institutionnelles, in CAILLY L., VANIER M. (dir), La France. Une géographie urbaine, Paris, Armand Colin, p. 208-212.

LEGROS O., 2011, Les «  villages roms  » ou la réinvention des cités de transit, Métropolitiques, janvier. https://metropolitiques.eu/Les-villages-roms-ou-la.html.

LEVY VROELANT C., 2004, Le logement des migrants en France du milieu du 19e siècle à nos jours, Historiens et Géographes, (385), p. 147-165.

NEDELCU M., RUXANDRA-OANA C., 2016, Les migrations des Roms roumains en Europe  : politiques d’inclusion, stratégies de distinction et (dé)construction de frontières identitaires, Revue européenne des migrations, 32 (1), p. 7‑17.

OLIVERA M., 2016, Un projet “pour les Roms” ? Bricolages, malentendus et informalité productive dans des dispositifs d’insertion et de relogemen, Lien social et Politiques, no 76, 76, p. 224‑252. https://doi.org/10.7202/1037073ar.

REYNIERS A., 2016, Mouvements migratoires et circulation des Roms roumains en Europe, Revue européenne des migrations internationales, 32(1), p. 19‑34, https://doi.org/10.4000/remi.7618.

TOUBON J.-C., MESSAMAH K., 1990, Centralité immigrée. Le quartier de la goutte d'or, Paris, L'Harmattan.

URRY J., 2005, « L’habiter », in URRY J., Sociologie des mobilités, Paris, Armand Colin, coll. U, p. 135‑162, https://doi.org/10.3917/arco.urry.2005.01.0135.

VITALE T., 2009, Politique des évictions : Une approche pragmatique, in CANTELLI F., ROCA I ESCODA M., STAVO DEBAUGE J. (eds), Sensibilités pragmatiques Enquêter sur l’action publique, Bruxelles, Londres, New York, Peter Lang, p. 71-92.

Haut de page

Notes

1 Si les Roumains et les Bulgares, comme tous les ressortissants européens, ont la liberté de circuler et de séjourner régulièrement en France, et peuvent demander une carte de séjour au-delà de trois mois pour y résider durablement, les ressortissants d’ex-Yougoslavie sont quant à eux soumis à l’obligation de visa pour venir en France.

2 Ces ressortissants appartiennent majoritairement à des nationalités aux diasporas récentes, peu implantées économiquement sur le territoire français et sont souvent à différentes étapes d’une procédure de demande d'asile. Ils dépendent du Dispositif National d'Accueil (DNA) qui leur assure théoriquement une allocation et un hébergement, mais, celui-ci étant saturé, cet accès aux droits n’est pas garanti.

3 Nous remercions chaleureusement Manon Despaux pour son traitement patient des données, sa mise en visibilité de nos ressources et la réalisation d’une des cartes qui accompagne l’article.

4 Le dernier grand bidonville parisien de familles immigrées européennes composé de plus de 200 cabanes, dit le “bidonville de MacDonald” près de la Porte d’Aubervilliers, a été expulsé en août 2006.

5 Cela inclut toutes les personnes qui n’ont plus droit à leurs Conditions Matérielles d’Accueil (CMA) - qui comprennent un hébergement et une allocation - telles que les personnes en appel d’une décision de refus de leur demande d’asile ou les personnes dites “Dublin en fuite” par exemple. Le second cas concerne les personnes dont la demande d’asile porte la mention “Dublin”. Le règlement Dublin définit que l’Etat responsable de l’examen d’une demande d’asile est le pays membre de l’UE où les empreintes du demandeur sont enregistrées pour la première fois. De fait, il s’agit souvent du premier pays d’entrée dans l’UE (Italie, Grèce, Espagne). Une décision de transfert peut être notifiée à tous les demandeurs d’asile en procédure Dublin à tout moment. Ainsi, les personnes qui ne se sont pas présentées lors d'une convocation en préfecture par crainte d’être placées en Centre de Rétention Administrative (CRA) puis renvoyées dans leur premier pays d’entrée, sont considérées comme “en fuite” et n’ont plus droit aux CMA pendant un délai de 18 mois après lequel elles seront en mesure de déposer à nouveau une demande d’asile sans risquer un transfert dans le cadre du Règlement Dublin.).

6 Du fait d’une absence de données pour les bidonvilles à Paris en 2015, nous avons fait le choix de croiser les localisations de bidonvilles relevés en 2014 avec les localisations des campements de 2015. Nous pensons que ce biais n’invalide pas la démonstration car ces localisations de bidonvilles se sont pour la plupart maintenues jusqu’en 2018.

7 Voir la thèse d’Annaelle Piva, à paraître, pour le relevé des publications twitter de la préfecture de police.

8 Bien que ce ne soit pas l’enjeu de cet article, nous pouvons noter qu’une certaine connexité existe entre les habitants des campements et ceux des bidonvilles. Ces interactions observées demeurent minoritaires et elles se déroulent souvent aux points de distributions alimentaires ou des produits d'hygiène. A la porte de Paris à Saint Denis, certaines familles du bidonville se sont présentées lors de l’évacuation du campement, notamment parce qu’elles étaient informées que leur lieu de vie serait démantelé en même temps. De plus, certains hommes vivant dans les campements se rendaient chez des travailleuses du sexe immigrées européennes vivant dans le bidonville mais pratiquant le plus souvent à l’extérieur.

9 Le Parisien, Paris : 120 réfugiés installés dans le parc de la Villette, 23 août 2019. https://www.leparisien.fr/paris-75/paris-120-refugies-installes-dans-le-parc-de-la-villette-23-08-2019-8138217.php

10 Par exemple les permanences de Médecins Sans Frontières ou les assistantes sociales de la Halte Humanitaire, de l’accueil de jour Austerlitz, l’accueil de jour Cité, le Kiosque ou encore le CÈDRE.

11 « Instruction du Gouvernement visant à donner une nouvelle impulsion à la résorption des campements illicites et des bidonvilles », Circulaire du 28 janvier 2018.

12 Nous renvoyons à l’entretien de M. Demougeot (DIHAL) et F. Huygue (FAP) dans ce même numéro sur les conditions d’émergence d’une politique nationale relative aux bidonvilles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Périphérisation et marginalisation sociale des bidonvilles et des campements à Paris et sa proche banlieue
Crédits Sources : Secours Catholique, 2014, 2018, 2020 ; UASA 2015, 2018, 2020 ; DIHAL, 2018, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Carte 2 : Campements et occupations d’immigrés extra-européens dans Paris en 2021
Crédits Sources : données ethnographiques d’Annaelle Piva et de l’UASA, 2022. Réalisation : Annaelle Piva, 2022.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annaelle Piva, Camille Gardesse et Evangeline Masson Diez, « Mobilisations autour des bidonvilles et des campements de rue de personnes immigrées à Paris et en proche périphérie : les effets des différentes spatialisations entre 2014 et 2021 »Géocarrefour [En ligne], 97/2 | 2023, mis en ligne le 15 janvier 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/22109 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.22109

Haut de page

Auteurs

Annaelle Piva

Géographie-cités, fellow ICM annaelle.piva.1@ulaval.ca

Camille Gardesse

EUP - Laburba, fellow ICM camille.gardesse@u-pec.fr

Evangeline Masson Diez

Lirtes, fellow ICM evangelinemd@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search