Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2023Benoit Goffin, Céline L’Hostis, D...

2023

Benoit Goffin, Céline L’Hostis, Dictionnaire insolite des frontières

André Buisson
Référence(s) :

GOFFIN B., L’HOSTIS C., 2023, Dictionnaire insolite des frontières, Paris, Cosmopole, 188 p.

Texte intégral

  • 1 Par exemple, Martin Vanier et Philippe Pelletier (dir.), 1997, Les ciseaux du géographe, coutures e (...)
  • 2 2020, Paris, éditions du Cosmopole, 160 p.
  • 3 Voir déjà André Buisson, “Odyssée, villes-portraits”, Géocarrefour [Online], Comptes rendus inédits (...)

1La bibliographie sur le thème de la frontière est abondante, et déjà abordée largement dans les pages de Géocarrefour1. Pour s’y faire une petite place, les auteurs ont choisi d’y entrer par la porte de l’insolite ! Il s’agit d’un thème qu’ils connaissent bien, puisque Céline L’Hostis, spécialiste de la société néerlandaise, a écrit antérieurement un Dictionnaire insolite des Pays Bas2 ; quant à Benoit Goffin, il dirige la collection « Odyssées, villes-portraits » dont nous avons déjà parlé3.

2Comme les auteurs l’indiquent en introduction, non seulement les frontières continuent d’exister au début du XXIe s., mais elles font un retour en force (p. 9), quand elles ne sont pas tout bonnement bafouées, comme en Crimée en 2014 (« Crimée », p. 32), ou en Ukraine en 2022 (cf. « Poutine ») ! Et que dire de la « prospective », avec en ligne de mire les ambitions non dissimulées de la RPC sur Taiwan (cf. « Taïwan »)… Les auteurs, parce que l’exhaustivité était impossible, ont fait le choix de la subjectivité et du traitement parfois succinct des sujets abordés. Pour mener à bien leur entreprise, ils ont proposé un menu comportant 176 entrées, d’ « Ambassade » à « Zhenbao (île) ». A travers leurs choix, ils peuvent ainsi tout à la fois évoquer la genèse des frontières, les traités, le travail de la diplomatie, les guerres, les questions successorales et les arrière-pensées économiques aux conséquences souvent dramatiques.

3La création des frontières a parfois quelque chose d’effrayant, quand elle n’est pas théorique et méridienne comme le « traité de Tordesillas » (« Course », p. 31-32 ; « Durand », p. 40 ou « Sykes-Picot », p. 149, il manquerait « Verdun (partage de) » qui consacrait la disparition de l’empire carolingien) : on songe à la liberté, et en même temps à la très lourde responsabilité, déléguée à E. de Martonne pour tracer les frontières de l’Europe centrale et à M. Le Lannou pour celles de l’Istrie.

4L’actualité vient confirmer les soupçons des auteurs : p. 18, à propos du mont Ararat, ils évoquent le cas du Haut Karabach, dont les évènements de septembre 2023 (quelques semaines après l’impression de l’ouvrage !) ont signifié la fin… jusqu’au prochain épisode ( ? !). Avec « Souterraine », les auteurs abordent en une petite phrase la question du « métro de Gaza » devenue depuis les évènements du 7 octobre en Israël oh combien sensible !

5Les projets avortés sont évoqués, comme la « Sénégambie » (à laquelle on aurait pu confronter le Pacte de Tripoli entre Lybie, Egypte et Soudan de 1969, ou l’Union des Républiques Arabes (Lybie, Egypte, Syrie) de 1971) ; ils montrent sans doute la fragilité d’un certain nombre d’Etats d’Afrique à la suite de la décolonisation.

6Certaines entrées sont riches d’évocation : de « Blocus », comme le fameux blocus continental de Napoléon 1er contre l’Angleterre entre 1806 et 1808, « Berlin (conférence) » mais pas « Berlin (mur) pourtant très symbolique d’une partition politique… à « fuseaux horaires », ou bien à « (îles) Diomède », nous avons en mémoire L’île du jour d’avant, d’Umberto Eco (1994) ; « fleuve » peut évoquer pour les Français le Rhin et le chant de marche Les dragons de Noailles. On peut également noter une coïncidence : David-Neel (p. 36) est voisine avec Dalaï Lama (p. 35), tous deux au sujet du Tibet, bien évidemment. Quant aux fameux « ciseaux des géographes », ils sont affutés pour « Découpe » et bien d’autres entrées de ce Dictionnaire. Face au folklore des cérémonies frontalières de Wagah (« Spectacle », p. 146), on ne peut s’empêcher de placer la DMZ entre les deux Corées !

7Pour montrer aux auteurs que nous avons lu ce dictionnaire avec la plus grande attention, indiquons-leur les manques que nous avons relevés : en premier lieu, à la rubrique « Mariage », avant Anne de Bretagne, celle dont nous aurions aimé voir le nom cité, c’est Aliénor d’Aquitaine (rapidement mentionnée p. 93) dont les deux alliances successives portaient en elles les germes de la Guerre de Cent ans. Avec « Mur (d’Hadrien) », nous attendions « limes romain », voire « fossatum Africae », « traces de Rome dans le désert de Syrie » - eh oui, un mur de fortifications continu entourait l’Empire romain, soit plus de 5000 km d’ouvrages linéaires -, « Grande muraille de Chine » (plus de 6200 km)… la grande muraille verte (7200 km de long pour 15 de large) entre Sahel et désert du Sahara, ou encore la barrière d’octroi entre ville et campagne à l‘époque moderne… Avec « Bâtiments », nous espérions trouver le domaine de Voltaire à Ferney. A « Rubicon », derrière ce cours d’eau côtier à la résonnance si lourde de symboles en 49 av. J.-C. (Suétone, Vie des douze Césars : César, XXXI et XXXII), nous voyions Dino Buzatti et son Désert des Tartares (1940, trad. Française 1949). A « Bornage », nous voyons une des obsessions des Anciens, et particulièrement des Romains, mais pas seulement : la borne matérialisant dans l’espace un des points composant la ligne, celle d’une centuriation coloniale, celle du pomerium (enceinte religieuse de Rome antique), celle des crues et du lit majeur des cours d’eau, celle de la limite des zones touchées par l’incendie de Néron en 64 de notre ère… (comparable au fameux Monument de Londres construit par Christopher Wren pour l’incendie de 1666). Un regret, une entrée est consacrée à Alexandra David-Neel, mais rien à René Caillé !

8Ce petit livre qui, comme on l’a bien compris, nous a absorbé, ravira tous les curieux, en excitant leur soif de creuser (« tunnel ») sur tous les sujets liés au thème clivant/douloureux de la frontière. En somme, seuls les virus ne connaissent pas les frontières (« Pandémie »).

Haut de page

Notes

1 Par exemple, Martin Vanier et Philippe Pelletier (dir.), 1997, Les ciseaux du géographe, coutures et coupures du territoire, Géocarrefour, Revue de géographie de Lyon, 72/3 https://journals.openedition.org/geocarrefour/persee-166636

2 2020, Paris, éditions du Cosmopole, 160 p.

3 Voir déjà André Buisson, “Odyssée, villes-portraits”, Géocarrefour [Online], Comptes rendus inédits, Online since 21 June 2021, connection on 13 November 2023. URL: http://journals.openedition.org/geocarrefour/17473; DOI: https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17473

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Benoit Goffin, Céline L’Hostis, Dictionnaire insolite des frontières »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 19 novembre 2023, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/22379 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.22379

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search