Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursLa forêt à l’épreuve des changeme...

La forêt à l’épreuve des changements globaux

The forest facing global changes
Arthur Guerin-Turcq et Marc Galochet

La forêt est aujourd’hui au centre de toutes les attentions : violents incendies, poursuite de la déforestation dans les pays du Sud, industrialisation de la production, financiarisation de la commercialisation, adaptation précipitée des écosystèmes au changement climatique, mobilisation de la ressource en bois dans la transition énergétique, accroissement des épidémies, prolifération des insectes ravageurs, perte de biodiversité, etc. À la fois considérée comme une ressource économique à développer et un patrimoine naturel à protéger (Galochet, 2006), la forêt est un objet ambivalent, complexe et dynamique « entre nature et culture » (Arnould, 1994). Entre sanctuarisation au service du tourisme, et exploitation au service de la filière forêt-bois, l’aménagement forestier se trouve traversé par des contradictions intrinsèques aux modes de production contemporains (Robbins, Fraser, 2003). Ainsi, en dialogue avec les sciences expérimentales, les sciences humaines et sociales ont largement décrit, documenté et analysé, ces dernières années, les mutations des espaces forestiers dans le monde (Guérin-Turcq, 2023).

Au-delà de l’enjeu climatique, les questionnements sur la forêt font écho à des doutes grandissants dans la société, notamment parmi les jeunes générations soucieuses de la dégradation de l’environnement et des effets du changement climatique sur les milieux et paysages forestiers marqués notamment par les dépérissements de certaines espèces sensibles aux sécheresses répétées ou aux attaques parasitaires. Ces inquiétudes socio-écologiques de plus en plus nombreuses appellent une prise en compte de la part de tous les acteurs territoriaux concernés (décideurs politiques et gestionnaires) pour répondre à l’urgence de la situation dont le thème a été mis à l’honneur lors de l’édition 2023 du Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges.

Nous sommes face à des choix nouveaux sur les modes de gestion et de production adaptés à des contextes incertains dont les trajectoires territoriales connaissent une phase de transition animée de temporalités variées (Feola, 2015). Les populations et les écosystèmes sont vulnérables devant la multiplication et l’intensification des risques. « Si les écosystèmes tropicaux demeurent des puits de carbone lors des années humides, ils passent de neutres voire émetteurs lorsque la sécheresse pointe son nez » (Huet, 2019). Il est certain que ces bouleversements balaient les certitudes de la foresterie sur la captation du carbone (Pukkala, 2018). Le rôle salvateur de la forêt (Decocq, et al., 2016), que les politiques publiques forestières et les acteurs du marché carbone consacrent, est alors sérieusement à reconsidérer selon les diverses réalités territoriales.

Ce numéro thématique de la revue Géocarrefour entend donc réfléchir sur la matérialité multiforme de la forêt dans le contexte des changements globaux. Si pendant longtemps, la forêt a été abondamment appréhendée en sciences humaines et sociales par le prisme des perceptions et des représentations (Corvol, 1997 ; Harrisson, 2018), aujourd’hui, on assiste à un foisonnement des approches critiques dans le champ des humanités environnementales (Dufour, 2015 ; Comby, Reghezza, 2017). C’est notamment dans ce sillage que nous voulons positionner ce numéro thématique en mettant en valeur la méthode réflexive des enquêtes scientifiques. Loin d’abandonner la grille de lecture socio-culturelle de la forêt, nous souhaitons toutefois étudier en priorité les pratiques matérielles des espaces forestiers dans le contexte de l’urgence écologique. Tout en prenant une certaine distance vis-à-vis des ambitions théoriques trop globalisantes, ce numéro thématique entend réaffirmer la primauté du terrain en sciences humaines et sociales. L’approche territoriale et multiscalaire sera donc particulièrement privilégiée.

Pour illustrer de manière cohérente ce numéro thématique de la revue Géocarrefour, nous proposons que les articles s’inscrivent dans au moins un des axes suivants :

Transition socio-écologique des territoires forestiers

La notion de « forest transition » (Kull, 2017) souligne la nécessité de concevoir la forêt, non pas uniquement d’un point de vue quantitatif comme un couvert forestier, mais avant tout comme un territoire où se nouent des relations spécifiques entre les sociétés et les arbres, mais aussi avec tous les acteurs territoriaux concernés. Dans cette perspective, les articles du numéro devront interroger la diversité des réalités territoriales et des stratégies d’acteurs adaptées aux spécificités économiques, politiques et institutionnelles de la forêt en replaçant l’étude de terrain dans son contexte historique et géographique.

La production de l’espace forestier diffère selon les stratégies des acteurs économiques, politiques et institutionnels. Des conflictualités peuvent alors émerger en forêt (Létang, 2020) entre les intérêts divergents des groupes sociaux. La filière forêt-bois est traversée par une tension entre poursuite du modèle productiviste et expérimentation de nouvelles plantations (Prevosto, et al., 2016). Les réserves naturelles sont elles aussi saisies par des contradictions entre protection de la nature et accroissement des loisirs en forêt depuis les confinements de 2020 (Bruzzese, et al., 2022). Le développement du tourisme vert et sportif en forêt devient ainsi de plus en plus inconciliable avec la préservation de l’environnement, questionnant alors la possibilité d’une multifonctionnalité des espaces forestiers (Nindyatmoko, 2022).

Les articles présentant des exemples de gestion forestière alternative, sur le plan de la gouvernance collective (Ostrom, 1999), ou sur le plan des pratiques diversifiées comme l’agroforesterie (Reyniers, 2019) seront appréciés. Dans ce contexte, la transition socio-écologique de la forêt doit être appréhendée avant tout comme un moment dans lequel se jouent des compromis et des concurrences entre acteurs pour un espace attractif.

Adaptation et résilience des écosystèmes forestiers

La forêt subit une amplification des pressions anthropiques notamment sur les ressources des écosystèmes forestiers dont l’exploitation conduit à l’accélération du dépassement des limites planétaires. En effet, certaines forêts « se transforment même en sources de carbone dans les régions amazoniennes et dans les forêts d’Europe du Nord » (Richardson, et al., 2023). Le réchauffement du climat provoque des perturbations rapides de la biodiversité forestière, et ce dans toutes les strates de l’écosystème (Naqinezhad, et al., 2022).

De nombreuses études en sciences de l’environnement élaborent des stratégies d’adaptation des forêts aux changements globaux (Peyron, 2023). Cependant, la vulnérabilité des forêts entraîne une accumulation de risques (incendies, insectes ravageurs, tempêtes) qui rend plus difficile la maîtrise du territoire forestier (Roshani, et al., 2022). Les sociétés ont-elles encore le choix de la forêt qu’elles désirent habiter ? Les articles pourront s’interroger sur les bascules de paradigme que nous vivons, entre maîtrise de la forêt par les gestionnaires et libre évolution de l’écosystème au gré des changements globaux. Dans quelle mesure la « résilience » est-elle un concept opératoire pour analyser les risques que subissent les populations des forêts, en particulier dans les pays du Sud ? L’étude de l’adaptation des forêts aux changements globaux doit donc se faire au prisme d’une comparaison des divers modes de gestion forestière dans le monde (Duncker, Philipp, et al., 2012). Le numéro thématique valorisera ainsi les travaux qui appréhendent la foresterie selon les critères de la durabilité écologique et économique.

La forêt « entre nature et culture » à l’heure de l’Anthropocène

Si la question des perceptions et des représentations de la forêt a été largement travaillée en sciences humaines et sociales (Corvol, 1997), nous souhaitons la renouveler au regard des concepts émergents « d’Anthropocène » (Fressoz, Bonneuil, 2016), de « Capitalocène » (Malm, 2018), voire même de « Pyrocène » (Zask, 2019). En quoi l’entrée dans une hypothétique nouvelle ère peut-elle bouleverser nos pratiques et notre imaginaire de l’espace forestier ? (Bouisset, 2021). L’ontologie de la forêt comme territoire de la catastrophe place les populations face à des choix existentiels difficilement conciliables : persévérer ou bifurquer ? (Banos, Deuffic, 2020). À l’instar de Tsing (2017), il s’agit ici d’interroger la figure de la forêt de la fin du monde s’inscrivant dans la théorie d’effondrement (Servigne, Stevens, 2015) alimentée par le courant de pensée de collapsologie et ses scénarios catastrophes (Testot, Aillet, 2020) diffusant l’idée d’urgence écologique liée notamment au changement climatique et à l’érosion de la biodiversité. Les articles pourront interroger les nouvelles façons d’habiter les territoires forestiers bouleversés et tourmentés, tant à l’épreuve des risques que dans l’épreuve des catastrophes.

La forêt est aujourd’hui majoritairement comprise dans les sciences humaines et sociales comme une « nature hybridée » (Lespez, 2020), c’est-à-dire comme un objet autant de nature que de culture (Arnould, 1994). Le concept idéalisant de la wilderness (Dubois et Glon, 2006) a été largement remis en cause (Cronon, 1995). Cette approche de la forêt « par-delà nature et culture » (Descola, 2015) prend le contre-pied de la biologie de la conservation qui affirme la primauté d’une vision écocentrée de la forêt (Soulé, 1985). Cependant, le tracé d’une frontière entre l’artificiel et le naturel est considéré par certains (Tordjman, 2021) comme la condition nécessaire à la reconnaissance de la valeur intrinsèque de la forêt, et donc à la préservation du vivant.

Les articles du numéro pourront présenter par exemple l’essor des revendications des droits de la forêt et des droits à la forêt des communautés autochtones (Vanuxem, 2020) car derrière les controverses scientifiques et les manifestations politiques, se joue toujours la question de l’appropriation du territoire par les communautés locales (Baticle, Boutinot, 2021).

La gestion des forêts dans un contexte d’incertitude

Les effets du changement climatique sur la santé des essences forestières sont relativement difficiles à anticiper d’autant plus qu’ils peuvent interagir avec d’autres éléments vivants de l’écosystème. Les incertitudes sont importantes pour les gestionnaires forestiers qui doivent adapter leur plan de gestion aux contraintes locales tout en intégrant les nouveaux enjeux environnementaux et sociétaux. Ce nouveau contexte exige de mettre en œuvre une nouvelle gestion adaptative, performante et multifonctionnelle, spécifique à chaque territoire pour éviter les situations de crises et favoriser une gestion durable des forêts (Cordonnier et Gosselin, 2009). Ceci implique une meilleure connaissance des relations forêt-société pour imaginer des stratégies d’adaptation et de nouveaux modèles écologiques et économiques vertueux dans un contexte où l’incertitude occupe une place importante (Bonin, et al., 2023). Afin d’anticiper les évolutions climatiques, de nouveaux scénarios de gestion forestière sont expérimentés en substituant des essences actuelles par d’autres plus méridionales ou exotiques adaptées à la chaleur et la sécheresse, mais sans savoir si elles ne seront pas davantage vulnérables aux problèmes phytosanitaires (Saintonge, Boutte, 2020). Ces incertitudes touchent autant les gestionnaires que les investisseurs, et poussent plus que jamais à mutualiser les connaissances pour partager les expériences. On peut penser notamment à la plateforme ClimEssences, accessible sur internet, qui est de ce point de vue un outil d’aide à la décision intéressant pour orienter le choix d’essences forestières les plus adaptées aux conditions locales dans le contexte du changement climatique.

Ce numéro de la revue Géocarrefour, consacré à la thématique de « la forêt à l’épreuve des changements globaux », souhaite mettre en lumière les travaux scientifiques les plus récents afin d’établir un état des lieux des orientations actuelles des recherches sur la forêt et les espaces forestiers. Les auteurs expliciteront le cadre théorique et conceptuel dans lequel se développe leur démonstration ainsi que la démarche méthodologique employée. Les articles pourront s’appuyer sur les méthodes aussi bien quantitatives que qualitatives des sciences sociales. Des études de cas territorialisées, dans des forêts tempérées, tropicales ou boréales, de l’échelle locale à l’échelle internationale, seront vivement appréciées pour permettre d’illustrer la diversité des situations.

Calendrier et consignes aux auteurs

La proposition d’article complet devra être transmise par courriel avant le 15 avril 2024 (parution début 2025), aux coordinateurs du numéro : Arthur Guérin-Turcq (arthur.guerin.turcq@entpe.fr), Marc Galochet, (marc.galochet@uphf.fr), et en copie au secrétaire de rédaction de la revue, André Buisson (andre.buisson@univ-lyon3.fr).

La proposition d’article sera rédigée au format Word ou Open office, police Times New Roman, et devra comprendre : un titre, un résumé entre 3 000 et 5 000 signes maximum présentant la problématique de l’article, le cadrage théorique, le ou les terrains d’étude sur lesquels la proposition s’appuie, et 3 à 5 mots-clés. Deux versions sont attendues : une comprenant les données personnelles de l’auteur, et une version anonymisée (nom d’auteur, « informations personnelles » attachées au fichier Word, et illustrations compris).

La rédaction de l’article devra respecter les normes de la revue Géocarrefour. Merci de consulter à cette fin : https://journals.openedition.org/geocarrefour/1017#tocto2n1. L’article aura un volume optimum compris entre 40 000 et 60 000 signes, espaces et bibliographie compris. Les articles seront évalués en double aveugle par des évaluateurs co-sélectionnés par les éditeurs invités et le comité de rédaction de Géocarrefour

Bibliographie

ARNOULD P., 1994, La forêt française entre nature et culture. Habilitation à diriger des recherches en Géographie, Université Paris-Sorbonne (Paris-IV).

BONIN F., SUNDY M., BASTIT F., 2023, Une planification des forêts à adapter face à des défis encore inconnus, Revue forestière française, vol. 74 (2), p. 293-298.

BANOS V., DEUFFIC P., 2020, Après la catastrophe, bifurquer ou persévérer ? Les forestiers à l’épreuve des événements climatiques extrêmes, Natures Sciences Sociétés, vol. 28, n° 3-4, p. 226-238.

BATICLE C., BOUTINOT L., 2021, Parcours d’une résistance silencieuse dans les forêts du Cameroun, Les Cahiers d'Outre-Mer, vol. 284, n° 2, 2021, p. 383-415

BOUISSET C., 2021, Incendies de forêt à l’heure de l’Anthropocène : questions d’échelles, in REBOTIER J. (dir.), Les risques et l’Anthropocène : Regards alternatifs sur l’urgence environnementale, p. 59.

BRUZZESE S. et al., 2022, Civil society’s perception of forest ecosystem services. A case study in the Western Alps, Frontiers in Psychology, n°13.

CADALEN P., 2020, L’Amazonie et le vivant à l’épreuve de l’écopouvoir, Raisons politiques, 80, p. 77-90.

COMBY É., REGHEZZA M., 2017, Environnements critiques, ENS de Paris (Ulm), [En ligne] https://ceres.ens.psl.eu/?Environnements-critiques

CORDONNIER T., GOSSELIN F., 2009, La gestion forestière adaptative : intégrer l’acquisition de connaissances parmi les objectifs de gestion, Revue forestière française, vol. 61 (2), p. 131-144.

CORVOL A. (dir.), 1997, La forêt : perceptions et représentations, Paris, L’Harmattan, 400 p.

CRONON W., 1995, « The trouble with wilderness, or getting back to the wrong nature », in W. Cronon, Uncommon Ground: Rethinking the Human Place in Nature, New York, Norton, p. 69-90.

DESCOLA P., 2015, Par-delà nature et culture

DECOCQ G., KALAORA B., VLASSOPOULOS C., 2016, La forêt salvatrice, Ceyzérieu, Éditions Champ Vallon, 187 p.

DUBOIS J.-J., GLON É., 2006, Qu’est-ce que la nature sauvage ? Approche géographique en Amérique du Nord et en Europe occidentale, in GALOCHET M. (dir.), La forêt, ressource et patrimoine, Paris, Ellipses, coll. Carrefours, p. 227-250.

DUFOUR S., 2015, Sur la proposition d’une géographie physique critique, L'Information géographique, vol. 79, n° 3, p. 8-16.

DUNCKER P. S., et al., 2012, Classification of forest management approaches: a new conceptual framework and its applicability to European forestry, Ecology and Society, 17.4.

FEOLA G., 2015, Societal transformation in response to global environmental change: a review of emerging concepts, Ambio, vol. 44, p. 376-390.

FRESSOZ J.-B., BONNEUIL C., 2016, L’Événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous. Paris, Éditions du Seuil, coll. Anthropocène, 320 p.

GALOCHET M. (dir.), 2006, La forêt, ressource et patrimoine. Paris, Ellipses, coll. Carrefours, 272 p.

GUERIN-TURCQ A., 2023, Les forêts dans le monde, des milieux anthropisés : un état des lieux, Géoconfluences, [En ligne], http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/changement-global/articles-scientifiques/forets-dans-le-monde

HARRISSON R. P., 2018, Forêts : promenade dans notre imaginaire, Paris, Flammarion, coll. Champs Essais, 474 p.

HUET S., 2019, Les forêts tropicales ne capturent plus le CO2, Le Monde, 30 juillet 2019.

KEENAN R. J., 2015, Climate change impacts and adaptation in forest management: A review, Annals of Forest Science, 72(2), p. 145-167.

KULL C. A., 2017, Forest transitions: a new conceptual scheme, Geographica Helvetica, vol. 72.4, p. 465-474.

LESPEZ L., 2020, Analyser la nature hybridée : renforcer le dialogue intra- et interdisciplinaire, in DUFOUR S. (éd.), Géographie de l'environnement : la nature au temps de l'Anthropocène, Paris, Armand Colin, p. 81-93.

LETANG M., 2020, La forêt est un champ de bataille : une histoire des régimes de gouvernement des "habitants de la forêt" en Inde coloniale et contemporaine (Himalaya, Uttarakhand), Les Cahiers d’Outre-Mer, 281, p. 163-190.

MAGALHÃES N., 2021, Désinvestir le paradigme des investissements verts, Natures Sciences Sociétés, vol. 29, n° 4, p. 439-449.

MALM A., 2018, L'Anthropocène contre l'histoire : le réchauffement climatique à l'ère du capital, Paris, La fabrique éditions, 250 p.

NAQINEZHAD A. et al., 2022, The combined effects of climate and canopy cover changes on understorey plants of the Hyrcanian forest biodiversity hotspot in northern Iran, Global Change Biology, n°28.3, p. 1103-1118.

NINDYATMOKO A.et al., 2022, Collaboration after conflict: A lesson from collaborative action in customary land tenure conflicts in Lombok, Indonesia, Forest and Society, n°6.1, p. 294-310.

OSTROM E., 1999, Self-governance and forest resources. Bogor, Indonesia, Center for International Forestry Research (Cifor), 15 p.

PEYRON J.-L., 2023, Vers une stratégie nationale d’adaptation des forêts au changement climatique ? Revue forestière française, vol. 74, n°2, p. 323-332, DOI : https://doi.org/10.20870/revforfr.2023.7616

PREVOSTO B. et al. 2016, Installer des feuillus méditerranéens pour augmenter la résilience et diversifier les peuplements résineux : rôle du couvert forestier et influence de l’espèce, Forêt Méditerranéenne, n°37.3, p. 175-184.

PUKKALA T., 2018, Carbon forestry is surprising, Forest Ecosystems, 5, p. 1-11.

REYNIERS C., 2019, Agroforesterie et déforestation en République démocratique du Congo. Miracle ou mirage environnemental ? Monde en développement, vol. 47, n° 3, p. 113-132.

RICHARDSON K. et al., 2023, Earth beyond six of nine planetary boundaries, Science Advances, p. 9-37.

ROBBINS P., FRASER A., 2003, A forest of contradictions: producing the landscapes of the Scottish Highlands, Antipode, 35 (1), p. 95-118.

ROSHANI H. et al., 2022, Forest vulnerability to climate change: A review for future research framework, Forests, n°13, 6, p. 917, DOI : https://doi.org/10.3390/f13060917

Saintonge François-Xavier, Boutte Bernard, 2020, « Comment agir dans un contexte d’incertitude lié aux effets possibles du changement climatique sur l’état de la santé de la forêt ? », Sciences Eaux & Territoires, 2020-3, n°33, p. 12-17.

SERVIGNE P., STEVENS R., 2015, Comment tout peut s’effondrer, Paris, éditions du Seuil, coll. Anthropocène, 296 p.

SOULE M., 1985, What is conservation biology?, BioScience, vol. 35, n°11, p. 731.

TESTOT L., AILLET L. (dir.), 2020, Collapsus : changer ou disparaître ? Le vrai bilan sur notre planète. Paris, Albin Michel, 352 p.

TORDJMAN H., 2021, La croissance verte contre la nature. Critique de l’écologie marchande, Paris, Éditions La Découverte, coll. Sciences humaines, 352 p.

TSING A., 2017, Le champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme. Paris, Éditions La Découverte, coll. Les Empêcheurs de penser en rond, 416 p.

VANUXEM S., 2020, Des choses de la nature et de leurs droits, Paris, Éditions Quae, coll. Sciences en questions, 116 p.

ZASK J., 2019, Quand la forêt brûle : penser la nouvelle catastrophe écologique, Paris, Premier Parallèle, coll. Poche, 200 p.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search