Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2023Nommer/Dénommer le monde

2023

Nommer/Dénommer le monde

André Buisson
Référence(s) :

DORION H., 2023, Ce que cache le nom des lieux, Angers, éd. Multimondes, 308 p.

DORION H., 2023, La toponymie. Une science, un vocabulaire, une gestion, Québec, éd. Septentrion, 421 p.

GIRAUT F. et HOUSSAY-HOLZSCHUCH M. (dir.), 2023, Politiques des noms de lieux : dénommer le monde, Londres, Iste, 279 p.

Texte intégral

1"Toponymie (nom féminin), 1. Partie de l'onomastique qui étudie les noms de lieux, leur origine, leurs rapports avec la langue parlée actuellement ou avec des langues disparues. 2. Ensemble des noms de lieux d'une région, d'une langue." (https://www.larousse.fr/​dictionnaires/​francais/​toponymie/​78465)

  • 1 Voir déjà : Jean Maillet, 2023, Dictionnaire étymologique des hydronymes et toponymes nautiques, CR (...)

2La toponymie est une mémoire1… Or on sait que toute mémoire est sélective (Dorion, 2023B, p. 221). Les trois ouvrages recensés ici soulèvent un nombre considérable de questions. Des questions d'identification et de compréhension des noms de lieux d'abord, et également des questions liées à la "valeur" de ces derniers, c'est-à-dire l’identification de celui "qui a pris la décision de dénommer tel lieu de telle manière" ? En fait, la question plus globale se décline ainsi : "qui doit nommer un lieu" ? Et cette dénomination doit-elle être définitive ?

  • 2 DAUZAT A., 1946, La toponymie française, Paris, Payot, 2e édit., 335 p., 8 cartes et un index. NEGR (...)

3La toponymie est aujourd'hui au carrefour de deux options, la "toponymie historique" et la "toponymie critique". Les deux livres d'Henri Dorion fournissent un état des lieux sur la recherche en "toponymie historique", celle que nous pouvons également considérer comme "classique"2. La base de sa recherche est le Québec, pays qui, par sa diversité, permet d'aborder la majorité des questions posées. Ce que cache le nom des lieux aborde cette science sous une forme plus ludique alors que La toponymie. Une science, un vocabulaire, une gestion l'étudie à la manière d'un manuel universitaire. De cet enseignement, retenons tout d'abord quelques grands adages : "les noms de lieux sont omniprésents car, sans eux, on n'irait nulle part" (p. 15), mais également "un nom de lieu est une mémoire, mais peut aussi exprimer un projet" (p. 27).

4En grand professeur, H. Dorion étudie (à partir principalement du fonds toponymique immense de son pays d’origine) la formation du toponyme, en trois éléments constitutifs (le terme générique, par exemple la nature du lieu, le terme spécifique, qui est le mot ou l’expression désignant, et la particule de liaison). Le nom du lieu est donc inspiré par le système référentiel du nommant. Il peut s’agir alors d’une « toponymie témoin » (témoignant de l’abondance ou de la rareté).

5On constate une modification constante du paysage toponymique (changement d’époque, de régime politique, de langue), comme avec les cas de personnalités comme Staline ou Alexandre le Grand. Le toponyme est un signe linguistique, permettant de conserver le lien entre colonie et métropole (Nouvelle Amsterdam, New York…). Le toponyme est un signe géographique, par sa localisation, ses particularités géographiques : lac rond, roche percée (le nom subsistera-t-il après l’érosion ?), le sol, la faune, la flore, la couleur, le climat. Il décrit également le monde construit (rue de l’église…), le monde administré. A chaque fois, l’auteur se réfère à des exemples québécois comme illustration des chapitres ; de nombreux tableaux explicitent leur formation. C’est un signe historique et une mémoire. Il peut conserver le témoignage de réalités disparues (moulins, fonderies…). Il garde la mémoire des présences humaines successives, des fonds ethniques ou des visiteurs (Basques à Terre-Neuve). C’est aussi un signe socio-économique, un signe socio-politique, qui permet de détruire par le changement de nom (France révolutionnaire, Russie soviétique… mais avant eux l’empire romain par exemple), un signe polysémique (le toponyme subsiste après les changements : Villeneuve, Villefranche…). Avec la toponymie du Québec, on touche à la majorité des questions que pose la recherche moderne en toponymie : un pays « neuf » où les souches linguistiques se sont superposées, voire mixées, des noms autochtones aux lieux renommés par les Français, les Anglais, les visiteurs ponctuels comme les pêcheurs Basques, et les noms mixés en franglais ou pidgin…

6La toponymie est efficace pour l’identification et la localisation. Pour encadrer toute recherche, il existe un « Groupe d'experts des Nations Unies pour les noms géographiques » et chaque pays a sa propre commission3. Au Québec, de nombreux défis subsistent : l’inventaire n’a jamais été terminé… Une question reste entière, celle des noms autochtones.

7De nombreuses questions encadrent la gestion toponymique au plan mondial, comme l’adaptation des noms étrangers, la normalisation, la « romanisation » (l’écriture en alphabet latin).

8Et le chapitre final est un quiz de révision… afin d’apprendre en lisant !

9Avec « Ce que cache… », le même auteur aborde, dans un livre écrit en six parties, les concepts principaux qui régissent cette même science. Il cherche à proposer une classification de cette nébuleuse de noms (« une voie lactée de noms de lieux »). Un constat, tout d’abord : il y a environ un milliard de noms sur terre, dont plus de six millions en France… C’est à la fois énormément, mais également très peu, car plus de 15 % des lieux n’ont pas encore de nom ! L’auteur examine également les surnoms des villes.

10Il joue avec les nombres, les noms anatomiques, les toponymes de terre, d’air et d’eau… et pose de multiples questions, notamment « Comment s’y retrouver ? » et conclue que « la toponymie est le miroir des différences ».

  • 4 NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY Site Blog de la Chaire UNESCO en Toponymie inclusive “Dénommer le Mondeh (...)

11De son côté, le groupe de chercheurs mené par F. Giraut4 et M. Houssay-Holschuch, propose une étude de « toponymie politique » (déjà esquissée par H. Dorion, ci-dessus). Les auteurs partent du principe que « des liens entre pouvoir et noms de lieux sont soulignés dès l'Antiquité, avec des exemples pris avec Alexandre le Grand, Jules César ou Auguste, mais surtout au début du XXe s. ». Leur livre, Politiques des noms de lieux est formé de onze chapitres dont le premier fournit l’introduction, et d’une conclusion.

12Le premier chapitre fournit un point historiographique sur le dossier. A partir de l'exemple de la région espagnole d'Aragon, qui a choisi de rebaptiser les sommets pyrénéens de plus de 3 000 m avec leur nom vernaculaire, les auteurs posent la question de la dé-nomination/renomination des lieux et de la « néotoponymie ». Ils déterminent une notion, le « toponomascape », qui constitue l'identité du lieu. Ils identifient à la toponymie deux axes de recherches divergents : la toponymie dite « classique », qui forme une sorte d'« archéologie toponymique du peuplement et de l'environnement », et la toponymie « politique », qui identifie les "enjeux des choix et usages de ces noms ». Des liens entre pouvoir et noms de lieux sont soulignés dès l'Antiquité, mais surtout (pour les auteurs) au début du XXe s. Ils explorent notamment la période d'impérialisme culturel, avec des exemples pris au Groenland pour les Norvégiens et les Danois, en Afrique du Sud avec les Afrikaaners et les Anglais, au Moyen-Orient… Ils soulignent le problème de la toponymie autochtone, au Vanuatu ou au Canada, effacée par les colons, ce qu'ils nomment « toponymie invisible des populations subalternes ». Ils explorent ensuite la notion de « toponymie critique », aux méthodes quantitatives, et celle de « dispositif toponymique » associant contexte, technologie et but de la dénomination, lieux et acteurs. Une très abondante bibliographie termine ce texte.

13Le chapitre 2 identifie que « le toponyme est un raccourci symbolique puissant pour raconter et légitimer les idéaux". « Qui et quoi doit être commémoré » ? Les auteurs évoquent l'exemple de l'initiative prise par l'association « Oser le féminisme » de renommer soixante rues de Paris à cause du sexisme et du manque flagrant de diversité raciale des rues de la capitale. Pour les auteurs, le « monde est en plein renommage par volonté de réparation » (p. 32), à cause de la banalisation du nom commémoré qui parait innocent alors qu'il est politiquement situé (par exemple dans le Sud-Est des USA, où la longue histoire suprémaciste a mis en scène notamment le général Lee).

  • 5 Même si la toponymie peut jouer un rôle complémentaire à la recherche en écologie, comme l'ont très (...)

14Dans le chapitre 3, les auteurs étudient le rapport entre toponymie et écologie. Ils notent le déclin de la recherche toponymique comme substitut de l'archéologie (p. 53)5 et pour eux « elle perdrait de sa valeur en tant que clé de lecture du paysage » (p. 54). Ils soulignent que les toponymies autochtones forment un maillage vernaculaire permettant la mise en commun des ressources ; à travers la personnification des lieux, ils créent une nouvelle perspective à la relation humain/environnement.

  • 6 Il eut été certainement plus scientifique de proposer la source latine de la vie d’Hadrien, même si (...)

15Le chapitre 4, « Nommer les territoires de conquête », s'attaque aux noms utilisés par le pouvoir, dans le cadre d'un empire conquérant et annexionniste. Les auteurs choisissent de démontrer leur hypothèse de travail avec trois exemples judicieux pris dans des romans : L'Île mystérieuse (Jules Verne, 1874), Anima (Wajdi Mouamad, 2012) et Maria Chapdelaine (Louis Hémon, 1914). Tous les thèmes sont identifiés : le "petit traité de toponymie coloniale", la "transposition des lieux de l'origine, la célébration des découvreurs, des hauts lieux", « l'ignorance de la toponymie autochtone ou bien son instrumentalisation »... Avec l'exemple de l'empire romain intégrateur (en citant un fragment des Mémoires d'Hadrien (Marguerite Yourcenar, 1951)6, ils insistent sur la nécessité des découvreurs ou des conquérants de nommer les découvertes et de renommer les colonisés et leurs territoires, même si une partie du corpus toponymique indigène est alors repris, traduit ou transcrit.

  • 7 En France, la loi 3DS (loi sur la Différenciation, la décentralisation, la déconcentration et la si (...)

16Le chapitre 5 interroge l'adressage du monde. Même s'il s'agit d'un élément banal de la vie quotidienne, de nombreux habitants n'ont encore pas d'adresse7. Les auteurs reviennent sur l'origine de la numérotation des rues, en France au XVIIIe s. pour faciliter le cantonnement des soldats et en 1727 à Prague pour identifier les rues du quartier juif !

17Avec le chapitre 6, c'est la marchandisation des paysages des marques qui est étudiée. Le toponyme devient marchandise (franchises, marques d'exception), avec comme exemple les Sun city (Arizona) réservé aux seniors, Baie ensoleillée (Helsinki)… et l'achat des droits de dénomination des lieux par des particuliers et la privatisation des droits représente une machine à cash pour les sites sportifs.

18Chapitre 7 : la toponymie du tourisme est une affaire de politique. En France, l'industrie des sports d'hiver est à l'origine de Val d'Isère, Val Thorens, Valmorel… le soleil, quant à lui, à l'origine de la "Côte d'Azur" en 1888, de la Riviera, de la Costa Smeralda (Sardaigne) en 1962, puis des « Venise provençale », « Aix-les-Bains-Riviera des Alpes »… Avec les franchises, comme Disneyland Paris, c'est la promotion et le développement du territoire, comme les Gorges de l'Ardèche ou le parc des Baronnies provençales (qui ne sont pas en Provence !) qui est en jeu.

19Chapitre 8 : La toponymie des lieux de la mobilité (les stathmonymes, p. 157, n.1)) est examinée ensuite, en lien justement avec le développement, voire l’explosion de cette mobilité. Les noms des stations de métro (proximité d'un siège social, d’un site touristique, d’un lieu majeur) prennent alors une place grandissante dans les habitudes sociétales, dans plusieurs buts, dont celui de simplifier les déplacements de touristes. Les noms des aéroports portent quant à eux un message politique et mémoriel, comme Roissy-Charles de Gaulle, que certains pays souhaitent effacer, comme le nom d’Atatürk à Istanbul. A Dubaï, les noms des stations de métro sont en vente !

20Chapitre 9 : La néotoponymie des quartiers informels dans les Suds. Elle est liée à la croissance des bidonvilles et la nécessité de se localiser. Ainsi, à Nairobi, on trouve deux Soweto (Est et Ouest), acronyme de South Western Township. Les noms de quartiers prennent souvent le nom des ethnies installées, voire ceux d’indications de situation géographique locale.

21Chapitre 10 : Luttes toponymiques. Avec un exemple pris en Guyanne française, où la colonisation française fut d’abord littorale et avec le refus d'intégrer les toponymes indigènes, les auteurs montrent l’impact du Géoweb qui devient une arme contre l'Etat par la production de cartes. Les auteurs citent l’exemple des monts Tumuc Humac, imposture apparue au XIXe s et devenus un « idéal inaccessible », mais qui restèrent localisés jusqu'en 1960 par l'IGN. A l'intérieur des terres, les sources toponymiques sont militaires, sites d'héliports, camps de base pour la traque des garimpeiros

22Chapitre 11 : Ce que l’Afrique pourrait apporter à la toponymie critique. Au Sénégal, par manque d'adresse, on a bien souvent recours aux schémas de localisation (fig. p. 224), à la micro-toponymie de l’espace vécu. Il existe bien sur une toponymie officielle, cependant la toponymie officieuse prévaut souvent. La problématique des lieux varie suivant les ethnies : arbres chez les Touaregs, ou les Yorubas… En conclusion de leur étude, les auteurs évoquent la nécessité de rebaptiser l'Afrique !

23La conclusion, rédigée par les éditeurs du volume, montre la nécessité de « nommer le monde », en prenant du recul sur le statocentrisme existant (p. 272).

  • 8 Par exemple, Anvers, Belgique, vient de Antwerpen : lancer la main (du géant) dans le fleuve.

24Avec beaucoup de finesse et des mots choisis, H. Dorion (Ce que cache…) souligne que la toponymie est une "Encyclopédie des heurts et malheurs du monde" (p. 11), et que le chercheur doit répondre à la question de l'histoire et de l'étymologie du nom8. Il souligne la richesse de l'imagination humaine et la singulière originalité avec laquelle on a dénommé le monde.

25De leur côté, F. Giraut et M. Houssay-Holtzchuch mettent en avant les grands questionnements contemporains. Faut-il débaptiser/dé-nommer les lieux, pour rectifier les « erreurs » de l’Histoire ? Leur ouvrage s’intègre dans le grand mouvement contemporain qui touche à d’autres domaines, ainsi celui de la zoologie9.

26En somme, l’Histoire doit-elle être immuable ? Et surtout, doit-on, à tout prix, la réécrire ?

Haut de page

Notes

1 Voir déjà : Jean Maillet, 2023, Dictionnaire étymologique des hydronymes et toponymes nautiques, CR par André Buisson https://doi.org/10.4000/geocarrefour.20474

2 DAUZAT A., 1946, La toponymie française, Paris, Payot, 2e édit., 335 p., 8 cartes et un index. NEGRE E., 1990 (à partir de), Toponymie générale de la France, vol. 1 : Formations préceltiques, celtiques, romanes, Genève, libr. Droz, 704 p., sur books.google.fr (ISBN 978-2-600-02883-7lire en ligne [archive]). vol. 2 : Formations non-romanes, Genève, libr. Droz, 1991, 671 p., sur books.google.fr (ISBN 978-2-600-00133-5lire en ligne [archive])., vol. 3 : Formations dialectales (suite) et françaises, Genève, libr. Droz, 1998, 480 p., sur books.google.fr (ISBN 978-2-600-02884-4lire en ligne [archive]), Errata et addenda aux 3 volumes, Genève, libr. Droz, 1998, 20 p., sur books.google.fr (ISBN 978-2-600-02897-4lire en ligne [archive]).

3 Au Québec, étudié par H. Dorion, c'est la Commission de toponymie du Québec : https://toponymie.gouv.qc.ca/ct/accueil.aspx. En France, c'est la Commission Nationale de Toponymie http://cnig.gouv.fr/?page_id=671 Conseil national de l’information géolocalisée.

4 NEOTOPONYMIE/NEOTOPONYMY Site Blog de la Chaire UNESCO en Toponymie inclusive “Dénommer le Mondehttps://neotopo.hypotheses.org/3804 L’Université de Genève accueille une nouvelle Chaire Unesco en Toponymie inclusive intitulée “Dénommer le Monde”. African Neotoponymy Observatory in Network. Frédéric Giraut, Cours en ligne (MOOC) « Dénommer le Monde : la politique des toponymes ».

5 Même si la toponymie peut jouer un rôle complémentaire à la recherche en écologie, comme l'ont très bien démontré M. Wywial et J.-P. Bravard, 1997, « Éléments pour une écologie historique du hêtre dans le Bas-Dauphiné et la Dombes », Actes des XVIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire tenues à Antibes (octobre 1996), Centre de recherches archéologiques

6 Il eut été certainement plus scientifique de proposer la source latine de la vie d’Hadrien, même si M. Yourcenar a été une brillantissime biographe, c’est-à-dire entre autres l’Histoire Auguste, Vie d’Hadrien, ou bien les fragments conservés de l’Histoire romaine de Dion Cassius. Les auteurs auraient également pu tirer parti de la Guerre des Gaules de César.

7 En France, la loi 3DS (loi sur la Différenciation, la décentralisation, la déconcentration et la simplifiction) du 8 février 2022 donne obligation de nommer et numéroter les voies même dans les communes de moins de 2000 habitants. Or, à la fin de l'année 2021, 15 % des 350 000 voies en France n'avaient pas encore d'adresse précise, ce qui crée un problème majeur pour l'accès des secours. Comment "adresser" chacun des habitants de la planète ? la question est encore actuelle, en France : "Ce couple qui vit loin de tout n’a même pas d’adresse" https://www.leprogres.fr/insolite/2023/05/27/loin-de-tout-ce-couple-n-a-meme-pas-d-adresse-repertoriee

Une start-up anglaise, la société What3worlds, a inventé une alternative, qui consiste à tout reprendre sur la base du système de triangulation : "what3words utilise une grille du monde composée de cinquante-sept mille milliards de carrés de trois mètres sur trois mètres. Chaque carré a reçu une adresse composée de trois mots anglais" https://fr.wikipedia.org/wiki/What3words, https://what3words.com/products/what3words-app, https://what3words.com/baser.autruche.école

8 Par exemple, Anvers, Belgique, vient de Antwerpen : lancer la main (du géant) dans le fleuve.

9 https://www.bfmtv.com/animaux/etats-unis-des-oiseaux-vont-etre-rebaptises-pour-ne-plus-porter-des-noms-juges-offensants_AN-202311030444.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Nommer/Dénommer le monde »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 27 novembre 2023, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/22568 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.22568

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search