Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97/3Le processus foncier comme révéla...

Le processus foncier comme révélateur des enjeux d’une opération de dépoldérisation - Etude de l’Aber-en-Crozon

The land process revealing the challenges of a depolderization operation - Study of Aber-en-Crozon
Célia Dèbre, Florence Gourlay et Anne-Laure Pailloux

Résumés

La « dépoldérisation », ou reconnexion à la marée des marais littoraux, apparaît comme l’une des manières de répondre aux objectifs contemporains de gestion de ces espaces naturels. Les processus ainsi engagés varient d’un site à l’autre, révélant la nécessité de les ancrer dans leur contexte territorial et écologique pour assurer leur réussite, et donc de tenir compte des spécificités de chaque site. Si elle est un processus de restauration écologique, elle semble être également un processus foncier. S’intéresser à ce processus est essentiel car ce dernier, tout en rendant faisable la reconnexion aux marées, alimente également fortement les représentations sociales du site et de sa dépoldérisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’aménagement des espaces littoraux a été dominé pendant des siècles par la construction d’ouvrages séparant la terre de la mer pour protéger les populations des submersions marines (Guerrin et Bouleau, 2014). Dans les marais maritimes, de tels ouvrages ont également permis de soustraire des terres à l’influence de la marée. Or, pour des raisons économiques (déprise agricole, spécialisation touristique des littoraux), mais aussi environnementales, le maintien de ces terres gagnées sur la mer est aujourd’hui sur certains territoires remis en question. On observe, à la fois, un glissement du principe de défense vers celui d’adaptation pour lutter contre les submersions et la reconnaissance de l’importance de la biodiversité et de la fonctionnalité écologique de ces marais (Bawedin, 2004). La « dépoldérisation », ou reconnexion aux marées, est ainsi de plus en plus pensée comme une manière de répondre aux objectifs de gestion intégrée du littoral par la restauration écologique d’un milieu naturel sensible (Goeldner-Gianella et Verger, 2009 ; Goeldner-Gianella, 2013 ; Goeldner-Gianella, Bertrand, Pratlong, Gautier-Gaillard, 2013).

  • 1 Ce programme de recherche pluridisciplinaire mené entre 2018 et 2021 et dirigé par Sébastien Gallet (...)

2Le programme de recherche PEPPS, « Pertinence environnementale de la restauration de petits marais ou prés salés »1 du littoral armoricain, s’inscrit dans cette problématique de gestion littorale en interrogeant les potentialités écologiques mais aussi les processus sociaux engagés par ces reconnexions. Son ambition était, en effet, d’évaluer la faisabilité de la restauration de petits marais et prés salés du littoral armoricain en mobilisant différentes approches disciplinaires. Les approches écologiques de la restauration et du fonctionnement éco-systémique ont été complétées par des approches économiques et sociologiques qui participent à la caractérisation des sites en en dégageant les pratiques et les représentations ainsi qu’en retraçant leur histoire politique, institutionnelle, économique et socio-culturelle. Ce programme se concentrait sur quatre sites d’études ayant été poldérisés pour y développer des activités agricoles – pâturage à Crozon (1850 et 1958 ; Finistère) et Plurien (1853, années 1940 et années 1980 ; Côtes d’Armor) et saliculture à Séné (1725-1742 ; Morbihan) et Mesquer (entre le IXe et le XVIIIe s. ; Loire-Atlantique) – puis dépoldérisés (Aber-en-Crozon : 1981 ; Islet : à partir des années 1990). Pour les marais de Séné et Rostu, la datation précise de la dépoldérisation est impossible : les premières photos aériennes effectuées en 1948 à Rostu attestent de la dépoldérisation et celles de 1953 à Séné montrent que près de la moitié des bassins sont dépoldérisés à cette date.

3Ces opérations engagent alors un processus de transformation du site dont l’importance est liée à la configuration même de la poldérisation, à son impact sur le paysage et les pratiques sociales du lieu. Quand pour les marais salants (Séné et Mesquer), il s’agit de reconnecter aux mouvements des marées des bassins qui étaient déjà en eau, la situation des estuaires étudiés, de l’Aber-en-Crozon et du marais de l’Islet à Plurien, est bien différente. Ces marais estuariens ont été, partiellement ou totalement, asséchés grâce à des digues, et les terres ainsi soustraites aux marées ont été dans certains cas cadastrées et privatisées. Ainsi, si la dépoldérisation représente pour nos sites d’étude un processus de restauration écologique de marais maritimes, notre enquête révèle qu’elle est également un processus foncier. Elle nécessite, quand elle est décidée et programmée, un rachat des parcelles concernées et dans un second temps, après la dépoldérisation, le basculement des parcelles cadastrées dans le Domaine Public Maritime (DPM). S’intéresser à ce processus est essentiel car ce dernier, tout en rendant faisable la reconnexion aux marées, alimente également fortement les représentations sociales du site et de sa dépoldérisation. Si certaines recherches se sont intéressées à ces dernières (Goeldner-Gianella et Imbert, 2005 ; Goeldner-Gianella et Marcadet, 2005), le processus foncier lui-même n’en demeure pas moins peu étudié alors même qu’il est inhérent à ce type d’opération et est l’objet de difficultés récurrentes rencontrées lors des reconnexions. Il n’est jamais véritablement explicité et singularisé comme élément majeur constitutif des opérations de dépoldérisations et de leur impact sur les sociétés locales.

4La configuration juridique de la propriété foncière diffère selon les pays. Ainsi, aux Pays-Bas la puissance publique est propriétaire des digues et la loi oblige l’Etat à protéger les terres agricoles. Pour dépoldériser, il faut dès lors que l’Etat rachète les terres. A l’opposé, en Angleterre, la propriété des digues et leur entretien sont privés ainsi que l’estran. En cas de dépoldérisation, le propriétaire garde d’ailleurs la jouissance de l’estran restauré. Dans les zones vulnérables la puissance publique peut néanmoins décider d’intervenir pour consolider les digues. Le managed realignment s’opère dès lors qu’il devient plus rentable de dépoldériser. (Goeldner-Gianella, 2013 ; Esteves, 2014).

5En France, comme en Allemagne d’ailleurs, la situation est plus complexe. Partant de l’exemple du marais littoral de l’Aber-en-Crozon pour lequel la question de la dépoldérisation émerge dès la fin des années 1970 - ce qui est alors rare en Europe - nous souhaitons analyser le processus foncier à l’œuvre lors d’une opération de dépoldérisation et ses effets. Ces derniers concernent tout autant la construction progressive à long terme d’une gestion complexe de ce marais littoral que les activités humaines riveraines du site. Cette analyse repose sur l’enquête de terrain menée à Crozon en 2019 dans le cadre du programme de recherche PEPPS et visant la compréhension des pratiques et des représentations de ce marais, dépoldérisé depuis 1981. Elle comprend cinquante et un entretiens semi-directifs avec des personnes diversement concernées par l’Aber. Ils ont été menés auprès des agents de gestion de diverses structures intervenant à l’Aber (Le Parc Naturel Marin d’Iroise, la commune de Crozon, la Communauté de communes de la Presqu’île de Crozon Aulne Maritime pour les périmètres Natura 2000 et la Réserve Naturelle Régionale Géologique et l’Établissement public de gestion et d’aménagement de la baie de Douarnenez en charge du bassin versant) et des membres du Conservatoire du littoral, des élus locaux actuels et de mandatures précédentes, des représentants d’associations de défense de l’environnement et de sociétés communales de chasse et de pêche, des dirigeants de structures économiques locales et des riverains. Nous en avons également mené auprès d’usagers rencontrés sur le site, ou conseillés par une personne enquêtée. Ces entretiens ont notamment permis d’explorer les types de caractérisation et de connaissance du site (biodiversité, évolution morphologique, histoire des usages et gestion) et les représentations associées à cet espace et à son histoire. Pour chaque entretien réalisé, nous avions des supports de représentation du site (une photo aérienne et un cadastre) qui permettaient de situer les propos dans l’espace, de repérer les différentes parties du site évoquées et de noter la manière dont elles sont nommées par les enquêtés. S’ajoutait également l’observation fine du site et des pratiques qui y ont lieu, traduites par la réalisation de cartes.

  • 2 Cet article a été l’objet de nombreux échanges. Nous remercions Gwenal Hervouët et Isabelle Gay du (...)

6Les discours mobilisés souffrent néanmoins parfois de l’ancienneté des faits racontés, relatifs aux pratiques du site avant la dépoldérisation de 1981 ou au processus qui a conduit à la dépoldérisation du site par exemple, et donc d’une part d’ombre ou de réécriture des faits. Ces représentations peuvent également relater une réalité vécue qui travestit celle du droit et de la gestion des espaces naturels littoraux comme en témoigne par exemple le sentiment d’abandon du site et de confiscation de terres agricoles présent dans les discours de certains enquêtés. Pour autant, leur analyse permet de révéler certains enjeux d’une opération de dépoldérisation dont la réussite repose en grande partie sur son acceptation sociale. Les pratiques actuelles du site ont également été abordées de manière à compléter nos observations, ainsi que les souvenirs de pratiques anciennes, parfois délaissées.2

7Ainsi, après un récit de l’histoire des poldérisations et dépoldérisations de l’Aber-en-Crozon, nous explorerons les effets de ces processus, notamment fonciers, et les manières dont ils sont perçus.

Figure 1 : L’Aber en Crozon, situation des deux digues sur l’estuaire (digue Rozan 1850 ; digue Richet 1958-1981)

Figure 1 : L’Aber en Crozon, situation des deux digues sur l’estuaire (digue Rozan 1850 ; digue Richet 1958-1981)

Réalisation : A.-L. Pailloux. 2020

L’Aber-en-Crozon, histoire d’une dépoldérisation

8L’estuaire de l’Aber-en-Crozon a été endigué à deux reprises : la partie amont est poldérisée en 1850 par la digue dite de Rozan, une digue surmontée d’une route qui coupe depuis l’estuaire de l’Aber en deux parties au niveau des ruines d’un ancien four à chaux. La rivière continue de s’écouler vers l’embouchure grâce à trois vannes placées sous la digue et équipées de clapets afin d’empêcher la marée d’entrer dans le polder (Figure 2).

9En 1958, la partie aval de l’estuaire est à son tour soustraite au Domaine Public Maritime en étant vendue à Robert Richet, un entrepreneur des Côtes du nord – actuelles Côtes d’Armor – pendant le deuxième mandat du maire M. Le Lann (1947-1965). Cette transaction se fait à charge d’endiguement par le nouveau propriétaire. Erigée à l’extrémité de la pointe dunaire, cette digue « Richet » termine de fermer l’estuaire (Figure 3).

10Des tentatives de bulbiculture (production de bulbes de tulipe) sont évoquées dans plusieurs entretiens. Quelques arbres sont plantés, mais le polder n’est pas construit. Cette partie aval de l’estuaire devient surtout, le lieu central de sociabilités estivales et de pratiques récréatives. Campeurs estivaux installés en famille dans les prés alentours et habitants de Tal-Ar-Groas et des hameaux riverains de l’Aber, toutes générations confondues s’y retrouvent le samedi soir et le dimanche autour de la « cabane à frites » pour y boire un verre, y manger une glace ; certaines familles viennent les jours chômés pique-niquer à cette extrémité de la pointe dunaire.

Figure 2 : La digue de Rozan érigée en 1850

Figure 2 : La digue de Rozan érigée en 1850

Cliché : A.-L. Pailloux, avril 2019

Figure n° 3 : La digue Richet construite en 1958

Figure n° 3 : La digue Richet construite en 1958

Cliché : collection personnelle d’Yves Moullec, avec son autorisation

Figure 4 : Photographie de l’estuaire de l’Aber après dépoldérisation

Figure 4 : Photographie de l’estuaire de l’Aber après dépoldérisation

Cliché : A.-L. Pailloux, 2019

Opposition à l’urbanisation de l’Aber

11C’est un projet de marina, à la fin des années 1960 qui va cristalliser l’attention et les tensions sur l’Aber. Ainsi en 1968, deux urbanistes, M. Cusset et M. Le Couteur, portent un projet de port en eau profonde (1 500 à 2 000 unités) et d’ensembles résidentiels dans le cadre d’un vaste projet d’aménagement touristique de la Baie de Douarnenez (Cadiou, 2015). Rapidement le projet de port est abandonné mais pas l’installation de résidences touristiques auxquelles le nouveau maire de Crozon, M. Jacquin ainsi que M. Le Lann, devenu conseiller général, sont favorables. Le projet est à son tour abandonné mais un autre émerge en 1973 porté par la SATFI (Société d’aménagement touristique du Finistère). Il rencontre une opposition locale de la part de quelques habitants et du Comité pour la défense des sites et de l’environnement de la presqu’île de Crozon. Cette association, créée en 1972 et soutenue par la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France, demande la dépoldérisation de l’Aber : elle perçoit cette dernière certes comme un moyen de restaurer le marais et donc un paysage littoral caractéristique mais aussi et surtout un moyen d’éviter tout projet d’urbanisation des terrains poldérisés et de ceux riverains de l’estuaire.

1977 : un tournant municipal dans la gestion du littoral de Crozon

12La reconnexion est votée par le conseil municipal élu en 1977 qui se prononce contre le projet de construction sur l’Aber et fait intervenir le Conservatoire du littoral avec lequel il travaille déjà sur la préservation du Cap de la Chèvre (Figure 5). Que ce soit le Comité pour la défense des sites et de l’environnement de la presqu’île de Crozon ou la municipalité de l’époque, il apparaît que la préservation de l’Aber est liée à celle du Cap de la Chèvre. En effet, la création du Comité n’est pas liée à la lutte contre des projets immobiliers comme à l’Aber mais, en premier lieu, à la lutte contre l’urbanisation sur tout le littoral crozonais. L’association alerte régulièrement sur les velléités urbanistiques du maire, M. Le Lann, qui est aussi notaire. La revendication de la sauvegarde de l’Aber lui-même n’est apparue pour ce comité que dans un second temps, contre l’intention attribuée à M. Richet « de bétonner tout le vallon ». Il en va de même pour la municipalité élue en 1977 qui avait demandé l’intervention du Conservatoire du littoral pour préserver les 2000 hectares du Cap de la Chèvre, se rappelle l’élu adjoint à l’environnement de 1977 à 1983. Les élus l’avaient sollicité dans le cadre de l’élaboration du plan de classement qu’ils menaient avec un représentant de l’État, ajoute-t-il, dans le contexte de l’application de la loi d’orientation foncière de 1967 et la mise en place des documents d’urbanisme (Plan d’Occupation des Sols à Crozon).

« Effectivement pour nous c’était une opération qu’on n’avait jamais faite. […] Le Conservatoire commençait à prendre de l’ampleur. Pour eux, c’était une belle opération. Et en plus c’était une affaire de relations humaines, parce que le Conservatoire voulait voir s’il n’allait pas se lancer dans quelque chose qui allait piétiner et finalement ne finirait pas. Bon ils ont vu qu’ils avaient affaire à des convaincus. [Et] le Conservatoire a négocié avec Richet, enfin ses successeurs. La famille Richet a dit oui. Ils se sont mis d’accord sur le prix – parce qu’ils ont été indemnisés quand même plusieurs fois la valeur de l’acquisition – bref, ça a été payé avec l’argent public (rires), et à partir de là, il fallait faire sauter l’ouvrage, l’endigage. » (Elu adjoint à l’environnement de la mairie de Crozon de 1977 à 1983- entretien - juillet 2019).

13C’est donc dans la continuité de l’action menée par le Conservatoire, sur demande de la municipalité, sur le cap de la Chèvre qu’est effectuée l’acquisition foncière ayant permis la reconnexion aux marées de l’Aber, mais également de l’étang de Kerloch et de l’étang du Fret (Figure 5) qui, lui, conserve un système de vannage permettant de gérer les niveaux d’eau. Il s’agissait pour l’adjoint à l’environnement de l’époque, à l’Aber comme au Cap de la Chèvre, d’arrêter la privatisation et l’urbanisation non régulée de l’espace public littoral.

14L’acquisition foncière et la restauration de l’Aber s’inscrivent donc dans un contexte politique communal spécifique. Ce changement porte avec lui une attention à l’environnement et au caractère public des espaces littoraux, dévoilant une opposition entre deux cultures politiques, celle d’un notaire « divers droite » et celle d’un instituteur de campagne « divers gauche ».

  • 3 Zone d’intervention (ou périmètre autorisé) est un périmètre à l’intérieur duquel le Conservatoire (...)

15Ainsi l’action du Conservatoire à Crozon et plus spécifiquement sur l’Aber est issue d’une dynamique municipale menée par l’équipe de Claude Yvenat, maire de Crozon de 1977 à 1983. Une fois réalisée, l’acquisition des terres ne peut être remise en cause et le Conservatoire continue à acheter progressivement des parcelles dans les zones d’intervention3 sur le territoire. Une parcelle de quelques centaines d’ares est achetée toutes les semaines encore aujourd’hui sur la presqu’île de Crozon.

Préservation de l’Aber, acquisition foncière du Conservatoire du littoral et dépoldérisation

Figure 5 : Propriété du Conservatoire du littoral à l’échelle de la presqu’île de Crozon

Figure 5 : Propriété du Conservatoire du littoral à l’échelle de la presqu’île de Crozon

Réalisation A.-L. Pailloux, 2020

16Les terrains acquis par le Conservatoire l’ont été grâce à une politique active de la municipalité élue en 1977 ; une action qui n’a pas été remise en cause par les majorités suivantes du fait même du caractère inaliénable des parcelles acquises, propre aux statuts de cet établissement public. Il importe de restituer cette action foncière, en commençant par les conditions dans lesquelles elle a émergé à Crozon et plus spécifiquement à l’Aber.

17Établissement public de l'État, le Conservatoire est destiné à mener une politique foncière de sauvegarde de l'espace littoral, de respect des sites naturels et de l'équilibre écologique (code de l’environnement, art. L. 322-1). En Bretagne, environ 30 000 ha sont en zone d’intervention de l’établissement, 10 000 ha sont aujourd’hui acquis et donc protégés en tant que propriétés publiques, inaliénables et imprescriptibles. A terme, l’action foncière dans les secteurs d’intervention doit former des ensembles cohérents où une gestion écologique et paysagère peut être mise en place. Le Conservatoire intervient principalement sur des espaces définis comme naturels par les documents d’urbanisme (zonages Nds des PLU).

18Le Conservatoire intervient à Crozon depuis 1978, date à laquelle il commence à intervenir au Cap de la Chèvre. En 2019, il est propriétaire d’environ 550 ha sur le Cap de la Chèvre et de 900 ha sur la commune de Crozon. Il intervient sur six sites sur Crozon et neuf sites sur la presqu’île, pour un total d’environ 1 223 ha acquis. Aucun site ne présente le même profil foncier : d’un côté, ce sont des sites particulièrement morcelés tels l’étang de Kerloch (234 transactions pour acquérir les 185 ha) et le Cap de la Chèvre (535 actes d’acquisition pour les 535 ha) ; de l’autre côté, des sites d’une vingtaine à une cinquantaine d’hectares qui nécessitent de 5 à 28 transactions. Entre les deux, l’Aber-en-Crozon présente une superficie intermédiaire de 141 hectares, dont 103 ha acquis pour une moyenne d’un peu plus de 3 ha par acte d’achat.

19Possédant plus de 14 % du territoire communal, le Conservatoire est un acteur foncier essentiel à Crozon.

Mécanismes et conséquences des acquisitions foncières

20Comme évoqué précédemment, l’estuaire de l’Aber a été poldérisé à deux reprises. Alors que seules les dunes, hors d’eau, étaient cadastrées, ces deux poldérisations ont permis de "privatiser" la partie de l'estuaire qui appartenait au Domaine Public Maritime ; les terres asséchées intégrant le cadastre. En 1980, ce sont ces terres poldérisées et les dunes qui sont rachetées par le Conservatoire. Si la plupart des achats se font par le biais de négociations à l’amiable, des propriétaires sont expropriés. Cela est le cas lorsque le propriétaire d’un terrain enclavé refuse de vendre, nous explique l’agent municipal assermenté par le Conservatoire. Mais le plus souvent, ce n’est « pas que les gens ne voulaient pas nous vendre, la plupart voulait nous vendre, mais ils ne pouvaient pas prouver l’origine de propriété. Donc on a été obligé de passer à l’expropriation pour ça ».

  • 4 La définition du Domaine Public Maritime (DPM) établit son tracé selon la ligne haute du rivage sép (...)

21Or, outre l’action foncière, d’un commun accord avec la mairie, le Conservatoire décide également en 1980 l’ouverture des deux digues : la digue Richet est démantelée, et un des clapets de la digue de Rozan est ouvert. La partie aval de l’estuaire, entièrement dépoldérisée, redevient dès lors soumise aux actions de la marée. Intégrant de fait le Domaine Public Maritime, ce nouveau statut foncier ne sera reconnu officiellement que lors de sa publication au journal officiel en 20134.

  • 5 Note technique du 31 octobre 2019 relative à l’intervention du Conservatoire de l’espace littoral (...)

22De ce fait, le Conservatoire a demandé à être l’attributaire de cette partie de l’Aber pour conserver une continuité de la gestion mise en œuvre. En effet, il est autorisé à intervenir sur toutes les dépendances du Domaine Public Maritime (DPM) naturel sur lesquelles l’Etat souhaite affirmer la protection et la valorisation de son patrimoine écologique. L’intervention du Conservatoire et des partenaires, à qui il confie la gestion des espaces d’interface « terre-mer », vise à favoriser la mise en place à long terme d’une ingénierie de préservation des milieux existants ou, suivant les sites, de restauration écologique des milieux dégradés5. Isabelle Gay, responsable de l’Aber pour le Conservatoire, explique la démarche sur le site de l’Aber-en-Crozon :

« Le Conservatoire a acheté les terrains comme si c’était du domaine terrestre, puis a enlevé la digue Richet pour dépoldériser la zone qui est redevenue du DPM. Après quelques années de flou administratif, le Conservatoire s’est fait affecter, par convention de mise à disposition par l’état de terrains, ce secteur de DPM. L’établissement est donc affectataire des anciens terrains poldérisés. La Communauté de communes de la presqu’île de Crozon est co-gestionnaire du site avec le PNMI, compétent sur les espaces soumis aux influences maritimes. (Chargée de mission Finistère, Délégation Rivages de Bretagne, Conservatoire du littoral en charge des terrains de Crozon – Entretien - 2019).

23La partie amont de l’Aber, de l’autre côté de la digue de Rozan (Figure 1), est également soumise à la marée du fait de l’ouverture de l’une des trois vannes à clapets. La décision, prise en 1980, de n’ouvrir qu’un clapet s’explique par la présence en amont d’un ancien moulin devenu station de pompage d’eau potable et pour lequel des textes anciens font état de risques d’inondation. Bien que cette station fournisse un tiers de l’eau potable de la commune (Cadiou, 2015), le choix de n’ouvrir qu’un clapet pour ne pas risquer des intrusions d’eau de mer ne perdure pas. En effet dans les années 1990, la commune décide de ne pas entretenir les clapets qui se détériorent peu à peu puis disparaissent. Actuellement, cette partie amont, ouverte à la marée par ces trois vannes, est donc considérée comme du Domaine Public Maritime de fait, même si aucune reconnaissance officielle n’a été réalisée.

Effets des acquisitions foncières liées à la restauration du marais littoral : régulation des occupations et des usages de l’espace et montage complexe de gestion

24Les acquisitions foncières du Conservatoire sur l’estuaire de l’Aber-en-Crozon ont certes permis d’amorcer le processus menant à sa dépoldérisation. Mais, en permettant sa reconnexion aux marées, elles ont engagé du même coup le changement de statut des parcelles concernées. Elles ont ainsi initié un montage progressif de modalités de gestion fort complexe pour qui n’est pas initié ; d’autant plus complexe que se sont ajoutées d’autres contingences liées à l’évolution de la gestion des espaces naturels et de l’organisation des compétences territoriales.

Montage complexe pour la gestion d’une interface terre-mer

25Le Conservatoire, une fois propriétaire de terrains met en place un dispositif de gestion avec la ou les structure(s) gestionnaires choisie(s) avec lesquelles il signe une convention de gestion. Le travail partenarial commence alors. Le gestionnaire désigne un agent du littoral. Sa mission est basée sur des actions d’aménagement et de pose d’équipements, d’entretien du site naturel, de suivis scientifiques, d’accueil du public, et éventuellement de garde (police judiciaire de l’environnement). Dans le cas de l’Aber, c’est un agent communal assermenté par le Conservatoire, Didier Cadiou, qui intervient sur le site. C’est le même depuis près de trente ans et c’est l’un des plus fins connaisseurs du site.

« Il y a une identification si on parle, sur la presqu’île, je dirais même sur l’ensemble de la presqu’île du Conservatoire, je pense que 9 personnes sur 10 vont vous répondre Didier Cadiou. Alors qu’il ne bosse pas pour le Conservatoire » (Chargée de mission Finistère, Délégation Rivages de Bretagne, Conservatoire du littoral en charge des terrains de Crozon – entretien - 2019).

26Il est essentiel d’avoir des agents de gestion locaux qui sont sur le terrain indiquent nos interlocuteurs du Conservatoire, car cela permet d’avoir une identification de la gestion. Dans le cas de l’Aber, l’identification de la gestion du site tient fortement à la trajectoire de l’agent du littoral, natif de Tal-ar-Groas, et au capital d’autochtonie (Retière, 2003) lié à son histoire personnelle et professionnelle attachée à la presqu’île de Crozon.

27Si la commune a été le gestionnaire du site jusqu’en 2020, depuis, la communauté de communes a récupéré cette compétence. Aujourd’hui la quasi-totalité du littoral crozonais est protégée soit par un classement foncier en Espace Naturel Sensible du Département du Finistère soit par l’intervention du Conservatoire. Pour la référente du Conservatoire pour le Finistère, la perte en identification engendrée par le transfert de la compétence de gestion à la communauté de communes, sera contrebalancée par une représentation et une visibilité de l’action du Conservatoire étendues à toute la presqu’île. Jusqu’alors en effet, le Conservatoire n’avait pas de gestionnaire identifié pour les autres sites en dehors de la commune de Crozon. Or, outre la mairie, et maintenant la communauté de communes, la gestion de l’Aber est partagée avec le Parc Naturel Régional d’Armorique (PNRA) au début des années 1990 puis, depuis 2016, le Parc Naturel Marin d’Iroise (PNMI). Si le PNRA n’a jamais été actif sur le site, le PNMI s’y investit, lui, fortement. Il mène des missions de surveillance, des inventaires et des suivis scientifiques et a entrepris, en partenariat avec la commune, la communauté de communes et le Conservatoire, la rédaction d’un plan de gestion finalisé en 2020. Pour le PNMI, l’Aber a un statut particulier : il est son seul site non exclusivement marin. Certes, l’Aber – l’aval du moins – est reconnu comme relevant du Domaine Public Maritime, mais il reste un espace terrestre recouvert par la marée une partie du temps. C’est une caractéristique propre aux marais maritimes naturels ou dépoldérisés : à l’interface terre-mer, ils sont des systèmes écologiques et paysagers parmi les plus fragiles et les plus riches (Verger, 1995). En effet, les espèces faunistiques et floristiques de ces marais sont originales et adaptées à l’immersion et à la salinité de ces lieux. La variation de ces deux variables (eau, sel) peut potentiellement perturber ces écosystèmes rares que nous ne trouvons nulle part ailleurs. Ils sont l’objet d’une reconnaissance internationale de leur valeur patrimoniale (inscription à la directive européenne habitat faune flore (1992) et convention de RAMSAR).

Figure 6 : Propriétés du Conservatoire du Littoral et périmètres de protection sur l’Aber-en-Crozon en 2019

Figure 6 : Propriétés du Conservatoire du Littoral et périmètres de protection sur l’Aber-en-Crozon en 2019

Réalisation : A.-L. Pailloux, 2020

28Situé à l’interface terre-mer, l’Aber-en-Crozon ne se présente pas comme une unité homogène. Ce sont différents sous-espaces qu’il faut distinguer en fonction de leur ouverture à la mer. Ces sous-espaces apparaissent avec les limites variables des périmètres d’inventaires et de protection et dans lesquels se situent tout ou partie de l’Aber : une Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF de type 1), une Zone Spéciale de Conservation (ZSC) de la Directive Habitat qui inclut les dunes, la plage et la totalité de l’estuaire (plus quelques terres adjacentes) ; une Réserve Naturelle de Chasse et de Faune Sauvage ; 35 ha sont inscrits au titre de la protection des sites (loi du 2 mai 1930) depuis 1961 ; deux sites jouxtant l’estuaire font partie des 27 sites d’intérêt géologique de la Réserve Naturelle Régionale et enfin comme nous l’avons évoqué précédemment 39 ha situés sur la partie aval et reconnus Domaine Public Maritime sont également au centre de la cogestion par le Parc Naturel Marin d’Iroise et la commune (Figure 6). La limite actuelle du périmètre du PNMI au sein de l’Aber correspond à la digue Rozan dont l’appui sud est situé dans le périmètre de la Réserve Naturelle d’intérêt géologique. Si ces différents périmètres révèlent une concentration d’enjeux paysagers, écologiques et géologiques de l’Aber-en-Crozon, ils ne sont pas les seuls outils de préservation du site. La loi Littoral impose aussi une protection très forte à laquelle contribue la règle d’inconstructibilité de la bande des 100 mètres dépendant du tracé du Domaine Public Maritime.

29Par ailleurs, ces divers périmètres impliquent d’autres acteurs à intégrer dans la concertation pour la gestion du site. Ainsi comme pour tous les espaces naturels littoraux, la dimension foncière et les statuts de propriété ne sont pas les seules dimensions structurant le montage de la gestion de l’Aber.

Acquisitions et régulation des usages fonciers au-delà du seul périmètre de l’Aber : usage agricole et urbanisation

30Si la dépoldérisation concerne l’estuaire stricto sensu, le processus foncier qui a permis sa réalisation et la protection du marais s’applique à toute la frange littorale. Entre 1980 et 2019, les terrains acquis par le Conservatoire passent de 98 à 108 hectares et son espace d’intervention atteint 140 hectares (Figure 6). Cet espace comprend des terrains autour de l’estuaire dont une partie est utilisée par des exploitants agricoles dans le cadre de conventions d’occupation : les dunes qui appartenaient à une famille d’un hameau riverain, les terres endiguées par Robert Richet et celles endiguées un siècle plus tôt en amont. Dès les années 1950, outre l’usage agricole sur les coteaux, c’est l’usage récréatif qui domine pour les dunes et l’estuaire avec des pratiques balnéaires et de campement.

  • 6 Données INSEE issues des recensements de la population.

31La commune de Crozon couvre une grande superficie (8000 ha), bénéficie d’une vaste façade littorale (75 km de côtes) et présente un parcellaire très découpé. Le modèle agricole y est peu productiviste au regard des communes voisines de Telgruc-sur-mer ou d’Argol. Le nombre d’agriculteurs y est peu élevé : en 2016, 1,1 % des emplois à Crozon concernent le secteur primaire contre 1,8 % en 2011 soit une diminution par trois des effectifs6. Entre outre, il s’agit d’exploitations familiales dont la majorité ne compte pas de salarié : les 46 agriculteurs sont répartis dans 38 exploitations. Si la commune a connu une urbanisation régulière, elle a conservé une faible densité de population au regard des autres communes littorales métropolitaines (en 2015, 95 hab./km2 contre 281 en moyenne). L’enjeu foncier, pour le Conservatoire mais également pour les gestionnaires, dépasse l’estuaire de l’Aber pour intégrer les terrains qui l’encadrent. Cela se concrétise par des régulations des pratiques sur ces terres. En parallèle, d’autres réglementations et lois régulent l’urbanisation. Toutes ensembles, ces actions participent à étendre le périmètre du processus foncier autour et au-delà de l’espace naturel protégé. C’est ce que nous pouvons voir à travers deux exemples : les conventions agricoles du Conservatoire et le Plan Local d’Urbanisme de Crozon.

32Si la reconnexion a modifié les usages agricoles des parcelles anciennement poldérisées, elle a plus largement, en permettant la restauration du marais salé et sa protection en tant qu’espace naturel, modifié les usages agricoles des terrains riverains de l’Aber. En effet, comme le précisent les représentants du Conservatoire, les terrains appartenant au Conservatoire sont des espaces naturels selon le zonage des Plans Locaux d’Urbanisme (Figure 7) ; un usage agricole y est consenti seulement s’il concourt à l’accomplissement des objectifs de gestion de ces espaces.

33Dans la partie amont de l’Aber, il y a eu du pâturage et de la fauche jusqu’à la dépoldérisation :

« Quand j’étais petit les bêtes allaient brouter en été en bas (sur le fond de l’Aber) car quand c’était sec dans les prés, en bas elles avaient de l’eau, l’ombre des arbres et de l’herbe. En 1976 par exemple les vaches elles étaient en bas, comme ça elles avaient de l’herbe, même si ce n’était pas de la vraie herbe. » (Agriculteur de Trélannec - entretien-2019).

34Quant aux terrains qui bordent l’Aber, ils sont de différentes natures : boisement du côté du hameau de Lesquervenec au sud-est de l’Aber et terrains agricoles pour les autres. Certains d’entre eux ne sont plus exploités pour des raisons dépassant le contexte de l’Aber et relevant d’une évolution générale de l’agriculture littorale. Ainsi au Véniec et à Raguenez, hameaux situés au Sud de l’Aber (Figure 1), il y avait jusque dans les années 1970, comme l’indiquent des enquêtés, 5-6 petites fermes en polyculture avec chacune 2 à 8 vaches ; le dernier exploitant a arrêté il y a plus de 10 ans. Pour les autres terrains riverains des hameaux de Trébéron et Trélannec situés au Nord de l’Aber (Figure 1), les pratiques agricoles ont été modifiées du fait de la protection de l’Aber. Un éleveur bovin, propriétaire d’une dizaine d’hectares sur les berges, nous indique ainsi avoir changé ses pratiques agricoles au bord de l’Aber dans les dix dernières années pour aller vers plus de pâturage :

« J’ai de l’herbe partout au bord du ruisseau parce que je ne peux pas faire d’épandage. Les contrôles sont de plus en plus durs et je ne veux pas polluer. Je suis en pâture jusqu’à la digue pour les vaches. Cela ne sert à rien de mettre des machins dans le ruisseau ». (Agriculteur de Trélannec - entretien - 2019).

35Sur cette partie jouxtant la partie amont de l’Aber, c’est davantage la loi sur l’eau et les milieux aquatiques (2006), ainsi que le Plan algues vertes (depuis 2010) suivi par l’Établissement Public d’Aménagement et de gestion de la Baie de Douarnenez, qui encadrent les pratiques agricoles. Les agriculteurs doivent respecter des règles de limitation de l’utilisation de nitrates et d’intrants. La localisation des terrains sur les berges de l’Aber implique donc une régulation des pratiques agricoles. Elle reste néanmoins plus souple que dans le cadre des conventions d’exploitation agricole sur les parcelles dont le Conservatoire est propriétaire. En effet ce dernier ne permet pas tout type de pratiques agricoles ou cynégétiques.

36La question foncière autour de l’Aber pose également celle de l’urbanisation, cette fois-ci au regard de la Loi Littoral et des prescriptions qu’elle pose aux Plans Locaux d’Urbanisme, en encadrant l'urbanisation et certaines installations. Cette dimension ne relève pas de la dépoldérisation elle-même. Néanmoins celle-ci a entrainé un recul de la ligne haute du rivage marquant le tracé séparant le DPM des parcelles cadastrées privées ou publiques et redéfinit la limite de la bande, dite des cent mètres, introduite par la loi Littoral de 1986 postérieure à la dépoldérisation (1980). Or la loi interdit d'urbaniser en discontinuité des agglomérations et des villages existants sur ces espaces (espaces grisés sur la figure 7) où la protection des espaces dits "remarquables" encadre strictement les aménagements autorisés.

Figure 7 : Zonage du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal sur l’Aber-en-Crozon (approuvé en janvier 2020)

Figure 7 : Zonage du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal sur l’Aber-en-Crozon (approuvé en janvier 2020)

37Ainsi la dépoldérisation ne concerne pas seulement la reconnexion aux marées de l’estuaire. Elle engage une protection multiple de l’Aber et s’intègre dans une gestion plus large des usages des terres environnantes. L’agriculture comme l’urbanisation se trouvent dès lors régulées par plusieurs structures et lois liées à la préservation des espaces naturels littoraux.

L’Aber dépoldérisé, représentations d’un site et d’un processus foncier.

38La restauration, et dans un second temps la préservation, d’un marais littoral engagent un processus foncier qui permet la dépoldérisation et régulent les usages de l’estuaire et des terrains riverains. Néanmoins pour en comprendre la réalité sociale nous devons nous intéresser, au-delà des règles et des faits, aux représentations sociales du site et de ce processus foncier.

L’acquisition inaliénable par le Conservatoire ou la « sanctuarisation » de l’Aber

39Seule l’intervention du Conservatoire, garantissant l’inaliénabilité des acquisitions foncières, a assuré à l’Aber – comme au Cap de la Chèvre – de ne pas voir émerger d’autres projets ou toute nouvelle forme de privatisation. Cette idée est présente dans les entretiens à travers l’évocation de projets développés sous les mandats suivant celui de M. Yvenat et qui ont « abîmé » des franges littorales dont le foncier n’était pas « bloqué ». Ainsi, trois enquêtés critiquent chacun les effets écologiques des projets portés par M. Fabien, maire de 1983 à 1989 : un projet de golf inabouti sur des dunes (terrain racheté par le Conservatoire à la fin 2019) ; un projet de thalassothérapie ; sans parler d’une décharge qui, aujourd’hui, a un impact sur la qualité des eaux d’une des trois principales zones humides de la presqu’île (Figure 5).

40Si le maire de Crozon entre 1989 et 2003, agrée globalement l’action menée par la commune et le Conservatoire au début des années 1980, il émet quelques critiques. Si l’inaliénabilité des terrains acquis permet leur préservation contre l’urbanisation, elle semble également, aux yeux de certaines personnes enquêtées, produire une forme d’invisibilité du site de l’Aber. Il disparaît des enjeux socioéconomiques de la commune : « On n’a rien touché. On ne touche à rien. 40 années, dans un tel site, sans… Il n’y a pas de projet sur le site ». Cela se ressent également dans le sentiment d’abandon exprimé par les riverains enquêtés. Mais ce sentiment est aussi sans doute à relier à certaines représentations sociales identifiant une hiérarchisation des actions publiques selon les différents pôles d’urbanisation de la commune (« Tout pour Morgat et rien pour Tal Ar Groaz et pour l’Aber » comme l’exprime une riveraine de l’Aber). L’ancien maire, cité précédemment, relève par ailleurs la difficulté de concilier sur un même site la préservation des milieux naturels et les activités anthropiques ; ce qui oblige en un sens à en sacrifier certains pour en préserver d’autres. Les préserver ce serait finalement les extraire des logiques de projets et de développement du territoire. A la question de savoir si l’Aber est un sujet lors des campagnes municipales, il répond :

« Jamais. Non. (…) Je pense que c’est acquis, c’est fini. Mais, c’est, comment ils disent, sanctuarisé. Personne n’y touche (…). Non, on n’en parle pas. Ce n’est pas un sujet pour les élections. (…) Les gens ils n’en parlent plus (de l’Aber). Non, on trouve ça bien. C’est bien, mais est-ce qu’on n’aurait pas pu faire autre chose ? Est-ce que, est-ce qu’une activité, je ne sais pas, touristique au bord aurait vraiment dénaturé le site ? C’est discutable, c’était ... Finalement je dis ça avec le recul, maintenant ça ne me concerne plus. C’est vrai que c’est bien de préserver, mais préserver pour préserver, ça a des limites. (..) Il y a des moments il faut quand même sacrifier certains sites pour pouvoir en préserver d’autres... Et, voilà, on ne peut pas faire que de la protection. » (Maire de Crozon de 1989 à 2003 - Entretien - 2019).

41Ce type de discours soulève la question des représentations des espaces naturels, de leur préservation et de leur gestion (voire de leur « bonne gestion ») associée à des notions de maîtrise, d’entretien et de valorisation anthropique de la nature, en contradiction avec certaines aspirations au ré-ensauvagement (Barraud et al., 2019). Ces discours pointent l’enjeu de la cohabitation des actions de préservation et de possibles activités anthropiques sur ces espaces naturels. Ils font néanmoins l’impasse sur l’enjeu touristique que représente la préservation des espaces naturels littoraux. Ils semblent aussi méconnaître le projet porté par le Conservatoire sur l’ouverture et la fréquentation du « grand public » et la reconquête écologique et paysagère ainsi que la mise en valeur des patrimoines naturels et bâtis.

Préservation d'un espace naturel littoral et confrontation des représentations de la régulation des usages

42Des représentations de la régulation des usages sur ces espaces s’opposent. Les acteurs de la protection des espaces naturels (notamment le Conservatoire) préfèrent l’aborder sous l’angle de l’organisation de pratiques compatibles avec la préservation des milieux et des espèces. De leur côté les agriculteurs, même si la plupart d’entre eux reconnaissent une nécessaire préservation, la perçoivent comme une contrainte.

43Par ailleurs, si les gestionnaires estiment qu’« on a tout intérêt à ce qu’il y ait des agriculteurs » (employé communal en charge des espaces naturels - entretien - 2019), certains souhaiteraient une plus grande régulation des pratiques agricoles notamment concernant les l’utilisation de produits phytosanitaires. Dès lors, refuser de vendre au Conservatoire est parfois motivé par la volonté de conserver une certaine liberté de définition de ses pratiques agricoles. Sur les berges de l’Aber à Trébéron, un rapport de force se joue ainsi entre un agriculteur, par ailleurs élu municipal, et le Conservatoire pour le rachat de terrains, ce premier ayant des parcelles en culture alors que celles qu’il loue au Conservatoire sont en fauche :

« Ils [le Conservatoire] ont acquis quelques petits bouts de parcelles, là, dans le bloc où je travaille. J’ai un petit bail avec eux, mais ça reste à la marge. Jusqu’à présent les gros propriétaires n’ont pas voulu vendre. Bon après, moi j’ai des relations avec les propriétaires qui sont très, très bonnes, donc ils ne souhaitent pas forcément non plus me poser des bâtons, entre guillemets, dans les roues. Parce que du moment que ça appartient au Littoral, c’est beaucoup plus compliqué en termes d’exploitation. (…). Disons que voilà, la culture du maïs déjà, ils n’aiment pas trop. Retourner la terre, ils ne sont pas chauds non plus. Il y a un peu plus de contraintes. Les terrains que j’ai avec eux en bail, c’est plus de la fauche, tout simplement. Mais moi, la fauche pour de la fauche, ça ne m’intéresse pas plus que ça. Et puis c’est surtout des terres qui sont quand même relativement intéressantes en termes de cultures printanières. Et le maïs fait partie de celles-là. » (Agriculteur exploitant des terres à Trébéron- entretien - 2019).

44Derrière la question de l’acquisition foncière se joue celle des pratiques agricoles. Elles sont au cœur du rapport de force entre agriculteurs et Conservatoire à Trébéron. Mais pas seulement. Pour certains propriétaires, c’est le prix proposé qui est déterminant : « J’ai un terrain. Là, j’ai reçu un courrier du Conservatoire du littoral pour me racheter un hectare en bas à 1800 euros. Moi je veux bien, dans le principe je suis pour, mais pas à ce prix-là. » (Habitant de Trébéron propriétaire d’un terrain sur le coteau qui descend à l’Aber - entretien - 2019). La politique d’acquisition du Conservatoire sur la partie nord de l’Aber, à Trébéron, qui a pour but la continuité des propriétés, se confronte donc à deux obstacles : la volonté de conserver des cultures agricoles moins contraintes et la valeur des terres héritées, estimée supérieure au prix proposé par le Conservatoire du littoral. Le cahier des charges des conventions agricoles proposé par le Conservatoire apparait en effet à certains exploitants conventionnels trop strict par rapport à ce que leur permet la loi sur l’eau et le plan Algues Vertes, quand, pour d’autres agriculteurs, il ne pose aucun problème. Derrière cette question des terres et des pratiques agricoles s’illustrent bien les représentations que chacun se fait du vivant, des sols et de l’eau et de son patrimoine foncier.

45De la même manière, pour la régulation de l’urbanisation, le statut d’espace naturel protégé de l’Aber n’a pas été modifié entre le Plan Local d’Urbanisme approuvé en 2015 et le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) de 2020. En revanche, la superficie considérée comme zone humide dans la partie aval a été réduite. En outre, ce PLUI a reclassé certaines parcelles au nord de l’Aber à Trélannec et au sud de Tal-ar-Groas, jusqu’alors encore constructibles, en zone naturelle ou à constructibilité limitée. Ainsi, seul le bourg de Tal-Ar-Groas reste constructible. Les hameaux du sud de l’Aber et Trébéron au Nord n’ont pas connu une telle extension. Les modifications apportées à la Loi Littoral en 2015 ont mis un coup d’arrêt à toute ambition d’urbanisation en reclassant tous ces villages, à l’exception de Tal-ar-Groas, en hameaux autour et au sein desquels il est interdit de construire. Ainsi, explique le maire actuel de Crozon, « dans le PLUI, en application du SCoT (Schéma de COhérence Territoriale) du Pays de Brest, toutes les terres agricoles restent agricoles. La loi Littoral, pour le reste, s’applique dans sa plus grande dureté [en empêchant toute construction] dans les dents creuses […] dans les hameaux que nous on appelait des villages ». Cet entretien a été réalisé en 2019, alors que le Schéma de COhérence Territoriale du Pays de Brest était en cours de modification par l’application de la loi ELAN (2018) et le nouveau PLUI en cours d’élaboration (validation le 17 février 2020). Désormais le PLUI identifie des hameaux, nommés « secteurs déjà urbanisés » dans la loi, où des « dents creuses » peuvent accueillir des constructions. Une évolution sera donc désormais possible sur ces secteurs.

46Quel que soit leur avis sur l’aménagement et la gestion du site et de ses terres environnantes, tous les élus, actuels et anciens, interrogés s’accordent à critiquer cette nouvelle règle de régulation de l’urbanisation. D’une part, parce qu’ils estiment que les hameaux perdent en dynamisme et, d’autre part, pour l’effet de renchérissement des prix du foncier et des logements et l’effet de celui-ci sur la démographie de la commune.

47Ainsi le processus de dépoldérisation en recomposant la configuration foncière, en modifiant les paysages, les milieux naturels, redéfinit les usages mais aussi les représentations associées à ces espaces littoraux. Il est un élément de recomposition et de complexification du système socio-spatial littoral.

Conclusion

48Ainsi la phase opérationnelle de dépoldérisation de l’Aber-en-Crozon a été rendue possible grâce aux acquisitions foncières réalisées par le Conservatoire du Littoral et à la volonté politique de la municipalité élue en 1977. Le processus foncier amorcé à la fin des années 1970 concerne un périmètre plus large que celui de l’estuaire stricto sensu et influence à la fois la gestion et les usages de cet espace naturel. En premier lieu, il entraine un changement de statut des sols de l’estuaire réintégrés au Domaine Public Maritime. La reconnexion de l’Aber à la mer engage également sa restauration : il est désormais considéré comme une zone humide fragile composée d’une mosaïque de sous-espaces soumis à différentes mesures de préservation et d’inventaires écologiques. Cette situation implique, dans la gestion concertée de l’Aber, une multitude de compétences et donc d’acteurs différents. Ce qui en fait un lieu terrestre et marin, à la gestion complexe. En second lieu, ce processus foncier bouleverse les usages des espaces de l’estuaire soumis aux marées mais également des parcelles riveraines de l’Aber. Elles sont pour certaines acquises par le Conservatoire, mais toutes font l’objet de régulation de leurs usages du fait même de leur proximité avec l’Aber. Cette régulation concerne à la fois des usages agricoles (préservation de la qualité des eaux) et de l’urbanisation (loi Littoral). Les acquisitions foncières de la frange de l’Aber et plus largement de la frange littorale, initiée par la mairie de Crozon en faisant appel au Conservatoire du littoral dès 1977, avaient pour objectif la lutte contre l’urbanisation excessive du littoral et la préservation des milieux et des paysages. L’application de la loi Littoral, votée en 1986, a pris le relai en s’imposant aux documents de planification.

49Si l’objectif de ces mesures d’acquisition foncière et de régulation des usages est de limiter l’impact des activités humaines sur les espaces naturels littoraux, des critiques demeurent virulentes. En posant la question de l’impact économique et démographique de la logique de préservation sur l’évolution des territoires littoraux, ces critiques expriment bien les ambiguïtés de la relation que les humains entretiennent à la nature, et les difficultés, voire l’impossibilité à dépasser la disjonction société/nature et à penser conjointement la préservation et la mise en valeur des espaces littoraux (Latour, 2016). Ainsi la nécessité de préserver la nature, abordée dans nos entretiens, est souvent nuancée par un « mais », qui place cette nécessité sous conditions et critique les contraintes qu’elle engage en régulant les pratiques agricoles, de loisirs et autres.

50La dimension foncière abordée ici dépasse donc largement le processus de dépoldérisation, même si elle en constitue l’un des leviers. Cet angle d’analyse permet de révéler la vivacité des représentations sociales d’une « sanctuarisation » des espaces naturels : la restauration des caractéristiques écologiques d’un marais maritime repose sur la soustraction de parcelles foncières aux jeux des évolutions territoriales et au modelage des activités anthropiques alors même que les représentations d’une nature anthropisée demeurent culturellement dominantes (Arnould, Glon, 2005).

51Les questions foncières n’étaient en rien au centre de notre enquête lors de son élaboration et pourtant, au fil des entretiens, elles se sont révélées incontournables. Elles incarnent à la fois le montage d’une opération, les évolutions de la régulation des usages du sol et surtout un territoire, ce « lieu où l’action et la pensée sociale entrent en contact avec la matière et la substance » (Marié, 1989). Les enquêtés, avec leurs mots, racontent dans leurs récits de ce marais dépoldérisé, leurs rapports à la terre, à l’eau, au vivant et aux autres.

Haut de page

Bibliographie

ARNOULD P., GLON E. (dir), 2005, La nature a-t-elle encore une place dans les milieux géographiques ? Paris, Editions de la Sorbonne, 267 p.

BARRAUD R., ANDREU-BOUSSUT V., CHADENAS C., PORTAL C., GUYOT S., 2019, Ensauvagement et ré-ensauvagement de l’Europe : controverse et postures scientifiques. Bulletin de l'Association des géographes français, 96, p. 301-318.

DELASSUS L., 2018, Inventaire et cartographie de la végétation de l’Aber de Crozon, DREAL Bretagne, Brest, Conservatoire botanique national de Brest.

BAWEDIN V., 2004, La dépoldérisation, composante d’une gestion intégrée des espaces littoraux ? Prospective sur le littoral picard et analyse à la lumière de quelques expériences : Baie des Veys (Normandie), Aber de Crozon (Bretagne), Tollesbury (Essex) et Freiston shore (Lincolnshire), Les Cahiers Nantais, IGARUN, 2004-01 (61), p. 11-20. <hal-00279172>

CADIOU D., 2015, L’estuaire de l’Aber : un espace convoité, Avel Gornog, n° 24, dossier : « Tal-ar-Groas », juillet 2015, p. 38-50.

ESTEVES L., (dir.) 2014, Managed Realignment: a viable long-term coastal management strategy?, Springer briefs in environmental science, Londres, Springer, 143 p.

GOELDNER-GIANELLA L., 2013, Dépoldériser en Europe occidentale. Pour une géographie et une gestion intégrée du littoral, Paris, Publications de la Sorbonne, 350 p.

GOELDNER-GIANELLA L., BERTRAND F., PRATLONG F., GAUTIER-GAILLARD S., 2013, Submersion marine et dépoldérisation : le poids des représentations sociales et des pratiques locales dans la gestion du risque littoral, Espace Populations Sociétés, p. 193-209.

GOELDNER-GIANELLA L., VERGER F., 2009. Du "polder" à la "dépoldérisation" ? L’Espace géographique, 2009/4, vol. 38, p. 376-377.

GOELDNER-GIANELLA L., IMBERT C., 2005. Représentations sociales des marais et dépoldérisation : le cas d'un marais breton, L’espace Géographique, p. 251-265.

GOELDNER-GIANELLA L., MARCADET C., 2005. Dépoldériser dans le bassin d’Arcachon ? Réactions sociales et propositions de gestion, Norois, p. 23-35.

GUERRIN J., BOULEAU G., 2014. Remparts ou menaces ? Trajectoires politiques de l'endiguement en France, aux Pays-Bas et aux Etats-Unis, Revue internationale de politique comparée, 1/ 2014, vol. 21, p. 89-109.

LATOUR B., 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, Éd. La Découverte, coll. « Armillaire », 383 p.

MARIE M, 1989, Les terres et les mots, Paris, Méridiens Klicksieck, 206 p.

PARC NATUREL MARIN D’IROISE, 2018, Site de l’Aber, état des lieux & enjeux, Version 1.3, décembre 2018.

RETIERE J.-N. 2003, Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire, Politix, n° 63, p. 121-143.

VERGER F., 1995, Slikkes et Schorres : milieux et aménagement, Norois, n° 165, p. 235-245.

YONI C., CADIOU D., HALLEGOUET B., LEVASSEUR J., 1999, L’expérience de réestuarisation du polder de l’Aber de Crozon (Finistère). Bilan et perspectives, Les Ateliers du Conservatoire du littoral, Éléments de réflexion n° 19.

Haut de page

Notes

1 Ce programme de recherche pluridisciplinaire mené entre 2018 et 2021 et dirigé par Sébastien Gallet (Université Bretagne Occidentale) a bénéficié d’un financement principal dans le cadre de l’Appel à Initiatives Biodiversité de l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne mais également des co-financements du Département du Finistère, de celui des Côtes d’Armor, de la Région Bretagne, de la Maison des Sciences de l’Homme de Bretagne.

2 Cet article a été l’objet de nombreux échanges. Nous remercions Gwenal Hervouët et Isabelle Gay du Conservatoire du Littoral, Olivier Lozachmeur et Marion Bourhis pour leur relecture et les éléments qu’ils ont apportés à cette réflexion.

3 Zone d’intervention (ou périmètre autorisé) est un périmètre à l’intérieur duquel le Conservatoire est mandaté par son Conseil d’administration pour conduire un programme d'intervention foncière qui se traduit principalement par des opérations d’acquisition foncière. Un avis préalable de la commune et du Conseil de rivages territorialement compétent est requis. Plusieurs organismes impliqués sont consultés, en particulier les services déconcentrés de l’Etat et les gestionnaires (Lexique du Conservatoire du littoral accessible sur son site internet).

4 La définition du Domaine Public Maritime (DPM) établit son tracé selon la ligne haute du rivage séparant le DPM des parcelles cadastrées privées ou publiques. Or il semblerait d’après certains entretiens que pour l’Aber-en-Crozon un flou demeure : seule la partie située en aval de la digue Rozan, désormais ouverte, soit reconnue comme relevant du DPM dont le tracé correspondrait ainsi au périmètre du Parc Naturel Marin d’Iroise (PNMI) (Figure 6)

5 Note technique du 31 octobre 2019 relative à l’intervention du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres sur le domaine public maritime naturel.

6 Données INSEE issues des recensements de la population.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’Aber en Crozon, situation des deux digues sur l’estuaire (digue Rozan 1850 ; digue Richet 1958-1981)
Crédits Réalisation : A.-L. Pailloux. 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22583/img-1.png
Fichier image/png, 709k
Titre Figure 2 : La digue de Rozan érigée en 1850
Crédits Cliché : A.-L. Pailloux, avril 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22583/img-2.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure n° 3 : La digue Richet construite en 1958
Crédits Cliché : collection personnelle d’Yves Moullec, avec son autorisation
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22583/img-3.png
Fichier image/png, 80k
Titre Figure 4 : Photographie de l’estuaire de l’Aber après dépoldérisation
Crédits Cliché : A.-L. Pailloux, 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22583/img-4.png
Fichier image/png, 601k
Titre Figure 5 : Propriété du Conservatoire du littoral à l’échelle de la presqu’île de Crozon
Crédits Réalisation A.-L. Pailloux, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22583/img-5.png
Fichier image/png, 131k
Titre Figure 6 : Propriétés du Conservatoire du Littoral et périmètres de protection sur l’Aber-en-Crozon en 2019
Crédits Réalisation : A.-L. Pailloux, 2020
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22583/img-6.png
Fichier image/png, 616k
Titre Figure 7 : Zonage du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal sur l’Aber-en-Crozon (approuvé en janvier 2020)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22583/img-7.png
Fichier image/png, 946k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Dèbre, Florence Gourlay et Anne-Laure Pailloux, « Le processus foncier comme révélateur des enjeux d’une opération de dépoldérisation - Etude de l’Aber-en-Crozon »Géocarrefour [En ligne], 97/3 | 2023, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/22583 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.22583

Haut de page

Auteurs

Célia Dèbre

Laboratoire Géoarchitecture, Université de Bretagne Sud, UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales, 4 rue Jean Zay, BP 92116, 56321 LORIENT Cedex, France celia.debre@univ-ubs.fr

Florence Gourlay

Laboratoire Géoarchitecture, Université de Bretagne Sud, UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales, 4 rue Jean Zay, BP 92116, 56321 LORIENT Cedex, France florence.gourlay@univ-ubs.fr

Anne-Laure Pailloux

Laboratoire Géoarchitecture, Université de Bretagne Sud, UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sociales, 4 rue Jean Zay, BP 92116, 56321 LORIENT Cedex, France alpailloux@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search