Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2023Dominique Royoux, Patrick Vassall...

2023

Dominique Royoux, Patrick Vassallo, Le temps, un bien commun. Le temps, l’action publique et le citoyen

Jean-Pierre Husson
Référence(s) :

ROYOUX D., VASSALLO P., 2023, Le temps, un bien commun. Le temps, l’action publique et le citoyen. Paris, éditions du Cavalier bleu, 184 p.

Texte intégral

1Ce petit livre à la fois dense, riche et bien illustré visite un sujet essentiel pour mener notre vie et nos façons d’habiter, d’investir et de circuler dans l’espace qui nous est familier. Il traite de matrice spatio-temporelle à ériger en bien commun. Il s’agit d’un cadrage essentiel. Il éclaire à la fois nos modes de vie choisis, imposés ou contraints et également les décisions d’aménagement retenues pour façonner les territoires. Les deux auteurs tissent des connivences et proposent des complémentarités de pensée et d’écriture. Sont rapprochés le regard du chercheur-géographe et celui de l’élu-aménageur. Il s’agit de deux postures complémentaires, qui se nourrissent et s’articulent afin d’envisager au mieux, de se distancier et de nuancer les réalités du terrain et de la dématérialisation qui nous gagnent. La perception des durées change avec l’avalanche d’informations heurtées qui nous assaille, sans hiérarchie, en privilégiant le sensationnel, voire l’horreur. La scansion du temps des villes évolue entre temps du loisir, du repos, du travail dans des motilités changeantes, et parfois même rompues (épisode de confinement imposé par la pandémie). Le rapport au temps est aussi un objet géographique modifié par un véritable tournant spatio-temporel (p. 17).Il change, tend à s’affoler et donne trop souvent l’avantage à l’urgence, à l’immédiateté par rapport à la rassurante et bénéfique référence au temps long, rond et prudent requise par l’épanouissement des écosystèmes. Mobilité, flexibilité, réactivité imposent partout le vocabulaire de la vitesse abordée dans un ordre mondialisé conquérant où plane les inquiétudes générées par les effets désormais admis de l’Anthropocène. A ce sujet, le philosophe et urbaniste Paul Virilio a créé le néologisme « dromologie », l’approche de la vitesse dans nos sociétés. Le livre est distribué en trois parties : l’examen de la dictature de l’immédiateté, les enjeux socio-spatiaux et les défis posés par la robustesse de l’écosystème spatio-temporel (p. 19), enfin des propositions concrètes pour faire évoluer le dialogue territorial.

2La mondialisation a raccourci la planète en pouvant donner l’impression d’un gros village familier, ce qui avait été prédit par M. McLuhan (Village global, 1967). Les sujets y sont partagés, avec une addiction certaine à la course technologique et au recours à l’émotion. La division internationale du travail s’est imposée. Le temps et le coût de la logistique priment désormais sur celui du travail. Le zonage mondial met à distance les besoins sociaux des sites de production, entre autres l’immense zone-atelier formée par le Sud-Est asiatique et encore la mise en œuvre de sociétés traitées en archipel (B. Folléa, 2019). Ce constat pose une lancinante interrogation : « Avons-nous besoin de tant consommer ainsi, et si vite pour vivre ? » (p. 29). Les auteurs parlent d’une tendance hégémonique de l’éphémère (p. 33) et encore du regret d’une transversalité affolée entre production, dématérialisation, mondialisation. Cette dernière n’a pas réduit les inégalités, n’a lissé ni les revenus ni les patrimoines (p. 43). Cette première partie est certes nécessaire pour éclairer la suite. Elle impose un cadrage d’un réalisme assez sombre où les auteurs sont contraints à dresser un état des lieux plutôt triste et gris. L’originalité et les forces de propositions constructives arrivent dans la suite du livre et en éclairent le contenu. La mondialisation n’a pas bien su traiter du temps. Il est plutôt abordé comme un angle mort (p. 46) et porté par la croyance dans l’infinité des performances : toujours plus vite, plus haut et encore plus grand en ce qui concerne la métropolisation. Le facteur temps a été relégué, minimisé.

  • 1 Titre du texte soumis par le PCI au Parlement italien en 1988.

3La seconde partie prend pour titre « En vie publique ». Le ton est donné pour aborder le tournant spatial des sociétés, les spatialités vécues par les femmes et les hommes en fonction des actions publiques locales inquiètes de réduire les inégalités, d’abaisser les fragmentations. Ce sujet global est à faire évoluer entre top down (verticalité) et gouvernance (horizontalité). La recherche de plus de justice spatiale est essentielle à l’harmonie des sociétés. Le plan de déplacement urbain (PDU) en est un des leviers (désenclaver les banlieues). Le soin apporté aux espaces publics en est une arme. Ces projets exigent la continuité dans le pilotage politique et la cohésion des équipes techniques en place. La cartographie portée par les SIG traduit beaucoup mieux que par un passé encore récent la mise en système des territoires nourrie par l’hybridation en cours des savoirs, par exemple le dialogue entre les architectes-urbanistes et les artistes. La politique locale aborde les gestions du temps comme des outils (p. 65) pour réguler les embouteillages, lutter contre les désynchronisations horaires, chercher à donner de la place à la sobriété dans nos existences. L’aménagement plaide pour des temps choisis, si possible décélérés. On pense au bon usage de la lenteur (1998) que préconisait le philosophe Pierre Sansot (1928-2005). Il est rejoint par les urbanistes Ariella Masboungi et Antoine Petitjean (2021). Elle préconise de prendre le temps de déambuler dans la ville, de mieux considérer qu’elle ne l’est l’aire piétonne circulée du centre-ville (p. 116). La gestion du temps reste rarement sereine. Elle renouvelle sans cesse les enjeux de société, invite à mettre en avant l’utopie ou, très concrètement les diverses formes d’interconnections multimodales qui nous aident. Ces recherches sont à traduire en cartes chrono typiques qui font suite aux travaux du Suédois T. Hägerstrand (p. 98). Des tiers-lieux comme les espaces de co-voiturage sont installés. Les mobilités sont multiformes. Les temporalités sont dans l’action publique. Elles convoquent également nos questionnements sur le bien-être (A. Bailly, 2014), sur le vivre ensemble si souvent revendiqué par les élus. La synchronisation des horaires est mise en avant, en particulier pour le quotidien des femmes, et surtout des mamans qui apprécient les services de conciliation. Le télétravail, la formation à distance s’insèrent dans ce débat. Le temps est aussi affaire d’urbanisme, d’industrialisation, de gestion des fluides, des marchandises, des collectes de déchets (p. 77). Il invite à favoriser le polycentrisme bien plus efficace que l’organisation radioconcentrique dont Chicago fut naguère le modèle. Gérer le temps s’appuie sur trois mots clés : la polyvalence, la mutualisation, les mutabilités possibles à faire fonctionner (p. 79), par exemple avec la seconde vie donnée à une friche industrielle ou militaire. L’espace mérite d’être inscrit dans un projet de temps prudent, raisonné. On ne construit pas une maison avec pour seul projet d’abriter une famille avec enfants. Il faut prévoir de la faire fonctionner après ce cap, quand les enfants sont partis et moduler en circonstance. L’impulsion de ces changements vient en partie d’Italie, avec un programme temporel transversal du Parti Communiste Italien (PCI) intitulé « Les femmes changent les temps »1 (1988, p. 94). Le temps est aussi affaire de bassin de vie, de pratique de la ville ou du quartier, des territoires de proximité qui nous sont familiers. Le dialogue avec les associations, les pépinières de quartier est essentiel pour faire vie commune et donner de la souplesse au temps solidaire (temps des aidants, p. 85 ; temps de la petite enfance). La nuit, les dimanches et jours fériés sont des espaces-temps à part, principalement dédiés au repos, sauf pour ceux qui sont d’astreinte (soignants, pompiers, policiers, etc.) ou travaillent dans les industries du loisir et dans la restauration. Repenser le temps entre dans les compétences de l’Agence Nationale de Cohésion Territoriale (ANCT). Ce sujet contribue à innover territorialement en agissant sur les tensions temporelles. Il peut s’agir de décaler les plages de travail et de cours (entre 7h45 et 8h45 sur le campus de Poitiers) et d’instituer des guichets uniques. Le temps est aussi affaire de sociabilité et d’audace, par exemple encourager les formes de cohabitations intergénérationnelles (p. 121).

4Avec le couple Individu/commun comme titre de la troisième partie, les auteurs abordent le renouvellement du dialogue social. Le travail devient nomade. Le stress dans l’activité se déplace dans l’ère domestique (p. 136). Le temps est à la fois ressource et richesse. Nous devons réfléchir à son partage, à l’idée qu’il est un bien commun défini par un dénominateur culturel, une offre de services et encore des pratiques pour s’engager vers du durable, du dialogue, et en essayant de réduire le temps entre la découverte, l’application et la formulation juridique d’une invention qui se moque bien souvent des frontières du régalien. Au quotidien, on voit cela avec les grandes applications mobiles et de réseautage qui défient les Etats. Il est difficile de ne pas confondre vitesse et précipitation.

5Le temps comme bien commun est encore trop peu investi par la recherche. Le sillon tracé par D. Royoux et P. Vassallo est méritoire. Les auteurs ont montré que le temps est une matière politique (p. 167) inféodée à une déferlante de mondialisation non contrôlée, déréglée, dématérialisée. A ce sujet, nos questionnements sont légitimes et anxieux. Le repli sur le bassin de vie est une piste à engager pour tenter une existence moins dispendieuse et plus frugale que ce qui était admis dans un passé proche.

6Bravo aux auteurs pour cet essai courageux.

Haut de page

Bibliographie

BAILLY A., 2014, Géographie du bien-être, Paris, Anthropos-Economica 152 p.

FOLLEA B., 2019, L’archipel des metamorphoses, la transition par le paysage, Marseille, Parenthèses, 123 p.

MASBOUNGI A., PETITJEAN A., 2021, La ville, matière vivante, Marseille, Parenthèses, 223 p.

HÄGERSTRAND T., 1967, Innovation Diffusion as a Spatial Process Postscript and transition. Chicago, P.U de Chicago, 333 p.

MC LUHAN M., 1967, The Medium is the Massage, Londres, The Penguin Books.

SANSOT P., 1998, Du bon usage de la lenteur, Paris, Payot et Rivages, 204 p.

VIRILIO P., 1977, Vitesse et politique, Paris, Galilée, coll. L’espace critique

Haut de page

Notes

1 Titre du texte soumis par le PCI au Parlement italien en 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Husson, « Dominique Royoux, Patrick Vassallo, Le temps, un bien commun. Le temps, l’action publique et le citoyen »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 02 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/22676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.22676

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Husson

Université de Lorraine, laboratoire LOTERR jean-pierre.husson@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search