Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2024Alexandra Locquet et Claire Marc,...

2024

Alexandra Locquet et Claire Marc, Comprendre et protéger la forêt

Jean-Marie Exbrayat
Référence(s) :

LOCQUET A., Marc C. 2023, Comprendre et protéger la forêt, Paris, CNRS Editions, 125 p.

Texte intégral

1Les forêts, calmes endroits appréciés pour de longues promenades, producteurs incontournables de bois, de nourriture, repères mystérieux d’êtres fantastiques sinon maléfiques de nos imaginaires, font parfois tellement partie du paysage qu’elles en deviennent communes au point de ne plus attirer l’attention. Depuis une trentaine d’années, pourtant, leur surface diminue de manière inquiétante avec des répercussions sociétales en passe de devenir préoccupantes. Dans ce livre, les auteures Alexandra Locquet, géographe et Claire Marc, médiatrice scientifique, font découvrir - redécouvrir- ce monde forestier, synthétisant de manière pédagogique les travaux de nombreux spécialistes en sciences naturelles, économiques ou de gestion, forestiers ou tout simplement passionnés de nature, de forêt, d’environnement.

2Après un avant-propos qui en donne la genèse, le livre est bâti en dix-huit questions sur les forêts, questions qui pourraient être regroupées en plusieurs thèmes : leur nature, leur vulnérabilité et la menace qui pèse sur elles, leur utilité, le retour à la forêt primaire.

3La nature des forêts (questions 1 à 8). Qu’est-ce qu’une forêt ? La réponse explique les interrelations complexes entre végétation, faune, champignons et micro-organismes, bref entre ce qui est dessus, qui se voit, et ce qui est dessous, qui ne se voit pas. Il est aussi question de photosynthèse, de chlorophylle, d’éléments nutritifs, d’oxygène. Une forêt est ainsi un écosystème où interagissent des organismes (biocénose) et où s’impose du physico-chimique (biotope). Un élément est perturbé, la forêt est déstabilisée. Les arbres, partie visible, sont organisés en strates (arborescente, arbustive, herbacée) dépendant de la zone climatique (Hallé, 2005). A l’échelle mondiale, les forêts occupent 31 % des sols émergés.

  • 1 Voir aussi Exbrayat J.-M., 2022, « Marc-André Selosse, L’Origine du Monde », Géocarrefour [En ligne (...)

4Leur fonctionnement est dynamique par excellence. Les milieux ouverts évoluent progressivement en forêts de plus en plus épaisses (Selosse, 20211). A l’image de tous les organismes, chaque arbre suit un cycle de vie à son rythme propre, conduisant à des milieux différents, séparés, aux biodiversités caractéristiques, bref une véritable mosaïque – un patchwork – d’espaces au sein de la même forêt.

5La composition de la forêt dépasse, et de loin, les seuls arbres, avec un monde souterrain impressionnant, vivant et physico-chimique (Selosse, 2021), où des champignons mycorhiziens mettent les plantes en réseau, de l’arbre au brin d’herbe, où des animaux disséminent les graines, amènent un engrais naturel. Les tempêtes, les incendies, les maladies, les pathogènes entraînent la mort des arbres, provoquant des trouées dans lesquelles de jeunes plantes s’installent : la mort permet la vie, un paradoxe (Exbrayat, 2011) !

6Les différents types de forêts, boréales ou tropicales, tempérées ou méditerranéennes, mangroves, divisent de manière complexe et variable la planète en biomes, faciès régionaux aux espèces caractéristiques dépendant du climat, de l’altitude (Gramond, 2021).

7Ce qui amène à une définition ou plutôt à des définitions de la forêt dépendant, bien entendu, de la hauteur des arbres et du recouvrement du sol, mais aussi des enjeux politico-socio-économiques. Ces forêts peuvent être naturelles, exploitées, certaines sont dites anciennes, d’autres récentes, elles peuvent être des territoires importants pour l’activité humaine ou des écosystèmes protégés avant tout.

  • 2 75% des forêts françaises sont privées (Géoconfluences, 2022. Forêt privée en France : http://geoco (...)

8Il est aussi question de sylviculture, de gestion forestière, durable ou néfaste à l’environnement. La forêt peut être plantée pour être exploitée, certes, mais aussi pour protéger la biodiversité (Oldeman, 1990). Elle appartient à des propriétaires publics, l’Etat, les communes, ou à des personnes privées2.

  • 3 Intact Forest Landscape ou « paysage forestier intact » : https://www.wri.org/insights/worlds-last- (...)
  • 4 Les forêts réputées primaires sont présentes dans sept pays : Russie, Pérou, Brésil, Etats-Unis, Ca (...)
  • 5 Une estimation indique qu’en 2050, il ne restera plus que 67% de la surface des forêts estimée en 2 (...)

9Une question concerne les forêts primaires ni exploitées ni défrichées, aux processus écologiques spontanés. Obtenir une forêt primaire nécessite 1000 ans en zone tempérée, « seulement » 700 ans en pays tropical. La forêt primaire qui évolue dans le temps et l’espace est aujourd’hui difficile à trouver, on s’en doute, la pression humaine étant omniprésente. Mais peut-on réellement la définir ? Un consensus n’a pas encore été trouvé mais il existe des points d’accord : une telle forêt est caractérisée par la régénération (régénérescence ?) naturelle des espèces indigènes et par l’absence ou la faible perturbation humaine. Malgré cela, un indicateur, le Intact Forest Landscape3 permet de décrire une étendue ininterrompue de forêts naturelles. Ces forêts sont inégalement réparties : 75 % d’entre elles se trouvent dans sept pays au monde4 qui représentent 9 % des terres émergées ; mais elles sont menacées, leur superficie diminue d’une année à l’autre5.

10Vulnérabilité et menaces (questions 9 et 10). De savants calculs qui fournissent ainsi un ordre de grandeur ont permis de montrer que, à l’échelle de la planète, 21 % des forêts ont disparu depuis le début du XXIe siècle consécutivement à l’exploitation des matières premières, à l’agriculture, la production de bois, l’urbanisation mais aussi aux feux de forêts. Cette déforestation peut être le fait des invasions biologiques, l’arrivée de nouveaux agents pathogènes, la réduction de la biodiversité, l’aggravation des incendies en lien avec le réchauffement climatique (Carcaillet et al., 2022) résultant bien souvent des activités humaines.

  • 6 Certaines invasions d’espèces « exotiques » frisent le spectaculaire, comme l’arrivée de vers plats (...)

11Les forêts sont vulnérables face au réchauffement climatique qui désorganise l’écosystème en perturbant les cycles saisonniers, en modifiant la distribution des espèces dont certaines vont proliférer au détriment d’autres, sans compter l’arrivée d’espèces nouvelles qui trouvent des conditions devenues favorables dans un milieu jusqu’alors hostile (Fanal, 2023)6. Ces changements finissent par dépasser les seules forêts.

  • 7 « La destruction de la nature a en soi quelque chose d’inadmissible » (p. 71)

12Utilité des forêts (questions 11 à 15). Quelle est la valeur de la nature ? Un écosystème sain contribue à la qualité de vie des individus et des sociétés, selon un « service écosystémique » décliné en culturel, matériel, de soutien et régulateur. Les forêts existent finalement pour elles-mêmes, indépendantes de l’humain. La prise de conscience de leur valeur propre conduit à refuser que ce soit le marché (l’économie) qui en assure la protection7.Cette question d’ordre philosophique s’inscrit ainsi dans des représentations de la nature toutefois variables en fonction du groupe social et du temps.

13Est-ce que les forêts peuvent contribuer à la lutte contre le changement climatique ? Bien sûr que oui : elles représentent le deuxième plus grand puits de carbone après les océans (Exbrayat et Williams, 2015), l’évapotranspiration qui libère l’eau par les feuilles diminue la température, la forme des arbres augmente les turbulences du vent, l’effet isolant thermique rafraîchit le sous-étage forestier. Les forêts contribuent à limiter les catastrophes naturelles, avalanches, inondations, érosion. Elles protègent la biodiversité et les organismes qu’elles abritent participent en échange à leur maintien. Les forêts s’impliquent dans le cycle de l’eau, filtrent l’air par les feuillages dont l’activité peut être ralentie par les dépôts de polluants à leur surface, elles fournissent des éléments alimentaires, des matières premières.

  • 8 Les publications qui tendent à démontrer scientifiquement les effets connus de manière empirique de (...)

14Les forêts contribuent à la santé publique, au bien-être : leur fréquentation a des effets neuropsychiques positifs se répercutant sur la qualité du système immunitaire, elles limitent l’apparition ou la diffusion des agents pathogènes, sauf si leur état écologique est défaillant. Elles représentent une ressource pour les médicaments à base de plantes, phytothérapie avec de simples éléments, phytomédicaments élaborés, principes actifs extraits des plantes8.

15Retour aux forêts primaires (questions 16 à 18). Faut-il encourager le retour des forêts sauvages ? Depuis la fin des années 2000, le retour à la nature sauvage est à l’honneur avec la lutte contre le réchauffement climatique, l’amélioration de la qualité de l’eau, le développement d’écosystèmes forestiers, la reconstitution de la biodiversité. De très belles idées, certes, mais comment faire ? Parmi les projets, la libre évolution de la nature sans intervention humaine a le vent en poupe, avec de nouvelles gestions de l’environnement, où il est question de démocratisation, de réappropriation citoyenne. L’accès de visiteurs à ces forêts naturelles serait alors limité avec des zones interdites, des zones à présence limitée et des zones-tampons avec quelques activités durables. Toutefois, ne faisons pas trop vite haro sur le baudet car une présence humaine équilibrée présente des avantages : reconnexion avec la nature, humilité face à sa grandeur.

  • 9 L’association Francis Hallé a pour but de créer un espace de 70 000 ha environ, dans lequel une for (...)

16L’idée de reconstituer une forêt primaire (Hallé, 2021) est à l’ordre du jour9 : il s’agit d’un défi extraordinaire, fou, car, nous l’avons vu, il faut à peu près 1000 ans pour qu’une telle forêt se constitue. Il est nécessaire de trouver un lieu et alors compter avec les propriétaires qu’ils soient publics ou privés, établir des contrats. Le devenir sur le long terme obligatoirement transgénérationnel (au moins 10 générations !) est aussi à prendre en compte : dans le fond, on ne sait pas quels seront les pôles d’intérêt des générations futures, est-ce que cet engouement (justifié) pour la nature se perpétuera de génération en génération ? Nul ne peut l’affirmer.

17Et puis, est-ce que ces forêts primaires seront réellement utiles à la société ? C’est la dix-huitième, la dernière question posée par les auteures de ce livre qu’elles terminent un peu abruptement.

18Comment est-il possible d’aborder un sujet aussi vaste en si peu de pages ? Ce passionnant petit ouvrage, un réel tour de force, un vrai bijou apporte en quelques 125 pages, un grand nombre de connaissances sur la forêt, de sa structure à son intérêt, de sa fragilité à sa protection. A la fois dense par son contenu et léger par sa présentation, il mêle de manière originale et équilibrée, dessins et textes aux polices, couleurs et surlignages variés. Une liste des références choisies pour chaque question et les noms des personnalités qui ont apporté leur regard au contenu permettront au lecteur d’approfondir les différents points évoqués par les questions.

19Œuvre pédagogique avant tout, peut-être compagnon de promenade, ce livre sera apprécié par tous ceux qui veulent avoir une vision rapide et complète de ce qu’est la forêt, qui s’intéressent à la biodiversité ou qui recherchent quelques pistes pour approfondir leur connaissance, pour s’impliquer dans leur survie.

Haut de page

Bibliographie

Carcaillet C., Michalet R., Fréjaville T., 2022, Les « forêts » de pins maritimes d’Aquitaine, des nids à incendie ? The Conversation, 30 octobre 2022. https://theconversation.com/les-forets-de-pins-maritimes-daquitaine-des-nids-a-incendie-193094

Exbrayat J.-F., Williams M., 2015, Quantifying the net contribution of the historical Amazonian deforestation to climate change, Geophys. Res. Lett.,42, p. 2968–2976. doi :10.1002/2015GL063497.

EXBRAYAT J.-M., 2011, La mort indispensable à la vie ? Un paradoxe en biologie, Rev. Univ. Cathol. Lyon, 20, p. 61-67. https://www.academia.edu/2633676/EXBRAYAT_J_M_2011_La_mort_indispensable_%C3%A0_la_vie_Un_paradoxe_en_biologie

EXBRAYAT,J.-M., 2022, compte-rendu de Marc-André Selosse, L’Origine du Monde, Géocarrefour [En ligne], 96/3 | 2022, mis en ligne le 28 juin 2022, consulté le 30 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19864; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.19864

Fanal A., 2023, Invasions silencieuses en forêts : pourquoi certains arbres exotiques deviennent-ils envahissants ? Centre de ressources espèces exotiques envahissantes http://especes-exotiques-envahissantes.fr/invasions-silencieuses-en-forets-pourquoi-certains-arbres-exotiques-deviennent-ils-envahissants/

Gramond D., 2021. Les impacts du changement climatique sur la distribution des biomes, in MERCIER D., Les impacts spatiaux du changement climatique, Londres (UK), ISTE Editions, p. 271-292, 978-1-78948-009-2. ⟨hal-03947353⟩

JUSTINE J.-L., 2018. Des vers géants prédateurs envahissent les jardins français. Dans l’indifférence, The Conversation, 22 mai 2018. https://theconversation.com/des-vers-geants-predateurs-envahissent-les-jardins-francais-dans-lindifference-96241

HALLE F., 2005, Plaidoyer pour l’arbre, Paris, Actes Sud. 216 p.

HALLE F. 2021, Pour une forêt primaire en Europe de l’Ouest, Paris, Actes sud. 64 p.

OLDEMANN R.A. 1990, Forests: elements of silvology, Heidelberg, Springer, 624 p.

SELOSSE M.A., 2021, L’Origine du Monde, Paris, Actes Sud, 468 p.

Haut de page

Notes

1 Voir aussi Exbrayat J.-M., 2022, « Marc-André Selosse, L’Origine du Monde », Géocarrefour [En ligne], 96/3 | 2022, mis en ligne le 28 juin 2022, consulté le 30 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.19864

2 75% des forêts françaises sont privées (Géoconfluences, 2022. Forêt privée en France : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/prive-e-s-bois-foret/@@download_pdf?id=prive-e-s-bois-foret&uid=6eae7b54831c5b879e474889d0b71845.)

3 Intact Forest Landscape ou « paysage forestier intact » : https://www.wri.org/insights/worlds-last-intact-forests-increasingly-fragmented

4 Les forêts réputées primaires sont présentes dans sept pays : Russie, Pérou, Brésil, Etats-Unis, Canada, République démocratique du Congo, Indonésie (p. 52).

5 Une estimation indique qu’en 2050, il ne restera plus que 67% de la surface des forêts estimée en 2000 (p. 55).

6 Certaines invasions d’espèces « exotiques » frisent le spectaculaire, comme l’arrivée de vers plats géants à tête de marteau (plusieurs espèces de de Plathelminthes), signalée depuis plusieurs années (Justine, 2018). https://theconversation.com/des-vers-geants-predateurs-envahissent-les-jardins-francais-dans-lindifference-96241

7 « La destruction de la nature a en soi quelque chose d’inadmissible » (p. 71)

8 Les publications qui tendent à démontrer scientifiquement les effets connus de manière empirique des pharmacopées traditionnelles notamment chinoise et indienne, sont de plus en plus nombreuses. A l’heure de la mondialisation, encore plus que par le passé, les moyens de communications ont favorisé les échanges entre science et médecine de toutes les parties du monde. Certaines médecines traditionnelles se sont approprié la méthode scientifique et la médecine occidentales ; en échange, elles ont apporté des aspects médicaux qui ont été intégrés au monde occidental. Les médecines traditionnelles chinoise et indienne, par exemple, ont été reconnues par l'Assemblée mondiale de la santé, organe décisionnel de l’OMS (https://www.who.int/fr/news-room/questions-and-answers/item/traditional-medicine ; https://www.who.int/fr/news/item/25-03-2022-who-establishes-the-global-centre-for-traditional-medicine-in-india), ce qui n’est pas sans susciter des réactions (https://www.nature.com/articles/d41586-019-01726-1).

9 L’association Francis Hallé a pour but de créer un espace de 70 000 ha environ, dans lequel une forêt évoluera de manière autonome, sans intervention humaine sur une période de plusieurs siècles. (https://www.foretprimaire-francishalle.org/. Voir aussi https://theconversation.com/recreer-une-foret-primaire-en-europe-de-louest-un-reve-fou-qui-questionne-les-politiques-publiques-202927).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Exbrayat, « Alexandra Locquet et Claire Marc, Comprendre et protéger la forêt »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 31 janvier 2024, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/22826 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.22826

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search