Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98/1Influence de la configuration de ...

Influence de la configuration de la rue sur la mobilité piétonnière dans les villes algériennes. Cas de deux rues de la ville de Batna

Influence of street configuration on pedestrian mobility in algerian cities. Case of two streets in the city of Batna
Samia Touati et Abdelmalek Arrouf

Résumés

Nous étudions dans cet article l’influence que pourrait exercer la configuration de la rue sur les pratiques et comportements du piéton dans les villes algériennes, en nous focalisant sur le cas de la ville de Batna. Notre démarche se structure en deux moments. Au premier, nous utilisons la typomorphologie et la théorie d’appropriation des façades pour décrire la configuration des rues choisies. Au second, nous recourons à l’ethnométhodologie et à la description en marche pour observer, répertorier et étudier les conduites et les pratiques du piéton qui les traverse. Nous montrons in fine, que la configuration des rues influence fortement le comportement piétonnier. Elle provoque chez le passant des émotions, positives ou négatives, qui induisent, non seulement des pratiques piétonnières spécifiques, mais vont jusqu’à changer les projets d’activité du marcheur.

Nous répertorions ainsi un ensemble de vingt-quatre émotions : sept positives qui dénotent contentement et satisfaction et dix-sept négatives qui vont du mécontentement à la frustration. Celles-ci sont responsables de quinze types différents de phénomènes-moteurs qui sont eux-mêmes caractéristiques de cinq types d’activités piétonnes qui peuvent être projetées ou émerger de la situation.

Haut de page

Texte intégral

Un accord éthique pour la réalisation de ces vidéos nous a été accordé par le conseil scientifique du laboratoire d’étude et de modélisation des phénomènes architecturaux et urbains de l’idée à l’usage (LEMPAU) de l’université Batna1.

Introduction

  • 1 Le verbe « Shouf » du dialecte algérien signifie « voir ». Le « shoufing » est une tournure qui fai (...)

1Je marche en ville aussi souvent que je le peux. Pour aller travailler, faire mes courses ou simplement me promener. Ma voisine de palier aussi, il lui arrive de laisser sa voiture au parking et de faire un tour en ville, à pied. Le vieux d’en face sort également tous les week-end retrouver ses retraités de copains. Il dit que ça lui permet d’entretenir ce qui reste de la machine. Ma fille et ses copines sortent ensemble de temps en temps. Elles vont faire du « shoufing1 » disent-elles. Tous, nous sillonnons la ville. Tous les jours nous parcourons ses rues en en préférant certaines à d’autres. Nous marchons nonchalamment et traînons des pieds par endroits, nous nous arrêtons à d’autres et pressons le pas ailleurs. Nous contournons certains lieux que nous préférons éviter et faisons très attention à d’autres. Nous traversons la rue et enjambons ses trottoirs à des points précis et jamais ailleurs.

2Ces comportements piétons qui sont les nôtres ont certes l’apparence d’automatismes depuis longtemps intégrés, mais sont-ils aussi spontanés qu’il y paraît ? Émergent-ils vraiment au gré du hasard ou naissent-ils en réponse à quelque mise en situation ?

3Il semble en fait que le chemin suivi et la manière de l’aborder ne sont ni banals ni sans but. Denis (1989) et Lynch (1969) affirment comme Paulet (2002), que ce sont des actions qui dépendent de « processus cognitifs et de représentations » que les gens se font de l’espace dans lequel ils se déplacent (Paulet, 2002). La marche à pied a ainsi « un contenu naturel qui est le contact par les sens avec l’environnement immédiat » (Amar, 1993). Contact stimulateur, contact créateur d’images et de représentations qui permet à la ville, en apparence si neutre, de conditionner le piéton et d’orienter son mouvement.

4Dans son ouvrage fondateur, Lynch (1960) fût le premier à s’intéresser à la relation entre l’environnement et les représentations. Il a examiné les qualités visuelles de la ville américaine en étudiant les représentations mentales que s’en font ses habitants. Il a particulièrement mis l’accent sur le rôle que joue la forme des éléments physiques de la ville dans sa lisibilité et son imagibilité. Il a ainsi jeté les jalons d’un nouveau champ de recherche qui vise, non seulement, l’élaboration d’un plan théorique pour la compréhension des mécanismes de représentation de la ville développés par ses usagers, mais tente également de saisir leur vécu et leurs aspirations lorsqu’ils circulent quotidiennement dans l’espace urbain.

5Notre travail s’inscrit au sein de ce paradigme et se veut une continuité des réflexions menées sur la mobilité piétonnière. Nous cherchons ainsi à comprendre « la manière dont un individu ou un groupe fait sien le champ du possible en matière de mobilité et en fait usage pour développer des projets » (Kaufmann et Jemelin, 2004). Nous nous focalisons sur l’étude de l’interaction entre l’espace urbain et les comportements du piéton en mouvement et faisons le projet d’étudier la relation qui lie la configuration urbaine aux pratiques qui caractérisent le mouvement piétonnier. C’est pourquoi, nous articulons notre démarche autour de deux grandes questions de recherche.

  • Quels sont les comportements et pratiques du piéton qui caractérisent le mouvement piétonnier ?

  • Quelle est la relation de ces pratiques avec la configuration urbaine des lieux où elles prennent place ?

6Pour y répondre, nous traçons un parcours hypothético-déductif basé sur quatre hypothèses. La première, affirme que la configuration des rues influence et conditionne les pratiques et comportements de mobilité urbaine piétonnière. La seconde, détaille la première et pose que chaque type de pratique ou de comportement urbain piétonnier est tributaire de certaines qualités de configuration urbaine sans lesquelles il ne saurait exister. Ces deux hypothèses thématiques font écho aux questions ci-dessus, tandis que la troisième est d’ordre méthodologique. Elle postule que les pratiques et comportements de mobilité urbaine piétonnière sont d’un nombre limité et sont potentiellement observables et répertoriables. La dernière est enfin de l’ordre du contingent. Elle présume que les mouvements des usagers révèlent les qualités de configuration urbaine des rues auxquelles ils se rattachent.

Détermination des cas d’étude

7Nous avons déterminé nos cas d’étude de manière que, même de nombre réduit, ils continuent à être représentatifs de la ville de Batna et présentent des qualités autant urbaines que configurationnelles qui permettent de monter en généralité, selon les critères de sélection énumérés ci-dessous :

  • Configuration représentative de l’offre de rues qui composent la ville de Batna ;

  • Fréquentation à dominance piétonne ;

  • Diversité des activités et des fonctions urbaines ;

  • Richesse et variété des parcours offerts ;

  • Richesse en événements partageables et en qualités d’ambiance ;

  • Centralité fonctionnelle par rapport à la ville ;

  • Faisabilité de l’observation.

8Comme toutes les villes algériennes, Batna se compose essentiellement de deux types de tissus. L’un dit planifié parce que produit dans le cadre officiel et l’autre dit informel, parce que produit par les habitants eux-mêmes, en dehors du cadre juridique officiel et sans l’intervention des producteurs et gestionnaires classiques de la ville que sont les architectes, les urbanistes et les différentes autorités de régulation et de contrôle de l’espace urbain. Les deux types de tissus ainsi produits forment deux aires urbaines connexes qui parfois se côtoient en se juxtaposent et parfois s’interpénètrent pour ne faire qu’une.

9La première aire contient deux catégories de configurations : un habitat individuel qui construit une typologie de ville et un habitat collectif, tandis que la seconde aire est exclusivement composée d’habitat individuel. C’est pourquoi nous avons pris, dans un souci de représentativité, une rue dans chacune des deux aires. La notion de rue dans l’habitat collectif n’étant pas très claire, nous n’avons pu l’intégrer à notre travail.

10Notre premier cas d’étude est la rue des Frères Bouabsa qui fait partie du tissu colonial situé au centre-ville de Batna. Elle est composée d’habitat individuel et de commerces. La seconde est la rue Chaabane Abdelhamid, située au cœur de la deuxième aire, dite informelle. Ces deux terrains présentent plusieurs différences : l’activité, l’emplacement par rapport à la ville, les types d'usagers, la configuration urbaine, l’histoire et enfin l’aspect architectural.

Figure 1 : Situation des terrains d’étude au sein de la ville de Batna

Figure 1 : Situation des terrains d’étude au sein de la ville de Batna

Source : Google Earth, 2013, enrichie par les auteurs

La rue des Frères Bouabsa

11La rue des Frères Bouabsa se trouve au cœur du centre-ville et est étroitement rattachée à l’histoire de la ville. Elle fait partie de son tissu colonial, construit sur la base d’une trame en échiquier. Elle a une configuration spatiale droite et rectiligne. Elle est longue de 483 m et large de 11,80 m. Elle présente une variété de fonctions urbaines et constitue un pôle d’échange et de commerce. Elle est tout le temps peuplée et forme tout à la fois un lieu de repos, de rendez-vous, d’attente et de flânerie (fig. 2).

Figure 2 : Présentation photographique de la rue des frères Bouabsa

Figure 2 : Présentation photographique de la rue des frères Bouabsa

Source : auteurs, 2010

La rue Chaabane Abdelhamid

12La rue Chaabane Abdelhamid se trouve à Bouakal, le quartier le plus populaire de Batna. Sa longueur est de 500 m mais la largeur du trottoir est variable des deux côtés. Ceci s’explique par la variation de la position des habitations qui sont tantôt alignées le long de la voie, tantôt placées en recul par rapport à elle. Cette rue est très importante car elle constitue l’entrée principale de la « rue H » depuis le centre-ville, rue marchande très connue et très fréquentée notamment par les femmes. Elle comprend un système de places et de jardins, de rues et de ruelles sinueuses et d'îlots de maisons irréguliers en formes et en tailles. Ce terrain fait partie d’un tissu moins orthogonal et plus irrégulier que celui de la rue Bouabsa (fig. 3).

Figure 3 : Présentation photographique de la rue Chaabane Abdelhamid

Figure 3 : Présentation photographique de la rue Chaabane Abdelhamid

Source : auteurs, 2010

13En vue de maîtriser la longueur des rues, nous les avons découpées en tronçons de longueurs limitées et comparables. Chaque tronçon est délimité par des voies perpendiculaires à la rue étudiée et présente une certaine homogénéité à la fois fonctionnelle et configurationnelle. Dans la rue des frères Bouabsa, nous obtenons six tronçons (fig. 4). Tandis que dans la rue Chaabane Abdelhamid, nous en obtenons cinq (fig. 5).

Figure 4 : Découpage de la rue des frères Bouabsa en tronçons

Figure 4 : Découpage de la rue des frères Bouabsa en tronçons

Source : auteurs, 2010

La couleur orange est introduite dans les figures 4 et 5 pour rendre les tronçons obtenus après découpage plus visibles

Figure 5 : Découpage de la rue Chaabane Abdelhamid en tronçons

Figure 5 : Découpage de la rue Chaabane Abdelhamid en tronçons

Matériel et Méthodes

14Ce travail commence par dégager les caractéristiques physiques de chaque terrain d’étude. Il effectue cette tâche en deux étapes distinctes qui adoptent deux démarches méthodologiques différentes mais complémentaires : la typomorphologie et la théorie d’appropriation de l'espace proposée par Habraken (2000). La première, présente l’aspect physique et construit de la rue alors que la seconde décrit « les encombrements et les installations mobiles » rencontrés dans chaque terrain (Creten, Mezoued, et Letesson 2021). Ce jumelage de pratiques d’appropriation et de données architecturales et spatiales pour la caractérisation physique des rues peut sembler étrange, mais il n’est nullement fortuit. En observant les rues étudiées en dehors des heures d’ouverture des commerces, nous avons en effet constaté qu’elles changeaient totalement d’aspect. Les murs de façade nus et les trottoirs dégagés et vides de toute marchandise, les rendaient méconnaissables. Complètement différentes, elles projettent des images qui changent tout simplement la perception qu’on en a et pourraient donc conduire à des comportements de mobilité différents (fig. 6, 7). C’est pourquoi nous considérons que les modes d’appropriation de la façade contribuent à donner à la rue son aspect physique final et les étudions pour la caractérisation physique de celle-ci.

Figures 6, 7 : Modes d’appropriation de la façade de la rue Chaabane Abdelhamid.

Figures 6, 7 : Modes d’appropriation de la façade de la rue Chaabane Abdelhamid.

La photo de gauche montre les « encombrements et les installations mobiles » lorsque les commerces sont ouverts comparativement aux moments où les commerces sont fermés sur la photo de droite

Source : auteurs, 2013

15Après la description de l’espace qui sert de support aux conduites observées, nous élaborons une étude ethnométhodologique (Garfinkel, 1997) qui nous permet d’observer les pratiques de mobilité urbaine qui s’y déroulent. Réalisée sur la base de prises vidéo, elle permet de décomposer les conduites piétonnières et d’en faire une micro-observation à une granulométrie très fine qui restitue les moindres petites actions et dévoile leurs logiques d’articulation et de déploiement. Faite in situ, elle rend la mesure de la corrélation entre chaque qualité physique de la rue et les pratiques observées abordable et faisable.

16Nous passons enfin à la description en marche par la méthode des « parcours commentés » (Grosjean et Thibaud, 2001) qui implique la description des rues par leurs usagers, en temps réel. Celle-ci extériorise la pensée des piétons qui, acteurs en situation, décrivent et exposent à la fois leurs perceptions de l’espace de la rue et le sens de leurs conduites, pratiques et comportements. Elle permet ainsi de conforter les résultats de l’étude ethnométhodologique et de leur donner du sens.

17Le mariage de ces trois approches d’observation et d’analyse constitue un apport méthodologique important pour l’étude et la compréhension de la relation qui lie mobilité piétonnière et configuration urbaine.

La première partie : Observation du support physique de la mobilité piétonnière, les terrains d’étude

18La lecture des qualités physiques et architecturales des rues retenues se divise, comme énoncé, en deux phases différentes : la typomorphologie et le mode d’appropriation de leurs façades.

La typomorphologie

19Pour cette phase, nous nous appuyons essentiellement sur la grille d'analyse typo-morphologique détaillée, présentée par Duplay C. et Duplay M. dans leur ouvrage "Méthode illustrée de création architecturale" paru en 1982. Celle-ci est, d’après ses auteurs, autant valable pour l’étude des places que pour l’étude des rues (Duplay et Duplay, 1989, p. 353). Nous avons adopté cette grille parce qu’elle couvre tous les niveaux urbains et toutes les composantes physiques de l’espace d’une part et parce qu’elle reste, d’autre part, extensible, malgré son niveau de détail. C’est ainsi que nous avons pu l’enrichir, au fur et à mesure du développement du travail, en y intégrant les trois éléments que sont le traitement du sol, le mobilier urbain et la végétation, placés au bout de la grille d’analyse finale détaillée dans le tableau ci-dessous (tab.1).

Tableau 1 : Grille d’analyse des qualités physiques, architecturales et sensibles des terrains d’étude

Critères d’analyse

Variables à identifier

1

Situation de la rue dans le maillage

Type de tissu urbain qui contient la rue d’étude et la forme qu’elle occupe dans la structure urbaine.

2

Dimensions

  1. Dimensions relatives : hauteur moyenne du bâti / largeur moyenne.

  1. Dimensions absolues : moyenne de largeur et de longueur.

3

Composition des façades

  1. Type de bâti.

b. Mesure de l’homogénéité et de l’hétérogénéité des façades.

c. Traitements des rez-de-chaussée

d. Traitements des angles 

e. Traitements des revêtements de façades, textures et couleurs des matériaux.

4

Éléments ponctuels (place, jardin)

  1. Position de l’élément ponctuel par rapport à la rue

  1. Tracé géométrique

  1. Génération du bâti périphérique à l’élément ponctuel

  1. Élément de bâti ajouté.

5

Éléments Exceptionnels

(Équipement, Monument.)

  1. Modalités d’insertion dans le maillage.

  1. Relation d’échelle avec les autres éléments du bâti.

6

Traitement du sol

Types et État du revêtement

7

Mobilier Urbain

  1. Types de mobilier urbain : de propreté, de confort, de protection, …

  1. Disposition par rapport à l’espace de la rue

8

Végétation

  1. Situation des végétaux.

  1. Types de végétaux : arbre, arbuste…

  1. Organisation des végétaux.

Source : auteurs

20En appliquant cette grille, nous présentons ci-dessous une partie de l’analyse de la rue des Frères Bouabsa.

Situation de la rue dans le tissu

21Ce descripteur aborde les types de tissus urbains qui contiennent la rue étudiée (fig. 8).

Figure 8 : Situation de la rue dans le maillage

Figure 8 : Situation de la rue dans le maillage

Source : image Google Earth, 2013, enrichie par les auteurs

Dimensions

22Ce descripteur permet de vérifier les ouvertures visuelles, les apports de lumière et d’ombre dans la rue.

Tableau 2 : extrait du tableau qui présente les dimensions absolues de la rue –tronçon 2-

Tableau 2 : extrait du tableau qui présente les dimensions absolues de la rue –tronçon 2-

Source : auteurs

Composition des façades

23Ce descripteur présente les éléments qui composent le bâti situé de part et d’autre de la rue et leurs relations. Il s’étale sur les cinq items synthétisés au tableau 3 ci-dessous.

Tableau 3 : Composition des façades de la rue des Frères Bouabsa

3.1

Type de bâti

3.2

Mesure de l’homogénéité et de l’hétérogénéité des façades

Cet item sert à mesurer le degré d’homogénéité ou d’hétérogénéité des façades qui bordent chaque tronçon de rue. Les éléments perceptifs qui nous servent de base pour de tels jugements sont groupés en quatre catégories : effet d’horizontalité, effet de verticalité, effet de surface et effet de signe (Duplay C. et M., 1985, p. 176).

3.3

Cet item permet l’observation des différentes séquences configurationnelles qui forment chaque tronçon de rue, de leur longueur et de leur mode d’articulation. Tout comme il sert au repérage des différentes activités qui bordent la rue et à la description de leur ordre de répartition sur ses deux côtés.

3.4

L’étude des traitements des angles de rues permet d’en saisir le mode d’articulation.

Un angle traité de manière spécifique crée une continuité entre les deux rues orthogonales et donne une valeur particulière aux éléments qui y sont placés.

3.5

Traitement des revêtements de façades

Cet item permet de retracer les changements relatifs et les ruptures dans les traitements de façade de chaque tronçon de rue.

Source : auteurs, 2013

Éléments ponctuels

24Ce descripteur permet le repérage des éléments qui, par leur nature, leur fonction, leur taille ou leur configuration, constituent des singularités du cadre urbain de la rue. On en cite, à titre d’exemple, les places et les jardins.

Éléments Exceptionnels

25Ce descripteur permet le repérage des équipements publics (fig. 9)

Figure 9 : Éléments Exceptionnels de la rue des Frères Bouabsa

Figure 9 : Éléments Exceptionnels de la rue des Frères Bouabsa

Source : auteurs, 2010

Traitement du sol

26Nous étudions, à travers ce descripteur, les types de revêtement du sol utilisés dans chaque tronçon de rue, leur état et les ruptures qui peuvent les caractériser (fig. 10, 11).

Figures 10 et 11 : État et ruptures dans le traitement du sol du tronçon 5 de la rue des Frères Bouabsa

Figures 10 et 11 : État et ruptures dans le traitement du sol du tronçon 5 de la rue des Frères Bouabsa

Source : auteurs, 2012

Mobilier Urbain

27Ce descripteur permet de répertorier le mobilier urbain disponible dans chaque tronçon de rue, de le classer selon sa fonction et de le situer sur le plan du terrain (fig. 12, 13).

Figures 12 et 13 : Type de mobilier urbain et disposition sur le tronçon 2 de la rue des Frères Bouabsa

Figures 12 et 13 : Type de mobilier urbain et disposition sur le tronçon 2 de la rue des Frères Bouabsa

Source : auteurs, 2012

Végétation

28Ce descripteur sert à déterminer l’état des espaces verts au niveau de chaque tronçon de rue, à en donner les différentes organisations spatiales et à en préciser la position et l’espèce.

Figures 14 et 15 : Types de végétation et disposition sur le tronçon 2 de la rue des Frères Bouabsa

Figures 14 et 15 : Types de végétation et disposition sur le tronçon 2 de la rue des Frères Bouabsa

Source : auteurs, 2011

L’appropriation des façades

29La seconde phase de la lecture des qualités physiques et architecturales des rues retenues s'intéresse aux types d'appropriation de l'espace de la façade. Elle montre le contrôle qui s’exerce sur les bâtiments et les trottoirs, soit par le biais d’objets, de mobilier et d’installations mobiles qui encombrent la rue, soit moyennant la transformation des rez-de-chaussée des bâtiments limitrophes (fig. 16, 17).

Figure 16 : Appropriation de l'espace de la façade par du mobilier et des installations mobiles dans les deux rues

Figure 16 : Appropriation de l'espace de la façade par du mobilier et des installations mobiles dans les deux rues

Source : auteurs, 2010

Figure 17 : Indiquées en rouge, les parties de la façade urbaine sur lesquelles se fait l’exposition des marchandises dans la rue des Frères Bouabsa

Figure 17 : Indiquées en rouge, les parties de la façade urbaine sur lesquelles se fait l’exposition des marchandises dans la rue des Frères Bouabsa

Source : auteurs, 2010

Exemple de synthèse de l’observation du support physique des terrains d’étude

30Le tableau 4 ci-dessous présente un exemple de synthèse de la lecture des qualités physiques et architecturales du tronçon 2 de la rue des Frères Bouabsa et du tronçon 3 de la rue Chaabane Abdelhamid.

Tableau 4 : Synthèse de la lecture des qualités physiques et architecturales du tronçon 2 de la rue des Frères Bouabsa et du tronçon 2 de la rue Chaabane Abdelhamid

  • La typomorphologie

Tronçon 2 de la rue des Frères Bouabsa 

Tronçon 3 de la rue Chaabane Abdelhamid

  1. Situation de la rue dans le tissu

  • Rue droite et rectiligne.

  • Située dans un tissu colonial,

  • Caractérisé par :

    • Un tracé régulier et orthogonal.

    • Un ensemble d’îlots disposés suivant une trame en échiquier.

  • Rue située dans un tissu informel (auto-construit).

  • Caractérisé par :

    • Un système de rues et de ruelles sinueuses

    • Des îlots de maisons, irréguliers en formes et en tailles. Contient très peu de places et de jardins.

  1. Dimensions

Rue très large,

Cause : Une ouverture latérale offerte par la place.

Rue très large.

Cause : Une ouverture latérale offerte par la place.

3- Composition des façades

A- Type de bâti

Ancien

Contemporain

B- L’homogénéité et l’hétérogénéité

Homogène

Hétérogène

C-Traitement des rez-de-chaussée

Équipements publics : la poste, l’école et la banque

Commerces d’habillement et de chaussures.

D- Traitement des angles 

  • Angle occupé par un bureau de poste,

  • Coupé en plan au niveau des deux étages,

  • Entrée surélevée de cinq marches.

  • Les marches qui avancent sur le trottoir bloquent le passage et obligent les piétons à descendre vers la chaussée. Elles créent une rupture dans le mouvement des piétons.

  • Aucun angle traité.

  • Les rues s’entrecoupent sans autre forme d’articulation.

E -Revêtements de façades.

Continuité et homogénéité dans les revêtements de la façade

Plusieurs ruptures dans les revêtements de façade.

4- Éléments ponctuels

La place du 8 mai 1945

La place

5- Éléments exceptionnels

Le Bureau de poste

Auberge de Jeunesse, Salle de Soins

6- Traitement du sol

Une continuité et une homogénéité dans le revêtement du sol et des niveaux du trottoir sur les deux côtés de la rue.

-Façade nord : une discontinuité dans le revêtement du sol

-Façade sud : une continuité dans le revêtement du sol de la place

7- Mobilier Urbain

-Mobilier de Confort : Bancs publics, Bacs à fleurs.

- Mobilier de vente et d’accueil : Kiosque

- Mobilier technique : Panneaux de Signalisation

- Mobilier d’éclairage : Candélabres

- Mobilier de propreté : Sanitaires publics

-Mobilier de Confort : Bancs public, Bacs à fleurs.

- Mobilier de vente et d’accueil : Kiosques

- Mobilier technique : Signalisation

- Mobilier d’éclairage : Candélabres

8- Végétation

- Dans la place :

- l’arbre Urbain d’alignement, la plante herbacée

- Dans la place : l’arbre Urbain d’alignement, la plante herbacée.

Devant les habitations : Arbre Urbain d’alignement, plante grimpante.

  • L’appropriation des façades

Il n'y a pas d'appropriation des murs de façade

- l’occupation des murs de façade par :

- Des objets quotidiens : les pots de plante, la plantation au sol, ...

-l’exposition de marchandises : sur les murs de façade et sur une partie des trottoirs.

Synthèse

- Cette partie de rue est partout homogène.

- La présence de la place et des équipements publics augmente sa fréquentation et lui donne un caractère particulier.

- La végétation y est présente surtout au niveau de la place, à sa périphérie.

- La place est très fréquentée à cause des kiosques à thé qui s’y trouvent.

- Manque d’homogénéité dans le type de bâti, le traitement des façades et du sol.

- Il contient tous les types de mobilier urbain.

- Il bénéficie de végétation au niveau de la place et devant les habitations.

- Ses trottoirs sont en majorité squattés par les commerçants.

- Ses commerces sont tournés vers l’habillement et la chaussure.

La deuxième partie : l’étude ethnométhodologique

31Notre travail observe et analyse une action quotidienne en apparence banale : le déplacement piétonnier au sein des rues de la ville, qu’il modélise comme l’interaction entre un individu et une configuration spatiale. Quoi de plus indiqué pour l’accomplissement d’une telle tâche que l’approche ethnométhodologique fondée par Garfinkel et notamment médiatisée à travers son livre Studies in Ethnomethodology, publié aux États-Unis en 1967. Celle-ci cherche à cerner la société dans les activités quotidiennes de ses membres à travers l’étude de leurs « ethnométhodes » (Mbiatong, 2019), c'est-à-dire leurs modes d’action et de pensée socialement intégrés et quotidiennement déployés lors de l’accomplissement de leurs actions routinières. L’ethnométhodologie s’attache de ce fait à décrire les méthodes pratiques employées par les individus, considérés comme autant d’acteurs mis en situation, pour produire les conditions nécessaires au déroulement de leurs actions communes.

32Partant de cette approche, divers auteurs ont proposé « des pistes originales permettant de penser l'observabilité des conduites piétonnières. » (Thibaud, 2002, p. 22). Nous cherchons ici, sur la base de ces travaux et tout particulièrement ceux qui s’occupent de l’étude de la marche (Lee et Watson, 1992 ; Lavadinho et Winkin, 2004 ; Le Breton, 2000 ; Paquot, 2004 ; Thomas, 2005 ; Thomas, 2007 ; Grosjean et Thibaud, 2001 ; Thibaud, 2002), à caractériser le terrain d’étude en fonction de la qualité des mouvements des passants. Celle-ci s’exprime à travers leurs actions corporelles, leurs orientations visuelles et surtout leurs déplacements. On cherche ainsi à appréhender les éléments qui déterminent le comportement du passant dans l’espace public des deux rues, qui offrent par ailleurs, des choix de parcours multiples.

33Nous abordons ici une description qualitative qui se base sur les séquences vidéo prises dans des endroits stratégiques en fonction d’un protocole précis conçu à cet effet.

Protocole d’Observation Vidéo

34La technique d’enregistrement vidéo est en parfaite adéquation avec la démarche d’observation qu’est la nôtre. Elle répond à notre besoin de capter l’ensemble des mouvements du piéton et de visionner, en même temps, les qualités de l’endroit concerné. Elle permet ainsi de rapporter, en temps réel, les comportements du passant au sein de l’environnement qu’il vit au moment où il le vit. Nous utilisons une caméra numérique (type Canon FS11, capteur Mono-CCD, 720x576 pixels, Zoom optique 3,7x et Zoom numérique 2000x).

35Afin d’obtenir l’image des mouvements des passants en situation naturelle, l’enregistrement vidéo se fait discrètement. Le passant en question ne doit pas être conscient d’être filmé, afin qu’il continue à pratiquer l’espace comme à son habitude. Toutes les observations et tous les enregistrements sont faits au moyen d’une caméra numérique, installée aux étages supérieurs de bâtiments qui surplombent les différents tronçons des deux rues (fig. 18). Ce positionnement, qui ne permet pas de saisir le détail facial nous a permis de sauvegarder la vie privée des passants observés. Il nous a également permis d’être hors du flux et donc extérieur à l’action observée, comme il nous a doté d’un grand champ d’observation.

36Sur chaque terrain, deux protocoles de prise vidéo sont mis en œuvre. Une première caméra est fixée en face du tronçon d’étude. Elle effectue un cadrage large et l’enregistre en continu pendant dix à trente minutes. Ceci permet de restituer le scénario ambiant de la rue dans sa totalité et met en évidence les différents régimes d’occupation spatiale et temporelle des terrains étudiés. Cette caméra a rendu possible la catégorisation des passants, le repérage des zones de passage ou de séjour, la cartographie des trajets les plus empruntés, et enfin l’identification de la variation temporelle des activités au cours de différents moments de la journée et de la soirée.

Figure 18 : Caméra installée à l’étage d’un immeuble surplombant la rue

Figure 18 : Caméra installée à l’étage d’un immeuble surplombant la rue

Source : auteurs, 2010

37Le deuxième protocole est réalisé grâce à une deuxième caméra qui assure, à chaque fois, le suivi exclusif d'un passant ou d’un petit groupe de passants choisis au hasard au sein de la foule. Ce cheminement individuel est filmé en zoom plus ou moins serré par une caméra installée en retrait de l’espace et hors de portée du regard des passants. Cette caméra permet de focaliser l’observation sur des détails comportementaux tels que les variations fines de trajectoires, les allures de déplacement et la gestuelle corporelle dont, à titre d’exemple, le rythme des jambes et l’orientation de la tête. Les séquences vidéo longues de deux à cinq minutes, sont limitées par la durée de déplacement du ou des passants choisis.

38Les observations ont commencé au mois de janvier 2010 et ont duré jusqu’au mois de mai 2013. Elles ont eu lieu toute la semaine et même le week-end, à deux horaires différents : le matin aux horaires d’entrée et de sortie des écoles et autres bureaux (7h30 et 12h00) et l’après-midi (de 13h30 à 17h00). Nous avons également veillé à varier les conditions météorologiques : temps frais, vent, pluie et beau temps. À l’issue de ce travail, nous avons enregistré le mouvement de 700 piétons au cours des six heures cumulées dans la rue des Frères Bouabsa et cinq heures et quarante minutes dans la rue Chaabane Abdelhamid. Nous avons ensuite décortiqué les vidéos enregistrées et réalisé une description minutieuse des mouvements piétonniers.

Analyse des séquences filmées

39Les films Vidéo qui regroupent les données recueillies au cours de cette phase sont décomposés en séries chronologiques d’images fixes pour les besoins de l’observation ethnographique. Nous donnons, à titre d’exemple, ces séquences vidéo où l’on suit une passante depuis son accès à la rue observée jusqu’au moment où elle la quitte (fig. 19).

Figure 19 : Séquence vidéo du sujet c

Figure 19 : Séquence vidéo du sujet c

Source : auteurs, 2010

40Chaque séquence vidéo est retranscrite sur un plan (fig. 20). Nous indiquons dessus les éléments spatiaux en rapport avec le comportement du passant filmé, que ce soit sa trajectoire ou son orientation visuelle. Si le passant regarde, à titre d’exemple, une vitrine, même en n’y jetant qu’un coup d’œil rapide, ceci est porté sur le plan.

Figure 20 : Un exemple de plan de transcription de séquence vidéo. Il s’agit ici des sujets a et b

Figure 20 : Un exemple de plan de transcription de séquence vidéo. Il s’agit ici des sujets a et b

Source : auteurs, 2010

41Afin de faciliter la gestion des séquences vidéo et la restitution de ces dernières sur les plans et les façades, nous avons utilisé les expressions suivantes :

42- Sujet : c’est le passant filmé. Il peut être une personne ou un groupe de personnes qui marchent ensemble. Pour différencier les sujets une lettre différente est à chaque fois attribuée : Sujet a, Sujet b, etc.

43- Point : désigne un espace qui reçoit une attention particulière de la part des passants. Un numéro est à chaque fois rajouté en vue de différencier les différents points de vue : P1, P2, etc.

44Pour chaque sujet étudié, une description du mouvement piétonnier est faite selon les trois indices comportementaux empruntés à Thomas (2004) : « La manière d’investir l’espace, l'allure de déplacement et le mode d’orientation du regard ». Cette description prend la forme d’un tableau qui récapitule la typologie des pratiques et phénomènes moteurs observés (tab. 5).

Tableau 5 : Description du mouvement piétonnier du sujet a et b

Sujet a

Sujet b

Description du mouvement du passant

  1. Manière d’investir l’espace

Marcher en groupe au milieu de la chaussée

Marcher en groupe au milieu de la chaussée

  1. L’allure de déplacement

Trajectoire

Brisée

Droite, Linéaire

Vitesse

Lente avec arrêt

Lente avec arrêt

Gestuelle

Torse penché dans la direction du regard

Torse penché dans la direction du regard

  1. Mode d’orientation du regard

Changer rapidement la direction du regard vers un endroit précis (P.1)

Changer rapidement la direction du regard vers un endroit précis (P.1)

Pratiques liées

Lèche-vitrines

Lèche-vitrines

Phénomènes moteurs liés

1- Changer brutalement de direction

2- Ralentir

3- S’arrêter devant une vitrine

1- Marcher en regardant de côté

2- Changer brutalement de direction

3- Ralentir

4- S’arrêter devant une vitrine

45Pour des raisons de faisabilité liées au temps imparti à la recherche, nous avons éliminé les mouvements piétonniers similaires et n’en avons à chaque fois gardé qu’un seul que nous considérons comme un mouvement typique. Toutefois, les mouvements piétonniers similaires qui présentent une différence dans les indices comportementaux, sont considérés comme différents. Prenons, à titre d’exemple, les sujets a et b. Leurs mouvements respectifs présentent une seule différence : la trajectoire. La première est brisée alors que la deuxième est droite et linéaire. Cette différence a produit un phénomène-moteur (marcher en regardant de côté) qui existe chez l’un mais pas chez l’autre (tab. 5).

46A l’issue de ce travail, nous avons trouvé 23 mouvements piétonniers typiques dans la rue des Frères Bouabsa et 19 autres dans la rue Chaabane Abdelhamid.

47L’analyse des séquences filmées est réalisée en croisant les typologies des différents trajets les plus empruntés, avec celles des situations de pratique de l’espace : personnes seules, couples, groupes, enfants. Il est en effet important de prendre en compte la variété des phénomènes moteurs rencontrés dans la mesure où ils peuvent mobiliser des modes d’attention et d’expression en même temps que des rapports à autrui, à chaque fois différents.

La troisième partie : Description en marche (les Parcours Commentés)

48La description en marche, par la méthode des parcours commentés, interroge la rue, au travers de toutes ses dimensions. Elle appréhende celles-ci à partir de descriptions recueillies in situ auprès d’un échantillon de personnes mises en situation d’enquêteur/parcourant. Dans cette partie, on travaille surtout à travers l’analyse des comptes rendus de perceptions faites lors du parcours. Il s’agit d'effectuer la reconstitution d’un parcours, composé de différentes fractions de descriptions, récoltées lors des parcours commentés. L’objectif est d’obtenir un parcours qui exprime l’expérience vécue du parcourant.

La méthode, tâche par tâche

49La méthode des parcours commentés est employée pour comprendre le rapport qu’entretient l'individu avec l'espace urbain. Elle se déroule en plusieurs phases.

  • Le pré-entretien : C’est le moment où l'enquêteur présente le protocole d'enquête au parcourant et annonce ses intentions.

  • Le début du parcours : Le parcourant, muni d'un magnétophone portable glissé dans sa poche, et l'enquêteur sont ensemble dans la rue. Le parcourant reçoit une double consigne :

50- décrire ce qu'il perçoit des ambiances (visuelles, sonores, tactiles, thermiques, olfactives...), sans être obligé de faire des phrases élaborées.

51- indiquer fréquemment où il est pour que l'on puisse ultérieurement repérer ses paroles (du type « nous sommes au croisement de telle rue ou nous sommes devant la poste »...).

  • Retranscription du texte sur ordinateur

52Les paroles dites l’ont été en arabe dialectal algérien « Darija ». Elles sont traduites en langue française de manière à rester aussi fidèles que possible à la source et elles sont intégralement retranscrites.

53Lors du choix des personnes interrogées pour les deux rues, nous avons essayé de varier au maximum le sexe, l’âge et la profession des passants interrogés. Nous avons été obligés de passer par des réseaux de connaissances pour former notre corpus car les personnes contactées in-situ ont toutes refusé de se prêter à l’expérience. Les parcours proprement dits ont été réalisés auprès de huit personnes réparties sur les deux terrains d’étude. Pendant ces parcours nous voulions filmer le parcourant pour mettre en évidence la relation de son récit à l’espace mais malheureusement, tous les parcourants ont refusé d’être filmés.

Extrait d’un parcours commenté

54Le texte ci-dessous traite d’une partie de parcours à la rue Chaabane Abdelhamid.

55« La rue « H », le weekend, attire les femmes et les groupes de jeunes filles, la période du Ramadan et pendant les fêtes religieuses (Aïd El Fitr et Aïd El Adha) et la rentrée scolaire, les installations du marché attirent plus de monde. L’activité, pendant ces périodes de l’année, est plus intense et les gens fréquentent en masse cette rue et la rue « H » pour le shopping.

56- Non attends, regarde quand on traverse la rue, ici il y a les kiosques de part et d’autre, le premier, en face de la rue H, vend les fruits et les légumes et le deuxième vend les cassettes et CD de musique. Lorsqu’on passe par là on entend les nouvelles chansons surtout pour les fêtes de mariage (arrassi), au centre c’est un jardin public propre et agréable si on le compare à ce qu’il était auparavant. » (Le passant Takieddine)

Analyse des comptes rendus des paroles

57Disposant du corpus de parcours, les chercheurs commencent par le classement thématique des données recueillies. Ils obtiennent une base de données d'événements qui ont été déterminants pendant les parcours qu’ils finissent par localiser sur les plans.

58Ils en dégagent ensuite les lignes de force, les constantes et les grandes oppositions afin d'identifier des processus ou logiques typiques. Les chercheurs analysent ainsi chacun des itinéraires retenus en fonction de paramètres à même d’en permettre la caractérisation : les qualités déterminantes du parcours (esthétique, ambiance, sentiment de sécurité...), les modalités suivies dans le choix des itinéraires, la perception des événements ayant lieu durant le parcours. (Miaux, 2008)

59La présentation des deux terrains d'étude est organisée dans un tableau à cinq colonnes (Tab.6). Celle de gauche contient l’extrait des paroles des parcourants. Ce sont les effets physiques et sensibles perçus et exprimés par les parcourants. Tandis que la deuxième et la troisième présentent l’analyse réalisée par l’enquêteur à partir de la colonne de gauche. Cette analyse se compose de deux points respectivement portés par chacune des colonnes en question :

  • Éléments physiques et sensibles perçus et exprimés dans l’extrait des paroles du parcourant (expressions en gras et en couleur).

  • Émotion spatiale : c’est le ressenti du parcourant provoqué par la perception de l’espace, lors du parcours et extrait de ses paroles (expressions soulignées de la colonne de gauche). Elle est représentée par le mot d’action le plus significatif.

60La quatrième colonne contient une illustration de l’espace qui reçoit une attention particulière de la part du parcourant. La dernière colonne présente enfin un extrait du plan du parcours.

Tableau 6 : Extrait de l’analyse du parcours commenté n° 1 de la rue des Frères Bouabsa

Tableau 6 : Extrait de l’analyse du parcours commenté n° 1 de la rue des Frères Bouabsa

Source : auteurs, 2013

Résultats et Discussion

61L’étude ethnométhodologique des terrains retenus a permis de décomposer la mobilité piétonnière en « pratiques », « phénomènes-moteurs » et « émotions ». Nous avons élaboré des répertoires de chacun des trois éléments, confirmant ainsi notre hypothèse méthodologique. Ces répertoires sont parmi les principaux résultats de cette recherche.

62L’analyse de l’activité du corps du passant montre que la mobilité piétonnière se décompose, dans ces deux rues, en cinq pratiques : « flâner », « faire du lèche-vitrines », « se reposer », « s’arrêter » et « traverser ». Chacune de ces pratiques peut être projetée et donc voulue par le piéton dès le début de son parcours ou émergente et induite par les caractéristiques et les qualités de la configuration urbaine environnante.

63Nous avons répertorié de manière séparée, les pratiques piétonnières pour mieux les caractériser, mais il faut savoir que dans la réalité, elles ne se font pas de manière dissociée. C'est-à-dire qu’un passant peut flâner, puis se reposer dans une place avant de reprendre enfin la marche pour aller faire les vitrines.

64Nous avons également répertorié quinze phénomènes-moteurs. Chaque phénomène-moteur est une façon unique d’exprimer des manières d’être dans un espace. En effet, dans chaque contexte spatial particulier, les passants se comportent d’une manière spécifique qui renvoie aux qualités de l’espace en question. Celles-ci constituent autant de critères d’émergence du phénomène-moteur concerné. Les quinze phénomènes-moteurs repérés peuvent ainsi être catégorisés, en fonction de leurs critères d’émergence, dans les deux grandes classes suivantes :

Phénomènes-moteurs liés à la configuration physique

65Dans cette catégorie, nous mettons deux sous-groupes. Le premier, qui compte huit phénomènes-moteurs, est celui des rues à configuration attractive. Elles se caractérisent par l’existence de places publiques agréables, de conglomérat de vitrines et de commerces de même nature ou de bâtiments de valeur historique. Cette catégorie regroupe les huit phénomènes-moteurs « Marcher en regardant de côté », « Changer brutalement de direction », « Ralentir », « S’arrêter devant les vitrines », « S’arrêter en s’adossant au mur », « Attendre », « Marcher lentement sans trajectoire fixe » et « S’asseoir ».

66Le deuxième groupe est celui qui se rattache aux configurations urbaines obstruantes. Il s’agit notamment des rues riches en éléments-obstacles tels que des marches d’accès à un bâtiment placées à même le trottoir, une clôture de chantier, une circulation mécanique dense, etc. Dans ce groupe, les phénomènes-moteurs des passants prennent la forme de parades d’évitement des obstacles au parcours. Nous avons ainsi sept phénomènes-moteurs qui sont : « Changer brutalement de direction », « S’arrêter avant de traverser la voie mécanique », « Descendre et emprunter la chaussée », « Se dépêcher », « Courir », « Remonter sur le trottoir » et enfin « Éviter un obstacle ».

Phénomènes-moteurs liées à la relation avec autrui

67La deuxième catégorie regroupe les phénomènes-moteurs dits de relation à autrui. En effet, la qualité des mouvements des passants est souvent liée aux conduites des autres piétons qui partagent le même espace. Les passants adaptent et modifient leurs attitudes corporelles en fonction du contexte social vécu à chaque moment. On retrouve, dans cette catégorie, trois phénomènes-moteurs qui sont : « S’arrêter pour laisser passer les autres », « Descendre et emprunter la chaussée » et « Changer brutalement de direction ».

68Il est à noter que certains phénomènes-moteurs tels que « Changer brutalement de direction » et « Descendre et emprunter la chaussée », peuvent se retrouver dans les deux catégories à la fois mais comme expression d’émotions différentes. Ainsi, quand il se trouve dans la catégorie des phénomènes-moteurs liés à la configuration physique, « Descendre et emprunter la chaussée » est relatif au dépassement et à l’évitement d’un obstacle physique, tandis que lorsqu’il se retrouve dans la deuxième catégorie, il devient relatif au dépassement rapide et à l’évitement de ce que l’on pourrait appeler un obstacle social qui pourrait prendre la forme d’une personne, d’un groupe de personnes ou d’un lieu spécifique comme une terrasse de café.

69L’analyse des comptes rendus des parcours commentés a par ailleurs révélé que les différentes configurations physiques et spatiales des espaces urbains sont susceptibles de provoquer un ensemble de vingt-quatre émotions que nous avons divisé en deux classes. Les émotions positives qui signalent le contentement et la satisfaction et les émotions négatives qui expriment le mécontentement et la frustration. Pour le contentement et la satisfaction nous avons répertorié sept émotions : attractivité, satisfaction, souvenir, nostalgie, repérage, habitude, et valorisation.

70Pour le mécontentement et la frustration, la série des émotions répertoriées est plus longue et couvre un large éventail de sentiments qui va du simple mécontentement au dégoût. Nous retrouvons dans cet ensemble « la gêne », « l’obligation », « se sentir étranger », « l’encombrement », « la perturbation », « la banalité », « le besoin d’évitement », « l’exclusion », « l’insécurité », « la répulsion », « la restriction », « l’étonnement », « l’insatisfaction », « la différence », « l’hésitation », « le désintéressement » et « l’autoscopie ». Chacune des vingt-quatre émotions répertoriées traduit un vécu différent en nature et en intensité, mais exprime toujours la satisfaction ou la frustration.

71Le répertoire des émotions montre que la ville de Batna est une ville coercitive et pénible. Elle repousse et éconduit ses usagers qui, dans leur majorité, n’éprouvent aucun plaisir à s’y balader et à s’y promener. Dix-sept émotions, sur les vingt-quatre répertoriées, sont en effet négatives et marquent la frustration.

72Si la première phase de l’analyse (lecture physique et architecturale des terrains d’étude), permet la caractérisation de chacun des terrains retenus et distingue leurs logiques physiques de plusieurs points de vue : continuité et discontinuité du parcours, traitement des façades, revêtements du sol, traitements du rez-de-chaussée, ouverture et fermeture de l’espace, etc., la phase ethnométhodologique, qui s’intéresse à la diversité des façons dont les passants peuvent réagir à une situation vécue, montre qu’il est aussi possible de caractériser une rue à partir des pratiques, des phénomènes-moteurs et des émotions qu’elle permet, supporte et rend possibles. Cette qualification se traduit par les manières d’être et de se sentir des piétons dans chaque terrain d’étude. Elle confirme notre hypothèse contingente.

73Les émotions « insécurité », « désintéressement », « Se sentir étranger » et le phénomène-moteur « se dépêcher », qualifient un espace de transition qui reflète la pratique « traverser ». Ces éléments piétonniers révèlent en fait une configuration physique particulière qui est celle des rues résidentielles, sans activité commerciale et peu fréquentées (fig. 21).

Figure 21 : Rues résidentielles

Figure 21 : Rues résidentielles

74Source : auteurs, 2010

75Les émotions « gêne », « insécurité » et « hésitation » et les phénomènes-moteurs « se dépêcher » et « S’arrêter avant de traverser la voie mécanique », qualifient un espace à grande fréquentation mécanique, où le piéton vit des situations de concurrence constantes avec les véhicules (fig. 22).

Figure 22 : Espace à circulation mécanique dense. Piéton en concurrence avec la voiture

Figure 22 : Espace à circulation mécanique dense. Piéton en concurrence avec la voiture

Source : auteurs, 2010

76Les deux pratiques « lèche-vitrines » et « flâner » combinées aux phénomènes-moteurs » ralentir », « marcher en regardant de côté » et « s’arrêter devant les vitrines », ainsi que les émotions « attractivité » et « satisfaction » renvoient l’image d’un espace commercial aisément fréquentable (fig. 23).

Figure 23 : Espace commercial aisément fréquentable

Figure 23 : Espace commercial aisément fréquentable

Source : auteurs, 2010

77Les trois pratiques « flâner », « s’arrêter » et « se reposer », les émotions « attractivité » et « satisfaction » ainsi que les phénomènes-moteurs « Attendre », « Marcher lentement sans trajectoire fixe » et « S’asseoir », révèlent, tous ensemble, une configuration physique riche en composantes attractives (ouverture spatiale, homogénéité des façades urbaines, continuité et cohérence dans le revêtement du sol, existence d’arbres, de végétaux, et de mobilier urbain) capables d’attirer l’attention des piétons et d’influencer leur orientation visuelle et leur rythme de déplacement (fig. 24).

Figure 24 : Configuration physique riche en composantes attractives

Figure 24 : Configuration physique riche en composantes attractives

Source : auteurs, 2010

78Notre travail confirme ces deux premières hypothèses et montre que la mobilité piétonnière dépend essentiellement des émotions provoquées par la configuration de l’espace dans lequel évolue le piéton. Nous avons, à titre d’exemple, découvert que les trottoirs étroits ou en mauvais état ainsi que les trottoirs occupés par les marchandises, produisent, chez le piétonnier, des sentiments de gêne et d’obligation. Ceux-ci provoquent à leur tour des phénomènes-moteurs tels que « Descendre et emprunter la chaussée » et « Changer brutalement de direction ». Une telle configuration spatiale encourage in fine la pratique « traverser » et décourage la pratique « flâner ».

79Nous avons également constaté qu’un regroupement de vitrines appartenant à des locaux de commerces de même nature, des espaces ouverts et dégagés comme les places, des espaces composés d’arbres, de végétaux ou d’ouvertures spatiales sur la nature et de mobilier urbain, produisent des émotions d’attractivité et de satisfaction. Ceux-ci provoquent pour leur part plusieurs phénomènes-moteurs tels que « Marcher en regardant de côté », « S’arrêter devant les vitrines », » Marcher lentement sans trajectoire fixe » et « s’asseoir ». Une telle configuration des espaces urbains encourage donc les pratiques « flâner », « s’arrêter », « se reposer » et faire du « lèche-vitrines ».

80Notre travail révèle également que les espaces résidentiels sans activité commerciale, les espaces peu fréquentés et les espaces à circulation mécanique dense, produisent des émotions d’insécurité, de répulsion, d’hésitation et dévitement. Ils provoquent ainsi des phénomènes-moteurs tels que « Se dépêcher » et « S’arrêter avant de traverser la voie ». Une telle configuration des rues encourage en fait la pratique « traverser » et décourage la pratique « flâner ».

81Les espaces et les bâtiments historiques se sont, par ailleurs, révélés être des attracteurs émotifs qui provoquent des émotions de nostalgie, de souvenir et de valorisation. Ils produisent des phénomènes-moteurs tel que « Marcher en regardant de côté », « Marcher lentement sans trajectoire fixe » et « s’asseoir ». La configuration de ces espaces encourage les pratiques « flâner », « s’arrêter » et « se reposer ».

82Nos analyses montrent également que les pratiques des passants dépendent aussi de dimensions autres que la configuration spatiale. Il s’agit notamment des normes sociales et des conduites sociales d’autrui. Les terrasses de café, prises à titre d’exemple, ainsi que les espaces occupés par des badauds qui ne font que regarder le va-et-vient, interfèrent avec les conduites des passants. Ils produisent des émotions de perturbation, d’autoscopie, de répulsion et d’évitement chez les piétons et provoquent des phénomènes-moteurs tel que « Descendre et emprunter la chaussée », « Changer brutalement de direction » et « se dépêcher ». Ce phénomène est particulièrement vrai pour les femmes lorsqu’elles sont obligées de passer devant une terrasse de café par exemple (fig. 25). Celles-ci étant des espaces exclusivement masculins, elles produisent chez-elles le sentiment d’être exposées au regard des hommes assis-là, à ne rien faire d’autre que regarder et observer les passantes. Ainsi une femme qui n’éviterait pas les terrasses de café et qui ne se dépêcherait pas à leur abord, serait vue comme une femme qui cherche à s’exposer, à se montrer et à être vue. Une femme sans pudeur qui ne respecte pas la norme sociale de la « Hachma » ou la « Horma ».

Figure 25 : Séquences vidéo montrant l’influence des terrasses de café sur le comportement des passantes

Figure 25 : Séquences vidéo montrant l’influence des terrasses de café sur le comportement des passantes

Source : auteurs, 2010

Conclusion

83Ce travail confirme ses deux hypothèses thématiques et montre la forte influence qu’exerce la configuration spatiale et architecturale des rues sur l’activité piétonnière et le comportement du piéton qui les emprunte. Mais il ne se limite pas à cela. Il explicite également comment fonctionne cette influence et montre ainsi que la rue, par ses attributs physiques, provoque chez le passant une série d’émotions. Celles-ci, selon qu’elles soient positives ou négatives, conduisent à l’émergence de phénomènes-moteurs particuliers qui composent les pratiques piétonnières du marcheur. Émotions, phénomènes-moteurs et pratiques piétonnières composent, toutes ensembles, la mobilité piétonnière.

84Nous avons ainsi découvert que les différentes configurations physiques et spatiales des rues étudiées sont susceptibles de provoquer, chez le piéton, un ensemble de vingt-quatre émotions. Sept émotions positives qui dénotent le contentement et la satisfaction et dix-sept émotions négatives qui vont du simple mécontentement à la frustration. Les émotions positives sont « l’attractivité, la satisfaction, le souvenir, la nostalgie, le repérage, l’habitude, et la valorisation. » Les émotions négatives sont « la gêne », « l’obligation », « se sentir étranger », « l’encombrement », « la perturbation », « la banalité », « le besoin d’évitement », « l’exclusion », « l’insécurité », « la répulsion », « la restriction », « l’étonnement », « l’insatisfaction », « la différence », « l’hésitation », « le désintéressement » et « l’autoscopie ».

85Ces émotions provoquent quinze types différents de phénomènes-moteurs, classés en deux catégories. La première est la catégorie des phénomènes-moteurs liés à la configuration physique des rues. Elle se divise également en deux sous-ensembles. Le premier est le sous-ensemble des phénomènes-moteurs relatifs aux rues à configuration attractive. Il compte huit phénomènes-moteurs qui sont « Marcher en regardant de côté », « Changer brutalement de direction », « Ralentir », « S’arrêter devant les vitrines », « S’arrêter en s’adossant au mur », « Attendre », « Marcher lentement sans trajectoire fixe » et « S’asseoir ». Le second sous-ensemble est celui des phénomènes-moteurs relatifs aux rues à configuration obstruante. Il comprend sept phénomènes-moteurs qui sont « Changer brutalement de direction », « S’arrêter avant de traverser la voie mécanique », « Descendre et emprunter la chaussée », « Se dépêcher », « Courir », « Remonter sur le trottoir » et enfin « Éviter un obstacle ». La deuxième catégorie de phénomènes-moteurs est celle des phénomènes-moteurs relatifs à la relation à autrui. On y retrouve trois phénomènes-moteurs qui sont : « S’arrêter pour laisser passer les autres », « Descendre et emprunter la chaussée » et « Changer brutalement de direction ».

86Les quinze phénomènes-moteurs caractérisent eux-mêmes cinq types d’activités piétonnières, qui sont « flâner », « faire du lèche-vitrines », « se reposer », « s’arrêter » et « traverser ». Celles-ci peuvent être projetées, parce que faisant partie des projets faits par le piéton avant le début de son parcours, ou émergentes, parce que provoquées, par les émotions induites chez le piéton en cours de parcours, par les qualités de configuration urbaine.

87Les répertoires ainsi obtenus confirment notre hypothèse méthodologique, mais pas seulement. Ils permettent aussi de caractériser n’importe quelle rue à partir des pratiques, phénomènes-moteurs et émotions qu’elle supporte et rend possibles, confirmant ainsi notre hypothèse de contingence.

88Notre travail révèle que la ville de Batna en particulier et la ville algérienne en général, est coercitive et pénible. Elle repousse et éconduit ses usagers qui, dans leur majorité, n’éprouvent aucun plaisir à s’y promener. Cette généralisation a toutefois ses limites dues au nombre réduit des cas d’étude ici considérés. Un nombre plus élevé de cas d’étude, de préférence répartis sur plusieurs villes, permettrait certainement de repérer et d’observer plus de pratiques que les cinq ici répertoriées, plus de phénomènes-moteurs et plus d’émotions et offrirait une meilleure assise aux généralisations ici faites.

Haut de page

Bibliographie

AMAR G., 1993, Pour une écologie urbaine des transports, Les Annales de La Recherche Urbaine, Paris, Persée-Portail des revues scientifiques en SHS, p. 141‑151. < https://www.persee.fr/docAsPDF/aru_0180-930x_1993_num_59_1_1736.pdf >

AUGOYARD J.-F., 1979, Pas à pas : essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain, Paris, Seuil, Collection Espacements, 185 p.

AUGOYARD J.-F., 1998, Eléments pour une théorie des ambiances architecturales et urbaines, Les cahiers de la recherche architecturale, vol. 3, n° 42‑43, p. 7‑23. < https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02103997/document >

BAILLY A. S., 1974, La perception des paysages urbains : Essai méthodologique, L’Espace Geographique, p. 211‑217.

CARADEC F., COUSIN P., 2005, Dictionnaire des gestes : Attitudes et mouvements expressifs en usage dans le monde entier, Paris, Fayard,

CHELKOFF G., THIBAUD J.-P., 1992, L’espace public, modes sensibles, Les Annales de la Recherche urbaine, p. 7‑16. < https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00112653/document >

COSNIER J., 2001, L’éthologie des espaces publics, in GROSJEAN M. et THIBAUD J.-P. (eds), L’espace urbain en méthodes, Marseille, Parenthèses, p. 13-28.

CRETEN A., MEZOUED A. M., LETESSON Q., 2021, Fluidité des déplacements et gênes piétonnes dans les rues commerçantes de Bruxelles, Brussels Studies, La Revue Scientifique pour les Recherches sur Bruxelles/Het Wet. Tijdschr. voor Onderz. over Brussel/The J. Res. Brussels. https://doi.org/10.4000/brussels.5595

DENIS M., 1989, Image et cognition, Paris, PUF.

DUPLAY C., DUPLAY M., 1989, méthode illustrée de création architecturale, 2e éd., Paris, Moniteur.

DUPRAT B., 1991, Problèmes et méthodes des classifications morphologiques, in CROIZE J.-C., FREY J.-P., PINON P., Recherches sur la typologie et les types architecturaux, Paris, L’Harmattan, p. 97‑106.

GARFINKEL H., 1997, Extrait de Studies in Ethnomethodology, traduction française in VAN METER K, La sociologie, Paris, Larousse.

GARFINKEL H., 2007, Recherches en ethnométhodologie : traduit de l’anglais (USA) par BARTHELEMY M., DUPRE B., DE QUEIROZ J.-M. et al, Paris, PUF.

GAUTHIEZ B., 2003, Espace urbain, Vocabulaire et morphologie, Centre des monuments nationaux/Monum, Paris, Patrimoine.

GROSJEAN M., THIBAUD J.-P., 2001, L’espace urbain en méthodes, Marseille, Parenthèses, Eupalinos. Architecture et urbanisme.

HABRAKEN N. J., 2000, The structure of the ordinary : form and control in the built environment, Jonathan Teicher. Cambridge, the MIT press.

JOSEPH I., 2000, Décrire l’espace des interactions, in Géographies à Cerisy, Logiques de l’espace, esprit des lieux, Paris, Belin, p. 49‑55.

KAUFMANN V., JEMELIN C., 2004, La motilité, une forme de capital permettant d’éviter les irréversibilités socio-spatiales, in SECHET R., GARAT I., ZENEIDI D. (eds.), Espaces en transactions, Rennes, PUR, p. 83-91. DOI :10.4000/BOOKS.PUR.432

LABERGE Y., 2009, Interactionnisme symbolique, ethnométhodologie et microsociologie. Un bilan partiel de la décennie 2001-2009, Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 40, n° 40‑2, p. 151‑156.

LAVADINHO S., WINKIN Y., 2004, Quand les piétons saisissent la ville. Éléments pour une anthropologie de la marche appliquée à l’aménagement urbain, Médiation Et Information, n° 21, p. 33‑41. < https://mei-info.com/wp-content/uploads/revue21/2MEI %20no %2021MEI-21.pdf >

LE BRETON D., 2000, Éloge de la marche, Paris, Métailié.

LEE J. R. E., WATSON R., 1992, Regards et habitudes des passants  : Les arrangements de visibilité de la locomotion, Les Annales de la Recherche urbaine, vol. 57, n° 1, p. 101‑109. < http://dx.doi.org/10.3406/aru.1992.1703 >

LESNÉ R., 2019, Quand le déplacement devient une fin en soi. La pratique du parkour, une mobilité qui fait bouger l’urbanité, Revue Urbanités, http://www.revue-urbanites.fr/11-lesne/

LYNCH K., 1960, The image of the environment, Image city, vol. 11, p. 1‑13.

LYNCH K., 1969, L’image de la cité, Paris, Dunod, 222 p., p. 11‑16.

MBIATONG J., 2019, Ethnométhodologie, in DELORY-MOMBERGER C. (éd.), Vocabulaire des histoires de vie et de la recherche biographique, Erès, Questions de société, p. 219‑222.

MIAUX S., 2008, Comment la façon d’envisager la marche conditionne la perception de l’environnement urbain et le choix des itinéraires piétonniers : l’expérience de la marche dans deux quartiers de Montréal, Recherche, transports, sécurité, n° 101, p. 327‑351.

OGIEN A., 2016, Garfinkel et la naissance de l’ethnométhodologie, Occasional Paper, vol. 34, < http://cems.ehess.fr/docannexe/file/3721/op34_ao_garfinkel_naissance_ethnomethodologie.pdf >

PAQUOT T., 2004, L’art de marcher dans la ville, Esprit, p. 201‑214.

PAULET J.-P., 2002, Les représentations mentales en géographie, Paris, Anthropos.

PREAMECHAI S., 2006, Dispositifs architecturaux et mouvements qualifiés : recherche exploratoire sur les conduites sensori-motrices des passants dans les espaces publics intermédiaires, Thèse de Doctorat, Université Pierre Mendès-France-Grenoble II.

THIBAUD J.-P., CHELKOFF G., 1997, Ambiances sous la ville, Grenoble, Cresson, Plan Urbain.

THIBAUD J.-P., 2002, Visions pratiques en milieu urbain, Regards en action. Ethnométhodologie des Espaces publics (textes choisis), p. 21‑54.

THOMAS R., 2005, Les trajectoires de l’accessibilité, Paris, A la Croisée.

THOMAS R., 2007, La marche en ville. Une histoire de sens, L’Espace Géographique, vol. 36, n° 1, p. 15‑26.

THOMAS R., 2004, L’accessibilité des piétons à l’espace public urbain, Espaces et sociétés, n° 113‑114, p. 233‑249.

THOMAS R., 2004, Quand le pas fait corps et sens avec l’espace. Aspects sensibles et expressifs de la marche en ville, Cybergeo : European Journal of Geography, < https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00143207/document >

TIXIER N., 2001, Morphodynamique des ambiances construites, Thèse de Doctorat, Nantes, < https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00397623/document >

VIALE J.-B., 2007, Conduite psychomotrice du passant au sein d’un espace architectural et urbain : l’hypothèse rythmique, Thèse de doctorat, Université Pierre Mendès France (Grenoble ; 1990-2015).

Haut de page

Notes

1 Le verbe « Shouf » du dialecte algérien signifie « voir ». Le « shoufing » est une tournure qui fait référence au terme « shopping ». Mes filles l’utilisent quand elles n’ont pas d’argent pour acheter de nouveaux vêtements et qu’elles vont faire le tour des magasins pour regarder, voir ce qu’il y a de nouveau.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Situation des terrains d’étude au sein de la ville de Batna
Crédits Source : Google Earth, 2013, enrichie par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Figure 2 : Présentation photographique de la rue des frères Bouabsa
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-2.png
Fichier image/png, 948k
Titre Figure 3 : Présentation photographique de la rue Chaabane Abdelhamid
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-3.png
Fichier image/png, 746k
Titre Figure 4 : Découpage de la rue des frères Bouabsa en tronçons
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-4.png
Fichier image/png, 287k
Titre Figure 5 : Découpage de la rue Chaabane Abdelhamid en tronçons
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-5.png
Fichier image/png, 178k
Titre Figures 6, 7 : Modes d’appropriation de la façade de la rue Chaabane Abdelhamid.
Légende La photo de gauche montre les « encombrements et les installations mobiles » lorsque les commerces sont ouverts comparativement aux moments où les commerces sont fermés sur la photo de droite
Crédits Source : auteurs, 2013
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 8 : Situation de la rue dans le maillage
Crédits Source : image Google Earth, 2013, enrichie par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
Titre Tableau 2 : extrait du tableau qui présente les dimensions absolues de la rue –tronçon 2-
Crédits Source : auteurs
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-8.png
Fichier image/png, 263k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 623k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-12.png
Fichier image/png, 583k
Crédits Source : auteurs, 2013
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 9 : Éléments Exceptionnels de la rue des Frères Bouabsa
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-14.png
Fichier image/png, 346k
Titre Figures 10 et 11 : État et ruptures dans le traitement du sol du tronçon 5 de la rue des Frères Bouabsa
Crédits Source : auteurs, 2012
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-15.png
Fichier image/png, 498k
Titre Figures 12 et 13 : Type de mobilier urbain et disposition sur le tronçon 2 de la rue des Frères Bouabsa
Crédits Source : auteurs, 2012
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-16.png
Fichier image/png, 236k
Titre Figures 14 et 15 : Types de végétation et disposition sur le tronçon 2 de la rue des Frères Bouabsa
Crédits Source : auteurs, 2011
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-17.png
Fichier image/png, 486k
Titre Figure 16 : Appropriation de l'espace de la façade par du mobilier et des installations mobiles dans les deux rues
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-18.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 17 : Indiquées en rouge, les parties de la façade urbaine sur lesquelles se fait l’exposition des marchandises dans la rue des Frères Bouabsa
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-19.png
Fichier image/png, 146k
Titre Figure 18 : Caméra installée à l’étage d’un immeuble surplombant la rue
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-20.png
Fichier image/png, 815k
Titre Figure 19 : Séquence vidéo du sujet c
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-21.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 20 : Un exemple de plan de transcription de séquence vidéo. Il s’agit ici des sujets a et b
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-22.png
Fichier image/png, 384k
Titre Tableau 6 : Extrait de l’analyse du parcours commenté n° 1 de la rue des Frères Bouabsa
Crédits Source : auteurs, 2013
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-23.png
Fichier image/png, 368k
Titre Figure 21 : Rues résidentielles
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-24.png
Fichier image/png, 710k
Titre Figure 22 : Espace à circulation mécanique dense. Piéton en concurrence avec la voiture
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-25.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 23 : Espace commercial aisément fréquentable
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-26.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 24 : Configuration physique riche en composantes attractives
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-27.png
Fichier image/png, 806k
Titre Figure 25 : Séquences vidéo montrant l’influence des terrasses de café sur le comportement des passantes
Crédits Source : auteurs, 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/22887/img-28.png
Fichier image/png, 405k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samia Touati et Abdelmalek Arrouf, « Influence de la configuration de la rue sur la mobilité piétonnière dans les villes algériennes. Cas de deux rues de la ville de Batna »Géocarrefour [En ligne], 98/1 | 2024, mis en ligne le 28 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/22887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.22887

Haut de page

Auteurs

Samia Touati

Laboratoire d’Étude et de Modélisation des Phénomènes Architecturaux et Urbains, de l’idée à l’usage (LEMPAU), Université Batna1, Algérie, Département d’architecture, Faculté des sciences et de la technologie, Université Mohamed Khider Biskra, Algérie, samia.touati@univ-batna.dz

Abdelmalek Arrouf

Laboratoire d’Étude et de Modélisation des Phénomènes Architecturaux et Urbains, de l’idée à l’usage (LEMPAU), Université Batna1, Algérie, Institut d’Architecture et d’Urbanisme, Université de Batna1, Algérie, abdelmalek.arrouf@univ-batna.dz

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search