Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97/2ArticlesDu platz au logement : l’expérime...

Articles

Du platz au logement : l’expérimentation discrète d’une politique publique métropolitaine d’hébergement de migrants roms à Lille (2011-2021)

From platz to housing: the discreet experimentation of a metropolitan public policy for housing Roma migrants in Lille (2011-2021)
Stephanie Espejo Zeballos et Marc Dumont

Résumés

À Lille, les politiques de résorption des bidonvilles engagées sur le territoire de la Métropole entre 2011 et 2021 sont à l’articulation de trois modalités de traitements distinctes : temporaires, transitoires et pérennes. Les formes de traitement temporaire caractérisent une politique d'invisibilisation à travers l’évacuation. Elles définissent un cycle de temps de « latence » où les migrants roms construisent leurs projets d’insertion, suivi par des périodes d’évacuations. Ces évacuations repoussent l'habitat précaire depuis les interstices urbains de Lille intra-muros vers la périphérie de la ville de Lille, et vers les communes proches. La seconde forme, transitoire, recouvre l’expérimentation de dispositifs tels que les villages d’insertion et les dispositifs Sas. Ces dispositifs ont été mis en place suite à des opportunités ou à des tragédies dans les platz (incendies…). En 2019, deux solutions pérennes pour des platz de la métropole lilloise ont été concrétisées suite à la circulaire de 2018, avant leur brusque interruption en 2021 suite à l’arrivée d’un nouveau préfet. Sur la base d’une analyse de ces trois registres, cet article vise à éclairer pour chacun d’eux la place des acteurs (habitants, institutions et associations) et la politique d’invisibilisation des migrants roms.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur et l’autrice de cet article remercient le laboratoire TVES ainsi que Clément Vasseur pour la relecture de chaque version de l’article. Merci au Collectif Solidarité Roms pour son soutien et ses échanges lors du travail de terrain qui ont permis la collecte de données pour cet article. Merci aux coordinateurs du numéro et aux examinateurs anonymes.

Introduction

  • 1 Par des interstices urbains, nous entendrons « l’espace en attente, la réserve foncière. Et d’un au (...)
  • 2 Population d’origine roms (Roumanie, Bulgarie et d’autres pays de l’Europe de l’Est) arrivées depui (...)
  • 3 Association des Flandres pour l'Éducation, la formation des Jeunes et l'Insertion sociale et profes (...)

1En France, les interstices urbains1 sont et ont été habités par une diversité de personnes en grande précarité, aux statuts et origines diverses. Dans cet article, nous nous concentrerons sur les migrants roms2. Dans la métropole lilloise, les institutions en charge de la politique d’accueil des migrants roms sont la préfecture, la Métropole Européenne de Lille (MEL) et les communes. Les associations de prise en charge reconnues par la MEL sont la Sauvegarde du Nord (association mandataire de l’État pour réaliser le recensement des bidonvilles et l’accompagnement des familles), l’AFEJI3 (gestionnaire de villages d’insertion) et Canal (équipement sanitaire de terrains). D’autres associations donnent de l’aide humanitaire aux migrants roms et interagissent entre elles. Depuis 2015, nous avons remarqué des formes différenciées de traitement au sein des politiques publiques s’adressant aux migrants roms. Comment s’organisent donc les politiques publiques lilloises d’accès à un logement pérenne par les migrants roms ?

2Pour répondre à cette question, nous observons que les différents acteurs ont utilisé trois termes (campement illicite, bidonville et platz) pour se référer aux terrains des migrants roms, dont deux ont évolué comme des catégorisations institutionnelles, de « campement illicite » à « bidonvilles ». Tout d’abord, la locution « campement illicite » ou « illégal », est défini par la circulaire de 2012 comme « des installations de personnes, réalisées sans droit ni titre, sur des propriétés publiques ou privées » (DIHAL, 2012). L’État français n’a pas nommé « bidonville » les installations de migrants roms jusqu’en 2018 (DIHAL, 2018). Enfin, platz, peut être traduit comme « lieu » en roumain. Grégoire Cousin (2015) décrit ces espaces comme « construit[s] sur un terrain occupé illégalement, souvent au sein d’un interstice ou d’un délaissé urbain, le platz est d’abord un assemblage de baraques qui sont vécues par les habitants comme autant de foyers ». D’ailleurs, nous emploierons indifféremment bidonville ou platz pour désigner ces mêmes sites.

3Dans cet article, nous développerons l’idée qu’à travers ces catégories trois registres de traitement de la précarité se sont aussi exprimés : le temporaire, le transitoire et le pérenne. Sur la base de ces trois registres, ce texte vise à éclairer les processus d’accès à un habitat : du platz au logement ordinaire. Cet accès à l’habitat est encadré par des politiques publiques expérimentales engagées sur une décennie (2011-2021). Ce traitement a été expérimental, car il correspondait à des tentatives à travers des expériences différentes (villages d’insertions, dispositif Sas, hébergement sur une longue durée) de structuration exploratoire plus qu’à une forme de politique publique défini a priori de façon commune par un ensemble d’acteurs à l’échelle métropolitaine. Nous montrerons aussi la place laissée aux pratiques d’habitat informel et aux acteurs locaux.

4Nous proposons pour cela, tout d’abord, de présenter et de clarifier la dynamique spatiale temporaire de localisation des habitats auto-construits dans les différents interstices urbains en utilisant la cartographie. Ensuite, nous présenterons la politique transitoire et les conséquences de la « politique d’évacuation » (Vitale, 2015) des années 2015-2017 à Lille. De plus, nous présenterons les dispositifs utilisés pour loger transitoirement les migrants roms (villages d’insertion et dispositif Sas). Enfin, nous reviendrons sur les tentatives d’habitat pérenne par la mise en place du programme « résorption des bidonvilles » (DIHAL, 2018) depuis l’année 2018 jusqu’à son terme en 2021.

Encadré 1 : Comment enquêter sur les interstices urbains ?

  • 4 Le parcours exploratoire est une méthode empirique mise en place pour ne pas perturber les populati (...)
  • 5 Des demandes d’entretiens aux représentants de la préfecture sont restées sans réponse.

Une méthodologie empirique a été construite pour s’adapter aux changements du terrain d’étude induits par les évacuations. Les analyses qui suivent s’appuient en grande partie sur le matériau collecté dans le cadre de recherches d’un master et d’un doctorat (Espejo Zeballos 2022) dirigé par Marc Dumont. Elles ont été complétées par deux phases d’observation-participante : un bénévolat au sein d’un groupe d’étudiants de l’université de Lille (2013 et 2014), et du travail de terrain du doctorat (2014 à 2018). De 2014 à 2018 ont été effectués : 9 parcours exploratoires4, 27 visites de platz, des entretiens semi-directifs (13 familles, 2 représentants des institutions publiques, 2 représentants d’une association financée par l’État, 10 bénévoles) et des échanges informels avec les habitants et bénévoles5. De plus, l’analyse de cartes et d’images satellites a complémenté le travail de terrain. Les comptes-rendus des réunions du Collectif Solidarités Roms et Gens de Voyage de Lille (CSRGV) de 2018 à 2020 ont aussi été consultés. Dans cet article, deux échelles d’analyse seront présentées. La première est l’échelle métropolitaine et la deuxième est l’échelle communale, et nous nous intéresserons en son sein à deux zones : la zone dite du « centre », et la zone du « centre amplifié ». La zone du « centre », appelée aussi Lille intra-muros, est délimitée par la voie rapide et est composée par les quartiers : Lille centre, Vieux-Lille, Vauban, Wazemmes, Moulins, Bois-Blancs et Fives. La deuxième zone, le « centre amplifié », est située une ou deux avenues après la voie rapide, et inclut les installations proches. Elle est constituée d’une partie de ces communes : La Madeleine, Saint-André-lez-Lille, Lambersart, Saint-Maurice Pellevoisin, Hellemmes, Ronchin, Faches-Thusmenil et Lille Sud (fig. 3).

Temporaire, transitoire et pérenne : effets sociaux de trois modalités d’action d’une politique publique

5Depuis 2015, à Lille, les politiques publiques gouvernant les bidonvilles suivent trois registres : le temporaire, le transitoire et le pérenne. Le temporaire est représenté par l’habitat temporaire auto-construit et les évacuations qui ne permettent pas aux habitants de s’approprier longtemps un terrain. Le transitoire est matérialisé par les dispositifs « villages d’insertion » et « Sas ». Finalement, le pérenne se traduit par la mise en place de la circulaire 2018. Cette circulaire vise à « donner une nouvelle impulsion à la politique de résorption des campements illicites et bidonvilles » et a comme objectif la « réduction durable de bidonvilles » en cinq ans (DIHAL, 2018). Ces trois registres de la politique publique d’accueil des migrants roms ne sont pas successifs dans le temps, mais bien simultanés.

Des formes d’action temporaires

6Des trois registres observés, nous développerons en premier le registre temporaire. Il est caractérisé par un « temps de latence » ou une tolérance d’installation avant d’être suivi par des évacuations, puis une répétition de ce cycle ailleurs. L’habitat que les familles construisent est appelé ici « habitat temporaire » ou « habitat en transition » parce qu’elles n’arrivent pas à le pérenniser en raison de la récurrence des expulsions. À cause de la « politique des évacuations » (Vitale, 2015) pratiquée en France, d’une part les migrants roms n’arrivent pas à poursuivre leurs démarches administratives et, d’autre part, il se révèle tout aussi difficile pour les bénévoles de reprendre l’accompagnement social. Cette politique publique contraint donc les habitants à demeurer dans des perspectives temporaires d’habitat et de résidence.

7Selon nos observations, les communes permettent les installations seulement jusqu’à une certaine taille. Une fois dépassée cette taille, les terrains sont évacués. Pour retracer cette première dynamique, nous allons suivre l’évolution de l’appropriation des interstices urbains par l’habitat temporaire à travers la cartographie. Ensuite, la politique des évacuations sera développée, pour finir avec les effets qu’ont produit ces évacuations chez les migrants roms.

L’évolution des interstices urbains occupés par l'habitat temporaire à Lille de 2015 à 2019

8Le suivi de l’habitat temporaire de migrants roms, dans une métropole ou commune, a été réalisé par plusieurs chercheurs, à Paris (Aguilera, 2020), à Nantes (Barbe et Maillard, 2021) et à Saint-Denis (Costil-Levasseur, 2016), entre autres. Le présent article prolonge ces recherches avec un suivi de la situation lilloise sur cinq ans, de 2015 à 2019, qui nous a permis de visualiser l’évolution et l’impact de la politique publique d’invisibilisation de migrants roms sur ce territoire (fig. 1). Ce suivi a été réalisé dans les zones d’étude pour deux raisons : la concentration des installations dans le centre – et sa périphérie proche – et l’hypothèse d’une politique de délocalisation périphérique des habitants de bidonvilles par les pouvoirs publics (suite à des dénonciations par deux associations d’une évacuation lors du Tour de France). Ces raisons ont été le point de départ de cette analyse sur la dimension temporaire de l’habitat des migrants roms.

9Hormis un terrain occupé en 2015 dans le Sud-Est de la zone d’étude, les terrains investis se sont concentrés dans les interstices urbains de la couronne périphérique (voie rapide), en particulier au Nord et à l’Est de la zone d’étude de cette cartographie. Ces implantations de bidonvilles dans les interstices urbains sont en outre contraintes par les besoins d’activité économique – la pratique de la mendicité et de la musique au Nord, dans le Vieux-Lille et récupération de matériaux dans toute la zone d’étude, – et par les pratiques hostiles de certaines communes de la périphérie (les communes du Nord de Lille, plus aisées, et pratiquant des expulsions systématiques des bidonvilles).

  • 6 2015, 4.5 personnes par habitat (p/hab.) ; 2016, 4.2 p/hab. ; 2017, 4.3 p/hab. ; 2018, 3.6 p/hab. ; (...)

10Chez les migrants roms de la zone d’étude, la moyenne de personnes par abri était proche de 46. Cette moyenne masque trois cas différents. Le premier : des familles très nombreuses avec 4 enfants ou plus, soit un total de 6 personnes ou plus par foyer. Le deuxième : des familles très jeunes avec un nouveau-né, donc 3 personnes par foyer. Le troisième : les moins nombreux, des habitats habités par des personnes seules, souvent des proches des familles.

11Dans la figure 1, la cartographie réalisée montre que dans Lille intra-muros il y a une légère augmentation du nombre de platz, de 11 en 2015 à 13 en 2019. Dans les deux zones étudiées, au total, il y a eu 25 terrains ou platz entre 2015 et 2019.

Figure 1 : Comparaison de l’évolution des sites d’habitat temporaire occupés par des migrants roms à Lille entre 2015 à 2019

Figure 1 : Comparaison de l’évolution des sites d’habitat temporaire occupés par des migrants roms à Lille entre 2015 à 2019
Sur cette cartographie, on observe aussi l’augmentation de la population des terrains à travers les années. Les habitants des platz dits « Pasteur7 » et « Bavay8 » ont été évacués l’année où les terrains étaient très peuplés et ont essayé de rester dans le centre. On observe donc l’augmentation de la population en 2017 sur trois terrains dans les interstices urbains de l’Est de la zone d’étude.

Une dominante de politiques d’évacuations

« C'est toujours le problème, encore une fois, c'est tant qu'on verra ce public uniquement comme une problématique, on les mettra en marge, en fait. Voilà, on fera du ghetto, en s'assurant que personne ne les voit trop. De toute façon, quand un bidonville est… très visible, il reste pas longtemps » (Entretien salarié d’une association, 25/11/2021).

12Le sujet de déplacement forcé des familles roms en France a été traité par plusieurs chercheurs (Cousin et Legros, 2014 ; Aguilera et Vitale, 2015). Nous utilisons ici le terme « évacuation » (mobilisé par Aguilera, Bouillon, et Lamotte 2018, p. 19) qui correspond le mieux aux procédures engagées dans la métropole lilloise. Les évacuations ont par ailleurs des effets socio-spatiaux chez les personnes déplacées et seront donc présentées.

  • 9 Dans Lille intra-muros les évacuations ont fluctué : une en 2015, une en 2016, 9 en 2017, 3 en 2018 (...)

13De 2015 à 2018, on observe que c’est en 2017 que le plus grand nombre de personnes sont évacuées et, paradoxalement, c’est l’année où la population était minimale. Sur 1057 migrants roms dans la métropole, 514 ont été évacués au cours de 16 évacuations, de sorte que 49 % de la population totale a été évacuée en 20179. Comme à Lyon et d’autres villes françaises, la politique locale lilloise repose sur trois principes : les « expulsions systématiques des squats et bidonvilles, les mesures d’éloignement du territoire, les stratégies d’empêchement des réinstallations (Aguilera, Bouillon et Lamotte, 2018) » (cité par Bourgois 2020, p. 249).

14Cette politique d’expulsion systématique, en outre, n’est pas toujours fondée en droit et se heurte parfois à des condamnations. C’est ainsi le cas de l’évacuation du platz « façade de l’Esplanade » de 2017, jugée illégale en 2018.

Les effets du déplacement forcé

15Le déplacement forcé comporte plusieurs effets : la recherche de nouveaux terrains, le surpeuplement des platz existants, la création de nouveaux platz, et des conséquences sur les modes de vie des familles.

De l’évacuation, au surpeuplement, à la création d’un nouveau platz

16La majorité des familles interviewées a exprimé en entretien son souhait de rester sur Lille, même si elles s’exposent à subir de nouvelles évacuations. Pour connaître les dynamiques de recherche des nouveaux terrains, nous avons demandé aux familles comment elles avaient choisi leur terrain actuel. Pour celles qui ont répondu, elles l’avaient repéré ou on leur avait conseillé, et elles y sont arrivées parce qu’elles y avaient déjà habité. La dernière réponse a été aussi confirmée par la cartographie et les récits des bénévoles. En effet, lors des observations, nous avons constaté que les raisons pour retourner aux anciens terrains sont : la connaissance du terrain (topographie), le voisinage favorable, l’accès aux transports en commun, et les ressources comme l’accès à l’eau. La recherche des terrains est donc un savoir-faire acquis dans le temps, mais elle est aussi contraignante et chronophage.

17Suite aux expulsions, il est fréquent que les migrants roms arrivent sur un platz déjà existant induisant dans certains cas des situations de surpeuplement. Celui-ci a plusieurs conséquences : la suroccupation de l’espace, l’augmentation des ordures ménagères (avec la prolifération des nuisibles), la saturation des toilettes du terrain et la création de nouveaux habitats (caravanes ou construction des cabanes). De fait, les conditions d’habitabilité pour les familles changent et se dégradent fortement au gré des arrivés de ménages expulsés. Le déplacement de deux familles installées sur Lille depuis 2007 et 2009 illustre ces trajectoires d’errance (fig. 2).

Figure 2 : Parcours des familles de migrants roms sur la métropole de Lille

Figure 2 : Parcours des familles de migrants roms sur la métropole de Lille

18Enfin, les conséquences sociales des évacuations sont multiples : pertes matérielles, conflits, et détérioration de l’ancrage et des conditions d’insertion. Lors des évacuations, les personnes déplorent le déroulement des évacuations où des possessions personnelles sont perdues, comme des documents importants par exemple : « toutes les fois, j’ai perdu quelque chose, c’est difficile » (Famille 7, 21/01/2017). En cas de surpeuplement, l’intimité diminue et des conflits entre les personnes peuvent apparaître. Une autre conséquence des évacuations est l’interruption de la scolarisation des enfants. Par exemple, les enfants d’une école primaire ont vu prolonger leur trajet de 10 minutes à 30 minutes (bus et marche) quand ils ont passé du platz « Carrefour Pasteur » au platz « Wasquehal ». Certains enfants s’adaptent et d’autres arrêtent les cours lors des évacuations.

19L’évacuation à Lille est un « instrument d’action publique » (Cousin et Legros, 2014), qui délocalise les personnes vers la périphérie du centre de Lille. Comme vu précédemment, des événements d’envergure métropolitaine ou nationale peuvent contribuer à accélérer des processus d’évacuation. Finalement, nous arrivons au même constat que les recherches sur les expulsions de migrants roms : que les évacuations produisent des « effets sociaux, sanitaires et physiologiques importantes sur les populations renforçant leur vulnérabilité et les formes de ségrégation socio-spatiales existantes » (Aguilera, Bouillon, et Lamotte 2018, p. 26). À Lille, des solutions transitoires après les évacuations ont été construites et gérées par la MEL et les communes et seront présentées ci-après.

Transitoire : une figure d’encadrement social par l’institution publique

20Les deux dispositifs de communes lilloises de gestion transitoire des habitants de bidonville sont les villages d’insertion et le dispositif Sas (fig. 3). Ils ont été initiés dans des périodes et circonstances différentes. Nous leur donnons le nom d’« habitat transitoire » parce qu’elles servent de transition vers un cadre plus stable de l’habitat de migrants roms, tandis que « l’habitat temporaire » (point précédent) est un habitat avec une limite de temps. La construction de villages d’insertion (6) et de dispositifs Sas (3) a été financée par la MEL. Le programme « Résorption des bidonvilles » coordonné par la DIHAL, finance des postes de la Direction Tsiganes et Voyageurs (DTV) de l’association la Sauvegarde du Nord pour réaliser l’accompagnement social. Sur la carte de la figure 3, on constate la concentration des deux dispositifs autour de la commune de Lille, dans les communes de première couronne pour leur majorité ; ainsi que leur durée limitée généralement à moins de 5 ans.

Figure 3 : Les solutions transitoires, les villages d’insertion et les dispositifs Sas de Lille métropole

Figure 3 : Les solutions transitoires, les villages d’insertion et les dispositifs Sas de Lille métropole

L’entrée très sélective en villages d'insertion

21Alors que les villages d’insertion sont devenus le point de « rupture dans l’organisation territoriale » (Roche, 2017), ils proposent des nouvelles formes d’insertion sociale par un objet spatial : l’habitat. La MEL a réalisé depuis 2010 la construction des villages d’insertion (composés de mobil-hommes) et l’État commandite le fonctionnement, c’est-à-dire l’accompagnement social par l’AFEJI (Entretien chargé de mission d'un établissement public, 08/12/2021). Sur la métropole, il y a eu six villages d'insertion dans les communes de Lille, Roubaix, Tourcoing, Lezennes, Halluin et Faches-Thumesnil, dont deux en 2021 étaient encore en fonctionnement (fig. 4).

22Les conditions pour y entrer et pour y rester sont strictes. L’association la Sauvegarde du Nord fait une présélection des familles en bidonvilles avant l'installation qui ont la « volonté de s’insérer durablement en France » (Entretien salarié d’une association, 25/11/2021). Le Service Intégré d’Accueil et d’Orientation (SIAO) centralise les demandes, et la préfecture fait une « vérification interne » des familles. La famille doit être composée au maximum de 6 personnes. L’AFEJI fait un entretien avec elles pour vérifier le projet de la famille choisie. Finalement, c’est à la mairie de valider l’admission de la famille (AFEJI, 2016). Les familles choisies s'engagent à arrêter la mendicité, scolariser les enfants et suivre les démarches pour trouver un emploi.

23Ce dispositif accompagne les familles et aide à l’accès au logement. Mais le dispositif est restreint, parce que les familles nombreuses (plus de 6 membres) notamment, ne peuvent pas rejoindre ce dispositif.

Figure 4 : Village d’insertion à Hellemmes

Figure 4 : Village d’insertion à Hellemmes

Le Dispositif Sas d’insertion : une réponse d’urgence ou d’opportunité

24Le Dispositif Sas est aussi un « habitat transitoire » qui se différencie des villages d’insertion par une rapidité et un moindre coût de construction. Composé par des caravanes, et un module de toilettes partagées. De plus, il permet l’insertion et l’accès au logement pérenne des familles rapidement, en 9 mois. Ainsi, les dispositif Sas ont ouvert grâce à des opportunités ou des tragédies : « Pyramides » suite à un incendie, « Haubourdin », prêt d’un terrain par un particulier, « Lambersart » évacuation dans la même commune. La gestion des Sas est réalisée par deux associations : le service DTV de la Sauvegarde du Nord, et l’association Epi de Soil pour le Sas de Loos.

25Les conditions pour que les familles bénéficient du dispositif Sas sont aussi exigeantes que les villages d’insertion et les familles doivent aussi réaliser des cours d’alphabétisation, et faire preuve d’une absence de problématique d’addiction ou de délinquance. De plus, les familles peuvent prétendre être prioritaires pour y accéder, si elles sont dans une dynamique d’insertion ou en cas de problèmes de santé importants. Lors des évacuations, cette dynamique d’insertion est arrêtée et poursuivie quand les familles se sont installées dans un autre platz. (Entretien salarié d’une association, 25/11/2021).

26La localisation des dispositifs Sas et de certains villages d’insertion s’apparente à celle des aires d’accueils pour les gens de voyage (Legros, 2010). Celles-ci sont ou étaient localisées sur des terrains proches des voies ferrés ou des terrains « non-attractifs » (derrière le caniparc pour le Sas de Lambersart), où des bruits ou des odeurs empêche la réalisation d’autres activités économiques. En outre, comme observé par d’autres auteurs (Fassin et al., 2014), la relation entre les riverains et les migrants roms, est entre l’acceptation et la tolérance zéro. Cette dichotomie a aussi été observée sur Lambersart avec l’opposition des riverains à l’ouverture et une demande de prolongation lors de la fermeture du dispositif Sas (Entretien salarié d’une association, 25/11/2021). L’avantage principal est « la modularité dans l’aménagement du site » (Ibid.) : par exemple, quand une famille est nombreuse, elle peut être répartie dans deux caravanes (comme l’illustre la photo figure 5), mais le dispositif reste plus précaire et moins confortable que les mobil-homes d’un village d’insertion.

27Ces dispositifs d’insertion social transitoire à Lille reflètent le même constat que dans d’autres villes du pays : ils ont été créés dans l’urgence et ont fait face à l’opposition des riverains (Roche, 2017), et ils ont été construits dans des interstices urbains à l’écart (Legros, 2010 ; Roche, 2017). De plus, l’accès aux deux dispositifs est restreint et ceux-ci risquent de disparaître rapidement à cause de la diminution des financements. Ces deux dispositifs sont des solutions valables mais pas suffisantes au regard des besoins selon les observations réalisées sur le terrain. La création de nouveaux dispositifs au moment des évacuations n’est pas la priorité en 2021, selon un chargé de mission d'un établissement public (Entretien, 08/12/2021). Ci-après, nous présentons le déroulement du programme « Résorption des bidonvilles » de 2018 à 2022.

Figure 5 : Dispositif Sas « Pyramides »

Figure 5 : Dispositif Sas « Pyramides »

Pérenne : les figures fragiles de la résorption

28La mise en place du programme national de « Résorption des bidonvilles » (DIHAL, 2018) ayant vocation à proposer des relogements pérennes, a commencé à Lille en 2018. L’arrêt subit du programme en 2021 montre ainsi que même si un programme national a comme objectif la résorption complète de bidonvilles, d’autres directives de l’État déconcentré peuvent changer les objectifs au niveau local. Ainsi, les dernières années (2021-2023) s’apparentent à la politique d’expulsion des années 2015-2017.

29Au niveau local, le programme a été organisé en deux parties : le relogement et l’accès à l’habitat transitoire (dispositifs Sas ou villages d’insertion) déjà existants. Cette organisation a surpris les associations sur place qui s’attendaient à une politique d’État qui ambitionne de reloger les personnes de manière plus pérenne. De plus, la complexité du jeu d’acteur a pour effet une durée et un effet limité de cette politique plus ambitieuse, remise en cause à l’échelon local par l’État déconcentré.

30Le programme a commencé avec le relogement de 130 personnes du platz dit « Pont Royal » le 10 septembre : « 12 ménages, 37 personnes sur le Sas de Lille ; 13 ménages, 57 personnes vers des logements Soliha, et 12 ménages, 38 personnes en hôtel » (Entretien salarié d’une association, 25/12/2021). La Sauvegarde du Nord a utilisé les mêmes critères de relogement que pour l’accès aux dispositifs transitoires. De plus, l’accès au programme de résorption de bidonville suit une procédure qui consiste à « vérifier l'état de leurs casiers judiciaires avant de leur proposer des solutions ». Il est important de souligner que selon un salarié d’une association de Lille « c'est le seul public qu'on passe au fichier avant de proposer une solution d'hébergement » ((Entretien du 25/12/2021)).

  • 10 En 2019, 156 personnes ont eu des solutions de logement, 66 en logements pérennes et 90 en logement (...)

31Sur toute la métropole, en 2019 (156 personnes) et 2020 (190 personnes) la politique de résorption de bidonville a permis des solutions provisoires et pérennes10. Seulement 10 à 20 % de la population totale dénombrée en tant que « migrants roms » sur la métropole par la DTV de la Sauvegarde du Nord, a bénéficiée du programme.

32En 2021, une procédure d’expulsion de 115 personnes du platz de « Pyramides », avait démarré et les familles de migrants roms devaient bénéficier d’un programme de résorption du bidonville. Après l’arrivée du nouveau préfet, les démarches se sont arrêtées en juillet 2021.

« Je crois que peu de temps avant la réalisation de l'expulsion il y avait l'arrivée du nouveau préfet et des commandes d'ordre public qui descendent du Ministère, je ne sais pas, qui ont évolué et qui ont changé un petit peu la donne sur la manière de traiter les expulsions. Je sais qu'aujourd'hui dans les commandes politiques qui nous sont faites, il n'y a plus de volonté de réaliser de dispositifs Sas et donc de créer de nouvelles structures d'accueil pour des personnes de culture rom » (Entretien chargé de mission d'un établissement public, 08/12/2021).

  • 11 Association Solidaires pour l’Habitat (SOLIHA).

33En 2021, des logements à destination des familles du platz « Pyramides » ont été loués par Soliha11 dans le parc social ? mais finalement, aucune des familles destinataires n’a pu venir y habiter (Lettre ouverte du CSRGV 09/12/2021). Le préfet n’avait pas donné l’ordre d’attribution des logements aux migrants roms, et ces logements sont donc restés vides. Comme cela a été le cas à Saint-Denis (Costil-Levasseur, 2016), la politique de résorption de bidonvilles de Lille a été discutée pendant plusieurs années avant sa mise en place : initiée en 2018, elle a été rapidement arrêtée en 2021. Comme les évacuations, elle est devenue un instrument d’action publique et de rapport de force du nouveau préfet.

En conclusion, moins d’habitat transitoire mais des programmes de résorption en échec

34La ligne de temps (fig. 6) montre les trois registres : le temporaire, le transitoire et le pérenne. Le temporaire est représenté par les platz ou bidonvilles et squats. Onze dispositifs transitoires ont été construits dans la métropole lilloise, dont quatre sont encore en fonctionnement en avril 2022. Trois solutions de relogement annoncées comme étant pérennes (à long terme) sont aussi représentées. L’une d’entre elle a paradoxalement été arrêtée dès 2021 à l’arrivée du nouveau préfet.

35La population de migrants roms et le nombre d’habitats temporaires et squats représentés sur le graphe montrent que si la population de migrants roms est en baisse avec une petite rehausse en 2021 (selon les comptages de la DTV), le nombre de platz et squats a doublé. En 2021, les familles sont composées en moyenne de 3 ou 4 personnes dans un squat et les platz sont en outre moins peuplés qu’auparavant (Entretien salarié d’une association, 25/12/2021).

36Malgré les circulaires qui ont été mises en place de 2012 à 2018, il y a eu seulement un pic d’arrivée en 2013. La population des bidonvilles a été d’abord en diminution, pour rester stable depuis 2017, avec l’arrivée de 40 familles environ chaque année (Ibid.). Sur la figure 6, nous observons aussi une diminution importante du nombre de logements relevant de l’« habitat transitoire », les « dispositifs village d’insertion » et « Sas ». Cette diminution aurait pu être compensée par la mise en place du programme « Résorption de bidonville », mais ce dernier a été arrêté soudainement avec l’arrivée du nouveau préfet en 2021.

Conclusions

37La politique de résorption de bidonvilles de 2018 et les dispositifs qui ont été mis en place depuis 2009, comme les villages d’insertion et les dispositifs Sas, ont permis l’hébergement de centaines de personnes. Néanmoins, les dispositifs qui ont été mis en place sont contraignants (Roche, 2017 ; Legros, 2010 ; Aguilera, 2020), surtout pour les familles nombreuses.

38De plus, la métropole de Lille a développé des politiques urbaines pour rendre visible ou invisibles certaines pratiques. D'un côté, elle donne et priorise la visibilité des projets culturels et rend le centre de Lille attractif. D'un autre côté, elle essaye de rendre invisible la grande pauvreté, fait qui n’est pas particulier à Lille (Costil-Levasseur, 2016). En utilisant les évacuations, la commune de Lille délocalise l'habitat précaire vers la périphérie de Lille intra-muros. Cette politique d'invisibilisation est plus présente dans les interstices urbains de la limite Nord de la commune, et renforcée par des divisions socio-spatiales fortes déjà présentes sur le territoire. Certes, les bidonvilles déplacés occupaient des terrains dans l’informalité (sans sécurité foncière), mais il s’agissait du dernier recours d'une population en grande pauvreté. Certaines personnes ont occupé de nouveaux terrains, mais la grande majorité a rejoint d'autres bidonvilles déjà existants sur Lille, créant un surpeuplement de ceux-ci. Nous constatons donc que les évacuations faites par la mairie de Lille n'étaient pas adaptées et ne cherchaient pas l’amélioration des conditions d'habitabilité des personnes. Nous pouvons légitimement nous demander si la recherche d'un habitat durable ne devrait pas être prioritaire sur les évacuations. L’accès aux dispositifs comme le Sas ou les villages d'insertion devrait donc être priorisé pour améliorer les conditions d’habitat dans un premier moment, même si cela reste une solution précaire et non pérenne.

39Les trois registres (temporaire, transitoire, pérenne) nous ont permis de comprendre comment la MEL a organisé la politique de résorption de bidonvilles. À Lille, on a observé le « traitement spatial » (Legros et Vitale, 2011) de l’insertion sociale de migrants roms qui se réplique aussi dans d’autres villes en France (Costil-Levasseur, 2016 ; Barbe et Maillard, 2021 ; Roche, 2017). Cette politique se caractérise par le fait d’apporter des solutions dans l’immédiat et en réponse à des événements déclencheurs (Roche, 2017). Nous pouvons donc la caractériser comme une politique expérimentale ou du « bricolage » (Aguilera, 2020 ; Costil et Roche, 2015). Même si les dispositifs Sas ont été imaginés par la DTV de la Sauvegarde du Nord bien avant leur mise en place, ils n’ont été construits qu’au moment de l’incendie d’un platz en 2016. En 2021, les solutions proposées après des évacuations sont aussi restrictives qu’avant la circulaire du 2018. De plus le dernier platz qui était la cible de la procédure de résorption n’a finalement connu aucune intervention depuis juillet 2021. Nous pouvons donc nous demander si ces ajustements de l’État déconcentré vis-à-vis des directives des politiques nationales, liés dans le cas lillois à l’arrivée d’un nouveau préfet, se sont traduits par des ralentissements équivalents des politiques de résorption sur d’autres territoires.

Haut de page

Bibliographie

AFEJI, 2016, Les villages d’insertion < https://www.generationsetcultures.fr/wp-content/uploads/2018/06/fiche1-AFEJI-CCAS-dHellemmes-Les-villages-de-lInsertion.pdf > (consultation le 17 juin 2018)

AGUILERA T., 2020, À l’ombre du Grand Paris. L’impossible gouvernance métropolitaine des bidonvilles franciliens, in Gouverner la métropole parisienne, Paris, Presses de Sciences Po, p. 249‑278. < http://dx.doi.org/10.3917/scpo.legal.2020.01.0249 >

AGUILERA T., BOUILLON F., LAMOTTE M., 2018, Politiques de l’expulsion : acteurs, enjeux, effets, L’Année sociologique, vol. 68, n° 1, p. 11‑38. < http://dx.doi.org/10.3917/anso.181.0011 >

AGUILERA T., VITALE T., 2015, Bidonvilles en Europe, la politique de l’absurde, Revue Projet, 5 novembre, n° 348, p. 68‑75.

BARBE F., MAILLARD J., 2021, Bidonvilles, précarité et antitsiganisme dans l’agglomération nantaise (1/2). Vivre et habiter en bidonvilles, Atlas social de la métropole nantaise, 25 octobre, < http://dx.doi.org/10.48649/ASMN.647 > (consultation le 25 octobre 2021)

BOURGOIS L., 2020, Limiter l’accès aux services de droit commun pour mieux insérer  ? Le «  non-recours par interdiction temporaire  » dans les politiques locales des bidonvilles, Revue francaise des affaires sociales, 10 août, n° 2, p. 245‑266.

COSTIL M., ROCHE É., 2015, Traiter les bidonvilles hier et aujourd’hui. Le relogement entre permanence et provisoire, Les Annales de la Recherche Urbaine, vol. 110, n° 1, p. 64‑73. < http://dx.doi.org/10.3406/aru.2015.3168 >

COSTIL-LEVASSEUR M., 2016, Saint-Denis face au défi de l’habitat insalubre, enjeux et politiques publiques, These de doctorat, Paris 8, < https://www.theses.fr/2016PA080032 > (consultation le 8 août 2023)

COUSIN G., 2015, Le platz des Roms, Revue Projet, < https://www.revue-projet.com/articles/2015-09-cousin-le-platz-des-roms > (consultation le 11 mai 2021)

COUSIN G., LEGROS O., 2014, Gouverner par l’évacuation  ? L’exemple des «  campements illicites  » en Seine-Saint-Denis, Annales de géographie, décembre, n° 700, p. 1262‑1284. < http://dx.doi.org/10.3917/ag.700.1262 >

DIHAL, 2012, Circulaire Interministérielle NOR INTK1233053C du 26/08/2012 relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites, 26 août, < https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf/circ ?id =35737 > (consultation le 12 avril 2022)

DIHAL, 2018, Instruction du Gouvernement visant à donner une nouvelle impulsion à la résorption des campements illicites et des bidonvilles, 30 janvier, < https://www.legifrance.gouv.fr/circulaire/id/42949 > (consultation le 16 août 2021)

ESPEJO ZEBALLOS S., 2022, Habiter les interstices urbains. Une analyse des formes d’appropriation, d’adaptation et d’innovation de populations en grande précarité à Lille (France) et Medellín (Colombie)., Thèse en Aménagement du territoire, Lille, France, Université de Lille, 340 p.

FASSIN É., WINDELS A., FOUTEAU C., GUICHARD S., 2014, Roms et riverains. Une politique municipale de la race., Paris, La Fabrique éditions, 240 p. < http://www.lafabrique.fr/catalogue.php?idArt=836 >

LEGROS O., 2010, Les « villages d’insertion »  : un tournant dans les politiques en direction des migrants roms en région parisienne  ?, Asylon(s), septembre, n° 8, < http://www.reseau-terra.eu/article947.html >

LEGROS O., VITALE T., 2011, Les migrants roms dans les villes françaises et italiennes  : mobilités, régulations et marginalités, Géocarrefour, vol. 86, n° 1, < https://geocarrefour.revues.org/8220 >

OLIVERA M., 2011, Roms en (bidon)villes. Quelle place pour les migrants aujourd’hui ?, (La Rue  ? Parlons-en  !). Éditions Rue d’Ulm, 84 p. < http://www.presses.ens.fr/collections_18_la-rue-parlons-en-_roms-en-bidonvilles_978-2-7288-0466-5.html >

ROCHE E., 2017, Les « villages d’insertion »  : un événement territorial  ? Quand la géographie sociale fait sienne la notion d’événement pour étudier les politiques urbaines [Village for social inclusion : a territorial event ?], Sociétés Plurielles, mai, vol. Humanities and social sciences to the test of the event, n° 1, < http://dx.doi.org/10.46298/societes-plurielles.2017.3666 > (consultation le 1 mai 2022)

SAUVEGARDE DU NORD, [s.d.], Rapports d’activité de 2012 à 2020, Lille, France.

VITALE T., 2015, Les politiques locales face aux Roms  : entre réification, effets de visibilité et reconnaissance, Métropolitiques, 4 février, < https://metropolitiques.eu/Les-politiques-locales-face-aux.html > (consultation le 3 février 2022)

Haut de page

Notes

1 Par des interstices urbains, nous entendrons « l’espace en attente, la réserve foncière. Et d’un autre côté, l’espace pour voir « la ville autrement » (Espejo Zeballos, 2022, p. 40).

2 Population d’origine roms (Roumanie, Bulgarie et d’autres pays de l’Europe de l’Est) arrivées depuis l’ouverture des migrations issues d’Europe de l’Est dans les années 1990. Cette dénomination nous permet de les distinguer des Tsiganes autochtones (Manouches, Gitans) (Olivera, 2011, p. 28)

3 Association des Flandres pour l'Éducation, la formation des Jeunes et l'Insertion sociale et professionnelle.

4 Le parcours exploratoire est une méthode empirique mise en place pour ne pas perturber les populations. Elle consiste à parcourir et observer plusieurs terrains la même journée, à pied et à vélo. Avant de réaliser ces parcours, une route ou zone est préalablement marquée sur une carte. Cette méthode permet de repérer les habitats ou d’autres nouveaux usages sur place. Elle permet aussi de prendre contact avec les populations si celles-ci le recherchent (Espejo Zeballos, 2022, p. 88).

5 Des demandes d’entretiens aux représentants de la préfecture sont restées sans réponse.

6 2015, 4.5 personnes par habitat (p/hab.) ; 2016, 4.2 p/hab. ; 2017, 4.3 p/hab. ; 2018, 3.6 p/hab. ; 2019, 4 p/hab.

7 Carrefour Pasteur, situé dans le croisement du boulevard Louis Pasteur et Carnot.

8 Le platz Bavay avait une entrée par la rue de Bavay, et une autre par le boulevard Paul Painlevé.

9 Dans Lille intra-muros les évacuations ont fluctué : une en 2015, une en 2016, 9 en 2017, 3 en 2018, 1 en 2019.

10 En 2019, 156 personnes ont eu des solutions de logement, 66 en logements pérennes et 90 en logement provisoire comme le Sas. En 2020, 190 personnes ont eu des solutions de logement, 63 logements pérennes et 127 logements provisoires (Rapport d’activité de la Sauvegarde du Nord 2019 et 2020).

11 Association Solidaires pour l’Habitat (SOLIHA).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Comparaison de l’évolution des sites d’habitat temporaire occupés par des migrants roms à Lille entre 2015 à 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/23009/img-1.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Figure 2 : Parcours des familles de migrants roms sur la métropole de Lille
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/23009/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 3 : Les solutions transitoires, les villages d’insertion et les dispositifs Sas de Lille métropole
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/23009/img-3.png
Fichier image/png, 843k
Titre Figure 4 : Village d’insertion à Hellemmes
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/23009/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Figure 5 : Dispositif Sas « Pyramides »
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/23009/img-5.png
Fichier image/png, 7,6M
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/23009/img-6.png
Fichier image/png, 191k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stephanie Espejo Zeballos et Marc Dumont, « Du platz au logement : l’expérimentation discrète d’une politique publique métropolitaine d’hébergement de migrants roms à Lille (2011-2021) »Géocarrefour [En ligne], 97/2 | 2023, mis en ligne le 18 mars 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/23009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.23009

Haut de page

Auteurs

Stephanie Espejo Zeballos

Laboratoire TVES, Université de Lille stephanie.espejo.z@gmail.com

Marc Dumont

Laboratoire TVES, Université de Lille marc.dumont@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search