Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97/2Habitats informels et migrations ...

Habitats informels et migrations : 10 ans de résorption des bidonvilles en France

Informal housing and migration: 10 years of slum clearance in France
Louis Bourgois et Elise Roche

Texte intégral

Introduction

  • 1 https://journals.openedition.org/geocarrefour/8210

1En 2011, la revue Géocarrefour publiait un dossier intitulé « Roms migrants en ville : pratiques et politiques en Italie et en France », coordonné par Olivier Legros et Tommaso Vitale (2011)1. Il s’agissait alors de l’un des premiers numéros de revue académique consacré à la « question rom » en France, selon la terminologie largement employée à l’époque. À cette période, ce problème public occupait une place particulière dans les médias et dans l’action publique locale, se confondant souvent avec celle de l’habitat informel urbain, comme les squats ou bidonvilles (Olivera, 2011). Cet habitat informel urbain a connu en France une visibilité renouvelée à l’occasion du développement croissant à partir de 2015 de campements de tentes habitées par des exilé.es du Sud global (généralement Afrique subsaharienne et Asie occidentale), ou encore d’opérations de destruction de quartiers entiers à Mayotte, comme l’opération Wuambushu en 2023. En outre, depuis 2011, plusieurs évolutions législatives et réglementaires ont modifié le cadre national de cette action publique (Bourgois 2020) appelant à un réexamen de la situation des habitant.es migrant.es en habitat précaire : adoption d’une circulaire en août 2012 introduisant pour la première fois la dimension sociale du problème public, et incitant les préfet.es à mettre en œuvre des mesures d’accès aux droits ; fin des « mesures transitoires » en 2014, qui interdisaient de facto l’accès au marché du travail des migrant.es roumain.es ou bulgares ; fin de la « décennie d’inclusion des Roms » portée par l’Union européenne, en 2015 ; publication d’une instruction gouvernementale en janvier 2018 visant à donner « une nouvelle impulsion à la résorption des campements illicites et bidonvilles », introduisant ce terme pour la première fois depuis les années 1970 dans un texte gouvernemental ; loi dite « ELAN » (portant Évolution du Logement, de l'Aménagement et du Numérique) en 2018, qui facilite les évacuations des habitats informels dans certains DROM (Départements et Régions d’Outre-Mer), en Guyane et à Mayotte ; adoption en juillet 2023 de la loi Kasbarian – Bergé « visant à protéger les logements contre l'occupation illicite », et présentée par les associations de droit au logement comme « loi anti-squats ».

2Ce numéro propose donc de revenir sur les apports des recherches menées depuis le premier numéro de Géocarrefour sur le sujet avec trois articles académiques, portant sur des objets distincts : le traitement de l’habitat informel à Mayotte ; les dispositifs locaux de résorption de bidonvilles dits « roms » dans une métropole locale, Lille ; les effets des politiques d’éviction sur les bidonvilles d’une part et les campements d’exilés d’autre part dans le contexte de la capitale parisienne. Ces regards académiques sont accompagnés de deux entretiens. Le premier permet d’aborder l’évolution du jeu d’acteurs sur les questions de mal-logement et de bidonvilles depuis une dizaine d’années, en croisant les propos de Manuel Demougeot, Directeur de cabinet et directeur du pôle Résorption des bidonvilles de la Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL), et de Florian Huyghe, Responsable du secteur Offre nouvelle de logements, en charge des enjeux d’habitat précaire de 2014 à 2021 à l’échelle nationale pour la Fondation Abbé Pierre (FAP). Le second entretien réunit les deux coordonnateurs du numéro de Géocarrefour de 2011, Olivier Legros (Professeur à l’Université de Tours, Membre de l’équipe Monde Arabe Méditerranée de l’UMR CITERES – Cités territoires, environnement et sociétés) et Tommaso Vitale (chercheur au Centre d'études européennes et de politique comparée, Doyen de l'École Urbaine de Sciences Po). Ce dernier permet de revenir sur l’évolution de la recherche académique et du contexte sur la question des bidonvilles depuis 2011, à l’occasion de la sortie de leur récent ouvrage intitulé « L'État et la pauvreté étrangère en Europe occidentale. Trajectoires de migrants "roms" roumains en Espagne, France et Italie », et co-dirigé avec Céline Bergeon et Marion Lièvre aux Presses Universitaires de Rennes (2024).

3À l’occasion de ce numéro « anniversaire » du dossier « Roms migrants en ville » de Géocarrefour, nous avons ainsi souhaité faire le point sur les avancées en termes de recherche scientifique et de situation des personnes habitant en bidonvilles, squats et campements. Afin de prendre en compte la diversité et la diversification des populations concernées par cet habitat informel, ce numéro élargit ainsi la focale et aborde des situations de précarité résidentielle connues par des populations d’Est ou de centre-Europe - souvent désignées comme « Roms » - des exilés d’Afrique subsaharienne ou d’Asie occidentale, ou encore des habitant.es ultra-marins de Mayotte, avec ou sans titre de nationalité française.

4Dans ce numéro, les articles contribuent à établir l’intérêt d’étudier un objet urbain en développement dans le Nord global : l’habitat informel urbain. Ce terme désigne des formes précaires, généralement peu pérennes dans le temps (tentes, cabanes de tôles ou de matériaux de récupération), où logent des personnes seules ou plusieurs ménages (de quelques-uns à plusieurs centaines) pour des durées variables, sans autorisation d’occupation ni de construction, avec une inscription spatiale spécifique (peu visible, souvent interstitielle). Selon les cas, ils sont désignés comme « bidonvilles », « campements », « bangas » (terme désignant les cases de tôle à Mayotte), squats… Cet habitat informel est majoritairement occupé par des populations en migration, ou à tout le moins perçues comme étrangères, comme c’est le cas, aujourd’hui, à Mayotte, ou autre fois dans les bidonvilles de France métropolitaine des années 1950-1970, avec les Français Musulmans d’Algérie. L’habitat informel constitue donc une porte d’entrée utile pour analyser la situation et le traitement de populations migrantes précaires (Bourgois, 2021), disposant de peu de capitaux économiques dans le pays d’accueil et soumises à de nombreuses incertitudes liées à leur situation administrative. Son analyse tire ainsi un fil par-delà les époques et les continents avec les travaux de l’École de Chicago, en mettant l’accent sur des formes extrême de ségrégation (Brun et Rhein 1994 ; Rhein 2002).

Dix ans de recherche sur les bidonvilles : quelles évolutions ?

5On constate d’abord que le contexte et le contenu des recherches sur le sujet ont évolué depuis le numéro de 2011. En premier lieu, la jeune recherche dont témoignait ce numéro s’est déployée et développée, dans plusieurs champs disciplinaires : anthropologie, droit, science politique, géographie… Nombreuses ont été les thèses sur le sujet (Benarrosh-Orsoni, 2015 ; Bourgois, 2021 ; Daubeuf, 2018 ; Dion, 2015 ; Clavé-Mercier, 2014 ; Cousin, 2013 ; Merville-Boudjema, 2023 ; Ott, 2015 ; Peltier, 2023 ; Potot, 2003 ; Véniat, 2019). La dynamique de projets de recherche (Observatoire Urba-Rom, ANR Marg-in, par exemple), comme la constitution de collectifs associatifs (CNDH Romeurope, par exemple) ou la mise en place d’ateliers et espaces d’échanges par la DIHAL (Délégation interministérielle à l’hébergement et l’accès au logement) ont contribué à fédérer ce réseau de chercheur.euses, comme à les mettre en contact avec la sphère des praticien.nes, associations et militant.es.

6Outre ce foisonnement, ces recherches ont été traversées également par l’évolution du panorama de la recherche francophone sur le sujet : les chercheur.euses de la première « vague » entendaient, pour certain.es, déconstruire l’accolement identitaire dont faisaient l’objet les habitant.es des bidonvilles, assigné.es à la catégorie « Rom » (Aguilera, 2014, p. 3‑4), notamment par l’historicisation de cet objet paradigmatique de l’habitat des étranger.es et par l’examen des processus de catégorisation à l’œuvre dans les politiques publiques de différentes échelles (Legros et Rossetto, 2011 ; Olivera, 2011 ; Cousin, 2013 ; Bourgois, 2019). L’ethnicisation explicite des actions d’évacuation guidait ainsi en réaction un nombre important de travaux, en particulier dans le contexte spécifique français, censément « color blind » tout autant qu’« ethnic blind ». Marion Lièvre note ainsi : « centrale dans la sociologie de la migration (Rea et Tripier, 2008 ; Streiff-Fénart et Poutignat, 2008 ; etc.), l’étude de l’entremêlement des logiques d’appartenance sociale et ethnique se fait plus discrète dans les travaux sur les migrants roms roumains dans le champ de la recherche française. Ils traitent davantage de l’analyse des interactions entre politiques publiques et ses bénéficiaires (Legros et Vitale, 2011 ; Benarrosh-Orsoni, 2015 ; Clavé-Mercier, 2015 ; Cousin, 2009 ; Lièvre, 2014), appréhendent la migration comme phénomène migratoire dans sa globalité (Benarrosh-Orsoni, 2015), ou encore abordent le processus d’ethnicisation de la « question rom » en France (Olivera, 2011 ; Fassin et al., 2014) » (Lièvre 2016). Conformément au développement des recherches sur les enjeux de racisation et d’ethnicisation, les dernières années ont ainsi vu se développer des travaux qui entendent décortiquer le traitement des bidonvilles à l’aune de l’anti-tsiganisme. Dès lors, ce n’est pas seulement le processus d’ethnicisation qui est examiné à un instant donné, mais aussi son ancrage dans un héritage discriminatoire ancien, comportant des traits transnationaux. À ce titre, la progressive montée en puissance des travaux considérant le traitement des populations noires dans les politiques urbaines du nord global, non seulement comme l’effet de politiques de discrimination socialement et géographiquement situées, mais aussi comme le produit d’un racisme anti-Noir de nature structurelle, mériterait davantage de mise en regard (Kipfer 2012 ; Rutland 2018 ; Simone 2020) pour examiner les similitudes sur le plan du traitement de l’habitat informel dans un contexte d’anti-tsiganisme (Roche et Rutland 2019).

7Si les recherches sur les bidonvilles bénéficient d’un héritage fondateur avec des travaux comme ceux de Colette Pétonnet (1968 ; 1979), et de ressources importantes du côté de l’histoire urbaine (de Barros, 2012 ; Blanc-Chaléard, 2016), elles bénéficient aussi du développement de la notion d’informalité, en particulier dans le champ de la géographie (Inverses, et al., 2016 ; Roy 2009 ; Yiftachel 2009). Prenant au sérieux l’appel de Jennifer Robinson à décoloniser les sciences sociales, des chercheur.euses se saisissent ainsi de notions ordinairement associées au Sud global (l’habitat ou le commerce informel, l’informalité dans les modes de gouvernement) pour examiner dans quelle mesure elles rendent compte des situations du Nord global. La cohabitation entre ville « légale » et « informelle », de même que les arrangements internes à l’administration dans la gestion de ces habitats informels, sont ainsi considérés désormais comme des questions pertinentes dans des contextes de pays du Nord. On peut regretter la rareté des travaux qui proposent une analyse plus ethnographique et « embarquée » sur le gouvernement de ces « illégalismes » (Aguilera, 2017 ; Bourgois, 2021 ; Roche, 2022), permettant d’établir les enjeux de la construction de l’objet « bidonville » ou « campement » au sein de l’action publique. On souhaiterait ainsi croiser plus souvent des démarches constructivistes, sur le modèle des travaux menés en sociologie de l’action publique sur le travail des agents de guichet, par exemple (Spire, 2008 ; Sala Pala, 2013 ; Dubois, 2021), sur les phénomènes de non-recours aux droits, ou davantage diachroniques, éclairant la construction sur le temps long des politiques de résorption, sur le modèle d’autres analyses portant sur les politiques d’asile, par exemple (Akoka, 2020).

8Si cette approche est moins représentée qu’au sein d’autres champs des travaux sur les migrations en France, on note en revanche une grande vitalité des recherches visant à analyser la dimension spatiale du traitement de cet habitat informel, dans son articulation avec les politiques à différentes échelles. Cette richesse justifie l’ancrage de ce numéro anniversaire – dix ans après - dans la revue de géographie Géocarrefour : suivant Marie Price qui souligne combien les disciplines s’intéressant à la spatialité trouvent dans la migration un objet pertinent (2023), nous constatons ici combien l’articulation entre habitat et migration fait des questions d’habitat informel un terrain de jeu propice pour les disciplines s’intéressant à la matérialité, aux dynamiques socio-spatiales et aux enjeux d’aménagement urbain. L’habitat informel apparaît ainsi comme un topos des travaux s’inscrivant dans le champ des « migration studies » : se prêtant à des analyses ancrées d’un phénomène mouvant – la migration – il permet d’aborder des échelles diverses – du micro de l’espace domestique au macro des politiques migratoires – l’immobilité (contrainte ou choisie) comme la mobilité (le transnationalisme comme les trajectoires résidentielles) dans des contextes géographiques divers (de la méga-city à la ville moyenne ou la grande ville ; de la métropole française aux départements et régions d’outre-mer). Enfin, s’intéresser à l’habitat informel permet aussi de traiter des enjeux de ségrégation ou d’intégration des personnes en migration, qui constituent un objet ancien des études urbaines.

L’articulation des dispositifs locaux et nationaux au cœur des analyses traitant de l’habitat informel en France

  • 2 https://journals.openedition.org/geocarrefour/22109
  • 3 https://journals.openedition.org/geocarrefour/23009

9Ce contexte une fois posé, quel panorama nous offrent les travaux présentés dans ce numéro ? Il se caractérise par des analyses fondées sur des enquêtes qualitatives, ancrées localement (à Mayotte, à Lille, à Paris et sa première couronne de banlieue), exclusivement dans un contexte français, y compris les territoires ultra-marins. L’orientation donnée favorise le traitement de l’habitat informel par les politiques publiques, davantage qu’une approche centrée sur le vécu des personnes y résidant. La temporalité choisie est contemporaine, et les auteur.trices ancrent leur analyse sur le temps de leur enquête (parfois sur un pas de temps important, de près d’une dizaine d’années), et empruntent parfois un prisme diachronique, restituant les effets des politiques publiques locales sur un temps long, de plusieurs années (voir l’article de Annaëlle Piva, Camille Gardesse et Évangeline Masson-Diez2, ainsi que celui de Marc Dumont et Stéphanie Espejo Zeballos3). Si ce numéro ne permet pas de resituer des effets majeurs de l’évolution des politiques nationales sur le traitement de l’habitat informel – qui, au travers des articles présentés ici, pourraient apparaître comme nuls – depuis une quinzaine d’années, les travaux présentés proposent une analyse variant les échelles, depuis les dispositifs locaux aux dispositifs nationaux (législatifs, circulaires…) pour en étudier l’articulation concrète. De même, l’approche localisée, comme le prisme du contexte francophone, n’autorisent pas à généraliser l’hypothèse d’une circulation de certains modèles de traitement de l’habitat informel – par la pratique de l’urbanisme transitoire et les constructions précaires, comme les villages d’insertion. Une recherche spécifique serait à mener sur les raisons des circulations de certains modèles (les « villages », les « stations »), à l’inverse d’autres, malgré leur succès sur le moment, comme le dispositif Andatu par exemple, expérimenté à Lyon de 2011 à 2015, et basé dès cette époque sur les principes du « Logement d’abord » (Potié, Ott et Petrova, 2016). Inversement, il ressort de ce numéro combien les solutions paraissent encore contingentes du contexte local, de configurations d’acteurs spécifiques, induisant une variabilité géographique comme temporelle dans les solutions de relogement et régimes d’éviction imposés à l’habitat informel. L’entretien de Manuel Demougeot (DIHAL) et Florian Huygues (FAP) fournit sur ces questions des pistes analytiques intéressantes, en termes de coalition et de circulation d’acteurs, comme un important élargissement de la focale, permettant d’aborder notamment le rôle de l’Union Européenne. Les processus de catégorisation - par les acteur.trices de la sphère publique comme associativeen charge d’accompagner l’implantation d’habitat informel - gagneraient également à être explorés davantage, notamment sous un angle comparatif (entre « bidonvilles » de populations d’Europe de l’Est et « campements » d’exilés d’Afrique subsaharienne, par exemple) et actanciel (reconfiguration de l’action publique et transition de l’action associative et des politiques publiques d’un public à l’autre).

L’habitat informel urbain, marqué par la violence des évictions, la mise au ban, mais objet de configurations politico-spatiales variables

10Les articles présentés ici font apparaître des points communs et, ce, à partir de terrains d’enquête doublement divers : d’abord, au plan des publics de cet habitat informel (migrants d’Europe de l’Est, d’Asie ou d’Afrique, habitants des bangas à Mayotte considérés dans l’opinion comme des Comoriens sans titre de séjour). Ensuite, au plan des formes matérielles de cet habitat (tentes, cabanes auto-construites, plus ou moins « durcies »). Nous souhaitons ici souligner trois apports majeurs des articles et entretiens proposés dans ce numéro, témoignant d’évolutions depuis les recherches présentées dans les années 2010.

  • 4 https://journals.openedition.org/geocarrefour/21826

11Premièrement, il ressort des trois articles, davantage que des entretiens, une dimension essentielle qui n’était pas aussi présente dans le numéro de Géocarrefour de 2011 : la dimension répressive, sous la forme d’éviction et d’expulsion, est très fortement présente dans le traitement de l’habitat informel en France. Mégane Aussedat4 montre ainsi dans le cas mahorais combien les effets de ces évictions sur les populations sont minorés par les acteurs publics, ce qu’elle établit comme un effet de la racisation des publics évincés. Examinée ici minutieusement sous l’angle matériel de l’habitat et de ses reconfigurations incessantes, la violence des politiques migratoires – prises au sens large de politiques visant à l’accueil ou au non-accueil de populations en migration, à l’échelon local, national, européen – apparaît dans les articles de ce numéro. Cette violence se traduit au travers du vécu des personnes (voir Marc Dumont et Stéphanie Espejo Zeballos dans ce numéro) rendues ainsi « indésirables » (Agier, 2008 ; Bouillon, Choplin, Schmoll, et Zeneidi, 2015), comme de l’épuisement des dynamiques associatives qui luttent pour aider à leur survie (rapporté par Annaelle Piva, Camille Gardesse et Evangeline Masson-Diez). Ainsi, si le bricolage (Aguilera, 2020 ; Clavé-Mercier et Olivera, 2016 ; Benarrosh-Orsoni, 2011 ; Costil et Roche, 2015) des dispositifs de relogement semble toujours de mise, comme mis en évidence dans le numéro de Géocarrefour de 2011, c’est en revanche un systématisme de l’éviction qui apparaît également au travers des différents articles de ce numéro.

12Deuxièmement, et corrélativement à cette violence, la dynamique d’exclusion par la mise en périphérie de l’habitat informel et de ses habitant.es migrant.es est également manifeste, en particulier dans les cas de Lille et de la région parisienne. L’article d’Annaelle Piva, Camille Gardesse et Evangeline Masson-Diez se prête ainsi à l’exercice d’une comparaison précise des processus de périphérisation des campements d’immigré.es européen.nes et extra-européen.nes. Le travail cartographique et la description des lieux d’insertion de cet habitat informel permettent de rendre compte finement du processus de mise au ban de ces populations. Les conséquences en sont multiples, quant à la présence à leurs côtés d’associations de soutien (qui peinent à les suivre en périphérie), à leur moindre visibilité, et aux effets sur l’accès à des ressources économiques, de services, de transport, davantage présentes en centre-ville. Précisons que les périphéries dont il s’agit ne se caractérisent pas seulement vis-à-vis d’une centralité urbaine disposant d’une densité d’échanges, d’habitant.es, de ressources, mais aussi compte-tenu d’un gradient d’urbanité. Les expulsions conduisent ainsi les conditions d’habitat à se dégrader, par la proximité de nuisances routières, s’effaçant dans la végétation, sortant d’un tissu urbain continu. Cette spatialisation de l’habitat informel est en outre fortement corrélée à sa visibilité, et donc à la possibilité de faire valoir les droits des personnes concernées. Ces dynamiques revendicatives, qui voient le jour de manière privilégiée dans des situations de proximité entre ressources militantes et lieux d’habitat informel, rendent compte du rôle majeur de la proximité physique et émotive dans le déclenchement et le suivi des dynamiques de soutien aux populations d’habitat informel (Piva et al., dans ce numéro).

  • 5 https://journals.openedition.org/geocarrefour/22573

13Troisièmement, ce numéro fait apparaître des configurations d’acteurs et un rôle du droit qui est à la fois constant, depuis 2010, et en évolution dans le contexte national français. À titre d’exemple, la loi ELAN en 2018 a fortement impacté le traitement de l’habitat à Mayotte, comme le montre Mégane Aussedat ; la circulaire de 2018 visant à la « réduction durable de bidonvilles » transforme également les modalités d’intervention de l’État déconcentré (voir l’article de Marc Dumont et Stéphanie Espejo Zeballos). Sur le plan des acteurs, des modifications importantes ont aussi vu le jour : la DIHAL (Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement), notamment, a progressivement pris une place majeure sur ces questions, et l’entretien commun avec la FAP (Fondation Abbé Pierre) dans ce numéro5 permet d’explorer les subtils jeux d’acteurs et coalitions à l’œuvre dans la fabrique des politiques publiques relatives à l’habitat informel. Par la proposition d’un matériau hybride – recherche académique et entretiens de responsables et praticiens de l’action publique – ce numéro est ainsi l’occasion d’approcher les luttes définitionnelles à l’œuvre autour de l’objet « bidonville », et globalement de l’habitat informel des populations étrangères (voir Marc Dumont et Stéphanie Espejo Zeballos). Si l’entretien entre la DIHAL et la FAP se concentre sur les bidonvilles, et emprunte donc la définition restrictive qui exclut le public extra-européen de son champ d’action, il permet néanmoins de saisir les approches différenciées qui ont façonné les actions en direction de ceux-ci. Tout d’abord, il aborde les rivalités définitionnelles entre le Ministère de l’Intérieur – favorable à une approche « campement illicites » d’ordre sécuritaire dont témoigne la circulaire de 2012 – et le Ministère du Logement – tendant à une approche « logement pour tous », engageant à la résorption des bidonvilles et au relogement de leurs habitants, qui se traduit dans la circulaire de 2018. Ensuite, il met à plat les rapports de force entre ministères, délégations interministérielles, État déconcentré représenté par les préfets, et collectivités locales. Ce contexte également sensible au travers de l’article de Marc Dumont et Stéphanie Espejo Zeballos, y est d’ailleurs étoffé du rôle majeur du tissu associatif professionnalisé, qui est l’interlocuteur et le gestionnaire privilégié des sites de résorption pour les collectivités.

  • 6 https://journals.openedition.org/geocarrefour/22579
  • 7 https://journals.openedition.org/geocarrefour/8210

14À cette lecture, on saisit mieux les raisons de configurations politiques variables selon les territoires. On ne saurait qu’appeler, à la suite de Tommaso Vitale dans l’entretien accordé pour ce numéro6, à une recherche plus souvent comparative sur le sujet de l’habitat informel, entre les territoires locaux comme nationaux. On touche ainsi à une dimension essentielle de l’objet habitat informel, qui est son caractère d’objet « frontière » (voir Tommaso Vitale7) : un objet mis à la frontière, au sens géographique, mais aussi au sens juridique. Le cadre législatif étant faible, les acteurs investis sont variables, laissant place à une grande diversité d’agencements, de négociations… bref, d’informalité au cœur même de l’action publique et de variabilité selon les territoires considérés. C’est l’ambition de ce numéro d’offrir un aperçu des approches diverses du traitement de l’habitat informel selon les territoires considérés.

Haut de page

Bibliographie

AGIER M., 2008, Gérer les indésirables : des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, 349 p.

AGUILERA T., 2014, Les villes face aux Roms des bidonvilles. Retour sur deux expériences militantes, Métropolitiques, p. 1‑6.

AGUILERA T., 2017, Gouverner les illégalismes urbains  : les politiques publiques face aux squats et aux bidonvilles dans les régions de Paris et de Madrid, Paris, Dalloz, 704 p.

AGUILERA T., 2020, À l’ombre du Grand Paris, in LE GALES P. (dir.), Gouverner la métropole parisienne, Paris, Presses de Sciences Po, chap. 9, p. 249‑278. http://www.cairn.info/gouverner-la-metropole-parisienne--9782724626551-page-249.htm (consultation le 8 octobre 2021)

AKOKA K., 2020, L’asile et l’exil : une histoire de la distinction réfugiés-migrants, Paris, La Découverte, 352 p.

DE BARROS F., 2012, Les bidonvilles  : entre politiques coloniales et guerre d’Algérie, Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Les-bidonvilles-entre- politiques.html.

BENARROSH-ORSONI N., 2015, Des maisonnées transnationales  : une migration rom dans ses routes, lieux et objets entre la Roumanie et la France, Thèse de doctorat, Nanterre, Université Paris - Nanterre, https://www.theses.fr/2015PA100088 (consultation le 20 février 2024)

BENARROSH-ORSONI N., 2011, Bricoler l’hospitalité publique : réflexions autour du relogement des Roms roumains à Montreuil, Géocarrefour, vol. 86, n° 1, p. 55‑64. https://journals.openedition.org/geocarrefour/8261

BLANC-CHALÉARD M.-C., 2016, En finir avec les bidonvilles : immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses, Paris, Publications de la Sorbonne, 464 p.

BOUILLON F., CHOPLIN A., SCHMOLL C., ZENEIDI D., 2015, « Gérer les indésirables »  : dispositifs de mise à l’écart et tactiques de résistance, in CLERVAL A., FLEURY A., REBOTIER J., WEBER S. (dir.), Espace et rapports de domination, Rennes, PUR, p. 269‑272.

BOURGOIS L., 2020, Une lutte franco-européenne  : le conflit de définition autour des populations européennes vivant en bidonvilles en France, identifiées comme « roms », Politique Européenne, p. 40-71.

BOURGOIS L., 2019, Urgence sociale et catégorisation des publics  : les «  roms migrants  » sont-ils des «  sans-abri  » comme les autres  ? Rhizome, vol. 71, n° 1, p. 42‑50.

BOURGOIS L.-M., 2021, Résorber à bas bruit. Ethnographie de l’action publique lyonnaise de résorption des squats et bidonvilles, Grenoble, Université Grenoble-Alpes, 618 p. http://www.theses.fr/s150977 (consultation le 19 juillet 2021)

BRUN J., RHEIN C., 1994, La ségrégation dans la ville : concepts et mesures, Paris, L’Harmattan, 258 p.

CLAVÉ-MERCIER A., 2014, Des Etats et des «  roms  »  : une anthropologie du sujet entre transnationalisme et politiques d’intégration de migrants bulgares en France, Thèse de doctorat, Bordeaux, Université Bordeaux - Montaigne, https://www.theses.fr/2014BORD0251 (consultation le 20 février 2024)

CLAVÉ-MERCIER A., OLIVERA M., 2016, Une résistance non résistante  ? L’Homme, n° 219‑220, p. 175‑207.

COSTIL M., ROCHE E., 2015, Traiter les bidonvilles hier et aujourd’hui. Le relogement entre permanence et provisoire, Annales de la recherche urbaine. Ville et vulnérabilités, n° 110, p. 64‑73.

COUSIN G., 2013, La gestion juridique des migrations des Roms / Roumains  : 2007-2012  : de la Roumanie à l’Italie et à la France, Thèse de doctorat, Université de Tours, https://www.theses.fr/2013TOUR1006 (consultation le 20 février 2024)

COUSIN G., 2013, L’évacuation de bidonvilles roms. Circulaires et cycles médiatiques, Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/L-evacuation-de- bidonvilles-roms.html. (consultation le 17 février 2017)

DAUBEUF J., 2018, Le bidonville de « La place »  : l’intégration en marge des institutions républicaines de la France contemporaine, Thèse de doctorat en sociologie et démographie, Nancy, Université de Lorraine, < http://www.theses.fr/s184338 > (consultation le 12 novembre 2018)

DION S., 2015, Un monde européen, entre changements et mobilités  : une étude ethnographique menée auprès de familles roms roumaines en contexte migratoire, entre la région historique de Crisana (Roumanie) et l’agglomération lyonnaise (France), Thèse de doctorat, UCL - Université Catholique de Louvain, https://dial.uclouvain.be/pr/boreal/object/boreal :157752 (consultation le 3 janvier 2019)

DUBOIS V., 2021, Contrôler les assistés : genèses et usages d’un mot d’ordre, Paris, Raisons d’agir, 456 p.

INVERSES C., MORELLE M., JACQUOT S., TADIÉ J., BAUTÈS N., BÉNIT-GBAFFOU C., MACCAGLIA F., RIVELOIS J., SIERRA A., 2016, L’informalité politique en ville. 8 chercheurs et 9 villes face aux modes de gouvernement urbain, L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, n° 29, http://dx.doi.org/10.4000/espacepolitique.3806 (consultation le 3 février 2017)

KIPFER S., 2012, ‘Ghetto or not ghetto,’ telle n’est pas la seule question’ : quelques remarques sur la ‘race’, l’espace, et l’Etat à Paris, in ÉWANJE-ÉPEE F. B. et MAGLIANI-BELKACEM S. (coord.), Race et capitalisme, Paris, Éd. Syllepse, p. 125‑146.

LEGROS O., BERGEON C., LIÈVRE M., VITALE T., 2024, L’État et la pauvreté étrangère en Europe occidentale : trajectoires de migrants « roms » roumains en Espagne, France et Italie, Rennes, PUR, 280 p.

LEGROS O., ROSSETTO J., 2011, La «  question rom  » en Europe aujourd’hui  : Regards croisés et mises en perspectives, Études Tsiganes, vol. 46, n° 2, p. 4-25. http://dx.doi.org/10.3917/tsig.046.0004

LEGROS O., VITALE T. (éd.), 2011, Roms migrants en ville  : pratiques et politiques en Italie et en France, Géocarrefour, vol. 86, n° 1, http://geocarrefour.revues.org/8220 (consultation le 25 avril 2017)

LIÈVRE M., 2016, Roms roumanisés, Ciurari, Ursari  : ethnicité et appartenances sociales. Ethnographie des migrants roms roumains à Montpellier, Revue européenne des migrations internationales, vol. 32, n° 1, p. 35‑57. < http://dx.doi.org/10.4000/remi.7625 >

MERVILLE-BOUDJEMA L., 2023, (Dé)faire les « campements roms »  : Analyse des processus de catégorisation des habitant-es des bidonvilles à l’oeuvre dans l’action publique, Thèse de doctorat, Université Côte d’Azur, https://www.theses.fr/2023COAZ2039 (consultation le 20 février 2024)

OLIVERA M., 2011, Stéréotypes, statistiques et nouvel ordre économique  : retour critique sur la fabrique de la «  question rom  », Études Tsiganes, vol. 46, n° 2, p. 116‑135. http://dx.doi.org/10.3917/tsig.046.0116

OTT T., 2015, Les ingouvernables : la faillite du gouvernement des roms en bidonvilles, Thèse de doctorat, Lyon, Université Lumière Lyon II.

PELTIER E., 2023, De marge en marge, les mobilités au centre du quotidien des femmes «  roms  », Thèse de doctorat en urbanisme et aménagement de l’espace, Champs-sur-Marne, Université Paris Est Sup, https://www.theses.fr/2023PESC2004 (consultation le 20 février 2024)

PÉTONNET C., 1968, Ces gens-là . Paris, François Maspero, Cahiers libres 125-126, 256 p.

PÉTONNET C., 1979, On est tous dans le brouillard, Paris, Galilée, Editions du comité des Travaux historiques et scientifiques, 394 p.

POTIÉ L., OTT T., PETROVA K., 2016, Rapport de capitalisation du projet ANDATU, Les dossiers de la MRIE (Mission Régionale d’Information sur l’Exclusion), Lyon, 50 p. https://mrie.org/wp-content/uploads/2023/06/Capitalisation-du-projet-andatu-2016.pdf

POTOT S., 2003, Circulation et réseaux de migrants roumains  : une contribution à l’étude des nouvelles mobilités en Europe, Thèse de doctorat en sociologie, Nice, Université Côte d’Azur, 387 p. http://www.theses.fr/2003NICE2018 (consultation le 13 février 2021)

PRICE M., 2023, Geographical theories of migration. Exploring scalar, spatial, and placeful dimensions of human mobility, in BRETTELL C. B., HOLLIFIELD J. F. (eds.), Migration theory: talking across disciplines, New York, Routledge, Taylor & Francis Group, p. 232‑268.

RHEIN C., 2002, Intégration sociale, intégration spatiale, L’Espace géographique, vol. 31, n° 3, p. 193‑207.

ROCHE E., 2022, Reloger les habitants des bidonvilles : un urbanisme en marge, Rennes, PUR, 372 p.

ROCHE E., RUTLAND T., 2019, La diversité sans diversité  : différences «  raciales  » et accès au logement dans deux villes plurielles francophones (Montréal et Saint-Denis), L’Information géographique, vol. 83, n° 3, p. 19‑38.

ROY A., 2009, Strangely Familiar: Planning and the Worlds of Insurgence and Informality, Planning Theory, vol. 8, n° 1, p. 7‑11. < http://dx.doi.org/10.1177/1473095208099294 >

RUTLAND T., 2018, Displacing blackness: planning, power, and race in twentieth-century Halifax, Toronto ; Buffalo ; London, University of Toronto Press, 384 p.

SALA PALA V., 2013, Discriminations ethniques. Les politiques du logement social en France et au Royaume-Uni, Rennes, PUR, 302 p.

SIMONE A., 2020, (Non)Urban Humans: Questions for a Research Agenda (the Work the Urban Could Do), International Journal of Urban & Regional Research, juillet, vol. 44, n° 4, p. 755‑767. < http://dx.doi.org/10.1111/1468-2427.12875 >

SPIRE A., 2008, Accueillir ou reconduire : enquête sur les guichets de l’immigration, Paris, Raison d’agir éd, 124 p.

VÉNIAT C., 2019, Se faire un platz dans la ville  : pratiques d’habitat informel, expériences de l’accès aux droits et mobilisations de familles roumaines vivant en bidonville, These de doctorat, Paris, EHESS, < https://www.theses.fr/2019EHES0110 > (consultation le 20 février 2024)

YIFTACHEL O., 2009, Theoretical Notes On `Gray Cities’: the Coming of Urban Apartheid? Planning Theory, vol. 8, n° 1, p. 88‑100. < http://dx.doi.org/10.1177/1473095208099300 >

Haut de page

Notes

1 https://journals.openedition.org/geocarrefour/8210

2 https://journals.openedition.org/geocarrefour/22109

3 https://journals.openedition.org/geocarrefour/23009

4 https://journals.openedition.org/geocarrefour/21826

5 https://journals.openedition.org/geocarrefour/22573

6 https://journals.openedition.org/geocarrefour/22579

7 https://journals.openedition.org/geocarrefour/8210

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Bourgois et Elise Roche, « Habitats informels et migrations : 10 ans de résorption des bidonvilles en France  »Géocarrefour [En ligne], 97/2 | 2023, mis en ligne le 21 mars 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/23210 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.23210

Haut de page

Auteurs

Louis Bourgois

Laboratoire PACTE / Odenore louis.bourgois@umrpacte.fr

Articles du même auteur

  • Entretien avec Olivier Legros, géographe, Professeur à l’Université de Tours, Membre de l’équipe Monde Arabe Méditerranée de l’UMR CITERES – Cités territoires, environnement et sociétés et Tommaso Vitale, sociologue, chercheur au Centre d'études européennes et de politique comparée, Doyen de l'École Urbaine de Sciences Po
    Ten years of slum clearance… and research
    Paru dans Géocarrefour, 97/2 | 2023
  • Entretien avec Manuel Demougeot, Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement (DIHAL), Directeur de cabinet et directeur du pôle Résorption des bidonvilles Florian Huyghe : Fondation Abbé Pierre (FAP), Responsable du secteur Offre nouvelle de logements, en charge des enjeux d’habitat précaire de 2014 à 2021 à l’échelle nationale
    Building a slum clearance policy: the combined perspectives of DIHAL and the Abbé Pierre Foundation
    Paru dans Géocarrefour, 97/2 | 2023

Elise Roche

Laboratoire Triangle/INSA Lyon elise.roche@insa-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search