Navigation – Plan du site

AccueilNuméros97/2Comptes rendus d'ouvragesAxelle Brodiez-Dolino, Des sans-l...

Comptes rendus d'ouvrages

Axelle Brodiez-Dolino, Des sans-logis aux sans domicile. Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri à Lyon depuis 1950

Judicaelle Dietrich
Référence(s) :

BRODIEZ-DOLINO A., 2020, Des sans-logis aux sans domicile. Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri à Lyon depuis 1950, Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, Collection « Sociologie – Matières à penser ».

Texte intégral

1Des sans-logis aux sans domicile, dans son ouvrage, Axelle Brodiez-Dolino revient sur 70 années d’assistance à Lyon, en reconstruisant l’histoire du Foyer Notre-Dame des Sans-Abri. Dans ce travail d’archives, qui regroupe les documents, lettres, comptes-rendus et échanges internes au Foyer, l’historienne met en évidence le rôle particulier d’une association caritative (et de son fondateur Gabriel Rosset) dans le paysage de l’aide sociale à Lyon et contribue ainsi à mettre au jour la spécificité d’un système d’acteurs qui va (sup)porter l’« œuvre humanitaire » (D.Fassin) telle qu’elle se met en place localement et en France.

2Le sujet porte ici sur la création et l’évolution d’une association dont l’engagement, les choix, les modalités d’action témoignent d’une intrication forte entre un ancrage chrétien impliquant une démarche caritative envers les moins loti.e.s et une conviction républicaine de solidarité. L’association va chercher à tenir, jusqu’à aujourd’hui, malgré les transformations majeures de l’action sociale et du Foyer ce marqueur du fondateur de l’association (régulièrement mis en comparaison avec l’Abbé Pierre qui œuvre en parallèle). Ainsi, sans jamais se détacher de son bagage confessionnel, l’objectif sera systématiquement de défendre l’inconditionnalité de l’aide et de l’accueil, ce qui s’avère particulièrement difficile tant les publics (les « passagers ») sont divers, se diversifient, et sont touchés par de multiples vulnérabilités (âge, exil et migration, personnes seules ou familles, déficits physiques et mentaux, accompagnant tous les processus de désocialisation et de fragilisation dans un contexte économique très peu stable).

3L’ouvrage, ancré dans une démarche historique, est divisé en trois parties chronologiques, chacune composées de trois chapitres thématisés, articulés autour de dates clefs, charnières, tant pour le Foyer que pour l’histoire des plus démuni.e.s en France. L’autrice nous propose ainsi un volume de 250 pages, d’un propos bien structuré qui met systématiquement en relation les enjeux locaux avec le contexte national, en particulier les orientations des politiques gouvernementales qu’elles soient vis-à-vis du logement, de la gestion de la pauvreté ou de la migration (périodes d’ouverture, et de fermeture) et de l’aide sociale. De fait, en contrepoint de l’histoire d’un foyer d’accueil et des dispositifs d’aide mis en place, c’est bien la lecture de la pénurie et des lacunes des structures institutionnelles que l’on peut faire ici, entre le manque de nouvelles constructions, le retrait de l’Etat, la situation de crise quasi permanente sur 7 décennies. Les dénonciations de « suppléer les carences » des pouvoirs publics et des offices HLM sont d’ailleurs relevées à plusieurs reprises, alors que la trajectoire de l’association est bien moins politisée et militante que celle d’Emmaüs et de l’abbé Pierre.

4La première partie se concentre sur la création du foyer par son fondateur et sa première phase de croissance, de la fin de la seconde guerre mondiale à la crise de 1973-1974, date de la mort de Gabriel Rosset. Profondément touché par l’urgence humanitaire dans un moment de croissance de la population et de pénurie grave de logement, Rosset crée un premier asile de nuit, puis le Foyer Notre Dame des Sans-abri (arrivées de Nord-Africains en plus des destructions de la guerre et du manque de constructions). Puis, entre deux crises, 1954 (grand froid et appel de l’abbé Pierre) et 1974 (crise économique), A. Brodiez-Dolino rappelle l’inertie du problème du logement qui touche des profils de plus en plus variés : pas que des hommes seuls, pas que des migrants, mais aussi des familles, avec enfants, en plus de l’absence de suivi des individus en processus de désocialisation (sortie d’hôpitaux, de prisons, d’institutions pour déficients mentaux, ou encore suite à des séparations). La vulnérabilité sociale que rencontrent les bénévoles est aussi sanitaire. La réponse du Foyer : multiplier les foyers d’accueil (200 logements en 15 ans) et le choix de créer une société anonyme HLM, des cités de dépannage, certes insuffisantes, certes de faible qualité, mais si nécessaire, dans un premier temps, puis de meilleure qualité avec l’appui des programmes nationaux. L’autrice permet surtout de montrer les enjeux de l’accompagnement humain et social, l’impérieuse nécessité de la professionnalisation des travailleurs sociaux et de l’aide éducative.

5La deuxième partie évoque une période de difficultés, commune aux acteurs de la solidarité, et particulièrement vive pour le foyer qui cherche à survivre sans son fondateur. Le contexte des « 30 piteuses » et de l’essor du chômage explique que les solutions d’habitations temporaires existantes connaissent une occupation de plus en plus longue, avec de plus en plus de demandes. C’est une nouvelle période de crise du logement, mettant en évidence un malaise social et spatial (la « crise des banlieues ») parallèlement à un désengagement de l’Etat, ce qui va conduire à un effondrement de la construction neuve. Là encore, le Foyer Notre Dame des Sans-Abri va devoir assumer la « sous-traitance de l’impuissance publique ». L’autrice montre ici la situation d’incertitude profonde que connaît l’association aux prises dans un triple conflit : de postérité, d’idéologie et d’institutionnalisation.

6La dernière partie de l’ouvrage montre la modernisation du Foyer qui va choisir de se recentrer sur l’urgence sociale toujours dans un contexte d’augmentation (et de diversification) du public accueilli (plus d’exilés, plus de femmes, plus de familles, et plus de personnes âgées qui se retrouvent à la rue). L’augmentation des normes et l’institutionnalisation de l’action sociale participe à la « vague d’humanisation » au sein de l’association qui va dès lors essayer de sortir des seuls besoins primaires. En effet, les bénévoles ne peuvent que constater l’épuisement des sans-abris et des travailleurs sociaux, du fait d’un décalage croissant entre les rythmes de l’urgence sociale (des temps d’hébergement limités) et les besoins. A cela s’ajoutent les efforts pour que les actions de l’association se conforment aux normes d’une bureaucratisation toujours plus forte, aux subventions soumises au conventionnement des appels d’offre… autant d’éléments qui nécessitent une professionnalisation des acteurs, et des bénévoles qui se sentent marginalisés, provincialisés, et éloignés de leur projet caritatif porteur de leur engagement.

7Cet ouvrage nous permet ainsi de traverser la situation sociale du manque de logement de 1945 au milieu des années 2010, avant l’avènement d’autres crises qui vont se succéder jusqu’à aujourd’hui. Ce travail d’archives (mis en valeur dans un livret central qui met en image l’action du Foyer) alimente une actualité de la recherche sur le sans-abrisme en France, sur la précarité et l’assistance, tout en renseignant le contexte lyonnais, et la postérité de l’action de Gabriel Rosset qui voulait « soigner des corps et des âmes ». Axelle Brodiez-Dolino parvient en effet à historiciser l’articulation entre une association locale avec les politiques urbaines en jeu, et ce que cela implique en termes de rapports d’acteurs et de modes de gestion. Elle contribue aussi à montrer les difficultés à tenir un engagement caritatif constant maintenant un idéal d’accueil inconditionnel et la contribution essentielle du Foyer dans l’assistance aux plus démunis. L’autrice démontre ainsi la très bonne connaissance par l’association de la ville de Lyon et des lieux de la précarité, et le rôle du Foyer dans la déconstruction permanente de l’image du mauvais pauvre, qui n’est pas sans logis par choix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judicaelle Dietrich, « Axelle Brodiez-Dolino, Des sans-logis aux sans domicile. Le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri à Lyon depuis 1950  », Géocarrefour [En ligne], 97/2 | 2023, mis en ligne le 18 mars 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/23230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.23230

Haut de page

Auteur

Judicaelle Dietrich

Université Lyon 3 Jean Moulin, UMR 5600 Environnement, Ville, Société

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search