Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursMobilités spatiales et biographie...

Mobilités spatiales et biographies. Evénements, trajectoires, apprentissages et socialisations

Spatial mobilities and biographies. Events, trajectories, learning and socialization
Leslie Belton Chevallier, Catherine Didier-Fèvre et Stéphanie Vincent

À l’heure où la transition écologique suppose des changements conséquents dans les manières de consommer et de se mouvoir des individus, se pose la question des changements de leurs pratiques de déplacement et plus généralement de leur mobilité. Dans une perspective où la mobilité est une valeur et un élément clé des discours politiques et institutionnels peu remise en cause (Gallez, 2023 ; Borja et al., 2013 ; Boltanski et Chiapello, 1999), les solutions proposées sont d’abord et avant tout technologiques, insistant sur la décarbonation des transports et le report vers des formes de déplacements moins ou peu polluantes (cf. à titre d’illustrations la stratégie nationale bas carbone de la France1 ou la politique numérique de l’Europe en faveur « d’une mobilité plus durable et plus intelligente »2). Pour faire advenir la transition et en lien avec les évolutions technologiques qui les permettront, des pistes de travail insistent sur la nécessité de changer les comportements et les pratiques de l’ensemble des acteurs, dont les ménages à travers leurs modes de vie (Vidalenc et al., 2022). Nombreuses sont les réflexions sur les façons de faire advenir des changements de pratiques et la possibilité d’y arriver.

C’est en partie dans le cadre de ces interrogations que se situent nos réflexions (et notre appel à contribution) sur les mobilités spatiales et leurs potentiels d’évolutions. Comment les pratiques de mobilités spatiales, définies de manière large comme l’ensemble des déplacements réalisés dans l’espace géographique sans distinction de portée ou de temporalité (cf. Gallez et Kaufmann, 2009), s’apprennent, s’acquièrent, se transmettent, se transforment, se reconfigurent, voire se (re)(co)produisent, et de ce fait sont en mesure d’évoluer pour devenir plus durables ? Une partie de ces questionnements sont directement issus de la littérature scientifique autour de la question des mobilités spatiales qui font des biographies le cœur de leurs analyses.

Les approches biographiques des mobilités spatiales : du temps long des trajectoires aux effets des événements clés

A travers des migrations résidentielles plus ou moins lointaines ou des mobilités plus réversibles comme les voyages ou les déplacements du quotidien, la compréhension biographique des pratiques a toujours été au cœur des dispositifs méthodologiques mis en œuvre par les différentes disciplines qui s’intéressent à ces objets. Sous forme d’entretiens par récit de vie, de fiches AGEVEN, d’un volet biographique dans les enquêtes ménages et déplacements ou autres, ces méthodes sanctuarisent le principe selon lequel les comportements et pratiques de mobilité ainsi que leurs évolutions se comprennent à la lumière des trajectoires des personnes interrogées. Si les éléments biographiques ne constituent pas une clé de lecture exclusive et exhaustive, ils en constituent un terreau fertile et particulièrement illustratif.

Les approches biographiques sont donc au cœur de nombreux dispositifs théoriques déployés autour des mobilités spatiales. Un des courants récemment analysés et mobilisés dans les approches francophones récentes sur les mobilités quotidiennes sont les recherches en biographies de la mobilité ou mobility biography researches (Cacciari, 2020 ; Scheiner, 2017 ; Müggenburg et al., 2015). À la croisée de la géographie, de la sociologie et de la socio-économie des transports, un de leurs objectifs est de comprendre et décrire les trajectoires socio-spatiales des individus et d’y identifier les moments clés qui sont synonymes de changements dans les pratiques de déplacements (Didier-Fèvre et Rougé, 2019), plus particulièrement dans les modes de transport utilisés. Ces événements ou moments clés marquent des changements considérés comme significatifs (achat d’une voiture, apprentissage du vélo, etc.). Dans la lignée de conceptions plus classiques des cycles de vie, les principaux événements sont, entre autres, l’arrivée d’enfant, l’obtention du permis de conduire ou d’un emploi, la mise en couple, la décohabitation parentale, une séparation, un divorce, un veuvage, etc. Si la relation entre le changement et ces événements est loin d’être mécanique, on peut les qualifier comme des formes d’inflexion, de bifurcation ou de tournant dont la compréhension pourrait accompagner vers des transitions plus « vertueuses écologiquement ».

Des biographies et des trajectoires situées

Dans le prolongement direct de ces approches, différentes pistes francophones ont eu pour vocations de prolonger et d’élargir les recherches biographiques en les liant plus explicitement, dans leurs observations comme dans leurs conclusions, aux effets d’autres trajectoires sociales comme les trajectoires professionnelles, familiales, résidentielles, etc. Ainsi les trajectoires mobilitaires (Didier-Fèvre, 2015 ; Cailly et al., 2022, 2020, 2020) sont resituées dans des trajectoires résidentielles et spatialisées. Plus largement, plusieurs travaux considèrent les mobilités spatiales comme des pratiques socialisées et socialisantes issues d’un processus de socialisation à et par la mobilité qui prend en compte l’ensemble des trajectoires des individus (voire, entre autres, Belton Chevallier et al., 2023 ; Authier et al., 2022 ; Debroux, 2022 ; Devaux et Oppenchaim, 2013 ; Sayagh, 2018). Un tel postulat revient à élargir la prise en compte des processus potentiellement multiples à l’œuvre dans l’inflexion de ces mêmes trajectoires.

Définir les mobilités spatiales comme des pratiques socialisées et socialisantes enjoint à poser la diversité des déterminants biographiques et socio-spatiaux de la mobilité sans pour autant en avoir une vision déterministe ou exhaustive. De fait, les ressorts qui président aux mobilités spatiales sont le fruit de configurations toujours multiples et singulières, à même de se reconfigurer ou d’être reconfigurées tout au long de la vie et des apprentissages, qui sont eux-mêmes historiquement (d’une période ou d’une génération à une autre) et géographiquement situés. Sans disqualifier la notion de moment ou d’événement clé identifié plus haut, il s’agit au final de les considérer comme des tournants au sens plus large d’A. Abbott (2009), à savoir comme des moments qui sont eux-mêmes des processus dont la finalité, les implications et la pertinence ne peuvent s’apprécier que de manière incomplète et rétrospective.

Approfondir le regard sur les analyses biographiques des mobilités spatiales

Suite à l’organisation de plusieurs sessions sur le thème des biographies et des mobilités aux Rencontres Francophones Transport Mobilité (RFTM 2023 et 2024) et au vu de leurs succès, la revue Géocarrefour ouvre un appel à articles pour approfondir la compréhension des composantes biographiques des mobilités spatiales et leurs analyses.

Les propositions d’articles attendues pourront explorer, sans exhaustivité, plusieurs thématiques parmi les suivantes :

  • La littérature sur les biographies de mobilité laisse une place importance aux événements clés à même de faire évoluer les pratiques des individus vers des déplacements plus écologiques ou vertueux. D’autres événements plus collectifs comme des confinements ou des restrictions d’accès au carburant peuvent également jouer un rôle important, plus ou moins temporaires, sur le changement de pratiques. Quels rôles jouent ces événements collectifs ou sociétaux ? Sont-ils en mesure d’influencer durablement les pratiques ? S’ils constituent dans les faits ou les discours des tournants, comment ces tournants sont-ils analysés ? Quels effets produisent-ils à plus ou moins long terme ? Dans quelles mesures constituent-ils une singularité ou une continuité dans les trajectoires étudiées ? Pour le dire autrement, dans quelle mesure – et comment – la dimension événementielle des changements s’inscrit-elle dans le temps plus long des biographies et des trajectoires ?

  • La construction biographique des pratiques de mobilités renvoie à de nombreuses dimensions de la vie des individus. Ainsi les trajectoires tant professionnelles, familiales que résidentielles sont à même d’expliquer le recours à tels ou tels modes de transports, à tels types de déplacements. Elles peuvent également contribuer à expliquer comment différentes formes de mobilité peuvent se construire ou s’influencer mutuellement. Ainsi des ressorts de la mobilité quotidienne automobile peuvent aussi figurer dans l’empreinte de départs en vacances ou de déplacements de loisirs vécus à d’autres moments de sa vie. L’idée est ici d’investiguer plus avant l’imbrication de différentes formes de mobilité et les éventuels ressorts communs de leurs constructions.

  • Pour continuer à explorer l’imbrication temporelle des pratiques, la construction biographique des pratiques de mobilités renvoie à de nombreuses dimensions temporelles, que ce soit l’âge (les « jeunes »), les générations (les boomers ou la génération Z), les étapes du cycle de vie, l’époque (l’anthropocène) ou les temporalités (le quotidien vs l’exceptionnel). L’idée est ici d’investiguer plus avant l’imbrication de différentes dimensions temporelles, et les éventuels ressorts communs de leurs constructions en portant une attention particulière à l’apprentissage des mobilités et à leurs portées socialisatrices ou socialisantes.

  • Au-delà de l’analyse formelle des trajectoires, il s’agit d’approfondir l’analyse des mobilités en tant que pratiques socialisées et socialisantes, qui se construisent et se configurent tout au long de la vie des individus, au gré de leurs inscriptions sociales et spatiales. Comme pour d’autres pratiques, la socialisation joue un rôle comme relais d’injonctions ou de normes, potentiellement contradictoires. Dans quelle mesure la socialisation, processus continu, modèle-elle les façons socialement acceptées et acceptables de se mouvoir ? Plus précisément, comment la socialisation constitue-t-elle un levier en termes d’écologisation des pratiques de mobilités ? Dans quelle mesure et comment cette socialisation varie t’elle en fonction des contextes spatiaux ?

  • Dans la continuité du point précédent, l’articulation ou l’agencement de biographies singulières nous semble à explorer. Comment mettre en regard des biographies ou comment les faire dialoguer, surtout au regard des cadres dans lesquels elles sont amenées à se déployer ou interagir : le couple, la famille, l’entreprise, le territoire, etc. ? Dans une analyse relationnelle des biographies et au-delà de la transmission, cette mise en dialogues de biographies amène aussi à interroger leurs confrontations ou les conflits ainsi révélés. Par exemple, de quelles manières sont utilisées ou mobilisées de telles analyses biographiques, notamment lorsqu’elles sont au service d’un discours politique ou militant (autour d’un projet d’infrastructure par exemple) ?

Nous attendons donc des contributions qui explorent la dimension biographique des pratiques de mobilités sans restriction d’approches disciplinaires ou méthodologiques (la mise en perspective / confrontation / complémentarité des approches sont bienvenues) ou même thématiques (ainsi différentes formes de mobilités peuvent être explorées).

Calendrier et consignes aux auteurs

La proposition d’article complet devra être transmise par courriel avant le 10 juillet 2024, aux coordinatrices du numéro : Leslie Belton Chevallier (leslie.belton-chevallier@univ-eiffel.fr), Catherine Didier-Fèvre (catherine.didier-fevre@univ-lyon3.fr), Stéphanie Vincent (s.vincent@univ-lyon2.fr), et en copie au secrétaire de rédaction de la revue, André Buisson (andre.buisson@univ-lyon3.fr).

La proposition d’article sera rédigée au format Word ou Open office, police Times New Roman, et devra comprendre : un titre, un résumé entre 3 000 et 5 000 signes maximum présentant la problématique de l’article, le cadrage théorique, le ou les terrains d’étude sur lesquels la proposition s’appuie, et 3 à 5 mots-clés. Deux versions sont attendues : une comprenant les données personnelles de l’auteur, et une version anonymisée (nom d’auteur, « informations personnelles » attachées au fichier Word, et illustrations compris).

La rédaction de l’article devra respecter les normes de la revue Géocarrefour. Merci de consulter à cette fin : https://journals.openedition.org/geocarrefour/1017. L’article aura un volume optimum compris entre 40 000 et 60 000 signes, espaces et bibliographie compris. Les articles seront évalués en double aveugle par des évaluateur.rice.s co-sélectionné.e.s par les éditrices invitées et le comité de rédaction de Géocarrefour.

Bibliographie

ABBOTT A., 2009, 11. À propos du concept de Turning Point, Paris, La Découverte. https://www.cairn.info/bifurcations--9782707156006-page-187.htm

AUTHIER J.-Y., BELTON CHEVALLIER L., CACCIARI J., 2022, Éditorial. Pour une étude des socialisations aux et par les mobilités dans l’espace, Espaces et sociétés, 184–185(1–2), p. 9–16. https://doi.org/10.3917/esp.184.0009

BELTON CHEVALLIER L., OPPENCHAIM N., VINCENT S., 2023, A Socialized-based approach to daily mobilities, in HAMMAN P. (ed.), Sustainable Urban Mobilities. https://www.peterlang.com/document/1354175

BOLTANSKI L., CHIAPELLO È., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

BORJA S., COURTY G., RAMADIER T., 2013, De la valorisation de la mobilité à la domination par la mobilité ou comment la mobilité dit, fait et dispose de l’individu, Regards Sociologiques, 45–46, p. 101–110.

CACCIARI J., 2020, Les Mobility Biographies Research et les Travel Socialization Studies sous le regard de la sociologie de la socialisation : Vers l’examen de la production sociale des choix de mobilité spatiale, EspacesTemps.net Revue électronique des sciences humaines et sociales. https://doi.org/10.26151/espacestemps.net-k2p5-kq19

CAILLY L., HUYGHE M., OPPENCHAIM N., 2020, Les trajectoires mobilitaires : Une notion clef pour penser et accompagner les changements de modes de déplacements  ? Flux, N° 121(3), p. 52–66.

CAILLY L., HUYGHE M., OPPENCHAIM N., 2022, Trajectoires mobilitaires et résidentielles des habitants du périurbain et du rural : Des socialisations tout au long de la vie, Espaces et sociétés, 184–185(1–2), p. 17–32. https://doi.org/10.3917/esp.184.0017

DEBROUX J., 2022, Pratiques modales et socialisation : Analyse du cas d’un conducteur régulier utilisateur d’une plateforme de covoiturage, Espaces et sociétés, 184–185(1–2), p. 67–82. https://doi.org/10.3917/esp.184.0067

DEVAUX J., OPPENCHAIM N., 2013, Teenage mobility: A socialised and socialising practice. http://www.metropolitiques.eu/Teenage-mobility-a-socialised-and.html

DIDIER-FÈVRE C., 2015, The place to be? Vivre et bouger les entre-eux : jeunes et mobilités dans les espaces périurbains, Thèse de géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

DIDIER-FEVRE C., ROUGE L., 2019, Grandir et vieillir dans les espaces périurbains : un même combat pour la mobilité ? Métropolitiques. https://www.metropolitiques.eu/Grandir-et-vieillir-dans-les-espaces-periurbains-un-meme- combat-pour-la.html

GALLEZ C., 2023, Adapter les territoires et lutter contre les inégalités : Un sujet politique pour une transition écologique juste, Réchauffement Climatique : Comment Les Territoires s’ Adaptent-Ils ? https://shs.hal.science/halshs-04369336/

GALLEZ C., KAUFMANN V., 2009, Aux racines de la mobilité en sciences sociales, in GUIGUENO V., FLONNEAU M. (Eds.), De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ? Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 41–55.

MÜGGENBURG H., BUSCH-GEERTSEMA A., LANZENDORF M., 2015, Mobility biographies: A review of achievements and challenges of the mobility biographies approach and a framework for further research, Journal of Transport Geography, 46, p. 151–163. https://doi.org/10.1016/j.jtrangeo.2015.06.004

SAYAGH D., 2018, Pourquoi les adolescentes ont moins de possibilités réelles de faire du vélo que les adolescents, These de doctorat, Paris Est, https://www.theses.fr/2018PESC1090

SCHEINER J. (2017). Mobility Biographies and Mobility Socialisation—New Approaches to an Old Research Field, in ZANG J. (Ed.), Life-Oriented Behavioral Research for Urban Policy, Springer, p. 385–401 https://doi.org/10.1007/978-4-431-56472-0_13

VIDALENC E., BERGEY J.-L., QUINIOU V., MARCHAL D., COMBET E., 2022, Quatre scénarios pour la transition écologique. L’exercice de prospective de l’ADEME Transition(s) 2050, Futuribles, 448(3), p. 5–21. https://doi.org/10.3917/futur.448.0005

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search