Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesComptes rendus2024Pauline Briand et al., Un arbre d...

2024

Pauline Briand et al., Un arbre dans la ville – faune et flore Métropole du Grand Paris

Jean-Marie Exbrayat
Référence(s) :

Briand P., Geffroy L., Le Renard S., Lefebvre R., Vaudon-Marie M., Waks F., 2019, Un arbre dans la ville – faune et flore Métropole du Grand Paris, Paris, Le Cherche Midi éd., 222 p.

Texte intégral

1Dans ce beau livre richement illustré, les auteurs montrent la richesse insoupçonnée de la biodiversité d’une grande métropole et comment une telle richesse peut être protégée par des programmes d’aménagement. En avant-propos, Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris, insiste sur l’importance d’une réflexion collective pour s’adapter au dérèglement climatique en favorisant le retour –le maintien pourrait-on ajouter - de la nature en ville. En six chapitres, le lecteur visite ainsi des coins de nature parfois inattendus, prend connaissance d’une faune et d’une flore abondantes et diversifiées.

2Chaque chapitre constitue un dossier à lui seul, avec un texte, des témoignages, des exemples et des illustrations notamment des photographies de grande qualité. Et ce n’est pas tout ! Les espèces animales et végétales sont présentées, à la fin de chaque chapitre, avec, pour certaines, une fiche signalétique portant le nom scientifique, les caractéristiques et le statut de leur conservation en France : du renard au faucon, du coquelicot au colza, et aussi des chênes, hêtres, châtaigniers, mammifères, batraciens et bien d’autres. Une liste de ces espèces donnée en fin d’ouvrage est particulièrement utile pour connaître dans le détail la biodiversité des milieux multiples de la Métropole du Grand Paris. Une liste bibliographique répertorie, par chapitre, les documents qui permettront d’approfondir tel ou tel point. Des liens vers de sites web sont donnés.

3Paysages de biodiversité. « Parler de nature dans la Métropole du Grand Paris n’est pas un exercice facile » (p. 11). Et pour cause, la Métropole est avant tout une zone urbaine de 131 communes couvrant 814 km² avec 13 % d’espaces naturels seulement. La diminution permanente de ces derniers, la pollution atmosphérique et, moins présente aux esprits mais tout aussi néfaste, la pollution lumineuse, confinent la faune et la flore dans quelques espaces limités, perturbent les nocturnes. Pourtant la nature persiste : bois de Vincennes et de Boulogne, forêts patrimoniales, bords de Seine et de Marne, parcs et jardins et aussi cimetières (Gallot, 2022)1, sont peuplés de nombreux végétaux et animaux dans une biodiversité « avant tout ordinaire » accessible, perçue et comprise par les habitants. Si elle n’est pas contrariée, la nature se propage partout, s’adaptant en écosystèmes inédits aux conditions d’une mégapole en constant changement.

  • 2 Jardin des Tuileries, couvent des Chartreux, jardin du Luxembourg.
  • 3 La Métropole est créée à partir de 2016.

4Une histoire des espaces verts montre l’évolution de la nature au sein de Paris, autrefois ville sale, bruyante, aux immeubles resserrés, aux espaces verts réservés à la noblesse, à la haute bourgeoisie, au clergé. Seul le Jardin des Plantes (le Jardin du Roy) est accessible à tous depuis 1634. A partir de 1789, la Révolution ouvrira au public des jardins privés (la moitié des espaces verts tout de même2). A partir de 1830, la culture maraîchère s’étendra au-delà des grands boulevards. Le baron Haussmann plantera plus de 100 000 arbres le long des boulevards, avenues et places. Suivra l’essor des parcs et jardins, le recul de la production agricole intra-muros et - conséquence ? - l’expansion en périphérie des cultures horticole, maraîchère, fruitière. Au XXe siècle, les jardins ouvriers se multiplient, une ceinture verte est créée. Après la 2e Guerre mondiale, les espaces verts prolifèrent, le Boulevard périphérique occupe une partie de la ceinture verte, l’agriculture recule encore. Plus de 200 jardins et parcs seront créés à partir de 1980 sur les communes de la future Métropole3, fermes et éco-pâturages permettront aux citadins de reprendre contact avec les animaux.

  • 4 En matière de santé publique, lutte contre le réchauffement, la pollution de l’air.

5Aujourd’hui, à l’ouest de la Métropole persistent les anciens bois de chasse aux nombreuses essences, au nord et à l’est, des espaces verts ont remplacé décharges et sites industriels, au centre, les bois de Boulogne et de Vincennes restent espaces naturels. Le tout constitue une réserve de biodiversité au cœur des enjeux métropolitains4.

6Des actions pédagogiques font prendre conscience de l’importance de la nature aussi bien aux adultes qu’aux enfants. A partir de 2018, la Métropole met en place un plan biodiversité5, avec constitution d’un atlas de la faune, de la flore, des habitats.

7La nature au coin de la rue. L’espace urbain sans cesse en progression, n’exclut pas une flore et une faune urbanophiles occupant la moindre parcelle verte. En conséquence, les futurs projets intègrent une biodiversité évolutive : prospérité d’espèces nouvelles, régression voire disparition d’espèces actuelles. Dans plusieurs exemples de partage entre citadins, faune et flore, les espaces verts trouvent leur place le long des trottoirs, au pied des arbres, au sein d’imposants sites urbains. Des jardins partagés sont aménagés dans des terrains en friche ou même sur les toits.

8L’éclairage de nuit est un fléau pour les cycles de reproduction, les espèces nocturnes, la lumière d’un simple réverbère pouvant représenter une barrière infranchissable, un danger de mort, tout simplement6. Une baisse de l’éclairage a bien été mise en place mais des corridors écologiques sans lumière du tout restent encore à imaginer7.

  • 8 Ce réchauffement n’est pas anodin : il se traduit par une mortalité accrue des personnes fragiles p (...)
  • 9 En 2023, environ 130 cours ont été transformées. Voir « les cours oasis » : https://www.paris.fr/pa (...)

9En ville, le réchauffement peut atteindre 8 à 10°C par rapport à la campagne8 où arbres et herbe, diminuent la température ; le projet Oasis doit équiper les cours d’école9. Des parkings bitumés ont déjà laissé la place à des espaces verts beaucoup plus perméables, favorisant la circulation de l’eau, des murs végétalisés ou des noues paysagères à la place des fossés ont été mis en place.

10La quantité de pollens et, revers de la médaille, les allergies, augmentent avec la température. Les plus petits pollens (ambroisie par exemple), transportés au plus loin par le vent atteignent facilement les voies respiratoires. Une diversification des aménagements paysagers, une taille régulière des végétaux permettent de diminuer les allergies.

11Des fermes, des jardins et des citadins. Le paysage a bien changé depuis la fin du XVIIIe siècle. En 1958, les derniers maraîchers quittent Paris. Aujourd’hui, 2 % de la surface de la Métropole comporte des exploitations agricoles avec des répercussions sur la biodiversité malgré les efforts pour changer les manières de faire. En ville, l’agriculture concerne de petites surfaces combinant écologie, pédagogie et social, maillons d’une chaîne qui va des friches aux mares en passant par les forêts. Cette agriculture urbaine ne remplace toutefois pas les habitats naturels.

12Le sol, écosystème complexe (Selosse, 2021)10 est aujourd’hui altéré consécutivement à l’urbanisation galopante : érosion, chute de la teneur en matière organique, pollution, imperméabilisation. Des réseaux de pleine terre peuvent être recréés, des sols reconstitués.

13La tradition maraîchère de la Métropole du Grand Paris revient au goût du jour. Les espèces à nouveau cultivées, reflets de l’histoire, ne supportent guère la congélation et le transport, favorisant ainsi la consommation locale.

  • 11 Meudon, Malmaison, Notre-Dame, La Grange, Verrières, Fausses-Reposes.
  • 12 Bois de Vincennes, bois de Boulogne, forêt de Bondy.

14L’arbre et la forêt. Il reste encore des forêts en Métropole parisienne : 3 100 ha de forêts domaniales11, des domaines12, des parcs arborés, avec les deux tiers de la biodiversité. Les espaces boisés de l’Ouest sont constitués de chênes et de hêtres plantés au Moyen-Âge pour servir à la charpente et au chauffage. Au nord et à l’est, restent quelques vestiges des anciennes forêts, mais aussi des parcs et nouvelles forêts plantées sur des friches industrielles.

15Ces espaces très fréquentés par les citadins sont fragmentés, urbanisation oblige, stoppés brutalement par une route, une autoroute, une voie ferrée ou des immeubles, autant d’obstacles souvent mortels pour nombre d’animaux. L’étroitesse des espaces où la faune est finalement confinée favorise la propagation des maladies. L’aménagement de « corridors verts » permet de relier les espaces.

  • 13 Voir le Livret à l’usage du propriétaire d’un Arbre Remarquable de France édité par l’association A (...)

16Le patrimoine arboré est d’environ 100 000 arbres d’alignement (160 espèces), 40 000 arbres dans les jardins et 300 000 pour les bois de Boulogne et de Vincennes ; 200 arbres « remarquables »13, selon un label qui protège certains pieds hors normes, sont paradoxalement plus nombreux en ville qu’en forêts.

17Au milieu coulent les rivières. Les zones humides sont d’abord les marais et marécages à la réputation longtemps mauvaise : responsables de maladies (Bernard, 1973)14, repaires de créatures dangereuses pour ne pas dire monstrueuses, lieux de prédilection des sorciers et sorcières pour on ne sait quelles infâmes pratiques. Progressivement asséchés, 70 % des marais ont été rayés de la carte de France au début du XXe siècle. En 1971, renversement de vapeur avec la convention de Ramsar15 pour leur protection16.

18Les zones aquatiques et humides représentant seulement 2 % de la superficie de la Métropole parisienne avec les cours d’eau17 et les zones humides des grandes forêts, sont aujourd’hui réhabilitées, par exemple avec le projet de réouverture progressive de la Bièvre depuis longtemps cachée sous terre18. Depuis les années 1990, l’application à la Seine des réglementations européennes en matière de pollution des eaux, a permis l’augmentation du nombre d’espèces de poissons, de la flore ; des frayères ont été mises en place, un contrôle biologique constant, « de la bactérie au poisson », est assuré par des chercheurs du PIREN Seine19.

19Les crues, un phénomène jusqu’alors rare. Pourtant… Immenses réservoirs, les cours d’eau et les plaines inondables stockent l’eau des pluies diluviennes, limitant le risque d’inondation, mais voilà, l’artificialisation des sols a diminué cette capacité. Des projets en cours de renaturation des zones humides devraient limiter les inondations, développer la biodiversité et créer de véritable oasis lors des canicules estivales (De Bœuf De Los Rios et al., 2022).

20Les mares, aujourd’hui partie intégrante des « corridors écologiques », reprennent leurs lettres de noblesse, en permettant aux êtres vivants de « se faufiler au milieu des zones urbaines » (p. 156). Parmi les habitants des mares, les amphibiens se déplacent beaucoup.

21Dans les interstices. En ville, nul ne peut échapper aux arbres majestueux si évidents, pourtant la nature se loge aussi dans les interstices, la moindre fissure du trottoir, du mur. Tout discrets qu’ils soient, ces biotopes abritent plusieurs centaines d’espèces d’animaux et de végétaux. Des friches à la place d’anciennes usines sont devenues aussi bien le refuge d’espèces parfois rares, que le relais des oiseaux migrateurs. Les êtres vivants peuvent se déplacer entre ces espaces, bref une continuité écologique s’est établie qui permet le retour de la flore et de la faune.

22Au final, un livre très instructif, pédagogique, agréable à lire et à feuilleter, avec cependant quelques inévitables redondances, qui présente de manière claire différents points à connaître sur la biodiversité, sur les enjeux d’une (très) grande métropole par rapport à cette dernière, sur les mesures déjà prises et les programmes à venir. L’ouvrage, publié en 2019, dresse un état des lieux de l’époque. Qu’en est-il aujourd’hui, après avoir traversé la période difficile de la COVID 19 ? Le défi de la Métropole est maintenu. Des actions ont été menées dans la lignée décrite dans cet ouvrage qui reste d’actualité. Un livre utile avec une foule de détails, à lire et à relire.

Haut de page

Bibliographie

BERNARD J., 1973, Grandeur et tentations de la médecine, Paris, Buchet Chastel Ed., 332 p.

De boeuf De Los Rios G., Barra M., Grandin G., 2022, Renaturer les villes. Méthode, exemples et préconisations. ARB îdF, L’Institut Paris Region. https://www.arb-idf.fr/fileadmin/DataStorage/user_upload/ARB-idF_-_Renaturer_les_villes_-_WEB.pdf

Exbrayat J.-M., 2022, Marc-André Selosse, L’Origine du Monde, Géocarrefour [En ligne], 96/3 | 2022, mis en ligne le 28 juin 2022, consulté le 08 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.19864

Exbrayat J.-M., 2024, Benoît Gallot, La vie secrète d’un cimetière, Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 02 avril 2024, consulté le 08 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/23304 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.23304

GALLOT B., 2022, La vie secrète d’un cimetière, Paris, Les Arènes, 240 p.

SELOSSE M.-A., 2021, L’Origine du Monde, illustrations de RAFAELIAN A., Paris, Actes Sud, 468 p.

Haut de page

Notes

1 Voir Exbrayat (2023) : https://journals.openedition.org/geocarrefour/23304

2 Jardin des Tuileries, couvent des Chartreux, jardin du Luxembourg.

3 La Métropole est créée à partir de 2016.

4 En matière de santé publique, lutte contre le réchauffement, la pollution de l’air.

5 Voir le site de la ville de Paris : https://www.paris.fr/pages/biodiversite-66

6 Voir l’article 36 du Grenelle de l’environnement 2008 : http://droitnature.free.fr/pdf/Grenelle/2008_1021_loi_GrenelleI_adoptee_par_assemblee_nationale.pdf

7 Voir le site de la ville de Paris : https://www.paris.fr/pages/pollution-lumineuse-agir-pour-limiter-ses-impacts-25059

8 Ce réchauffement n’est pas anodin : il se traduit par une mortalité accrue des personnes fragiles pendant les canicules.

9 En 2023, environ 130 cours ont été transformées. Voir « les cours oasis » : https://www.paris.fr/pages/les-cours-oasis-7389

10 Voir Exbrayat (2022) : http://journals.openedition.org/geocarrefour/19864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.19864

11 Meudon, Malmaison, Notre-Dame, La Grange, Verrières, Fausses-Reposes.

12 Bois de Vincennes, bois de Boulogne, forêt de Bondy.

13 Voir le Livret à l’usage du propriétaire d’un Arbre Remarquable de France édité par l’association A.R.B.R.E.S (Arbres Remarquables : Bilan, Recherche, Etudes et Sauvegarde) : https://www.arbres.org/docs/actions_/Livret-ARBRES.pdf

14 Pendant longtemps, le paludisme alors nommé malaria était une maladie imputable aux miasmes émis par les eaux stagnantes pestilentielles des marais.

15 Voir la convention de Ramsar : https://www.ramsar.org/sites/default/files/documents/library/fs_6_ramsar_convention_fr.pdf

16 Il est toutefois à préciser que sont protégés uniquement les sites reconnus d’importance internationale, aucun sur le territoire de la Métropole parisienne : https://www.zones-humides.org/les-sites-ramsar-en-france

17 Seine, Marne, mais aussi Bièvre, Morée, Morbras, Orge, Yerre, Sausset.

18 Voir Office Français de la Biodiversité : https://professionnels.ofb.fr/sites/default/files/pdf/cdr-ce/2519/REX2018_BIEVRE_vDEF.pdf. Voir aussi Conseil départemental du Val-de-Marne : https://www.valdemarne.fr/le-conseil-departemental/cadre-de-vie/favoriser-un-developpement-equilibre-du-territoire/reouverture-de-la-bievre

19 « Le PIREN-Seine est un groupement de recherche dont l'objectif est de développer une vision d'ensemble du fonctionnement du système formé par le réseau hydrographique de la Seine, son bassin versant et la société humaine qui l'investit. » : https://piren-seine.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Exbrayat, « Pauline Briand et al., Un arbre dans la ville – faune et flore Métropole du Grand Paris »Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 28 avril 2024, consulté le 25 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/23340 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.23340

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search