Navigation – Plan du site

AccueilNuméros98/1La France des casinos : la résist...

La France des casinos : la résistance de l’État croupier ?

The France of casinos: the resistance of the croupier state ?
Boris Lebeau et Marie Redon

Résumés

Le texte s’inscrit dans l’étude d’un phénomène massif : le spectaculaire essor des pratiques de jeu d’argent dans le monde. Partant du constat de l’évolution quantitative du nombre de casinos en France, deuxième pays au monde en nombre d’établissements, mais aussi de l’intensification des mises et de l’augmentation des recettes des lieux de jeu, l’article propose d’analyser l’évolution de leur localisation sur le territoire français. Historiquement associés aux stations balnéaires et thermales, depuis 1988, des établissements ouvrent dans les agglomérations de plus de 500 000 habitants. En parallèle, de nouveaux casinos continuent d’ouvrir dans les communes rurales de petite taille. A partir d’une base de données constituée par les auteurs, les logiques d’implantation des casinos, à la fois héritées et en cours d’affirmation, sont explicitées sur le territoire, espaces ultramarins compris. La seconde partie de l’article interroge les spécificités des casinos à la française, entre forte régulation publique et outils d’aménagement du territoire à l’échelle communale. Aborder les logiques d’implantation permet de montrer une mutation de la manière dont les jeux d’argent sont de plus en plus mis en avant : ils sont présentés comme une activité de loisirs parmi d’autres, marquée par une nouvelle concurrence entre jeux en ligne et jeux « en dur ».

Haut de page

Notes de l’auteur

L’expression « Etat croupier » est devenue un lieu commun que l’on trouve régulièrement dans des textes aussi variés qu’un article d’Alternatives économiques en 1996 (« Fiscalité : l’État croupier »), un article de Serge Cantin paru dans la revue Argument en 2009 (« L’État croupier à l’épreuve de Jean-Jacques Rousseau »), l’ouvrage La loterie en Chine : État croupier et joueurs coolies de Shen Hu, paru en 2015, etc. Elle est généralement employée dans un sens péjoratif pour insister sur le fait que l’État profite de l’activité de jeu malgré ses potentielles incidences négatives.

Texte intégral

1Depuis le début des années 2000, les villes de Lyon, Bordeaux, Toulouse mais aussi le village de Cransac-les-Thermes en Aveyron ou encore celui de Noirétable dans la Loire ont vu apparaître une nouvelle entreprise sur leur territoire : un casino, établissement associant dans un même lieu la pratique du jeu d’argent, le spectacle et la restauration.

2Si la France n’apparaît pas d’emblée comme un lieu emblématique du jeu comme Macao ou Las Vegas, elle est néanmoins le pays européen qui compte le plus grand nombre d’établissements de ce type (203 en 2023). Beaucoup d’entre eux sont anciens et liés au statut touristique des localités où ils sont implantés : en France, l’ouverture de casinos est régie par la loi de 1907, qui autorise l’ouverture d’établissements uniquement dans les stations balnéaires thermales et climatiques. La politique de l’Etat français pouvait se résumer ainsi : « On ne joue qu’en vacances ». Aussi l’inflation actuelle de casinos est-elle en quelque sorte le corollaire d’une société où les loisirs ont pris une place prépondérante, mais pas seulement.

3Depuis vingt ans, si leur nombre progresse, c’est surtout leur localisation qui a sensiblement évolué avec, d’une part, l’autorisation depuis 1988 d’ouvrir des établissements dans les agglomérations de plus de 500 000 habitants et, d’autre part, l’intensification des mises et l’augmentation des recettes des établissements. Cette évolution quantitative se double d’une mutation de la manière dont les jeux d’argent sont mis de plus en plus en avant : comme une activité de loisirs parmi d’autres.

  • 1 Le produit brut des jeux (PBJ) se définit comme la différence entre le montant des mises initiales (...)

4L’intérêt que nous portons aux casinos en France s’inscrit dans l’étude d’un phénomène plus massif : le spectaculaire essor des pratiques de jeu d’argent dans le monde. Un rapide tour d’horizon international montre un remarquable développement des projets de casinos (Etats-Unis dans les années 2000, Canada, Australie, Macao, Birmanie, Singapour, Cambodge, etc.) qui répond à de profondes évolutions de nos sociétés dans leur rapport au jeu et à l’argent. Selon une étude de la banque Morgan Stanley parue en 2013 mais qui fait encore date, l’industrie légale des jeux d’argent pèserait plus de 420 milliards de dollars à l’échelle mondiale (l’équivalent du marché automobile mondial la même année), dont 35 % proviendrait des casinos terrestres, un peu moins de 30 % des loteries, 9 % des jeux en ligne et 28 % des formes de jeux comme les paris sportifs et les courses. Et le secteur se porte de mieux en mieux : en France, le montant total des mises a augmenté de 76 % entre 2000 et 2012 (INSEE, 2014) et a continué sa spectaculaire accélération jusqu’en 2019, année où le produit brut des jeux1 cumulé des établissements a connu un record de 2,41 milliards d’euros avant le repli de l’activité en 2020 et 2021 (-24 %), en raison du contexte sanitaire. Mais les casinos ne sont encore que la partie la mieux visible d’un marché qui représenterait plus d’un millier de milliards de dollars dans le monde uniquement sur les paris sportifs, lorsqu’on englobe les paris illégaux. Rien qu’en France, le chiffre d’affaires des jeux d’argent est passé de 98 millions à plus de 48 milliards d’euros entre 1960 et 2020 selon le ministère de l’Intérieur. En 2019, les casinos terrestres captent à eux seuls près de 22 % du produit brut des jeux en France, dont 83 % provient des machines à sous (sources ANJ, ODT).

5La plupart des législations sur les casinos ont traditionnellement eu pour ambition de réguler l’immoralité supposée du jeu, notamment vis-à-vis des valeurs familiales et du travail, de juguler les risques de blanchiment et de corruption et enfin de protéger les personnes vulnérables à l’addiction (Eadington, 1994). Or, depuis les premières législations, les sociétés ont évolué, la banalisation et la démocratisation du casino répondent à diverses mutations sociales et économiques. Les études historiographiques de Gerda Reith (1999) et les travaux de Jan McMillen (2005) montrent à quel point les représentations sociales des jeux d’argent et de hasard, tout comme les normes et les valeurs qu’ils véhiculent, ont changé de façon significative à travers le temps. Quant aux effets addictifs et aux situations de détresse sociale qui peuvent en découler, si les législations et les approches diffèrent de par le monde, on notera qu’avec l’effacement de l’État social un peu partout en Occident et la promotion du néolibéralisme, le citoyen est de plus en plus laissé seul, « responsable » face à ses choix de consommateur.

6C’est dans ce contexte global que s’inscrit cet état des lieux de la France des casinos. Il n’existe pas de recherche contemporaine en géographie sur les effets spatiaux de la présence de ces établissements dans les territoires. Certes, en 1977, André Neurisse publiait bien un Que-sais-je intitulé Les jeux de casinos et soulignait dans une perspective déterministe que la France « bénéficiant de données géographiques et climatiques particulièrement favorables (…) se trouvait naturellement disposée d’un nombre important de casinos. ». Or, la localisation de ces casinos français, dont le nombre est en constante augmentation depuis le XIXe siècle, est un peu passée sous les radars de la géographie. Cette lacune n’est pas propre à la France ; aux Etats-Unis, le géographe John I. Sharp débutait son article « The Political Geography of Gambling in the Midwest » (2004) par ces mots :

« The rapid expansion of gambling during the 1980s and nineties has received a lot of attention from economists, sociologists and psychologists but little attention from geographers. Yet geography offers a unique perspective to scholars looking to explore issues involving relative location and scale within the gambling industry itself as well as the accompanying political process.”

  • 2 L’ensemble de ces publications est accessible sur le site de « Revue-espace.com : Centre de ressour (...)

7Pourtant, depuis quelques années, il semble que la thématique trouve grâce aux yeux des géographes. Mais ce sont souvent les lieux emblématiques qui ont été étudiés, comme dans l’ouvrage de la géographe Pascale Nédélec (2017) portant sur Las Vegas et montrant la construction d’une urbanité spécifique mettant en évidence une tension entre la banalité de la ville et sa spécialisation touristique. Le récent article d’Alexandre Grondeau et Boris Lebeau traitant des casinos à Las Vegas et à Macao (2022) souligne les ressemblances mais aussi les puissants contrastes entourant les logiques d’accumulation et de gouvernance des « villes casinos ». Sans entrer dans le détail, la littérature sur les jeux d’argent en général est très marquée par les thèmes de l’addiction en médecine (Inserm, 2008), en sociologie (Martignoni-Hutin) et en psychologie (Suissa, 2005), de la dérogation en droit (Darracq, 2008 ; Degermann et Alezra, 2011 ; Gautier, 2011 ; George, 2011), des rapports avec l’État et le pouvoir en histoire (LLoansi, 1994 ; Belmas, 2006 ; Harouel, 2011). Les principaux écrits consacrés à ces établissements en tant que lieux de jeu ont été publiés dans des revues spécialisées dans l’activité touristique. En 1994, Espace tourisme et loisirs a par exemple publié un numéro intitulé « Casino et tourisme » ; puis, en 2001, un nouveau numéro thématique intitulé « Casinos, loisirs et tourisme » paraît dans la nouvelle édition de la revue, désormais nommée Revue Espaces tourisme et loisir2. Très récemment, un article est paru dans Journal of Gambling Issues sur « The geography of gambling: A socio-spatial analysis of gambling machine location and area-level socio-economic status » (Kristiansen, Lund, 2022).

8L’englobement des casinos dans l’élargissement du secteur du tourisme aux loisirs en général nous paraît révélateur de l’extension des jeux d’argent au-delà du cadre des vacances : les lieux de jeu participent de la société des loisirs, lesquels peuvent se pratiquer régulièrement près de chez soi. Les travaux de Pauliina Raento sur les Etats-Unis et la Finlande (2000) ou de Sytze Kingma sur les Pays-Bas (2008) le montrent. En dehors de ce prisme touristique, les seuls écrits portant sur les politiques de localisation des établissements de jeux sont des articles parus dans la presse classique ou bien sur des sites internet spécialisés dans les jeux d’argent, délivrant parfois des textes de qualité.

9Pourquoi cette activité autrefois honnie et toujours fortement encadrée par la puissance publique se banalise-t-elle et se démocratise-t-elle aujourd’hui ? A quelles évolutions sociales répond-elle et comment ce processus marque-t-il les territoires d’implantation ? A l’heure où les jeux en ligne (paris sportifs notamment) connaissent un développement effréné, pourquoi les dispositifs de jeux matériels tels que les casinos résistent-ils ? Et comment ces établissements aussi modestes que nombreux continuent-ils, parfois plus d’un siècle et demi après leur apparition, de structurer les territoires ?

10Si la France n’échappe pas aux évolutions globales d’une intensification des dispositifs de jeu, elle semble s’en emparer d’une manière tout à fait singulière. L’activité qui, par bien des aspects, paraît modeste voire artisanale au regard d’autres pays, y est en effet encore largement encadrée, fortement fiscalisée et dans une certaine mesure détournée à des fins d’aménagement des territoires. Il s’agit ici de mettre en évidence les spécificités de cette activité économique « à la française » et les implications de la présence de tels établissements pour des collectivités locales très hétérogènes.

11Outre une revue de la littérature, le présent article repose sur la compilation et l’analyse des données concernant l’ensemble des casinos français, territoires ultramarins compris. Une première étape a consisté à les localiser à partir de la liste fournie par le Syndicat des casinos, ce qui nous a permis d’établir une typologie des établissements selon leur implantation dans une station balnéaire, une station thermale ou dans une métropole. Connaître la date d’ouverture du premier établissement de jeu dans la commune nous a ensuite permis d’identifier les différentes phases de l’implantation des établissements sur le territoire. Le chiffre d’affaires connu le plus récent et la tranche du nombre de salariés donnent une idée de l’importance du casino, à mettre en regard avec la taille de la commune d’implantation. Identifier le groupe ou les acteurs en charge de la gestion du casino permet de comprendre la manière dont se structure ce secteur d’activité.

12L’analyse portera successivement sur la localisation des casinos sur le territoire (1), les spécificités du modèle français (2), notamment au regard de ses voisins européens et des modèles emblématiques (États-Unis, Macao), ainsi que sur la structuration des territoires locaux par l’économie casinotière.

La carte des casinos en France : quelles logiques d’implantation ?

13Le réseau français est le premier européen en quantité d’établissements, devant celui de la Grande-Bretagne (environ 150 d’après le site spécialisé Casino Avenue), et le deuxième mondial derrière les États-Unis, qui en comptent environ un millier (idem).

Figure 1 : Les Casinos en France

Figure 1 : Les Casinos en France

La carte révèle l’importance des facteurs géo-historiques. On visualise très clairement l’importance qu’a pu jouer et joue encore le thermalisme dans l’implantation des établissements.

Réalisation Laura Margueritte, revue Carto n° 66, août 2021

14Les casinos européens sont anciens, le terme même de « casino », d’origine italienne, signifie littéralement « petite maison » et désigne un lieu clos situé à l’écart du cœur actif de la ville, où l’on pouvait s’adonner aux jeux de cartes. Le premier casino aurait été ouvert en 1638 à Venise, lit-on souvent (Belmas, 2006). Leur développement en Italie, en Allemagne ou en France, aurait été stimulé par une mise en tourisme sur le temps long des villes d’eau.

15Les quelques 200 casinos français (fig. 1) ont ainsi majoritairement été implantés au cours des XIXe et du XXe siècle dans le cadre d’une mise en tourisme des littoraux et des villes thermales : Ainsi, la concentration des casinos dans le Massif Central, le nord des Alpes, les Pyrénées, les Vosges, le plateau lorrain pourrait sembler contre-intuitive pour qui adopterait une grille de lecture économiste. Elle est la combinaison de facteurs géographiques (la présence de sources) et historiques (leur mise en valeur dans le cadre d’une économie touristique et paramédicale largement portée par les compagnies de chemin de fer).

Stations balnéaires et thermales : des casinos de la Belle Époque au tourisme de masse

16La carte de l’implantation des casinos, concentré d’histoire et de géographie, est riche d’enseignements. Le caractère littoral de l’activité est frappant, ce qui est attendu dans le cadre d’une activité ludique dont l’essor est parallèle au développement du tourisme dessinant en creux une France du vide.

17La répartition des casinos s’explique par les spécificités du processus d’aménagement du territoire national au cours du XIXe siècle. En 1806, dans le but de renforcer le contrôle sur les maisons de jeux clandestines, un décret va donner le cadre de cette géographie. Ce texte stipule que « Notre ministre de la police fera pour les lieux où il existe des eaux minérales pendant la saison des eaux seulement, et pour la ville de Paris, des règlements particuliers sur cette partie » (art. 4). L’idée sous-jacente est qu’il faut réserver la fréquentation de ces établissements à une élite profitant d’un temps libéré des contraintes du travail tout en évitant que les plus modestes dilapident leur capital moral et laborieux et se détournent du travail.

18Les constructions de casinos vont donc concerner prioritairement des espaces de loisir et sont à mettre en relation avec les opérations immobilières menées notamment par les grandes compagnies ferroviaires. Même s’ils sont parfois plus anciens, comme à Enghien-les-Bains, les casinos sont d’emblée des lieux intégrés dans des réseaux de circulation et dans la construction d’une offre touristique.

Figure 2 : Affiche de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans et du Midi pour promouvoir Arcachon, ses bains de mer et son casino, 1896.

Figure 2 : Affiche de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans et du Midi pour promouvoir Arcachon, ses bains de mer et son casino, 1896.
  • 3 Eugène Péreire précise ainsi son projet en écrivant le 8 mai 1857 au ministre des Finances : « Nous (...)

19Les premières opérations de construction ferroviaire ont été rentables pour les investisseurs, mais, à partir du Second Empire, la puissance publique exigeait la construction de lignes de moins en moins rentables pour les compagnies de chemin de fer : investir dans la construction des casinos était donc une manière de rendre la ligne plus porteuse en proposant un produit touristique multiforme. La Compagnie de chemin de fer de l’Ouest fait ainsi de la publicité pour le casino de Cabourg et celle du Nord pour celui de Boulogne-sur-Mer (fig. 3) ; la gare de Casino - Lacroix-Laval est ouverte par la Compagnie des Dombes et des chemins de fer du Sud-Est à proximité du Casino Le Lyon vert en 1876. Sur la Côte d’Azur, à Monaco, une concession avait certes été accordée dès 1856 pour ouvrir un établissement de bains « avec salle de jeux, de concert et autres divertissements » mais c’est à partir de 1868-1869, avec l’arrivée du chemin de fer, l’inauguration d’une grande salle de jeux dite Salle mauresque et l’ouverture d’une gare au pied du casino de Monte-Carlo que la Principauté devint indissociable de cette activité incarnant « la mise en exploitation de ressources artificielles (jeux et fiscalité avantageuse), déterritorialisées et extraverties (le casino est interdit aux sujets monégasques) à la suite de la perte des fiefs en 1791 et la rétraction territoriale du XIXe siècle » (Cuillier de Labadie, Redon, 2014). Arcachon, dans le contexte général de mise en valeur des Landes, a été en partie créée par les frères Péreire, alors à la tête de la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Saint-Germain et à l’origine de la Ville d’hiver, quartier marqué par le monumental Casino Mauresque. Des « trains de plaisir » existaient déjà sur la ligne Bordeaux-La Teste, mise en service en 1841 et prolongée en 1857 jusqu’à Arcachon, la même année où celle-ci est érigée en commune indépendante3. On peut parler d’une véritable opération urbanistique. A l’instar des stations balnéaires, le thermalisme se développe en même temps que les casinos se diffusent : créer une station thermale consistait à créer un environnement propice composé à la fois de soins médicaux et de distractions.

Figure 3 : Affiche publicitaire de la Compagnie des chemins de fer du Nord pour le casino de Boulogne-sur-Mer, 1890

Figure 3 : Affiche publicitaire de la Compagnie des chemins de fer du Nord pour le casino de Boulogne-sur-Mer, 1890

« A 3 heures de Paris » avec 24 trains express par jour mais aussi de Londres et à 4 heures de Bruxelles, la distance-temps et l’accessibilité sont des arguments de promotion majeurs, ainsi que le pittoresque du marin-pêcheur.

Illustration de H. Minich, Affiches Brondert, Paris, 1890, BnF

20Les exemples pourraient ainsi être multipliés pour montrer qu’au fil du XIXe siècle, stations balnéaires, villes thermales et casinos se répandent dans la même dynamique économique, autorisés par les gouvernements du Premier Empire, de la Restauration, de la Monarchie de Juillet puis du Second Empire, toujours à destination de ce public particulier qui commence à consommer des loisirs.

21Le régime d’exceptionnalité se confirme au début du XXe siècle : en 1907, la loi du 15 juin plaçait les cercles et casinos des stations thermales et climatiques sous un régime spécial. Une autorisation temporaire était accordée à ces établissements par le ministre de l’Intérieur après enquête et sur avis conforme du conseil municipal ; des locaux spéciaux, « distincts et séparés », devaient être aménagés pour recevoir le public pendant « la saison des étrangers ». En outre, la loi stipulait que les communes où les jeux seraient autorisés toucheraient une subvention des divers tenanciers (Lloansi, 1994, p. 173). Le rôle des acteurs publics est désormais mis en place, et pérenne : l’État, via le ministère de l’Intérieur, et les élus locaux, via le Conseil municipal, accordent une autorisation aux « tenanciers » et profitent des retombées de leurs investissements.

22C’est après la Seconde Guerre mondiale qu’une autre génération de casinos voit le jour dans les nouvelles stations balnéaires nées à la suite d’initiatives locales, comme Saint-Jean-de-Monts en 1969, ou de la politique volontariste de développement touristique de la côte languedocienne : Argelès-sur-Mer en 1963, Gruissan en 1975, le Cap d’Agde en 1988… L’ensemble des littoraux est désormais largement équipé puisque près de 17 % des communes littorales accueillent aujourd’hui un casino. Avec la réorientation des flux touristiques vers les espaces maritimes au cours du XXe siècle et la massification de ce tourisme, le littoral français capte à présent 77 % de l’offre de casinos.

  • 4 Le récent casino Arévian de Lectoure (2019), est géré par la société du même nom, dont le directeur (...)

23Toutefois, en lien avec l’attraction résidentielle croissante des littoraux, ces établissements semblent avoir une activité moins saisonnière qu’auparavant et par conséquent moins corrélée aux flux touristiques tout comme les casinos de la première génération (Châtel-Guyon, Saint-Galmier, Néris-les-Bains), désormais en marge des grandes destinations touristiques contemporaines. Ces établissements fonctionnent essentiellement grâce à la présence d’une clientèle locale, souvent d’âge avancé, ou bien parce qu’ils se situent dans l’orbite de villes moyennes (Roanne, Montluçon…). Mais, en dépit d’une localisation a priori peu propice, des « casinos des champs » font l’objet d’ouvertures récentes, comme à Chaudes-Aigues (Cantal, 902 h.) en 2006, Casteljaloux (Lot-et-Garonne, environ 4 660 h.) en 2015, Cransac-les-Thermes (Aveyron, 1 537 h.) la même année, Lectoure4 (Gers, 3 710 h.) en 2019. Les casinos ruraux ne sont donc pas une espèce en voie de disparition : au contraire, certains affichent même des chiffres d’affaires dépassant les 2 millions d’euros annuels pour des communes comptant moins de 1 000 habitants : à Castéra-Verduzan (Gers), à Allègre-les-Fumades (Gard)…

Figure 4 : Le casino de la commune de Lectoure inauguré dans le Gers en 2019

Figure 4 : Le casino de la commune de Lectoure inauguré dans le Gers en 2019

Cliché Marie Redon, 2022

24Alors que la législation et l’implantation rattachaient historiquement le casino au tourisme, cette conception semble avoir fait long feu dans le cadre d’une société qui consacre de plus en plus de temps aux loisirs. Le temps des casinos s’est donc sécularisé en même temps que leur localisation a évolué. La création d’établissements dans les agglomérations de plus de 500 000 habitants témoigne d’une dynamique nouvelle qu’accompagne une législation assouplie.

Les casinos, nouvel attribut métropolitain

  • 5 En France, d’après le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, direction du Tourisme (...)

25Depuis la loi du 5 janvier 1988 (dit « amendement Chaban »), les casinos sont autorisés dans les villes ou stations classées touristiques5 « constituant la ville principale d’une agglomération de plus de 500 000 habitants ». Cet amendement, qui s’est accompagné d’une autorisation des machines à sous délivrée en 1987 par Charles Pasqua (alors ministre de l’Intérieur), est à replacer dans un contexte d’érosion de la fréquentation des établissements. Les mutations du secteur touristique dans la France des Trente Glorieuses avaient en effet fini par rendre désuet le modèle de casinos souvent hérités du XIXe siècle ou de la Belle Époque, provoquant la fermeture d’un certain nombre d’établissements. Ces deux autorisations ont provoqué un redémarrage spectaculaire des activités et des chiffres d’affaires, et suscité des projets et des réalisations notables dans les métropoles. Le nombre d’établissements a augmenté de 44 % entre 1985 et 2006, passant de 135 à 196, « et accru d’autant les recettes de l’État ! » comme l’indique le rapport du Sénat de 2002 (Trucy, 2002, p. 105). 

26L’amendement Chaban stipule que les villes autorisées à accueillir un casino doivent participer « pour plus de 40 %, le cas échéant avec d’autres collectivités territoriales, au fonctionnement d’un centre dramatique national, d’un orchestre national et d’un théâtre d’opéra présentant en saison une activité régulière d’au moins vingt représentations lyriques ». Cette conditionnalité culturelle à l’ouverture d’un casino montre bien à quel point les enjeux dépassent le seul domaine du jeu ; le sous-texte de la loi atteste la volonté d’éviter la substitution d’une offre de spectacle vivant privée à celle des établissements publics.

27Les villes de Lyon (1999), Bordeaux (2002), Toulouse (2007) et Lille (2010) sont désormais équipées d’établissements de jeux qui deviennent aussi des salles de spectacles fréquentées, comme c’est le cas à Toulouse, où plus de 150 spectacles par an sont proposés dans la salle de 1 200 places accolée au casino. La société Joa, parmi les principaux opérateurs français, a ainsi fait de ses casinos le point d’appui vers une offre de loisirs élargie sur laquelle repose d’ailleurs son marketing publicitaire. D’après la présentation du groupe6, les 33 établissements exploités en 2024 abritent également 34 restaurants, des discothèques, une quarantaine de bars, des bowlings et des cinémas. Le groupe lyonnais se prévaut d’avoir innové dans tous les segments de ses activités : il a misé sur la « bistronomie » pour moderniser son image et attirer une clientèle de gastronomes, installé des jeux de table électroniques et des machines à sous s’inspirant par exemple de la série à succès Game of Thrones. Ajoutons que le groupe a racheté en 2019 les 8 établissements d’Émeraude, alors cinquième opérateur français. Ce plan d’investissement considérable aurait permis de faire baisser la moyenne d’âge de sa clientèle de près de 20 ans (de 58 ans à 37 ans)7.

28Ces « casinos des villes » induisent en effet des investissements bien plus lourds que ceux des villages et petites villes, non seulement par la taille, le standing visé et les prix du foncier, mais aussi parce que les élus y sont davantage en position de force que dans les petites communes. L’opérateur candidat doit remplir un cahier des charges pour un casino de haut niveau mais aussi une offre de divertissement complémentaire. À Lyon, plus de 40 millions d’euros ont été dépensés pour l’hôtel du casino Pharaon ; le groupe Lucien Barrière a investi 55 millions d’euros pour la construction du casino à Toulouse (Trucy, 2006) et plus de 100 millions à Lille en 2010. Dans ces projets métropolitains, les investisseurs principaux sont les quatre groupes leaders se partageant le marché (fig. 5). Ils représentent plus de 75 % du produit brut des jeux généré en France, le reste relevant de groupes à dimension plus modeste et de casinotiers indépendants.

Figure 5 : Les opérateurs de casino en France en 2022 

Type d’exploitant

Nom des principaux opérateurs (rangés par ordre décroissant)

Part du PBJ total

Nombre d’établissements

Les plus importants

Barrière, Partouche, Tranchant, Joa

75,48 %

117

Groupes de dimension modeste

Viking, Cogit, Arevian, Française des casinos

15,12 %

33

Indépendants et régies municipales

9,39 %

52

Sources : Casino de France et ANJ

29La question de l’implantation relève autant de choix d’aménagement que d’une forme de géographie politique urbaine. Ainsi, à Lyon, le casino trouve-t-il sa place dans le cadre d’une vaste opération d’aménagement (la Cité internationale) comprenant un centre des congrès et un musée d’art contemporain, renforçant ainsi les attributs touristiques de la métropole. À Lille, le casino constitue l’un des éléments de programmation d’une vaste opération d’urbanisme (Euralille) dont l’objet est, là encore, de renforcer les attributs métropolitains de la cité, même si les contraintes fiscales imposées par la municipalité à l’opérateur grèvent la rentabilité de l’établissement (Redon, Lebeau, 2020). A Toulouse, le secteur d’implantation du casino avait été touché par l’explosion de l’usine AZF en 2001 et a donné lieu à une vaste opération de réaménagement du territoire où le groupe Barrière a été déterminant. Mais, si le casino trouve à l’occasion sa place dans les politiques de renouveau et d’attractivité métropolitaines, ce n’est pas le cas partout où les élus doivent arbitrer entre les effets de tels équipements sur les populations les plus fragiles, les effets de polarisation des flux touristiques et les retombées fiscales.

30Le cas de Marseille est à ce titre emblématique des atermoiements entourant l’ouverture d’un casino. L’équipe municipale du sénateur-maire Jean-Claude Gaudin (Les Républicains), qui avait longtemps refusé d’envisager l’ouverture de tables de jeux dans la ville, avait fini par basculer avec la perspective de 500 emplois créés et d’une rente annuelle estimée de 10 millions d’euros. Dans un secteur portuaire en mutation où débarquent chaque année plus de 1,5 million de croisiéristes, le choix d’implanter un casino près du MUCEM venait en outre renforcer la stratégie de mise en tourisme et de ludification de la ville mise en avant par la municipalité. Toutefois, depuis 2020, avec l’élection d’une nouvelle municipalité (DVG) moins favorable aux agendas de croissance, et le coup d’arrêt porté à l’activité par la pandémie, la question de l’implantation d’un casino à Marseille semble de nouveau en suspens.

31Le casino devient donc un attribut métropolitain de l’offre de loisirs et d’une fonction récréative ; ce regain d’intérêt que lui portent certaines métropoles va de pair avec les stratégies de villes évènementielles mises en œuvre depuis les années 1990 (Lille et Marseille : capitales européennes de la culture en 2004 et 2013) suite, entre autres, aux succès des théories de Charles Landry et Richard Florida sur les effets supposés de l’offre récréative sur la polarisation par les villes et la croissance.

Paris, capitale sans jeux ?

32Aux facteurs de localisation géo-historiques viennent s’ajouter des facteurs politiques et institutionnels. Le vide du grand bassin parisien s’explique certes par un nombre plus restreint de sources thermales, mais aussi et surtout par une réglementation étatique : Paris est en effet la seule capitale européenne sans casino avec Rome, la ville étant interdite aux casinos et à leurs machines à sous depuis une loi de 1920, et ce « dans un rayon de 100 km de Paris », sauf dérogation. C’est le cas du casino d’Enghien-les-Bains, propriété du groupe Lucien Barrière à la formidable rente de situation. C’est d’ailleurs le plus important du pays en termes de paris et de fréquentation et, d’après la « Mission de préfiguration de l’implantation de casinos à Paris » menée en 2015, la demande de jeu non satisfaite en Île-de-France atteindrait près de 465 millions d’euros par an, hors touristes étrangers.

33Une autre spécificité parisienne réside dans l’existence de cercles de jeu tels le Wagram, le Concorde ou L’Aviation Club de France, régulièrement fermés et réouverts comme le Club Montmartre en raison de malversations financières et de suspicions sur leurs liens avec le grand banditisme. Dans le projet de loi sur le statut de Paris, adopté à l’Assemblée nationale en décembre 2016, un article prévoit la dissolution de ces cercles de jeux, qui avaient un statut associatif, au profit de clubs de jeux, donc de sociétés de jeu qui devront payer l’impôt sur les sociétés.

34La fin des années 2010 semblait propice à une reconfiguration de cette activité dans la capitale, un texte publié au Journal officiel le 10 mai 2017 indiquant que de nouveaux clubs de jeux d’argent soumis à des règles plus strictes verraient le jour à partir du 1er janvier 2018. Les différents acteurs du secteur des jeux d’argent se positionnaient alors, comme les élus de l’agglomération du Val d’Europe : « Marne-la-Vallée rêve de se transformer en mini-Las Vegas » titrait dans Le Figaro en 20178. L’agglomération du Val d’Europe, en Seine-et-Marne, ambitionnait en effet d’ouvrir 5 casinos à l’horizon 2022, mais il faudrait pour cela modifier les mesures légales de localisation. La simple perspective de l’association entre le parc de loisirs Eurodisney et la pratique des jeux d’argent montre à quel point le statut de ces derniers a évolué, en même temps que leur structurelle imbrication avec les dynamiques touristiques. Pour l’heure, la pandémie qui a durement frappé le secteur des casinos semble avoir mis en suspens ces projets.

Les casinos ultramarins : une activité sous contrôle béké

35Hors de l’espace métropolitain, la spécificité des casinos ultramarins peut aussi être interrogée et met en exergue ce rapport si spécifique de la France à ses outre-mer. En 2023, on comptait 7 casinos dans les départements et régions d'outre-mer (DROM), plus un dont les travaux de construction sont en cours.

36Si, à la Réunion, la structure de l’activité repose sur des casinotiers indépendants, les casinos de Guadeloupe et de Martinique appartiennent au même groupe martiniquais, la Compagnie générale d’investissements touristiques (Cogit), qui exploite deux casinos en Guadeloupe, deux en Martinique mais aussi plus récemment cinq établissements sur la façade atlantique de la métropole (voir fig. 1). La construction de ces établissements ultramarins date des années 1970-1980, moment du développement touristique des outre-mer lié à la baisse des coûts du transport aérien. Dès 1965, une mission interministérielle avait été créée « afin de regrouper des équipements structurants (casino, ports de plaisance, practices de golf) et d’éviter ainsi l’isolement des grands hôtels » (Desse et al., 2018) dans les espaces ultramarins. En Guadeloupe, le casino de Saint-François, lancé par la Société guadeloupéenne des bains de mer (créée en 1976) et administré par le groupe Cogit, est ainsi localisé entre le golf 18 trous et la marina, faisant pleinement partie du complexe balnéaire, tout comme au Gosier (depuis 1980).

  • 9 Article « Le martiniquais Cogit achète trois casinos », de Bernard Broustet paru dans Les Echos le (...)
  • 10 Voir article « Fin du conflit au Casino Batelière-Plazza » du 26 novembre 2016 sur le site de la CG (...)
  • 11 Article de Matthieu Leman intitulé « Casino de Matoury : ouverture annoncée en 2017 » paru sur le s (...)

37Comme c’est souvent le cas aux Antilles, cette activité économique nécessitant d’importants capitaux est contrôlée par les familles békés. « Présidé par Henri Ernoult, le groupe Cogit compte parmi ses administrateurs des représentants d’autres familles d'investisseurs martiniquais comme les Assier de Pompignan et les Hayot » pouvait-on lire dans Les Echos en 20049. On retrouve donc, à travers l’activité casinotière, une caractéristique aussi structurante que conflictuelle du tissu socio-économique antillais, ce que dénonçaient les syndicalistes de la Confédération générale du travail de la Martinique en 2016 (« Si tous les jours c’est le jackpot pour les actionnaires békés bien connus de la place, en retour rien n’est accordé aux salariés par le groupe »10). Le groupe Cogit est aussi porteur du projet d’ouverture d’un établissement en Guyane mais, d’après le responsable de l’implantation cité dans la presse en 2016, la clientèle visée n’est pas celle des touristes, qui « ne viennent pas en Guyane pour jouer au casino […]. Les visiteurs attendus sont donc les locaux, qui pourront venir se détendre tous les jours de l’année. […] Le casino représente la plus importante activité économique développée sur Matoury et, outre la salle de jeux, il se décline en d’autres unités à vocation conviviale et familiale. »11 L’exemple guyanais met en évidence cette nouvelle dynamique de création de casinos de proximité, destinés à une clientèle qui n’est plus du tout celle de « la saison des étrangers » pour reprendre les termes de la loi de 1907. De plus, la concurrence évoquée entre les différentes municipalités montre que les retombées économiques d’une telle implantation attisent les convoitises.

38La répartition des casinos sur le territoire français résulte donc de logiques hétérogènes et il a donné naissance à des types de casinos très variés, entre ceux des stations balnéaires ou thermales prisées, ceux des petites communes rurales et ceux, récents, des métropoles. La tendance est à la hausse du nombre d’établissements, déjà présents dans la majorité des départements français (71 départements sur 101 sont équipés), mais aussi à la massification des investissements.

39Comment cet héritage évolue-t-il à l’heure de l’internationalisation croissante des acteurs de jeux dans le monde et de leur financiarisation ?

Des spécificités pour les casinos « à la française » ?

40L’histoire de la construction des territoires touristiques en France a pour corrolaire une certaine dispersion des casinos sur le territoire autant qu’une forte fragmentation des acteurs de la filière. En conséquence, l’activité y apparaît souvent plus artisanale que dans bien des pays où la présence de casinos sur des territoires limités en nombre a donné lieu à une industrialisation accrue des profits et parfois à l’émergence de véritables villes-casinos (Las Vegas, Macao). Toutefois, les signes d’une plus grande concentration des acteurs de la filière et surtout des rapprochements qu’ils opèrent à présent avec le monde du spectacle et de la finance atténuent en partie ces spécificités françaises.

41Face aux dynamiques d’intensification des profits, l’État continue néanmoins d’imposer aux opérateurs une réglementation parmi les plus contraignantes du monde, pour socialiser les rentes et garantir la diversité de l’offre culturelle.

Une activité encore artisanale mais de plus en plus concentrée

42L’organisation générale du secteur des jeux d’argent en France peut se schématiser comme indiqué sur la figure 6. Dans ce cadre global très régulé, et en pleine évolution avec le développement des jeux en ligne, les casinos français sont généralement de petite taille, sans comparaison avec les établissements des grands groupes américains (Sands, MGM, Wynn…), voire australiens (MelcoCrown). Les chiffres sont éloquents et les ordres de grandeur sans commune mesure : la construction du casino de Lille, ouvert en 2010 et qui représente à ce jour le plus gros investissement français, a nécessité 100 millions d’euros alors que le Wynn Las Vegas a couté 2,2 milliards de dollars et celui de Macao plus de 4 milliards (Grondeau, Lebeau, 2022).

Figure 6 : Organisation générale du secteur des jeux d’argent en France

Jeux de tirage et de grattage

Paris sportifs

Paris hippiques

Jeux de casinos

Réseau physique

Monopole Française des jeux

Monopole Française des jeux

Monopole PMU

Casinos

Jeux de tirage

(Loto, Keno…)

Jeux de grattage

(Morpion,

Astro…)

Loto foot

Cote et match

Pari mutuel

Jeux de cercles (poker)

Machines à sous, roulettes…

Réseau

internet

Nouveaux opérateurs en ligne, autorisation des paris en ligne à cote avec agrément

Nouveaux opérateurs en ligne, autorisation des paris en ligne mutuel avec agrément

Nouveaux opérateurs en ligne, autorisation avec agrément

Interdit

Source : adapté de ministère du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique dans le Rapport du Sénat sur le projet de loi relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne (n° 1549), 2009.

43Avec plus de 10 millions de visiteurs, le Venetian Macao accueille chaque année plus de touristes que le Maroc (9,1 millions de personnes en 2017), quand le casino d’Enghien, le plus fréquenté en France, totalise un peu moins de 800 000 entrées les meilleures années. Outre la différence de taille, c’est bien une différence de style qui singularise un grand nombre de casinos français, marqués par la prégnance de l’architecture Belle Époque et Art déco (près de 40 % des établissements), bien que ce style habille également un certain nombre d’établissements en Grande-Bretagne (Brighton), en Belgique (Bruges), aux Pays-Bas (La Haye) ou en Italie (San Remo).

44Sur le plan fonctionnel ensuite, la thématisation, innovation de la fin des années 1990 qui a fait du casino un parc à thème et le succès de Las Vegas et de Macao, est largement absente en France, de même que l’implantation de commerces. Sur le plan social et de la sémiologie urbaine, enfin, le casino français entretient à l’occasion une certaine filiation avec son histoire élitiste (Deauville, Monaco, Enghien…). Ce n’est qu’en 2006 que le paiement de droits d’accès aux salles de jeux de table a été interdit par la loi afin de favoriser la mixité.

45Alors que la loterie, les jeux de grattage ou les paris hippiques sont confiés à des sociétés en situation de monopole, le secteur des casinos se révèle plus concurrentiel. En conséquence l’assise financière des exploitants s’en trouve réduite, le plus important (le groupe Barrière) ne pesant pas bien lourd face au PMU ou à la FDJ, comme on peut le voir sur la figure 7.

Figure 7 : Les principaux secteurs et acteurs des jeux d’argent en France en 2023

Sociétés principales

Chiffre d’affaire en euros

Type de jeu

FDJ

6,5 milliards

Loto sportif, loterie nationale, jeux de grattage

PMU

1,7 milliards

Paris hippiques, paris sportif et poker en ligne

Casinos (dont)

2,488 milliards

(Machines à sous, jeux électroniques, jeux traditionnels, jeux de cercle)

Lucien Barrière

1,3 milliards

33 établissements

Partouche

423,8 millions

42 établissements

Joa

227 millions

34 établissements

Tranchant

-

16 établissements, location de matériel de jeu

Cogit

82,4 millions

8 établissements

Clubs de jeux (depuis 2018)

107 millions

7 établissements (Punto Banco, black-jack, craps, sic-bo, bingo)

Sources : ANJ, Rapport 2022, Casino de France, groupe Barrière, groupe Partouche

46Sur les 203 établissements que compte le pays, une trentaine relève de petites entreprises familiales ou de régies municipales. Cependant, compte tenu des difficultés parfois rencontrées, notamment en raison de la forte pression fiscale (moins de 10 % des enjeux retournent aux établissements), on assiste depuis les années 2000 à un mouvement de concentration qui réduit le nombre des opérateurs (fig. 5). En dépit du protectionnisme qui protége les établissements de la concurrence étrangère, on constate néanmoins des évolutions de plus en plus calquées sur les standards internationaux.

47Ainsi, on constate depuis les années 2000 une tendance à l’intégration verticale de la filière qui permet à l’économie du jeu de vendre un produit touristique complet associant l’hôtellerie, le jeu, les loisirs et le spectacle (salons, manifestations sportives, concerts…), même si toutes les tentatives d’intégration ne sont pas nécessairement couronnées de succès, comme en témoigne le rapprochement raté entre le groupe Barrière et le groupe hôtelier Accor entre 1999 et 2011. Le groupe Tranchant, 4ème opérateur français, s’est ainsi lancé dans une logique de diversification/intégration de ses activités. Historiquement présent sur le versant technique et sécuritaire des jeux d’argent (maintenance de machines à sous, sécurité informatique, contrôle d’accès biométrique), le groupe a diversifié ses activités dans l’hôtellerie et la restauration et s’est orienté ces dix dernières années vers l’offre de contenu en produisant des spectacles ainsi que de l’animation 3D.

48L’entrée de la holding Fimalac au capital du groupe Barrière (40 % des actions) illustre cette convergence entre opérateurs de casinos et sociétés de production et d’offre de spectacle. Fimalac détient une douzaine de sociétés de production, plus de 100 salles de spectacle en France dont la salle Pleyel, les zéniths de Dijon et Strasbourg et le Silo à Marseille. Le groupe détient également 49 % du groupe de restauration Moma. La holding est ainsi en mesure de produire et de diffuser une offre culturelle tout en maîtrisant une part croissante de l’offre touristique (hôtellerie, restauration, casinos, salles de spectacle). Avec ses piscines, ses bars et son dancing, le casino en plein air du groupe Partouche à La Ciotat, ouvert au printemps 2017, offre un autre exemple de diversification de l’activité sur le versant des loisirs.

49Ces évolutions ne sont pas sans rappeler celles de Las Vegas dans la seconde moitié des années 1990, moment où, de ville du jeu, elle s’est transformée en ville festive. Les casinos les plus importants sont donc directement concernés par ce mouvement d’intégration de l’ensemble des secteurs de la branche du tourisme et des loisirs.

50Ces logiques d’intégration et de diversification connaissent un nouveau tournant dans un contexte où la pandémie de Covid-19 a durement affecté la rentabilité des établissements (baisse de 24 %). Alors que les jeux de table, gourmands en personnel et n’assurant qu’un peu plus de 10 % de la rentabilité des établissements, sont aujourd’hui menacés, les principaux opérateurs poursuivent leur stratégie de diversification en s’orientant vers les très lucratifs paris en ligne. Le groupe Barrière a ainsi lancé une offre BarrièreBet permettant de parier sur une vingtaine de sports à travers le monde (foot, tennis, rugby, formule1, boxe, mais aussi baseball, foot américain, MMA, snooker ou waterpolo…). Avec son interface Partouchesport, le groupe concurrent propose à présent une offre très similaire.

51L’ouverture des opérateurs de casinos sur le lucratif secteur des paris en ligne (presque 8 milliards d’euros de mises en 2022) risque de creuser un peu plus l’écart entre les établissements appartenant aux grands groupes et les plus petits, dont les capacités à s’adapter à ces évolutions paraissent limitées en raison des investissements qu’elles réclament. Mais avec la dématérialisation progressive des opérateurs de casinos, c’est aussi tout le système de régulation publique des jeux d’argent qui est mis en cause.

Une activité régulée et fortement fiscalisée mais qui conserve sa part d’ombre

« On peut affirmer aujourd'hui que le Casino est sans doute la profession la plus contrôlée de France et que la constitution de groupes de casinos, chaque jour plus importants, leur entrée en Bourse, apporteront incontestablement un surplus de rigueur dans les gestions, et donc de garanties d'honorabilité et de sérieux. » (Trucy, 2002, p. 105).

52En France, l’activité se déploie en effet dans le cadre d’une forte régulation publique qui intervient à plusieurs niveaux. Tout d’abord, l’État exerce un contrôle très direct sur la répartition géographique des établissements en autorisant l’implantation de casinos uniquement dans certains types de communes. Ensuite, il entend lutter contre le blanchiment d’argent — bien qu’il n’y parvienne pas totalement — en sélectionnant les entreprises autorisées à exercer l’activité. Enfin, l’État socialise une grande partie des recettes issues des casinos par une pression fiscale accrue.

53Des forts taux d’imposition… mais une activité rentable

54En France, les casinos sont redevables de six impôts et prélevements divers, perçus à la fois par le ministère des Finances, le ministère des Affaires sociales (CSG, CRDS) et les communes et intercommunalités qui récupèrent en moyenne 15 % du produit brut des jeux (PBJ) des établissements. Au total, la fiscalité française représente 54 % du produit brut des jeux, État et collectivités territoriales recevant en moyenne un peu plus de 1,2 milliard d’euros par an de la part des casinos.

55Contrairement aux États-Unis, où l’activité se développe dans une stricte logique de privatisation des profits et de socialisation des coûts (taux d’imposition de 6 % pour les établissements de Las Vegas), l’État français reste garant d’un partage socialement plus équitable des bénéfices, au grand dam des casinotiers dont le principal syndicat dénonce régulièrement ce fardeau fiscal. Conscient néanmoins des difficultés économiques du secteur, en 2010, le ministère de l’Economie a accordé un assouplissement de certaines réglementations, comme sur les horaires d’ouverture ou l’augmentation du nombre de machines à sous, et l’autorisation de nouveaux jeux (roulette anglaise, bataille, Sic Bo) afin de garantir la rentabilité des établissements.

56Malgré cette fiscalité, les casinos rapportent : le groupe Partouche a enregistré un bénéfice de plus de 23 millions d’euros en 2022-2023 et le casino d’Enghien du groupe Barrière a affiché un bénéfice de plus de 160 millions d’euros en 2019, avant la crise sanitaire. Malgré cette crise, le chiffre d’affaires moyen d’un casino en France se situe à un peu plus de 9 millions d’euros, ce qui n‘est pas sans incidence sur la vie des collectivités d’implantation.

Le casino comme outil de développement local

57Depuis ses origines, le casino, partie intégrante d’un réseau de transport et d’un maillage touristique, est un élément qui structure l’espace. Souvent implanté dans de petites communes, sa présence reste encore déterminante pour les territoires d’accueil, dépendants des animations qu’il propose et surtout des recettes fiscales générées. Ces communes en tirent des bénéfices considérables (50 % du budget de fonctionnement à Enghien-les-Bains) et les conséquences en sont directement perceptibles, notamment par la qualité des espaces publics. Les quelques emplois proposés (la moitié des établissements comptent entre 20 et 50 salariés, dont 92 % à temps plein selon France casinos) sont souvent précieux pour les petites communes où il n’est pas rare que le casino soit la première entreprise.

58En 2015, les casinos français employaient 14 500 personnes, dont 60 % directement affectées aux activités de jeu (d’où l’enjeu financier de limiter à présent les jeux de table) et 40 % aux activités annexes : restauration, hôtellerie, animation-spectacle, accueil, sécurité, administration. Certes, ces emplois ne pèsent pas lourd face aux 1 270 000 emplois du secteur touristique, mais ce sont bien les casinos qui emploient la majeure partie des salariés du secteur des jeux, devant la FDJ (1160 employés en France hors points de vente) et le PMU (« 1 200 collaborateurs sont répartis sur 23 sites en France métropolitaine et outre-mer » d’après le site de l’entreprise).

59A priori, plus la commune est modeste, plus l’établissement de jeu y revêt un poids économique fort. Que l’on pense, par exemple, au casino de Lacaune (Tarn, 2 520 h.) ou à celui de la commune gersoise de Castéra-Verduzan, station thermale de 973 habitants, pour imaginer l’importance du produit brut des jeux dans le budget communal. L’apport du casino de Deauville (Calvados) représenterait 30 % du budget de la commune, celui de Barbazan (Haute-Garonne) près de 80 %, indique le syndicat professionnel des Casinos de France. En cas de réduction de l’activité du casino, parfois la première activité économique, voire la seule de la commune, les finances locales sont directement touchées. Des réductions de personnel ou des animations qui cessent peuvent entraîner de sensibles pertes de population.

60Mais le concours des casinos au développement d’animations et de spectacles ne se cantonne pas aux petites communes. Les gros établissements financent des évènements majeurs de la vie culturelle locale : Festival de Cannes, Festival du film américain de Deauville, Francofolies de La Rochelle, Festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence, Escales musicales classiques d’Evian, festivals de jazz de Juan-les-Pins et d’Enghien-les-Bains… Dans les espaces ruraux et les petites villes, ces établissements sont ouverts à un large public tout au long de l’année, généralement sept jours sur sept, à des horaires où les autres loisirs sont souvent fermés. C’est parfois le seul lieu de sortie ouvert le soir comme à Saint-Paul-lès-Dax, où bowling et escape game sont proposés dans le complexe casinotier12.

61On mesure, enfin, ce que représentent les recettes issues des casinos dans les budgets municipaux. En 2015, les communes accueillant un établissement de jeu ont perçu 742 millions d’euros, soit en moyenne 3,7 millions d’euros par commune. Sachant que la taille moyenne d’une commune accueillant un casino est d’un peu plus de 16 000 habitants et que le budget moyen d’une commune de cette strate est de 15 millions d’euros (DGCL) par an, on se rend mieux compte des ordres de grandeur (1 pour 4) et de l’effet structurant de ces établissements pour les finances locales. On comprend mieux pourquoi la possibilité d’ouvrir un casino devient un élément crucial pour certaines communes. Un savant lobbying mené par deux députés (l’une du Maine et Loire et l’autre de Corrèze) a permis le vote d’une loi accordant aux communes disposant d’un patrimoine équestre (présence d’un haras national, du siège d’une société de course hippique et le site historique du Cadre noir) d’implanter un casino. Une quinzaine de communes (Saumur, Uzès, Aurillac, Lamballe, Hénnebont…) pourront désormais accueillir un établissement de jeu afin de « réduire les inégalités territoriales pour les ouvertures de casinos » comme le stipule la loi éponyme votée le 15 décembre 2023.

62En raison des nombreuses retombées fiscales qu’ils génèrent pour les communes d’implantation, l’Etat est de plus en plus tenté de mettre en place des dispositifs de péréquation fiscale. L’intercommunalité semble aujourd’hui le moyen le plus commode pour favoriser un partage plus équitable de la richesse, même si le transfert de la compétence et de la fiscalité correspondante reste au choix des communes membres, contrairement à la proposition jamais adoptée (en 2012) de l’ancien député du Finistère Jean-Jacques Urvoas d’un transfert obligatoire de compétence.

63Les tentatives de péréquation fiscale sont pourtant nombreuses, comme le suggère un rapport récent (2017) de la commission des finances de l’Assemblée nationale, suggérant que les dotations spéciales accordées aux communes « ayant un hippodrome » soient partagées entre les communes sur les territoires desquelles lesdits champs de courses sont établis. Idem pour les communes ayant un casino et faisant partie d’une intercommunalité ayant pris la compétence économique avec l’idée d’une équité spatiale des retombées de la présence d’un tel établissement. Pour l’heure, seule la métropole du Grand Lyon applique en quelque sorte cette disposition en raison de son statut particulier.

  • 13 Cité dans l’article « Taxe casinos : bientôt dans la poche des intercommunalités ? », le 21 septemb (...)

64En 2012, le président de Casino de France trouvait l’idée pertinente, « dans la mesure où elle pourrait aider à lutter contre les ouvertures de nouveaux casinos qui viennent cannibaliser les établissements existants »13. Cela rejoint la question très française des découpages administratifs du territoire et de leurs différentes légitimités : quelle est la « bonne échelle » de gestion de l’activité casinotière ?

Conclusion : la concurrence du virtuel, la fin de la résistance ?

65Nous l’avons vu, les effets de la loi de 1907 ont eu pour conséquence une très large implantation des casinos le long du littoral, dans les stations touristiques ou villes d’eau. D’abord implantés dans les anciennes stations touristiques du XIXe et début du XXe siècles (Deauville, Dinard, Le Touquet, Biarritz…), les casinos se multiplient avec la politique sociale des vacances (Leucate, St-Jean de Mont…) jusqu’à mailler l’ensemble du littoral métropolitain et, depuis le début du XXIe siècle, entrent dans les métropoles. Pourtant, si des projets de création de casinos sont encore à l’étude à des stades plus ou moins avancés, comme au Crotoy ou à Fécamp, la géographie des casinos paraît à bien des égards être une géographie de l’héritage. Parmi les grandes destinations touristiques contemporaines, peu bénéficient en effet d’un casino (Disneyland Paris, Puy du Fou, Parc Asterix, Futuroscope, Center parc, zoo de Beauval…), témoignant d’une articulation sans doute un peu plus lâche avec les dynamiques touristiques actuelles.

66Si les lieux de jeu en dur qu’incarnent les casinos ont fait preuve jusqu’à présent d’une certaine résistance, les évolutions structurelles vers la dématérialisation des jeux et l’essor des paris sportifs, le choc pandémique des dernières années et le vieillissement de la clientèle, dénotent un modèle fragile. Du côté du principal syndicat des casinos, le constat est sans appel : « La réglementation des jeux dans les casinos reste néanmoins très complexe et son adaptation aux réalités commerciales du moment (nouveaux jeux) est trop lente » (Casinos de France, 2015, p. 9).

  • 14 Cité dans La Nouvelle République, « Les casinos veulent créer des sites de jeux en ligne », le 14 j (...)

67L’année 2010 a en effet marqué une rupture majeure avec la libéralisation des jeux d’argent en ligne, et les courbes montrent des rythmes de croissance sans commune mesure entre les revenus des lieux de jeu « en dur ». D’autant plus après la crise sanitaire, le principal syndicat des casinos en appelle à un projet qui adosserait une éventuelle régulation des casinos en ligne au réseau de casinos terrestres pour proposer une offre de « jeux à distance », qui serait « une extension électronique de l’offre de chaque casino » afin de « se moderniser et de reconquérir une clientèle qui, pendant les confinements où les casinos étaient fermés, s’est tournée vers une offre illégale » (Philippe Bon, délégué général de Casino de France14). La proposition est que chaque établissement ouvre, en virtuel, un nombre de tables de jeu et de machines à sous égal à celui qu’il offre en physique. En attendant la décision du legislateur, le groupe Partouche a déjà ouvert un casino en ligne…. en Suisse.

Haut de page

Bibliographie

BELMAS E., 2006, Jouer autrefois. Essai sur le jeu dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Seyssel, Éditions Champ Vallon, 439 p.

BOUNEAU Ch., 1990, Chemins de fer et développement régional en France de 1852 à 1937 : la contribution de la compagnie du Midi, Histoire, économie et société, 9e année, n° 1, Les transports, p. 95-112.

COTTA A., 1980, La société ludique : la vie envahie par le jeu, Paris, Grasset, 286 p.

CASINOS DE FRANCE, 2015., Dossier de presse, n. p., 22 p.

CULLIER de LABADIE G., REDON M., Enjeux d’hier dans les découpages territoriaux d’aujourd’hui : les Grimaldi de Monaco et le Carladez (Aveyron-Cantal), EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 03 novembre 2014, DOI : https://doi.org/10.4000/echogeo.13980

DARRACQ J.-B., 2008, L’État et le jeu. Étude de droit français, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, n.p.

DEGERMANN V., ALEZRA J.-P., 2011, Le droit pénal du jeu, Pouvoirs, n° 139, p. 103-118.

DESSE M., RODNE JEANTY J., GHERARDI M. et CHARRIER S., 2018, Le tourisme dans la Caraïbe, un moteur du développement territorial, IdeAs [En ligne], 12 | Automne / Hiver 2018, mis en ligne le 21 novembre 2018. DOI : https://doi.org/10.4000/ideas.4239

EADINGTON W. R., 1994, Le développement des casinos dans le monde, Cahiers Espace n° 38, Casino et tourisme, p. 68-76.

GAUTIER P.-Y., 2011, Passions et raison du droit en matière de jeux d'argent, Pouvoirs, n° 139, p. 91-101.

GEORGE S., 2011, Le droit public des jeux émergence et mutations d'une forme originale de maîtrise étatique, Pouvoirs, n° 139, p. 77-89.

GRONDEAU A., LEBEAU B., 2017, Las Vegas de la capitale du jeu au paradis fiscal, Urbanisme, n° 404, p. 13-16.

GRONDEAU A., LEBEAU B., 2022, Las Vegas, Macao : villes miroir ou diversité des capitalismes urbains ? Annales de Géographie, 2/2022, n° 744, p. 61-89.

HAROUEL J.-L., 2011, De François Ier au pari en ligne, histoire du jeu en France, Pouvoirs, n° 139, p. 5-14.

INSERM, 2008, Jeux de hasard et d’argent : Contextes et addictions, Rapport public, Inserm, 497 p.

KINGMA S. 2008, Dutch casino space or the spatial organization of entertainment, Culture and organization, Vol 14, p. 31-48.

KRISTIANSEN S., ROLF LYNEBORG L. 2022, The geography of gambling: a socio-spatial analysis og gambling machine and area-level socio-economic status, Journal of gambling issues, p. -67.

LLOANSI B., 1994, Regard sur l'histoire des rapports du jeu et de l'Etat, Les cahiers espaces, Casinos et tourisme, n° 38.

MARTIGNONI-HUTIN J.-P., 1993, Faites vos jeux : essai sociologique sur le joueur et l'attitude ludique, Paris, L'Harmattan, Logiques sociales, 283 p.

MARTIGNONI-HUTIN J.-P., BUCHER C., VALLEUR M., FREUDLICH F., 2001, Pour la création d’un observatoire national des pratiques ludiques, Cahier Espaces, n° 70, p. 33-37.

MARTIGNONI-HUTIN J.-P., 2003, Bandits manchots et machines à sous. Le bruit et les couleurs de l'argent, Socio-Anthropologie, n° 13.

MARTIGNONI-HUTIN J.-P., 2011, Une sociologie du gambling contemporain, Pouvoirs, n° 139, p. 51-64.

McMILLEN J. (ed.), 1996, Gambling Cultures. Studies in History and Interpretation, London, New York, Routledge, 321 p.

NEDELEC P., 2017, Las Vegas dans l’ombre des casinos, Rennes, PUR, 272 p.

NEURISSE A., 1977 (1ère édition 1962), Les jeux de casino, Paris, PUF, 128 p.

PERALDI M., 2015, Sociologie de Marseille, Paris, La Découverte, 128 p.

PRADIER P.-C., 2015, Economie politique des jeux d’argent, n.p., 41 p. 

RAENTO P., 2000, A geography of gambling: Casinos in the United States, Terra, p. 3-19.

REDON M., LEBEAU B., 2020, Géopolitique des jeux d’argent, Paris, Editions du Cavalier Bleu, 192 p.

REITH G., 1999, The Age of Chance. Gambling in Western Culture, London, New York, Routledge, 228 p.

SALLAZ J., 2006, The making of the global gambling industry: An application and extension of Field theory, Theory and Society, n° 35(3), p. 265-297.

SHARP J. I., 2004, The Political Geography of Gambling in the Midwest, Middle States Geographer, n° 37, p. 62-71.

SUISSA A., 2005, Le jeu compulsif : vérités et mensonges, Montréal, Fidès, 314 p.

TRUCY F., 2002, Les jeux de hasard et d'argent en France : l'État croupier, le Parlement croupion ? Rapport d’information au Sénat n° 223, 337 p. En ligne : https://www.senat.fr/rap/r01-223/r01-223.html

TRUCY F., 2006, L’évolution des jeux de hasard et d’argent en France, Rapport d’information au Sénat n° 58, 362 p. En ligne : https://www.senat.fr/rap/r06-058/r06-058.html

WYKES A., 1966, Le jeu, Paris, Taillandier, 351 p.

ZELIZER V., 2005 (1994), La signification sociale de l’argent, Paris, Seuil, 348 p.

Haut de page

Notes

1 Le produit brut des jeux (PBJ) se définit comme la différence entre le montant des mises initiales et le montant des gains reversés aux joueurs.

2 L’ensemble de ces publications est accessible sur le site de « Revue-espace.com : Centre de ressources documentaires [tourisme, culture, sport et loisirs] », à l’adresse suivante : https://www.tourisme-espaces.com/doc/tourisme-loisirs-culture.html

3 Eugène Péreire précise ainsi son projet en écrivant le 8 mai 1857 au ministre des Finances : « Nous demandons que, dans la forêt domaniale d’Arcachon, le gouvernement nous concède 400 ha de terrain... Nous prendrons, en effet, l’engagement de consacrer la moitié de ce terrain à l’établissement d’un casino, de promenades pour les piétons et les cavaliers, de pavillon […]. L’exécution de ce projet contribuerait puissamment à la prospérité d'Arcachon et aurait des conséquences heureuses pour l’avenir des Landes. » (cité dans Bouneau, 1990, p. 105).

4 Le récent casino Arévian de Lectoure (2019), est géré par la société du même nom, dont le directeur déclarait en janvier 2022 dans La Dépêche du Midi : « Nous avons une zone de chalandise très importante (Agen, Toulouse), d’où l’idée d’attirer la clientèle hors période estivale […]. Le succès de Lectoure va profiter à tout le monde. » (cité dans « Le casino de Lectoure à la 2e place des casinos gersois » paru le 8 janvier 2022)

5 En France, d’après le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, direction du Tourisme (2009), il y a 525 stations classées en catégories « uval », « climatique », « hydrominéral », « de tourisme », « balnéaire », « de sports d’hiver et d’alpinisme » pour encourager un développement touristique de qualité et reconnaître leur caractère moteur. La station classée de tourisme peut obtenir les avantages suivants : le surclassement démographique ; la majoration de l’indemnité des maires et adjoints ; la perception directe de la taxe sur les droits de mutation lorsque la population communale est inférieure ou égale à 5000 habitants ; la possibilité d’implantation d’un casino dans certains cas.

6 http://www.joa-casino.com/#Casinos--Loisirs

7 Voir article « Joa signe une acquisition record » dans le Journal des entreprises, 8 juillet 2019 - https://www.lejournaldesentreprises.com/article/joa-signe-une-acquisition-record-247174

8 Article paru le 4 avril 2017 et consultable sur : http://www.lefigaro.fr/societes/2017/04/14/20005-20170414ARTFIG00013-marne-la-vallee-reve-de-se-transformer-en-mini-las-vegas.php

9 Article « Le martiniquais Cogit achète trois casinos », de Bernard Broustet paru dans Les Echos le 15 mars 2004 et consultable sur : https://www.lesechos.fr/15/03/2004/LesEchos/19115-074-ECH_le-martiniquais-cogit-achete-trois-casinos.htm

10 Voir article « Fin du conflit au Casino Batelière-Plazza » du 26 novembre 2016 sur le site de la CGTM, consultable sur : http://www.cgt-martinique.fr/syndicat-cgt-martinique-cgtm-Commerce.asp#

11 Article de Matthieu Leman intitulé « Casino de Matoury : ouverture annoncée en 2017 » paru sur le site du quotidien France Guyane le 25 février 2016 et consultable sur : http://www.franceguyane.mobi/actualite/economie-consommation/casino-de-matoury-ouverture-annoncee-en-2017-281847.php

12 https://www.joa.fr/casinos/st-paul-les-dax

13 Cité dans l’article « Taxe casinos : bientôt dans la poche des intercommunalités ? », le 21 septembre 2012, Ouest-france.fr, Mickaël Demeaux.

14 Cité dans La Nouvelle République, « Les casinos veulent créer des sites de jeux en ligne », le 14 janvier 2022.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les Casinos en France
Légende La carte révèle l’importance des facteurs géo-historiques. On visualise très clairement l’importance qu’a pu jouer et joue encore le thermalisme dans l’implantation des établissements.
Crédits Réalisation Laura Margueritte, revue Carto n° 66, août 2021
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/23412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 2 : Affiche de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans et du Midi pour promouvoir Arcachon, ses bains de mer et son casino, 1896.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/23412/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Figure 3 : Affiche publicitaire de la Compagnie des chemins de fer du Nord pour le casino de Boulogne-sur-Mer, 1890
Légende « A 3 heures de Paris » avec 24 trains express par jour mais aussi de Londres et à 4 heures de Bruxelles, la distance-temps et l’accessibilité sont des arguments de promotion majeurs, ainsi que le pittoresque du marin-pêcheur.
Crédits Illustration de H. Minich, Affiches Brondert, Paris, 1890, BnF
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/23412/img-3.png
Fichier image/png, 481k
Titre Figure 4 : Le casino de la commune de Lectoure inauguré dans le Gers en 2019
Crédits Cliché Marie Redon, 2022
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/23412/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Lebeau et Marie Redon, « La France des casinos : la résistance de l’État croupier ? »Géocarrefour [En ligne], 98/1 | 2024, mis en ligne le 11 juin 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/23412 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11sxm

Haut de page

Auteurs

Boris Lebeau

MCF HDR en géographie – Université Sorbonne Paris Nord – Laboratoire Pléiade boris.lebeau@univ-paris13.fr

Marie Redon

MCF HDR en géographie – Université Sorbonne Paris Nord – Laboratoire Pléiade marie.redon@univ-paris13.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search