Navegação – Mapa do site

InícioNuméros35Dossiê «Territórios Urbanos e Est...L’ennemisation dans le néolibéral...

Dossiê «Territórios Urbanos e Estratégias do Neoliberalismo»

L’ennemisation dans le néolibéralisme et l’opposition schmittienne ami/ennemi

Enemies in Neoliberalism and the Schmittian friend/foe opposition
Enemigos en el neoliberalismo y la oposición schmittiana amigo/enemigo
A inimização no neoliberalismo e a oposição schmittiana amigo/inimigo
Pierre Dardot
Tradução(ões):
A inimização no neoliberalismo e a oposição schmittiana amigo/inimigo [pt]

Resumos

Transcrição da exposição do autor na Jornada de Estudos do GENA, em 30 de maio de 2022 no Conservatório Nacional de Artes e Ofícios (CNAM), Paris.

Topo da página

Notas da redacção

Artigo recebido em: 03/10/2022
Artigo aprovado em: 31/10/2022
Artigo publicado em: 01/12/2022

Texto integral

I/ la distinction spécifique du politique chez Schmitt

1On fait la guerre à un en­nemi. Nous avons intitulé no­tre dernier livre Le choix de la guerre civile. Mais ce choix n’équivaut-il pas au choix de l’ennemi? Le choix de la guer­re civile par les néolibéraux s’identifierait alors au choix d’un ou de plusieurs ennemis, de sorte que l’ennemi ne serait pas identifié antérieurement au choix de la guerre civile, mais identifié dans et par ce choix. Qu’en est-il à cet égard de la distinction ami/ennemi que Schmitt présente dès 1932 dans Le concept du politique comme la distinction spécifique du po­litique? Nous reconstruirons systématiquement la thèse de Schmitt en articulant les unes sur les autres plusieurs propo­sitions.

21/ Le politique ne se con­fond pas avec l’étatique. L’équation politique = étatique est pourtant très répandue et a presque valeur d’axiome. Mais cette assimilation n’évite pas le plus souvent un cercle vicieux: le politique se définit par l’éta­tique et l’étatique par le politi­que. La question est de savoir s’il existe pour le politique un «critère simple» analogue à la distinction du bien et du mal pour l’ordre moral, ou à celle du beau et du laid pour l’ordre esthétique, ou à celle de l’uti­le et de l’inutile, ou encore du rentable et du non rentab­le pour l’ordre économique. Schmitt répond que ce critère simple est pour le politique la discrimination de l’ami et de l’ennemi. C’est cette discrimi­nation qui garantit l’autonomie du politique en ce qu’elle ne peut se fonder sur les autres oppositions, ni s’y réduire. Il suffit qu’une association ou un groupement se réserve le droit d’opérer cette discrimi­nation pour qu’elle devienne une unité politique, même si elle n’est pas un Etat, qu’elle conduise une lutte contre l’Etat existant ou qu’elle en dispute la direction. L’essentiel est de comprendre qu’elle ne procè­de aucunement d’une norme préexistante.

32/ Le politique est autonome non en ce sens où il correspon­drait à un domaine d’activité propre à côté d’autres domai­nes, mais seulement le degré d’intensité d’une association (dans le cas de l’ami) ou d’une dissociation (dans le cas de l’ennemi) d’êtres humains, et ce quel qu’en soit le motif. La thèse de Schmitt s’énoncera en ces termes: «le point où un phénomène devient politique est déterminé par l’intensité de la distanciation qui commande les associations et les dissocia­tions décisives» (NP, p. 103). Le problème d’une délimita­tion entre plusieurs domaines (la politique par rapport au juridique, ou à l’économie, ou à la morale, ou à l’esthétique) est donc en réalité un faux pro­blème. L’autonomie du poli­tique est bien réelle, mais elle n’est pas celle d’un domaine. On comprend pourquoi Sch­mitt considère que la politique demeure toujours un destin, contrairement au mot de Wal­ter Rathenau selon lequel c’est l’économie qui aurait pris à présent la place du politique en devenant à son tour un des­tin. Que l’on parle aujourd’hui de «puissance économique» témoigne déjà à soi seul que l’économie accède au degré d’intensité dans l’antagonisme qui est le critère propre du politique.

43/ L’ennemi politique ou ennemi public

5Schmitt distingue l’ennemi de l’adversaire que l’on affron­te dans un débat ou du concur­rent dans les affaires. Surtout, il n’est pas le rival personnel, privé, que l’on hait et pour lequel on ressent de l’antipa­thie. L’ennemi au sens poli­tique du terme ne saurait être qu’un ennemi public: hostis et non inimicus, polemios et non echthros. La relation à l’en­nemi pris en ce sens n’impli­que aucune haine personnelle. Comme le dit Hegel cité par Schmitt, «la haine est elle-mê­me indifférenciée, sans aucun élément personnel». Mais la vertu de cette polarisation en­nemi/ami pris au sens public est qu’elle contraint à répartir les hommes en catégories, un peu comme le dogme du pé­ché du monde et de l’homme pécheur en théologie. Schmitt distingue en outre deux types d’ennemi: d’une part, l’ennemi qui relève de l’hostilité réglée (iustus hostis) – d’autre part, celui avec qui une telle hostili­té réglée est exclue parce qu’il n’est qu’un brigand, un rebel­le, un pirate, un voyou (hostis iniustus), c’est-à-dire en fin de compte un criminel.

64/ La guerre externe et la guerre civile

7La discrimination ennemi/ ami se fait toujours dans un contexte de mise à l’épreuve existentielle. Il y a deux sor­tes de guerres: la guerre entre unités politiques organisées et la guerre au sein d’une unité politique dont l’existence est par là même remise en ques­tion. Mais dans les deux cas, la guerre consiste en une lutte ar­mée. Il est donc par avance ex­clu que la guerre civile puisse se mener autrement que par des moyens militaires. Tout com­me le mot d’«ennemi», le mot de «lutte» doit être compris en un sens original et existentiel. «La guerre n’est que l’actu­alisation ultime de l’hostili­té». Loin d’être première, elle procède de l’hostilité, celle-ci étant la négation existentielle d’un autre être (qu’il s’agis­se d’un autre Etat ou d’un au­tre groupement à l’intérieur de l’Etat). Cela vaut aussi bien de la «guerre-état» (sta­tus) que de la «guerre-action» considérée dans ses batailles et ses opérations militaires effectives. Confronté à une situation critique un Etat peut être amené à désigner de son propre chef l’ennemi du dedans, c’est-à-dire l’ennemi public. Cette désignation est alors le signal de la guerre civile, c’est-à-dire de la désintégration de l’Etat en tant qu’unité politique organisée, pacifiée à l’intérieur et impénétrable à l’étranger. Mais qu’il s’agisse de la guer­re interétatique ou de la guer­re civile, la décision politique, celle qui désigne l’ennemi, est un «fait donné préalable». C’est justement la facticité de la décision comme acte de la volonté indérivable d’une quelconque norme qui exclut tout normativisme.

8Résumons la proposition fondamentale de Schmitt : c’est le choix de l’ennemi qui constitue le politique comme tel. En conséquence, le concept de politique est premier relati­vement à celui d’Etat et le con­cept d’ennemi est premier rela­tivement à celui de guerre. Si la guerre comme action implique déjà «la présence immédiate et visible d’un ennemi», la guerre comme état (status) implique l’existence d’un ennemi sub­sistant au-delà de la cessation des hostilités immédiates et violentes («la guerre persiste, le combat cesse»: Bellum ma­net, pugna cessat), c’est-à-dire au-delà de la guerre comme ac­tion.

II/ Huntington et Schmitt: la guerre des civilisations et l’ennemi donné avant tout choix

9On peut rapprocher la théo­rie de Huntington (Le Choc des civilisations, 1996) de celle de Carl Schmitt mais dans certai­nes limites. Deux traits militent en faveur d’un tel rapproche­ment : la très grande méfiance à l’égard des institutions inter­nationales et le refus de donner à l’idée d’humanité la moindre signification politique.

10Mais on doit se montrer très circonspect s’agissant de la distinction spécifique du poli­tique, à savoir, comme on vient de le voir, la distinction entre l’ami et l’ennemi. Une telle discrimination a avant tout va­leur de critère, elle n’équivaut nullement à une «définition exhaustive ou compréhensive». L’essentiel réside en effet dans l’irréductibilité de ce critère à tel ou tel autre critère, d’ordre moral, économique ou esthé­tique. L’ami comme l’ennemi renvoient à un type de rela­tions: dans le cas de l’ami, à un degré extrême d’union ou d’as­sociation, dans le cas de l’en­nemi, à un degré très intense de désunion ou de dissociation. Mais des motifs simplement religieux, moraux, juridiques ou économiques ne peuvent aboutir à une définition de la relation ami/ennemi, tant que la volonté politique fait défaut.

11Comme le remarque Etienne Balibar (L’Europe, l’Amérique, La guerre, 2003, p. 144-147), la réflexion de Schmitt a ainsi le mérite de faire apparaître le caractère absurde d’un ennemi civilisationnel: pour Schmitt la désignation de l’ami et de l’ennemi ne peut en aucun cas reposer leur ontologisation, en ce qu’elle dépend des circons­tances et appelle un choix et une décision. Pour Huntington à l’inverse, elle est toujours dé­cidée à l’avance. Finalement, il n’y a pas à choisir, à juger selon telle u telle coordonnée politique, dès lors que c’est l’appartenance civilisationnel­le qui constitue le seul critère.

12L’objectif politique fonda­mental de Huntington, remar­que Balibar, est de différencier les deux ennemis potentiels des Etats-Unis d’Amérique du Nord et de la civilisation occi­dentale dont l’armature politi­que est l’OTAN: d’un côté, la Chine, de l’autre, le monde ara­bo-islamique. Si donc l’identi­té religieuse est fondamentale pour Huntington, c’est qu’elle constitue le critère métapoli­tique par excellence, celui qui est seul capable de séparer ra­dicalement les amis et les en­nemis et de différencier entre plusieurs modalités de l’hosti­lité: le iustus hostis, celui qui entre dans un rapport d’hostili­té réglée, et l’hostis iniustus ou bandit, rebelle, pirate, voyou, celui qui remet en question le droit de la paix et de la guerre. De là découlent deux types de guerres: les guerres centrales d’Etats (core state wars), et les guerres de fracture (fault line wars). Selon Huntington, après la guerre d’Afghanistan contre l’URSS, la majorité des guer­res se sont déroulées sur les fault lines où l’Islam rencontre les autres civilisations: Bosnie, Soudan, Nigeria, Cachemire (Ibid., p. 149, note 77).

III/ Le néolibéralisme et le choix de l’ennemi

13On sait le rapport complexe du néolibéralisme à la pensée de Schmitt et le rôle que cette dernière a joué dans sa forma­tion. Qu’en est-il plus précisé­ment de son rapport à l’opposi­tion schmittienne de l’ami et de l’ennemi? Le détour par Hun­tington nous permet d’y voir un peu plus clair.

1/ Les ennemis civilisationnels du néolibéralisme

14Dans le chapitre 5 de notre livre, intitulé Le néolibéralis­me et ses ennemis, on peut lire dès la première phrase: «Le né­olibéralisme, au singulier, est une stratégie politique qui vise des ennemis parfaitement iden­tifiés: le socialisme, le syndica­lisme, l’Etat providence.» Je souligne «parfaitement iden­tifiés» de manière à mettre en évidence ce fait que la stratégie néolibérale présuppose l’identification de l’ennemi et que cette identification est elle-même fonction de l’utopie anti-égalitaire qui anime le né­olibéralisme, toutes tendances confondues, celle d’une société de concurrence. Ainsi identifi­és, les ennemis sont en ce sens des ennemis structurels. Ils sont d’emblée désignés com­me des «ennemis de la civili­sation» (de la tradition, de la religion, des valeurs, etc.).

15Cela a des conséquences concernant le statut des en­nemis. Dans la conclusion de notre livre nous parlons d’une «double opération»: d’un côté, une exclusion assez classique de la guerre civile comprise comme guerre sociale des in­térêts particuliers par l’exer­cice de la souveraineté de l’Etat; de l’autre, le fait d’as­sumer ouvertement le projet d’une lutte menée contre l’en­nemi du marché et de l’Etat qui en est le garant. Röpke affirmait ainsi qu’«une nation peut produire ses propres en­vahisseurs barbares» et Mises disait des masses séduites par le socialisme qu’elles doivent inévitablement dériver vers le chaos et la misère, vers les ténèbres de la barbarie et de l’anéantissement.» S’il fallait donc vaincre le socialisme ce n’est pas en tant qu’adversai­re politique, mais en tant que criminel et ennemi de la civi­lisation. Dans son livre Socia­lism, Mises assigne à l’Etat le rôle de soumettre les «crimi­nels intérieurs et les ennemis extérieurs» en vue d’empê­cher leurs agressions violen­tes contre les conditions du bon fonctionnement de l’éco­nomie de marché. Mais c’est dès les années 20 qu’il préconisait de vaincre le socialisme pour «sauver le monde de la barbarie». Et c’est d’ailleurs dès ces années qu’il reconnais­sait au fascisme la fonction de «gardien de la civilisation». Si rapprochement il y a à faire avec Schmitt c’est dans l’usage de la distinction entre l’ennemi juste et le criminel qu’il faut le situer: car, de toute évidence, l’ennemi ainsi désigné com­me le «barbare» de l’intérieur ne relève plus du iustus hostis, mais bien du criminel, donc de l’iniustus hostis.

2/ L’instanciation de l’ennemi civilisationnel dans différentes figures concrètes

16Le fait que l’ennemi du néo­libéralisme soit identifié préala­blement à partir des objectifs poursuivis par la stratégie de ce dernier, et donc indépendam­ment de tout choix absolument premier, n’empêche pas que le néolibéralisme n’éprouve le besoin de différencier cet enne­mi en diverses figures en fonc­tion de la diversité des situa­tions et des conditions. On a là une identification seconde qui accomplit ce que l’on pourrait appeler une instanciation de l’identification première (qui, d’un point de vue schmittien orthodoxe, n’est pas première). Dans le chapitre 8, «La guer­re des valeurs et la division du peuple», il y a un développe­ment intitulé «La désignation de l’ennemi et la redéfinition du vrai peuple» (Le choix de la guerre civile, p. 202). L’expres­sion de «désignation de l’en­nemi» est d’inspiration sch­mittienne. Mais il ne faut pas s’y tromper: la stigmatisation de «nouveaux ennemis» (les minorités sexuelles, raciales ou autres) prolonge une logique déjà mise oeuvre et présuppose l’identification des ennemis généraux du néolibéralisme. Ainsi le retournement du peu­ple contre lui-même vise l’Etat providence, le droit du travail et les syndicats (ibid. p. 211). Il y a là non une pure décision, mais une construction discursi­ve et politique qui ne peut être menée à bien qu’à partir des ci­bles d’élection du néolibéralis­me en tant que stratégie. C’est la raison pour laquelle le néoli­béralisme a pu au tournant des années 2000 s’amalgamer au néoconservatisme (cf. la guer­re menée contre les minorités dangereuses, ibid., p. 244-45).

3/ Le décisionnisme constitutionnel

17L’influence du décisionnis­me de Schmitt s’est fait surtout sentir dans la façon de poser le problème de la constitution. Eucken et Böhm s’inspirèrent directement de Schmitt pour penser la constitution écono­mique comme une «décision politique totale concernant la mise en ordre de la vie écono­mique nationale».

18Cependant la valorisation d’une telle décision n’équi­vaut nullement à la mise en œuvre du critère du politique tel que Schmitt le définit. La décision de créer une consti­tution (économique ou non) ne décide pas de l’ennemi, elle la suit, elle n’en est jamais que la conséquence. L’exemple chilien est à de multiples égards instructif: l’ennemi civilisationnel y est explicitement désigné dès le coup d’Etat de 1973 comme étant le «marxisme», cet ennemi est aussitôt instancié dans la figure d’Allende et dans des différents représentants de l’Unité Populaire, la constitution promulguée 7 ans plus tard vise à sceller dans le droit le choix de la lutte armée contre l’«ennemi civilisation­nel» de manière à interdire tout retour en arrière.

Conclusion

19Le concept d’ennemisation introduit dans notre livre n’est pas un concept schmittien, il n’est en rien identique à celui d’un pur choix constituant l’en­nemi en ennemi. L’«ennemisa­tion» relève d’une construction discursive qui opère à partir d’identités à défendre (celles qui sont requises par la défense des bases de la civilisation) et d’identités à combattre (celles qui définissent l’ennemi civi­lisationnel), et non d’un pur choix qui précèderait le choix de la guerre civile. L’instancia­tion de l’ennemi civilisationnel dans des figures concrètes, va­riables selon les conditions et les circonstances, a en réalité pour fonction fondamentale de subsu­mer ces figures sous le concept d’ennemi civilisationnel.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Pierre Dardot, «L’ennemisation dans le néolibéralisme et l’opposition schmittienne ami/ennemi»Geografares [Online], 35 | 2022, posto online no dia 01 dezembro 2022, consultado o 20 abril 2024. URL: http://journals.openedition.org/geografares/5317

Topo da página

Autor

Pierre Dardot

Philosophe et chercheur de L’Université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense
apdardot@orange.fr

Topo da página

Direitos de autor

CC-BY-NC-4.0

Apenas o texto pode ser utilizado sob licença CC BY-NC 4.0. Outros elementos (ilustrações, anexos importados) são "Todos os direitos reservados", à exceção de indicação em contrário.

Topo da página
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search