Navegação – Mapa do site

InícioNuméros35Dossiê «Territórios Urbanos e Est...Le « wokisme » ou la guerre cultu...

Dossiê «Territórios Urbanos e Estratégias do Neoliberalismo»

Le « wokisme » ou la guerre culturelle à la française

« Wokismo » ou a guerra cultural à francesa
« Wokisme » or the French culture war
« Wokisme » o la guerra cultural francesa
Christian Laval
Tradução(ões):
« Wokismo » ou a guerra cultural à francesa [pt]

Resumos

Transcrição da exposição do autor na Jornada de Estudos do GENA (Grupo de estudos sobre o neoliberalismo e alternativas), em 30 de maio de 2022 no Conservatório Nacional de Artes e Ofícios (CNAM), Paris.

Topo da página

Notas da redacção

Artigo recebido em: 03/10/2022
Artigo aprovado em: 31/10/2022
Artigo publicado em: 01/12/2022

Texto integral

1Rappelons d’abord rapide­ment de ce que nous avons développé sur les guerres cultu­relles ou guerres de valeur dans le chapitre 8 de notre ouvrage Le choix de la guerre civile. Nous avons souligné combien le néolibéralisme avait pu s’im­poser en jouant de la division à l’intérieur de la population au nom des valeurs traditionnel­les, plus précisément nous no­tions, je cite, que « le déplace­ment de l’opposition politique sur le terrain des valeurs cons­titue l’un des phénomènes po­litiques les plus importants des dernières décennies. Il permet en effet d’expliquer comment le néolibéralisme s’est empa­ré de l’espace des possibles politiques, et en même temps comment la version la plus autoritaire et conservatrice du néolibéralisme a pu triompher dans un certain nombre de pays (Dardot et al., 2021, p. 206) ».

2La scène intellectuelle et politique française en offre une illustration frappante, quoi qu’extrêmement complexe. Et c’est cet aspect à la fois actuel et français que je voudrais pré­senter ici.

3Nous précisions à la suite de Nancy Fraser que le néolibéra­lisme avait ainsi pu lui-même se diviser en deux branches ou en deux versants, un né­olibéralisme conservateur et réactionnaire, et un néolibéra­lisme plus libéral sur le plan des moeurs et des libertés in­dividuelles, apparemment plus sensible aussi aux minorités et aux discriminations. Pourtant cette division ne cesse de po­ser question, particulièrement en France. Comment se fait-il ainsi qu’en France « l’extrême centre » macroniste n’a ces­sé jusqu’à la nomination du nouveau gouvernement (on y reviendra) sur le terrain des dites valeurs d’adopter le lan­gage de l’extrême droite et de mener des campagnes d’une grande violence contre tout ce qui ressemblait à des « valeurs de gauche », redistribution, hospitalité, égalité, pour faire valoir, à l’inverse, des « valeurs de droite »: identité nationale, sécurité, ordre public, et ceci sous le nom de République, au nom de la laïcité. Il y a là de quoi faire douter de cette parti­tion que propose Nancy Fraser. Bien sûr pour en rester au cas français, la droite et l’extrême droite néolibérales s’opposent (comme on l’a vu au second tour des élections présidentiel­les), il n’y a pas fusion, mais on voit aussi en même temps tout ce qu’elles partagent: non seulement une même concep­tion économique qui voit dans l’impôt et les réglementations sociales des entraves à la croissance mais aussi toute une rhé­torique violente venant direc­tement de l’extrême droite, et reprise par une grande partie des médias.

4La dénonciation de l’ « isla­mo-gauchisme », du commu­nautarisme, de l « indigénisme », du séparatisme, et maintenant du wokisme, leur sont large­ment communs. Mais il y a plus et c’est peut-être le plus inquié­tant. Une grande partie de cette rhétorique dénonciatrice est re­prise par des individus ou des groupements qui se situent à gauche ou prétendent se situer à gauche. L’un de ces mouve­ments dits de gauche s’appelle le Printemps républicain, qui depuis 2016 date de sa création n’entend plus opposer la gau­che et la droite mais les « répu­blicains » et les « communauta­ristes ». Par communautaristes, il faut essentiellement enten­dre les « islamistes », voire les musulmans.

  • 1 Philippe Marlière, « Prendre au sérieux le « confusionnisme politique » », AOC, 7 octobre 2021. In: (...)

5Cette rhétorique vient de l’extrême droite mais comme l’ont montré Corcuff et Mar­lière nous assistons à un con­fusionnisme généralisé dans lequel les thématiques d’ex­trême droite se sont diffusées aussi à gauche, avec, je cite, « la valorisation patriotique de la nation, la critique du niveau international (qui se traduit par un discours aux accents euro­phobes et anti-migrants sous couvert de critique de l’Union européenne et de la mondiali­sation néolibérale) et la pro­motion d’un « universalisme républicain » théorique qui disqualifie tout discours exa­minant les apories pratiques du républicanisme français (allergie au multiculturalisme, désintérêt pour les discrimina­tions raciales et liées au genre, racisme et islamophobie) »1. Et l’on pourrait ainsi faire la lon­gue liste ici de tous ceux qui à gauche ont favorisé un chauvi­nisme français qui aujourd’hui se retourne contre les intellec­tuels critiques. Il y a en France une tentative de cliver l’espace politique en rapprochant les nationalistes dits républicains et les autres, les premiers exal­tant un universalisme purement français, hyper-français même. S’il n’y a pas fusion entre ex­trême droite, droite et une par­tie de la gauche dite républicai­ne, il y a en tout cas un large consensus identitaire, sécuri­taire et nationaliste.

6Je voudrais ici plus spécia­lement m’intéresser aux atta­ques qui ont visé l’université, la recherche, les enseignants, qui ont été d’abord accusés d’islamogauchisme, en gros de complicité avec les djiha­distes, puis de plus en plus de « wokisme ».

7Mon propos ici voudrait illustrer et développer en même temps l’idée selon laquelle nous vivons en France un mo­ment de disqualification des sciences sociales et de la pen­sée critique plus généralement, qui ne vient pas seulement de l’extrême droite ou de la droi­te la plus radicale mais d’un plus vaste espace politique et idéologique, comprenant une grande partie de ceux que l’on a considérés ici au GENA com­me les acteurs du néolibéralis­me, qu’ils soient de droite ou de gauche d’ailleurs. Et c’est justement ce point qui pourra nous amener à une comparai­son intéressante avec ce qui se passe dans d’autres pays, au Brésil, en Turquie ou aux États-Unis.

Un étrange colloque

8Je partirai d’un petit événe­ment qui a peut-être échappé à nos amis étrangers, mais qui a fait un certain bruit ici. Il s’agit d’un colloque tenu en Sorbon­ne le 7 et 8 janvier 2022, orga­nisé par plusieurs associations dont l’observatoire du déco­lonialisme et introduit par le ministre de l’éducation natio­nale en personne, Jean-Michel Blanquer. La personnalité de Blanquer n’est pas à négliger, professeur de droit public, puis haut fonctionnaire de l’éduca­tion et enfin ministre (le plus long à ce poste). Il est aussi devenu un militant antiwokis­te acharné. Il a créé en octo­bre 2021 un « Laboratoire de la République », présenté notam­ment comme une arme contre le « wokisme ».

9Le thème de ce colloque portait sur le « déconstruction­nisme », autrement dit, selon les organisateurs, la pointe avan­cée de la destruction de la pen­sée civilisée, ou l’entreprise la plus dangereuse de destruction de l’universalisme à la fran­çaise. Le programme d’action proposée par le colloque vi­sait à « déconstruire la décons­truction ». Ce qui sonne un peu comme un gag si ces gens ne se voulaient sérieux.

10Qu’est-ce qui s’est dit lors de ce colloque tristement fa­meux? Le ministre Blanquer, qui a quitté la semaine dernière ses fonctions après cinq ans de ministère, a très bien résumé l’enjeu: « Après avoir fourni le virus, nous devons fournir le vaccin », a-t-il dit. La maladie en question qui a infecté le monde c’est le virus déconstructeur. Et c’est cela qu’il faut guérir Ce que la France a exporté, c’est une maladie mondiale de la pensée, une maladie en voie d’universalisation qui menace le vrai universalisme, qui com­me on s’en doute, est français. Le paradoxe est grand qui voit des responsables gouverne­mentaux, des journalistes, des essayistes et des universitaires s’en prendre à des pans entiers de la théorie critique française au nom d’une sorte de supério­rité de l’universalisme français dit républicain.

11Considérer un mouvement de pensée, un courant critique, des travaux intellectuels com­me le produit d’une maladie du corps social n’est pas nouveau. Cette image très médicale du virus et du vaccin est en soi très intéressante, c’est un topos du discours de la décadence, qui est le propre d’une pensée réactionnaire. Et c’est même un grand classique de la pensée réactionnaire. On peut ici se ra­pporter à Hyppolite Taine, qui dans les Origines de la France contemporaine, après la défai­te de 1870 et la Commune de Paris, avait soutenu que la Ré­volution française étaient pro­prement la maladie française, la source de sa décadence et de sa dissolution, l’origine de la division des classes, de la guerre civile et du socialisme. Blanquer a pris ainsi la tête de­puis au moins 2019 d’une sorte de croisade morale dénonçant d’abord les universitaires et les militants islamo-gauchistes qui ravageraient l’université et la recherche, puis, plus récem­ment, changeant la cible, le déconstructionnisme. Il s'agit, disait l'ex-ministre, « d'arrêter d'être sur la défensive, il faut désormais organiser la con­tre-offensive. La République est défiée et challengée. Il ne faut pas être naïf face aux for­ces de fragmentation ». Notons qu’il prend le train en marche. Depuis deux ou trois ans, un groupe d’universitaires a mul­tiplié les tribunes collectives prétendant que l’université est menacée par le postcolonialis­me, que la recherche est enva­hie par des problématiques fé­ministes et antiracistes, par une matrice intellectuelle commu­nautariste venue des campus nord-américains. La ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a même pré­tendu en février 2021 que la société et l’université étaient « gangrenées par l’islamo-gau­chisme ». L’accusation s’est vite dégonflée tant le phénomè­ne était d’ailleurs introuvable. Le terme était un peu gênant, calqué sur celui de « judéo-bol­chévisme » de l’extrême droite de l’entre-deux guerres.

Le fantasme du wokisme

  • 2 Valentin Denis. « L’agitation de la chimère « wokisme » ou l’empêchement du débat ». AOC. In: https (...)
  • 3 Je ne dis pas ici que la pente «identitaire» ou «indigéniste» n’existe pas, je ne dis pas non que d (...)

12C’est à l’occasion de ce colloque, un an après la cam­pagne contre l’islamo-gauchis­me, qu’un mot nouveau qui s’est mis à circuler à grande vitesse, et dont, au départ, on peut supposer que beaucoup n’en comprenaient pas le sens, le mot « wokisme », un néolo­gisme français, dérivé de l’an­glais « woke », éveillé, est érigé en un terme pseudo-savant. Le mot « wokisme » fait désormais partie du lexique très particu­lier de l’extrême droite et de la droite, du personnel gouver­nemental et même d’une partie de la gauche, celle qui se veut « universaliste et républicai­ne ». Il fait désormais partie des mots et expressions infamants en compagnie de quelques au­tres: islamo-gauchisme bien sûr, mais aussi intersection­nalité, théorie du genre, déco­lonialisme, postcolonialisme, cancel culture, woke, wokis­me, et même comme on vient de le voir déconstruction, pour ne pas dire French Theory. Ces mots valent les uns pour les autres dans leur indistinction et leur absence de sens précis. Ce ne sont pas des mots qui ont un contenu, mais des termes offensants, des mots de guerre idéologique qui visent à « stig­matiser des courants politiques souvent incommensurables tout en évitant de se demander ce qu’ils ont à dire »2. Ces mots peuvent d’ailleurs se combi­ner: Pierre-Henri Tavoillot, président du Collège de phi­losophie et co-organisateur du colloque de la Sorbonne, dénonçait la « déconstruction wokiste ». Plus on les met en série, plus il semble désigner quelques faits réels, alors que l’on ne fait qu’ajouter du vide à du vide. En réalité, lorsqu’on lit ou écoute les partisans de cet anti-wokisme ce sont toujours les mêmes événements qui sont invoqués: l’interdiction d’une conférence à Bordeaux, d’une pièce de théâtre à la Sorbonne et quelques très rares autres encore, une réunion non-mixte dans telle ou telle université3. Rien d’une invasion ou d’une gangrène en tout cas.

  • 4 Valérie Toranian, « Résister à la folie woke », éditorial 10 janvier 2022, La Revue des deux mondes (...)

13Mais que mettent ces pour­fendeurs, à part ces faits ane­cdotiques, sous le terme de wokisme? A peu près tout ce qui leur déplaît aujourd’hui dans les mouvements en faveur de l’égalité. Ce danger imagi­naire permet de tout englober et de tout amalgamer. Le pro­cédé consiste à produire des paniques morales infondées pour contrecarrer une grande poussée égalitaire et démo­cratique qui se manifeste un peu partout dans le monde et pas seulement aux Etats-Unis. Qu’on songe à l’impact mon­diale du Black lives matter ou de #Metoo: c’est contre ce mouvement démocratique très profond, anti-raciste, décolonial et féministe que la droite se mobilise avec l’appui de quelques supplétifs de gauche. Le wokisme, plus encore, est regardé comme une menace sur la raison, la science, l’art par­ce qu’il introduit la dimension historique et sociologique de la domination et de l’inégalité là où cette dimension, d’après ces polémistes, ne devrait pas être convoquée. Et pour mieux disqualifier le recours à cet­te dimension critique, rien ne vaut la caricature, l’anecdote, la réduction et l’amalgame. Ainsi quand les intervenants à ce colloque parlent de la « cul­ture woke », ils ont en vue non pas ce que le mouvement woke veut dire aux États-Unis, soit une attention soutenue, une vi­gilance toujours en éveil, aux phénomènes de discrimination envers les femmes, les mino­rités sexuelles ou les person­nes de couleur, mais une vaste entreprise de subversion de la culture occidentale et de l’uni­versalisme par une exigence de droits particuliers voire de privilèges qui feraient rupture avec l’égalité juridique. Parler de « culture woke » comme ils le font, c’est désigner une culture qui serait destinée à rempla­cer la culture occidentale, sous l’effet de la « pensée décolonia­le », laquelle serait une pensée essentiellement particulariste qui mettrait en avant la supé­riorité des cultures précolonia­les. Les organisateurs du collo­que de janvier dénoncent ainsi dans la pensée décoloniale, je cite, « un dogme moral contre l’esprit critique » (...) avec « in fine, la tentation de l’annula­tion, c’est-à-dire d’une table rase du passé, de l’histoire, de l’art, de la littérature et de l’en­semble de l’héritage civilisa­tionnel occidental, désormais voué au pilori »4. Cette dénon­ciation a la même structure que le racisme de l’extrême droite: la culture française est mena­cée de « grand remplacement » comme le serait la population française du fait de l’immi­gration selon la théorie raciste de Renaud Camus. Cette peur du grand remplacement de la pensée universaliste française par la « culture woke » appar­tient bel et bien au schéma de fonctionnement de la pensée de l’extrême droite, au même titre que l’islamogauchisme. Avec le wokisme, on a une illustra­tion assez parfaite de ce que nous avons appelé « ennemisa­tion », ou « fabrication de l’en­nemi ».

Les faussaires de l’universalisme

  • 5 Corine Lesnes, « Aux Etats- Unis, face à la révolution conservatrice qui s’annonce, les démocrates (...)

14La campagne anti-pensée décoloniale ne relève pas com­me les militants de ce courant le croient ou le proclament d’une particularité française, mais d’un nationalisme trans­national, si vous me permettez l’expression, celui de la « droite globale ». La singularité fran­çaise tient à ce que ce rallie­ment aux thématiques anti-éga­litaires de cette droite globale se fait au nom de valeurs appa­remment progressistes quand ailleurs les mêmes guerres se mènent au nom de valeurs re­ligieuses obscurantistes. Ainsi aux Etats-Unis dans les Etats républicains, on fait la chasse aux éducateurs « woke » dans l’enseignement public au nom de la religion. On pouvait lire très récemment dans le journal Le Monde cette information: « sur la lancée de la Floride, qui l’a adoptée fin mars, une dou­zaine d’Etats, de l’Alabama à l’Ohio et à la Louisiane, ont mis à l’examen la loi dite « Don’t say gay », qui interdit d’évo­quer les sujets d’identité de genre ou d’orientation sexuelle à l’école primaire. L’éducation sexuelle n’y est pas au pro­gramme, mais les opposants estiment que la législation vise surtout à intimider l’ensemble des enseignants »5.

15Ces dénonciations politi­ques et pseudo-savantes, ces interdits se font en France au nom de « l’universalisme répu­blicain ». La République, se­lon ce discours, n’aurait pas à connaître les phénomènes de la domination spécifique liés aux classes, aux genres, aux races, aux cultures. Car y faire droit serait tomber sur le plan de la conception de la société dans le communautarisme ou dans le « séparatisme » (ce qui veut dire pour les responsables po­litiques la même chose) et du relativisme sur le plan de la pensée. Or, la République, tou­jours selon ce discours, repose sur l’unité du peuple, elle est « indivisible », elle ne connaît pas de groupes séparés, pas de minorités qui auraient le droit de faire valoir des traitements spécifiques qui leur seraient infligés, pas même de con­flictualité. De la même façon, la science ne connaît pas de points de vue particuliers, les subalternes, les femmes, les personnes noires ou maghrébi­nes n’ont pas de points de vue particuliers à faire valoir car la vérité est une, la science est une.

16Il y a dans cette dénoncia­tion du « wokisme » une passion de l’unité, la même que l’on trouve dans la dénonciation de ce qui peut « diviser » la fameu­se « communauté des citoyens ». C’est au nom de l’unité du peuple comme de l’unité de la vérité que le wokisme doit être combattu. La pensée dite républicaine fonctionne selon un dogmatisme selon lequel il existerait réellement un modè­le d’intégration et d’égalité de tous dans une communauté na­tionale composée de citoyens tous traités de la même façon par la loi et les administrations. En réalité, on a là la pure ex­pression de l’hyper-souverai­nisme à la française et son cul­te de l’État.

17Il n’est pas très difficile de comprendre les biais de ce faux universalisme: L’accusation de particularismes au nom d’un universalisme a quelque cho­se de « logiquement pervers ». L’universaliste, ou le préten­du tel, accuse de « wokisme » ceux qui se battent contre des discriminations de genre, de race, de religion. Or, l’univer­saliste prétendu devrait pour­tant être le premier à combattre ces discriminations, à être un « universaliste concret ». Car ces discriminations obéissent précisément à des critères par­ticularistes et inégalitaires: les hommes supérieurs aux fem­mes, les blancs supérieurs aux noirs, les Européens supérieurs aux asiatiques (ou inversement) les urbains supérieurs aux ru­raux. Remarquons aussi que ces attaques contre les défen­seurs de l’égalité se produisent à un moment de réaffirmation d’un racisme sans complexe, d’un suprémacisme blanc, qui est curieusement épargné par ces « républicains ».

18Un leader de la droite Bruno Retailleau a récemment donné la clé de cet universalisme en attaquant le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye lequel aurait défendu des points de vue aux antipo­des des valeurs de la Républi­que. Car ces dernières impli­queraient d’après Retailleau je cite une « indifférence aux différences »6. On a bien là l’affirmation d’une posture de négation abstraite de la réalité sociale au nom d’une mythique « communauté nationale ».

19Il faudrait sans doute repla­cer aussi cette mystique uni­taire dans son cadre mondial. La France refuse aux peuples autochtones sur les territoires français la jouissance des droits collectifs que leur reconnaît la Déclaration des droits des peu­ples autochtones de 2007, sous prétexte qu’il n’existe qu’un peuple français d’après l'article 2 de la Constitution de 1958, qui stipule que la France est « une République indivisible, laïque, démocratique et socia­le qui assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens quelle que soit leur origine » (un pro­blème qui se pose aussi bien en Guyane, qu’en Nouvelle Calé­donie et qu’en Corse avec la renvendication des autonomis­tes d’une reconnaissance d’un « peuple corse »).

  • 7 Cité in ibid, p. 245

20C’est également au nom d’un tel républicanisme que se mène une guerre contre non pas les religions en général mais contre la religion musul­mane soupçonnée d’incompa­tibilité avec les « valeurs de la République » pour son essence « séparatiste », si l’on peut dire. La laïcité si souvent invoquée ne désigne plus le respect des croyances privées par la neu­tralisation des institutions d’État en matière religieuse mais un principe identitaire qui combat l’islamisation suppo­sée de la société (Gautier; Za­carini-Fournel, 2002, p. 245). Autrement dit, la laïcité dite républicaine est devenue un cache-sexe d’une islamopho­bie d’État (selon l’expression de Jean-François Bayard)7.

21Au bout du compte, on a affaire en vérité à l’expression d’un nationalisme idéologi­que qui voudrait se faire pas­ser pour un universalisme. La France éclaire le monde, telle est la croyance nationaliste la mieux partagée, et à droite et dans une partie de la gauche. Cette France-là ne doit rien au monde et ce qui vient du monde est généralement mau­vais. La meilleure preuve de ce nationalisme idéologique est l’anti-américanisme qui s’y ex­prime à travers des mots d’ori­gine anglo-saxonne dont on ne comprend pas le sens, ou bien auquel on attribue un sens qui n’a rien à voir avec la signifi­cation originelle et le contexte. L’ennemi trouve sa source dans les campus américains, et c’est contre les campus américains qu’il faut dresser des digues, ou plutôt inventer le vaccin. Ce sont les campus américains qui nous envahissent et qui font le jeu de l’islamisme, de la frag­mentation du pays, de la divi­sion du Peuple et de la Nation. Mais cette polémique traduit aussi une ignorance militante. « L’universalisme républicain » mène campagne contre la pen­sée critique française qui elle s’est véritablement universali­sée notamment sur les campus américains, ce que Blanquer justement traite de pandémie mentale et intellectuelle. Il y a là non seulement un repli chau­vin mais l’illusion que « l’universalisme républicain » dont ils se réclament est le seul uni­versalisme, que tout le reste est un relativisme destructeur des bases de la pensée et de l’art. S’ils ne veulent pas voir ce qu’ont apporté les auteurs fran­çais à la pensée sociale et phi­losophique à l’échelle mondia­le, ils ignorent aussi que tout ne vient pas des campus américains, que des travaux très importants et même fondateurs viennent d’Amérique latine, d’Inde ou du Moyen Orient. La confusion par exemple entre les études postcoloniales issues des travaux anglo-saxons et des études décoloniales qui vien­nent plutôt d’Amérique latine témoigne de leur ignorance. Ils ne se doutent même pas que cette dénonciation devrait por­ter en réalité bien au-delà des États-Unis, et s’adresser aux sciences sociales telles qu’elles se redéfinissent aujourd’hui à l’échelle mondiale. Ils sont au plus loin de ces idées nouvel­les selon lesquelles il y aurait des épistémologies du Sud, ou bien encore un « pluriversalis­me » fécond, car le monde est français. Ce qu’ils récusent, au fond, c’est la mondialisation de la pensée et des sciences sociales. Cet universalisme est à la fois un nationalisme igno­rant et un provincialisme étroit. Pour conclure, on pourrait dire que ceux qui assimilent toute position anti-discriminatoire avec une doctrine identitaire et séparatiste sont les premiers à être réellement les adeptes d’une logique identitaire qui s’ignore, soit l’idée qu’il exis­terait une identité de la pensée française, qui serait son uni­versalisme. Et le danger serait bien celui d’une dissolution de l’identité intellectuelle de la France, exactement comme l’immigration et l’islam cons­tituent une menace pour l’iden­tité nationale de la population.

Conclusion: un nouveau maccarthysme

22On s’étonnera peut-être de ce que ces universitaires se mobilisent contre des phé­nomènes extrêmement limi­tés, et très exagérés, alors que l’extrême droite ouvertement raciste, toute prête à menacer les libertés et l’État de droit, est entièrement épargnée par leur « défense de la culture oc­cidentale ». Mais en réalité, leur combat sans qu’ils le recon­naissent n’est pas scientifique, bien que les organisateurs et les intervenants se revendi­quent de l’objectivité. Le but est politique, leur méthode est stratégique. Cela fait un certain temps qu’à travers des tribu­nes dénonçant le wokisme et avant « l’islamo-gauchisme », une petite fraction du mon­de académique très militante dans la défense de la véritable pensée française universelle, c’est-à-dire républicaine, et an­ti-communautariste, cherche à intéresser et mobiliser les gou­vernants afin qu’ils repèrent et punissent ceux qui auraient fait trop grand usage de ces théo­ries dangereuses et de ces concepts très suspects. En somme, un nouveau maccarthysme se met en place qui menace la li­berté de la recherche. Et il a été parfaitement formulé par Ma­cron qui jugeait « le monde uni­versitaire coupable » d’avoir « encouragé l’ethnicisation de la question sociale »?8

23Défendre la culture contre les barbares venus des Etats-U­nis, voilà en somme le ressort de ce qui apparaît bien com­me la création d’une « panique morale » dans le monde aca­démique. Ce sont les sciences sociales et la philosophie qui sont mises en position d'accu­sées pour leur supposée collu­sion avec les mobilisations féministes, homosexuelles, ou anti-racistes. Ce qui est en cause, c’est une évolution des sciences sociales qui ont inté­gré (en France plus tard qu’ail­leurs) les problématiques de genre, de race, de sexualité, de colonialité. Je dirais plus en­core, que ce qui s’est banalisé dans les sciences sociales c’est l’apport de Foucault sur les rapports étroits entre savoir et pouvoir, c’est la mise en cau­se des biais et des limites des points de vue des dominants. Or, que ce soit du côté des étu­des féministes, des études pos­tcoloniales ou décoloniales, ce qui leur est commun, c’est la prise en compte des dominés, des subalternes, de ceux qui ne comptaient pas, qui n’éta­ient que des objets de discou­rs. Cela renvoie à une rupture épistémologique qui entend tenir aucun compte des ex­périences et des énonciations des sujets sociaux. Ce qui est dénoncé comme particularis­me, c’est précisément le fait de partir de l’expérience vé­cue, et spécialement les expé­riences négatives, invaliderait leur propos comme issu d’une particularité littéralement in­signifiante. On peut faire sans doute plein de reproches à cer­taines études « minoritaires », par exemple de minimiser ou de marginaliser la division so­ciale en classes (c’est le cas de Beaud et de Noiriel) au profit du genre ou de la race (Beaud; Noiriel, 2021), mais il est dif­ficile d’ignorer que la problé­matique de l’intersectionnalité est précisément faite pour com­biner et articuler les différentes catégories d’inégalités et de discriminations dans l’analy­se des expériences concrète­ment vécues. Il ne s’agit pas de réifier des « identités parti­culières » mais de combiner des variables. S’il y a réification des identités , un peu comme dans le marxisme dogmatique, l’identité ouvrière, il y a trahi­son de l’esprit des méthodes intersectionnelles. Sur le plan méthodologique, rien n’empê­che la combinaison des critères de classe avec ceux de gen­re, de race ou de nation. Mais il est tout aussi certain que la crise du discours marxiste a pu entraîner, en quelque sorte par un effet de balancier, une su­restimation des catégories, de sorte que le critère de classe a pu être minimisé dans certai­nes études. C’est en tout cas le reproche que Beaud et Noiriel ont fait aux problématiques in­tersectionnelles (qui donc ne l’étaient pas assez). Mais ce n’est pas le reproche fait par les anti-wokistes. Ce qu’ils re­prochent aux sciences sociales n’est pas d’oublier la catégorie de classe, c’est d’introduire des différenciations là où ne devrait exister que des abstractions unitaires: des Français, des Citoyens, des Hommes. Cela interroge sur la capacité des « élites » françaises à remettre en question le passé colonial de la France et de ses conséquen­ces jusque dans le présent; de la même manière, cette offen­sive réactionnaire interroge sur la capacité à prendre la mesure du racisme, et notamment du « racisme d’État », expression de Bourdieu qui est honnie par les universitaires réactionnai­res. Il y a un lien étroit entre la perpétuelle dénonciation de 68, dans un discours qu’on peut dire contre-révolutionnaire, et les dénonciations présentes. Car ce qui est considéré com­me une maladie mentale issue de la French Theory, est en réa­lité le produit des mouvements des années 60 et 70 et de leurs effets théoriques, notamment en France. C’est toujours le même combat contre la grande poussée égalitariste de 68 qui se poursuit, en réinventant de nouveaux ennemis.

Topo da página

Bibliografia

BEAUD, S.; NOIRIEL, G. Race et sciences sociales: essai sur les usages publics d'une catégorie. Paris: Agone, 2021.

DARDOT, P.; GUÉGUEN, H.; LAVAL, C.; SAUVÊTRE, P. A escolha da guerra civil: uma outra história do neoliberalismo. São Paulo: Ed. Elefante, 2021.

GAUTIER, C.; ZACARINI-FOURNEL, M. De la défense des savoirs critiques: quand le pouvoir s’en prend à l’autonomie de la recherche. Paris: La Découverte, 2022.

Topo da página

Notas

1 Philippe Marlière, « Prendre au sérieux le « confusionnisme politique » », AOC, 7 octobre 2021. In: https://aoc.media/opinion/2021/10/06/prendre-au-serieux-le-confusionnisme-politique/

2 Valentin Denis. « L’agitation de la chimère « wokisme » ou l’empêchement du débat ». AOC. In: https://aoc.media/opinion/2021/11/25/lagitation-de-la-chimere-wokisme-ou-lempechement-du-debat/

3 Je ne dis pas ici que la pente «identitaire» ou «indigéniste» n’existe pas, je ne dis pas non que des effets de censure qui ne devraient pas avoir leur place à l’université ne se sont pas produits.

4 Valérie Toranian, « Résister à la folie woke », éditorial 10 janvier 2022, La Revue des deux mondes, https://www.revuedesdeuxmondes.fr/resister-a-la-folie-woke/

5 Corine Lesnes, « Aux Etats- Unis, face à la révolution conservatrice qui s’annonce, les démocrates organisent la résistance », Le Monde, 19 avril 2022.

6 France inter, « Le grand entretien », 25 mai 2022. In: https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-du-mercredi-25-mai-2022-5641376

7 Cité in ibid, p. 245

8 Entretien, juin 2021 dans le journal Elle. In: https://www.elle.fr/Societe/News/Entretien-exclusif-Emmanuel-Macron- Je-ne-vais-pas-changer-de-Premier-ministre-3934126

Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Christian Laval, «Le « wokisme » ou la guerre culturelle à la française »Geografares [Online], 35 | 2022, posto online no dia 01 dezembro 2022, consultado o 17 abril 2024. URL: http://journals.openedition.org/geografares/5318

Topo da página

Autor

Christian Laval

Professeur émérite de l’Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense
christian.laval@parisnanterre.fr

Topo da página

Direitos de autor

CC-BY-NC-4.0

Apenas o texto pode ser utilizado sob licença CC BY-NC 4.0. Outros elementos (ilustrações, anexos importados) são "Todos os direitos reservados", à exceção de indicação em contrário.

Topo da página
Pesquisar OpenEdition Search

Você sera redirecionado para OpenEdition Search