Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes-rendus2013Gazagnadou Didier, La poste à rel...

2013

Gazagnadou Didier, La poste à relais en Eurasie, la diffusion d’une technique d’information et de pouvoir (Chine, Iran, Syrie, Italie)

Editions Kimé, 2013, 200 p.
Philippe Boulanger
Référence(s) :

Gazagnadou Didier, La poste à relais en Eurasie, la diffusion d’une technique d’information et de pouvoir (Chine, Iran, Syrie, Italie), Editions Kimé, 2013, 200 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage de Didier Gazagnadou, professeur d’anthropologie du monde arabe et de l’Iran à l’Université de Paris VIII, constitue une somme d’informations remarquable, résultant d’une grande érudition, sur les techniques de diffusion des courriers : la poste à relais. Publiée pour la première fois en 1994, cette nouvelle édition s’enrichit de nouveaux apports de la recherche. Elle n’est pas sans rappeler, par la qualité de l’analyse et de la démonstration, les grands travaux de géographie historique publiés par Fernand Braudel sur l’Economie-Monde, Xavier de Planhol sur la diffusion de l’Islam, Jean-Robert Pitte sur le développement des châtaigneraies en Europe ou celles des techniques de viticulture à travers le monde.

2Comme le souligne l’auteur, l’information est toujours un élément central de la construction d’un Etat. Ce fait se vérifie dans le développement d’un réseau sino-mongol de diffusion de l’information ingénieux, avec chevaux et courriers, dans le grand empire mongol. Au XIIIe siècle, celui-ci s’est étendu à travers toute l’Asie, de la Palestine à la Chine et aux autres royaumes asiatiques sous sa tutelle (la Corée par exemple). Sans un système de communication et d’information performant, parmi les plus modernes en son temps, la puissance mongole n’aurait pu atteindre un tel niveau d’expansion territoriale.

3Ce système trouve ses origines dans la mise en place des premiers postes à relais dès le IIIe siècle avant J.C. Il connaît une constante amélioration. La hiérarchisation des missions, l’organisation territoriale rigoureuse et l’augmentation des effectifs employés à cette fonction, conduit à consolider la puissance géopolitique, à des fins politiques et militaires ainsi qu’économiques, des grands souverains chinois. Sous la dynastie des Tang (VIIe-Xe siècles), par exemple, le réseau comprend 1 643 postes à relais dont 1 297 relais par voie de terre, 260 relais par voie d’eau et 90 relais mixtes, distants chacun d’une vingtaine de kilomètres. Il couvre alors 32 500 kilomètres de parcours, supposant la mobilisation de près de 20 000 employés, 42 000 chevaux et 1 384 bateaux de postes. Ce système est ensuite étendu à cet immense empire mongol, le plus grand que l’humanité ait put connaître.

4Certaines puissances étatiques s’en inspirent d’ailleurs pour asseoir leur propre expansion. Le sultan mamelouk imite ce modèle de relais de poste en Palestine et en Syrie, après sa victoire sur les Mongols en 1260. Les parcours et l’organisation de la poste russe jusqu’à Pierre le Grand, en Russie et en Sibérie, s’appuient également sur un réseau de techniques établi par les Mongols. Le Duché de Milan fonde son propre système de communication vers la fin du XIVe siècle en reprenant ces mêmes techniques. Cette organisation est à l’origine, pour l’auteur, de la « première poste à relais européenne ». Contrairement au modèle mongol, les différents systèmes de diffusion de l’information qui se mettent en place en Europe s’ouvrent progressivement aux individus. Ils ne sont plus strictement réservés aux fonctionnaires et à une administration centralisatrice.

5Tout l’intérêt de cet ouvrage consiste à comprendre le phénomène de la diffusion de l’information et le fonctionnement du système de postes à relais dans différentes cultures d’Eurasie. La démonstration s’appuie sur de nombreuses cartes inédites et une structure en quatre parties. La première aborde les origines du système à travers « le bureaucrate, le paysan et le postier », qui se développe en Chine entre le IIIe siècle et le XIIIe siècle. La deuxième partie, intitulée « les mongols, la guerre et l’information », montre la réappropriation du modèle chinois et son renforcement à des fins de conquêtes et de surveillance territoriale. La troisième partie (« Le sultan, le territoire et la poste ») met en évidence les différents systèmes de communication utilisés par le souverain et son administration centralisatrice : le service postal par chevaux mongols et mamelouks en Asie occidentale, la poste aux pigeons et par signaux optiques à la fin du Moyen-Age. La quatrième partie (« L’Etat, la poste et l’individu ») traite de la reprise de ce système de relais à poste par les Européens : la poste milanaise, la poste à relais de chevaux en Europe, la poste d’Etat en France au XVe siècle et les débuts de la poste royale du roi Louis XI.

6Cet ouvrage constitue un apport de connaissances sans équivalent sur un sujet quasiment d’actualité. L’essor des nouvelles techniques d’informations et de communications est sans comparaison avec les systèmes chinois, mongol et mamelouk. Il n’en demeure pas moins qu’il s’inscrit dans une certaine continuité géographique et historique : les grandes routes terrestres de l’information, la globalisation de la communication, l’information comme pilier de fonctionnement d’un Etat sont autant d’éléments qui existaient déjà à travers le système de relais à poste durant deux millénaires en Asie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Boulanger, « Gazagnadou Didier, La poste à relais en Eurasie, la diffusion d’une technique d’information et de pouvoir (Chine, Iran, Syrie, Italie) »Revue de géographie historique [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le 20 novembre 2013, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/geohist/1334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geohist.1334

Haut de page

Auteur

Philippe Boulanger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search