Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes-rendus2013Subra Philippe, Le Grand Paris, g...

2013

Subra Philippe, Le Grand Paris, géopolitique d’une ville mondialeParis, Armand Colin, coll. Perspectives géopolitiques, 2012, 315 p.

Philippe Boulanger
Référence(s) :

Subra Philippe, Le Grand Paris, géopolitique d’une ville mondiale, Paris, Armand Colin, coll. Perspectives géopolitiques, 2012, 315 p.

Texte intégral

1Philippe Subra, Professeur à l’Institut français de géopolitique (Université Paris VIII), présente une étude remarquable sur le Grand Paris. Reconnu comme l’un des rares spécialistes français de la géopolitique locale et de l’aménagement du territoire, il analyse les nombreux enjeux, les rivalités et les représentations liés au projet du Grand Paris. L’ouvrage est incontournable pour qui s’intéresse aux mutations en cours de la métropole parisienne.

2L’analyse est ambitieuse sur un sujet d’actualité difficile à cerner depuis plusieurs années. L’auteur relève avec brio ce défi car le style et la pensée rendent claires un projet d’une rare complexité. Tout l’intérêt est de comprendre les rivalités de pouvoirs entre les différents acteurs politiques et institutionnels qui conduisent à la réalisation d’un aménagement territorial d’envergure nationale et internationale.

3Tous les grands partis politiques se sont impliqués dans le projet du Grand Paris. L’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy (2007-2012), en fit « l’un des dossiers emblématiques de son quinquennat ». L’Etat, la Région, la Ville de Paris, les sept autres départements environnants, les 400 communes de l’agglomération, les communautés d’agglomération et de communes se sont aussi mobilisés, mis en concurrence pour mener leurs propres stratégies, tant les enjeux politiques, économiques et socio-culturels sont importants à l’échelle nationale et mondiale. En effet, la métropole parisienne constitue une agglomération de 10 millions d’habitants (18% de la population nationale, l’équivalent de la population belge). Elle représente un Produit intérieur brut de 553 milliards d’euros en 2010, soit autant que le PIB de la Turquie ou des Pays-Bas. En raison de ses nombreux avantages dans de multiples secteurs d’activités, de son histoire et de sa culture, de son rayonnement international, elle appartient au groupe restreint des quatre premières grandes villes mondiales avec New York, Londres et Tokyo.

4En revanche, de multiples difficultés de fonctionnement l’amènent à perdre cette place de ville mondiale. Le développement continu des nouvelles métropoles des pays émergents, comme Shanghai et Sao Paulo, tend à reléguer progressivement l’agglomération parisienne à un rang secondaire sur de multiples aspects liés aux réseaux de transport, à la qualité de la vie, à l’emploi ou au rayonnement culturel. L’aménagement du Grand Paris apparaît donc comme un enjeu majeur lié à la mondialisation des échanges tant en termes d’aménagement du territoire que de géopolitique mondiale.

5Cette analyse du Grand Paris ne néglige aucun aspect et donne sa place à toutes les analyses nécessaires pour en comprendre la dimension géopolitique, à la fois à des échelles géographiques variables (le monde, le territoire national, la région, la commune) et à des rythmes historiques bien distincts pour en mesurer les phases de croissance. Dans une première partie, intitulée « L’Ile-de-France, métropole en crise ? », Philippe Subra s’intéresse aux raisons qui ont conduit à la conception du Grand Paris. La concurrence entre les villes mondiales, la fatigue d’un système de transports aménagés pour des besoins bien moindres voici plus d’un demi-siècle, la ségrégation et la crise du logement nous rappellent les conditions difficiles que peuvent rencontrer les Franciliens dans leur vie quotidienne, mais aussi la nécessité d’intervenir pour enrayer le déclin de Paris à l’échelle mondiale.

6Dans une seconde partie, intitulée « Une gouvernance problématique », l’auteur analyse les jeux de pouvoirs liés à l’évolution des plans d’aménagement depuis la Seconde Guerre mondiale, les batailles politiques qui précédent sa conception comme celle du contrôle du Schéma directeur de l’aménagement urbain. Sont successivement traités les rivalités de pouvoirs pour le contrôle du Schéma directeur de la région Ile-de-France entre 2004 et 2010, les rivalités et les stratégies entre la RATP et la SNCF, les projets d’aménagement autoroutiers et aéroportuaires. Tous les aspects territoriaux et institutionnels sont ainsi clairement posés pour aborder d’autres dimensions géopolitiques liées au Grand Paris : la « balkanisation du pouvoir local en Ile-de-France », les rivalités et les complémentarités entre Paris et la banlieue, la concurrence entre l’Etat et l’émergence d’un pouvoir francilien fort. A partir du discours de Roissy du président Sarkozy, en juin 2007, le projet est devenu source de conflictualité. Un secrétariat d’Etat au Grand Paris est formé tandis que les différents projets proposés entre les acteurs politiques et institutionnels s’affrontent. Le chapitre 9 sur « Nanterre-La Défense » présente une analyse précise des enjeux d’aménagement de l’un des espaces clefs de l’agglomération à travers ce que l’auteur appelle la « bataille de Nanterre », entre 1995-2000 et le Plan de renouveau de la Défense de Nicolas Sarkozy, en 2006, qui prépare la reprise en main par l’Etat.

7Par la loi sur le Grand Paris (août 2009-mai 2010), un consensus est adopté et, après trois années de débats, conduit à un accord sur la création de la Société du Grand Paris, chargée de l’aménagement d’un nouveau réseau de transport sans que la gouvernance de la métropole ne soit définitivement réglée. La Communauté urbaine, souhaitée par l’Etat en 2007 pour la métropole parisienne, n’a toujours pas abouti.

8La question de la gouvernance territoriale et des concurrences entre les forces politiques font l’objet de la troisième partie, intitulée « Mutations électorales et rivalités politiques : un paysage en recomposition ». L’aménagement du Grand Paris est conçu alors que les forces politiques mènent de nouvelles stratégies d’appropriation politique et territoriale : le Parti socialiste à la conquête de la banlieue communiste, les rivalités entre écologistes et socialistes à Paris, les offensives du Front national. L’enjeu est le contrôle des nombreuses et puissantes institutions que compte l’Ile-de-France. La conduite du Grand Paris peut donc encore évoluer car la gouvernance territoriale est le résultat des jeux de pouvoirs entre ces forces politiques. Il reste de nombreuses questions en suspens que l’auteur aborde en conclusion.

9            Cet ouvrage, concis par le style et précis dans son argumentation, richement illustré de cartes analytiques, est un ouvrage pionnier en la matière. La démonstration est d’une grande clarté pour traiter toutes les dimensions d’un problème majeur de gouvernance territoriale. Sans nul doute, il renouvelle l’approche géopolitique par ses nombreuses qualités et renseigne sur un débat politique qui est loin d’être achevé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Boulanger, « Subra Philippe, Le Grand Paris, géopolitique d’une ville mondialeParis, Armand Colin, coll. Perspectives géopolitiques, 2012, 315 p. »Revue de géographie historique [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le 20 novembre 2013, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/geohist/1342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geohist.1342

Haut de page

Auteur

Philippe Boulanger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search