Skip to navigation – Site map

HomeThe journalPrésentation

Présentation

Créée en 2012, la Revue de géographie historique, dirigée par le Professeur Philippe Boulanger a pour objectif de diffuser l’information sur les grandes questions territoriales en valorisant la démarche historique. Elle est ouverte à différentes thématiques liées aux questions politiques, économiques, rurales, urbaines, sociales et culturelles.

La fréquence de la revue est bi-annuelle et a vocation à mieux faire connaître les méthodes, les conceptions, la diversité des approches de la géographie historique qu’elle soit française ou étrangère par des articles de fond et des comptes rendus de lecture.

Vous pouvez adresser une proposition d’article à Philippe Boulanger (Philippe.Boulanger@sorbonne-universite.fr) et à Sylvaine Boulanger (Sylvaine.Boulanger@sorbonne-universite.fr) qui sera étudiée ensuite par le comité scientifique de la revue.  

Présentation et définition de la géographie historique

Qu'est-ce que la géographie historique ?

La géographie historique est peu ou mal connue en France. Pourtant, nombreux sont les géographes français à en exploiter toutes les dimensions dans leurs travaux de recherche sans forcément la revendiquer. Depuis les années 1990, comme l’écrivait Jean-Robert Pitte en 1994, dans un numéro d’Hérodote consacré à la géographie historique, « on assiste aujourd’hui en France à un regain d’intérêt pour l’application de toutes les méthodes géographiques à l’analyse du passé ».

L’utilité de la géographie historique aujourd’hui demeure prépondérante tant les publications et les travaux de recherche sont insérés dans les préoccupations sociétales en termes de gestion des risques naturelles ou d’analyses de géographie humaine. Ceux-ci ont montré l’indispensable compréhension du passé dans l’étude des espaces et des hommes. Pour répondre aux problèmes de société en matière d’aménagement du territoire et des paysages, comprendre les évolutions politiques, économiques, sociales et culturelles des hommes sur leur territoire, la géographie historique s’est imposée comme une démarche nécessaire au risque de manquer d’une solide réflexion pour mesurer l’ensemble des enjeux, des paramètres et des acteurs. 

Faut-il rappeler l’ancienneté de la géographie historique ? Yves Lacoste, dans l’introduction de ce même numéro d’Hérodote, en 1994, soulignait d’emblée ses origines dans la construction de la géographie française. Elisée Reclus comme Vidal de la Blache, à la fin XIXe siècle, appuyaient leur raisonnement dans la profondeur du temps, cherchaient à approfondir leurs analyses dans le « passé des territoires ». « La géographie n’est autre chose que l’histoire dans l’espace, de même que l’histoire est la géographie dans le temps » écrivait Elisée Reclus dans chacun des six volumes de L’Homme et la Terre [Y. Lacoste, 1994] Plus tard, Roger Dion, dans sa leçon d’ouverture prononcée le 4 décembre 1948 au Collège de France, exprime la même complémentarité des deux disciplines comme la singularité de la géographie historique. « Tout paysage humanisé est le reflet de l’histoire (…). Jusque dans la répartition géographique de nos industries modernes, concentrées et mécanisées, paraissent des traits qui resteraient inexpliqués si l’on ne se reportait à l’état des choses antérieur au machinisme (…) » [J.-R. Pitte, 1994]. La relation entre histoire et géographie n’a pas perdu de sa pertinence ; au contraire. Parallèlement à ce regain d’intérêt dans les différentes spécialités de la géographie, nous constatons qu’un certain nombre d’historiens manifestent aussi de leur côté un retour sur leur lien ancien avec la géographie.

Il existe ainsi une tradition française et un courant de pensée en géographie historique. L’une de ses spécificités réside dans la dimension fédératrice d’un ensemble de compétences et de savoirs en géographie physique et humaine, histoire, archéologie, sociologie, ethnologie, anthropologie. Elle se veut décloisonnée en embrassant l’ensemble des temporalités et des spatialités, ouverte sur les questions du temps présent, pragmatique et utile pour répondre aux questions de société, enrichie par l’apport des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Il faut donc penser que la géographie historique a de beaux jours devant elle, non seulement parce qu’une nouvelle génération de géographes poursuit une œuvre commencée, innove et produit de nombreux travaux scientifiques, mais aussi du fait de l’existence de nouveaux moyens numériques de diffusion. Cette revue en ligne, gratuite et bi annuelle, en est un exemple aux côtés d’autres créations.

Nous assistons, aujourd’hui, comme par le passé, à un regain d’intérêt pour la géographie historique en France lié à l’évolution et aux exigences d’une société en mutation. La géographie historique est avant tout un ensemble de démarches qui intègrent des échelles d’espace et de temps à des degrés divers, et qui peuvent éventuellement se recouper ou apparaître complémentaires. Elle dépasse donc le cadre de la géographie stricto sensu et s’ouvre aux disciplines proches. Le concept de « géoarchéologie » par exemple, développé par des archéologues de l’Antiquité romaine et initialement à partir de l’étude des cadastres romains, s’intéresse à l’histoire des territoires, principalement ruraux, et sur la longue durée.  Une géographie historique proche de l’ethnologie s’intéresse à des types et modes d’organisation de l’espace dans le temps, mais plutôt à partir de faits ou de situations contemporains. En outre, dans certains thèmes de recherche particuliers l’étude de l’espace se sépare difficilement de l’étude du temps : l’aménagement forestier en est sans doute le meilleur exemple. Le développement durable, parce qu’il signifie parfois la réinvention ou la « réappropriation » d’usages et de pratiques liées à des utilisations anciennes de ressources et de recours locaux, ne lui est pas étranger non plus. De même, des représentations de l’espace et du temps peuvent être tirées de l’étude de certaines institutions dont le rôle est précisément d’ « investir » l’espace dans des buts déterminés. Enfin, sans toujours revendiquer explicitement une démarche de géographie historique, certains chercheurs poursuivent une interrogation sur les grands phénomènes de peuplement et de civilisations, qui est présente dès le début de l’école de géographie française. La géographie historique est également impliquée dans certains courants qui traversent les sociétés dans une partie du monde contemporain, et qui interrogent les chercheurs en sciences humaines. Elle aurait tout à gagner à y être plus présente. Le patrimoine et la patrimonialisation, en ce que ces notions signifient souvent une interprétation et une réification (entre autres) d’édifices, de lieux, d’espaces, et de pratiques nés dans un contexte différent de celui où on les intègre ou tente de les intégrer aujourd’hui, sont des thèmes de géographie historique. 

  L’un des rôles de la géographie historique dans l’étude de ces thèmes ne serait-il pas justement de contribuer à donner la « bonne distance », en tentant d’évaluer par exemple, dans des circonstances précises ou générales, comment le présent sélectionne le passé ?

 

Le comité de direction

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search