Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21-22VariaSur la route de Jérusalem. Consid...

Varia

Sur la route de Jérusalem. Considérations géostratégiques sur les croisades

Arnaud de Vachon

Résumés

Cas d’école, les croisades des XIIe et XIIIe siècle donnent des clés d’interprétation pour la compréhension de l’environnement stratégique de cette période. Parmi elles, les lignes de communication méditerranéennes et la logistique furent essentielles. L’appel puissant de la Terre sainte souligne l’étroite imbrication du temporel et du spirituel. Une approche pluridisciplinaire combinant histoire, géographie, avec ses outils d’analyse, permet d’éclairer le processus de décision opérationnelle.

Haut de page

Texte intégral

1De retour de Rome en 972, avec d’autres pèlerins sur la via Francigena, l’abbé de Cluny Mayeul est enlevé par une bande de Sarrasins qui contrôle le col du Grand Saint-Bernard. Le rapt suscite un tel émoi qu’une coalition provençale entreprend une guerre qui va durer dix ans. Avec beaucoup de similitudes, cet évènement préfigure d’un siècle un mouvement d’une tout autre ampleur : les croisades. Dans le prolongement de la réforme grégorienne, cette forme singulière de pèlerinage constitue un sujet d’étude de choix en raison de la variété et de l’étendue de l’espace parcouru. Dès lors, quelles en sont les dynamiques temporelles et spatiales structurantes ?

2Matrice de l’histoire médiévale européenne, à la géographie polarisée par la Terre sainte, l’appel vers Jérusalem constitue un enjeu autant temporel que spirituel.

3Une approche pluridisciplinaire s’avère utile pour analyser ces pérégrinations armées. Le recours au processus militaire actuel de planification permet ainsi de mieux comprendre les caractéristiques géostratégiques associées à l’évolution des expéditions croisées. Les deux siècles d’un Levant latin offrent un bilan nuancé qui cristallise les relations euro-méditerranéennes sur le temps long.

De la méthode, par approches croisées

4Le théâtre méditerranéen des croisades apparaît comme un thème d’étude évident pour la géographie historique appliquée à la planification stratégique.

La géographie et l’histoire sédimentent toute méthode de planification

  • i Exemples de couples géographiques : Terre / mer; ports / villes de l’hinterland ; nomades / sédenta (...)
  • 1 Exemples de couples géographiques : Terre / mer; ports / villes de l’hinterland, nomades / sédentai (...)

5L’historiographie prolifique des croisades s’inscrit dans la trame des travaux d’historiens de l’école des Annales, de médiévistes, d’orientalistes ou de méditerranéens réputés, (Grousset, Ancel, Bloch, Braudel, Mollat du Jourdin, Heers, Richard, Le Goff, Contamine…), de géographes de l’approche historique ou humaine (Vidal de La Blache, Martonne, Planhol, Pinchemel, Roncayolo…), renouvelée par leurs légataires contemporains, français ou étrangers. Depuis Braudel on sait que l’espace est « la première donnée de l’histoire longue des civilisations » d’où la place faite à la Méditerranée dans sa thèse fondatrice. Tantôt espace de confrontations tantôt d’échanges, exceptionnellement d’unité, elle constitue un point de rencontre tri-continental, forgé par deux cultures antiques fondatrices, grecque et romaine, passées au creuset du christianisme. En précurseur, il souligne l’intérêt d’une approche pluridisciplinaire. Cette démarche s’apparente au courant de la géographie humaine rétrospective brillamment illustré par X. de Planhol soulignant les rapports de couples géographiques complémentaires, parfois antagonistesi1. Elle ne se limite pas à un espace mais aux interactions entre un espace régional, à des échelles variées, sur la durée. Cette démarche présente un intérêt logique pour la planification et la conduite des opérations militaires. Car, c’est bien connu, l’une des finalités de la géographie est d’aider à la prise de décision.

Document 1 : Espace-Temps : connaître-comprendre

Document 1 : Espace-Temps : connaître-comprendre
  • 2 La Comprehensive Operations Planning Directive (COPD), outil de planification de l’OTAN du niveau s (...)
  • ii Sous le prisme politique, militaire, économique, social, infrastructure et informationnel (PMESII)

6Si la géopolitique dit ce qu’il faut acquérir ou conserver, la géostratégie dit si cela est possible et comment, avec quels moyens. En tant que stratégie des grands espaces, la géostratégie privilégie les permanences dans la longue durée au-delà des variations de la conjoncture. L’amiral Castex a fait remarquer que la valeur de l’espace change en fonction des moyens disponibles (Coutau-Bégarie, 2006). En cohérence avec les sciences humaines évoquées, la réflexion géostratégique ouvre la voie à l’action militaire, elle-même guidée par une méthode de raisonnement adaptée : la planification opérationnelle. Aujourd’hui, ce processus2 se déroule en six phases. Par souci de simplification, la démonstration se limitera à quelques éclairages sur la première phase, qui consiste à acquérir les connaissances de « l’environnement opérationnel » et très sommairement à la troisième qui s’intéresse notamment aux centres de gravité. Dans une logique d’approche globaleii, chaque méthode comporte l’étude du contexte, les facteurs généraux du paysage stratégique (facteurs géographiques clés, ressources, flux...), les principaux acteurs et leurs interactions, afin d’identifier les menaces et les opportunités potentielles.

Deus lo volt ! Du pèlerinage à la croisade

  • 3 Sous le prisme politique, militaire, économique, social, infrastructure et informationnel (PMESII).

7Nous ne détaillerons pas ici les causes et la nature des croisades, parfaitement précisées dans toutes leurs dimensions par Jean Richard, Jacques Heers, ou encore Michel Ballard pour les plus connus. Avec Jérusalem pour destination, elles s’inscrivent dans la tradition des pèlerinages caractéristiques de la spiritualité médiévale, au premier rang desquels comptent Rome et Saint-Jacques-de-Compostelle. On peut simplement retenir qu’elles correspondaient à un pèlerinage collectif, devant emprunter originellement la voie continentale3, ayant pour objet la délivrance du Saint-Sépulcre à Jérusalem et la récupération des Lieux saints. Elles étaient placées sous l’autorité de l’Église, protégées par la force armée et avaient une dimension internationale avant la lettre.

8Par l’ampleur du phénomène historique qu’elles représentent, les croisades doivent être mises en perspective, dans le temps. Mettant en mouvement des masses humaines considérables, au prix d’un effort difficilement concevable, qui s’est maintenu de façon plus ou moins continue pendant deux siècles, elles ont eu pour principal moteur la foi chrétienne (Richard, 1996). Mais peu à peu se sont imposées également d’autres préoccupations, d’autres ambitions qui ont entraîné des démarches plus complexes et même des déviations (Heers, 1995).

9Les médiévistes distinguent traditionnellement huit grandes croisades, échelonnées entre 1096 et 1291, dont nous ne retiendrons que celles qui ont eu Jérusalem ou la Terre sainte comme destination.

10Toutefois on ne perdra pas de vue que ces expéditions majeures sont séparées par des entreprises plus limitées, ainsi que les « passages particuliers » saisonniers mais plus réguliers. Enfin, la mutation du pèlerinage à la croisade s’opère surtout à partir de la troisième expédition (Mollat, 1967). Adapté de la fameuse trilogie de René Grousset, le découpage chronologique compte trois périodes :  1095-1154 : l’anarchie musulmane en Syrie (59 ans) ; 1154-1187 : l’équilibre (33 ans), de l’unification de Nur ad-Dîn à celle de Saladin ; 1188-1291 : l’anarchie franque (103 ans), face à la dynastie ayyoubide (1171-1250), puis au sultanat mamelouk (1250-1517).

Une réflexion stimulante malgré les limites de l’exercice

11Le sujet n’est pas exempt d’une certaine charge émotionnelle qui peut fausser les interprétations (préjugés ou prisme idéologique, biais cognitifs, effet de mode). Une bonne compréhension d’un événement implique toujours une immersion contextuelle pour éviter l’erreur classique d’anachronisme. Pour F. Micheau, à la différence d'A. Maalouf, chez les chroniqueurs arabes des XIIe-XIIIe siècles et chez les historiens égyptiens contemporains, à l'époque même des croisades, les Francs sont considérés comme des envahisseurs parmi d'autres, des ennemis ordinaires, insérés dans la trame événementielle, à quelques nuances près. Et de conclure que les images qui en ont été élaborées au cours des siècles pèsent bien plus que les événements eux-mêmes sur le devenir politique, culturel, idéologique, des pays méditerranéens (Micheau, 1995-1997). Dans la société des Xe-XIe siècles, l’ensemble des représentations et des pratiques sociales prennent sens au regard de la quête du salut. Le temps est tout entier tendu par l’attente du retour glorieux du Christ. L’espace est orienté par l’attraction qu’exercent Jérusalem et Rome. Dans ce contexte, il n’y a guère de sens à isoler les phénomènes religieux des phénomènes politiques, sociaux ou même économiques (Mazel, 2010).

  • 4 L’une des spécificités d’un pèlerinage est d’accorder autant d’importance à la route, qui fait le p (...)

12D’autres travers historiques (généralisations hâtives, écrasement temporel) peuvent être évités grâce à deux méthodes. La première repose sur le travail préliminaire indispensable de l’exploitation des sources et pose incidemment la question de la vraisemblance des données chiffrées. Or cette démarche doit être soutenue par le recours aux technologies de l’information. Avec la généralisation des systèmes d'information géographiques, l'analyse spatiale dispose de nombreux outils pour mieux comprendre les dynamiques à l’œuvre4. Les modélisations permettent ainsi d'identifier des configurations spécifiques ou encore de vérifier des hypothèses. Sans en faire la méthode d’interprétation absolue, complétée par des expertises culturelles variées, cette approche, plus exigeante, offre un meilleur éclairage des faits.

De l’analyse spatiale et temporelle, anachronie d’une planification stratégique

13L’étude de l’environnement opérationnel et des principaux acteurs consiste à analyser tous les facteurs qui ont un impact sur l’opération et d’en évaluer les conséquences pour son exécution.

Comprendre l’environnement opérationnel

Etude des facteurs stratégiques clés : la mer avec la terre

14La configuration générale de cet espace fragmenté de plus de sept millions de kilomètres carrés, orienté ouest-est par nécessité, comporte des élongations considérables pour les moyens de l’époque et qui vont peser sur la logistique et les délais d’acheminement. Il englobe à la fois des entités territoriales et une aire géographique dans laquelle s’est accomplit, ce qui s’apparente à une option stratégique telle qu’elle aurait pu être appréhendée depuis le Vatican. Les limites et le découpage zonal de cet espace constituent ici une convention de notre temps et nous y reviendrons plus loin.

  • 5 Pour la méthodologie, voir les travaux en cours de C. Dauphin et M. Ben Jeddou (Sédentaires et noma (...)

15Après les surfaces, les points. Par sites, il faut comprendre l’ensemble des villes, des ports et tout autre point d'appui sensible. Par exemple, compte tenu des dimensions modestes de Jérusalem, la population ne dépasse pas les 30 000 habitants5. Hormis son statut de ville sainte, destination des pèlerins, l’activité économique y est relativement faible. Celle levantine est polarisée par Antioche et l’artère intérieure nord-sud qui relie le pôle économique alépin à Homs, Damas et aux routes vers l’Arabie et l’Égypte. Positionnées sur deux verrous stratégiques du bassin oriental, à deux carrefours d’échanges commerciaux, Constantinople et Le Caire sont les deux métropoles les plus peuplées de Méditerranée. À l’opposé, le maillage des grandes villes d’une Europe occidentale en pleine expansion revêt une importance capitale pour les acheminements logistiques, depuis les villes marchandes du Nord jusqu’aux cités italiennes. Quand elles ne sont pas situées sur une façade maritime, l’importance des villes de l’hinterland s’accroît avec leurs connexions portuaires. Chacune des grandes métropoles méditerranéennes en dispose pour assurer sa subsistance et son influence : Rome avec Ostie puis Portus ; Le Caire avec Alexandrie ; Antioche avec Séleucie de Piérie. Constantinople intègre directement cette fonction. En revanche Jérusalem, moins accessible depuis le littoral, n’en dispose pas directement. Ce sont les croisades qui vont permettre l’essor de Jaffa et surtout d’Acre.

Document 2 : Un espace fragmenté (XIe-XIIIe)

Document 2 : Un espace fragmenté (XIe-XIIIe)

16Terminons par les axes et les flux. Les six croisades retenues ici ont emprunté trois grands types d’itinéraires : d’abord essentiellement terrestre, puis mixte et surtout maritime à partir de la troisième croisade. Chacun comporte des variantes. Au total quinze armées ont parcouru autant d’itinéraires pendant vingt deux ans cumulés. Une durée relativement faible sur les deux siècles, mais qu’il faut pondérer par la concentration des effectifs qui les ont empruntés.

Document 3 : Six croisades et 15 itinéraires

Document 3 : Six croisades et 15 itinéraires
6

Etude des acteurs clés : l’unité ou la discorde

17On a tendance à distinguer les acteurs étatiques des acteurs non-étatiques mais cette catégorisation reste artificielle pour une société féodale ternaire (oratres, belatores, laboratores), cimentée par une foi commune. La foule des pèlerins reste difficile à dénombrer sur la période (200 000 à 400 000 ?) mais n’en constitue pas moins l’acteur majoritaire. Elle est bien l’objet initial d’attention de l’Église et des principautés occidentales, soutenus par l’action déterminante des ordres religieux militaires (Templiers, Hospitaliers, Teutoniques). Enfin, les acteurs commerciaux, au premier rang desquels les marchands des thalassocraties italiennes (Amalfi, Pise, Gênes et Venise) ont notablement appuyé les opérations, au gré de leurs intérêts, de leurs réseaux et parfois d’âpres rivalités. Bousculé par des compétiteurs, harcelé par ses voisins immédiats, en particulier les Turcs seldjoukides, l’empire de Romanie (Constantinople) assure sa survie grâce à la politique, parfois louvoyante, de la dynastie des Comnènes et de leurs successeurs. Dans son reflux, il laisse les communautés chrétiennes levantines de diverses confessions à la merci des nouveaux maîtres.

18En concentrant le principat religieux, politique et militaire de l’Islam, le califat est sensé garantir l’unité de l’Oumma. Mais une profonde ligne de fracture la traverse depuis la Fitna. Tout oppose les fatimides chiites du Caire aux Seldjoukides qui soutiennent et protègent le califat abbasside de Bagdad. La seconde fracture est ethnique, entre les Turcs et les Arabes. Depuis la deuxième moitié du XIe siècle, si le calife détient l’autorité religieuse suprême, le pouvoir politique est aux mains des Seldjoukides, eux-mêmes divisés. En outre, les sultanats de Syrie (atabegs de Mossoul, d’Alep) restent jaloux de leur autonomie vis-à-vis de Bagdad. Pour finir, les antagonismes classiques, comme les rivalités claniques, fragmentent un peu plus un monde musulman en quête d’unité. Par ailleurs, de 1240 à 1260, la menace mongole perturbe le jeu levantin avant que la puissance émergente des Mamelouks ne finisse par s’imposer (1291).

  • iii Les chiffres avancés par F. Lot, voire du démographe J.C. Russel, pour les Francs, et d’A. Zouache (...)

19En termes d’effectifs des armées mobilisées ou engagés, en dépit d’une historiographie critique, et comme pour la démographie urbaine, la tendance reste à la surestimation. Pour la première croisade, un totaliii de 15 à 20 000 hommes armés doit être considéré comme un maximum, ce qui représente une mobilisation sans équivalent au moment de l’émergence d’États occidentaux en recomposition. Au-delà des aspects logistiques, la question des rapports de forces en est l’enjeu direct.

20Au terme de cette brève analyse, l’espace des croisades, situé sur les marges d’un espace musulman, peut être compartimenté en cinq zones : les bassins d’appel, de recrutement et de départ des pèlerins, une zone d’acheminement maritime (bassin occidental jusqu’aux détroits apulien et sicilien) et terrestre (Europe centrale et balkanique), une zone de transit jusqu’à Constantinople, la côte anatolienne occidentale et les îles du bassin levantin (Crète, Chypre, Rhodes), et enfin de la côte syro-palestinienne parallèle à l’axe terrestre nord-sud de l’hinterland. Ces zones sont délimitées par des sortes de lignes de coordination reliant les ports et villes de transit entre eux. Au centre de cet ensemble se dessine comme un arc de transfert dont Messine (ou Brindisi) est le pivot et Jérusalem (ou Acre) le point focal. Celui qui contrôle cet arc euro-méditerranéen, verrouille les flux maritimes et terrestres ouest-est.

Document 3 : Un espace orienté et compartimenté

Document 3 : Un espace orienté et compartimenté
  • 7 Les chiffres avancés par F. Lot, voire du démographe J.C. Russel, pour les Francs, et d’A. Zouache (...)

21L’une des étapes suivantes de la planification consiste à identifier les centres de gravité qu’il s’agira d’attaquer ou de défendre, directement ou non7. Pour les Latins, si le but de guerre initial est clair (« délivrer Jérusalem »), leur centre de gravité relève de la force morale qui cimente la coalition chrétienne sous l’impulsion de l’Église (légitimité internationale), capable de transcender les rivalités dynastiques et politiques. Pour les Musulmans, c’est l’unité géopolitique de la Syrie et de l'Egypte, associée, dans une moindre mesure, à la reconnaissance califale de Bagdad. Evidemment, sur deux siècles, les centres de gravité ont évolué, davantage côté croisé que côté musulman.

Finalités opérationnelles et choix des moyens : conquérir, sécuriser et acheminer

22Les caractéristiques géographiques mais aussi les capacités techniques guident le choix du type d’opération une fois l’acheminement des troupes effectué. Il repose sur une combinaison d’opérations avant tout terrestres comme les sièges ou les défenses des villes et places fortes, le contrôle des points clés et la sécurisation des zones arrières. Les opérations amphibies et les raids complètent ponctuellement la palette tactique des Francs comme des Musulmans.

23Dans la guerre de mouvement, les manœuvres d’approche maritimes par l’ouest ou terrestres par le nord ou le sud, sont un préalable. Pour les croisés, les accès terrestres au Levant sont initialement limités au seul accès par le nord (Anatolie), plus périlleux à parcourir en raison de la distance à couvrir et des obstacles naturels à franchir (mont Taurus, zones désertiques). L’accès par le sud (Egypte), plus ouvert, du moins sur une frange littorale moins marquée d’obstacles, d’un contrôle plus aisé avec des effectifs limités, n’était cependant pas envisageable à la fin du XIe siècle, faute de flottes en soutien.

24Or la conquête et le contrôle de la côte sont une condition nécessaire mais pas suffisante pour la conservation des États latins. La géographie physique du Levant révèle quatre couloirs de pénétration depuis le littoral, chacun contrôlé par un ou plusieurs forts. Alep peut être un objectif économique, tandis que Damas ou Le Caire, dont Damiette ou Alexandrie sont les portes d’entrée, constituent un objectif politique. Toutes les tentatives franques pour s’emparer de ces places se sont soldées par des échecs au XIIe siècle. Comme seul Le Caire est en mesure de porter atteinte aux lignes de communications croisées, l'attaque de l'Egypte par la mer s'est inscrite tôt, et longtemps, dans la perspective stratégique de la défense et de la reconquête des Lieux saints (Mollat, 1967). En contrepoint, méthodiquement et opportunément, après avoir consolidé ses positions en Egypte, Saladin saura récupérer l’héritage zenkide, en s’assurant du contrôle de Damas, puis d’Alep. Son unification de l’espace syro-égyptien précède sa conquête de la Palestine.

Document 4 : Principaux châteaux et forteresses

Document 4 : Principaux châteaux et forteresses

25Si les contraintes logistiques dictent les manœuvres d’approche, les opérations sur le front principal passent davantage par la guerre de siège. Sur la centaine d’engagements majeurs entre 1096 et 1291, moins de 25 % sont des batailles contre plus de 75 % des sièges. La guerre de position se concentre majoritairement sur le littoral levantin, selon un axe nord-sud où les ports concentrent les attentions. Ville clé sur la côte, Ascalon a été âprement disputée (sept engagements), car elle verrouille l’accès à l’Égypte, suivi dans une moindre mesure de Jérusalem, d’Arsouf, d’Antioche et de bien d’autres.

  • iv L’un des plus réputés est le Krak des chevaliers qui verrouille la trouée d’Homs.

26Le réseau des châteaux, forts et forteresses assure la protection des territoires latins dans le cadre d’une stratégie défensive où la faiblesse des effectifs francs est en partie compensée par l’aménagement du terrain. La typologie de la cinquantaine de sites fortifiés s’articule autour des fortifications urbaines ou des monastères isolés, d’un système défensif ceinturant les principales agglomérations ou encore pour protéger ou verrouiller un axe routieriv.

  • 8 « Elément, matériel ou immatériel, dont un État, ou un ensemble d’États, une collectivité, une forc (...)

27Le choix des moyens confère une importance croissante aux lignes de communications logistiques maritimes. Les itinéraires terrestres facilitent des déplacements massifs et simultanés sur plusieurs axes, ne serait-ce que pour ménager les nécessités de ravitaillement. En raison de leur complexité, ces pré-acheminements prennent en moyenne six mois pour atteindre Constantinople. A partir de la troisième croisade, les « passages d’outremer » accélèrent les transits et améliorent les rendements, y compris commerciaux. La rapidité relative de la voie maritime est quand même cinq fois supérieure à celle de la voie terrestre, et sa capacité de transport, dix fois8. Pourtant la fréquence annuelle et saisonnière des convois reste très irrégulière, soumise aux aléas climatiques et à la piraterie endémique. Entre les premières croisades terrestres (pour la première il faut près de trois ans pour atteindre Jérusalem) et les dernières, le délai a été considérablement réduit, pour se stabiliser à une moyenne de trois à quatre semaines de traversée d’ouest en est jusqu’à Acre.

28En principe, le soutien terrestre aux forces s’exerce à partir d’un point d’accès au théâtre vers une zone de regroupement et d’attente.

Document 5 : Le soutien terrestre aux forces

Document 5 : Le soutien terrestre aux forces
  • v Le réalisme local imposait de limiter les ambitions franques aux nécessités fondamentales du pèleri (...)

29Une fois prise en 1099, Antioche assure cette fonction pour les croisades terrestres. Après sa conquête en 1190 par Richard Cœur-de-lion, et la supériorité maritime acquise, Chypre devient la zone de regroupement principale, base d'approvisionnement en armes et en vivres pleinement exploitée par saint Louis lors de la Septième croisade. Les ressources sont ensuite acheminées et distribuées vers une zone de déploiement initial. Pièce maîtresse du Levant latin, Saint-Jean-d’Acre a pu tenir cette fonction compte tenu de sa position sur la côte. Depuis cet emplacement, les unités peuvent rejoindre leurs zones de déploiement opérationnel, constituées des garnisons réparties dans les principautés latines. Les autres ports participent du soutien militaire et économique des États latins en assurant des zones de transits et de dépôts pour stocker les ressources (fondouks). Si les marines occidentales continuent à transporter en grand nombre les pèlerins de Terre sainte, elles bénéficient toutefois de privilèges concédés par les sultans pour la fréquentation de leurs ports (Richard, 1997), notamment avec les Fatimides du Cairev. La supériorité navale des Occidentaux vient aussi d’une assez bonne adaptation de leurs bâtiments aux conditions de navigation et l’effet de masse joue en leur faveur. Mais leur maîtrise de la mer reste très ponctuelle et n'est effective que là où la flotte des croisés se trouve concentrée.

  • 9 L’un des plus réputés est le Krak des chevaliers qui verrouille la trouée d’Homs.

30Les bateaux sont comme la monture du pèlerin, l’instrument de la projection de puissance et le vecteur du commerce. Sans eux, la formation des États francs n’aurait été ni aisée, ni durable. D’ailleurs la satisfaction des besoins suscite un effort sans précédent des constructions navales en Occident (Balard, 2006). Les bâtiments se répartissent en trois catégories. Les cogues, qui supplantent les nefs, augmentent les capacités de charge d’un facteur de huit à dix. Elles peuvent embarquer en moyenne 450 à 550 personnes9 et apparaissent en Méditerranée à la fin XIIe siècle, à la faveur d’un possible transfert technologique depuis la mer du Nord. Bateau méditerranéen roi, la galère et ses dérivées dispose d’une centaine de places. Parmi la troisième catégorie qui rassemble les bâtiments spécialisés, les huissiers sont des navires spécialement aménagés pour embarquer des chevaux dont l'une des premières utilisations remonte à la campagne d'Egypte de 1169. C’est ainsi que la composition des flottes s’adapte à la nature de l’affrètement à destination de l'Orient latin (Mollat, 1967).

31Le financement a été un souci constant mais il est impossible de connaître précisément ce qu’a pu être le montant global des croisades. La prise en charge d’une part du coût de l’expédition relevait tout d’abord d’une responsabilité individuelle, soutenue par l’Église. Néanmoins, le système de financement s’est établi lors de la Deuxième croisade. Comme les dépenses excédaient de loin le budget habituel des princes et des seigneurs, le départ pour l’Orient a entraîné l’adoption de mesures de taxation, qui frappaient avant tout les revenus ecclésiastiques (décime). La définition d’un régime fiscal, sous responsabilité des légats pontificaux, s’est régularisée à partir de 1215 (Richard, 1997). Par une étude approfondie des comptes royaux, X. Hélary a démontré la capacité de mobilisation financière de la puissance capétienne appuyée par le pape, à partir de la moitié du XIIIe siècle. Sur un montant total estimé de plus de 1 500 000 livres tournois de dépenses, pendant les six années de guerre de saint Louis en Egypte (1248-1254), la part des trois ans de décime accordées par le pape (40 %) était aussi élevée que celle d’une partie des recettes du revenu annuel du domaine royal (40 %). L’importante contribution des villes reste moindre (20 %). Le roi emploie l’essentiel à couvrir les dépenses communes à toute l’armée, principalement pour l’affrètement de la flotte et le ravitaillement (Hélary, 2012). La hauteur de l’investissement de la Septième croisade, la mieux préparée, la mieux documentée aussi, constitue une mesure étalon pour estimer les capacités des expéditions qui la précèdent.

Du plan de campagne initial à son évolution en deux siècles

32Il ne faut pas minorer l’impact durable de la prise de Jérusalem qui ponctue la Première croisade, puis de l’administration du royaume, puisque la ville sera conservée sans discontinuité pendant 87 ans, soit près de plus de trois générations. Si l’on retient la chute d’Edesse (1144) comme première lézarde, la victoire inespérée de 1099 assure une relative stabilité aux États latins d’Orient pendant près de deux générations. La période couverte par les deux premières croisades a mis en lumière une certaine supériorité des Francs, qui compensent leur infériorité numérique globale par une meilleure discipline et une valorisation du terrain par la fortification de points d’appuis.

33Mais, les inconvénients de l’organisation des conquêtes s’accumulent. Les États francs sont mal reliés à l’Empire byzantin. Les bases chrétiennes sont relativement éloignées et les axes de communication restent insuffisants, la zone la plus faible étant le comté d’Edesse.

34Au début du XIIe siècle, les Turcs, qui tiennent toujours l’essentiel de l’Anatolie, se cantonnent dans une position défensive entre Damas, Alep et Mossoul avec quelques offensives dispersées contre Antioche et surtout Edesse. Leur inefficacité témoigne de la discorde entre les musulmans, développée par l’extension des conflits opposant les sunnites aux contestataires chiites qui trouvent une expression particulièrement vigoureuse dans le courant ismaélien soutenu par les Fatimides. Zengi hâte la mobilisation des musulmans. Principal artisan du réveil de l’islam, il prépare le terrain à son fils Nur ad-Dîn, qui s’empare du pouvoir et s’installe à Alep, puis Damas en 1154. Dans la deuxième moitié du XIIe siècle, le barycentre se déplace de la Syrie du Nord vers Le Caire pourtant en pleine anarchie. L’Égypte, point faible politique du front musulman, excite par sa capacité économique la convoitise de tous. Si sous Nur ad-Dîn, l’initiative était syrienne, avec Saladin, elle devient égyptienne. A partir de 1190, ce dernier parvient à rejeter les chrétiens sur le littoral palestinien (Jehel, 1992).

35Nonobstant les apports réguliers de l’Occident et l’implication des ordres militaires, les Latins ne peuvent plus entreprendre d’opérations dans la profondeur du dispositif adverse. Après Hattîn (1187) et surtout au tournant du traité de 1229, qui réduit les États latins à une fine bande côtière, la stratégie croisée devient défensive à l’aune de la réduction des effectifs. Elle repose sur le contrôle d’une ligne de fortifications pour atténuer les coups de boutoirs adverses. La Septième croisade n’est qu’un sursaut, dans cette longue période où l’initiative est passée côté musulman, excepté la période d’incursion mongole (1240-1260).

36En dépit des accords passés, la pérennité des pèlerinages n’est désormais plus assurée régulièrement.

Bilan nuancé, héritages contrastés

37Le caractère évolutif de cette forme de pèlerinage sur deux siècles doit être rappelé. Il tient à une progressive rupture d’un équilibre subtil entre foi, puissance temporelle et intérêts commerciaux. Malgré les chocs culturels, la transmission des savoirs, par un ensemble hétéroclite d’intermédiaires, byzantins tout d’abord, syriaques et arméniens ensuite, a favorisé des avancées techniques majeures. En définitive, tous ces héritages ont traversé les siècles.

Le bilan immédiat des croisades est d’abord technique et commercial, avant d’être géopolitique

38Les techniques de navigation ont participé du développement économique comme le transfert technologique et scientifique a accompagné les progrès de la navigation en Méditerranée et en Europe du Nord. La diffusion d’instruments a facilité le géo-positionnement. L’astrolabe des Arabes a été adopté par les Occidentaux au XIIe siècle, l’aiguille aimantée a été utilisée pour la navigation vers 1100. L’expérience acquise et les connaissances sur les distances étaient reportées dans un catalogue (le Compasso de navegare vers 1250), la précision des routes s’est améliorée avec la navigation par l’estime (vers 1269) et plus tard avec la boussole (vers 1302). La maniabilité et la vitesse des navires ont progressé grâce à la combinaison de la voile carrée et de la voile latine puis du gouvernail d’étambot au XIVe. Signe de l’évolution des repères traditionnels du monde occidental, la représentation symbolique des cartes en « TO » (Terrarum Orbis) a été progressivement remplacée par une cartographie utilitaire ou encore de notoriété, comme les mappemondes d’Al-Idrissi (1154), puis les portulans (carte pisane vers 1290, carte d'Ebstorf vers 1300).

39La dynamique de l’essor économique et commercial a reposé sur l’intensification des trafics maritimes tant intra-européens que trans-méditerranéens et en Mer Noire. Il atteint son apogée vers 1250. En valeur, c’est toutefois en Méditerranée que les échanges ont été les plus lucratifs. Sous l’impulsion des cités maritimes italiennes, des innovations économiques ont facilité les échanges commerciaux, suscitant de nouvelles formes d’associations contractuelles : la societas maris génoise, les contrats de nolis ou nolisement et le recourt à l’assurance maritime. Avec l’émergence des banques de dépôt et de change, les ordres militaires et les cités italiennes, dès 1150 à Gênes et un siècle plus tard à Venise, ont été pionnières dans l’instauration d’un capitalisme financier. D’acteurs relativement marginaux au sein de ces réseaux d’échanges centrés sur le monde musulman, les Italiens ont profité des mutations profondes pour s’imposer comme des acteurs majeurs et incontournables du grand commerce méditerranéen, les plaçant au centre d’un ensemble de réseaux tricontinentaux. A cette période, c’est depuis Gênes, Pise, Venise, en attendant Marseille ou surtout Barcelone au xiiie siècle, que sont partis les navires, les capitaux et les marchands, qui ont fait fonctionner ces réseaux d’échanges à longue distance (Valérian, 2017).

40En Occident, l’art de la guerre a connu des transformations techniques (équipement, combat…) et logistiques majeures. La conservation des États latins pendant près de deux siècles, certes dont la superficie s’est réduite progressivement à une bande côtière, relève tout de même de l’exploit au regard des ressources croisées engagées. Elle n’a été possible que grâce à un renouvellement de troupes, un soutien moral et matériel régulier, principalement par voie maritime. Les ordres religieux militaires y ont tenu un rôle clé. La destinée des Hospitaliers et des Templiers accompagne d’ailleurs l’évolution des opérations des croisades (conquérir, sécuriser, contrôler) avant de connaître un sort bien différent au XIVe siècle. Mais la garantie du maintien des pèlerinages résulte surtout de la combinaison d’actions diplomatiques, parfois paradoxales, comme celle d’un empereur excommunié (Frédéric II, avec l’accord de Jaffa en 1229) et de réussites ou d’échecs militaires comme celui d’un roi français au rayonnement moral incontestable (Louis IX, 1249).

41L’étonnante vitalité géopolitique des États latins d’Orient peut s’expliquer par une conquête coordonnée, puis surtout par une administration efficace, tant qu’elle conservait une certaine homogénéité sous le primat du royaume de Jérusalem ou l’impulsion de chefs charismatiques. Les expéditions franques successives ont en définitive préservé les États latins d’Orient, en infériorité démographique, situés sur une ligne de fracture du monde musulman, entre les Seldjoukides, les Ayyubides puis les Mongols, contre les Fatimides, puis les Mamelouks. Elles ont ensuite mis un frein à la pression turco-musulmane et ont prolongé de fait la survie de l’empire romain d’Orient, malgré ses dissensions internes ou la parenthèse de l’empire franc de Romanie (1204-1261).

La Terre sainte en héritage violent de l’Histoire

42Du XIVe au XIXe siècle, les héritages immédiats de la route vers Jérusalem sont passés de l’idée de reconquête au repli, avant de céder à la mode orientaliste ou aux études savantes, en laissant peu de place au dévot.

43La chute d’Acre n’a pas mis un terme aux projets de reconquête de la Terre sainte. Vers 1280-1290, le Catalan Ramôn Lull imaginait une immense offensive, navale et terrestre, de Gibraltar à Alexandrie. Début XIVe, de nouveaux plans sont envisagés. Dans son traité De recuperatione Terrae sanctae, Pierre Dubois proposait de lancer quatre armées contre l'Islam, trois devaient emprunter la mer (1305 et 1307). Le plan le plus complet et le plus ambitieux reste celui du Vénitien Torsello. Entre 1307 et 1321, il proposait de saper le pouvoir mamelouk en Egypte, grâce à la combinaison d’un embargo économique, d’alliances politiques et de pressions militaires concertées. L’effort à consentir aurait représenté quatre à cinq fois le coût de la septième croisade. Bien qu’inapplicables, ces plans témoignent de l’emprise tenace qu’exerce l’idée de croisade en Europe.

44Ensuite, c’est l’affaire des ligues croisées en mer Egée (1344-1360), suivies de la croisade de Pierre Ier de Chypre (1359-1369). Mais les États chrétiens ont perdu progressivement leurs points d’appui en Méditerranée orientale. Alors que les croisés avaient privilégié les voies maritimes, en l’espace de trois siècles, du XIVe au XVIIe, les conquêtes ottomanes se sont déroulées en sens inverse, d’abord sur terre, plutôt que sur mer, milieu favori des Mamelouks jusqu’au début du XVIe.

45Malgré tout, début XIVe, avec l’accord des Turcs et des Egyptiens, Venise a continué d’organiser chaque année des pèlerinages à Jérusalem. A partir du XVe siècle, le voyage en Terre sainte connaissait une relative désaffection, sans cesser totalement. Puis, du XVIe au XVIIIe siècle, il muait en « voyage en Orient », correspondant à la nouvelle mode d’exotisme (Laplanche, 2000). Au XIXe siècle, à l’instar des politiques européennes du Moyen-Orient qui cherchent à concilier la protection de leurs ressortissants et de leurs intérêts économiques, la France tentait encore d’honorer son rôle de protectrice des chrétiens d’Orient (expédition française de Syrie en 1860-1861).

46Les héritages ultérieurs des XXe et XXIe siècles : nouvelles batailles pour la Terre promise

47Comme la Méditerranée de Braudel, « cœur violent du monde », ce Levant présente des constantes géopolitiques et géostratégiques. Sur le plan militaire, la campagne du général britannique Allenby (1917-1918), le mandat français sur la Syrie (1920-1946), l’implication franco-britannique de 1956, la part prise lors des guerres israélo-arabes (1948, 1967, 1973) et lors de la guerre civile libanaise (1976-1990), ou encore le raid Hamilton de 2018, sont autant de manifestations d’une préoccupation occidentale à son égard, qui s’inscrit dans une géopolitique régionale de plus en plus large. Attentions dont bénéficient parfois les minorités ethniques et confessionnelles (Arméniens, chrétiens d’Orient, Kurdes). Assurée de son débouché sur la Mer Noire, la troisième Rome revendiquée (Moscou), héritière historique de Constantinople, fait son retour sur la scène méditerranéenne, proche et moyenne-orientale. Des quatre acteurs régionaux majeurs en quête de leadership du monde musulman - Turquie, Arabie saoudite, Egypte, Iran -, quand ils ne sont pas contestés par un puissant courant panislamiste de type califal (Daesh, Frères Musulmans), le premier semble se distinguer en exploitant pleinement sa position carrefour entre l’Asie centrale, l’Europe orientale et son bassin méditerranéen. Non sans tensions. La question chypriote et les récents enjeux énergétiques associés ravivent les anciennes querelles. Au cœur de ces lignes de fractures territoriales et démographiques, l’État d’Israël lutte pour sa survie, sans concession.

La carte du pèlerin. Retour vers une cosmographie chrétienne

48Le bilan religieux des croisades semble à première vue mitigé. Pourtant, les pèlerinages se sont poursuivis sur deux siècles, massivement à certaines périodes. Toute la société chrétienne en a bénéficié. A l’orée du XIVe siècle, avant même de nouveaux déchirements en Occident, l’esprit des croisades a spirituellement fait florès. Mais une lente mutation s’est opérée en faveur de la mission, initiée par des réformateurs, entraînée par les ordres mendiants, pour ensuite gonfler les voiles des grandes expéditions d’outre-Atlantique et d’Asie.

49Sur un autre plan, la représentation figurative médiévale apporte un éclairage qui confine à la meta-géographie. Elle ne visait pas à remplacer la représentation du réel mais semblait le dépasser, comme par nécessité spirituelle. Conformément à la conception du temps et à son organisation sociale, l’Occident médiéval restait attaché à la représentation chrétienne du monde où les cosmographies demeuraient des représentations symboliques de l'histoire universelle du salut. C’était la fonction des mappemondes en « TO », répondant à une convention ancienne, attestée à l'époque romaine, progressivement christianisée au cours du haut Moyen Âge, en référence, entre autres, aux écritures saintes (Psaumes, Isaïe, Ézéchiel, l'Apocalypse). Au centre de ces mappemondes, Jérusalem s’est substituée à Rome ou Constantinople au tournant des années 1100. Cette évolution liée aux croisades a consacré la Terre du Christ comme l’« ombilic du monde » pour reprendre la formule du pape Urbain II, reprise par plusieurs conciles (Lyon en 1245 et 1274). Saewulf, pèlerin anglais du début du XIIe siècle, parle du lieu, situé devant l'église du Saint-Sépulcre et appelé le « compas », où le Christ « marqua et mesura de sa propre main le centre du monde » et Bernard de Clairvaux s’adressant au patriarche de Jérusalem évoque « la révélation, l'Alliance, l'accomplissement du mystère divin, situé au centre de la Terre et au point de jonction entre l’ici-bas et l'au-delà marqué par l'ascension du Seigneur ». Le pèlerinage armé vers Jérusalem marque ainsi un véritable recentrement du monde chrétien pour constituer un lieu de référence, aussi bien géographiquement qu'historiquement (Iogna-Prat, 2001). Dans sa thèse de géographie (2016), Marie-Helène Chevrier souligne la spécificité de ces lieux arrachés à la géographie ordinaire, où la fondation du sanctuaire à partir d’une théophanie transfigure l’espace. Depuis Jean Germain, qui a rédigé une « mappemonde spirituelle » en 1449, à une interprétation revisitée de Mackinder sur le pivot géographique de l'histoire, cette Terre sainte pourrait être assimilée au Spiritland, centre de la géographie sacrée où la Jérusalem terrestre en est davantage l’Omphalos que le Topos.

Conclusion

50Thème central pour une approche pluridisciplinaire, notamment sous l’angle militaire, la Gesta Dei per Francos des XIIe et XIIIe siècles se résume à l’usage de la force plus ou moins au service de la foi, dont le marchand a su tirer bénéfice. Deux siècles au cours desquels l’Histoire a laissé une empreinte majeure dans une géographie occidentale et méditerranéenne tendue vers la Terre sainte. Les enjeux géopolitiques associés appellent naturellement une comparaison avec les pèlerinages contemporains.

Haut de page

Bibliographie

Beaufre A., 2012, Introduction à la stratégie, 1963, Fayard/Pluriel, 192 p.

Castex R., 1997, Théories stratégiques (1929 ; 1935), Réédition : Economica, 5 volumes.

Collectif, 2020, Doctrine interarmées sur l'anticipation et la planification stratégique DIA-5(C)_A&PS(2019). N° 8/ARM/CICDE/NP du 9 janvier 2020, Ministère des Armées, Etat-major des armées.

Coutau-Bégarie H., 2006 (5éd.), Traité de stratégie, Paris, Economica, 1049 p.

Balard M., 2006, La Méditerranée médiévale : espaces, itinéraires et comptoirs. Edition A & J Picard, Paris, 200 p.

Flori J., 1993, Un problème de méthodologie. La valeur des nombres chez les chroniqueurs de Moyen Âge. À propos des effectifs de la première croisade, Le Moyen Âge, t. XCIX, p. 399-422.

Heers J., 1995, La Première Croisade, libérer Jérusalem 1095-1107, Perrin, Paris, 371 p.

Hélary X., 2012, L’armée du roi de France. La guerre de Saint Louis à Philippe le Bel. Perrin, 329 p.

Logna-Prat D., 2001, La terre sainte disputée. Médiévales, n°41. La rouelle et la croix. Destins des Juifs d'Occident. pp. 83-112.

Jehel G., 1992, La Méditerranée médiévale de 350 à 1450. Paris, Armand Colin, 191 p.

Mazel F., 2010, 888-1180. Féodalités, Paris, Belin , 784 p.

Micheau, F., 1997. Les croisades vues par les historiens arabes d'hier et d'aujourd'hui. In: Le concile de Clermont de 1095 et l’appel à la croisade. Actes du Colloque Universitaire International de Clermont-Ferrand (23-25 juin 1995) Rome : École Française de Rome. pp. 345-360.

Mollat M., 1967, Problèmes maritimes de l'histoire des croisades, Cahiers de Civilisation Médiévale, pp. 345-359

Noizet H., Grosso, E., 2012, Mesurer la ville : Paris de l’actuel au Moyen-âge. Les apports du système d’information géographique ALPAGE. In CFC N.211 –. pp. 85-100.

Planhol (de) X., 1993, Les nations du prophète : manuel géographique de politique musulmane, Paris, Fayard, 894 p.

Richard J., 1996, Histoire des croisades, Fayard, Paris, 544 p.

Richard J., 1997, La Méditerranée des croisades, Regards sur la Méditerranée. 7ecolloque de la Villa Kerylos, 4-5octobre 1996, Paris, pp. 135-150.

Riley-Smith J., 1996 (1990), Atlas des Croisades, Orient latin, Byzance, Péninsule ibérique, Baltique, Europe orientale, traduit de l'anglais par Camille Cantoni, Autrement, Paris, 192 p.

Valérian D., 2017, Le commerce entre l’Italie et l’Orient entre xe et xiiie siècle : nouvelles polarités et reconfiguration des réseaux d’échanges, Cahiers d’études italiennes, [En ligne], 25 | 2017.

Villemagne (de) F.-X., 2009, Pèlerin d’Orient, XO, 368 p. 

Zouache A, 2008, Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174 : Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes, Damas, Presses de l’Ifpo, 1000 p.

Haut de page

Notes

1 Exemples de couples géographiques : Terre / mer; ports / villes de l’hinterland, nomades / sédentaires, plaine (littoral) / montagne, espace urbain / rural, etc.

2 La Comprehensive Operations Planning Directive (COPD), outil de planification de l’OTAN du niveau stratégique et opératif, est la méthode de référence pour les travaux de planification.

3 Sous le prisme politique, militaire, économique, social, infrastructure et informationnel (PMESII).

4 L’une des spécificités d’un pèlerinage est d’accorder autant d’importance à la route, qui fait le pèlerin, qu’au sanctuaire de destination.

5 Pour la méthodologie, voir les travaux en cours de C. Dauphin et M. Ben Jeddou (Sédentaires et nomades dans le Levant Sud de Byzance aux croisades : dynamisme du peuplement et expression artistique).

6 Par comparaison avec les densités d’aires urbaines contemporaines, la plupart des estimations démographiques urbaines médiévales connues sont surestimées. Pour un éclairage méthodologique cf. Noizet et Grosso, 2012.

7 Les chiffres avancés par F. Lot, voire du démographe J.C. Russel, pour les Francs, et d’A. Zouache pour les musulmans, sont les plus crédibles.

8 « Elément, matériel ou immatériel, dont un État, ou un ensemble d’États, une collectivité, une force militaire, tire sa puissance, sa liberté d’action ou sa volonté de combattre ». DIA-5(C), 2020.

9 L’un des plus réputés est le Krak des chevaliers qui verrouille la trouée d’Homs.

Haut de page

Note de fin

i Exemples de couples géographiques : Terre / mer; ports / villes de l’hinterland ; nomades / sédentaires, plaine (littoral) / montagne, espace urbain / rural, etc.

ii Sous le prisme politique, militaire, économique, social, infrastructure et informationnel (PMESII)

iii Les chiffres avancés par F. Lot, voire du démographe J.C. Russel, pour les Francs, et d’A. Zouache pour les musulmans, sont les plus crédibles.

iv L’un des plus réputés est le Krak des chevaliers qui verrouille la trouée d’Homs.

v Le réalisme local imposait de limiter les ambitions franques aux nécessités fondamentales du pèlerinage.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Espace-Temps : connaître-comprendre
URL http://journals.openedition.org/geohist/docannexe/image/6624/img-1.png
Fichier image/png, 170k
Titre Document 2 : Un espace fragmenté (XIe-XIIIe)
URL http://journals.openedition.org/geohist/docannexe/image/6624/img-2.png
Fichier image/png, 232k
Titre Document 3 : Six croisades et 15 itinéraires
URL http://journals.openedition.org/geohist/docannexe/image/6624/img-3.png
Fichier image/png, 245k
Titre Document 3 : Un espace orienté et compartimenté
URL http://journals.openedition.org/geohist/docannexe/image/6624/img-4.png
Fichier image/png, 396k
Titre Document 4 : Principaux châteaux et forteresses
URL http://journals.openedition.org/geohist/docannexe/image/6624/img-5.png
Fichier image/png, 647k
Titre Document 5 : Le soutien terrestre aux forces
URL http://journals.openedition.org/geohist/docannexe/image/6624/img-6.png
Fichier image/png, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud de Vachon, « Sur la route de Jérusalem. Considérations géostratégiques sur les croisades  »Revue de géographie historique [En ligne], 21-22 | 2022, mis en ligne le 23 novembre 2022, consulté le 30 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/geohist/6624 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geohist.6624

Haut de page

Auteur

Arnaud de Vachon

Arnaud de Vachon est colonel de l’armée de Terre, affecté au commandement pour les opérations interarmées, bureau géographie, hydrographie, océanographie, météorologie.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search