Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes-rendus2023Aurélien D’Avout, La France en éc...

2023

Aurélien D’Avout, La France en éclats, Écrire la débâcle de 1940 d’Aragon à Claude Simon, Les impressions nouvelles, 2023, 391 p.

Philippe Boulanger
Référence(s) :

Aurélien D’Avout, La France en éclats, Écrire la débâcle de 1940 d’Aragon à Claude Simon, Les impressions nouvelles, 2023, 391 p.

Texte intégral

1La débâcle de 1940 est restée comme l’une des périodes les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale en France. Elle a laissé une trace profonde dans la mémoire collective qui a touché un très grand nombre de familles, trace aussi ensevelie, voire oubliée, sous d’autres couches historiques mieux connues. L’ouvrage publié par Aurélien D’Avout semble aborder, au premier abord, cette histoire de la société française face à l’invasion allemande. Mais il surprend son lecteur, à plus d’un titre et de manière magistrale, par son angle d’approche géographique comme par les sources exploitées. Mémoires, romans, essais, témoignages en deviennent le corpus privilégié de sorte que cet ouvrage est à la fois géographique, historique et littéraire, à mi-chemin entre les trois disciplines par son style.

2Écrire la guerre par le regard de l’observateur littéraire est au cœur de la démarche de l’auteur. L’appréhender par le biais de l’analyse temporelle et spatiale en est une autre. En effet, toute une génération d’écrivains français, pour la plupart reconnus en 1940, aborde les instants de cet effondrement national. Aragon, Braudel, Gracq, Saint-Exupéry, Dorgelès, Bloch, Sartre, de Gaulle, Némirowsky, Sadoul, Montherlant, Merle, Rebatet, et bien d’autres, donnent à comprendre une géographie de la débâcle dans sa diversité. La singularité de cet ouvrage est de nous en faire comprendre la représentation par les œuvres littéraires. L’exercice pourrait apparaître difficile à relever, voire annexe compte tenu de l’importante historiographie sur ce sujet. Il n’en est rien tant l’analyse géographique des écrits littéraires se révèle riche et soutenue par une méthode originale. L’auteur décèle, certes, des constances spatiales à travers le foisonnement de la production littéraire : les descriptions de paysages, les toponymes, les allégories, leur processus de création comme la lecture des cartes d’État-major, les savoirs géographiques. De fait, à partir de cette grille de lecture, ce sont les dominantes majeures qui sont mises en exergue.

  • 1 Les jeux inconnus de François Boyer, Suite française de Irène Némorowsky par exemple.

3Parallèlement, les regards de chacun sont traités avec une grande nuance d’esprit, une maîtrise parfaite des textes ainsi que des trajectoires individuelles qui s’expriment durant ces six semaines d’exception, des personnalités littéraires et intellectuelles bouleversées par la désorientation géographique imposée par la guerre. Ce n’est pas ainsi une histoire mais une géographie historique de la débâcle que l’auteur aborde à travers la littérature française. Tant d’écrivains ont partagé leur impression de la menace, leur vécu de la débâcle, leur désarroi personnel et leur représentation spatialisée d’une France en éclats dont le titre donne à comprendre déjà cette complexité. Du paysage-histoire d’Aragon (La Semaine sainte), dont les éléments entrent en collision, au territoire « couturé de cicatrices » où s’exprime le retour de la violence primitive de Claude Simon (L’Acacia), de l’espace aérien traversé par les machines de guerre, où l’avion fait l’objet d’une « métaphorisation animale » (l’aigle allemand, l’oiseau dangereux)1 à la nature magnifiée de Julien Gracq avant les combats (Un balcon en forêt), les perceptions territorialisées sont nombreuses et diverses. L’intérêt d’Aurélien d’Avout est d’analyser cette première dimension.

4Mais il en est une autre plus surprenante et inattendue, peu soupçonnée et effacée de nos mémoires quoique finalement omniprésente. Tous les écrivains que cite l’auteur y font justement référence dans leurs écrits. La thèse vers laquelle nous emmène l’auteur conduit à observer, à la fin de l’ouvrage, que la traversée du territoire en guerre s’éloigne d’un savoir géographique savamment construit depuis la fin du XIXe siècle à travers les grandes institutions que sont l’école et l’armée. Savoir académique, la géographie française se révèle peu opérationnelle dans les esprits désorientés, l’impréparation de l’exode et la confusion de la débâcle. Ennemi insituable et imaginé, front fuyant, errance labyrinthique, entre autres, sont autant de représentations géographiques, voire de géopolitique historique, qui nous invitent à comprendre cette période d’une autre manière. « Confusion des trajectoires, insuffisance de cartes, déficits d’informations, indétermination du front : tout concourt au sentiment d’une perte de conscience géographique » écrit l’auteur. Il est donc question de désorientation spatiale, de trajectoires incertaines, de cartes d’État-major manquantes au point de penser que les leçons de la défaite de 1870-1871 ont été oubliées.

  • 2 Cité page 77. Ernst Robert Curtius, La littérature européenne et le Moyen-Âge latin, PUF, 1956.

5Pour parvenir à cette conclusion majeure, qui n’est pas unique toutefois, Aurélien d’Avout articule son propos en trois grandes parties successives, toutes liées intrinsèquement au regard géographique des écrivains : « la traversée de la France défaite », « les figurations symboliques de l’espace national : du modèle à son altération », « le territoire recomposé ». La démonstration se révèle ainsi brillante même si certaines notions géographiques, au-delà de formulations bien choisies, pouvaient être appréhendées différemment. Celle de paysage de guerre (chapitre 2) a fait l’objet de nombreux travaux depuis les années 2000, à la croisée de différentes disciplines également, dans la communauté des géographes français et anglo-saxons que l’auteur semble méconnaître. Si celui-ci s’appuie sur d’autres références pour en approfondir la portée, notamment les notions antithétiques de locus terribilis et de locus amoenus de Ernst Robert Curtius2, le renouvellement scientifique sur le « paysage de guerre » par les géographes pouvait apporter quelques autres perceptions et précisions liées au sujet. Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage d’Aurélien D’Avout révèle une autre manière de penser et d’écrire en géographie historique de manière générale. Sa maîtrise des concepts dont s’enrichissent communément le géographe et l’historien, des sources bibliographiques et primaires, du croisement des disciplines renouvelle une approche de la géographie historique pour le plaisir du lecteur.

Haut de page

Notes

1 Les jeux inconnus de François Boyer, Suite française de Irène Némorowsky par exemple.

2 Cité page 77. Ernst Robert Curtius, La littérature européenne et le Moyen-Âge latin, PUF, 1956.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/geohist/docannexe/image/6690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Boulanger, « Aurélien D’Avout, La France en éclats, Écrire la débâcle de 1940 d’Aragon à Claude Simon, Les impressions nouvelles, 2023, 391 p. »Revue de géographie historique [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le 27 mai 2023, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/geohist/6690 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geohist.6690

Haut de page

Auteur

Philippe Boulanger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search