Navigation – Plan du site

« Chenilles » et « coccinelles » en Gascogne

«Chenilles» e «coccinelles» in Guascogna
Chenilles” and “coccinelles” in Gascony
Rita Caprini

Résumés

Le présent article est un aperçu du vaste travail de recherche sur les dénominations de « chenille » et « coccinelle » à l’échelle de l’Europe (avec l’Atlas linguarum europae) et de la petite Europe romane (avec l’Atlas linguistique roman) que nous avons réalisé par le passé. Nous nous sommes concentré ici sur le domaine occitan et plus particulièrement sur la Gascogne. La grande diversité des formes trouvées montrent toute l’étendue et la difficulté de retrouver une étymologie certaine, c’est pourquoi la motivation sémantique est là pour éclairer certaines formes vraiment obscures et aujourd’hui devenues très opaques.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis l’époque de Gilliéron les chercheurs qui travaillent dans le domaine de la géographie linguistique savent très bien que la Gascogne présente, du point de vue dialectologique, des caractéristiques particulières qui ont attiré l’attention des savants.

2En effet, quand l’idée des atlas régionaux français fut lancée (par Albert Dauzat en 1939, peu avant la guerre), la première aire dialectale de France qui s’ouvrit à la nouvelle exploration (après celle de Gilliéron et Edmont) fut la Gascogne, et l’Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne fut le premier à paraître (Paris, CNRS, 1954), publié par Jean Séguy. En indiquant les raisons de son initiative, il écrivait dans l’Introduction :

Il m’avait paru nécessaire de reprendre, sur le plan régional, l’œuvre de mon ancien maître Gilliéron, qui si magistrale fut-elle, ne pouvait être le dernier mot de la dialectologie française.

Il se plaignait de la disparition prochaine de nombreux patois. Aujourd’hui, soixante ans après, on sait bien que la chose s’est déjà passée. Jean Séguy (1914-1973) fut titulaire de la chaire de linguistique romane à l’université de Toulouse en 1950, il avait un intérêt tout particulier pour les noms des plantes et des animaux étant aussi botaniste et biologiste. Il se pencha surtout sur le problème des relations entre les catégories scientifiques et celles du savoir populaire, problème central pour l’étude du lexique dialectal. On sait bien que la classification scientifique des plantes et des animaux fut nécessaire en Europe à cause de l’extrême variété des noms populaires. On parle désormais depuis un demi-siècle d’« ethnoscience » comme domaine d’étude pas seulement pour les ethnologues mais aussi pour les linguistes qui travaillent sur les dialectes d’Europe.

3En travaillant pour l’Atlas linguistique roman depuis presque trente années, dédiant mon attention surtout aux noms d’animaux (j’ai réalisé les cartes sur les noms romans de « chenille » (Caprini, 2001b), « rouge-gorge » (Caprini, 2005b, 2009) et « coccinelle » (Caprini, 2001b, 2019)), j’ai constaté que cette partie du lexique nous révèle beaucoup de notre passé de croyances. Bien entendu, la langue conserve les traces des croyances très éloignées dans le temps, dont souvent les locuteurs n’ont plus aucune connaissance consciente. En outre, j’ai constaté que, entre les noms d’animaux, certains comme la chenille (Caprini, 1999a, 1999b) et la coccinelle présentent une très grande variété, tandis que d’autres, comme le rouge-gorge, pour ne parler que de ceux que j’ai traité pour l’Atlas linguistique roman (ALiR), sont plus simples et surtout révèlent l’arrière-plan presque mythique des autres. L’origine de cette différence demeure, en l’état actuel des nos connaissances, encore mystérieuse.

4J’ai choisi parmi les cartes de l’Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne (Séguy, 1954), la carte no 55 « chenille » et la carte no 1223 « coccinelle » afin de constater la présence ou l’absence des types romans les plus fréquents.

5De ce point de vue, la carte gasconne des noms de la chenille est un vrai condensé des noms romans de cette petite bête : je donne ici une liste des types, dans une transcription normalisée qui ne prend pas en compte les variétés phonétiques, qui ne font pas l’objet de notre présente recherche. En outre, il faut souligner que la différence entre deux espèces de chenille, les chenilles velues comme la processionnaire du pin, et les chenilles glabres, type piéride du choux, n’est généralement pas relevée sur la carte (Caprini, 2001b).

6Deux types romans bien connus pour « chenille » partagent la plupart de l’aire dialectale de la Gascogne : les continuateurs du lat. ērūca, avec la signification « la chenille » et le type gatamino, c’est-à-dire le type lat. catta suivi d’un adjectif ou d’un nom. Ce dernier type se trouvant uniquement en Gascogne.

7Les continuateurs du lat. ērūca sont répandus surtout en Espagne, où ils dominent nettement sur les autres dénominations, mais ils se retrouvent aussi dans la partie centrale du domaine occitan, dans l’Italie septentrionale et centrale, en Sardaigne et en Corse. Les aires dont il est question ne forment pas une aire continue et manquent absolument dans les parties extrêmes du domaine roman : le Portugal et la Romanie. Quant à la signification latine du terme, il faut noter que dès ses premières attestations (Virgile, Pline, etc.), le terme désignait soit la chenille, soit différentes plantes alimentaires. L’étymologie inconnue du mot nous empêche de donner des explications sûres : la chenille a peut-être pris le nom des plantes dont elle est gourmande, ou bien le zoonyme a subi un glissement de sens. Le mot latin a aussi des continuateurs romans parmi les phytonymes : il s’agit du type toscan « rucola » (une plante au goût particulier, utilisée pour la préparation de différentes salades) ; de l’italien le mot est passé au fr. « roquette » (voir anc. it. « rocchetta »).

8Du point de vue formel, les continuateurs directs d’ērūca ne sont pas majoritaires, on trouve surtout dans le domaine roman des continuateurs irréguliers, par exemple dans le domaine occitan la consonne sourde de l’étymon latin se maintient souvent. C’est le cas surtout dans une petite aire du domaine occitan sur les deux versants des Pyrénées, à cause du substrat basque, on a la conservation des sourdes intervocaliques latines. Dans notre cas, dans l’aire plus orientale de l’Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, on trouve le type ruko avec une mauvaise césure, comme dans les formes correspondantes de l’aire italienne : la voyelle initiale du mot (e-a-) est considérée élidée, on passe alors de l’aruga à la ruga. La conservation de la sourde interne peut être causée par le contact avec le type kuko, fréquent dans l’aire gasconne, comme dans toute la Romanie, pour désigner différentes petites bêtes. Le type kuko pour « chenille » est enregistré par Séguy et ses collaborateurs dans un petit nombre de points situés entre l’aire de ruko et celle de gatamino.

9À propos des continuateurs du lat. ērūca en Gascogne il faut encore noter qu’un petit nombre de points d’enquête présente d’autres continuateurs irréguliers, un type avec au- initial (aurugo, point 696), d’autres types avec des voyelles initiales inattendues comme u-i- (points 680, 690). Pour ces types romans on a pensé à une contamination avec le lat. ūro « brûler ». Ce type se retrouve surtout dans le castillan, où la forme la plus répandue est uruga, mais on trouve aussi des exemples en galicien, en catalan, en occitan et en sarde.

10La partie centrale et orientale du domaine gascon, le département des Landes et une partie des départements adjacents, est occupé par le type gatamino, dans lequel on reconnaît le nom de la « chatte », suivi d’un nom, ou de l’adjectif, mino, un terme tendre pour le chat utilisé aussi dans d’autres aires de la Romania (par exemple à Gênes, comme je peux en témoigner). On peut proposer la signification « chatte – douce chatte » (comme le faisait le professeur Gaston Tuaillon).

11La dénomination « chatte » de la chenille est bien répandue dans le domaine roman ; il s’agit de dérivés du lat. catta. À côté des simples dérivés on a des syntagmes et des composés. Ce type se retrouve dans la partie septentrionale du domaine oïl (de la Bretagne à la Picardie) et dans l’Italie du Nord-Ouest ; en Espagne on ne trouve que des points isolés. Les désignations signifiant « chatte » sont presque toujours en contact avec le type « (petite) chienne », qui prédomine dans la langue d’oïl. Il est probable que certains noms, comme « chatte » ou « poilue » (ce dernier se trouve dans une vaste aire du domaine gallo-romain qui va de Boulogne à Nantes, mais est absent de l’aire gasconne), indiquent surtout à l’origine des insectes ayant des poils, tout à fait différents de la chenille verte sans poils. On a souligné ci-dessus que la carte no 55 de l’Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne ne fait aucune différence entre les deux espèces.

12Il est vraisemblable que l’aire de gatamino en Gascogne se soit enfoncée dans le domaine primitif de ruca dont il ne reste aujourd’hui que deux tronçons. Il s’agit encore, je crois, d’un terme doux pour bénéficier des pouvoirs d’une petite bête qui peut être dangereuse.

13À ce propos, il faut noter que chaque animal est objet de croyances, qui peuvent être aussi bien négatives que positives : la chenille ne fait aucune exception, et au-delà des dommages qu’elle peut provoquer aux cultures on la considère dangereuse pour d’autres raisons, parfois très curieuses. Au point 699 SE de l’Atlas de la Gascogne on trouve le type « taille-pieds », au point 692 SO « tranche-doigts », et au point 687 NO un poda-nas « tranche-nez » (accompagné du type « chenille » comme deuxième réponse, avec l’observation : « mot vieux ; aujourd’hui même les personnes âgées disent [la réponse] 2 [= chenille] »). La chenille est accusée de maléfices qu’elle ne peut pas accomplir : en général, le type « tranche-doigt » ou similaire est un nom générique appliqué aux insectes pourvus de pinces. La chenille n’a aucune pince, mais c’est une bête très dangereuse pour les cultures. Son intentionnalité maléfique change dans la culture populaire, elle coupe les pieds, les nez des hommes, en catalan la chenille est appellée « coupe-morve » : ce dernier nom n’est pas clair, mais la chenille est encore accusée de couper quelque chose aux êtres humains (Caprini, 2001a). En Angleterre on a recueilli la croyance qu’elle peut couper le pénis ou bien le faire saigner !

14Aux marges de l’aire gasconne on trouve le type chenille. Cette distribution est typique et déjà observée par Gilliéron dans son commentaire pour la carte « coq » de l’Atlas linguistique de France (ALF). Comme on l’a vu ci-dessus pour le type « chatte », la chenille est souvent nommée dans le domaine roman par des noms qui indiquent à l’origine d’autres animaux, parmi lesquels ceux qui indiquent la « chienne » ont une certaine diffusion. Il peut s’agir à la fois de mots désormais opaques ou des mots à la signification encore peu claire aux locuteurs.

15Les dérivés du lat. canicula « petite chienne » occupent la presque totalité de l’aire gallo-romane, à l’exception de l’extrême Nord et du Sud gascon et provençal. Cette grande extension n’a pas toujours sa cause dans l’influence de la langue standard : dans de nombreux cas il s’agit de formes parallèles au fr. chenille plutôt que d’emprunts, mais deux aires occitanes, l’Ariège et le Gard, montrent des formes mal adaptées à la phonétique locale.

16Le lat. cănīcŭla est une forme diminutive pour laquelle la signification « chenille » n’est pas attestée : en fait, ce mot pouvait signifier « petite chienne », « chien de mer » (un poisson), « femme hargneuse », « constellation du Chien », « mauvais coup au jeu de dés ». Le glissement de sens n’est pas clair. On pourrait penser à une création déjà latine, vu la grande diffusion de ce type dans le domaine gallo-roman. On ne parvient vraiment pas à imaginer une ressemblance physique entre le chien et la chenille, et du reste on trouve pour la chenille — dans le domaine roman — des dénominations du type « lézard (vert) », « grillo » ou « chèvre ». Ce dernier nom est aussi souvent employé comme dénomination de la « sauterelle » et du « faucheur ».

17On pourrait envisager dans cette dénomination une manifestation du tabou (Caprini, 2005a). Le tabou est une forme de magie négative, un moyen pour éviter un événement dangereux. L’animal craint par l’Homme peut être alors appelé avec des noms doux (cf. belette « petite belle », ou l’équivalent it. donnola « petite femme »), ou bien on peut éviter les dangers possibles (fictifs ou réels) si l’on n’appelle pas l’animal par son « vrai » nom, mais par des substituts (comme « petite chienne » pour « chenille »).

18Les désignations romanes de la coccinelle présentent le taux le plus élevé de variation lexicale parmi les animaux non domestiques (Caprini, 1989) : en effet, on trouve de partout des dénominations de petites ou de grandes bêtes (la poule et la vache, par exemple) et des noms de femmes. Cette diversité est due surtout à l’étroite liaison qui existe entre les croyances populaires à propos de la coccinelle et de ses dénominations. La coccinelle est souvent représentée clairement comme un intermédiaire entre les hommes (surtout les enfants aujourd’hui) et le divin : les dénominations positives sont poussées au plus haut niveau, le ciel, Dieu, la Vierge, les Saints, les gens d’Église, les rois. Une grande partie des noms romans de la coccinelle s’expliquent à la lumière des formulettes enfantines (parfois de véritables exorcismes) auxquels ils sont liés. Dans les langues romanes, un des motifs les plus communs dans ces formulettes, « l’invitation à voler », devient une des plus fréquentes dénominations de notre insecte : en domaine oïl Paris-vole, Marivole, en occitan bolo-Paoulo, en portugais joaninha voa, ou encore en italien Mariavola, vola tout-court, etc.

19La carte no 1223 « coccinelle » de l’Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne ne représente pas une exception. Les auteurs ont recueilli un grand nombre de formulettes avec lesquelles les enfants jouent à provoquer l’envol de la coccinelle, formulettes qui ne sont pas reproduites sur la carte. L’apostrophe initiale de la formulette « vole + X » devient un substantif, dont le genre grammatical dépend de celui du substantif : la bolo Mario sera alors féminin.

20Les auteurs ont superposé à la carte no 1223 des noms de la coccinelle une indication générale de la diffusion de ces apostrophes (bolo Mario, bolo Pau, etc.). Le nom de personne le plus fréquent en Gascogne pour désigner la coccinelle est Marie, qui est aussi le nom féminin le plus fréquemment utilisé dans les langues romanes : la référence est à la Vierge Marie, la mère de Dieu. Il a cependant subi un procès de désacralisation qui l’a rendu plus familier, mais au point 692 S on trouve la forme encore sacralisée Sainte Marie. Il est partout souvent accompagné de diminutifs ou de l’injonction « vole ! ». En Gascogne, dans les formes enregistrées par l’atlas, on trouve aussi bien « Vole Marie » que « Marie vole ». Parmi les autres noms de personne, on trouve « Paul », forme qui est limitée à l’Ariège. Les noms masculins pour désigner la coccinelle sont relativement rares dans la Romanie. Le prénom masculin le plus fréquent relié à la coccinelle est le type signifiant « Saint Antoin » très répandu en Espagne. On trouve aussi, dans quelques points de la Gascogne, le nom masculin Giraut dans les formules qu’on a déjà vu pour le type « Marie » : « vole Giraut, Saint Giraut, vole Saint Giraut ».

21Quant au type pivole, pibole « coccinelle », qui occupe la partie nord-orientale de la carte no 1223, son explication reste pour moi douteuse : la deuxième partie du mot peut être liée aux types Marie vole, etc., discutés ci-dessus ; mais la première partie n’est pas claire : on pourrait la rattacher au nom de la pie, mais la pie est désignée dans cette aire par le nom ajasse. On pourrait penser alors à une connexion avec des mots comme pirouette. Pibole est aussi le nom de la toupie en Anjou (au nord de la zone concernée).

22Quant aux noms de personne, on trouve encore, au point 658 NO, le nom Marguerite, et au point 657 Madeleine. Le nom Catherine se trouve dans un point des Basses-Pyrénées. Il s’agit d’un nom moins banal que Marie. Comme dénomination simple de la coccinelle Catherine se trouve au Portugal, en Espagne, en France, en Belgique et en Italie. À Santander les enfants lui chantent : « Catalina, lina, lina / sube al cielo y dile a Dios / que mañana haga mucho sol » (« Catherine monte au ciel et dis à Dieu que demain il fait grand soleil »).

23Jeanne Marie ou Marie Jeanne sont enregistrés dans deux points des Hautes-Pyrénées et dans le Gers. Le type Jean ou Jeanne est fréquent dans les langues romanes comme dénomination de la coccinelle. Au Portugal, le nom le plus fréquent de la coccinelle est joaninha.

24Au point 641, dans la Gironde, les coccinelles sont appelées soldats. Les noms de métier sont donnés, en petit pourcentage, à toutes les bestioles étudiées par l’Atlas linguistique roman. Il nous paraît inutile de chercher une motivation particulière pour ces appellations (Caprini, 2004). La coccinelle ne fait pas exception à la règle. Le nom de « soldat » pour la coccinelle se trouve aussi en quelques points d’Italie.

25D’autres dénominations de la coccinelle en Gascogne ont pour type « bête », ou des termes génériques pour « insecte » comme barbaroto, barbot, kuko. Dans l’utilisation d’un générique tel que « animal » ou « petite bête » transparaît, comme dans beaucoup d’autres cas, un refus de nomination qui souligne que le vrai nom de la coccinelle ne doit pas être prononcé, même si celle-ci doit être nommée pour obéir aux questions qu’on lui pose.

Haut de page

Bibliographie

Caprini Rita, 1989, « Ancora sui nomi della coccinella septempunctata », Quaderni di Semantica, vol. X, no 1, p. 5-11.

Caprini Rita, 1999a, « Tre saggi sul bruco: presentazione », Quaderni di Semantica, vol. XX, no 2, p. 197-198.

Caprini Rita, 1999b, « I nomi del bruco in area romanza: rileggendo il ‘bruco’ di Richard Riegler », Quaderni di Semantica, vol. XX, no 2, p. 209-223.

Caprini Rita, 2001a, « Zoonimi popolari romanzi: il caso del bruco », dans A. Zamboni, P. Del Puente et M. T. Vigolo (éds), La dialettologia oggi fra tradizione e nuove metodologie: Atti del Convegno internazionale (Pise, 10-12 février 2000), Pise, Edizioni ETS, p. 283-294.

Caprini Rita, 2001b, « Chenille, carte et commentaire », dans Atlas linguistique roman, vol. II/a, p. 61-87, carte non numérotée, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato.

Caprini Rita, 2004, « La motivazione nella zoonimia », dans A. Mendicino, N. Prantera et M. Maddalon, Etnolinguistica e zoonimia, Rende, Università degli Studi della Calabria, p. 25-32.

Caprini Rita, 2005a, « Meaning, Semantics, Taboo, Onomasiology and Etymology », dans A. Minelli, G. Ortalli et G. Sanga, Atti del Convegno «Animal Names» (Venise, 2-4 octobre 2003), Venise, Istituto Veneto di Scienze Lettere e Arti, p. 235-244.

Caprini Rita, 2005b, « Nomi romanzi del pettirosso », Quaderni di Semantica, vol. XXVI, no 1, p. 77-107.

Caprini Rita, 2009, « Les désignations romanes du rouge-gorge », dans Atlas linguistique roman, vol. II/b, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, p. 425-459.

Caprini Rita, 2019, « Les désignations romanes de la coccinelle (carte et commentaire) », dans Atlas linguistique roman, vol. II/c, Alexandrie, Edizioni dell’Orso, p. 253-295.

Séguy Jean, 1954, Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, Paris, CNRS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rita Caprini, « « Chenilles » et « coccinelles » en Gascogne »Géolinguistique [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 09 décembre 2019, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/geolinguistique/1038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geolinguistique.1038

Haut de page

Auteur

Rita Caprini

Università di Genova
caprini@unige.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Géolinguistique

Haut de page
  • Logo UGA Éditions
  • Logo Gipsa-lab
  • Logo Université Grenoble Alpes
  • OpenEdition Journals