Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23VerbaAlpina : un projet de géolin...

VerbaAlpina : un projet de géolinguistique plurilingue

VerbaAlpina, a Multilingual Geolinguistics Project
Thomas Krefeld et Stephan Lücke

Résumés

Les zones d’étude de la dialectologie sont habituellement découpées selon des critères nationaux (c’est‑à-dire politiques) tout en respectant les territoires des langues nationales. Cette tradition est inappropriée d’un point de vue géolinguistique et ne correspond ni aux zones transfrontalières ni à celles qui sont traditionnellement plurilingues. Une zone d’étude comme l’Arc alpin, où les trois grandes familles linguistiques européennes (romane, germanique, slave) sont en contact depuis un millénaire et demi, impose le passage de la dialectologie à une géolinguistique plurilingue. En effet, c’est la seule façon de saisir l’interdépendance historique des trois continuums dialectaux (roman, germanique, slave) avec leur variation locale marquée. Sur la base de la technologie web, le projet VerbaAlpina (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>) développe depuis 2014 une méthodologie adaptée, dans la perspective des humanités numériques.

Haut de page

Texte intégral

1. Une discipline dynamique

1La géolinguistique explore la dimension spatiale de la variation linguistique. L’évolution méthodologique de la discipline — pour éviter de parler de « progrès » — reflète les changements théoriques du concept « langue » ainsi que la profonde transformation médiatique. Des défis particuliers sont apparus d’une part en raison de l’importance sans cesse croissante du plurilinguisme en général et de la compétence plurilingue des locuteurs en particulier, et d’autre part en raison de l’utilisation grandissante de la technologie web dans la pratique de la recherche.

2. Du monolinguisme traditionnel au plurilinguisme

  • 1 Il est fait référence ici aux atlas classiques de la « première génération » ; pour la modélisation (...)

2La dialectologie traditionnelle1 vise à la description de systèmes linguistiques (dialectaux) compris de manière monodimensionnelle ; la variation au sein des langues locales est largement écartée. Cette tradition scientifique a produit, sous la forme d’atlas linguistiques, une méthode de documentation spécifique, aujourd’hui aussi élaborée que différenciée. Toutefois, ce genre présente des limites étonnantes (voir Krefeld & Lücke, 2021) :

    • 2 L’opposition entre les territoires linguistiques institutionnalisés par l’État et souvent officiels (...)

    Les terrains d’étude de la recherche dialectologique — à part les études locales isolées — sont généralement définis en fonction des territoires nationaux (c’est‑à‑dire politiques)2, même dans le cas des atlas régionaux consacrés à des parties du territoire national (voir par exemple l’ALG). Ce principe est doublement discutable :
    — il déforme la représentation du continuum roman, car il suggère une pertinence des frontières nationales ; or les frontières nationales sont tout au plus des frontières des langues standard ou langues‑toits qui ne correspondent pas à des frontières dialectales au niveau des variétés recouvertes ;
    — il a entraîné la négligence systématique des sites transfrontaliers.

  1. À l’intérieur des territoires nationaux, les régions / aires traditionnellement non romanophones, dont les langues ne sont pas des « dialectes » des langues romanes nationales, ne sont souvent pas prises en compte ; cela est gênant en raison du glissement historique des frontières linguistiques dû à l’abandon de ces langues minoritaires dans certaines localités / aires. Ainsi, la documentation et l’analyse des contacts linguistiques historiques sont rendues difficiles, voire impossibles.

3Ces deux points sont d’ailleurs des arguments forts pour ne pas classer systématiquement toute recherche linguistique à orientation géographique sous le terme étroit de dialectologie, mais plutôt sous le terme plus large de géolinguistique.

4Dans le projet VerbaAlpina (dans ce qui suit : « VA » = Krefeld & Lücke, 2014, <http://www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>), le lexique dialectal de l’espace alpin est documenté ; l’espace alpin est défini par les communes politiques qui se trouvent dans le périmètre de ladite Convention alpine (<www.alpconv.org/fr/page-daccueil/>). Comme les trois grandes familles de langues européennes (romane, germanique, slave) sont en contact depuis un millénaire et demi dans cette zone d’étude, il était nécessaire de spécifier la géolinguistique comme plurilingue.

2.1. La modélisation du plurilinguisme

5À la surface de la carte, le multilinguisme de la zone alpine est modélisé comme une juxtaposition synchrone des trois familles linguistiques mentionnées (voir carte interactive). En revanche, on a renoncé à spécifier des langues individuelles (« italien ») et des aires dialectales (comme par exemple le « lombard ») ; l’unité de base de la géoréférence est en principe la commune politique, c’est‑à-dire que l’on identifie potentiellement les langues locales (dialectes) de l’ensemble des presque 6000 communes de la Convention alpine (voir <Carte interactive VerbaAlpina>).

6Pour de nombreuses communes, les données ne sont évidemment pas (encore) disponibles en réalité. Le regroupement des langues / dialectes locaux en types régionaux, comme par exemple le lombard, est certes une exigence traditionnelle de la géographie linguistique, qui s’est manifestée dans certaines cartes connues : <fr.wikipedia.org/[…]Linguistic_map_of_Italy.svg>.

7Dans une perspective inductive, qui part de données locales, le zonage qui y est proposé est toutefois peu transparent et ne permet pas d’atteindre l’objectif visé. Mais les utilisateurs sont bien entendu libres de procéder à leur propre classification et de qualifier de lombard’ un dialecte local documenté dans VA, quand il est situé dans la région de la Lombardie et quand il fait partie de la Convention alpine, comme par exemple le dialecte de Colico sur le lac de Côme.

8D’ailleurs, l’attribution d’une commune à l’une des trois familles linguistiques est déjà loin d’être évidente, car des glissements historiques apparaissent déjà dans le regroupement des sources mentionnées ci‑dessous. Dans les Grisons notamment, plusieurs localités répertoriées comme romanophones dans les réseaux de l’AIS (symbole cartographique A) et surtout du DRG (symbole cartographique B) sont entre‑temps passées à l’allemand, c’est‑à-dire qu’elles se trouvent dans la zone à fond vert sur la carte suivante. Il convient de noter que toutes les cartes VA sont de nature purement virtuelle et n’apparaissent que sur les écrans des utilisateurs ; elles ne sont donc pas basées sur des cartes graphiques, comme c’est le cas dans d’autres projets géolinguistiques consultables en ligne. La cartographie virtuelle a été conçue et mise en œuvre par Florian Zacherl et surtout par David Englmeier.

Carte 1. – Conversion linguistique dans les Grisons à l’exemple de quelques localités de l’AIS et du DRG auparavant romanches et maintenant germanophones : symboles sur fond vert.

Carte 1. – Conversion linguistique dans les Grisons à l’exemple de quelques localités de l’AIS et du DRG auparavant romanches et maintenant germanophones : symboles sur fond vert.

Carte originale interactive (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).

9Du point de vue de la linguistique de contact, la conversion signifie le passage local d’une constellation d’adstrats à une constellation de substrats. Cependant, en ce qui concerne le voisinage des familles de langues et des langues / dialectes locaux, il est important de noter que VA est moins intéressé de mettre en évidence des frontières linguistiques locales ou régionales, dans le sens d’une représentation en mosaïque du paysage linguistique, que de faire sortir les joints entre les tesselles, c’est‑à‑dire les traits que les langues locales / dialectes ont en commun. Pour caractériser le vocabulaire partagé, la linguistique historique (Otto von Greyerz, 1933) a créé l’expression lexique alpin (voir Krefeld, 2021a).

Figure 1. – Géolinguistique des variantes, ou : traits, non des variétés, ou : dialectes.

Figure 1. – Géolinguistique des variantes, ou : traits, non des variétés, ou : dialectes.

3. Nouveau cadre médiatique

3.1. Intégration de types de sources différents

10Tous les problèmes qui résultent du découpage géographique spécifiquement national des atlas déjà existants peuvent être surmontés sur la base d’une approche basée sur le web ; en effet, les espaces représentés peuvent être intégrés, parce qu’il est techniquement facile de relier virtuellement les différents réseaux de localités entre eux. La carte suivante montre quels atlas ont pu être intégrés dans la documentation. La condition nécessaire est la possibilité de géoréférencer les données linguistiques. Il ne faut cependant pas passer sous silence le fait que le volume des données effectivement reprises varie fortement : Certains projets ont mis à disposition de grandes quantités dans le cadre d’accords de coopération (notamment la collaboration avec l’ALD‑I et l’ALD‑II a été exemplaire), d’autres n’ont pu être rétronumérisés que de manière très sélective et au prix d’un travail manuel fastidieux ; des outils spéciaux (pour la transcription, le classement par type, etc.) ont été développés à cet effet par Florian Zacherl.

Carte 2. – Informateurs / localités d’atlas intégrés dans VA.

Carte 2. – Informateurs / localités d’atlas intégrés dans VA.

Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).

11À côté des atlas au sens strict, il existe également de nombreux dictionnaires dialectaux, parfois conçus de manière exhaustive, qui ont été réalisés dans la logique géographique d’un atlas et qui attribuent toutes les formes saisies à des localités spécifiques. Ces données de dictionnaires sont visualisées dans VA (voir carte 2) avec les données d’atlas. Cependant, comme dans le cas des atlas, il existe des dictionnaires très complets dont les données ne sont pratiquement pas utilisables, car non interopérables. Jusqu’à récemment, cela concernait précisément les données du WBOE (symbole cartographique rose J), qui sont très importantes puisqu’elles couvrent le vaste territoire autrichien pour lequel aucun atlas n’est disponible ; une solution se dessine désormais sous la forme du système d’information lexicale autrichien (Lenz, 2022, même symbole cartographique que le WBOE, J). D’autres dictionnaires, également de grande envergure et interopérables, compilent des données dans des régions déjà couvertes par des atlas, comme le DRG (symbole cartographique mauve E) pour le romanche des Grisons (De Planta, 1938), le VSI (symbole cartographique violet H) pour le tessinois et le Glossaire des patois de la Suisse romande (Gauchat, 1924) (GPSR, symbole cartographique turquoise, F). La carte suivante en donne un aperçu :

Carte 3. – Informateurs / localités d’atlas intégrés dans VA.

Carte 3. – Informateurs / localités d’atlas intégrés dans VA.

Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).

12Enfin, des données issues d’un troisième type de source sont également intégrées dans VA, puisque David Englmeier a développé un outil spécial pour la saisie directe de nouvelles attestations linguistiques (voir « Participer », <www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>). Ce procédé, connu sous le nom de crowdsourcing, est au centre de la troisième et dernière phase du projet, dédiée à la désignation des concepts modernes (écologie, tourisme) qui manquent dans les atlas traditionnels comme dans la grande majorité des dictionnaires (voir Colcuc & Rodella, 2022). Comme le montre la carte suivante, le succès du crowdsourcing dépend fortement de la région concernée ; les raisons ne sont certes pas claires, mais on peut supposer que dans les Alpes occidentales françaises, l’érosion des compétences dialectales dans le groupe d’âge ayant la plus forte affinité avec Internet joue un rôle.

Carte 4. – Informateurs issus de la foule des acteurs.

Carte 4. – Informateurs issus de la foule des acteurs.

Angl. Crowd ; carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de/>) ; voir pour les détails statistiques actuels (<http://www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de/​fr/​?page_id=145&db=222>).

3.2. Liens techniques entre les différentes langues / dialectes

13Ce qui est décisif pour la représentation synoptique des formes issues des différentes langues et familles de langues, c’est leur connexion dans la structure du stock de données. Elle se fait de manière double et complémentaire, à savoir au niveau des désignations linguistiques et au niveau des entités extralinguistiques (CONCEPTS).

3.2.1. Niveau des désignations

14Au niveau des formes linguistiques, toutes les attestations, c’est‑à-dire toutes les variantes phonétiques, sont documentées mais elles sont regroupées par types morpho‑lexicaux qui peuvent être recherchés dans l’interface utilisateur. Ces types sont spécifiques à une des trois familles linguistiques ; si possible, les variantes des grandes langues nationales qui sont du côté roman le français et l’italien représentent l’ensemble de toutes les variantes d’un type. Ainsi, la recherche de fra. beurre / it. burro donne une carte de 725 variantes (dans la version 22/2), qui peuvent être consultées en cliquant sur les symboles cartographiques :

Carte 5. – Le type morpho-lexical roman beurre (fra.) / burro (ita.).

Carte 5. – Le type morpho-lexical roman beurre (fra.) / burro (ita.).

Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).

15Parmi les attestations réunies sur la carte 5, on trouve également les formes correspondantes des « petites » langues romanes, comme par exemple botiro en ladin de Moena (vallée de Fassa) ou butiro frioulan à Clauzetto. La catégorie du type morpho‑lexical joue donc déjà un rôle interlinguistique au sein de la même famille linguistique.

Carte 6. – Une variante ladine de Moena et une variante frioulane de Clauzetto du type morpho‑lexical beurre / burro.

Carte 6. – Une variante ladine de Moena et une variante frioulane de Clauzetto du type morpho‑lexical beurre / burro.

Cartes interactive originales (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>, Moena et Clauzetto).

16Il est évident, que l’allem. butter et le slovène dialectal put(e)r font partie du même groupe, mais les formes germaniques et slaves correspondantes doivent être des emprunts au latino‑roman. Ces types historiquement plus complexes, attestés dans plus d’une famille linguistique, sont appelés types de base dans VA. Ils sont représentés par la forme étymologiquement initiale qu’on puisse identifier. Dans le cas de fra. beurre, allem. butter etc., c’est le latin butyrum (en fait un ancien emprunt au grec). La recherche de ce type de base produit une carte avec les formes correspondantes dans toutes les familles linguistiques pertinentes :

Carte 7. – Le type de lat. butyru(m) avec attestations correspondantes en roman (fond rose), germanique (fond vert) et slave (fond bleu).

Carte 7. – Le type de lat. butyru(m) avec attestations correspondantes en roman (fond rose), germanique (fond vert) et slave (fond bleu).

Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).

17Bien que le type de base identifie des relations étymologiques, qu’elles soient de nature héréditaire ou liées à des procédés d’emprunt, nous avons expressément évité de parler d’« étymon » ou de « type étymologique ». En effet, l’attribution d’un type de base ne dit encore rien sur l’histoire des types morpho‑lexicaux correspondants qui appartiennent aux différentes familles linguistiques.

3.2.2. Niveau des concepts

18Quand on recherche un concept sur la carte interactive, le système fournit tous les types morpho‑lexicaux qui le désignent :

Carte 8. – Désignations du concept BEURRE.

Carte 8. – Désignations du concept BEURRE.

Légende incomplète.
Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).

19Parmi les très nombreuses désignations, on trouve aussi le type de base germanique Schmalz (sens propre « saindoux »), qui — dans le sens d’emprunt inverse au type de base butyrum — est passé de l’allemand au roman. Sa diffusion est mise en relief sur la carte suivante (extrait de la carte précédente) :

Carte 9. – Désignations du BEURRE, correspondantes au type de base germ. Schmalz.

Carte 9. – Désignations du BEURRE, correspondantes au type de base germ. Schmalz.

Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).

20Il n’est pas nécessaire de détailler ici les raisons ethnographiques des emprunts en sens contraire (lat. ‑rom. Butyrum → germ. vs. allem. Schmalz → lat. ‑rom.). Il suffit de constater que la fabrication du produit (BEURRE) semble se répandre à partir du latino‑roman. En revanche, FAIRE FONDRE LE BEURRE (SCHMELZEN → SCHMALZ), analogue à FAIRE FONDRE LA GRAISSE ANIMALE, surtout de la graisse de porc, comme technique de conservation du beurre frais qui ne se conserve guère est venue aux romans à partir de l’allemand allem. (voir aussi le composé allem. Butterschmalz ainsi motivé).

21Le BEURRE et le SAINDOUX se ressemblent également à d’autres égards, comme leur richesse en matières grasses. Il n’est donc pas surprenant que le participe unctum du latin unguere « oindre » désigne également les deux produits, comme le montre la carte suivante :

Carte 10. – Lat. unctum (part. du type de base lat. unguere « oindre ») désignant le BEURRE et le SAINDOUX ou GRAISSE DE PORC.

Carte 10. – Lat. unctum (part. du type de base lat. unguere « oindre ») désignant le BEURRE et le SAINDOUX ou GRAISSE DE PORC.

Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).

22Ce qui est essentiel, c’est que ces dernières années, de toutes nouvelles options ont vu le jour en ce qui concerne la connexion onomasiologique des désignations de plusieurs langues individuelles. Grâce aux vastes inventaires de notices d’autorités disponibles maintenant, il est possible de structurer et de relier des concepts (ou unités onomasiologique) indépendamment de leurs désignations linguistiques. Les concepts forment ainsi un domaine de référence autonome ; les « éléments Wikidata » (voir Krefeld, 2021b) constituent l’inventaire le plus riche qui, cependant, n’est utilisés que de manière rudimentaire par la linguistique. Il s’agit plus précisément d’identifiants (Q‑Identifier, « QID ») qui permettent de repérer les contenus encyclopédiques de Wikipédia.

23Le QID pour BEURRE est Q34172, il est accessible directement au site Wikidata (<www.wikidata.org/wiki/Wikidata:Main_Page>) ou par le bouton « Élément Wikidata » dans le menu de chaque entrée Wikipédia :

Figure 2. – L’outil Wikidata à partir d’une entrée de Wikipédia.

Figure 2. – L’outil Wikidata à partir d’une entrée de Wikipédia.

24L’entrée du QID Q34172 (BEURRE) nous informe qu’il y a dans Wikipédia 144 entrées, ou, autrement dit, une entrée au sujet de BEURRE dans 144 langues différentes (à la date du 6/7/2023) et que toutes ces 144 entrées font référence au même QID. Parmi les langues répertoriées il y a de nombreuses langues romanes, langues antiques et beaucoup d’emprunts aux langues romanes ou au latin dans d’autres langues européennes ou bien dans des langues de contact des anciennes colonies :

désignations romanes
(région en jaune sur la carte)

emprunts européens
(région en bleu sur la carte)

langues d’origine
(région en rose sur la carte)

emprunts en contexte colonial
(région en vert sur la carte)

25Un tableau analogue pourrait être dressé pour l’entrée Wikidata SAINDOUX (lard Q72827), dans laquelle on trouve des versions linguistiques avec des noms qui proviennent manifestement du transfert des désignations du BEURRE, comme l’asturien mantega de gochu, littéralement beurre de porc ou l’espagnol manteca de cerdo, littéralement aussi beurre de porc.

26Ce qui est important pour la structuration des unités onomasiologiques — ou ontologiques en termes informatiques — c’est leur association sous forme d’expressions de prédicats à trois éléments ou de triplets (appelés statements), qui est effectuée dans le projet Wikidata. Dans le cas de nos exemples BEURRE et SAINDOUX, on trouve (au 7.11.2021) entre autres les statements suivants :

BUTTER (Q34172)
(région en jaune)

instance of (P31)

FOOD INGREDIENT (Q25403900)

subclass of (P279)

DAIRY PRODUCT

EDIBLE FATS AND OILS (Q912613)

LARD (Q72827)
(région en bleu)

subclass of (P279)

EDIBLE FATS AND OILS (Q912613)

FAT SPREAD (Q1727434)

FOOD INGREDIENT (Q25403900)

FAT SPREAD (Q1727434)

27Ces triplets représentent une contribution fondamentale à ce que l’on appelle le Web sémantique, car ils peuvent être convertis dans le format RDF, exigé des triplets. Il convient de noter que, d’un point de vue linguistique, il ne s’agit justement pas d’un réseau « sémantique » (lié à une langue), mais d’un réseau onomasiologique (indépendant d’une langue). Il est évident que des points communs élémentaires entre les deux concepts sont déjà exprimés.

28La base de données Wikidata peut être interrogée à l’aide d’un langage formel (SPARQL), de sorte que les similitudes sémantiques potentielles entre les désignations et les transferts qui en découlent sont en quelque sorte prévisibles ou motivables et compréhensibles grâce à des processus sémantiques (métaphores, métonymies, méronymies, déplacements taxonomiques) :

 wd:Q4287

MARGARINE

 wd:Q34172

BEURRE

 wd:Q72827

SAINDOUX

 wd:Q427457

HUILE ALIMENTAIRE

 wd:Q1194601

GRAISSE ALIMENTAIRE

 wd:Q1423543

GRAISSE ANIMALE

 wd:Q1727434

FAT SPREAD (angl.)

 wd:Q2310378

GRAISSE DE CHEVAL

 wd:Q11870297

HUILE VÉGÉTALE

 wd:Q68187377

GRAISSE D’OIE

29Il est toutefois tout aussi évident que des différences importantes telles que les modes de production (BATTRE LA CRÈME dans le cas du BEURRE ou SAUTER dans le cas du SAINDOUX) ni les instruments utilisés à cet effet (p. ex. la BARATTE) ne sont pas mentionnés, alors que cela serait déjà possible, du moins en partie, puisque des QID sont disponibles.

30Ces différences se manifestent également dans des processus sémantiques (voir romanche pischada « beurre » < lat. *pisiare « piler » et la carte interactive correspondante (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>). D’où l’appel lancé aux projets (géo)linguistiques de compléter systématiquement les statements de Wikidata dans leurs domaines thématiques respectifs.

4. Stratigraphie de l’histoire des mots

31L’histoire des mots n’est toutefois pas encore écrite. Elle doit être élaborée à partir du rapport entre le type de base et les types morpho‑lexicaux correspondants, dans le contexte de la stratigraphie linguistique de l’espace alpin. Dans cette perspective diachronique, la strate latino‑romane est particulièrement importante pour l’espace alpin. En effet, depuis 15 apr. J.‑C., l’ensemble de la région fait partie de l’Empire romain : à la suite de la romanisation, toutes les langues préromaines ont disparu. Après l’effondrement de l’infrastructure romaine (476 apr. J.‑C.), une partie a été germanisée, une autre slavisée — le latino‑roman est donc dans ces régions la langue substrat. Le slave a aussi été partiellement remplacé par le germanique et est également devenu un substrat dans la zone concernée. En outre, le germanique a été superstrat pendant plus ou moins longtemps et sous des formes linguistiques très différentes (gotique, lombard, bavarois ou allemand régional influencé par le bavarois) dans la région alpine restée romane, tout comme dans la partie slavisée. Des éléments des langues préromaines sont clairement reconnaissables dans le lexique et la toponymie de toute la région, mais il est fort probable qu’ils soient passés indirectement, c’est‑à-dire à travers le latino‑roman, dans le germanique alpin ou le slave alpin (voir Krefeld, 2020).

Figure 3. – Stratigraphie linguistique de la zone alpine (simplifié).

Figure 3. – Stratigraphie linguistique de la zone alpine (simplifié).

32Les scénarios de contact sont donc multiples et doivent à chaque fois être traités « manuellement ». Dans le cas du type de base lat. butyrum « beurre » (n.) déjà mentionné plus haut, on obtient en conclusion le schéma stratigraphique suivant :

Figure 4. – Stratigraphie du type de base lat. butȳrum « beurre » (strata non pertinents supprimés).

Figure 4. – Stratigraphie du type de base lat. butȳrum « beurre » (strata non pertinents supprimés).
Haut de page

Bibliographie

AIS = Jaberg Karl & Jud Jakob, 1928‑1940, Sprach‑ und Sachatlas Italiens und der Südschweiz, Zofingen, vol. 1‑7.

ALD‑I = Goebl Hans, 1998, Atlant linguistich dl ladin dolomitich y di dialec vejins, 1re partie, vol. 1‑7, Wiesbaden, Reichert. Disponible en ligne sur <www.ald.gwi.uni-muenchen.de/fr/?db=ald1>.

ALD‑II = Goebl Hans, 2012, Atlant linguistich dl ladin dolomitich y di dialec vejins, 2e partie, vol. 1‑7, Strasbourg, Éditions de linguistique et de philologie.

ALG = Séguy Jean, 1973, Atlas linguistique de la Gascogne, Paris, CNRS, 6 vol.

Colcuc Beatrice & Rodella Anna, 2022, « Con parole tue : dai parlanti a VerbaAlpina attraverso il crowdsourcing », dans apropos [Perspektiven auf die Romania], vol. 9, p. 187‑212. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.15460/apropos.9.1877>.

De Planta Robert, Melcher Florian, Pult Chasper & Giger Felix, 1938, Dicziunari Rumantsch grischun, Chur, Inst. dal Dicziunari Rumantsch Grischun. Disponible en ligne sur <http://online.drg.ch/>.

Gauchat Louis, 1924, Glossaire des patois de la Suisse romande, Genève, Droz.

Greyerz Otto von, 1933, « Alpenwörter. Untersuchungen über die Sprachgemeinschaft im alpinen Wortschatz der deutschen Alpenvölker », dans Sprache, Dichtung, Heimat: Studien, Aufsätze und Vorträge über Sprache u. Schrifttum der dt. Schweiz u. der östl. dt. Alpenländer, Bern, Francke, p. 72‑145.

Krefeld Thomas, 2004, « Le lingue romanze esistono – ma quante e quali? Alcuni criteri classificatori », Bollettino Linguistico Campano, no 5-6, p. 19‑43.

Krefeld Thomas, 2020, « Polystratale und monostratale Toponomastik – am Beispiel der Romania Submersa und der Insel La Réunion », Version 4 (02.04.2020), Munich, dans Korpus im Text. Disponible en ligne sur <http://www.kit.gwi.uni-muenchen.de/?p=54338&v=4>.

Krefeld Thomas, 2021a, sous « Lexique alpin », dans VerbaAlpina‑fr 22/2 (créé : 16/1, dernière modification : 21/1), Méthodologie. Disponible en ligne sur <http://www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de/fr/?page_id=13&db=222&single=M1>.

Krefeld Thomas, 2021b, « Wikidata – semiotisch: Mit Roland Barthes im Internet », dans Korpus im Text, Serie A, 71498. Disponible en ligne sur <www.kit.gwi.uni-muenchen.de/?p=71498&v=3>.

Krefeld Thomas & Lücke Stephan, 2021, (Unsere) Prinzipien der virtuellen Geolinguistik. Disponible en ligne sur <http://www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de/?p=17197>.

Krefeld Thomas & Lücke Stephan, 2014–, VerbaAlpina. Der alpine Kulturraum im Spiegel seiner Mehrsprachigkeit, Munich. Disponible en ligne sur <www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de/>.

Lenz Alexandra N., 2022, Lexikalisches Informationssystem Österreich (LIÖ). Disponible en ligne sur <lioe.dioe.at/articles/falchert>.

Wboe = Bauer Werner & Kranzmayer Eberhard, Institut für österreichische Dialekt‑ und Namenlexika (Hrsg.) (1970), Wörterbuch der bairischen Mundarten in Österreich, Vienne, Verl. der Österr. Akad. der Wiss.

Haut de page

Notes

1 Il est fait référence ici aux atlas classiques de la « première génération » ; pour la modélisation historique de la dialectologie selon les générations, voir Krefeld & Lücke (2021).

2 L’opposition entre les territoires linguistiques institutionnalisés par l’État et souvent officiels d’une part, et les terrains linguistiques non institutionnalisés d’autre part, a été proposée dans Krefeld (2004 : 23 s). Évidemment, ces deux catégories de l’espace communicatif (le territoire et l’aire) sont à comprendre du point de vue sociologique et pas du tout du point de vue biologique, au sens d’un comportement territorial instinctif et génétiquement conditionné. Indépendamment de la question s’il est raisonnable de supposer un tel comportement pour l’espèce Homo sapiens, ce n’est pas la tâche des États démocratiques modernes d’inscrire des catégories quasi biologiques dans l’organisation de l’espace social. Les institutions sont de nature historique et culturelle et, par conséquent, non déterministes, mais régulatrices et variables. Le bilinguisme et le plurilinguisme peuvent et doivent bien entendu être réglementés de manière territoriale. Les territoires biologiques sont excluants — les territoires étatiques peuvent et doivent être définis de manière intégrative.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. – Conversion linguistique dans les Grisons à l’exemple de quelques localités de l’AIS et du DRG auparavant romanches et maintenant germanophones : symboles sur fond vert.
Crédits Carte originale interactive (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-1.png
Fichier image/png, 497k
Titre Figure 1. – Géolinguistique des variantes, ou : traits, non des variétés, ou : dialectes.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-2.png
Fichier image/png, 221k
Titre Carte 2. – Informateurs / localités d’atlas intégrés dans VA.
Crédits Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Carte 3. – Informateurs / localités d’atlas intégrés dans VA.
Légende Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Carte 4. – Informateurs issus de la foule des acteurs.
Légende Angl. Crowd ; carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de/>) ; voir pour les détails statistiques actuels (<http://www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de/​fr/​?page_id=145&db=222>).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Carte 5. – Le type morpho-lexical roman beurre (fra.) / burro (ita.).
Légende Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-6.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Carte 6. – Une variante ladine de Moena et une variante frioulane de Clauzetto du type morpho‑lexical beurre / burro.
Légende Cartes interactive originales (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>, Moena et Clauzetto).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-7.png
Fichier image/png, 312k
Titre Carte 7. – Le type de lat. butyru(m) avec attestations correspondantes en roman (fond rose), germanique (fond vert) et slave (fond bleu).
Crédits Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-8.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Carte 8. – Désignations du concept BEURRE.
Légende Légende incomplète.Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-9.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Carte 9. – Désignations du BEURRE, correspondantes au type de base germ. Schmalz.
Crédits Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-10.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Carte 10. – Lat. unctum (part. du type de base lat. unguere « oindre ») désignant le BEURRE et le SAINDOUX ou GRAISSE DE PORC.
Crédits Carte interactive originale (<www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de>).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-11.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 2. – L’outil Wikidata à partir d’une entrée de Wikipédia.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-12.png
Fichier image/png, 290k
Titre Figure 3. – Stratigraphie linguistique de la zone alpine (simplifié).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-13.png
Fichier image/png, 471k
Titre Figure 4. – Stratigraphie du type de base lat. butȳrum « beurre » (strata non pertinents supprimés).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13876/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Krefeld et Stephan Lücke, « VerbaAlpina : un projet de géolinguistique plurilingue »Géolinguistique [En ligne], 23 | 2023, mis en ligne le 11 décembre 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/geolinguistique/13876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geolinguistique.13876

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search