Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Variation du genre des substantif...

Variation du genre des substantifs dans les dialectes gallo-romans. Étude exploratoire

A Glimpse into the Gender Variation of Substantives in Gallo-Romance Dialects
Guylaine Brun-Trigaud, Maguelone Sauzet et Marc Allassonnière Tang

Résumés

Cet article propose une analyse sur un corpus d’environ 900 cartes de l’Atlas linguistique de la France (1902‑1910), dans le but d’explorer la variation de genre (masculin/féminin) des substantifs dans les dialectes gallo-romans (oïl, occitan, francoprovençal), en regard du français standard, où cette catégorie grammaticale a été fortement régularisée par la norme. Nous avons eu recours à des méthodes qualitatives et quantitatives (régression linéaire). Les premiers résultats montrent un foisonnement de cas de variation, que des critères sémantiques, étymologiques et morpho‑phonologiques inhibent ou favorisent. Les travaux de Platz (1918), précurseur de l’étude du genre dans l’ALF, ont apporté des pistes intéressantes à nos réflexions.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les langues classifient fréquemment leurs référents nominaux afin de gérer de manière efficace les données et expériences mémorisées dans le cerveau humain (Kemmerer, 2014). L’un des systèmes les plus fréquemment observés (trouvé dans 20 % des langues du monde, Allassonnière‑Tang et al., 2021 : 2) est le genre grammatical (Corbett, 1991), tel que la distinction entre le masculin et le féminin en français. Le genre grammatical fait partie des sphères d’intérêts d’une grande variété de domaines scientifiques.

2Notion complexe et protéiforme, le genre grammatical résiste à une définition simple (voir Audring, 2016). Dans les langues du monde qui comportent ce système, il entretient une correspondance avec des représentations conceptuelles du monde qui nous entoure (par exemple, la distinction du sexe biologique, le trait ± humain ou ± animé, ou encore la forme des objets). Il transcende toutefois ces représentations et dans la langue, ses manifestations s’expriment par l’accord grammatical, c’est‑à‑dire la modification formelle de certaines parties du discours en fonction du substantif auxquelles elles sont liées. Pour réaliser correctement cet accord grammatical, il est donc nécessaire de connaître le genre de chaque nom dans une langue. C’est un apprentissage que les locuteurs natifs maîtrisent la plupart du temps avant l’âge de trois ans, mais qui devient un élément complexe (et redouté !) des apprenants d’une langue seconde. L’assignation des mots à un genre grammatical obéit à des règles qui reposent principalement sur trois principes : sémantisme, phonologie et morphologie. Toutefois, la prédominance d’un de ces principes ou leur degré d’intrication ne sont pas les mêmes dans chaque langue et rendent parfois opaque la compréhension de son fonctionnement général (voir par ex. Thornton, 2009). En prenant l’exemple du français, les recherches existantes montrent que la sémantique et la phonologie permettent de prédire partiellement le genre des noms (Basirat et al., 2021). Des recherches plus approfondies sont en cours pour identifier quels processus sont employés par les locuteurs pour identifier le genre des noms.

3Le genre est par ailleurs étroitement lié aux classes nominales, c’est‑à‑dire au regroupement des noms qui présentent une flexion identique de leur paradigme. Dans certains cas, genre et classes nominales peuvent coexister (par exemple en latin, ou encore, dans une certaine mesure, en italien) sans qu’il y ait forcément une parfaite correspondance entre ces deux propriétés (les mots d’une classe ne sont pas forcément tous du même genre, même s’il y a souvent de larges tendances). Le lien entre ces deux catégories apparaît dans certaines circonstances, comme lorsque le changement de classe nominale pour un nom entraîne son changement de genre (ou inversement) : il s’agit du phénomène de métaplasme (voir Sauzet & Brun-Trigaud, 2023 pour un exemple sur le francoprovençal). Le genre présente également des affinités avec la morphologie dérivationnelle. C’est ce qui permet de considérer certains suffixes ou morphèmes comme des indices explicites du genre d’un mot. Par exemple, le -a des mots féminins en occitan et en francoprovençal, les suffixes -trice ou -ette du français qui permettent de former un nom féminin sur un masculin, etc.

4Les langues romanes, dont font partie les dialectes que nous allons étudier ici, possèdent toutes un genre grammatical. Bien qu’elles partagent une origine commune, le latin, il est connu qu’une certaine variation de genre existe entre les mots des variétés standard des langues romanes : par exemple it. Il mare et esp. El mar masculins vs fr. la mer féminin, ou encore it. il fiore masculin vs esp. la flor et fr. la fleur féminins. Cette variation est surprenante et les raisons qui l’expliquent restent encore mystérieuses. En outre, cette question de recherche s’applique très directement à la variation du genre en France et dans les régions aujourd’hui francophones de la Belgique et de la Suisse, où l’on observe une grande diversité de parlers qui n’ont pas été contraints par des instances normatives et où le genre a suivi une évolution naturelle. Bien que ces parlers soient aujourd’hui très affaiblis (certains ont disparu), on a pu observer que les dialectes connaissaient également ces variations de genre, de manière plus importante que nous ne l’imaginions. Or, il s’avère, à notre connaissance, que presque aucune étude n’a été menée sur l’ensemble des dialectes gallo-romans, en dehors d’une tentative datant de 1918 (Platz, 1918) et une plus récente sur les parlers francoprovençaux (Sauzet & Brun-Trigaud, 2023).

  • 1 Nous tenons ici à remercier les deux relecteurs des précieux conseils et des références bibliograph (...)

5Dans cet article1, nous chercherons à observer le degré de proximité entre le genre des mots des dialectes gallo-romans, afin de révéler l’importance du phénomène de variation du genre, tout en essayant de catégoriser les différents phénomènes qui peuvent expliquer cette variation. Pour ce faire, nous utilisons les données de l’Atlas linguistique de la France (ALF) de Gilliéron et Edmont et nous prenons comme point de comparaison le français standard, qui est la métalangue du questionnaire de l’ALF. Après une présentation de cet atlas et de son contenu (2), une analyse qualitative passera en revue les différents critères de l’assignation du genre (3). Ces critères expliquent la carte présentée en (4), réalisée à partir d’une synthèse des données saisies, et ils sont également incorporés dans un algorithme de régression linéaire pour en donner une analyse quantitative (5).

2. Présentation de l'ALF et des données

6Pour mener à bien cette étude sur l’ensemble du gallo-roman, le corpus a été constitué à partir de l’Atlas linguistique de la France (ALF) de Gilliéron et Edmont (1902‑1910) qui est actuellement encore le seul ensemble de données permettant d’avoir une vue complète sur le domaine gallo-roman avec un nombre suffisant d’éléments à comparer. Les enquêtes de cet atlas ont été effectuées entre 1897 et 1901, par un seul enquêteur, E. Edmont, dans 638 localités. Ce sont donc des matériaux oraux transcrits en phonétique, projetés sur des cartes2 et publiés entre 1902 et 1910. L’ensemble est constitué de 1920 cartes (substantifs, verbes, pronoms, etc.), dont 1421 couvrent la totalité du domaine (les autres ne concernent que la moitié sud ou le quart sud‑est). Afin de garder une comparaison entre tous les domaines linguistiques du gallo-roman, nous avons choisi de dépouiller l’ensemble des cartes complètes contenant des substantifs, soit près de 900 notions explorées.

  • 3 Les titres de cartes citées sont avec une majuscule et le chiffre qui suit indique le numéro de car (...)

7Dans l’ALF, le genre grammatical est en principe le même que celui de l’intitulé de la carte, sinon il est explicitement mentionné après la forme phonétique (Gilliéron & Edmont, 1902 : 17). L’indication peut être aussi donnée de manière contextuelle par un déterminant (La glace 647)3 ou un adjectif (Des pommes douces 421). Malheureusement, certaines cartes, comme Noël 914, n’ont pas pu être utilisées puisque le genre n’y est pas mentionné (Gilliéron d’ailleurs s’en excuse…). Pourtant, déjà au xixe siècle et encore aujourd’hui, certains francophones parlent de la Noël et il aurait été intéressant d’observer le genre du mot dans les dialectes.

  • 4 Voir Hasselrot (1950, 1957 : 133‑168) et Hjelmslev (1971) pour la valeur sémantique augmentative du (...)

8D’emblée, nous avons écarté de notre corpus plusieurs cas de figure comme les cartes présentant des changements d’unité lexicale (le darbon, le boffon, Taupe 1286) ou de suffixe (les formes arrosette dans les dialectes de l’est de la France, Arrosoir 64), les variations de genre induites par des variations de taille des objets (ex. râtelle ‘grand râteau à foin’, Râteau 1132)4 ou les formes masculines avec un -o final dans le domaine occitan (Poêle, masc. 1043, qui correspondent sans doute à la transposition dans l’usage populaire du -e muet français dans cet emprunt assez récent, en remplacement d’un mot plus ancien de genre masculin, certainement fornèl). Mais à eux seuls ces cas pourraient faire l’objet d’une étude particulière à mettre en regard des résultats présentés ici. De plus, il nous a fallu tenir compte du caractère parfois lacunaire des données, puisque certains termes ont été introduits plus ou moins tardivement dans le questionnaire, générant des manques dans la partie septentrionale du domaine d’oïl (Absinthe 5).

  • 5 Sur la carte Étoile, l’unique attestation au masculin se trouve au point 62 (Belfaux, en Suisse). E (...)

9Si l’on s’en tient aux seules cartes entières de l’ALF contenant un ou plusieurs substantifs (au total, 508 termes masculins en français et 386 termes féminins), 303 termes présentent une variation de genre (34 %) : 183 noms masculins en français ont une forme féminine dans les dialectes (36 %) et 120 noms féminins ont une forme masculine (31 %). La proportion est donc sensiblement la même. Dans cet ensemble, l’étendue de la variation de genre connaît des valeurs extrêmes : de 436 occurrences pour Horloge 699 (70 % du domaine) à 1, pour une cinquantaine de cartes comme Matin 823 ou Étoile 494, dont on peut se demander parfois si cela ne provient pas d’une mauvaise compréhension du locuteur sur le sens de la question ou de l’enquêteur sur la réponse5. Les données collectées ont été codées et intégrées sous forme de base de données présentant plusieurs informations, en particulier l’adéquation avec le genre du terme en français (0 = oui ; 1 = non) ainsi qu’avec celui des autres termes présents sur la carte, afin de juger si cela peut avoir une influence ($ 0 = autre terme du même genre ; $ 1 = autre terme de l’autre genre). Cette base de données nous a permis d’établir des cartes de répartition et d’observer les types d’aires générées par les variations.

  • 6 Les cartes qui ne figurent pas dans le corps de l’article ont été regroupées sous forme de planches (...)

10Sur les cartes que nous avons sélectionnées pour qu’elles attestent le plus largement de la diffusion d’un même type lexical sur l’ensemble du domaine gallo-roman, nous observons une disparité entre les aires de répartition du genre. Tout d’abord, des aires massives comme dans le cas de la carte Sel 1213 (fig. 1) « coupent » parfois le domaine linguistique en deux et nous invitent à les replacer à l’échelle de la Romania pour essayer d’identifier des dynamiques plus larges (voir aussi Lièvre 769 (fig. 2), Ongle 942 (fig. 5) ou Huile 702)6.

Figure 1. – Le sel 1213.

Figure 1. – Le sel 1213.

11D’autre part, des aires diffuses plus ou moins vastes, toujours pour le féminin par ex. dans Automne 75 (voir aussi Poison 1051 (fig. 6) ou Squelette 126 (fig. 10)) sont sans doute davantage le reflet d’hésitations internes à l’histoire de la langue française. Enfin, on rencontre des aires plus restreintes comme dans Les anges 42 ou Chat 250 qui renvoie à une influence extérieure, tandis que celles en semis de points isolés comme Guêpe 672 ou Salière 1184 et a fortiori les hapax comme Allumette 35 ou Bécasse 121 nous invitent à la prudence quant à l’interprétation, sauf si les points en question sont coutumiers du fait.

12La recherche de la variation de genre dans l’atlas a été source de découvertes surprenantes, révélant la présence du phénomène sur un grand nombre de cartes. Toutefois, d’autres cartes présentent, pour un même lemme, une unité totale du genre grammatical sur l’ensemble des parlers gallo-romans. Nous verrons juste après que les substantifs renvoyant à un référent animé font partie de ce noyau dur de stabilité (voir ci‑dessous 3.1), mais c’est également le cas d’autres notions comme l’aile (18), la croix (363), la laine (744), l’arbre (51 et 52), le pied (1112), le soleil (1241), etc. Il s’agit de noms tant féminins que masculins, hérités du latin. D’autres mots récents, comme le café (193), emprunté au turc, qui ne possède pourtant pas de genre grammatical, présentent la même homogénéité.

3. Les critères de variation du genre

13En analysant les données, nous avons pu mettre à jour plusieurs causes et facteurs jouant un rôle déterminant en favorisant ou en bloquant la variation de genre : d’une part, la sémantique, et d’autre part l’étymologie, la morphologie et la phonétique auxquelles s’est combiné le rôle des grammairiens et enfin une autre approche avec « la théorie de la substitution » proposée par Platz (1918).

3.1. La sémantique

  • 7 Les noms sentinelle ou mannequin, qui font figure d’exceptions dans la langue française, ou des for (...)

14Si on répartit le corpus selon la classification animés / inanimés (inspirée des réflexions de Meillet, 1982 sur la motivation du genre grammatical en indo‑européen), le constat est sans appel, mais sans surprise : les noms désignant des référents humains ne connaissent presque aucune variation de genre. Pour ces termes, il y a une adéquation entre le genre grammatical et le sexe naturel du référent7.

  • 8 Le témoin distingue en revanche les formes pour désigner la chatte (1498), la poule (1071) ou la tr (...)

15Les spécialistes qui ont étudié la notion de genre dans les langues du monde ont mis en évidence qu’elles reposent toutes sur un noyau motivé sémantiquement. Selon Corbett (1991 : 8 et 2014 : 110) et d’autres spécialistes (p. ex. Kramer, 2015 : 70), ce noyau d’attribution du genre existe dans toutes les langues à système de genre, il est basé sur le genre naturel pour les humains et les animaux pour lesquels la différence physique dépendant du sexe est évidente ou qui sont d’intérêt particulier pour les humains. Parmi les exceptions, on peut citer les cartes Les anges 42 ou Sorcier 1244. La proportion augmente un peu avec les animaux domestiques (25 %) où l’on relève une exception remarquable avec le chat qui est désigné par la forme féminine une tchette dans une petite aire en Lorraine (Chat 250), sans doute sous l’influence voisine de l’allemand Katze féminin (voir FEW 2, 521a n. 28). Mais comme pour les humains, la différence sexuée se maintient globalement et comme en français, il existe pour les animaux, qui jouent dans nos cultures européennes un rôle spécifique, des paires désignant le mâle et la femelle (Dubois, 1989). Une exception pourtant dans les réponses du point 989, Vissoie, en Suisse, qui n’a que des formes empruntées à l’animal mâle pour désigner la jument (736), la chienne (279), la génisse (637) et l’ânesse (41)8. Faut‑il avec Martinet (1979) admettre qu’en français, il n’y a pas de catégorie du « genre », mais une catégorie du « sexe » qui ne s’applique qu’aux humains et à un petit nombre d’animaux ? Cela ouvre la question de la motivation sémantique du genre, largement discutée et bien résumée par Arrivé (1997).

16Le phénomène s’amplifie nettement avec les animaux sauvages, dont près de la moitié des notions présentes dans l’ALF est touchée par le phénomène de variation, quelle que soit la classification et souvent dans de larges aires : mammifères (ex. Lièvre 769, 43 % de variation, voir fig. 2), insectes (ex. Fourmi 605, 37 %), oiseaux (ex. Aigle 13, 48 %) ou reptiles (ex. Vipère 1402, 35 %).

Figure 2. – Lièvre 769.

Figure 2. – Lièvre 769.

17Parmi les inanimés‑concrets, les variations de genre les plus importantes concernent environ la moitié des notions dans les champs sémantiques de la nourriture (ex. Sel 1213, 56 %, voir fig. 1), des végétaux (ex. Chanvre 234, voir fig. 3, et Seigle 1211, 38 %), des métaux ou matières (ex. Argent 56, 28 % ou Sable 1176, 20 %) et des phénomènes météorologiques (ex. Orage 945, 44 % (voir plus loin fig. 9) ou Froid 612, 21 %).

Figure 3. – Chanvre 234.

Figure 3. – Chanvre 234.

18Elles concernent également un tiers des notions pour les objets de la vie quotidienne (ex. Horloge 699 (fig. 4), 70 % et Cuillère 367, 29 %), les outils (ex. Vis 1403, 47 % et Enclume 457, 27 %) et les parties du corps humain (ex. Squelette 1261, 56 % et Ongle 942, 54 %). Enfin, dans une moindre part (moins d’un quart des notions), on retrouve les références chronologiques (ex. Carême 200, 20 % ou Dimanche 405, 12 %) et les désignations de l’habitat (ex. Auberge 69, 6 % ou Boutique 165, 4 %).

Figure 4. – Horloge 699.

Figure 4. – Horloge 699.

19Après ces premières investigations d’ordre sémantique, nous avons exploré les différentes pistes nous permettant de rendre compte de la nature des variations constatées.

3.2. l’étymologie : héritage latin et rôle des grammairiens du xvie siècle

  • 9 Les quelques exceptions, comme agrĭcŏla le paysan, nauta le marin, poeta le poète, masculins, sont (...)
  • 10 Quelques mots de la deuxième déclinaison, comme les noms d’arbres, par ex. fāgus le hêtre (690), so (...)

20Les mots qui figurent dans notre corpus sont pour une bonne partie directement hérités du latin. La comparaison du genre de l’étymon avec le genre des formes dialectales est intéressante, car elle montre concrètement que le système du genre et du classement des substantifs n’a pas été transmis tel quel du latin dans les langues romanes qui en sont issues. En latin, comme on le sait, les substantifs étaient répartis selon cinq classes flexionnelles, que l’on appelle traditionnellement les « déclinaisons ». Le latin possède trois genres : le masculin, le féminin et le neutre. La catégorie du genre était moins visible en latin : bien que certaines classes flexionnelles avaient tendance à présenter une affinité forte avec un genre (la première déclinaison pour les noms féminins9, la deuxième pour les masculins10, en particulier), les marques flexionnelles latines ne renseignent pas seulement le genre, mais aussi le nombre et le cas. Dans les parlers gallo-romans modernes, il n’y a plus de cas, ce qui confère plus d’importance et de visibilité à la catégorie du genre et du nombre. Lorsqu’il y a une marque d’accord explicite sur une forme, elle est seulement l’expression du genre et/ou du nombre d’un mot, et pas de sa fonction syntaxique. Un autre changement important qui s’opère entre le latin et les langues romanes concerne le sort réservé au genre neutre, dont les formes de survivance sont aujourd’hui bien étudiées (Loporcaro et al., 2013 ; Loporcaro, 2018).

21Le français, les parlers d’oïl, l’occitan et le francoprovençal, toutefois, n’ont pas conservé ce système tripartite et ne répartissent les noms que selon deux genres, le masculin et le féminin. Cette restructuration a impliqué une nouvelle répartition, en particulier des substantifs neutres et des noms de la troisième déclinaison, dans laquelle les masculins et les féminins n’étaient pas formellement distincts (De Dardel, 1965). Les cartes de l’ALF nous ont permis d’observer le genre des continuateurs de quelques‑uns de ces noms neutres, dont la plupart sont devenus masculins, comme crībrum (Crible 354), sĕcāle (Seigle 1211). Suivre les changements de genre depuis leur origine en latin classique s’avère pertinent pour remettre en perspective l’histoire des mots sur la photographie — le « portrait de famille » — que nous donne l’ALF. L’origine commune des dialectes que nous étudions est un élément clé pour l’étude de la variation d’un même type lexical. Dans notre analyse, nous avons aussi cherché à relever les cas de rupture de transmission du genre de l’étymon latin et à découvrir comment les évolutions particulières des différents dialectes peuvent les expliquer. Pour cette raison, replacer les changements de genre à l’échelle de la Romania toute entière permet d’avoir un panorama global de la variation et de mettre en perspective les contacts qui existent entre ces langues voisines et apparentées. Sous cet angle, la situation particulière du français standard se révèle, et contrebalance notre point de vue, consistant au contraire à comparer le genre des dialectes à celui du français standard (la langue du questionnaire de l’ALF).

22Sur l’ensemble du corpus, la grande majorité des noms latins masculins a conservé son genre avec les mêmes évolutions pour le français et pour tout le domaine gallo-roman. Le nombre d’occurrences de variation de genre est proportionnellement moins élevé pour le masculin que pour les autres catégories. Certains changements se sont opérés en accord avec d’autres langues romanes : c’est le cas de sel < lat. sāl, -is m. avec une aire compacte pour le féminin dans une très large partie du domaine (voir plus haut fig. 1, Sel 1213), qui se poursuit dans le domaine ibérique, ainsi qu’en roumain (Kawaguchi, 2017 ; Brun-Trigaud et al., 2005 : 138‑139). Ce mot fait partie d’un groupe de mots, hérités du latin, qui divise en deux le domaine linguistique couvert par l’ALF, avec ongle (942) ou huile (702). C’est également le cas de lièvre < lat. lĕpŭs, -ŏris m., devenu féminin dans les domaines occitan et francoprovençal (voir plus haut fig. 2, Lièvre 769), mais aussi en espagnol, en portugais et dans les dialectes du nord de l’Italie (Saramandu & Nevachi, 2019 ; Sauzet & Brun-Trigaud, 2023 : 152‑157). Le changement massif du genre du lièvre dans les langues romanes reste difficile à expliquer. Le genre masculin du français serait davantage un retour secondaire qu’une conservation. La carte la lepre de l’AIS (521) montre également ces hésitations de genre dans les parlers italiens ou les parlers frioulans de la province d’Udine. À l’inverse, les dénominations du merle sont largement de genre masculin dans les dialectes gallo-romans, tout comme en français standard, tandis que l’étymon latin merula est un nom féminin. Un doublet masculin merulus est aussi attesté en latin, au vie siècle. Dans d’autres langues romanes (roumain, romanche, catalan), merle est féminin, et c’était couramment le cas aussi en ancien français. Cet oiseau, commun en Europe, est remarquable par son chant, mais aussi par le dimorphisme qui permet de différencier facilement le mâle, avec son bec jaune vif et ses plumes noires, de la femelle, plutôt brune. C’est sans doute ce qui explique que les dénominations distinctes du mâle et de la femelle, le merle et la merlesse (aujourd’hui nous dirions plutôt merlette) figurent parfois sur la carte Merle 843. Le nom de la femelle est alors toujours dérivé du masculin, soit par remplacement de la voyelle finale, soit par ajout d’un suffixe. Dans certains parlers le nom est épicène, c’est-à-dire que le même mot désigne aussi bien le mâle que la femelle du merle. On le voit par exemple, en Ariège (points 791 et 792). Lorsqu’il n’y a qu’une seule forme « générique », il est intéressant d’observer son genre dans les dialectes gallo-romans. Gilliéron, dans ses Études de géographie linguistique, relève dans le nord de la France la dénomination [nwarmɛːl] de genre féminin (Gilliéron & Roques, 1912 : 6), mais d’autres parlers ont aussi conservé le genre du latin classique. Il s’agit surtout d’une zone discontinue au nord‑est de la France, de la Seine‑Maritime jusqu’en Suisse romande, en passant par la Wallonie et les Vosges. Au point 180 (Meurthe‑et‑Moselle) ou 28 (Haute‑Marne), le nom semble pouvoir être indifféremment masculin ou féminin. Dans les parlers francoprovençaux de Suisse romande, où coexistent des masculins et des féminins, la voyelle finale du mot permet de reconnaître le genre : -u ou -o correspondent à un nom masculin, tandis que le -a correspond à un nom féminin. Cela pourrait faire penser qu’au point 936, Bernex dans le canton de Genève, la forme [mˈɛrlɑ] serait aussi du féminin. Toutefois, les matériaux (inédits) du Glossaire des patois de la Suisse romande (GPSR) ne confirment pas le témoignage du locuteur rencontré par Edmont pour cette localité : ils attestent une forme de masculin, [lə mɛrl]. Cette alternance se manifeste aussi en Italie (voir la carte 493 de l’AIS) : le point valdôtain 121, par exemple, s’ajoute aux formes de merle féminin en francoprovençal.

23Les proportions de divergences s’élèvent avec les noms issus du féminin latin. Les noms des grands arbres en -us qui étaient du genre féminin en latin deviennent globalement masculins en français comme dans les dialectes (fraxinus f., oïl > un frêne m., oc. Un fraisse (Frêne 611)), tandis que d’autres connaissent des évolutions de genre divergentes, en laissant une partie des dialectes (le plus souvent occitans ou francoprovençaux) fidèles aux origines latines, tandis que le français standard et certains parlers (souvent d’oïl) ont pris une autre voie. Le français standard, en outre, présente souvent des originalités concernant le genre des substantifs, par rapport aux autres langues romanes. Pour cette langue, c’est, en partie, le résultat d’une longue élaboration et de normes, qui a fixé le genre des mots et l’a parfois emporté sur un usage différent, populaire (voir Jeanmaire, 2010) ou diatopiquement marqué. Par exemple, le mot ongle < lat. ungŭla f. est resté féminin dans tout le sud du gallo-roman et ainsi que dans certains parlers du Nord (fig. 5, Ongle 942). Sous la pression des grammairiens au xvie siècle, qui ont essayé de combattre les « mauvaises habitudes » du peuple (Magniont, 2020), le mot est devenu masculin en français. C’est le même cas pour le nom de l’aigle < lat. aquila f., masculin et féminin en ancien français, puis déclaré de genre masculin par l’Académie en 1694 par analogie avec d’autres noms d’oiseaux de proie comme le faucon ou l’épervier (Aigle 13). Le genre féminin du mot est conservé avec une spécification sémantique, « en termes d’armoiries et de devises » (Dictionnaire de l’Académie, 1694 : 19). Dans le domaine francoprovençal, le genre peut aussi varier à l’intérieur des parlers : le mot est alors indifféremment masculin ou féminin, et il nous a semblé que la finale -e ou -ə du mot dans ces parlers pouvait favoriser cette indétermination (Sauzet & Brun-Trigaud, 2023 : 157‑159).

Figure 5. – Ongle 942.

Figure 5. – Ongle 942.

24Quant au mot glace, le genre féminin de l’étymon, le lat. glacies, a été largement conservé. Cependant, les dialectes gallo-romans, nous montrent dans la moitié sud de la France des poches où le mot est devenu masculin, sans doute aidé par l’influence de gel (voir FEW 4, 142b), qui est l’autre lemme en concurrence sur la carte (Glace 647). On peut faire l’hypothèse que la présence du masculin a pu être beaucoup plus étendue dans le domaine occitan, et qu’elle se serait ensuite réduite au profit du féminin. Le cas de glace montre aussi l’influence de la langue littéraire, qui a favorisé l’usage du féminin. Il semble qu’en italien, où le standard est il ghiaccio, l’inverse se soit produit.

25Autre exemple remarquable, le cas de poison : ce mot issu du latin pōtĭo, -onis féminin, avait logiquement conservé ce genre en ancien français, la poison, avec le sens de « breuvage (magique) ». Au xvie siècle, en français, il commence à être employé au masculin et les grammairiens ont sans doute encouragé la stabilisation de ce changement de genre dans la langue standard (p. ex. Vaugelas, 1647 : 34). L’influence du synonyme masculin venin pourrait avoir joué un rôle (voir FEW 9, 258a), malgré la terminaison en -son [zɔ̃], qui est très souvent celle de mots féminins comme raison ou maison. Dans les dialectes, singulièrement, le genre masculin est plus largement présent en occitan (Poison 1051) (fig. 6). La lexicographie classique de l’occitan, pourtant, considère le nom comme féminin, de Mistral (1878) à Sauzet (2019), à l’exception d’Alibert (1966), qui indique que le mot peut être des deux genres. Il semble qu’ici aussi, un hiatus se manifeste entre la norme et l’usage populaire.

Figure 6. – Poison 1051.

Figure 6. – Poison 1051.

26Mais ce sont les aboutissements des mots neutres qui connaissent le plus de modifications. Observons quelques exemples de neutres latins et leur destin dans les parlers gallo-romans : hordĕum n. > fr., oïl une orge f. / oïl un orge m., occ., frpr., un òrdi m. (Orge 947) ou ŏlĕum n. > fr., oïl une huile f. / oc, frpr, un òli m. (Huile 702). Avec la disparition de ce troisième genre en français, en occitan et en francoprovençal, les mots ont été répartis diversement dans les deux genres, masculin ou féminin. Si l’occitan et le francoprovençal semblent opter régulièrement pour le masculin, nos exemples, qui sont des mots à initiale vocalique, deviennent féminins dans les dialectes d’oïl et en français standard.

27En outre, l’histoire des variations de genre ne commence pas avec les langues romanes : certains mots comme serpens, -tis ont les deux genres dès le latin que l’on retrouve dans le domaine gallo-roman (Serpent 1221). D’autres existaient déjà sous forme de doublets comme spīca f. / spīcum n., et cette hésitation s’est perpétuée dans les langues romanes, qui ont choisi tantôt le masculin, tantôt le féminin (Gilliéron & Roques, 1912 : 132). Dans le dernier exemple, la forme féminine spica > espiga est concentrée dans le sud du gallo-roman, tandis que le nord a opté pour spicum > épi m. (Épi 474) (fig. 7).

Figure 7. – Épi (de blé) 474.

Figure 7. – Épi (de blé) 474.

28Après avoir évoqué les noms d’origine latine, il faut aussi s’intéresser à la chronologie de la diffusion des mots dans l’espace roman pour les cas d’emprunts entre dialectes ou à une langue étrangère. Ces situations peuvent être intéressantes pour montrer les mécanismes d’intégration d’un nom — et de son genre. Différents mécanismes peuvent être mis en œuvre : adaptation morpho‑phonologique, conservation du genre de la langue d’origine, influence des autres noms de la langue de destination.

29L’ALF montre des exemples variés d’emprunts à des langues étrangères : emprunts anciens au germanique (Auberge 69) ou au persan (Épinard 475), ou plus récents, au turc (Café 193), à l’arabe (Estragon 487) ou à des langues d’Amérique du Sud, par l’intermédiaire de l’espagnol. Deux exemples pour ce dernier cas montrent, d’un côté, une très grande stabilité pour le mot tabac, masculin, à l’exception d’un seul point wallon (193, Tabac 1272), tandis que la situation est différente pour le mot cigare, emprunté à l’espagnol cigarro, masculin, qui s’est implanté en Europe au xviie siècle. Dans une large zone rassemblant les parlers occitan de l’Est (provençal et vivaro‑alpin) et francoprovençaux, le nom apparaît plusieurs fois au féminin (fig. 8, Cigare 286). Cette aire se prolonge dans les parlers du nord‑ouest de l’Italie, comme le montre la carte correspondante de l’AIS (Un sigaro 762). Certaines formes rappellent l’analogie qui a pu être faite entre ce mot et le nom, féminin, de la cigale (issu du latin cicada/cicala et qui se dit en espagnol cigarra). C’est d’ailleurs sous la forme cigale que le mot est attesté, au féminin donc, pour la première fois en français, d’après un témoignage des Antilles (FEW 20, 85b). La ressemblance entre la forme du cigare et celle de cet insecte long et brun, si présent en Provence, a pu jouer pour renforcer cette forme de féminin. Signalons que Châteaubriand emploie encore cigare au féminin dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811).

Figure 8. – Cigare 286.

Figure 8. – Cigare 286.

3.3. la morphologie et la phonétique

30Comme on l’a vu ci‑dessus, la morphologie et la phonétique jouent un rôle important dans la variation de genre (Dauzat, 1937). Le fait que le français et les dialectes d’oïl ne disposent que d’une seule voyelle finale indistincte [ə], qui tend même à ne pas être réalisée, rend possible les glissements entre des suffixes qui servaient à former des mots de genre différent à l’origine : ainsi, les suffixes ‑atoriu et ‑atoria ont donné respectivement -oir et -oire. Cette proximité, et la tendance à une homophonie totale des suffixes lorsque le « e muet » tombe, favorise certainement les glissements de genre, généralement en faveur du masculin dans les dialectes.

  • 11 À l’exception de certains parlers du gascon occidental, qui centralisent les voyelles finales vers  (...)

31L’occitan et le francoprovençal présentent un inventaire de voyelles finales plus riche que le français. Ils ont conservé une voyelle finale atone féminine -a (souvent prononcée [ɔ] en occitan)11. Le francoprovençal va plus loin encore : le -a féminin devient -i (réalisé de façon variable) après une consonne palatale, et il conserve pour les noms masculins, une finale -o. Ces particularités phonologiques ont une répercussion sur le caractère explicite ou implicite de la manifestation du genre (Corbett, 1991 : 62). Nous proposons donc de voir une corrélation entre le degré de stabilité du genre dans les parlers gallo-romans et la conservation plus ou moins grande des voyelles finales atones d’origine. Ronjat fait également cette hypothèse pour l’occitan, en observant que « le genre lat. est souvent mieux conservé qu’en fr. (probablement parce que le continuateur de latin -a est distinct de celui de ‑e, ‑o) […] » (Ronjat, 1937 : 9).

  • 12 Ces formes vaudoises proviennent du dictionnaire de Duboux-Genton (1981).

32Peut‑on dire, en élargissant le concept de Chevalier (2013), qu’en oïl, la variation de genre est contextuellement réalisée (c’est la forme du déterminant qui indique le genre du substantif : un voile / une voile) tandis qu’en occitan et a fortiori en francoprovençal, la variation du genre est intrinsèquement réalisée puisqu’elle se manifeste avec une voyelle finale (frpr. on vâilo / la vâila, en Suisse12) ?

33En outre, l’initiale vocalique des noms est un facteur qui joue un rôle important, car il brouille l’identification des marqueurs extérieurs du genre masculin (forme élidée de l’article, phénomène de liaison). Plusieurs mots masculins commençant par une voyelle ont été touchés par une hésitation sur le genre depuis l’ancien français et n’ont vu leur genre fixé que récemment. On en retrouve les traces dans les dialectes gallo-romans, sur des espaces plus ou moins étendus : les cartes Argent 56, Été (saison) 491, Héritage 688, Hiver 698 ou Orage 944 (fig. 9) montrent des aires importantes du féminin en oïl, tandis que celle qui figure dans Automne 75 s’étend également dans le domaine d’oc.

Figure 9. – Orage 945.

Figure 9. – Orage 945.

34Certains mots ont même définitivement basculé vers l’autre genre en français standard, comme horloge, d’abord masculin, puisqu’issu du neutre latin horologium dont le genre féminin, apparu au xiiie siècle, finit par s’imposer au xixe siècle, ou orge du lat. ordeum (voir orge mondé). Cependant dans les deux cas, près de 70 % du territoire gallo-roman utilise encore le masculin (Horloge 699 et Orge 947).

35La syllabe finale, et en particulier les suffixes et les séquences homophones aux suffixes, ont également une influence importante pour l’assignation au genre (assignation d’un mot à un genre ou assignation du genre à un mot, voir Thornton, 2009) et les données collectées dans l’ALF confortent bien les travaux menés sur cette question pour le français standard (Tucker et al., 1977 ; Lyster, 2006 ; Grevisse, 1986 ; Andriamamonjy, 2000 ; Jeanmaire, 2010). Comme on pouvait le prévoir, dans le mot squelette, d’origine savante et qui s’est diffusé dans la langue populaire, le suffixe -ette est largement (56 %) interprété comme un féminin dans tous les dialectes (Squelette 1261) (c’est d’ailleurs l’un des très rares mots masculins de la langue française avec ce suffixe).

Figure 10. – Squelette 1261.

Figure 10. – Squelette 1261.
  • 13 Dans certains parlers francoprovençaux, les représentants du mot écumoir masc. sont adaptés du fran (...)

36C’est sans doute l’attraction homophonique du suffixe en -ière qui a influencé le genre féminin du mot cimetière dans le nord‑est du domaine (Cimetière 288). Avec derrière et arrière, ce terme fait partie des rares mots masculins opposés aux nombreux mots féminins en -ière, comme rivière, matière, etc. L’exemple de l’écumoire, massivement masculin dans les parlers occitans (Écumoire 44913), donne une idée de la fluctuation du genre des mots en -oir(e) [-war] adaptés du français dans les dialectes. Ce suffixe est illustré par de nombreuses données dans l’ALF et reflète les mêmes hésitations que le français standard. Cela interfère jusque dans le genre du mot courroie dont la finale est réinterprétée comme une forme à suffixe en -oir, masculin, sur une aire qui s’étend du Poitou à la Lorraine (Courroie 337).

37La carte Rouille (1173) offre une répartition de la variation de genre très dispersée : au nord‑ouest, ou à l’opposé, au sud‑est, se trouvent des zones où les correspondants de la forme rouille sont au masculin. Plusieurs points semblent être indifféremment masculin ou féminin (points 313 et 328, dans la Sarthe et l’Eure-et-Loire, et les points 281, 284, 285, 286 dans le Nord). L’explication de cette variation semble remonter à la substitution du suffixe ‑igine de l’étymon latin robigine, qui permet de former des noms féminins en latin, par un suffixe masculin -il dans de nombreux parlers gallo‑romans (lo robilh en occitan, le roïl en ancien français pour désigner l’oxyde de fer). La forme de féminin va finir par s’imposer en français à partir du xvie siècle (FEW 10, 430b). C’est ce qui explique les formes occitanes [rˈujo, rˈuːʎɔ], féminines, empruntées au français.

3.4. Superposition (théorie de Platz)

38En 1918, Ernest Platz propose dans sa thèse présentée à l’université de Fribourg et publiée sous forme d’article, une théorie de la superposition permettant de rendre compte de certaines variations de genre. En s’appuyant sur plusieurs exemples tirés de l’ALF, il montre que les substantifs peuvent prendre le genre des mots qu’ils remplacent. Par exemple, dans la carte Soir 1238, il prouve que la forme au masculin du mot nuit au point 292 en Wallonie résulte de sa substitution en cours du mot soir. Mais l’argument le plus convaincant provient de l’exemple de l’écrevisse : ce mot, d’origine germanique, s’est introduit en domaine gallo-roman sous une forme féminine *kreƀitja. Dans le Sud‑Est de la France, ce terme est entré en concurrence avec les descendants d’un mot latin cammărus, masculin, qui a donné chambre m. en provençal. L’aire géographique du genre masculin montre que le mot écrevisse l’a remplacé en prenant son genre (Écrevisse 445).

Figure 11. – Écrevisse 445.

Figure 11. – Écrevisse 445.

39C’est ce type de phénomène que nous avons cherché à faire apparaître lorsque nous avons pris en compte les occurrences lexicales différentes du terme principal des cartes, en les encodant à l’aide d’un symbole spécifique ($). Cette théorie pourrait alors s’appliquer à d’autres termes, par exemple, pour l’aire des formes masculines de noce dans le nord du domaine qui côtoient le terme mariage (Noce 913). Un dernier exemple pourrait illustrer cette théorie : dans la carte Épi 474 (voir plus haut fig. 7), on remarquera, dans le Nord‑Est du domaine, une petite aire féminine [pi de bje], dans le prolongement de l’aire du masculin épi, qui côtoie une grande aire de mots féminins paute, paume dérivés du latin palmes, féminin aussi. On pourrait envisager, dans ce cas de figure, que les formes féminines [pi] ne soient que le fruit du remplacement récent par épi d’un mot plus ancien, dont elles auraient conservé le genre féminin initial, plutôt qu’un aboutissement direct du latin spica.

4. Répartition géographique

40La carte (fig. 12) a été établie à partir des cartes les plus complètes, soit 165 notions, dont les résultats ont été répartis en quatre classes égales en nombre de localités. À l’évidence, c’est le quart sud‑est du domaine gallo-roman qui présente le plus de variations de genre par rapport au français, avec une forte dominante de parlers provençaux, francoprovençaux et vivaro‑alpins parmi les plus concernés (une vingtaine de points comprennent plus de 18 % de termes avec variation). Comme nous l’avons vu plus haut, cet espace est marqué par un conservatisme plus fort du genre latin : outre les cartes déjà évoquées, d’autres y présentent des aires remarquablement homogènes comme le féminin dans Cigare 286 (voir fig. 8) ou le masculin dans Encre 459.

41À l’opposé, ce sont des parlers champenois, bourguignons et wallons qui sont le moins sujet à la variation (moins de 4 %). Plus globalement, le domaine d’oïl semble moins enclin à la variation de genre, exception faite des parlers poitevins‑saintongeais. On remarquera cependant une aire picarde plus impliquée, ce qui avait sans doute amené E. Edmont à produire un inventaire de ces termes dans son Lexique saint‑polois (1897 : 6) et peut‑être à attirer l’attention de J. Gilliéron sur ce sujet.

Figure 12. – Répartition de la variation de genre (pourcentage).

Figure 12. – Répartition de la variation de genre (pourcentage).

5. Analyse quantitative

42Afin d’évaluer quantitativement nos observations en section 4, nous utilisons un algorithme de régression linéaire (Chambers 1992) pour prédire, pour chaque substantif présent dans nos données, la proportion des points dans l’ALF ayant le même genre qu’en français. Par exemple, si pour un substantif donné ayant 600 points de données, 400 points ont un genre identique à celui du français, le ratio de genre similaire avec le français est de 400/600 = 0,7 pour ce substantif. Le modèle considère les variables suivantes pour prédire ce ratio de variation du genre : les données de la sémantique (les catégories sémantiques mentionnées dans le tableau 1), de l’étymologie (le genre du substantif en latin et en français) et de la phonétique (les premiers et derniers phonèmes à l’écrit en français et si les substantifs commencent ou finissent par une voyelle ou une consonne dans les différents parlers). La longueur du mot est aussi prise en compte. Les résultats (R2 = 0,6, RMSE = 0,1, F = 10,8, df = 146) indiquent que les substantifs collectifs ou ayant un marquage par suffixe ou ayant des origines différentes du latin ont moins tendance à changer de genre (Est. féminin = 0,20791, Est. masculin = -0,17761, Est. neutre = -0,19129, p < 0,001). En d’autres mots, les changements de genre sont moins fréquents pour les substantifs collectifs ou ayant un marquage par suffixe ou étant extérieurs au latin. Ceci est intuitif compte tenu du fait que ces substantifs sont sémantiquement et morphologiquement plus stables ou externes à la langue. Le genre du substantif en français n’a pas d’effet significatif. Les catégories sémantiques n’ont pas d’effets significatifs, ce qui est probablement dû à la faible quantité de substantifs animés dans les données. Pour ce qui est des variables phonétiques, les derniers phonèmes n’ont pas d’effets significatifs, cependant, plusieurs des premiers phonèmes ont des effets significatifs. Par exemple, les mots commençant par une voyelle ont tendance à avoir un genre différent du français. Ces analyses soutiennent l’idée que les variables mentionnées dans la section précédente ont généralement des effets. Cependant, l’analyse est limitée par le fait que les substantifs inclus dans l’échantillon sont biaisés par leur disponibilité dans l’ALF. Les variables prises en compte ne permettent d’expliquer que 60 % de la variance des données. Par exemple (fig. 13), nous pouvons comparer les prédictions faites par le modèle et le ratio de genre similaire avec le français pour chaque substantif.

Figure 13. – Comparaison des prédictions faites par régression linéaire avec le ratio de genre similaire avec le français. Les couleurs indiquent le genre grammatical d’un substantif en français.

Figure 13. – Comparaison des prédictions faites par régression linéaire avec le ratio de genre similaire avec le français. Les couleurs indiquent le genre grammatical d’un substantif en français.

43La comparaison montre que le modèle de régression linéaire effectue des prédictions dans la bonne direction, étant donné que nous observons une corrélation positive entre les prédictions et le ratio observé (le ratio prédit par le modèle n’est pas éloigné du ratio observé), comme aussi démontré par le R2 de 0,6. Cependant, les prédictions et le ratio ont quand même une certaine différence. Par exemple, le modèle prédit que le ratio d’orage devrait être proche de 0,9 (c’est‑à‑dire qu’orage devrait généralement avoir un genre similaire au français standard) alors qu’il est en fait proche de 0,5. Des méthodes statistiques plus poussées et l’ajout de données de terrain permettraient d’affiner l’analyse.

6. Discussion

44Notre analyse d’un corpus d’environ 900 cartes issues de l’Atlas linguistique de la France nous a révélé l’ampleur du phénomène de la variation de genre, masculin ou féminin, pour les substantifs des dialectes gallo-romans et nous a montré que ces derniers, en particulier ceux d’oïl, gardent les traces de l’histoire de l’évolution du genre dans la langue française. La méthode que nous avons employée associe une étude qualitative des données, pour identifier les différents facteurs de la variation, à une méthode quantitative, par l’application de modèles linéaires essayant de prédire la variation du genre. Il nous est apparu que certains critères sémantiques, mais aussi l’origine des mots et l’histoire de leur implantation dans une langue (instances normatives, superposition et concurrence entre les mots d’une langue donnée) ont un rôle décisif. D’autre part, les propriétés morpho‑phonologiques propres à chacune des trois familles dialectales gallo-romanes en présence (les parlers d’oïl, d’oc et francoprovençaux) façonnent les modalités d’appartenance à un genre et ses manifestations : présence de voyelles finales atones, d’une initiale vocalique ou d’un suffixe.

45Cette première incursion nous invite à aller plus loin en explorant les cas de figure que nous avons écartés : changement d’unités lexicales, intégration des mots étrangers, par ex. les anglicismes dans les îles anglo‑normandes, comme la game et le play (Jeu 719), formes masculines en -o en occitan, comportement des adjectifs, données des cartes partielles, etc. Nous pourrions aussi interroger la répartition géographique des variations de genres dans la relation des dialectes gallo-romans avec les langues voisines (voir pour le francoprovençal, Sauzet & Brun-Trigaud, 2023). Cette exploration plus approfondie nous permettrait peut‑être de résoudre les derniers cas de variation de genre qui ont résisté à notre analyse, comme celle de l’aire rhodanienne des formes au masculin dans les désignations de la pomme de terre (1057). D’autre part, les outils mis en œuvre par les dialectes (changement de suffixe, métaplasme, etc.) pour faire passer les mots d’un genre à un autre mériteraient également une étude plus détaillée à mettre en regard de celles réalisées à partir du français standard.

46Enfin nous pourrions également exploiter les données de nos enquêtes en cours sur le terrain, notamment dans le Valais (Suisse) et dans les parlers du Croissant (zone interférentielle entre oc et oïl) où les témoignages sur la variation de genre nous montrent que le phénomène est encore vivace.

Haut de page

Bibliographie

AIS = Jaberg Karl & Jud Jakob, 1928‑1940, Sprach‑und Sachatlas Italiens und der Südschweiz, Zofingen, Ringier (8 vol.).

ALF = Gilliéron Jules & Edmont Edmond, 1902‑1910, Atlas linguistique de la France, Paris, H. Champion.

Alibert Louis, 1966, Dictionnaire occitanfrançais d’après les parlers languedociens, Toulouse, Institut d’études occitanes.

Allassonnière-Tang Marc, Lundgren Olof, Robbers Maja et al., 2021, « Expansion by migration and diffusion by contact is a source to the global diversity of linguistic nominal categorization systems », Humanities and Social Sciences Communications, no 8(1), 331. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.1057/s41599-021-01003-5>.

Andriamamonjy Pascale, 2000, « Le rôle du genre grammatical au cours de la reconnaissance de noms », L’année psychologique, vol. 100, no 3, p. 419‑442. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.3406/psy.2000.28652>.

Arrivé Michel, 1997, « Coup d’œil sur les conceptions du genre grammatical », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles‑Lettres, p. 81‑96. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.3406/crai.1997.15705>.

Audring Jenny, 2016, « Gender », Oxford encyclopedia of linguistics. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.1093/acrefore/9780199384655.013.43>.

Basirat Ali, Allassonnière-Tang Marc & Berdicevskis Aleksandrs, 2021, « An Empirical Study on the Contribution of Formal and Semantic Features to the Grammatical Gender of Nouns », Linguistics Vanguard, no 7‑1, 20200048. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.1515/lingvan-2020-0048>.

Brun-Trigaud Guylaine, Le Berre Yves & Le Dû Jean, 2005, Lectures de l’Atlas linguistique de la France. Du temps dans l’espace, Paris, Éditions du CTHS.

Chambers John M., 1992, « Linear models », dans J. Chambers et T. Hastie (éds), Statistical Models, Wadsworth & Brooks/Cole.

Chateaubriand François-René de, 1811, Itinéraire de Paris à Jérusalem et de Jérusalem à Paris, en passant par la Grèce, et en revenant par l’Égypte, la Barbarie et l’Espagne, Paris, Le Normant, 3 vol. 

Chevalier Yannick, 2013, « Approches linguistiques du genre (gender) ». Disponible en ligne sur <cle.ens-lyon.fr/plurilangues/langue/introduction-a/approches-linguistiques-du-genre-gender>.

Corbett Greville G., 1991, Gender, Cambridge, Cambridge University Press.

Corbett Greville G., 2014, « Gender Typology », dans G. Corbett (éd.), The Expression of Gender, Berlin, De Gruyter, p. 87‑130.

Dardel Robert de, 1965, Recherches sur le genre roman des substantifs de la troisième déclinaison, Genève, Droz.

Dauzat Albert, 1937, « Le genre en français moderne », Le français moderne, p. 193‑205.

Dictionnaire de l’Académie française (depuis 1694, 9 éditions), Paris, Vve J. B. Coignard et J. B. Coignard. Disponible en ligne sur <www.dictionnaire-academie.fr>.

Dubois Jean, 1989, « Le genre dans les noms d’animaux », Linx, no 21, p. 87‑91. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.3406/linx.1989.1133>.

Duboux-Genton Frédéric, 1981, Dictionnaire du patois vaudois. Patois‑français, français‑patois, Oron, Campiche.

Edmont Edmond, 1897, Lexique saint‑polois, Saint‑Pol, Mâcon, chez l’auteur, Protat.

FEW = Wartburg Walther von, 1922‑2002, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine Darstellung des galloromanischen Sprachschatzes, 25 vol., Bonn, Klopp, Schroeder et chez l’auteur, Heidelberg, Winter, Leipzig / Berlin, Teubner, Basel, Zbinden.

GPSR = Gauchat Louis, Jeanjaquet Jules, Tappolet Ernest et al. (éds), (1924-), Glossaire des patois de la Suisse romande, 8 vol., Neuchâtel, Attinger, puis Paris / Genève, Droz.

Gilliéron Jules & Edmont Edmond, 1902, Atlas linguistique de la France. Notice servant à l’intelligence des cartes, Paris, H. Champion.

Gilliéron Jules & Roques Mario, 1912, Études de géographie linguistique d’après l’Atlas linguistique de la France, Paris, H. Champion.

Grevisse Maurice, 1986, Le Bon Usage : grammaire du français, Paris, Gembloux, Duculot.

Hasselrot Bengt, 1950, « Du changement de genre comme moyen d’indiquer une relation de grandeur dans les langues romanes », Vox romanica, no 11, p. 135‑147.

Hasselrot Bengt, 1957, Études sur la formation diminutive dans les langues romanes, Uppsala, Uppsala Universitets Arskrift.

Hjelmslev Louis, 1971, Essais linguistiques, Paris, Éd. de Minuit.

Jeanmaire Guillaume, 2010, « Vox populi vox Dei ? L’identification du genre grammatical en français », Langue française, no 168, p. 71‑86. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.3917/lf.168.0071>.

Kawaguchi Yuji, 2017, « Réflexion géolinguistique sur le mot sel », Géolinguistique, no 17, p. 7‑22. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.4000/geolinguistique.355>.

Kemmerer David, 2014, « Word Classes in the Brain: Implications of Linguistic Typology for Cognitive Neuroscience », Cortex, no 58, p. 27‑51. Disponible en ligne sur <https://doi.org/10.1016/j.cortex.2014.05.004>.

Kramer Ruth, 2020, « Grammatical Gender: A Close Look at Gender Assignment Across Languages », Annual Review of Linguistics, no 6, p. 45‑66.

Loporcaro Michele, 2018, Gender from Latin to Romance, Oxford, Oxford University Press.

Loporcaro Michele, Nolè Graziella & Paciaroni Tania, 2013, « Persistenza del neutro nell’italo-romanzo centro-meridionale », Vox romanica, no 72, p. 88‑137.

Lyster Roy, 2006, « Predictability in French Gender Attribution: A Corpus Analysis », French Language Studies, no 16, p. 69‑92.

Magniont Gilles, 2020, Guerre civile des Français sur le genre, Limoges, On verra bien.

Martinet André, 1979, Grammaire fonctionnelle du français, Paris, Didier/Credif.

Meillet Antoine, 1982, « La catégorie du genre et les conceptions indo‑européennes », Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, p. 211‑229.

Mistral Frédéric, 1878, Lou Tresor dóu Felibrige, 2 vol., Aix‑en‑Provence, J. Remondet-Aubin.

Platz Ernest, 1918, « Recherches sur la formation du genre et la superposition verbale d’après l’Atlas linguistique de la France », Archivum Romanicum, no II, p. 133‑184.

Ronjat Jules, 1930‑1941, Grammaire istorique (sic) des parlers provençaux modernes, 4 vol., Montpellier, Société des langues romanes.

Saramandu Nicolas & Nevachi Manuela, 2019, « Les dénominations romanes du lièvre (carte et commentaires) », dans E. Carpitelli et M. Contini (éds), Atlas linguistique roman, vol. II.c, Alessandria, Edizioni dell’Orso.

Sauzet Patrick, 2019, Diccionari de botgeta / Dico de poche, occitan-francès / français-occitan, Yoran Embanner.

Sauzet Maguelone & Brun-Trigaud Guylaine, 2023, « Variations de genre et métaplasmes dans les parlers francoprovençaux », dans D. Aquino-Weber et al. (éds), Coum’on étèila que kòoule… Come una stella cadente… Comme une étoile filante… Mélanges à la mémoire de Federica Diémoz, Genève, Droz, p. 139‑163.

Thornton Anna M., 2009, « Constraining Gender Assignment Rules », Language Sciences, no 31, p. 14‑32.

Tucker Richard, Lambert Wallace & Rigault André, 1977, The French Speaker’s Skill with Grammatical Gender. An Example of Rule‑Governed Behavior, The Hague, Mouton.

Vaugelas Claude Favre de, 1647, Remarques sur la langue françoise : utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris, Vve J. Camusat et P. Le Petit.

Haut de page

Annexe

Liste des cartes de l’ALF retenues

8 acier

405 dimanche

714 jarretière

1078 poussière

9 âge

421 (des) pommes (douces)

746 lait

1087 pré

11 agneau

435 échalote

757 lente (pou)

1099 prunier

13 aigle

437 échine

758 lentille

1119 quenouille

17 ail

445 écrevisse

762 levain

1132 râteau

35 allumette

448 écume

766 lézard

1141 réglisse

42 (les) anges

450 écureuil

769 lièvre

1142 reins

56 argent

457 enclume

805 (le) manche

1155 rhume

58 armoire

459 encre

823 matin

1163 ronce

61 arrosoir

474 épi

843 merle

1167 rosier

64 assiette

475 épinard

852 miel

1173 rouille

69 auberge

476 épine

862 moelle

1176 sable

75 automne

480 escalier

885 mousse

1184 salière

121 bécasse

486 estomac

889 mulet

1187 sang

130 beurre

491 été (saison)

913 noce

1189 sangsue

139 bluet

494 étoile

927 noyer (arbre)

1190 sapin

165 boutique

497 étourneau

932 œil

1194 saucisse

190 cabane

523 étrille

936 oie

1195 sauge

192 cadenas

539 farine

942 ongle

1211 seigle

198 canard

585 foie

944 (l’) or

1213 sel

200 carême

599 fouet

945 orage

1221 serpent

201 carnaval

601 fouine

946 oreille

1244 sorcier

210 cendre

605 fourmi

947 orge

1250 soufre

213 cercle

608 fraise

950 orteil

1255 soupière

216 cerfeuil

611 frêne

951 ortie

1256 source

218 cerisier

612 froid

953 os

1257 sourcils

219 cerveau

615 fruit

960 ours

1261 squelette

234 chanvre

636 genièvre

968 papillon

1262 sucre

242 charnière

647 (la) glace

970 pâques

1265 suie

250 chat

648 glands

980 paume

1266 suif

251 châtaigne

660 gouttière

987 pêche (fruit)

1272 tabac

255 chaudière

661 grain

989 peigne

1303 tilleul

275 chevreuil

670 groseille

1002 perdrix

1317 tortue

284 cidre

672 guêpe

1027 plantain

1326 trèfle

286 cigare

676 guichet

1030 plâtre

1329 tremble

288 cimetière

687 hérisson

1047 poire

1343 tuile

298 clarinette

688 héritage

1049 poirier

1344 tulipe

303 clocher

689 herse

1051 poison

1350 vaisselle

330 coude

698 hiver

1054 poix

1354 veau

337 courroie

699 horloge

1058 pommier

1402 vipère

367 cuillère

702 huile

1069 poudre

1403 vis

Haut de page

Notes

1 Nous tenons ici à remercier les deux relecteurs des précieux conseils et des références bibliographiques complémentaires qu’ils nous ont apportés.

2 L’ensemble des cartes est librement consultable en ligne sur <https://lig-tdcge.imag.fr/cartodialect5/#/>, grâce au projet ANR ECLATS.

3 Les titres de cartes citées sont avec une majuscule et le chiffre qui suit indique le numéro de carte. Les cartes citées figurent en annexe.

4 Voir Hasselrot (1950, 1957 : 133‑168) et Hjelmslev (1971) pour la valeur sémantique augmentative du changement de genre, que l’on observe bien en occitan.

5 Sur la carte Étoile, l’unique attestation au masculin se trouve au point 62 (Belfaux, en Suisse). Elle n’est pas confirmée par l’article du GPSR 6, 829a, ni par le FEW 12, 251a.

6 Les cartes qui ne figurent pas dans le corps de l’article ont été regroupées sous forme de planches, en annexe.

7 Les noms sentinelle ou mannequin, qui font figure d’exceptions dans la langue française, ou des formes aujourd’hui épicènes comme ministre ne figurent pas dans le questionnaire de Gilliéron.

8 Le témoin distingue en revanche les formes pour désigner la chatte (1498), la poule (1071) ou la truie (1342) de celles des animaux mâles correspondants.

9 Les quelques exceptions, comme agrĭcŏla le paysan, nauta le marin, poeta le poète, masculins, sont bien connues des latinistes.

10 Quelques mots de la deuxième déclinaison, comme les noms d’arbres, par ex. fāgus le hêtre (690), sont féminins tout en se déclinant comme dŏmĭnus dominus le maître et les mots masculins de cette classe.

11 À l’exception de certains parlers du gascon occidental, qui centralisent les voyelles finales vers [ə].

12 Ces formes vaudoises proviennent du dictionnaire de Duboux-Genton (1981).

13 Dans certains parlers francoprovençaux, les représentants du mot écumoir masc. sont adaptés du français. Cela montre que le genre masculin a été largement attesté, en français standard. L’emploi masculin en français s’est d’ailleurs parfois maintenu régionalement en Suisse romande (voir écumoir GPSR 6, 124b).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. – Le sel 1213.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figure 2. – Lièvre 769.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure 3. – Chanvre 234.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Figure 4. – Horloge 699.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 5. – Ongle 942.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Figure 6. – Poison 1051.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 7. – Épi (de blé) 474.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 8. – Cigare 286.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Figure 9. – Orage 945.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 10. – Squelette 1261.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Figure 11. – Écrevisse 445.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Figure 12. – Répartition de la variation de genre (pourcentage).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Figure 13. – Comparaison des prédictions faites par régression linéaire avec le ratio de genre similaire avec le français. Les couleurs indiquent le genre grammatical d’un substantif en français.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-13.png
Fichier image/png, 57k
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/13891/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guylaine Brun-Trigaud, Maguelone Sauzet et Marc Allassonnière Tang, « Variation du genre des substantifs dans les dialectes gallo-romans. Étude exploratoire »Géolinguistique [En ligne], 23 | 2023, mis en ligne le 11 décembre 2023, consulté le 03 mars 2024. URL : http://journals.openedition.org/geolinguistique/13891 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geolinguistique.13891

Haut de page

Auteurs

Guylaine Brun-Trigaud

Université Côte d’Azur, BCL (CNRS UMR 7320)
guylaine.brun-trigaud@unice.fr

Articles du même auteur

Maguelone Sauzet

Université de Neuchâtel (Suisse)
maguelone.sauzet@unine.ch

Marc Allassonnière Tang

MNHM Université de Paris, EA (CNRS UMR 7206)
marc.allassonniere-tang@mnhn.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search