Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Avant-propos

Avant-propos

Elisabetta Carpitelli, Michel Contini, Giovanni Depau et Jeanine Élisa Médélice

Texte intégral

1Ce volume de Géolinguistique s’articule idéalement en cinq petits blocs entre lesquels il est possible d’identifier des liens forts : une contribution que nous pouvons considérer à caractère général, touchant les archives sonores qui depuis longtemps intéressent les dialectologues et plus en général tous ceux qui travaillent autour de l’oralité ; deux articles consacrés aux variétés germaniques, bien que sous deux angles différents : le premier qui présente encore des témoignages oraux, cette fois sur la représentation de l’accent alsacien, et le second sur l’analyse motivationnelle des noms d’insectes dans les variétés scandinaves ; les noms des insectes font aussi l’objet d’un article où données dialectales et sémantique cognitive s’éclairent réciproquement à partir de matériaux des aires alpines francoprovençale et occitane : une perspective qui portera certainement un éclairage nouveau aussi sur l’étude motivationnelle de la zoonymie populaire ; et c’est encore l’occitan qui fait l’objet des deux articles suivants qui explorent l’un la morphosyntaxe et l’autre la phonologie de ces variétés ; la dernière contribution est consacrée à l’Afrique, absente depuis longtemps de notre revue, et qui concerne l’Éthiopie, une aire que, jusqu’à présent, nous n’avions jamais eu l’occasion d’accueillir et qui nous permet d’intégrer dans notre volume une réflexion sur la relation entre transcriptions concurrentes des toponymes.

2La contribution de Matteo Cialone et Véronique Ginouvès nous livre les « chuchotements » des archives sonores de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence, autour de leur création et leur organisation à partir des témoignages sur l’expérience de celles et ceux qui ont contribué à faire exister et vivre un patrimoine d’enregistrements qui contribue, entre autres, à l’évolution des études consacrées au domaine de l’oralité. L’article aborde également une réflexion sur les termes centraux d’« ethnotextes » et « phonothèque ».

3Pascale Erhart aborde les représentations de l’« accent alsacien » de nos jours, dans une optique diatopique mais aussi diastratique, à partir aussi bien du discours des locuteurs enregistrés, qui révèle aussi des tensions et des insécurités linguistiques dans l’usage du français parlé en Alsace, que du discours des médias régionaux et nationaux.

4Le domaine germanique fait aussi l’objet de l’article de Claudio Bartoleschi sur les taxinomies entomonymiques scandinaves et allemandes dans une perspective de sémantique motivationnelle selon une approche qui renvoie à celle de l’Atlas Linguarum Europae et qui confirme l’importance de certains cultes anciens, partagés dans l’aire germanique, dans les processus de désignation de la faune.

5Les noms des insectes reviennent dans l’article suivant où certaines désignations francoprovençales du taon sont comparées à une série de formes occitanes véhiculant l’image de l’évanouissement. Ces données ont permis à Fabio Armand d’identifier un processus de métensomatose de l’âme humaine en insecte qui ouvre la voie à des études de zoonymie dialectale faisant appel en parallèle aux témoignages des ethnotextes, mais aussi à une perspective sémantique cognitive originale et fructueuse dont l’analyse de la motivation lexicale profonde des noms dialectaux des insectes ne pourra que bénéficier.

6L’aire occitane vivaro-alpine est examinée par Quentin Garnier qui prend en compte les aspects phonologiques de ces variétés pour relever une grande variété de typologies syllabiques : l’auteur pose la question de la relation entre la diversité qui caractérise le diasystème de cet espace dialectal et la volonté « de socialisation » de l’occitan.

7La diversité dans l’aire occitane concerne également les parlers des Alpes-Maritimes étudiés par David Heap et Robert Mooney qui examinent la riche morphologie pronominale de ces variétés, à partir des résultats d’enquêtes réalisées dans les années 1970 et partiellement inédites, leur permettant d’identifier une aréologie particulière des phénomènes et une aire dialectale qu’ils définissent comme maritime élargie.

8La problématique abordée par Alessandro Bausi concerne un toponyme du nord de l’Éthiopie dont il existe deux transcriptions concurrentes des consonnes nasales internes, mais une seule correspond à l’usage oral des locuteurs de la région alors que l’autre est reconnue dans les contextes scientifiques. La réflexion de l’auteur porte ainsi sur la perception différente des contrastes de longueur concernant les nasales de cet espace linguistique et contribue au débat sur la question de la relation entre toponymie officielle et toponymie « authentique », entre tradition écrite et tradition orale.

9Ce volume est dédié à la mémoire de notre collègue et ami Jean Le Dû qui nous a quittés à l’improviste cette année et qui nous manque énormément. Nous remercions Guylaine Brun-Trigaud, collègue de l’ALiR, qui a longtemps collaboré avec Jean dans le cadre d’articles et de la réalisation du Petit Atlas des Antilles, pour avoir accepté d’écrire sa nécrologie : nous savons que cela n’a pas été sans peine pour elle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabetta Carpitelli, Michel Contini, Giovanni Depau et Jeanine Élisa Médélice, « Avant-propos »Géolinguistique [En ligne], 20 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/geolinguistique/1976 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geolinguistique.1976

Haut de page

Auteurs

Elisabetta Carpitelli

Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Michel Contini

Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Giovanni Depau

Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Jeanine Élisa Médélice

Université Grenoble Alpes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Géolinguistique

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search