Navigation – Plan du site

16 | 2016
Varia

Sous la direction de Giovanni Depau
Couverture Géolinguistique 16/2016
Informations sur cette image
Format 16 X 24 cm / 264 pages
ISBN 978-2-84310-342-1

Les articles composant ce numéro présentent une variété importante d’approches, mais aussi des éléments thématiques et des terrains communs. Plusieurs articles portent sur la reprise et la valorisation d’atlas traditionnels, engagés dans le passé mais interrompus avant la fin du programme ou ayant subi de forts ralentissements. Ceux-ci peuvent désormais bénéficier d’une actualisation favorisée, d’une part, par l’innovation technologique (Garcia Mouton sur l’Atlas Lingüístico y Etnográfico de Chile por Regione et Brun-Trigaud sur l’ALP) et, d’autre part, par la réflexion théorique dans le domaine de la dialectologie en particulier à travers une approche dialectométrique (Fossat sur l’Atlas de Gascogne) ou bien dans une approche motivationnelle de l’analyse des données dialectales (Ruffino et Telmon sur l’Atlas linguistique de la Méditerranée). Des entreprises géolinguistiques plus récentes s’ouvrent à des modèles théoriques auparavant inexplorés (Pinello, dans le cadre de l’ALS, portant notamment sur la dimension de l’espace vécu cognitif) ou encore dans le cadre des matériaux portugais inédits de l’Atlas linguistique du Portugal à travers une approche critique pouvant remettre en question l’image dialectale de l’aire transmise par l’atlas linguistique (Álvarez Pérez). Par ailleurs, de nouveaux projets géolinguistiques rendent compte de la vitalité de la recherche dialectale (Vuletić et Skračić sur le projet JAPRK : la langue de la mer dans l’espace adriatique oriental ; Álvarez Pérez et al. sur les proverbes météorologiques romans).

La deuxième partie du numéro présente une série d’études portant sur différentes dimensions d’analyse et sur une multitude de variétés linguistiques. La question de la diphtongaison du ˈŏ latin en [wˈɔ] dans un certain nombre de parlers du domaine occitan (Barillot, Casagrande et Rizzolo). Ou encore sur le plan de l’analyse sémantico-motivationnelle et morpho-syntaxique (Caprini sur les noms romans des baies sauvages) voire sur celui de la dimension onomasiologique et motivationnelle des désignations dialectales (Cugno ; Malfatto). Pour terminer, Salema adopte le point de vue morphologique et syntaxique dans son étude sur les toponymes du Portugal liés aux bases « Castelo », « Castro » et « Torre ».

Dans l’ensemble, les différents travaux qui composent ce volume contribuent à donner un aperçu de la pluralité de la recherche actuelle en géolinguistique et en dialectologie, tant au niveau des thématiques abordées qu’au niveau des approches théoriques que sur le plan des méthodologies adoptées.

  • Logo UGA Éditions
  • Logo Gipsa-lab
  • Logo Université Grenoble Alpes
  • OpenEdition Journals