Navigation – Plan du site

Vers un renouveau des atlas linguistiques régionaux ?

Towards a Renewal of Regional Language Atlases?
Guylaine Brun-Trigaud
p. 7-20

Résumés

L’abandon par le CNRS de la publication des atlas linguistiques régionaux français a laissé en attente un grand nombre de données inédites et a empêché de compléter une collection commencée sous l’égide d’Albert Dauzat. Plusieurs initiatives ont tenté de pallier cette défection, c’est le cas avec la publication du dernier volume de l’Atlas de la Provence, pour lequel ont été mises en œuvre des techniques en cartographie linguistique bénéficiant des avancées des SIG.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsqu’en 1996, le CNRS a mis fin au GDR 09 des atlas linguistiques, il laissait en suspens la publication d’une dizaine de volumes d’atlas pour achever la collection commencée en 1954 avec l’Atlas de la Gascogne (voir Le Dû, 1997) faisant suite à l’appel d’Albert Dauzat. On trouvera en annexe un tableau récapitulatif de l’ensemble des atlas publiés et inédits (ces derniers sont signalés en gras).

2Depuis cette époque, les données inédites de quelques-uns d’entre eux ont trouvé un débouché dans le Thesaurus Occitan qui en a mis une partie en ligne (Auvergne et Limousin, Languedoc oriental…), tandis que d’autres ont été publiés avec le concours de divers organismes publics comme les deux volumes du Nouvel Atlas de la Basse-Bretagne ou le volume 4 de l’Atlas Normand.

3Hélas, certains n’ont pas eu cette chance : alors même que leurs données avaient été saisies dans le cadre du programme de cartographie informatisée (volume 3 de l’Atlas de l’Île-de-France et de l’Orléanais ou de l’Atlas de la Bretagne romane) ou que leurs cartes, confectionnées selon la méthode traditionnelle, étaient prêtes à être imprimées (volume 4 de l’Atlas de l’Ouest), aucune publication n’a permis l’achèvement du travail.

  • 1 La situation actuelle du CTHS ne lui permet plus de poursuivre ce projet de publication.

4Dernièrement, le Comité des travaux historiques et scientifiques avait soulevé un espoir1 de reprise en rééditant le Nouvel Atlas de la Corse, ou en publiant avec l’aide de la région les cartes qui avaient été préparées manuellement pour le dernier volume de l’Atlas de la Champagne et de la Brie et ainsi que les deux volumes de l’Atlas des Petites Antilles avec l’aide du CRILLASH.

5Le quatrième volume de l’Atlas de la Provence (ALP 4), qui va nous intéresser ici, a suivi un autre chemin : une première partie des données (50 cartes) avait été saisie dans le Thesaurus Occitan, à la fin des années 1990 par Jacques Tourrel, puis le projet de publication avait été abandonné lors du départ à la retraite des deux auteurs.

6Les nouvelles possibilités des logiciels de cartographie que j’avais mises en œuvre pour l’Atlas des Petites Antilles les a incité à reprendre et à achever la publication du dernier volume resté en chantier. C’est donc avec l’aide financière de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’appui de l’association Alpes de Lumière que nous avons pu réaliser le projet.

7Cet ouvrage s’inscrit donc dans la continuité des volumes précédents, mais l’enjeu du nouveau contexte éditorial étant de nous efforcer d’atteindre un public plus large que celui des spécialistes, nous avons été amenés, d’une façon finalement très heureuse, à adopter un certain nombre d’innovations, comme d’ailleurs l’ont fait récemment d’autres atlas linguistiques (ALP 4, p. iii).

8Les innovations annoncées dans la préface sont de deux ordres, d’une part, scientifiques et pédagogiques par l’ajout de commentaires et de nombreuses illustrations en couleurs et d’autre part, visuelles, par la variété des représentations cartographiques. C’est sur cette dernière nouveauté que nous allons revenir.

9La raison principale de ces changements, par rapport au modèle classique qui avait prévalu jusqu’à la dernière publication effectuée sous l’égide du CNRS, a été très prosaïquement financière : l’ouvrage devait rester d’un prix très abordable pour en assurer la diffusion auprès d’un large public comme cela avait été le cas pour l’Atlas des Petites Antilles. Donc, exit le format 32 x 50 cm, confortable pour un domaine comprenant 170 points… Le choix s’est alors porté sur le format… A4 (21 x 29,7 cm) : le défi a alors été de rendre lisible l’ensemble des données sur cette petite surface, en exploitant au maximum les possibilités cartographiques. Plusieurs solutions ont donc été mises en œuvre pour pouvoir répondre à cette contrainte. Dans un premier temps, l’ensemble des points a été géolocalisé pour permettre leur utilisation dans le logiciel QGIS, Système d’information géographique (SIG) libre et Open Source (fig. 1). Puis il a fallu tester le positionnement minutieux des 170 étiquettes permettant le placement des données phonétiques pour chacun des points en prenant soin, d’une part qu’elles ne se chevauchent pas et d’autre part, que ce positionnement ne soit pas ambigu (dans les cas équivoques, des petites flèches ont été utilisées).

10Évidemment, en amont, ce sont près de 150 000 données qui avaient été saisis en API dans la base de données du Thesaurus Occitan2. Un choix a ensuite été opéré dans ces données : il a été décidé que les notions ne comportant pas assez de réponses seraient publiées sous forme de listes, ainsi que certaines notions qui, au contraire, comprenaient une grande variété de termes qu’il n’était pas possible de faire figurer sur une carte sous peine de la rendre illisible. Ces dernières ont quand même bénéficié d’un traitement cartographique, comme on le verra plus loin.

11La figure 2 montre que l’on retrouve une configuration classique des atlas linguistiques, dans laquelle les réponses sont accolées au numéro de point et où l’absence de réponse, qu’elle qu’en soit la nature, est signifiée par un vide. Ces cartes, largement utilisées, ont fait l’objet d’un important travail de placement des données phonétiques, afin de les rendre le plus lisible possible.

12Cependant, l’innovation porte sur plus d’une centaine de cartes qui ont bénéficié de traitements particuliers. Ainsi, dans les trois premiers volumes publiés par le CNRS, l’ALP avait assez largement utilisé le système des cartes dites à aires dégagées, mis en place par Jean Séguy, à partir du second volume de son Atlas linguistique de la Gascogne en 1956 :

Cette innovation — qui n’en est pas une : le procédé est déjà ancien — permet de cartographier des matériaux peu variés dont la représentation détaillée serait à la fois inutilement coûteuse et d’un aspect désagréable… [Des lignes] ne font qu’isoler un ensemble de localités où une forme a été identiquement relevée (Séguy, 1956 : avant-propos),

mais Séguy insiste sur le fait que l’ALG reste, malgré tout, un atlas ponctuel.

  • 3 Nous espérons pouvoir développer cette technique dans le cadre du projet ANR Eclats (<http://eclats (...)

13Comme QGIS ne permet pas de dessiner automatiquement les dites-lignes3, le procédé a été remplacé sur les cartes par l’absence de réponse auprès du no de point, indiquant une similitude exacte avec le terme figurant en grosses lettres, tout comme le signe ~, pour tout ou partie du terme dégagé. Le signe , accolé au no de point, signifie alors qu’il n’y pas de réponse (voir fig. 3, carte Huile). Parfois, des symboles ont été ajoutés pour remplacer des variantes phonétiques, dispersées géographiquement, empêchant tout regroupement (voir fig. 3, carte Poivre). Cette technique a été utilisées pour une centaine de cartes, elle a permis souvent de pouvoir mettre deux cartes sur la même page en petit format : le gain de place de l’aire dégagée permettant d’utiliser des caractères plus gros pour les données non regroupées figurant par ailleurs.

14Nous avons eu également recours à la technique traditionnelle des cartes à symboles dans deux cas : d’une part pour proposer une vision simplifiée de la répartition de certains termes, comme le montre la figure 4 pour la carte Fermer. La carte à symboles ne comporte pas de légende : ce sont les formes graphiques colorées de la même manière que les symboles qui font office de légende. D’autre part, pour pallier l’impossibilité de cartographier des données lorsqu’elles étaient trop nombreuses pour figurer toutes sur une carte. C’est le cas notamment de la carte 1266 Gifle pour laquelle chaque point avait deux ou trois formes différentes, preuve s’il en était besoin, de la vitalité de ce vocabulaire expressif : trois cartes à symboles montrent la répartition géographique des termes les plus utilisés.

15Enfin, un cas unique dans l’atlas : la carte des termes désignant la belle-fille ou bru nous a conduit à imaginer un nouveau procédé de représentation cartographique. En effet, deux termes principaux se partagent l’espace géographique de la Provence de manière originale par rapport aux autres notions : la noro et la bello-fiho. Or si le premier terme présente quelques variations phonétiques, la brièveté de leurs formes se laissait aisément cartographier, cependant il n’en allait pas de même pour le second terme qui comprend 36 variantes phonétiques ne se laissant pas regrouper utilement et qui aurait dû nous conduire à publier les données sous forme de liste.

16Pourtant nous souhaitions quand même montrer la répartition géographique singulière des deux termes, c’est pourquoi nous avons choisi de recourir au procédé des aires dégagées, mais en utilisant un lemme en graphie mistralienne dont les référents phonétiques se trouvent en liste sous la carte (voir la fig. 5).

17Pour conclure sur cette brève présentation, en forme à la fois de bilan et de prospective : il serait éminemment souhaitable que la collection des Nouveaux Atlas linguistiques régionaux soit achevée et que les données inédites soient mises à la disposition des chercheurs, soit sous la forme d’une publication papier (aujourd’hui beaucoup moins coûteuse qu’autrefois), soit sous un format électronique disponible au téléchargement comme l’est devenu, depuis peu, l’Atlas linguistique de la France4, précurseur en son temps et encore aujourd’hui ! Enfin, les progrès des SIG nous ouvrent des perspectives de représentations cartographiques qui ne demandent qu’à être exploitées avec la masse immense5 des données contenues dans les atlas linguistiques français, remarquable en son genre dans l’univers de la dialectologie.

Figure 1. – Domaine de l’Atlas linguistique de la Provence.

Figure 1. – Domaine de l’Atlas linguistique de la Provence.

Figure 2. – Atlas de la Provence 4, carte 1139 Beignet et liste Grumeau(x).

Figure 2. – Atlas de la Provence 4, carte 1139 Beignet et liste Grumeau(x).

Figure 3. – Atlas de la Provence 4, cartes 1141 Huile et 1142 Poivre.

Figure 3. – Atlas de la Provence 4, cartes 1141 Huile et 1142 Poivre.

Figure 4. – Atlas de la Provence 4, carte 1081 Fermer.

Figure 4. – Atlas de la Provence 4, carte 1081 Fermer.

Figure 5. – Atlas de la Provence 4, carte 1235 Belle-fille.

Figure 5. – Atlas de la Provence 4, carte 1235 Belle-fille.

Atlas

sigle              

date

auteur(s)

éditeur

disponibilité

Alsace

ALA 1

1969

Beyer Ernest et
Matezn Raymond

CNRS

Épuisés

ALA 2

1984

Bothorel-Witz
Arlette,
Philipp Marthe,
Spindler Sylviane

Auvergne et
Limousin

ALAL 1

1975

Potte Jean-Claude

CNRS

épuisé, données en ligne
(
Thesoc)

ALAL 2

1987

disponible

ALAL 3

1992

épuisé, données en ligne
(
Thesoc)

ALAL 4

 

en ligne
(
Thesoc)

Basse-Bretagne (Nouvel Atlas)

NALBB 1

2001

Le Dû Jean

CRBC

Épuisés

NALBB 2

2001

Bourgogne

ALB 1

1975

Taverdet Gérard

CNRS

Épuisés

ALB 2

1977

ALB 3

1980

ALB Index 1

1984

ALB Index 2

1988

ABDO

Bretagne
romane, Anjou et Maine

ALBRAM 1

1975

Guillaume Gabriel et Chauveau Jean-Paul

CNRS

Épuisés

ALBRAM 2

1983

ALBRAM 3    

inédit

données saisies

Champagne et Brie

ALCB 1

1966

Bourcelot Henri

CNRS

Épuisés

ALCB 2

1969

ALCB 3

1978

ALCB 4

2012

CTHS et Guéniot

disponible

ALCB Index

1989

Taverdet Gérard

ABDO

Centre

ALCe 1

1971

Dubuisson Pierrette

CNRS

épuisés (une
partie des
données en ligne dans le
Thesoc)

ALCe 2

1976

ALCe 3

1982

ALCe Index

1993

Dubuisson Pierrette et Taverdet Gérard

ABDO

Corse (Nouvel Atlas)

NALC 1

1995 [2007]

Dalbera-Stefanaggi Marie-José

CNRS et CTHS

disponible

NALC 2

1999 [2008]

Dalbera-Stefanaggi Marie-José et
Miniconi Roger

NALC 3

1999 [2009]

Dalbera-Stefanaggi Marie-José et Poli
Muriel

CTHS

Franche-Comté

ALFC 1

1972

Dondaine Colette

CNRS

Épuisés

ALFC 2

1978

ALFC 3

1984

ALFC 4

1991

Dondaine Lucien

CNRS

Gascogne

ALG 1

1954 [1965]

Séguy Jean

CNRS

épuisés, données en ligne

(Thesoc)

ALG 2

1956 [1967]

ALG 3

1958 [1968]

ALG 4

1966 [1986]

Séguy Jean et
Ravier Xavier

ALG 5

1972

Allières Jacques,
Seguy Jean, Ravier Xavier

ALG 6

1974

Séguy Jean

Île-de-France et Orléanais

ALIFO 1

1973

Simoni-Aurembou Marie-Rose

CNRS

Épuisés

ALIFO 2

1978

ALIFO 3

inédit

données saisies

Jura et Alpes du Nord

ALJA 1

1971

Martin Jean-Baptiste et Tuaillon Gaston

CNRS

Épuisés

ALJA 2

1974

ALJA 3

1978

ALJA index

1982

Languedoc
occidental

ALLOc 1

1978

Ravier Xavier

CNRS

épuisé, données en ligne
(
Thesoc)

ALLOc 2

1982

ALLOc 3

1986

ALLOc 4

1993

ALLOc 5

inédit

données saisies (Thesoc)

Languedoc oriental

ALLOr 1

1981

Boisgontier Jacques

CNRS

épuisé, données en ligne
(
Thesoc)

ALLOr 2

1984

ALLOr 3

1986

ALLOr 4

 

inédit

ALLOr 5

 

inédit

données saisies (Thesoc)

Lorraine germanophone

ALLG 1

1977

Philipp Marthe,
Bothorel Arlette,
Levieuge Guy

CNRS

Épuisés

ALLG 2

inédit

Lorraine
romane

ALLR 1

1979

Lanher Jean,
Litaize Alain,
Richard Jean

CNRS

Épuisés

ALLR 2

1981

ALLR 3

1985

ALLR 4

1988

Lyonnais

ALLy 1

[1967]

Gardette Pierre

CNRS

Épuisés

ALLy 2

[1970]

ALLy 3

[1984]

ALLy 4 Tables

1969

ALLy 5
Index

1976

Massif central

ALMC 1

[1972]

Nauton Pierre

CNRS

épuisés, données en ligne
(
Thesoc)

ALMC 2

1959 [1976]

ALMC 3

1961 [1977]

ALMC 4 Table

1963

épuisé

ALMC Index

 

Wolf Lothar

inédit

Normandie

ALN 1

1980

Brasseur Patrice

CNRS

épuisés

ALN 2

1984

ALN 3

1997

ALN 4

2010

PU Caen

disponible

ALN 5

 

inédit

en préparation

Ouest

ALO 1

1971

Massignon
Geneviève et
Horiot Brigitte

CNRS

épuisé (une partie des données en ligne dans le
Thesoc)

ALO 2

1974

disponible

ALO 3

1983

épuisé (une partie des données en ligne dans le
Thesoc)

ALO 4

 

inédit

 

Petites Antilles

ALPA 1

2011

Le Dû Jean et Brun-Trigaud
Guylaine

CTHS

disponible

ALPA 2

2013

Picardie

ALPic 1

1989

Carton Fernand et
Lebègue Maurice

CNRS

épuisé

ALPic 2

1998

disponible

ALPic 3

 

inédit

 

Provence

ALP 1

1975

Bouvier Jean-Claude et Martel Claude

CNRS

épuisés, données en ligne
(
Thesoc)

ALP 2

1979

ALP 3

1986

ALP 4

2016

Alpes de Lumière

disponible

Réunion

ALRé 1

1984

Carayol Michel,
Chaudenson Robert
et Barat Christian

CNRS

disponible

ALRé 2

1989

épuisé

ALRé 3

1995

épuisé

Haut de page

Bibliographie

ALG 2 = Séguy Jean, 1956, Atlas linguistique et ethnographique de la Gascogne, vol. 2, Paris, Éditions du CNRS.

ALP 4 = Bouvier Jean-Claude, Martel Claude & Brun-Trigaud Guylaine, 2016, La langue d’oc telle qu’on la parle. Atlas linguistique de la Provence, Forcalquier, Alpes de Lumière.

Le Dû Jean, 1992, « L’informatisation des atlas linguistiques de la France », IKER (Actes du Congrès international de dialectologie), vol. 7, Bilbao, Académie de la langue basque, p. 299-317.

Le Dû Jean, 1997, « La disparition du groupe des atlas et l’avenir de la géographie linguistique », Le français moderne, vol. LXV, no 1, p. 6-12.

Thesaurus Occitan : <http://thesaurus.unice.fr/index.html>.

Haut de page

Notes

1 La situation actuelle du CTHS ne lui permet plus de poursuivre ce projet de publication.

2 <http://thesaurus.unice.fr/index.html> ; les données du volume dont il est question ici ne sont pas en ligne pour le moment.

3 Nous espérons pouvoir développer cette technique dans le cadre du projet ANR Eclats (<http://eclats.imag.fr>) dont l’objectif est d’apporter un outillage logiciel et méthodologique facilitant l’extraction, l’analyse, la visualisation et la diffusion des données contenues dans les atlas linguistiques, notamment l’ALF.

4 <http://cartodialect.imag.fr/cartoDialect/>.

5 Le Thesaurus occitan, consacré aux seuls parlers occitans, contient près de 1,5 million de données.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. – Domaine de l’Atlas linguistique de la Provence.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/444/img-1.png
Fichier image/png, 401k
Titre Figure 2. – Atlas de la Provence 4, carte 1139 Beignet et liste Grumeau(x).
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/444/img-2.png
Fichier image/png, 8,5M
Titre Figure 3. – Atlas de la Provence 4, cartes 1141 Huile et 1142 Poivre.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/444/img-3.png
Fichier image/png, 6,1M
Titre Figure 4. – Atlas de la Provence 4, carte 1081 Fermer.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/444/img-4.png
Fichier image/png, 8,1M
Titre Figure 5. – Atlas de la Provence 4, carte 1235 Belle-fille.
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/444/img-5.png
Fichier image/png, 7,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guylaine Brun-Trigaud, « Vers un renouveau des atlas linguistiques régionaux ? », Géolinguistique, 16 | 2016, 7-20.

Référence électronique

Guylaine Brun-Trigaud, « Vers un renouveau des atlas linguistiques régionaux ? », Géolinguistique [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 15 février 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/geolinguistique/444 ; DOI : 10.4000/geolinguistique.444

Haut de page

Auteur

Guylaine Brun-Trigaud

Université Nice-Sophia-Antipolis, UMR 7320 : laboratoire Bases, Corpus, Langage

Haut de page

Droits d’auteur

Géolinguistique

Haut de page
  • Logo UGA Éditions
  • Logo Gipsa-lab
  • Logo Université Grenoble Alpes
  • OpenEdition Journals