Navigation – Plan du site

Du picard au français : commentaire d’un texte oral interlectal

From Picard to French: Comment an Interlaced Oral Text
Patrice Brasseur

Résumés

Cet article se propose d’étudier le récit d’un contrebandier, enregistré à Gommegnies (Nord) en 1977. Le parler de ce village, situé à la frontière belge, dans le domaine linguistique picard, a fait l’objet d’une enquête pour l’Atlas linguistique et ethnographique picard, où il figure sous le numéro 54. Le locuteur, qui s’efforce de parler le français, laisse cependant échapper de nombreuses formes dialectales, qu’elles concernent le lexique, la phonétique ou la morphologie. Quels éléments passent au travers du filtre mis en place par le locuteur ? Quelles en sont les caractéristiques ?

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

picard, dialecte, atlas

Keywords :

Picard, dialect, atlas
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1.1. Le « rouchi », une variété de picard

1Le domaine linguistique picard couvre totalement ou en partie les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme, de l’Oise et de l’Aisne et déborde assez largement en Belgique. J’ai choisi de m’intéresser pour cet article au parler de Gommegnies, qui se trouve à la périphérie orientale de l’aire d’extension du picard. Ce village a fait l’objet d’une enquête effectuée en 1964 par Claude Deparis, pour l’Atlas linguistique et ethnographique picard (désormais ALPic). Ce point d’enquête est cartographié dans cet ouvrage sous le numéro 54.

2Du fait de cette situation quelque peu marginale, les locuteurs de ce parler ne se perçoivent pas comme Picards, encore moins sous l’appellation de Chtis, abréviation d’un plus ancien Chtimi, qui semble née dans les années 1970 et a été largement diffusée depuis. Leur opinion s’appuie sur quelques faits morphologiques et phonétiques qui les différencient assez nettement du voisinage immédiat. C’est ainsi, par exemple, que la morphologie du parler de Gommegnies présente plusieurs différences notables avec l’ensemble picard en général. On n’y dit pas ch’ cat pour « le chat », comme dans 75 % des parlers picards, ni ch’l horloge comme dans le Pas-de-Calais, une grande partie de la Somme, mais l’ cat l est dins l’horloge (expression traduisant le désaccord, spécialement au sein d’un couple, qui équivaut au français « le torchon brûle »). On n’y connaît pas non plus sin pour l’adjectif possessif « son », comme 80 % des parlers picards, mais s’, comme dans l’Avesnois et une partie du Valenciennois (voir les données de l’ALPic, cartes 9, 11, 13). Le parler de Gommegnies est, en effet, une forme de ce qu’Hécart a popularisé sous le nom de « rouchi » et qu’il fait venir d’une mauvaise coupure de les gens d’ drouchi « les gens d’ici », prononcé d’ailleurs localement drauchi. (Pour une critique du terme rouchi, voir Deparis, 1978 : sans pagination.) Hécart définit ainsi les contours de cette variété de picard : « Le rouchi est parlé dans le ci-devant Hainaut français et une partie du Hainaut belge, jusqu’à Avesnes et Maubeuge. » (1978 [1834] : 415b)

  • 1 Les lettres de noblesse de d’tévosé sont anciennes, et Froissart écrit de telles fois est « quelque (...)

3Mais à l’intérieur de ce sous-ensemble du « rouchi », le village en question possède une originalité certaine. En effet, si ses voisins immédiats disent tous s’ quien ou s’ tchien « son chien », il semble le seul à dénasaliser [ɛ̃] > [e] : s’ tchiê i queurt après mes glainnes « son chien court après mes poules ». Certes, les différences entre les divers parlers de l’Avesnois et du Valenciennois n’empêchent nullement l’intercompréhension. Cela n’empêche cependant pas les railleries vis-à-vis du village voisin d’Obies, par exemple, où l’on emploie nin « pas » comme deuxième terme de la négation, alors que les locuteurs locaux utilisent point ou mie, qu’ils ne manquent pas de juger plus élégants. Dire j’y vas nin « je n’y vais pas » signe la différence et quelques détails de ce genre permettent de distinguer aisément un natif d’un non-autochtone. On reconnaissait aussi facilement quelqu’un d’Englefontaine à sa façon de prononcer péun le mot « pomme », qui se dit pun à Gommegnies. Ces marques de différences, parfois subtiles, apparaissent d’ailleurs beaucoup mieux, dans la morphosyntaxe ou les réalisations phonétiques, que dans le lexique. Les anciens percevaient bien ce particularisme et l’avaient représenté dans une formule emblématique d’tévosé, bel et bé, mant caups, qui reprend trois locutions adverbiales dialectales et signifie « quelquefois, bel et bien, souvent1 ».

1.2. Le récit de M. Moine ; son caractère interlectal

4J’ai choisi d’étudier un enregistrement que j’ai moi-même recueilli dans ce village en 1977 auprès d’un locuteur natif, Henri Moine, sur le sujet de la fraude du tabac entre la Belgique et la France. Le texte est transcrit littéralement, dans une graphie qui respecte l’orthographe du français tout en gardant les traits spécifiques de la prononciation du locuteur. Chaque signe de ponctuation marque une rupture dans le débit. L’apostrophe signale une particularité phonétique. Les points de suspension notent spécialement une prolongation de la syllabe finale ou une hésitation sur la syllabe initiale. Les crochets entourent les interventions du transcripteur qui peuvent être des coupures (dues à des digressions ou des interruptions provoquées par des éléments externes), des explications nécessaires au lecteur privé de contexte, ou encore des notations de données non discursives telles que gestes ou rires. Les formes d’imparfait, qui seront analysées, ont été mises en gras. Les interventions de l’enquêteur (E.) sont en italiques.

5M. Moine avait été scolarisé à l’école du village. Il connaissait donc le français, qu’il entendait quotidiennement à la radio et qu’il avait aussi l’occasion de lire dans les journaux. Mais, comme pour toutes les personnes de sa génération (il était né en 1897), cette connaissance restait probablement largement passive. Sortant peu, il ne conversait qu’avec ses voisins ou ses proches, notamment avec son épouse, présente au moment de l’enquête. La langue de ces interactions était le parler local. Il se livre ici à un exercice difficile inspiré du transcodage entre deux variétés qu’il connaît bien, mais dans des usages très différents. L’une est inhérente à sa vie quotidienne, l’autre est externe. Ce texte est donc une production située dans le temps et liée à la situation de communication.

6Le récit dont il sera question n’est donc pas en français, ni en dialecte, même si les traits dialectaux ne manquent pas. La langue de ce locuteur ne doit pas être considérée comme un idiolecte insolite. Il s’agit d’une variété « interlectale » non normée, qui mêle les codes du français et du dialecte local, voire plus largement régional, et qui se manifeste de manière similaire chez tous les locuteurs. Les contours de cette variété restent flous, car si certains éléments de la langue sont toujours plus concernés que d’autres, la proportion de français et de dialecte est variable. En ce sens, chaque énoncé a donc ses caractéristiques propres. Ce fonctionnement est largement tributaire de la situation de communication : tout se passe comme si l’informateur faisait de son mieux pour parler le français, par respect pour l’interlocuteur qu’il ne connaît pas et qui, pense-t-il sans doute, risque de ne pas le comprendre autrement. Mais le contrôle reste approximatif et se relâche fréquemment dans le flux du discours.

7Même si les observations que l’on peut faire sur ce texte ne sont sans doute pas extensibles à l’ensemble des locuteurs picards, les enquêtes que j’ai effectuées auprès d’une quinzaine de locuteurs à la fin des années 1970 dévoilaient des variétés interlectales similaires. Qui plus est, cette attitude qui était commune aux dialectophones de la génération de M. Moine, persiste encore chez les quelques locuteurs du parler local, comme j’ai pu le constater en octobre 2017.

8L’intérêt du dialectologue se situe au-delà de cet exemple particulier et permet peut-être d’apporter une réponse à la question : quels traits dialectaux résistent le mieux au nivellement imposé par le français et passent au travers du filtre mis en place par le locuteur. C’est ce que je me propose d’étudier dans cet article.

2. Transcription du texte oral étudié

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12

Éyet au soir on repartot pour la Belgique. Sus ane heure de temps on tot in
Belgique, on
faisot s’ ceinture et pis hop on s’in dallot. À Bousies, à
Inglefontaine. J’
avos dix-sept ans pis je couros comme un lièf’. Un coup un
Boche i m’a attaqué à l’ Flamengrie là, il a tiré le premier coup, j’
étos dans le
fossé quoi. J’
arrivais, j’allais arriver au boutique quoi. Et savez-vous combien
que j’ai mis de minutes, trente minutes de… l’ Flamengrie à m’ maison à Carnoy
j’ai mis trente minutes de là. Vous avez qu’à voir si j’ai parti ! Pis j’ai traversé l’
lin’, j’ai tout traversé pis… je sus revenu.
M’ père il a té pris, là. Mi je n’ai point té
pris. Non ! J’
arrivos au boutique. Mais, i nos a intindu v’ni i tot sus le chemin. On
arrivot mais… on arrivot dins le fossé pou’ pas qu’i nos voie mais je m’ai relevé,
et il a tiré. L’ balle alle a fait ça zzzz…
sur moi. Au deuxième coup ziiii… j’ai
core intindu ! Mais je
filos vous savez ! Pououou… ! Frannsousse qu’i disot !

E. :

Ils avaient gardé une frontière quand même ?

13
14
15
16
17

Ah ! Is avaient tout l’ frontière gardée. Jusqu’à Amfroipret c’était Belgique.
Amfroipret,
Obies ch’étot Belgique. Mais ça n’étot pas avant. Pace que la
frontière alle passe à… ichi à l’ Flamengrie tout ça, St-Vaast, pis ça monte sus
Bavay hein !
C’était à Obies… On vendait… du suque, on vendait de toutes
sortes, du tabac, de tout hein !

E. :

Ça ne servait à rien alors d’avoir une frontière !

18
19
20
21
22
23
24
25
26
27

Ch’ tot pou’ pas que les marchandisses disparaissent. Mais alles disparaissotent-t.
Tous les jours on
allot quand même in chercher, à peu près tous les jours. Sinon
quand i
faulot retourner… Mais on avait un chien policier, un noir, quand i faisait
ça sur son cul : wouou… ! wouou… ! C’
était pas la peine de passer hein ! Vous
allez plus loin. Pis le chien i
venait. Mais si vous passez là il attendait toujours. I
vous
laissait passer, i ne venait pas. I savait qu’i y avait des Boches là… là pus
loin hein ! Mais après on s’a habitué à lui, et quand i
faisait ça hop ! On faisait
demi-tour on s’en
allait de l’aut’ côté. Le chien i venait. Mais si on s’en allait du
côté des Boches… Y
avait de Bousies qui venaient par ici aussi, chercher du
tabac, du suc’, de la goutte, de tout ! En France y
avot pus rien !

E. :

Mais comment est-ce que vous transportiez votre goutte ?

28
29
30
31
32
33
34

Ah bé ! On avait des bonbonnes ! Pis on faisait une besache si vous voulez… Par
chi moins lourd, par là plus lourd.
Alors, on l’ portait comme ça. Et on revenait
avec ça comme ça. Et… dans le bois encore on a té attaqué. Oh ! mais là j’ai tout
lâché hein !
Le Boche il étot à dix mèt’s de mi, y avot ane commère qu’alle mé…
[rires] alle mé
suivot, alle m’avot pa’ l’ cort’ hein ! — j’avos mis ane cort’ —. Mais
je… L’ commère du coup que je sus sauvé hein, alle a tout lâché, et alle a té pris
dins le bos.
Mais a ne nos a jamais vendu, quand même. On étot à sept ou huit ! […]

E. :

Alors comment que vous faisiez vos ballots de tabac ?

35
36
37
38
39
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55

L’ cheinture, pou’ mett’… cent paquets, de tabac, d’une demi-lif’, par paquets
d’une demi-lif’. Alors vous faisez vot’ ceinture comme ça, et pis vous l’ cousez
dessus. Vous savez vous m’tez les paquets, tous les paquets debout… — mais des
fois on
faisait pus gros, on faisait quatre-vingt, ça dépend où vous allez, quatre-
vingt lif’s, moi je
portais quatre-vingt lif’s hein, quatre-vingt-cinq, ça ne me
faisait rien — et pis, quand vous l’avez finie, on avait un maillet plat là, et pis on
commençait à l-l’arrondir, vous savez, pou’ que ça vienne ici comme ça. Et on
l’arrondit, et pis on
avait deux grosses… deux ficelles… des cort’s comme ça, et
ça
passait ici. Et alors du moment que vous aviez… On faisait une cocart’, un
petit nœud et pis une cocart’. Du moment que vous
tiriez l’ cocart’, la ceinture elle
s’en
allait toute seule de dessur vous hein ! Les bretelles, qu’on avait ici, elles
s’en
allaient toutes seules. Vous étiez dégarni d’un seul coup. Alors après vous
pouvez filer hein ! Mais quand j’
avais… trente lif’s, cinquante lif’s, c’était rare
que je
lâchais. Même les douaniers ici, j’ai vu passer une barrière, deux mèt’s
cinquante là, ici à…
l’intrée de Gommegnies — c’était Preux quoi — passer une
barrière au-dessus comme ça. Et y
avait un qu’il avait laissé sa ceinture — l’
barrière alle
tot bien comme ça. Moi j’ai mis m’ pied, ici, j’ai mis m’ pied sus l’
deuxième barrière, pis hop !
Le douanier i me regarde comme ça… Il a dit c’est
pas l’ peine que je le… Non ! Il a pris l’ ceinture au-dessus pis i ne m’a pas
poursui !
I ne m’a pas poursui ! Nos tones à six. M’ frère il avot récapé, moi
j’avais récapé, pis deux aut’s. Les deux pus petites ceintures i l’s avot jetées.

E. :

Ils ne tiraient pas, les douaniers ?

56
57
58
59

Ah ! non ! Les douaniers jamais ! Les sommations is les f’saient ! À moi la bant’ !
qu’is
criotent ! À moi la bant’ qu’is disuaient-t. Et pis is tiraient des coups de
revolver, mais en l’air hein ! Pou’ appeler les aut’s douaniers, si vous voulez. Mais
une demi-heure après où qu’on
était ? !

E. :

Toujours la nuit hein ! Quand il faisait clair de lune ?

60
61
62
63
64
65
66
67
68
69
70
71
72
73
74
75
76
77
78
79
80
81
82
83
84
85
86
87
88
89
90

Ah ! Non ! Ane vraie lune on n’allait pas. Si ! Si on… avait passé une… une
ceinture ici supposons, on l’
cachait le long de la rivière, on l’ cachait… dans un
fossé. On
mettait un peu d’herp’ dessus, pis ça ne se voyait pas. Mais i fallait
toujours faire attention pour les traces que ça
faisait. Pace que, le matin, si vous
voulez trouver une trace, c’est toujours le matin, vous verrez la trace tout de suite,
vous suivrez les contrebandiers à la trace. Mais on
s’habituait à marcher sur un
chemin comme ça. Supposons, j’ai passé… On
venait… de la Belgique des fois
— vous ne voudriez pas me croire ! — eh bien on
passait un sentier là-bas à… l’
Boiscrette pis on
suivait tout le chemin… depuis la Belgique jusqu’à ici, à
Gommegnies, on
passait d’zous l’églisse de Gommegnies, vous m’entendez, on
arrivait là au Huyaume, y a un chemin qui revient sur l’égliss’, ou… dans l’ cache
de l’égliss’… On
passait d’zous l’égliss’, on passait sus l’ place de Gommegnies,
on
descendait l’s escaliers, on suivait ici tout t-qu’en haut ici et on passait ici et
on s’en
allait à Carnoy cacher ça. Sa ceinture. Qu’est-ce que vous me dites ! On
passait devant l’ maison du brigadier ! C’est pas croyap’ hein ! Mais on avait le
passach’ ! On
payait un douanier, on lui donnait s’ dringuelle ! [Rires]. Et y avait
un poteau, là, y
avait un caillou, un gros grès, quand i n’y était pas fallait jamais
s’en aller. Une fois qué le caillou i
tot retiré. Du moment qué… s’il était là sus le
côté
fallait pas s’en aller !… On venait vers… huit heures du soir. Et pis on s’en
allait tout le long du chemin mais… Pou’ s’en aller on n’avait rien ! Les
douaniers is ne
pouvaient pas… rien nous dire. Mais nos ceintures alles totent
tout le temps faites du jour d’avant. Et quand on
avot le passach’, hop ! On
partait et allez ! Et on revenait tout le long du chemin comme ça pis y a une
femme un beau jour, elle
vendait à boire, mais on n’allait jamais là à ce bistrot-là,
au coin, là — on l’
appelait [X] [rires] elle nous a vendu mais le brigadier n’a pas
retrouvé nos ceintures. Quand on a su qu’i
tot sus nos traces, poup ! On a pris ses
ceintures, on l’s a emportées dans le bois, et dans le bois i n’a jamais retrouvé nos ceintures hein ! […] Mais on ne
mettait jamais de tabac dans sa maison. Même
ma blaqu’ je ne l’aurais pas mis, ma blaqu’ de tabac ! Oh ! Non ! On
était
fraudeurs, mais fraudeurs raisonnap’s hein ! On n’
était pas des bandits. C’était un
métier pour nous. On ne
volait rien sur son passach’ !

E. :

Vous étiez beaucoup ?

91

Sept, six, sept. On était des camarat’s.

E. :

Et y avait d’autres bandes ?

92
93
94
95
96
97
98
99
100
101
102
103
104
105
106
107

Ah ! oui y en avait ! Y en avait plein les boutiques ! Mais on avait toujours un
coin qu’on
portait s’ tabac, et personne n’en savait rien. Alors on prenait là son
tabac pis houp ! On
savait qu’on pouvait partir, et pis on ne voyait jamais rien.
Mais quand on n’
avait pas le passach’… Supposons on voulait passer
sus… Roisin là-bas, à la lin’ de Roisin-Bavay, on
allait là passer aussi. Eh bien !
On
redescendait dans la lin’, on suivait la lin’ jusqu’à Saint-Vaast-la-Vallée. Et là
on
remontait sur la plain-n’ et pis on arrivait à la gare de Bavay, en face de la
gare. On
arrivait là par… la plain-n’, au long comme cha, y avait là une plain-n’.
Et nous passons à côté — là y
avait des douaniers qui logeaient là dans la maison —
et nous
passions dans la gare — y avait toujours des douaniers, mais ch’ tot des
vieux douaniers — on
passot dins la gare de Bavay tout t-qu’au pont du chemin de
fer de l’aut’ côté de la lin’… de la chaussée, et on
traversot là dins les pâtures et
pis on s’en
allait sur Mecquignies. Mecquignies on rintrot dans l’ forêt et là on
cachot sus… le Coucou, on allait cacher là… à côté du Coucou et pis on
revenait. On avait des sentiers là qu’on passait dessus — on ne faisait pas de
traces hein ! Et toujours dans la nuit hein ! — et on se
ramenait comme ça […]

E. :

Les marchands il n’y en avait pas ailleurs qu’à Bousies ?

108
109
110
111
112
113

Ah non ! Ch’ tot des [X]… qu’on l’s appelot. Ch’ tot là qu’on dallot. Et pis à
Poix-du-Nord, qu’is
étaient. Is achetaient tout dans tout. Ah ! eux, tout de suite
payer ! Pour rien vous ne l’auriez pas eu hein ! Ah ! Non hein ! Là on
savait, on
était sûr qu’on pouvait y aller. Mais eux is l-l’emmenaient sur Saint-Quentin.
Eux is
prenaient une voiture à chevaux de course, et pis houp ! L’zé v’là partis
avec les ceintures […]

E. :

Sur la route ils ne pouvaient pas être pris !

114
115
116
117
118
119
120
121
122

Ah si ! Y avait core des douaniers, à Locquignol. Pace que vous avez… Au
Quesnoy y a des douaniers mais c’est des… mobiles si vous voulez, is vont
partout is vont à Obies, is vont n’importe où. Maintenant vous ne sauriez pus l’
faire, la fraut’, mais is survellent maintenant je sais pas quoi… c’est le même prix,
ici que là-bas, alors… Ah ! À ce moment-là on
gagnait sa vie quand on passait
une ceinture. Et ça
tot pas co si cher que le tabac français. Et tout le monde amot
mieux le tabac bèch’. Mais y
avot du bon tabac à ce temps-là ! Mais en derniers
temps cha n’
allot pus. On nous f’sot du fourrach’, avec du tabac. Bah ! Cha ne tot
pus bon ! Avec n’importe quoi on
f’sait du tabac ! […]

E. :

Et du café, vous en preniez ?

123
124
125
126

On d’avait quèquefois une lif’ pour donner quèquefois à… un client qu’on vindot
s’ tabac comme i faut vous savez. Quèquefois ane lif’. Quèquefois ane femme
qu’alle
perdot pour cinquante… cinquante lif’s de tabac. Mais i faulot payer tout
de suite. On
avot des bons payeux.

E. :

Que du tabac, vous ne preniez que du tabac ?

127
128
129
130
131

Du tabac ! Mais pa’ la guerre, pa’ la guerre… de quarante, là on prenait du suc’,
du tabac, des cigarettes, de toutes sortes, du… de l’ castonat’, tout ce qu’on
trouvait à revent’. On ne tot pas arrivé ici in France que… I n-y avot les [X] là
d’Harbénies, is
venotent-te chercher tout… l’ goutte, tout, tout ce qu’on avot,
allez hop ! S’i
faulot faire deux voyach’s, is le faisotent-te par jour.

3. Dialecte et français dans le texte

3.1. Lexique

9Je n’ai relevé dans le discours de M. Moine que quelques mots et emplois dialectaux : eyet (1) « et », s’in daller « s’en aller » (2), boutique (n. m.) « magasin d’alimentation » (5, 9, 92), lin’ (n. f.) « voie de chemin de fer » (7, 96, 97, 103), commère (n. f.) « jeune fille ; copine, bonne amie » (31, 33), bos (n. m.) « forêt » (34), récaper (v. intr.) « s’en tirer » (54), cache (n. f.) « sentier entre deux haies servant de raccourci » (70), dringuelle (n. f.) « pourboire » (75), vendre à boire « exercer le métier de cafetier » (83), pâture (n. f.) « pré » (103), daller « aller » (2, 108), savoir (116) « pouvoir », amer (119) « aimer », bèch’ (120) « belge », castonat’ (128) « cassonade », pa’ (127, 127) « pendant », Harbénies (130) « Herbignies ».

10Mais d’autres mots dialectaux attendus, couramment usités dans ce parler, manquent. Par exemple : toubaque « tabac » (17, 27, 35, 87, 88, 93, 94, 119, 120, 120, 121, 122, 124, 127, 128), quère « chercher » (26, 130), lon (adv.) « loin » (24), ruer « jeter », mucher « cacher », ê p’tit caup « un peu », fraudeux « contrebandiers », vouée « sentier », toudis « toujours », d’tévozé « quelquefois », Mecqu’nies « Mecquignies » (104).

3.2. Phonétique : les voyelles

11— La terminaison –avu aboutit en français à [u] et à Gommegnies, comme en picard ancien, à [ᴐ:]. Aucune attestation dialectale ne figure dans le texte, où caillou (76, 77) est prononcé en français.

12e ouvert suivi d’une entrave latine reste intact en français. Il se diphtongue à Gommegnies pour aboutir à [jɛ]. Il n’y a aucune réalisation de ce trait sur 6 occurrences : sept (3, 34, 91), bretelles (45), fer (102), cher (119).

13e fermé libre aboutit généralement à [wa] en français et à [o] à Gommegnies : là encore ce trait n’est pas représenté dans le texte à travers les 9 occurrences : soir (1), Carnoy [Carpinetu] (6, 73), Amfroipret [< Auffridi pratu, localement Infropret] (13), noir (20), fois (37, 66), croire (67), soir (78), boire (83), Le Quesnoy [< Quercetu, prononcé localement Le Quéno] (115).

N. B. : voir, qui se dit vir en picard, figure ici sous sa forme française (l. 7), tout comme quoi (5, 49, 117, 122), prononcé quoué dans le parler local.

14o fermé latin se combine avec un yod pour aboutir en français à [wa] et à Gommegnies à [o]. Une seule attestation apparaît dans le texte : bos (34) [mais bois (30, 86) et Boiscrette (67)].

15e ouvert accentué entravé par nasale + consonne s’est combiné avec la nasale pour aboutir en français à [ɑ̃] et à Gommegnies à [ɛ̃]. Le traitement dialectal apparaît 7 fois (hors en et dans) : Inglefontaine [< Engeleri Fonte] (3), intindu « entendu » (9, 12), intrée (49), rintrer (104). Mais on relève 34 occurrences de la forme française : Amfroipret [prononcé localement Infopret] (13, 14), dépend (38), attendre, attention (63), bande [afr. bende] (3 fois), commencer, descendre, emmener, emporter, entendez (69), La Flamengrie [< Flamingeria] (3 fois), moment (77, 118), quarante [< lat. *quadraginta], redescendre, revendre, temps (4 fois), trente (47), vendre (4 fois).

16e ouvert accentué libre suivi d’une nasale finale ou devenue finale s’est combiné à elle pour donner [jɛ̃] en français et [ɛ̃] en picard. À Gommegnies, [ɛ̃] s’est dénasalisé et a abouti à [e]. L’interjection ah bé ! (28) n’a pas de caractère local. Par contre combien (5), rien (27, 39, 79, 80, 90, 93, 94, 110), chien (19, 21, 24), bien (51), eh bien (67, 96), revient (70), qui seraient respectivement [kᴐ̃be], [ʀe:], [tʃje:], [be], [ebe], [ʀve:], restent en français.

17— La combinaison de e ouvert avec l vocalisé aboutit à [o] en français, à [jo] en rouchi, mais à [ø] à Gommegnies. Les deux mots concernés présentent la finale française : poteau (75), beau (83), même si, dans la prononciation du premier, on note une tendance certaine à la centralisation de la voyelle [o].

18— Nasalisation régressive secondaire : plain.ne « plaine » (98, 98, 99), sans doute ici par analogie avec le français plein/pleine.

3.3. Phonétique : les consonnes

19— Le [r] final s’amuït dans plusieurs catégories de mots, illustrées ici par veni « venir » (9), co « (en)core » (119), payeux « payeurs » (126), mais faire (63, 117, 131) et jour(s) (19, 19, 81, 82, 131), toujours (22 63, 64, 92, 101, 107), fraudeurs (89, 89) restent sous leur forme française.

20— En position finale [lj] se réduit ordinairement à [j] en français et à [l] à Gommegnies. Une seule attestation : survellent « (ils) surveillent » (117).

21— En position finale devant [ə] (amuï), [ɲ] est resté intact en français, mais a abouti à [n] à Gommegnies : un seul mot est concerné ; toutes les occurrences présentent la forme dialectale : lin’ (7, 96, 97, 97, 103).

22— En position finale derrière une consonne, [ʀ] et [l] tombent. Ce phénomène, qui n’est pas inconnu du français populaire, est systématique dans le parler local. Il peut se conjuguer ici avec le traitement relevé en 2.2.5 : mèt’ « mètre » (31, 48), mett’ « mettre » (35), vot’ « votre » (36), aut’ « autre » (25, 55, 58, 103), revente « revendre » (129), suc’ « sucre » (16, 27, 127), lièfe « lièvre » (3), croyap’ « croyable » (74), raisonnap’ « raisonnable » (89).

23— Les consonnes sonores [b], [d], [g], [z], [v], [ʒ], en position finale devant [ə], ont abouti aux sourdes [p], [t], [k], [s], [f], [ʃ] correspondantes. Ce phénomène, systématique dans le parler local, se réalise à 100 % dans le texte : herp’ « herbe » (62), croyap’ « croyable » (74), raisonnap’ « raisonnable » (89), cort’ « corde » (32, 32, 42), cocart’ « cocarde » (43, 44, 44), bant’ « bande » (56, 57), camarat’ « camarade » (91), fraut’ « fraude » (117), castonate « cassonade » (128), revente « revendre » (129), blaqu’ « blague » (88, 88), églisse « église » (69, 70, 71, 71), marchandisses « marchandises » (18), lièfe « lièvre » (3), lif’ « livre » (35, 36, 39, 39, 47, 47, 123, 124, 125), passach’ « passage » (75, 81, 90, 95), bèche « belge » (119), fourrach’ « fourrage » (121), voyach’ « voyage » (131).

24c + a latin initial ou intérieur derrière consonne aboutit à [ʃ] en français, mais reste [k] ici, comme dans toute la partie septentrionale du domaine normanno-picard : on relève deux attestations de ce traitement, récaper (54) et cache (70), cité dans la partie consacrée au lexique, dont l’équivalent français chasse n’a jamais l’emploi qu’il a dans le texte. Tous les autres mots concernés sont ici en français : chien (19, 21), chemin (66, 68, 70, 79, 82, 102), chaussée (103), acheter (109), cher (119).

25c + e ou i latins initial ou intérieur derrière consonne et c + y intérieur derrière voyelle aboutissent à [s] en français et à [ʃ] à Gommegnies. Ce traitement, comme le précédent, est caractéristique des parlers picards ; il est ici assez peu attesté (4 occurrences) : cheinture (35) [contre 14 fois ceinture], besache « besace » (28), ichi (15), chi (29) [contre 14 fois ici]. On peut ajouter cache (70), pour le traitement de la consonne finale, avec la réserve exprimée ci-dessus. Mais suque (16, 26, 127), cent (35), commencer (40), ficelle (42), cinquante (47, 49, 125, 125), trace (63, 64, 85), place (71), chaussée (103), et cigarettes (128) se trouvent ici toujours sous la forme française.

26Au total, donc, le système vocalique est celui du français, à la différence de ce qui se passe pour les consonnes. Pourquoi cette différence de traitement ? Comme le dit Léon (2001 : 92), « les consonnes sont surtout responsables de l’intelligibilité du discours et les voyelles de son audibilité ». Le locuteur donne ainsi à son discours le « son » du français, lui dénie tout particularisme local, en lui conservant cependant son caractère régional, largement identitaire. En effet, les traits consonantiques du parler local sont largement répandus dans l’ensemble dialectal picard. C’est le cas de la chute du r final ainsi que du traitement de c + a et de c + e, i latins. Les autres traits — la démouillure d’un [lj] initial et de [ɲ], la chute de [ʀ] et [l] derrière consonne, le dévoisement des consonnes sonores finales — sont même adoptés par les locuteurs non dialectophones et peuvent dès lors être considérés comme du français régional. Rien de tout cela n’est spécifiquement local.

3.4. Morphologie

3.4.1. Les articles

Formes françaises

Formes dialectales correspondantes

un (22 attestations)

une (17 attest.)

ane (1, 31, 32, 60, 124, 124)

la (28 attest.)

l’ (23 attest.)

le

les (devant consonne)

les (devant voyelle) (58)

l’s (devant voyelle) (72)

Les formes précédées d’un astérisque ne sont pas attestées dans le texte.

3.4.2. L’adjectif possessif

27Ici encore les parlers dialectaux ne connaissent qu’une seule forme pour le masculin et le féminin, m’, t’, s’ ([m], [t], [s]). Il n’y a aucune occurrence de la 2e personne dans le texte. Les formes dialectales et françaises se partagent à peu près également :

Formes françaises

Formes dialectales correspondantes

*mon

m’ (8, 51, 51, 54)

ma (88, 88)

m’ (6)

son (21, 90, 93)

s’ (93, 124)

sa (50, 73, 87, 118)

s’ (2, 75)

3.4.3. Les pronoms

Formes françaises

Formes dialectales correspondantes

1re sg. sujet disjoint ou complt prépositionnel

moi (11, 39, 51, 54, 56, 57)

mi (8, 31)

masculin 1er sg. COD

me (52, 67)

(31, 32)

masculin 1er sg. COI

me (39, 73)

*mé

f. 3e sg. sujet (devt voy.)

elle (44, 83, 84)

alle (11, 33, 33)

f. 3e sg. sujet (devt cons.)

a (34), alle (15, 31, 32, 32, 51, 125)

f. 3e sg. COD

*la

l’ (29, 36, 61, 61, 116)

3e sg. COI ou cplt préposit.

lui (24, 75)

*li

1re pl. sujet

nous (100, 101)

nos (53)

1re pl. COD

*nous

nos (9, 10, 34)

1re pl. COI

nous (80, 84, 121)

1re pl. complt préposit.

nous (90)

*nos

2e pl. sujet

vous (29 attest.)

*vos

2e pl. COD ou cplt préposit.

vous (23, 45)

*vos

m. 3e pl. sujet devt voy.

eux (109, 111, 112)

*(r)eusses

f. 3e pl. sujet devt voy.

elles (45)

alles (18, 80)

3e pl. COD

les (56)

l’s (55, 88, 108), l’zé (112)

en

en (14 attest., dont 10 pour s’en aller)

d’ (123)                                      *in

on

on (103 attest.)

*in,

ce (devt v. être)

c’ (11 attest.)

ch’ (14, 18, 101, 108, 108)

ce antécédt de que

tout ce que (128, 130)

*tout chu que

ça

ça (26 attest.)

cha (99, 121, 121)

3.4.4. Les prépositions

28Je ne note que les prépositions qui ont un équivalent dialectal dans le parler local :

  • 2 Les emplois dialectaux de par et pa’ sont distincts. Les locuteurs dialectophones disent en effet p (...)

Formes françaises

Formes dialectales

pour (1, 63, 90, 110, 123, 125)

pou’ (10, 18, 35, 41, 58, 79)

sur (11, 21, 65, 70, 90, 98, 104, 111)

sus (1, 9, 15, 51, 71, 77, 85, 96, 105)

*sous

d’zous (69, 71)

en (27, 58, 72, 120)

in (129)

dans (13 attest.)

dins (9, 34, 102, 103)

jusque (13, 68, 97)

tout t-que (72, 102)

par (26, 28, 29, 35, 99, 131)2

pa’ (32, 127, 127)

devant (74)

*devint

vers (78)

*inviers

du côté de (26)

*pa du côté de

3.4.5. Les formes verbales : l’imparfait

Nombre d’attestations

Formes françaises

Formes dialectales

1re sg.

ais (6)

os (6)

2e sg.

ais (0)

os (0)

3e sg.

ait (117)

ot (48)

1re pl.

ions (1)

ones (1)

2e pl.

iez (3)

uaient-t, –otes (0)

3e pl.

aient (11)

uaient-t (1), –otent-t (5)

  • 3 Les formes en –[ɥɛ] apparaissent comme archaïques, plus spécifiques du parler local.

29À l’imparfait (et au conditionnel) le parler de Gommegnies hésite entre des formes en –[чɛ] (ou –[wɛ]) et en –[o]3, soit pour le verbe canter « chanter » :

  • [ʒ kɑ̃tчɛ] ou [ʒ kɑ̃to] ;

  • [ty kɑ̃to] ;

  • [i kɑ̃to] ;

  • [no kɑ̃tᴐn] ;

  • [vo kɑ̃tчɛt] ou [vo kɑ̃tᴐt] ;

  • [i kɑ̃tчɛt(te)] ou [i kɑ̃tᴐt(te)].

30Le conditionnel n’apparaît que 4 fois dans le texte et toujours sous sa forme standard.

31Le locuteur a parfois quelques difficultés à manier la conjugaison française de l’imparfait, lorsqu’il doit employer des formes rares, comme celle de la 1re personne du pluriel. Il substitue alors volontiers le présent. L’exemple le plus évident se trouve aux lignes 97-100 : « On arrivait là par… par la plaine, y avait là une plaine. Et nous passons à côté — là y avait des douaniers qui logeaient là dans la maison — et nous passions dans la gare — y avait toujours des douaniers, mais che tot des vieux douaniers — on passot dins la gare de Bavay […]. » Dans un récit à l’imparfait, la forme de présent nous passons, sans doute attirée par le dialectal nos passones, témoigne de l’embarras du locuteur, qui reprend très vite par la forme correcte nous passions, mais élude le problème avec l’emploi de on passot.

32Un examen du texte d’un point de vue pragmatique ne permet pas d’expliquer de manière satisfaisante le maintien de certaines formes dialectales puisque, outre des énoncés où les deux éléments sont dialectaux comme ch’étot (14), che tot (17, 101, 108), cha ne tot pus (121), alle tot (50), alles totent (80), ou français comme on avait (28), y en avait (92, 92), c’était (20, 47, 49 , 89), on était (59, 88, 110), on n’était pas (89), on relève tout autant d’énoncés hybrides : on étot (34), on ne tot pas (129), ça tot (119), ça n’étot pas (14) ou encore on d’avait (123). Ceci est sans doute dû à la forte prégnance du système dialectal dans la conscience linguistique du locuteur.

  • 4 Les points de l’ALW, situés dans la province de Hainaut, arrondissement de Mons, sont en italiques. (...)

33La morphologie flexionnelle de l’indicatif imparfait est particulièrement complexe dans les parlers picards de l’est. Les rares données comparables sur le sujet (ALPic 639 « ils avaient », 640 « (nous) étions » ; ALW4 2-110 « (nous) savions », 2-112 « (ils) devaient ») montrent que les formes d’imparfait sont très nombreuses en picard moderne. Pour situer le parler de Gommegnies dans cet ensemble, nous avons repris les données des atlas et placé le village au centre d’une aire d’un rayon d’une quarantaine de kilomètres.

ALPic 639 « ils avaient » et ALW 2-112 « ils devaient ».

ALPic 639 « ils avaient » et ALW 2-112 « ils devaient ».
  • 5 L’ALPic donne la forme twòm pour « (nous) étions », alors que nos propres enquêtes font apparaître (...)

ALPic 6405 « nous étions » et ALW 2-110 « nous savions ».

ALPic 6405 « nous étions » et ALW 2-110 « nous savions ».

34Pour ce qui concerne la 1re personne du pluriel, le parler local, avec ses formes en –[ᴐn] ou –[wᴐm], se situe au point de rencontre entre la limite de l’aire picarde de –[ᴐt] (et de sa variante –[œt]) et de l’aire wallonne de –[in] (et de sa variante –[ɛt]. Ces formes en –[ᴐn] sont seulement attestées dans deux autres points belges appartenant au parler rouchi et forment, en quelque sorte, une zone-tampon entre les deux vastes aires précitées. Les faits se rapportant à la 2e personne du pluriel sont parallèles, avec d’un côté des formes picardes en –[ᴐt] et de l’autres des formes wallonnes en –[int].

35On comprend mieux pourquoi le locuteur n’emploie ici à la 1re personne du singulier dialectal que des formes en –[o] et ne laisse échapper à la 3e du pluriel que disuaient’te (57), contre disparaissotent (18), criotent (57), totent « étaient » (80), venotent’te (130), faisotent’te (131). Ceci est tout à fait conforme à son désir de parler français dans l’interaction : il commence en quelque sorte par éliminer les formes spécifiques avant de s’attaquer aux formes beaucoup plus courantes régionalement et qui le singularisent moins.

3.4.6. Autres formes verbales notables

  • « été » (du v. être) (8, 8, 30, 33) ;

  • je sus (du v. être) (8, 33) ;

  • je m’ai relevé (10), on s’a habitué (24), j’ai passé (66) ;

  • poursui « poursuivi » (53) ;

  • faulot « fallait » (20, 125, 131) ;

  • perdot « prenait » (125) [mais prenait aux lignes 93 et 127] ;

  • vous faisez « vous faites » (36) ;

  • vous m’tez « vous mettez » (37) ;

  • i-n’y avot « il y avait » (29).

Il faut cependant noter que toutes les autres formes verbales, notamment les subjonctifs (en -[ʃ] en picard) ont la forme du français : pou pas qu’i nos voie (10), pou pas que les marchandisses disparaissent (17), pou’ que ça vienne (41).

  • aurais (88).

3.4.7. Règles d’accord

36Je relève deux attestations du non-accord au féminin, qui sont tout à fait conformes à l’usage du parler local : is avaient tout l’ frontière gardée (13) et alle a té pris (33).

4. Conclusion

37On a bien vu que des formes appartenant à deux variétés linguistiques coexistent dans ce texte : celles du français commun, à maints égards la langue cible du locuteur et celles du dialecte picard (ici sous sa forme « rouchi »).

38J’aurais aussi pu prendre en compte dans ces développements le caractère populaire de la langue du texte. Cet aspect est évidemment présent dans le dialecte, mais aussi dans le français du locuteur :

  • prothèse vocaliques diverses, notamment : [əl], [el] « le », [əd], [ed] « de » ;

  • reprise systématique du pronom personnel après le sujet : « un Boche i m’a attaqué » (3), « me père il a té pris » (8), « le balle alle a fait ça » (10), « la frontière alle passe » (15), « le chien i venait » (21), etc. ;

  • confusion de qui et qu’il : « y avait un qu’il avait laissé sa ceinture » (50) ;

  • utilisation de formes comme un coup (3) « une fois », (et) pis (2, 37, 15, 21, 36, 39, 40, etc.), core « encore » (11, 114), vous faisez (36) ;

  • généralisation de l’auxiliaire avoir aux dépens de être, au passé composé, avec les verbes de mouvement ou d’état et avec les verbes pronominaux : j’ai parti (7), je m’ai relevé (10).

39Je ne m’attarderai pas sur les causes de cet incessant va-et-vient entre ces variétés. Il s’agit véritablement ici d’un mélange de codes qui obéit à des ressorts complexes, largement dépendants sans doute de la situation de communication : l’enquêteur est un jeune enseignant ; l’enquêté est un vieil ouvrier ; les deux viennent de se rencontrer, ne se connaissent que par personnes interposées.

40Reprenons les grandes divisions de cet exposé pour examiner quels points du système dialectal résistent le mieux.

41Nous l’avons vu, le lexique est peu spécifique. Les mots dialectaux employés sont, cependant, plus nombreux que ceux qui passent au français, sans doute pour deux raisons : certains (boutique, ligne, bois, pâture, vendre à boire) passent facilement inaperçus, car ils ne diffèrent du français que par leur emploi, d’autres (commère, cache, dringuelle) n’ont pas véritablement d’équivalent français, d’autres encore (eyet, daller, amer, castonate) ne diffèrent que par une légère différence phonétique sans régularité observable. À l’inverse, les mots dialectaux évités ont un équivalent français facilement identifiable (quère, lon, ruer, fraudeux), sont même fortement emblématiques (mucher, toudis, d’tévozé) ou diffèrent nettement d’un point de vue phonétique (toubaque, ê p’tit caup, vouée).

42Les traits phonétiques dialectaux sont diversement représentés dans le texte. Pour ce qui est des voyelles, un seul, largement répandu dans les parlers de la région, est bien attesté : [ɛ̃] (correspondant à [ɑ̃] en français). 6 des 7 traitements affectant les consonnes, bien connus dans une vaste aire picarde, sont très bien représentés. Seul le maintien du c dur latin, le trait le plus typique, est faiblement attesté. Nous pouvons sans doute donner à cette constatation une explication simple : les voyelles, si ce n’est u et i sont les sons les plus audibles et les plus intelligibles, comme le rappelle Straka (1979 : 62-63). Ici encore, donc, les traits les plus saillants sont éliminés.

43La morphologie est sans doute la partie la plus facile à étudier, car les observations sont nombreuses. On a pu voir que la neutralisation de l’article défini (et de l’adjectif possessif), ainsi que de son corollaire, le pronom complément d’objet direct (français, le, la) notamment, semble le trait dialectal le plus résistant. Parmi les autres pronoms dialectaux, on relève aussi un large emploi de alle(s) « elle(s) » ainsi que in « en » et che « ce », tandis que on (régionalement in, localement ê) reste toujours français. Les prépositions figurent aussi très largement sous une forme dialectale, largement régionale. Remarquons enfin que le locuteur choisit les formes verbales de l’imparfait les moins caractéristiques du parler local.

44Il est donc tout à fait clair que le locuteur, à la recherche d’une sorte de consensus linguistique, est conduit à éliminer les traits les plus saillants. Les faits dialectaux spécifiques ne passent pas la barrière du filtre, mais la morphologie, qui est au cœur du système linguistique, semble assez largement y échapper.

Haut de page

Bibliographie

Brasseur Patrice, 1970, « Le parler des sabotiers de Gommegnies (Nord) », Linguistique picarde, no 35, p. 2-7.

Brasseur Patrice, 1972, « Les noms des oiseaux sauvages dans le parler de Gommegnies (Nord) », Linguistique picarde, no 43, p. 11-13.

Brasseur Patrice, 1981, « À propos de trois textes électoraux picards », dans D. Kremer et H.-J. Niederehe (éds), Littératures et langues dialectales françaises, Actes du colloque de Trèves (17-19 mai 1979), Romanistik in geschichte und gegenwart, no 10, p. 35-47.

Carton Fernand & Lebègue Maurice, 1989/1997 Atlas linguistique et ethnographique picard, Paris, Éd. du CNRS, t. 1 (cartes 1-317) / t. 2 (cartes 318-660).

Dauby Jean, 1979, Le livre du « rouchi », parler picard de Valenciennes, Amiens, Musée de Picardie.

Dauby Jean, 1983, Complément au livre du « rouchi », parler picard de Valenciennes, Amiens, Musée de Picardie.

Deparis Claude, 1978, « Préface » à la réimpression du Dictionnaire rouchi-français de G.-A. Hécart [1834], Marseille, Laffitte reprint.

Hécart Gabriel-Antoine, 1978, Dictionnaire rouchi-français [1834, 3e éd.], Marseille, Laffitte reprints.

Flutre Louis-Ferdinand, 1977, Du moyen picard au picard moderne, Amiens, Musée de Picardie.

Léon Pierre R., 2001, Phonétisme et prononciations du français, Paris, Nathan/VUEF.

Remacle Louis, 1969, Atlas linguistique de la Wallonie (4e éd.), t. 2 : Aspects morphologiques, Liège, Vaillant-Carmann.

Straka Georges, 1979, Les sons et les mots, Paris, Klincksieck.

Haut de page

Notes

1 Les lettres de noblesse de d’tévosé sont anciennes, et Froissart écrit de telles fois est « quelquefois ».

2 Les emplois dialectaux de par et pa’ sont distincts. Les locuteurs dialectophones disent en effet par chi « par ici » et par là (28-29), « par paquets » (35), ou par jour (131), mais « pa’ la plaine » et non pas « par la plaine » (99), comme ici. Ces emplois sont décrits par Hécart (1834 : 331-332, s. v. pa) et Dauby (1979 : 178, s. v. pa et 180, s. v. par).

3 Les formes en –[ɥɛ] apparaissent comme archaïques, plus spécifiques du parler local.

4 Les points de l’ALW, situés dans la province de Hainaut, arrondissement de Mons, sont en italiques. Gommegnies, point 54 de l’ALPic, est en gras. Nous ne donnons ici que les morphèmes dérivationnels en conservant l’alphabet phonétique des atlas linguistiques.

5 L’ALPic donne la forme twòm pour « (nous) étions », alors que nos propres enquêtes font apparaître plus fréquemment tòn.

Haut de page

Table des illustrations

Titre ALPic 639 « ils avaient » et ALW 2-112 « ils devaient ».
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/719/img-1.png
Fichier image/png, 89k
Titre ALPic 6405 « nous étions » et ALW 2-110 « nous savions ».
URL http://journals.openedition.org/geolinguistique/docannexe/image/719/img-2.png
Fichier image/png, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Brasseur, « Du picard au français : commentaire d’un texte oral interlectal », Géolinguistique [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/geolinguistique/719

Haut de page

Auteur

Patrice Brasseur

Université d’Avignon

Haut de page

Droits d’auteur

Géolinguistique

Haut de page
  • Logo UGA Éditions
  • Logo Gipsa-lab
  • Logo Université Grenoble Alpes
  • OpenEdition Journals