Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrage

Compte rendu d'ouvrage :
Le relief de la Terre

EDP Sciences, collection « La Terre à Portée de main », Muséum National d’Histoire Naturelle, 2017, Paris, 108 p.
Denis Mercier
p. 103-104
Référence(s) :

De Wever, P., Giusti, C. (2017) – Le relief de la Terre, EDP Sciences, collection « La Terre à Portée de main », Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, 108 p.
ISBN (papier) : 978-2-7598-2233-4
ISBN (ebook) : 978-2-7598-2171-6

Texte intégral

1Patrick De Wever, professeur de géologie au Muséum national d’histoire naturelle de Paris, et Christian Giusti, professeur de géographie physique à Sorbonne Université, nous offrent un livre magnifiquement illustré pour expliquer et comprendre le relief de la Terre. Les nombreux croquis, tous en couleurs, et les splendides photographies de paysages, souvent prises par les auteurs eux-mêmes, rendent particulièrement aisée la lecture de ce manuel destiné aux étudiants débutants et aux personnes curieuses de comprendre les paysages que nous propose notre belle planète Terre. Les exemples sont pris sur presque tous les continents, à différentes échelles spatiales (vues de satellites ou du sol) et temporelles (des temps longs de la valse des continents aux phénomènes instantanés des astroblèmes). Le style est clair et les explications les plus délicates à comprendre pour les novices sont parfois illustrées de métaphores gastronomiques particulièrement accessibles, comme l’analogie entre les forces de distension et le flan pâtissier de la page 35. Un glossaire de 45 définitions et un index à la fois géographique et thématique viennent clore l’ouvrage.

2Ce livre est structuré en 6 chapitres. Le premier explique ce qu’est le relief. Le deuxième se demande ce que l’on mesure sur Terre et comment on le fait (e.g. niveau moyen des mers, altitudes). Le troisième présente les agents du relief, aussi bien les forces internes (e.g. gravité, compression, distension, cisaillement, coulissage) que les forces externes (e.g. eau, température, vent, vie). Le quatrième chapitre correspond au cœur de l’ouvrage et fait le choix de ne présenter que deux types de morphologies dites « climatiques » (désertiques et glaciaires), trois types de morphologies lithologiques (granitiques, karstiques et volcaniques), puis les morphologies tectoniques, catastrophiques et enfin celles d’origine anthropique. Le cinquième chapitre insiste à juste titre sur la variabilité du relief dans le temps. Enfin, le chapitre 6 replace les reliefs dans l’histoire, les mythes et les arts. Ce dernier chapitre, comme les passages consacrés aux formes créées par les activités humaines (chapitre 4, pages 74 à 79), sont particulièrement originaux par rapport aux ouvrages classiques de géomorphologie ou de géologie.

  • 1 André Guilcher a écrit : « Une falaise est un ressaut non couvert de végétation, en forte pente (en (...)

3Si l’ouvrage est exemplaire à plus d’un titre, on peut être surpris de lire page 46 à propos de la Meuse que : « ce fleuve tranquille serpente paresseusement au travers du massif forestier ». Les rivières et les fleuves à méandres encaissés dans des roches dures sont tout sauf « paresseux » et la littérature géomorphologique spécialisée explique le contraire depuis les années 1950 (cf. les travaux des pionniers comme E.W. Lane, L.B. Leopold ou S.A. Schumm, popularisés dans la littérature française notamment par J.‑P. Bravard ou J.‑R. Malavoi). Le méandre doit plutôt être vu comme l’expression morphologique de la dissipation de l’énergie de la rivière et témoigne d’un pouvoir érosif conséquent. On eût apprécié que le glossaire fut plus étoffé, ce qui aurait permis de définir des termes laissés non expliqués (comme playa, taffonis, etc.). Il est aussi parfois curieux de voir que des termes anglo-saxons ont été préférés à leurs équivalents français (ex. de slump sur la figure 41 de la page 51 pour ce qui ressemble à un glissement de terrain), ou de constater sur ce même croquis que le terme de « falaise » n’a pas été réservé, comme le préconisait A. Guilcher dès 1954 dans son manuel « Morphologie littorale et sous-marine », aux seuls escarpements ayant été façonnés par les actions marines1. Mais il est vrai que ce terme est aussi souvent utilisé dans un sens non restrictif au milieu littoral. En revanche, ce qui est qualifié d’éboulis sur le bloc-diagramme de la page 61 n’en est pas un, mais correspond à un dépôt d’écroulement. Certains choix sémantiques se contredisent d’une page à l’autre. En effet, peut-on qualifier une dune de « forme » du relief (page 53) plutôt que de qualifier cette accumulation éolienne de « modelé » tout en utilisant à la page suivante (page 54) le terme de « modelé » dans la légende des dunes marocaines ? L’expression « dune d’interférence » (page 56) est privilégiée, alors que les expressions « dune en étoile » ou « dune pyramidale », voire « ghourd » au singulier ou « oghroud » au pluriel, sont plus usités. La localisation des « kettles » en aval de la moraine terminale, sur la figure 49 de la page 58, n’est pas très judicieuse car, comme ils se développent aux dépends des dépôts morainiques meubles, il eût été plus logique de les intégrer dans l’espace intra-morainique.

4Ce petit manuel très précieux est à mettre entre les mains de tous les étudiants de première année de géographie et de géologie. Il convient de saluer qu’un éditeur imprime un aussi bel ouvrage de géomorphologie tout en couleurs et sur du beau papier, le tout pour un prix très abordable (12 €). Il faut surtout remercier les deux auteurs de nous avoir offert un aussi beau manuel et nous espérons qu’ils puissent développer les aspects novateurs et originaux du chapitre sur la relation entre relief, histoire, mythes et arts dans un autre ouvrage aussi bien illustré que celui-ci.

Haut de page

Notes

1 André Guilcher a écrit : « Une falaise est un ressaut non couvert de végétation, en forte pente (entre environ 15° et la verticale ou le surplomb), de hauteur très variable, au contact de la terre et de la mer, et qui est due à l’action ou la présence marines. On peut nommer fausses falaises une forme présentant des caractères plus ou moins analogues, mais non liée à l’action ou la présence de la mer » (Morphologie littorale et sous-marine, 1954, Presses Universitaires de France, page 42).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Mercier, « Compte rendu d'ouvrage :
Le relief de la Terre
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 24 - n° 1 | 2018, 103-104.

Référence électronique

Denis Mercier, « Compte rendu d'ouvrage :
Le relief de la Terre
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 24 - n° 1 | 2018, mis en ligne le 28 février 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/11924

Haut de page

Auteur

Denis Mercier

Professeur, Sorbonne Université – 191, rue Saint Jacques 75005 Paris, France (denis.mercier@sorbonne-universite.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals