Navigation – Plan du site
Compte Rendu

Compte rendu d'ouvrage :
Géomorphologie de la Russie. Le colosse aux plaines d’argile

L’Harmattan, 2017, Paris, 404 p.
Denis Mercier
p. 183-184
Référence(s) :

Touchart, L. (2017) – Géomorphologie de la Russie. Le colosse aux plaines d’argile, L’Harmattan, Paris, 404 p.
ISBN : 978-2-343-12571-8

Texte intégral

1Laurent Touchart, professeur de géographie à l’université d’Orléans, éminent spécialiste de limnologie, nous livre avec cette « géomorphologie de la Russie » son seizième ouvrage qui correspond également à son cinquième opus entièrement consacré à la Russie, après Le lac Baïkal (1998), Les milieux naturels de la Russie : une biogéographie de l’immensité (2010), La Russie et le changement climatique : une nouvelle géographie du froid (2011), Les territoires de l’eau en Russie (2014), tous publiés chez L’Harmattan.

2Ce livre est précieux à plus d’un titre. La connaissance intime que l’auteur a de ce pays qu’il étudie depuis de nombreuses années lui permet de maîtriser la langue et la bibliographie, qu’il donne ainsi à lire aux non russophones. La masse d’informations qu’il fut nécessaire de recueillir pour rédiger cet ouvrage laisse admiratif et la bibliographie de 967 références citées dans l’ouvrage rend compte de l’ampleur de la tâche. Les 142 photographies qui illustrent richement cet ouvrage, presque toutes de l’auteur, témoignent de ses nombreuses missions en Russie (19 entre 1991 et 2017). La qualité d’impression en noir et blanc proposée par L’Harmattan n’autorise hélas pas toujours une bonne lecture des paysages (cf. photos 22 page 57 ; 43 page 98 ; 48 page 130…). Heureusement, le cahier central comprenant une sélection de photographies en couleurs permet de mieux les appréhender.

3L’écriture est fluide, recherchée avec parfois l’utilisation, rare de nos jours, de l’imparfait du subjonctif, voire drôle (e.g. page 34 : « Faut-il faire une montagne du bouclier russe ? », page 40 : « Quelles sont les meilleures tables russes ? », page 53 : « La serveuse de plats à la jupe plissée, ou les massifs anciens rajeunis », page 62 : « Les jeunes Russes ont la dalle », page 65 : « Les montagnes russes sont-elles des attractions ? »). L’érudition de Laurent Touchart s’exprime au fil des pages avec de nombreuses références à la culture russe, notamment littéraire (Derjavine, Gorki, Pouchkine, Tchékhov…), une grande connaissance de l’épistémologie de la géomorphologie quelle que soit la nationalité des chercheurs évoqués (russes, français, américains, allemands, polonais…) et d’une recherche permanente de l’étymologie du vocabulaire lexical géomorphologique. L’auteur montre comment la connaissance des données géomorphologiques de la Russie permet de comprendre la localisation des axes de transport (trois routes seulement permettent de franchir le Caucase sur 600 km), des barrages hydroélectriques dans les trapps de l’Angara ou dans les verrous glaciaires du Saïan, de certaines villes (Barnaoul), de la localisation des ressources minérales (hydrocarbures dans les bassins sédimentaires, or dans les boucliers, diamants dans les édifices volcaniques…). L’exposition aux aléas naturels des Russes se comprend aussi plus aisément par les dynamiques géomorphologiques (affaissements liés à la dégradation du pergélisol, sismicité, …). Mais la Russie n’est pas qu’une terre de contraintes et la naissance prochaine des géoparcs russes avec le label de l’UNESCO en illustre aussi les atouts. Déjà, sans attendre la qualification onusienne, plus de 2 000 « monuments géologiques de la nature » sont classés par l’Etat et les volcans du Kamtchatka sont intégrés au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis 1996. Laurent Touchart souligne au fil des pages l’apport de la langue russe au vocabulaire géomorphologique international, comme naledi, alass, thermokarst, podzolisation. Il propose même que les expressions de « marmite de titans » et de « modelés merzlotiens » puissent être intégrées à la langue française. Il montre aussi comment des chercheurs russes ont posé les bases de nouvelles théories comme la néotectonique, ou le rajeunissement des massifs anciens et il dresse le portrait de grands noms de la discipline comme Ivan Stépanovitch Chtchoukine qui occupa la première chaire de géomorphologie de l’université d’Etat de Moscou fondée en 1944. Il rappelle que les recherches russes en sismologie ont été pionnières et que le nom de Sergueï Vassiliévitch Medvedev est passé à la postérité, puisqu’il a donné le « M » de l’échelle MSK, qui classe de I à XII l’intensité des destructions et le ressenti des populations lors des séismes.

4L’ouvrage est divisé en deux chapitres. Le premier est baptisé simplement « géomorphologie structurale » tandis que le second est qualifié de « géomorphologie dynamique et climatique », selon un découpage classique pour les géomorphologues russes qui classent les formes en deux catégories : celles, structurales, issues de la géodynamique interne et celles, sculpturales, issues de la géodynamique externe des processus morphogéniques.

5Les grandes entités morphostructurales de la Russie se décomposent en plates-formes (71 % du territoire avec les quatre types représentés : boucliers, tables, massifs anciens et bassins sédimentaires) et en chaînes plissées récentes situées à la périphérie (29 % du territoire, dont des arcs volcaniques insulaires, des chaînes de subduction et de collision ou intracontinentales). Laurent Touchart nous explique alors la genèse et l’évolution de ces vastes ensembles et nous livre de beaux exemples de reliefs appalachiens, de cuestas, de « massifs anciens » selon la terminologie française (nommés par les Russes « montagnes massives plissées ») et dont il est rappelé qu’ils ont été fortement rajeunis, ou les « bassins sédimentaires » que les Russes nomment « jeunes dalles ». La revue des formes et manifestations volcaniques n’échappe pas à la description des expressions de la géodynamique interne, puisque la Russie compte 67 volcans actifs, et de nombreux édifices anciens, comme dans le Caucase avec l’Elbrous point culminant de cette immensité russe avec 5 642 m d’altitude.

6Dans le second chapitre sur les processus et les modelés, une place de choix est logiquement réservée aux processus d’altération biochimique et plus particulièrement à la podzolisation, qui s’exerce sur 10 millions de km². Les processus de dissolution et les paysages karstiques sont également présentés avec de très beaux exemples de dolines, poljés ou ouvalas. Les modelés granitiques, les dynamiques de versant (solifluxion, glissements de terrain, ravinement, coulées de débris), puis les agents de transports (eau, glacier et vent) et les formes associées sont successivement présentés. Le travail du ruissellement creusant des ravins, le célèbre ovrag, est devenu le symbole de l’érosion de la steppe cultivée russe. Les héritages glaciaires sont toujours judicieusement évoqués, tant les englacements ont marqué, à de multiples reprises lors des phases froides du Pléistocène, les immensités de la Russie d’Europe et de la Sibérie occidentale. Au-delà de leur importance géomorphologique et paléo-climatique, la présence de ces héritages glaciaires d’accumulations explique, en grande partie, l’absence de construction en pierre en Russie, à l’exception notable voulue par Pierre le Grand de Saint-Pétersbourg, et le recours au bois et à la brique dans l’architecture, de même que la répartition spatiale des collines morainiques, et leurs conséquences sur le drainage des formations superficielles, permet de comprendre la concentration des premiers centres urbains du Nord-Ouest de la Russie. L’analyse récente par des chercheurs russes dans l’Altaï des conséquences géomorphologiques des ruptures de barrages glaciaires et des débits diluviens qui y sont associés, est particulièrement intéressante pour ceux qui étudient les séquences paraglaciaires. Leur étude apporte une comparaison intéressante avec les Channeled Scablands, particulièrement étudiés par le géomorphologue américain Victor R. Baker. Les travaux pionniers des Russes en géomorphologie périglaciaire et sur le pergélisol remontent à la fin du XVIIe siècle et se poursuivent toujours dans le célèbre Institut du pergélisol de Yakoutsk. Il faut dire que la merzlota occuperait de 10,8 à 11,5 millions de km² en Russie et que le réchauffement contemporain participe à sa dégradation et au développement des modelés thermokarstiques.

7Certains déploreront la quasi absence dans cet ouvrage de la géomorphologie littorale, mais l’auteur s’en défend page 322, et le littoral russe fera certainement l’objet de son futur ouvrage sur la Russie avec une approche de géographie globale intégrant la géomorphologie, les activités humaines, l’aménagement et la géostratégie. On peut cependant formuler deux légers regrets à la lecture de cet ouvrage. Le premier est que la géomorphologie dynamique y est présentée comme une science très descriptive. Pourtant, la quantification des processus et des flux sédimentaires dans une approche en cascade, les questions de connectivité hydro-sédimentaire, des vitesses d’évolution, l’étude des paléo-environnements et des changements environnementaux, les approches temporelles de l’analyse géomorphologique d’événements basse fréquence haute énergie, voire la modélisation des processus et la reconstitution des paysages en 3 dimensions, toutes ces thématiques irriguent la recherche contemporaine internationale et en font une science réellement dynamique. Le second regret, qui rejoint le premier, est qu’avec cette approche de « géomorphologie culturelle régionale », le lecteur a l’impression de lire un inventaire de formes, modelés et processus, que la vaste étendue de la Russie propose presque inévitablement quelque part sur son territoire. L’avantage de cet inconvénient mineur est de permettre au lecteur d’avoir des exemples russes pour décrire et illustrer ces mêmes paysages et dynamiques géomorphologiques, et de bénéficier d’une magistrale étude épistémologique et lexicale de géomorphologie.

8C’est donc bien d’une « géomorphologie linguistique » qu’il s’agit avec cet ouvrage exemplaire et novateur. Nous ne pouvons qu’en remercier chaleureusement son auteur. Même s’il se défend page 328 de n’être qu’un limnologue, et non un géomorphologue, Laurent Touchart fait honneur à la géomorphologie et à la géographie. Puisse son ouvrage trouver un large lectorat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Mercier, « Compte rendu d'ouvrage :
Géomorphologie de la Russie. Le colosse aux plaines d’argile
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 24 – n° 2 | 2018, 183-184.

Référence électronique

Denis Mercier, « Compte rendu d'ouvrage :
Géomorphologie de la Russie. Le colosse aux plaines d’argile
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 24 – n° 2 | 2018, mis en ligne le 08 mars 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/11961

Haut de page

Auteur

Denis Mercier

Professeur, Sorbonne Université – 191, rue Saint Jacques 75005 Paris, France (denis.mercier@sorbonne-universite.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals