Navigation – Plan du site
Compte Rendu

Compte rendu de lecture :
Preserving karst environments and karst caves. Karst dynamics, environments, usage and restauration: Towards an international karst preservation system.

Edited by Elena Trofimova and Jean-Noël Salomon. Zeitschrift für Geomorphologie, vol. 60, Suppl. Issue 2, Gebrüder Borntraeger Science Publishers, Stuttgart, 2016, 353 p.
Grégory Dandurand
p. 185-186
Référence(s) :

Preserving karst environments and karst caves. Karst dynamics, environments, usage and restauration: Towards an international karst preservation system. Edited by Elena Trofimova and Jean-Noël Salomon. Zeitschrift für Geomorphologie, vol. 60, Suppl. Issue 2, Gebrüder Borntraeger Science Publishers, Stuttgart, 2016, 353 p.

Traduction(s) :
Book review:
Preserving karst environments and karst caves. Karst dynamics, environments, usage and restauration: Towards an international karst preservation system.

Texte intégral

1Partant d’un constat unanimement partagé sur les menaces croissantes qui pèsent sur les milieux karstiques et les grottes en particulier, la Commission Karst de l'Union Internationale de Géographique, sous la direction d’Elena TROFIMOVA, a décidé de dresser un bilan de la situation, des vulnérabilités, des risques, des enjeux scientifiques, culturels, patrimoniaux et pédagogiques, en vue de rassembler des propositions constituant les bases d'un programme de protection karstique international. Cette démarche s’inspire de la Convention Ramsar pour la protection et la valorisation des zones humides d'importance internationale. On lira avec intérêt le bref historique rappelant les différentes étapes de cette initiative qui a permis d’aboutir à l’établissement d’une Convention qui s’appuie sur 12 articles définissant le rôle et les obligations des « Contracting Parties », dans le but de développer un réseau international de protection et de valorisation des milieux karstiques sur le modèle du Réseau Européen ou Mondial des Géoparcs que soutient l’UNESCO.

2Il aura fallu cependant plus de quinze longues années pour parvenir à réunir 17 contributions dans ce numéro spécial de la revue Zeitschrift für Geomorphologie, rassemblées autour de 4 grands chapitres d’une longueur très variable : 1. Scientific and cultural background (135 p) ; 2. Human impact, Resources utilisation and tourism (80 p) ; 3. Management and Protection of karst areas (83 p) ; 4. Legal status of caves and karst areas and the legislative framework (33 p).

3Le premier chapitre rassemble 7 contributions. La première se veut un rappel synthétique des spécificités du karst tant du point de vue morphologique que dans son fonctionnement. Cette approche à l’échelle mondiale rend compte de l’importance spatiale du karst (30 % des surfaces continentales) ; par ailleurs, plus de 1000 sites karstiques sont référencés au patrimoine mondial de l’Unesco. Toutes les formes à différentes échelles sont ensuite passées en revue. Les lecteurs peu habitués à ce type de paysage et de modelés y trouvent un rapide aperçu, illustré par quelques photographies en noir et blanc et des tableaux de synthèse très didactiques. On regrettera l’absence de quelques schémas explicatifs ou coupes géologiques.

4Les 6 articles suivants montrent combien les grottes constituent des milieux très riches à tout point de vue (géochimique, minéralogique, biologique et faunistique, paléontologique et archéologique), mais surtout des milieux extrêmement fragiles. On notera en particulier l’article long mais complet de P. Forti et B.P. Onac sur les différents spéléothèmes et les processus de minéralisation dans les grottes, dont les études paléoclimatiques et paléoenvironnementales à haute résolution sont maintenant un axe fort de la recherche en karstologie, ou encore l’article comparatif de R.G. Bednarik sur l’art rupestre.

5Le deuxième chapitre est consacré à l’utilisation du karst et aux ressources associées. Les 4 articles rassemblés dressent le même constat : le karst offre des ressources exceptionnelles, en eau bien évidemment, pour l’agriculture, l’élevage, l’alimentation de grandes aires urbaines, mais aussi pour des activités d’extraction minière ou encore des activités touristiques et de loisirs. Mais en retour, le karst, en raison de sa spécificité hydrologique, se montre très sensible et très réactif aux activités humaines, dans toutes ses dimensions spatiales et temporelles. La dégradation qualitative de l’eau (polluants), l’accélération des processus d’érosion, de sédimentation, d’effondrement, de tarissement des sources ou d’inondations révèlent un lien fort avec les différents contextes socio-économiques qu’ils impactent. On lira notamment l’article de E. Tanács sur l’évolution de l’exploitation forestière dans le massif karstique d’Aggtelek en Hongrie, ou encore celui de M. Parise sur l’impact des activités minières et des carrières dont les effets négatifs durables, estimés comme les plus dommageables en terme de perturbation des écosystèmes karstiques, peuvent être ponctuellement palliés par des modélisations prédictives de plus en plus performantes.

6Le troisième chapitre aborde la question de la gestion et de la protection des milieux et des espaces karstiques. Si le premier article (I. Bárány Kevei), parfois redondant avec le thème précédent, ne permet pas d’expliquer clairement les capacités d’auto-restauration des milieux karstiques, les deux articles suivants sont en revanche très éclairants. L’article de V. Andreychouk montre, avec force illustrations et schémas explicatifs, la non-adéquation entre d’une part les politiques et les logiques actuelles de mise en place des aires protégées et l’organisation et le fonctionnement du géosystème karst (fig. 13 très didactique). Enfin, l’article de E. Gabrovšek et al. présente une étude de cas concrète en Slovénie où la recherche fondamentale interdisciplinaire menée par le Karst Research Institute du Research Centre of the Slovenian Academy of Sciences and Arts a permis une étude globale régionale (monitoring, traçages…) dont l’exploitation des résultats a servi à une multitude d’application dans le domaine du génie civil, de la gestion des barrages hydro-électriques, des risques de contamination des aquifères ou encore du risque d’effondrement.

7Le quatrième chapitre présente en 2 contributions du même auteur (G.J. Middleton) un tour d’horizon du statut légal des grottes et des différents niveaux (privés ou publics) et instruments (contractuels, conventionnels ou législatifs), qui sont autant de leviers potentiellement activés par les politiques gouvernementale et locale de conservation et de protection du karst. La comparaison entre plusieurs pays montre que les politiques de protection privilégient davantage la création de parcs et réserves naturels.

8Si les articles sont de qualité inégale, et malgré l’absence regrettable de cartes de localisation des sites évoqués, il n’en reste pas moins que l’on peut se réjouir de la parution de cet ouvrage dont la genèse s’est faite dans la « douleur ». On saura gré aux auteurs d’avoir réussi le pari de rassembler 11 nationalités différentes dans ce volume spécial de la revue Zeitschrift für Geomorphologie. On ne peut qu’espérer que la Commission Karst atteigne son objectif le plus tôt possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Dandurand, « Compte rendu de lecture :
Preserving karst environments and karst caves. Karst dynamics, environments, usage and restauration: Towards an international karst preservation system.
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 24 – n° 2 | 2018, 185-186.

Référence électronique

Grégory Dandurand, « Compte rendu de lecture :
Preserving karst environments and karst caves. Karst dynamics, environments, usage and restauration: Towards an international karst preservation system.
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 24 – n° 2 | 2018, mis en ligne le 08 mars 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/11963

Haut de page

Auteur

Grégory Dandurand

Géo-Archéologue, Inrap – GSO / Centre de recherches archéologiques de Poitiers | Laboratoire TRACES UMR 5608 – 122, rue de la Bugellerie, Zone République 3, 86000 Poitiers, France (gregory.dandurand@inrap.fr). Tél : +33 (0)7 62 01 27 79

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals