Navigation – Plan du site

Actes des 18ème journées des Jeunes Géomorphologues

(Paris, 27 janvier 2017)
Vincent Viel et Anaëlle Vayssière
Traduction(s) :
Proceedings of the 18th Young Geomorphologists Meeting

Texte intégral

1Les organisateurs souhaitent tout d’abord remercier chaleureusement l’ensemble du comité d’organisation (Gilles Arnaud‑Fassetta, Edouard de Bélizal, François Bétard, Benoît Carlier, Rémi De Matos Machado, Aline Garnier, Emmanuèle Gautier, Vincent Jomelli, Franck Lavigne et Yann Le Drezen) ainsi que l’Université Paris Diderot, pour leur aide apportée à l’organisation de cette journée. Nous souhaitons également vivement remercier les huit relecteurs qui ont accepté de prendre le temps d’évaluer chacun des quatre articles qui composent ce numéro. Leurs commentaires et conseils avisés ont grandement contribué à la qualité scientifique de ce numéro.

2Organisée par le Groupe Français de Géomorphologie, la 18ème Journée des Jeunes Géomorphologues (JJG) s’est tenue dans les locaux de l’Université Paris Diderot (Paris 7) le 27 janvier 2017. Elle fut suivie cette année par la première Journée des Métiers de la Géomorphologie, réalisée sous l’égide d’Emmanuèle Gautier et Grégory Dandurand à l’Institut de Géographie de Paris. Au cours de cette journée, les étudiants ont pu rencontrer des professionnels travaillant au sein de bureaux d’étude, de services de l’environnement ou de la gestion des risques, ou encore d’associations. Conjointement organisée par les laboratoires Prodig (UMR CNRS 8586) et LGP (UMR CNRS 8591), les JJG ont rassemblé une cinquantaine de participants représentant dix-neuf universités françaises et ont permis à quinze jeunes chercheurs de présenter leurs travaux sous la forme de onze présentations orales et de quatre posters. Cette année encore, les thématiques abordées ont été très diversifiées et les terrains d’étude variés (France, Centrafrique, Indonésie, Spitsberg, Groenland). Elles se sont organisées autour de quatre sessions thématiques portant tour à tour sur (i) l’hydromorphologie et l’aménagement des cours d’eau, (ii) les dynamiques et évolutions récentes des cours d’eau, (iii) la géomorphologie : histoire et géoarchéologie, et (iv) l’observation et la modélisation des changements. Ce premier numéro 2018 de la revue Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement regroupe quatre articles issus de cette 18ème édition des JJG. L’article de Hortobágyi et al., 2017, lauréate du prix de la meilleure communication, sur les réponses végétales au contraintes mécaniques de la rivière Allier, a été publié dans le cadre d’un numéro spécial consacré à la biogéomorphologie de la présente revue (2017-3).

3Les trois premiers articles de ce numéro soulignent l’engouement des géomorphologues français pour les questions liées au transit des sédiments au sein de la cascade sédimentaire (phénomènes de stockage – déstockage). Dans ces recherches, les auteurs ont eu le souci de quantifier finement les processus à l’œuvre, au moyen de méthodes d’investigation de haute précision visant à mesurer la topographie ainsi que des flux liquides et solides (D‑GPS, photogrammétrie, traçage RFID, sismique, etc.). Ces outils sont aujourd’hui particulièrement mobilisés dans les recherches développées par les jeunes chercheurs en géomorphologie. Les travaux présentés démontrent également la portée très opérationnelle que peuvent avoir ces études en matière de gestion des ressources environnementales ou de gestion des risques.

4Adoptant une approche d’hydromorphologie fluviale, Gilet et al. s’interrogent sur le déstockage sédimentaire et les ajustements morphologiques induits par le rétablissement de la continuité écologique et sédimentaire dans les cours d’eau, imposée par la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) en 2000. Ils cherchent à comprendre les modalités et les rythmes d’ajustements hydromorphologiques de l’Yonne, consécutifs au démantèlement du barrage de Pierre Glissotte (Morvan, 89). L’analyse est menée à l’aide d’une métrologie très précise des formes et des flux liquides et solides. L’étude apporte des informations particulièrement précieuses quant aux rythmes de remobilisation des sédiments stockés en amont de la retenue, informations essentielles et pourtant peu documentées en France jusqu’à présent alors même que le nombre de projets de suppression d’ouvrage s’intensifie. Les résultats obtenus indiquent une réponse rapide du système fluvial à cette opération de restauration puisque 23 % des volumes de sédiments initialement stockés dans le lac de retenue ont été exportés au cours des 9 premiers mois. Le sur-alluvionnement engendré par les limons et les sables est presque immédiat, même pour de faibles débits, et a eu un impact certain sur la biocénose en aval du barrage. La remobilisation des sédiments plus grossiers est elle aussi rapide puisque ces derniers ont parcouru jusqu’à plusieurs centaines de mètres durant la période de suivi.

5Les deux articles suivants fondent leur réflexion sur les bassins versants du Peynin et de la Peyronnelle, un de ses affluents (Queyras, 05), périodiquement soumis à des épisodes de crues torrentielles significatives. Dans leur article, Graff et al. s’appliquent à évaluer la mobilisation puis la redistribution des sédiments au cours d’un épisode de lave torrentielle, observé en août 2015. A partir du traçage RFID des sédiments grossiers, méthode encore aujourd’hui peu répandue en contexte torrentiel, les auteurs montrent que la distance parcourue par les sédiments transportés est particulièrement variable selon le lieu à partir duquel ils ont été mobilisés. Ils démontrent donc une grande complexité des dynamiques sédimentaires associées aux laves torrentielles. La quantification des flux sédimentaires et l’analyse de leur redistribution dans le bassin versant du Peynin soulignent le rôle majeur de ce phénomène, capable de recharger de manière significative la cascade sédimentaire plus en aval.

6L’article proposé par Carlier et al. mène une réflexion portant sur la spatialisation et la quantification des stocks sédimentaires, principalement colluviaux, mis en place depuis le dernier maximum glaciaire dans le bassin versant du Peynin. L’étude combine une double approche fondée sur (i) l’expertise géologique, géomorphologique et géophysique des formations superficielles et des couches sous-jacentes menée sur le terrain, et (ii) une double modélisation morphométrique des épaisseurs de sédiments. Les résultats contrastés des modélisations mettent en avant la complexité de l’évaluation de ces stocks et amène les auteurs à rester prudents sur l’estimation des volumes stockés. Ils montrent néanmoins clairement une variabilité spatiale importante de ces stockages au sein du bassin versant, ces derniers étant principalement localisés en rive gauche du Peynin, en lien avec des glissements de terrain, et en amont du bassin sous la forme de dépôts d’éboulement, des tabliers d’éboulis et des cônes de déjections torrentiels.

7Les connaissances acquises dans le cadre de ces deux articles permettent ainsi d’explorer progressivement la fonctionnalité de la cascade sédimentaire du bassin versant du Peynin et sa capacité (ou non) à exporter des quantités importantes de sédiments. Ils mettent de fait en exergue l’imbrication des échelles spatiales et temporelles à l’origine de relais de processus complexes qu’il est nécessaire de prendre en compte pour mieux apprécier les dynamiques sédimentaires observées à l’exutoire.

8Enfin, les travaux de Biette et al., menés également sur un pas de temps long, cherchent à identifier des changements climatiques passés. Les auteurs tentent dans leurs travaux de reconstituer les conditions de températures à la fin de l’Optimum Climatique Médiéval (~950 AD – 1250 AD, OCM) sur l’île de Disko (Ouest Groenland). Ces informations doivent permettre d’expliquer l’accroissement de l’extension glaciaire du glacier du Lyngmarksbræen, dont la dynamique va à l’encontre de celles habituellement observées dans l’hémisphère nord. Les auteurs adoptent une démarche associant une modélisation glaciologique de type degré-jour et une simulation de l’écoulement de la glace par automate cellulaire, et s’appuient sur une chronologie des moraines du glacier établie lors de recherches antérieures à partir de datations cosmogéniques. Les résultats, validés par un certain nombre de tests réalisés sur les différents paramètres modélisés, montrent une différence de température de l’ordre de ‑1,3°C et ‑1,6°C plus basses à la fin de l’OCM qu’à la fin du XXe siècle. Les auteurs apportent ainsi des éléments de discussion importants permettant de mieux appréhender la forte variabilité spatio-temporelle des températures à l’OCM.

9Les quatre articles publiés dans le cadre de ce numéro spécial consacré aux 18ème Journées des Jeunes Géomorphologues présentent donc une diversité d’objets, d’approches et de questionnements, menées à des échelles spatiales et temporelles diverses. Toutefois, cette diversité laisse aussi transparaître un attachement certain du géomorphologue au travail de terrain qui constitue encore aujourd’hui le socle des réflexions menées au sein de la discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Viel et Anaëlle Vayssière, « Actes des 18ème journées des Jeunes Géomorphologues », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 24 - n° 1 | 2018, mis en ligne le 30 mars 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/12007

Haut de page

Auteurs

Vincent Viel

Université Paris 7-Diderot, Sorbonne Paris Cité, UMR 8586 CNRS-PRODIG – 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris, France (vincent.viel@univ-paris-diderot.fr).

Articles du même auteur

Anaëlle Vayssière

Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne, UMR 8591 CNRS-LGP – 1 place Aristide Briand, 92195 Meudon, France (anaelle.vayssiere@lgp.cnrs.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals