Navigation – Plan du site

Éditorial :
Géomorphologie, paléoenvironnements et géoarchéologie des mondes tropicaux

Laurent Lespez et Aline Garnier
p. 221-223
Traduction(s) :
Editorial:
Geomorphology, palaeoenvironments and geoarchaeology of tropical environments

Texte intégral

1Les recherches géomorphologiques sur les milieux tropicaux sont une longue tradition de la géomorphologie française. Longtemps centrées sur l’explication des grandes morphostructures dans la première moitié du XXe siècle, le renouvèlement de la géomorphologie est passé par l’étude des processus d’altération, d’érosion et d’accumulation à travers le monde, favorisant l’émergence d’une géomorphologie climatique pour laquelle l’étude des milieux tropicaux joue un rôle majeur. Dans les pas de De Martonne (1946), les travaux se sont multipliés, donnant naissance à cette branche de la discipline qu’illustrent les différents manuels de Tricart et Cailleux (1969, 1974). Dans le même temps, de nombreux géomorphologues ont consacré leur vie scientifique à l’étude des modelés des régions tropicales sèches ou humides et produit une série de synthèses nourries par leurs recherches personnelles (e.g., Demangeot, 1976 ; Dresch, 1982 ; Rognon, 1989 ; Beaudet et Coque, 1994). Sur cette base se sont développées de nombreuses études s’attachant aux processus contemporains, en particulier dans le cadre de l’anthropisation et de la gestion des risques spécifiques à ces milieux dont témoignent par exemple les ouvrages de synthèse anglo-saxons produits récemment Gupta (2011), et sa recension par Thouret (2012). Ainsi, un profond renouvellement s’est opéré depuis une vingtaine d’années, en particulier du fait de l’essor des recherches géomorphologiques, envisagées comme des recherches paléoenvironnementales en relation avec les changements climatiques, et de la géoarchéologie, qui a stimulé le développement d’études sur l’impact de l’anthropisation et de ses différentes modalités. C’est dans ce mouvement que se situait notre proposition de numéro spécial consacré à la géomorphologie, aux paléoenvironnements et à la géoarchéologie des mondes tropicaux.

2Ce numéro se proposait d’accueillir des contributions s’appuyant sur des archives sédimentaires de différentes natures (lac, système fluvial, zones humides continentales ou littorales, systèmes dunaires, etc.), accordant une attention particulière à la relation entre les dynamiques géomorphologiques et la transformation des milieux sous l’effet des changements climatiques et de l’anthropisation. Les articles rassemblés s’inscrivent pleinement dans cette perspective mais dessinent également une géomorphologie dans la continuité de ses devancières puisque quatre contributions portent sur l’Afrique subsaharienne et une sur les espaces ultramarins. Yann Callot et Maël Crépy proposent d’abord une réflexion sur la genèse et la dynamique des édifices dunaires continentaux. Après un rappel des nouvelles avancées issues de la modélisation et de l’expérimentation en laboratoire sur la mobilité des sables qui mettent en évidence le rôle de leur disponibilité, facteur aussi important que celui du vent pour comprendre les morphologies dunaires et leurs dynamiques, ils reviennent sur des données de terrain recueillies au Sahara nigérien pour en proposer une nouvelle interprétation. Leur travail souligne la fertilité du croisement des approches théoriques et physiques, de la modélisation, de l’expérimentation et des approches de terrain. Il ouvre de nouvelles perspectives pour l’interprétation paléoenvironnementale des milieux dunaires.

3Ensuite, les travaux de Sarah Davidoux et de ses collègues comme ceux d’Aline Garnier, Barbara Eichhorn et Caroline Robion-Brunner proposent quant à eux de s’intéresser à l’Holocène récent où s’articulent effets de l’occupation humaine des bassins versants et des oscillations climatiques. L’article de Sarah Davidoux et ses collègues met en évidence un dispositif de terrasses emboitées dans le ravin d’un affluent de la Falémé au Sénégal oriental en domaine soudanien. Il témoigne de l’instabilité morphologique au cours des deux derniers millénaires. Appuyée sur des datations par les méthodes du radiocarbone et de la luminescence, l’analyse chronostratigraphique et morphologique révèle la succession de périodes plus sèches favorables à l’incision et de périodes humides qui engendrent une aggradation de la plaine alluviale. La discussion suggère la domination de l’impact climatique sur les effets de l’anthropisation même si celle-ci concourt à exacerber les phases de sédimentation. A cette thématique, l’article d’Aline Garnier et de ses collègues ajoute une réflexion sur le rôle de l’impact des activités métallurgiques anciennes. En effet, il s’intéresse à la dynamique alluviale d’un petit cours d’eau, le Tatré, dans le Pays Bassar au Nord du Togo, situé dans un des centres sidérurgiques majeurs de la période précoloniale en Afrique de l’Ouest. Appuyé sur une étude géomorphologique et phytolithique du remplissage sédimentaire de la haute et moyenne vallée de ce cours d’eau, proche des vestiges sidérurgiques, il met en évidence la succession de quatre phases hydro-sédimentaires. Elles témoignent de réponses du système fluvial à un forçage climatique externe même si la troisième phase identifiée (XVe-XXe siècle) montre une aggradation principalement contrôlée par les effets environnementaux directs (exploitation du bois) et indirects (essor agricole) de l’activité métallurgique.

4Finalement, les travaux de Ninon Blond et de ses collègues et ceux de Jeanne Brancier et de ses collègues s’intéressent de plus près encore à l’impact des activités humaines sur les milieux tropicaux. Dans le premier cas, il s’agit d’enquêter sur l’origine des terrasses de culture construites en travers des thalwegs dans les espaces montagneux du Tigray septentrional au nord de l’Éthiopie. En effet, la découverte, par des fouilles archéologiques, d’implantations humaines des premiers millénaires avant et après notre ère questionne leur ancienneté. L’étude géomorphologique, la datation des dépôts ainsi que l’exploitation de documents d’archives et de témoignages suggèrent néanmoins que ces terrasses sont plus récentes et se sont développées sur des accumulations sédimentaires plus anciennes mises en relation avec l’histoire de l’occupation humaine de la région. Enfin, les travaux de Jeanne Brancier et de ses collègues ont pour objectif de définir et de comprendre la mise en place d’anthroposols observés en contexte archéologique précolombiens en Martinique et en Guyane. Indépendamment de l’approche chronostratigraphique classique, c’est l’étude micromorphologique des sols qui a été privilégiée. L’analyse comparative de deux anthroposols archéologiques martiniquais et guyanais montre qu’ils se sont mis en place en lien avec les activités précolombiennes mais qu’ils témoignent d’activités différentes localement. Les résultats obtenus permettent aux auteurs de questionner la définition des anthroposols dans les référentiels pédologiques actuels et d’en proposer une révision.

5Les articles reçus témoignent ainsi du renouvellement de la discipline s’appuyant sur des approches multi-indicateurs qui combinent investigations géomorphologiques de terrain, bio-indicateurs, données archéologiques ou historiques. Principalement produits par des jeunes chercheurs, ils témoignent également de la vitalité de ce renouveau.

Haut de page

Bibliographie

Beaudet G., Coque R. (1994) – Reliefs et modelés des régions tropicales humides : mythes, faits et hypothèses. Annales de Géographie, 103, 577, 227‑254.
DOI : 10.3406/geo.1994.13780

de Martonne E. (1946) – Géographie zonale. La zone tropicale. Annales de Géographie, 55, 297, 1‑18.
DOI : 10.3406/geo.1946.12700

Demangeot J. (1976) – Les espaces naturels tropicaux. Paris, Masson, 190 p.

Dresch J. (1982) – Géographie des régions arides, PUF, Paris, 277 p.

Gupta A. (2011) – Tropical geomorphology. Cambridge University Press, 386 p.

Rognon P. (1989) – Biographie d'un désert. Paris, Plon, Coll. Synthèse, 347 p.

Thouret J.-C. (2012) – Avijit Gupta, Tropical geomorphology. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 18 (4), 477-478.

Tricart J., Cailleux A. (1969) – Le modelé des régions sèches. Traité de géomorphologie, tome V, SEDES, Paris, 472 p.

Tricart J., Cailleux A. (1974) – Le modelé des régions chaudes. Forêts et savanes. Traité de géomorphologie, tome V, deuxième édition, SEDES, Paris, 1974, 345 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Lespez et Aline Garnier, « Éditorial :
Géomorphologie, paléoenvironnements et géoarchéologie des mondes tropicaux
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 24 - n°3 | 2018, 221-223.

Référence électronique

Laurent Lespez et Aline Garnier, « Éditorial :
Géomorphologie, paléoenvironnements et géoarchéologie des mondes tropicaux
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 24 - n°3 | 2018, mis en ligne le 23 novembre 2018, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/12421

Haut de page

Auteurs

Laurent Lespez

Laboratoire de Géographie Physique (LGP), CNRS-UMR 8591 – 1 place Aristide Briand, 92195 Meudon CEDEX | Département de Géographie, UFR LLSH, Université Paris-Est Créteil – 61 avenue du Général de Gaulle, 94010 Créteil, France (laurent.lespez@lgp.cnrs.fr).

Articles du même auteur

Aline Garnier

Laboratoire de Géographie Physique (LGP), CNRS-UMR 8591 – 1 place Aristide Briand, 92195 Meudon CEDEX | Département de Géographie, UFR LLSH, Université Paris-Est Créteil – 61 avenue du Général de Gaulle, 94010 Créteil, France (aline.garnier@lgp.cnrs.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals