Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Nous avons appris avec grande tristesse le décès de Jean Sommé le 20 septembre dernier, dans sa 87ème année. Ayant été sa collègue durant 30 ans au sein du département de géographie (UER puis UFR de géographie) de l'Université de Lille (Sciences et Technologies puis Lille 1), je peux témoigner de la place éminente qu'il occupait dans notre établissement. Diplômé de l'Agrégation de Géographie en 1958, Jean Sommé a vu sa carrière professionnelle interrompue par plus de 2 années de service militaire (1959-1961), dont 9 mois dans le Sahara algérien (1960-1961). Recruté comme assistant à la Faculté des Lettres de Lille en 1963, il entreprit sous la direction de Mme Beaujeu‑Garnier, une thèse de doctorat d'État, intitulée « Les plaines de Nord de la France et leur bordure. Étude géomorphologique », qu'il soutint en 1975.

2Je laisserai à d'autres le soin de détailler son apport dans le domaine de la géologie du Quaternaire. Je souhaite mettre en avant ici ses qualités d'enseignant et de chercheur. De par le choix de son domaine de thèse, Jean Sommé a été un précurseur à bien des égards.

3Jean Sommé a identifié ces régions peu accidentées du Nord de la France, comme un relief de socle où le substrat paléozoïque, toujours peu profond, joue un rôle fondamental, si bien que la géomorphologie structurale et la tectonique occupent une place importante dans sa thèse. Confronté à l'omniprésence d'une couverture limoneuse souvent très épaisse, il a dû inventer de nouvelles méthodes de recherche basées sur la « lithostratigraphie » seule capable de révéler les stades successifs de l'évolution du relief. Sur ces bases scientifiques il a complètement renouvelé l'étude des lœss, tant en France qu'en Europe. Partant de là, il s'est fait le chantre d'une nouvelle discipline encore très mal connue en France : la géologie du Quaternaire. Comme tout précurseur, il a dû batailler pour imposer ses idées, tant auprès des géographes- géomorphologues (encore peu attirés par cette approche stratigraphique) que des géologues (ceux-ci n'accordant qu'un intérêt marginal aux « formations superficielles »). Par la force des choses, c'est avec ses collègues d'Europe du Nord (belges, néerlandais et allemands principalement) qu'il a été amené à collaborer et à bâtir avec eux une nouvelle nomenclature stratigraphique, aujourd'hui acceptée, grâce à lui, bien au-delà des « plaines du Nord de la France ».

4Mais en s'attaquant à ce vaste chantier du Pléistocène d'Europe du Nord, Jean Sommé a su attirer autour de lui des étudiants de grande valeur qui ont développé et précisé ses thèmes de recherche. Homme de terrain par excellence, il a enseigné de nouvelles méthodes de travail basées sur l'observation et l'analyse minutieuses des coupes de terrain ou des carottes de sondages à la tarière, complétées par les analyses de laboratoire. Cette approche, banale aujourd'hui, était assez révolutionnaire dans les années 1960. Tout naturellement, l'étude du Pléistocène continental et marin l'a conduit à travailler avec les préhistoriens auxquels il proposait des méthodes de recherche capables de renouveler la discipline. L'héritage scientifique de Jean Sommé est donc considérable au sein de la communauté des quaternaristes français et européens, même si son rayonnement international a été relativement handicapé par la rareté de ses écrits en langue anglaise.

5Jean Sommé fut un « enseignant-chercheur » accompli, en ce sens qu'il enseignait les résultats de ses recherches, dans ses cours et lors de ses sorties de terrain. Il savait transmettre aux étudiants son enthousiasme et sa passion de chercheur et il a eu la chance et l'opportunité de former des dizaines de jeunes chercheurs qui développent ou ont développé son œuvre scientifique.

6Mais Jean Sommé ne s'est pas contenté de cette double activité. Il a aussi pleinement participé à la vie du département de géographie de l'Université de Lille, qu'il a dirigé de 1982 à 1987. Parmi les nombreuses responsabilités qu'il a exercées, notons qu'il a présidé la Société Géologique du Nord en 1979 et l'AFEQ (Association Française pour l'Étude du Quaternaire) de 1986 à 1990.

7En octobre 2017, une journée d'hommage lui avait été consacrée à l'Université de Lille, organisée par l'AFEQ-CNF INQUA, la Société Géologique du Nord et l'INRAP. Bien que physiquement fatigué, il était apparu en pleine forme intellectuelle. Comme le disait ce jour là son collègue et ami Jean‑Pierre Colbeaux, Jean Sommé était un agitateur, n'hésitant pas à bousculer des préceptes anciens. Il fut un pionnier, mais son œuvre continue à travers les recherches de ses nombreux anciens élèves devenus des maîtres dans le champ disciplinaire du Quaternaire et de la préhistoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvonne Battiau-Queney, « Hommage à Jean Sommé », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 24 - n°3 | 2018, 325.

Référence électronique

Yvonne Battiau-Queney, « Hommage à Jean Sommé », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 24 - n°3 | 2018, mis en ligne le 23 novembre 2018, consulté le 15 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/12434

Haut de page

Auteur

Yvonne Battiau-Queney

Professeur émérite de l'Université de Lille, Laboratoire d'Océanologie et Géosciences, LOG UMR 8187, CNRS/Lille/ULCO – Cité scientifique, Bâtiment SN5, 59655 Villeneuve d'Ascq cedex, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals