Navigation – Plan du site

Actes des 19èmes journées des Jeunes Géomorphologues

Mathieu Fressard, Aurélien Christol et André-Marie Dendievel
p. 3-5
Traduction(s) :
Proceedings of the 19th young geomorphologists days

Texte intégral

1Les Journées des Jeunes Géomorphologues 2018 se sont tenues à Lyon après 12 années de rotation entre Paris et plusieurs autres sites universitaires de région. Nous tenons tout d’abord à remercier l’ensemble du comité d’organisation (Fanny Arnaud, Adrien Bara, Barbara Belletti, Marie‑Laure Chambrade, Aurélien Christol, Étienne Cossart, Maël Crépy, André‑Marie Dendievel, Mathieu Fressard, Jean‑Philippe Goiran, Nicolas Jacob, Gary Lardaux, Jérôme Lejot, Kristell Michel et Oldrich Navratil) qui a œuvré collectivement pour la préparation des journées et la tenue des différentes sessions scientifiques. Nous remercions également l’université Lyon 2‑Lumière, l’université Lyon 3‑Jean-Moulin, les UMRs 5600 EVS et 5133 Archéorient du CNRS, pour leur soutien logistique et financier lors de l’organisation de l’événement. Enfin notre gratitude va à l’ensemble des 12 relecteurs anonymes qui, en nous donnant de leur temps, ont contribué à l’amélioration de la qualité scientifique des articles présentés dans ce numéro.

2Les 26 et 27 janvier 2018, avec le soutien du Groupe Français de Géomorphologie (GFG), plus de 75 participants sont venus assister à 22 présentations orales et 16 présentations sous forme de poster dans les locaux de l’Université de Lyon. Cette année encore, ces doctorants et jeunes docteurs proviennent de la France entière (Aix-en-Provence, Caen, Cayenne, Chambéry, Clermont‑Ferrand, Grenoble, Lyon, Nantes, Paris, Saint‑Étienne). En outre, pour cette année 2018, de nombreux chercheurs et chercheuses étrangers ont contribué aux JJG avec notamment 5 présentations Italiennes (Reggio‑Emilia, Chieti, Milan, Turin, Naples) et 4 contributions Suisses au colloque (Lausanne, Zurich). Trois sessions thématiques ont structuré ces journées : géomorphologie fluviale (7 communications), dynamiques de versant (8 communications) et paléoenvironnements - Géoarchéologie (7 communications). Deux conférences invitées sont venues ponctuer les présentations des jeunes géomorphologues : Michel Mietton (Prof. Emérite, Univeristé Lyon 3 – UMR 5600 EVS) et Yann Callot (Université Lyon 2 – UMR 5133 Archéorient). Le samedi après-midi fut l’occasion d’une sortie de terrain animée par Stéphane Gaillot (Service Archéologique de la Ville de Lyon – SAVL), durant laquelle les participants ont pu découvrir le patrimoine géomorphologiques de la ville.

3Ce premier numéro 2019 de la revue Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement regroupe cinq articles issus de cette 19ème édition des JJG qui reflètent la diversité des thématiques abordées. À noter que l’article de Defive et al., (2018), faisant suite à la communication de André‑Marie Dendievel sur l’histoire fluviale de la vallée du Gage (Loire, France), a été publié dans le cadre du dernier varia de 2018 (2018-4).

4Les trois premiers articles de ce numéro sont issus de la session « dynamiques de versants ».

5L’article de Fravaque et al., (2019) s’attache à la quantification de l’aléa chute de blocs depuis les parois rocheuses du massif de la Chartreuse à Crolles (Isère). Ce travail illustre la volonté actuelle des géomorphologues de développer des approches appliquées et reproductibles au service des aménageurs pour la prévention des risques naturels. Les auteurs développent une approche cartographique fondée sur la combinaison d’une modélisation à base physique et d’une analyse statistique des sorties de modèle. Ainsi, la modélisation peut être vue comme une alternative intéressante pour estimer les probabilités de retour de phénomènes très basse fréquence / forte intensité, souvent difficiles à quantifier en raison d’un manque de données historiques. Le développement des recherches sur les approches quantitatives du risque apparait ici comme une perspective importante des recherches appliquées associant géomatique et géomorphologie.

6Toujours en domaine de montagne, l’article de Duvillard et al., (2019) traite du rôle du permafrost dans la déstabilisation des pylône de remontées mécaniques. Dans cette étude de cas développée dans la station de ski de Val‑Thorens, les auteurs proposent une démarche multi-méthodes combinant analyse stratigraphique, tomographie électrique et stéréophotogrammétrie pour quantifier les déplacements de l’ouvrage et proposer une interprétation des causes de l’instabilité. Les auteurs mettent en évidence le rôle prépondérant des terrassements dans la modification des conditions de surface (ruissellement) et de profondeur (épaississement de la couche active), conduisant à une fonte prématurée du permafrost. Ainsi, il est possible de souligner l’intérêt des étapes de diagnostic pré-implantatoire dans l’aménagement des milieux de montagne, espaces sentinelles du réchauffement climatique, notamment en ayant plus largement recours aux prospections par forage pour limiter les erreurs d’aménagement.

7La reconstitution de la trajectoire historique des phénomènes géomorphologiques constitue souvent un défi méthodologique dans la combinaison et l’analyse de documents multi-sources à des résolutions spatiales variées. Dans leur article, Roulland et al., (2019) développent une approche méthodologique basée sur l’analyse diachronique de documents anciens pour reconstituer les rythmes d’évolution des falaises des vaches noires (Normandie) sur 260 ans. En se fondant sur une analyse rigoureuse des marges d’erreur associées à la qualité des documents analysés, les auteurs montrent que les vitesses d’évolution de la falaise peuvent être significativement variables en fonction de la fenêtre temporelle étudiée. Finalement, il apparait que ces falaises évoluent selon un cycle géomorphologique long (250 à 300 ans) et selon un emboitement complexe de processus géomorphologiques (glissements, propagation de coulée boueuse, déblaiement des matériaux par la mer, recul du pied de falaise et déstabilisation progressive annonçant un nouveau glissement).

8Les deux autres articles de ce numéro spécial sont issus de la session « paléoenvironnements et géoarchéologie ».

9L’article de Genuite et al., (2019) propose une approche originale fondée sur le couplage de données topographiques 3D très haute résolution avec une cartographie géomorphologique pour l’étude des modelés Karstiques. Les auteurs s’interrogent ici sur les causes du recoupement de méandre étant à l’origine du pont d’Arc (géomorphosite majeur des gorges de l’Ardèche). Les correspondances géomorphologiques observées sur le terrain et à l’aide du modèle numérique 3D entre la grotte des Châtaigniers et le Pont d’Arc (réseau karstique, formations quaternaires, etc.) permettent de documenter la dynamique de recoupement du méandre. Ce dernier serait apparu durant le Quaternaire sous l’influence d’un réseau karstique préexistant.

10L’article de Leblé et Poirot (2019) vise à documenter l’évolution d’un petit cours d’eau de faible énergie (le Sausset, Tremblay‑en‑France) du Moyen‑Âge à l’époque moderne. En se fondant sur une approche essentiellement chronostratigraphique, les auteurs confirment les dynamiques de comblement de ces petits hydrosystèmes, observées à l’échelle du bassin Parisien. L’évolution locale du vallon apparait à la fois marquée par un rythme d’extension/rétraction de la zone humide, et également par les modifications du bilan sédimentaire du bassin versant qui sont directement liées aux aléas climatiques (PAG notamment) et à la pression anthropique (pastoralisme).

11Ainsi ce présent numéro spécial des 19èmes Journées des Jeunes Géomorphologues rappelle la place importante de certains objets classiquement abordés en géomorphologie (cours d’eau, versant, littoral). Ces objets sont analysés en relation avec des forçages agissant à des échelles globales ou locales, autant sur le temps long des reconstitutions plurimillénaires/séculaires ; que sur le temps court des évolutions interannuelles ou des phénomènes instantanés. Face à une telle intrication des échelles spatiales et temporelles, on ne peut que plaider une fois de plus pour une approche géographique en géomorphologie. Les approches proposées montrent clairement, et ce quel que soit l’objet et les temporalités d’étude, une place prégnante (et croissante) de la modélisation et de la quantification dans la recherche actuelle ; sans pour autant laisser de côté le travail de terrain qui fournit les données de première main indispensables à toute expertise. Les recherches développées par les jeunes géomorphologues montrent également une articulation délibérée et maîtrisée entre recherche fondamentale et opérationnelle : aide à la décision dans une perspective d’aménagement, de prévention des risques ou encore de valorisation du patrimoine géomorphologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Fressard, Aurélien Christol et André-Marie Dendievel, « Actes des 19èmes journées des Jeunes Géomorphologues », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 25 – n° 1 | 2019, 3-5.

Référence électronique

Mathieu Fressard, Aurélien Christol et André-Marie Dendievel, « Actes des 19èmes journées des Jeunes Géomorphologues », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 25 – n° 1 | 2019, mis en ligne le 08 mai 2019, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/13037

Haut de page

Auteurs

Mathieu Fressard

Université de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3, UMR 5600 CNRS-Environnement Ville Société – Lyon, 69007, France (mathieu.fressard@univ-lyon3.fr).

Articles du même auteur

Aurélien Christol

Université de Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3, UMR 5600 CNRS-Environnement Ville Société – Lyon, 69007, France (aurelien.christol@univ-lyon3.fr).

Articles du même auteur

André-Marie Dendievel

LEHNA-IPE, UMR 5023 CNRS, 3 rue Maurice Audin, 69518 Vaulx-en-Velin Cedex, France (andremarie.dendievel@gmail.com).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals