Navigation – Plan du site
Hommage

Jean-René VANNEY

12 août 1930 - 29 janvier 2019
François Carré, Loïc Ménanteau et Jean-Pierre Peulvast
p. 137-138

Géographe de formation, le Professeur Jean-René VANNEY, disparu à la fin janvier 2019, a consacré toute sa carrière – on pourrait même aller jusqu’à dire toute sa vie – à l’étude des océans.

À l’issue d’études supérieures effectuées à Paris, J.R. Vanney obtint l’agrégation de géographie en 1958. Après avoir enseigné au lycée de Chartres puis au lycée Charlemagne, à Paris, il est devenu en 1961 assistant du Professeur André GUILCHER, spécialiste de géomorphologie littorale et d’hydrologie à l’Université de Paris. Ses premières recherches ont porté sur l’hydrologie fluviale. En effet, mettant à profit son « rappel » en Algérie, il prépare d’abord une monographie sur la crue de mars 1959 de l’oued Saoura, dans le sud algérien, suivie, dix ans plus tard par une étude du bas Guadalquivir (Espagne méridionale) publiée par le CSIC espagnol. Il a été aussi co-auteur avec Michel Drain et René Lhénaff d’un livre édité par la Casa de Velázquez (1971) et intitulé Le bas Guadalquivir. Introduction géographique : le milieu physique.

L’initiation des étudiants de licence à l’explication de cartes le conduit à préparer un manuel à vocation pédagogique, rédigé en collaboration avec ses collègues parisiens Michel Archambault et René Lhénaff, « Documents et méthodes pour le commentaire de cartes » (Masson, 1965 et 1967), qui connut plusieurs éditions et devint le vade-mecum pour des générations d’étudiants.

Sa thèse de doctorat d’État, entreprise en 1961 sous la direction du professeur Guilcher et soutenue en 1970, porte sur la géomorphologie sous-marine d’un secteur de la marge continentale du golfe de Gascogne : elle l’orientera définitivement vers l’étude des océans. Pendant ses années d’assistanat, suivies d’un détachement au CNRS de 1966 à 1971, il participe à de nombreuses campagnes océanographiques côtières à bord du petit navire de recherche géré par André Guilcher pour le compte du CNRS, le Kornog, devenu le Gwalarn. Dans les années 1960, le bâtiment est engagé dans le levé de cartes sédimentologiques à 1/100 000 de la plate-forme continentale péri-armoricaine. J.R. Vanney est l’auteur de deux de ces feuilles (Saint-Nazaire et île d’Yeu) qui s’inscrivent dans les recherches en vue de la thèse. Ce mémoire deviendra ensuite le noyau d’un volume plus général qui englobe les travaux menés en parallèle par d’autres élèves du professeur Guilcher (J.P. Pinot, F. Hinschberger, A. Saint-Réquier) : « Géomorphologie de la marge continentale sud-armoricaine » (1977, SEDES).

En 1970, J.R. Vanney avait été élu à une « chaire » de Géographie de l’océan créée dans la toute nouvelle Université de Paris IV-Sorbonne, succédant à André Guilcher parti pour l’Université de Brest. Il y est resté professeur jusqu’à sa retraite en 1998, soit une trentaine d’années d’enseignement et de recherches incessantes à l’origine d’une œuvre de portée internationale. Il a notamment établi des liens avec l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et avec le Muséum d’Histoire Naturelle dans le cadre d’un DEA de Géographie de l’Environnement Global, préfigurant ainsi le rapprochement Paris IV-Paris VI d’où naîtra Sorbonne Université vingt ans plus tard.

Dans les années 1970, en collaboration avec le « Groupe de recherches sur la marge continentale » de l’Université Pierre et Marie Curie, ses horizons s’élargissent progressivement, d’abord à la marge Ibéro-marocaine dont il a dressé les cartes bathymétriques, puis à la Méditerranée occidentale. Parallèlement, dans le prolongement d’un cours d’agrégation, le nouveau professeur réalise une synthèse sur les plates-formes continentales à l’échelle de l’océan Mondial, publiée en 1976 chez Doin, révélant une connaissance peu commune de la littérature scientifique sur le sujet.

Ses travaux font autorité, si bien qu’il est amené à prendre des responsabilités scientifiques internationales en coordonnant les travaux de la carte bathymétrique générale (GEBCO) pour l’Antarctique. Dans les années 1980, il participe au levé bathymétrique de secteurs des grands fonds de l’océan Austral, en collaboration avec des océanographes de la Marine américaine, et s’intéresse aux courants profonds susceptibles de façonner les modelés sous-marins. Il prend part à des campagnes océanographiques lointaines, sous toutes les latitudes, sur des navires du CNEXO, puis de l’IFREMER, mais aussi sur le Marion Dufresne, le navire ravitailleur des Terres australes et antarctiques françaises, sans oublier des plongées profondes en soucoupe, notamment sur les talus continentaux pour l’étude des canyons sous-marins et des processus gravitaires qui s’y produisent.

Hautes latitudes australes et grandes profondeurs océaniques ont inspiré à J.R. Vanney deux ouvrages d’une autre veine qui témoignent de son éclectisme et le firent connaître du grand public : « Histoire des mers Australes » (1986) et « Le mystère des abysses » (1993), tous deux chez Fayard. Son implication dans de nombreux organismes et programmes de recherche est impressionnante. Il a été secrétaire de la Revue de Géographie Physique et de Géologie Dynamique, ancêtre de Geodinamica Acta, de 1965 à 1979. Outre la coordination du GEBCO, il a été conseiller scientifique des Annales de l’Institut Océanographique, dès 1991, expert pour les problèmes de cartographie et de morphologie sous-marines, coordonnateur du programme de la Commission Océanographique Intergouvernementale (COI) intitulé « Bathymétrie de la côte occidentale d’Afrique, de Tanger à la frontière de la Namibie, membre de la Commission d’expertise des demandes de campagne à la mer, auprès d’IFREMER. Il collaborait régulièrement avec l’Institut océanographique du Portugal pour l’élaboration de cartes bathymétriques.

À mesure que l’âge avançait et que sa culture océanographique s’approfondissait, J.R. Vanney s’est progressivement affranchi de la seule géomorphologie sous-marine pour s’orienter vers des travaux synthétiques à l’échelle de l’océan Mondial. Libéré de ses tâches d’enseignement, il a continué à publier sur le même rythme. En témoignent une Introduction à la géographie de l’océan (1991), puis une volumineuse Géographie de l’océan global (2002), ainsi titrée car il souhaitait souligner l’interaction de tous les phénomènes au sein de l’océan et pas seulement sa dimension et son unité planétaires. Ce souci de globalité se retrouve dans les deux volumes de la Géomorphologie structurale (2001, 2002), dont il assura la partie sous-marine, tandis que son collègue de Paris-Sorbonne, Jean-Pierre Peulvast, traitait les volets continental et planétaire. Deux ans plus tard, en 2004, sortait une synthèse régionale sur le golfe Ibéro-marocain, rédigée avec Loïc Ménanteau avec lequel il avait auparavant coordonné un Atlas côtier du Nord-Est d’Haïti (1998). Il eut aussi un rôle majeur dans la réalisation de la cartographie physiographique de l’Andalousie atlantique et de l’Algarve oriental (1985-2001).

À l’aube de la dernière décennie, les projets foisonnaient toujours. Outre une autre synthèse régionale sur l’Atlantique des Açores, son dernier travail de longue haleine, qu’il a mené presque à son terme, était plus vaste et plus ambitieux encore puisqu’il s’agissait d’une géographie des mers tropicales (Les mers d’entre tropiques), un domaine zonal correspondant à 57% de la surface de l’océan Mondial. Cette œuvre volumineuse et complexe était quasiment achevée, mais pas encore publiée, lorsque son auteur s’est brutalement éteint le 29 janvier 2019. Elle devrait faire l’objet d’une édition posthume. J.R. Vanney s’est aussi intéressé, entre autres, aux îles en voie de disparition avec, en particulier, la publication (en 2008 et 2009) d’un article important (Voyage aux îles de la disparition…) en deux parties dans la revue juridique Annuaire du droit de la mer.

À moins d’un siècle d’intervalle, J.R. Vanney s’inscrit dans la lignée du géographe-océanographe allemand Gehrard Schott, qu’il admirait tant, auteur de plusieurs volumes d’océanographie régionale, écrits à une époque où l’océanographie commençait seulement à émerger. Il laissera le souvenir d’un homme de science à la culture encyclopédique, engagé mais très discret, scrupuleux, volontiers amical, profondément humain, mais toujours exigeant… jusque dans la juste proportion des domaines d’intervention dans les entreprises en collaboration : en témoignent, dans la Géomorphologie structurale, les nombres de pages respectivement consacrées aux fonds océaniques et aux surfaces continentales et planétaires, exactement proportionnels aux superficies concernées !

Déjà lauréat de l’Académie française (1987) et de l’Académie des Sciences (1993), J.R. Vanney s’était vu décerner, au titre de l’année 2012, le grand prix des Sciences de la Mer Albert Ier de Monaco, pour l’ensemble de son œuvre. Il était également titulaire des Palmes Académiques, de la Médaille d’or de la Société de Géographie de Paris (1974, 1986). Il était membre de l’Académie de Marine depuis 1991.

  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals