Navigation – Plan du site

La géodiversité représentée. Entre art, sciences et imaginaires géographiques.
Une introduction

Claire Portal et François Bétard
p. 141-149
Traduction(s) :
Representing geodiversity: Between art, sciences and geographical imagination.
An introduction

Texte intégral

1. Introduction

1La place et le rôle des images en géographie et en géosciences sont des sujets de réflexion qui interrogent les épistémologues de la discipline (e.g. Robic, 2006 ; Giusti, 2014 ; Berloulay et al., 2015), les chercheurs dont elles constituent le cœur de la méthode (de la télédétection satellitaire à la microscopie électronique – Robin, 2002 ; Sellier et Stephant, 2017 – et à l’analyse iconographique – Berdoulay et Saule-Sorbé, 1999) et les scientifiques qui l’abordent d’une façon réflexive (e.g. Lussault, 2003). L’image est à la fois une source documentaire et un terrain d’investigation, vecteur incontournable de diffusion des connaissances géoscientifiques, incessamment questionné par l’essor des technologies numériques (e.g. Trouillard et Robida, 2007). Leur rôle ambivalent oppose la réalité scientifique (« exactitude ») et l’interprétation associée aux représentations picturales (« illusion »). Pourtant, les images occupent désormais une position heuristique à l’interface entre art et sciences, croisant la vision savante ou scientifique, la vision commune de territoires et, pour l’artiste, le regard sensible sur le réel qui fait naître de nouveaux espaces (Blanc et Regnault, 2015).

2Ces deux approches s’hybrident dans les méthodes d’analyse, dans les supports d’imageries, dans le contexte d’une analyse ciblée relevant, notamment, d’une dimension patrimoniale (e.g. Cayla et al., 2012 ; Portal, 2014 ; Bétard, 2017 ; De Matos-Machado, 2018) : les huit articles de ce numéro thématique ont ainsi pour objectif de faire dialoguer ces deux aspects – objectivation scientifique et représentation artistique – afin de comprendre et d’illustrer les différentes approches associées à la géodiversité représentée. Chacune des contributions s’inscrit dans un de ces deux axes, en développant une approche dominante. Cependant, toutes se situent aussi à l’interface entre ces deux orientations.

2. Géodiversité, géosciences et représentations

3Ce premier axe s’inscrit dans une conception « réaliste ». Il étudie la géodiversité par le biais d’une instrumentation très avancée, qui mesure et quantifie, afin de « révéler des informations fiables sur le réel » (Broc et Giusti, 2007). La géodiversité est entendue ici comme la variabilité du monde abiotique dans ses composantes géologique (roches, minéraux, fossiles), géomorphologique (formes de relief), pédologique (sols et paléosols) et hydrologique (eaux de surface et souterraines), ainsi que l’ensemble des processus qui les génère (Gray, 2013 ; Bétard, 2017).

4Cette approche de la nature abiotique relève de l’étude des processus physiques et de la dynamique des formes, et force plus ou moins l’application ; le regard est technique et s’inscrit dans les évolutions technologiques et numériques (télédétection, SIG, LiDAR, représentations 3D/4D, etc.). Les applications peuvent aussi se décliner sous forme ludique et didactique dont les racines s’inscrivent souvent dans des représentations artistiques associées à la découverte, au XIXe siècle, du rôle de l'érosion dans la morphogenèse (Nardy, 1982). Déjà, en 1788, J. Hutton peignait une situation de non-conformité géologique (Jedburgh, Écosse), marquant la naissance de la géomorphologie structurale ; coupes, perspectives et blocs diagrammes dessinés par E. De Martonne formèrent le regard et la pratique graphique des géographes ; dans le même temps, la publication illustrée de photographies des récits des explorations du major Powell dans le Grand Canyon (Powel’s diary, 1874) et les modelés dessinés par G.O. de La Noë et E. de Margerie (1888) insistent sur les processus d’érosion tout en vulgarisant les connaissances géoscientifiques ; enfin, la représentation cartographique de la topographie s’appuie sur l’invention de la perspective au XIVe siècle, puis du clair-obscur, et se traduit par l’estompage puis par les courbes de niveau (de Dainville, 1964).

5La diffusion d’informations géoscientifiques s’inspire mutuellement des découvertes respectives des arts et de la science. Ainsi, si la photographie « constitue un moyen précieux, strict et fiable qui permet de saisir visuellement (et non plus graphiquement) l’évolution d’un processus morphogène en figeant ses dynamiques à des instants précis » (Métailié, 1997), elle est aussi un des supports privilégiés pour l’illustration, l’analyse et la diffusion d’images de sites d’étude, parfois devenus des hauts-lieux de fréquentation touristique (cartes postales).

6Un grand nombre d’articles de ce numéro spécial font ainsi la part belle aux représentations scientifiques relevant de techniques de prise de vue très diversifiées (photographique, satellitaire) et de méthodes de représentations variées (cartes et schémas, bloc-diagrammes, stéréogrammes, modèles numériques de terrain, etc.). L’article de Bétard et Peulvast explore la géodiversité extraterrestre en convoquant les premières cartographies lunaires jusqu’aux images de télédétection satellitaire de Mars et Titan couplées aux vues d’artistes, ouvrant la voie à des applications de voyages géotouristiques virtuels. L’article de Giusti retrace la pensée géomorphologique de Grove Karl Gilbert à travers son étude des Henry Mountains, dont le mémoire publié en 1877 offre une remarquable illustration de la géodiversité, tant structurelle que fonctionnelle. Dans leur article sur les représentations de l’endokarst, Jaillet et al. emmènent le lecteur dans le monde souterrain des grottes et cavités, du premier croquis de J.-M. Chauvet sur la grotte éponyme aux représentations 3D contemporaines (laser- et photogrammétrie). Enfin, l’article de Le Cœur retrace chronologiquement les représentations de géomorphosites du Royaume-Uni et d’Irlande et souligne les interactions simultanées entre études scientifiques naturalistes et mise en tourisme pittoresque : dans les sites évoqués, les approches sont complémentaires et chacune a participé à la connaissance scientifique et à la (sur)fréquentation de certains de ces sites.

3. Géodiversité, arts et paysages

7Le deuxième axe mobilise une perception plus « relativiste ». Celle-ci émerge tout au long du XXe siècle où se développe une analyse culturelle des éléments associés à la géographie physique. Une géo-climatologie culturelle voit ainsi le jour avec, par exemple, les recherches de Le Roy Ladurie (2004, 2006, 2009), de Peyrusaubes (2009) et de Metzger et Tabeaud (2016) ; la géomorphologie culturelle s’inscrit dans les études géopatrimoniales, géohistoriques et paysagères (e.g., Panizza & Piacente, 2003 ; Portal, 2014 ; Bétard, 2017 ; Motte, 2017) où la géodiversité est captée par le regard des sciences humaines et sociales. Dans ce contexte, la nature abiotique constitue un composant de l’environnement perçu, utilisé et représenté par les sociétés (Gordon, 2012 ; Fort et André, 2014).

8La dimension culturelle est prédominante et la représentation picturale constitue un des outils majeurs pour appréhender l’évolution de la perception de cet environnement. Les composants de la géodiversité deviennent alors un motif de paysage étudié pour lui-même, d’abord dans la peinture : Schama (1999) et Laneyrie-Dagen (2008) montrent que le « roc », la « terre », le « sol » ou le « relief-architecture » sont des éléments incontournables dans la représentation picturale des paysages et qu’ils sont utilisés à des fins bien précises dans la composition des tableaux. L’approche paysagiste interroge la place du « socle » – naturel ou artificiel – dans le projet de paysage (Davodeau, 2008) et dans l’élaboration des parcs et jardins (Portal et Kerguillec, 2018) ; les grottes et les cavernes de J. Verne se transforment en décor de théâtre pour les visiteurs (Duval, 2007). Représenté par le dessin et la peinture, l’environnement abiotique l’est aussi au cinéma, à la télévision, dans la littérature (contes et légendes illustrés, littérature jeunesse, bandes-dessinées), la publicité, dans les catalogues de voyages, etc. Il contribue à la formation d’imaginaires géographiques, fictifs, parfois utopiques mais où il a un sens qui est spécifiquement questionné dans ce numéro (fig. 1).

Fig. 1 – Géodiversités artialisées.
Fig. 1 – Geodiversity and art.

Fig. 1 – Géodiversités artialisées.   Fig. 1 – Geodiversity and art.

A : Panneaux de l’exposition Habitants : à vos Monts d’Arrée (Écomusée de Monts d’Arrée), Bretagne, 2017. Cette exposition propose de retracer l’émergence de l’identité « montagnarde » du territoire à travers les travaux des géographes, des artistes et l’action des promoteurs touristiques au cours du XXe siècle. Elle donne aussi la parole aux habitants qui ont dessiné leur carte subjective des Monts d’Arrée ; B : Romain Rambaud, Assistes, pierres de dolérite, poignée, Exposition Réveille moi, Prix des Arts visuels de la ville de Nantes, Atelier Chateaubriand, Nantes, 2017.
A: Panels of the exhibition Inhabitants of the Monts d’Arrée: Get ready (Ecomuseum of the Monts d’Arrée), Brittany, 2017. This exhibition proposes to tell the emergence of the mountain identity of the territory through the works of geographers, artists and tourist promoters throughout the 20th century. It also gives voices to the inhabitants who have drawn their “subjective map” of the Monts d'Arrée; B: Romain Rambaud, Assistes, Dolerite stone, Handle, Exhibition “Wake me up”, Nantes city Visual art prize, Chateaubriand Studio, Nantes, 2017.

9À travers l’étude des peintures et gravures de la vallée de Chamonix et du massif du Mont-Blanc, l’article de Moutard rappelle l’importance des représentations picturales comme outil de connaissance des environnements géomorphologiques, en particulier quand ceux-ci tendent à évoluer rapidement, voire à disparaître : il s’agit ici de la métamorphose des paysages glaciaires en lien avec le changement climatique contemporain. Ces traces artistiques participent à la reconstitution des paysages passés sans lesquelles les informations géohistoriques seraient lacunaires. L’article de Hubert et al. mobilise les photographies via le support des cartes postales : l’étude montre comment, à travers la promotion publicitaire d’un événement olympique (JO de 1968), la représentation de la géodiversité peut être totalement biaisée, entre une géodiversité urbaine rendue invisible et un espace de montagne environnant surreprésenté, créant ainsi un « entre-deux » géographique que les auteurs proposent aujourd’hui de révéler. En s’intéressant à la bande-dessinée comme support iconographique, l’article de Portal dresse une typologie de la géodiversité dessinée et montre que si celle-ci participe à la mise en scène d’une vignette ou d’une planche, elle ne constitue pas qu’un décor et participe en tant qu’« agent » à la construction du récit. Enfin, l’article de Guyot s’intéresse aux liens entre art in situ, création contemporaine et géodiversité : il mobilise les créations artistiques mises en place dans les géoparcs, avant ou après leur labellisation, et montre qu’au-delà de leurs aspects visuels intégrés aux paysages, ces créations sont aussi des outils d’investissement et de promotion territoriaux, dont l’installation peut aussi poser question.

4. Synthèse et perspectives

4.1. L’accessibilité : voir, interpréter et révéler

10Chacune à leur façon, les contributions de ce numéro interrogent la notion d’accessibilité : problème de l’accès physique (en particulier dans le cas des géodiversités souterraine et extraterrestre) mais aussi – et surtout – à l’information scientifique. Celle-ci demande une interprétation scientifique qui explique ce qui est vu. Qui interprète – et représente – et donc rend accessible cette information ? À qui ces représentations sont-elles destinées ? Les iconographies scientifiques sont essentielles à la compréhension de la géodiversité et elles contribuent à la transmission des connaissances auprès d’un public plutôt averti (étudiants, scientifiques). Cependant, la présence d’œuvres d’art in situ, les créations artistiques en atelier et les réalisations littéraires (illustrations, bandes dessinées, etc.) ou cinématographiques, concernent un autre public : constitué des artistes eux-mêmes, des commanditaires des œuvres, des visiteurs, des spectateurs, des lecteurs, ce public accède à une géodiversité artialisée qui n’implique pas d’être scientifiquement interprétée. Dans ce contexte, comment relier la géodiversité représentée à ces différents publics ?

11En fonction de l’interprétation, les représentations de la géodiversité deviennent un média, un objet transitionnel qui relie l’interprète à ses publics, et dont les multiples supports permettent des valorisations scientifique et didactique. Autrement dit, cette géodiversité représentée constitue un trait d’union qui va révéler quelque chose qui n’est pas forcément perçu par le public (Cayla et al., 2012) : il peut s’agir d’informations scientifiques qui dévoilent une géodiversité physiquement inaccessible ou ignorée. Ces espaces méconnus créent finalement des interfaces de dialogues, à la fois entre géodiversité « naturelle » et géodiversité « culturelle » et entre les interprètes et les publics. Art et interprétation scientifique peuvent aussi se relier, la question du discours de l’interprète étant fondamentale, démontrant la complémentarité et la multiplicité des approches. L’importance des relations entre les sciences et les arts d’une part, et entre la construction des savoirs et leur transmission d’autre part, inscrivent la géodiversité représentée dans une historicité à multiples facettes.

4.2. L’historicité de la géodiversité : de la représentation aux patrimoines

12Ce numéro thématique renvoie à la connexion de la géodiversité avec l’histoire des sciences et l’histoire de l’art, à la fois dans leurs avancées connexes mais aussi dans les techniques des représentations. La progression conjointe entre science et techniques dans la connaissance de la géodiversité permet une meilleure observation, une plus grande précision dans les représentations, et une interprétation qui évolue, s’approchant – peut-être – d’une « vérité scientifique ». Toutes ces techniques de représentations de la géodiversité, iconographiques et plastiques, s’inscrivent dans les histoires de la conquête spatiale, de la littérature, des arts et des technologies, les représentations produites s’inscrivant dans leurs époques respectives. Dans un certain nombre de cas, ces créations constituent aussi des témoins d’histoires environnementales présentes et passées dont les archives se trouvent dans les musées et qui permettent de reconstituer les trajectoires patrimoniales et paysagères (Portal, 2014 ; Motte, 2018).

13Dans ce cadre, de telles représentations iconographiques appartiennent au patrimoine scientifique. Elles relèvent alors d’une approche géohistorique qui revient à « montrer les permanences, l’inertie ou les trajectoires imposées par des configurations spatiales, d’en faire un récit, bref, d’en montrer le sens dont le temps actuel est le terme » (Jacob, 2009, p. 211). Dans le contexte d’environnements dynamiques, les différentes iconographies constituent des documents qui permettent de retrouver les marques d’éléments disparus, reconstituant une géohistoire des paysages (i.e. les glaciers, les formes fluviales et littorales). La problématique est la même lorsqu’il s’agit d’œuvres artistiques dont les créations sont éphémères ou peuvent le devenir. Dans les deux cas, il s’agit finalement de conserver des traces de ce qui a existé, à la fois pour la reconstitution d’environnements passés et pour la transmission de ces images qui acquièrent la dimension patrimoniale de l’œuvre d’art. Pourtant, art, sciences et géodiversité n’ont pas toujours fait bon ménage : « dans les années 1850-1860, le soi scientifique était perçu comme diamétralement opposé au moi artistique, et les images scientifiques étaient opposées aux images artistiques » (Daston et Galison, 2012, p. 49). L’historicité de la géodiversité n’est pas que matérielle ou concrète : elle possède aussi une dimension symbolique, relevant de l’imaginaire et de l’émotion de ceux qui regardent, interprètent et ressentent.

4.3. La question de l’objectivité

14La géodiversité ne possède pas qu’un seul sens matériel : elle possède également un sens représenté qui raconte une histoire, symbolique, esthétique et relevant de l’imaginaire. Elle semble pour cela s’opposer à l’objectivité scientifique dont le sens s’est construit selon des « vérités d’après nature » qui mettent en évidence des formes au nom du jugement exercé et qui procèdent d’une interprétation, concourant à la fabrique d’image (Daston et Galison, 2012, p. 422). Les manières de voir scientifiques sont le point de rencontre entre le corps et l’esprit, la pédagogie et la recherche (ibid., p. 423). La question de la vraisemblance par rapport à ce qui est vu, à la fois pour le scientifique et pour la dimension phénoménologique, se repose ici en termes d’interprétation. D’une part, les images produites ne changent pas mais leur interprétation peut varier en fonction des découvertes scientifiques et technologiques et de l’évolution des schèmes esthétiques. D’autre part, cette interprétation va dépendre de la personne qui décrypte l’image : la « grille de lecture » et les échelles d’analyse sont alors différentes pour les images et œuvres, réalisées par des scientifiques et/ou des artistes.

15Comme l’indiquent Regnault et Lefort (2015, p. 8), « l’enjeu porte donc sur le connaître et sur le sentir, avec une notion de plaisir liée à l’image en tant qu’objet graphique et pas seulement à la révélation de l’Idée ». L’iconographie est finalement composée de modèles graphiques proches de la représentation d’une réalité scientifique, « celle-ci même qui intériorise l’attitude scientifique dans l’esprit, le corps, la pratique de terrain des [géoscientifiques] » (ibid.). Dans tous les cas, le « double-symbolique » n’est pas objectif mais les productions scientifiques ne le sont pas non plus (cf. la « subobjectivité » de Daston et Galison, 2012). Ainsi, en prenant en compte les différents regards qui sont posés sur un élément abiotique, une possibilité infinie d’interprétations s’offre et elle concerne potentiellement un grand nombre d’acteurs. Le dialogue de l’art vers la science (scientisation) – tout comme les sciences se tournent vers l’interprétation artistique – questionne la limite du champ d’investigation scientifique de la géodiversité et devient alors un enjeu épistémique.

4.4. Les limites de la géodiversité

16Dans l’immense corpus artistique de la géodiversité représentée, où s’arrête-t-on ? Autrement dit, à partir de quel moment sommes-nous sortis du champ épistémique de la géodiversité ? Finalement, ce questionnement revient à se demander si la géodiversité est un objet d’étude uniquement académique relevant des géosciences. L’imbrication des deux aspects (art et sciences) rend les limites mouvantes, ces limites n’étant pas toujours les mêmes pour tout le monde. Un basculement s’opère alors : il ne s’agit plus de questionner l’interprétation d’une géodiversité existante mais l’origine de la géodiversité :

  • La géodiversité est « naturelle » : elle existe sans intervention humaine (définition conventionnelle de la géodiversité : Gray, 2013).

  • La géodiversité est artificielle : elle dépend des activités humaines. Les sociétés sont alors des agents d’érosion : formes d’extraction (mines, carrières), d’aménagement (polders) mais aussi d’agrément (parcs et jardins), artistiques (land art, art in situ), archéologiques et historiques (mottes castrales, cratères d’obus, etc.) structurent l’espace et créent des paysages (Goudie et Viles, 2016). Les matériaux issus des dépôts artificiels (i.e. remblais) constituent des couches géologiques anthropiques, inscrivant la géodiversité artificielle dans les débats sur l’Anthropocène (Portal, 2018).

  • La géodiversité est artialisée (Roger, 1997) lorsqu’elle est représentée (dessinée, photographiée, peinte, etc.), qu’elle résulte d’une étude scientifique ou d’un processus de création artistique (i.e. décors de films, de théâtre), et pouvant parfois constituer l’œuvre elle-même. L’artiste peut utiliser des matériaux « naturels » (de l’art pariétal paléolithique à l’art contemporain in situ) ou mobiliser d’autres ressources (matériaux artificiels, ressources numériques). Dans ce contexte, les œuvres créées par les artistes sont-elles des formes « géo(morpholo)giques » qui peuvent être étudiées en tant qu’éléments constitutifs de la géodiversité ?

17Comme l’écrivent Blanc et Regnault (2015), « le géographe comme le plasticien sont un peu des travailleurs manuels qui affinent leur compétence au fur et à mesure qu’ils travaillent, qui augmentent leur dextérité au cours de l’expérience terrain » (p. 101). Leurs créations s’insèrent dans un système d’échange entre les travaux scientifiques et les connaissances du public où les représentations iconographiques et artistiques peuvent être un média de fiction telles que pourraient l’être, par exemple, des cartes sensibles. La géodiversité est donc un mélange de réalité scientifiquement objectivée et d’éléments fictifs dont les représentations ont une valeur, qu’elles soient produites à partir du réel ou partiellement ou totalement inventées ou créées. Dans tous les cas, cette nature abiotique est diverse et sous ses multiples formes, chaque géodiversité possède son « double » représenté et perçu.

5. Conclusion

18La plupart des contributions qui composent ce numéro sont qualifiées par leurs auteurs d’« exploratoires ». La géodiversité représentée est un nouveau champ de recherche, à l’interface entre investigations scientifiques et pratiques artistiques. Les quatre pistes de réflexion que nous ont suggérées les différents articles (accessibilité, historicité, objectivité, limites ; fig. 2) ne sont pas exclusives et méritent d’autres développements que le lecteur formalisera lors de la découverte des différentes contributions. Ce numéro thématique traite d’art et de géodiversité : au triptyque de Berdoulay et al. (2015) « montrer, schématiser, contempler », chaque contribution y ajoute « imaginer », dépassant ainsi l’image et ouvrant la voie aux imaginaires géographiques. À la manière de Ingold (2017), il s’agit aussi de considérer l’œuvre d’art comme le résultat d’une recherche plutôt que comme un sujet d’étude. Les recherches développées ici montrent que les deux semblent possibles : la géodiversité est à la fois un sujet et un objet pluriel, polymorphe, autant dans ses entités réelles que dans ses représentations.

Fig. 2 – La géodiversité représentée : synthèse et perspectives de recherche.
Fig. 2 – Representing geodiversity: synthesis and research perspectives.

Fig. 2 – La géodiversité représentée : synthèse et perspectives de recherche.   Fig. 2 – Representing geodiversity: synthesis and research perspectives.
Haut de page

Bibliographie

Berdoulay V., Da Costa Gomes P.C., Maudet J.‑B. (2015) – L’image dans l’écriture géographique : enjeux épistémologiques et valeur heuristique. Géographie et cultures, 93‑94, 153‑173.
DOI : 10.4000/gc.3938

Berdoulay V., Saule-Sorbé H. (1999) – Franz Schrader face à Gavarnie, ou le géographie peintre de paysage. Mappemonde, 3, 33‑37.

Bétard F. (2017) – Géodiversité, biodiversité et patrimoines environnementaux. De la connaissance à la conservation et à la valorisation. Mémoire d'Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris-Diderot, 2 volumes, 270 p. et 316 p.

Blanc N., Regnauld H. (2015) – La géographie peut-elle être un art plastique comme un autre ? L'Information géographique, 79 (4), 97‑109.
DOI : 10.3917/lig.794.0097

Broc N., Giusti C. (2007) – Autour du Traité de Géographie physique d’Emmanuel de Martonne : du vocabulaire géographique aux théories en géomorphologie. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 2, 125‑144.
DOI : 10.4000/geomorphologie.921

Cayla N., Hobléa F., Biot V., Delamette M., Guyomard A. (2012) – De l’invisibilité des géomorphosites à la révélation géopatrimoniale. Géocarrefour, 87 (3-4), 171‑186.
DOI : 10.4000/geocarrefour.8817

Dainville F. de. (1964) – Le langage des géographes : termes, signes, couleurs des cartes anciennes, 1500‑1800. A. & J. Picard, Paris, 384 p.

Daston L., Galison P. (2012) – Objectivité. Les presses du réel, Paris, 576 p.

Davodeau H. (2008) – Le socle, matériau du projet de paysage. L’usage de la géographie par les étudiants de l’École du paysage de Versailles. Projet de paysage, 9 p. [en ligne] : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/le_socle_materiau_du_projet_de_paysage

De Matos-Machado R. (2018) – Paysages de guerre et LiDAR : de la caractérisation des polémoformes à la conservation des patrimoines naturel et culturel de la forêt domaniale de Verdun (Meuse, France). Thèse de doctorat, Université Paris-Diderot, 590 p.

Duval M. (2007) – Dynamiques spatiales et enjeux territoriaux des processus de patrimonialisation et de développement touristique. Étude comparée des gorges de l’Ardèche et du karst Slovène. Thèse de doctorat, Université de Savoie, 516 p.

Fort M., André M.-F. (2014) – Landscapes and Landforms of France. World Geomorphological Landscapes. Springer, Dordrecht, 274 p.

Giusti C. (2014) – Deux dimensions du beau en géomorphologie. Essai sur le critère esthétique dans les sciences du relief. L'Information géographique, 78 (3), 80‑102.
DOI : 10.3917/lig.783.0080

Gordon J.E. (2012) – Rediscovering a Sense of Wonder: Geoheritage, Geotourism and Cultural Landscape Experiences. Geoheritage, 4, 67‑77.
DOI : 10.3390/geosciences8040136

Goudie A.S., Viles H. (2016) – Geomorphology in the Anthropocene. Cambridge University Press, 380 p.
DOI : 10.1017/CBO9781316498910

Gray M. (2013) – Geodiversity: Valuing and Conserving Abiotic Nature. 2nd Edition. John Wiley & Sons Ltd, Chichester, 508 p.

Grossmann R. (2018) – Penser le territoire, sculpter le paysage. Robert Smithson, les Nonsites au regard des géosciences : un modèle pour les échanges entre Arts et Sciences en résonance avec les démarches de Guiseppe Penon et Olafur Elisasson. Thèse de doctorat, EHESS, PSL, 848 p.

Ingold T. (2017) – Faire. Anthropologie, archéologie, art et architecture. Editions Dehors, Bellevaux, 320 p.

Jacob-Rousseau N. (2009) – Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit. Géocarrefour, 84 (4), 211‑216. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/7598

Laneyrie-Dagen N. (2008) – L’invention de la nature. Flammarion, Paris, 256 p.

La Noë G.O. de., Margerie E. de. (1888) – Les formes du terrain. Imprimerie Nationale, Paris, 2 vol., 205 p.

Le Roy Ladurie E. (2004, 2006, 2009) – Histoire humaine et comparée du climat. 3 tomes, Fayard, Paris, 740 p., 611 p. et 460 p.

Lussault M. (2003) – L’espace avec les images. In Debardieux B., Lardon S. (Ed.), Les figures du projet territorial, Éditions de l’Aube, Paris, 39‑59.

Métailié J.-P. (1997) – Le photo-géographe et l’histoire des paysages. In Mollie-Stefulesco C., Quesney D. (dir.), Séquences Paysages, Revue de l’Observatoire photographique des paysages, Ministère de l’Environnement, Ed. Hazan, Paris, 91‑95.

Metzger A., Tabeaud M. (2016) – Une géoclimatologie culturelle. Comparaison entre les paysages peints des Hollandais et des Espagnols aux “Siècle d’or”. Géographie et cultures, 93‑94, 175‑188.
DOI : 10.4000/gc.3943

Motte E. (2017) – Iconographie et géomorphologie : usages et représentations artistiques des rivages comme outil de connaissance de l’évolution du littoral. Thèse de doctorat, Université Rennes 2, 434 p.

Nardy J.-P. (1982) – Réflexions sur l’évolution historique de la perception géographique du relief terrestre. L’Espace géographique, 11 (3), 224‑232.
DOI : 10.3406/spgeo.1982.3761

Panizza M., Piacente S. (2003) – Geomorfologia culturale. Pitagora ed., Bologne, 350 p.

Peyrusaubes D. (2009) – Gradient, savoirs et mémoire : le changement observé et perçu dans la climatologie de l’Imerina centre-oriental (Madagascar). In Tabeaud M. (Ed.), Le changement en environnement. Publications de la Sorbonne, Paris, 55‑56.

Portal C. (2014) – Appréhender le patrimoine géomorphologique. Approche géohistorique de la patrimonialité des reliefs par les documents d’archives. L’exemple du Parc National de Killarney (Kerry, Irlande). Géomorphologie, relief, processus, environnement, 20 (1), 15‑26.
DOI : 10.4000/geomorphologie.10464

Portal C. (2018) – Geodiversity and Anthropocene Landscapes: New Perceptions and Aesthetic Renewal of Some European “Coalscapes”. Environment, Space, Place, 10 (1), 89‑110.

Portal C., R. Kerguillec. (2018) – The Shape of a City: Geomorphological Landscapes, Abiotic Urban Environment, and Geoheritage in the Western World: the Example of Parks and Gardens. Geoheritage, 10 (1), 67‑78.
DOI : 10.1007/s12371-017-0220-9

Robic M-C. (dir.) (2006) – Couvrir le monde. Un grand XXe siècle de géographie française. ADPF, Paris, 232 p.

Robin M. (2002) – Télédétection. Des satellites aux SIG. Une analyse complète du processus de création d’un type essentiel d’information géographique. Nathan, Paris, 128 p.

Roger A. (1997) – Court traité du paysage. Gallimard, Paris, 199 p.

Schama S. (1999) – Le paysage et la mémoire. Seuil, Paris, 722 p.

Sellier D., Stephant N. (2017) – Applications de la métrologie submicrométrique à la caractérisation exoscopique des processus de l'érosion des quartz et des quartzites. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 23 (1), 58‑81.
DOI : 10.4000/geomorphologie.11660

Trouillard J.-M., Robida F. (2007) – Terre virtuelle : les systèmes d’information géoscientifique. Géosciences, 6, BRGM, Orléans, 124 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Géodiversités artialisées. Fig. 1 – Geodiversity and art.
Légende A : Panneaux de l’exposition Habitants : à vos Monts d’Arrée (Écomusée de Monts d’Arrée), Bretagne, 2017. Cette exposition propose de retracer l’émergence de l’identité « montagnarde » du territoire à travers les travaux des géographes, des artistes et l’action des promoteurs touristiques au cours du XXe siècle. Elle donne aussi la parole aux habitants qui ont dessiné leur carte subjective des Monts d’Arrée ; B : Romain Rambaud, Assistes, pierres de dolérite, poignée, Exposition Réveille moi, Prix des Arts visuels de la ville de Nantes, Atelier Chateaubriand, Nantes, 2017. A: Panels of the exhibition Inhabitants of the Monts d’Arrée: Get ready (Ecomuseum of the Monts d’Arrée), Brittany, 2017. This exhibition proposes to tell the emergence of the mountain identity of the territory through the works of geographers, artists and tourist promoters throughout the 20th century. It also gives voices to the inhabitants who have drawn their “subjective map” of the Monts d'Arrée; B: Romain Rambaud, Assistes, Dolerite stone, Handle, Exhibition “Wake me up”, Nantes city Visual art prize, Chateaubriand Studio, Nantes, 2017.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – La géodiversité représentée : synthèse et perspectives de recherche. Fig. 2 – Representing geodiversity: synthesis and research perspectives.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13482/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Portal et François Bétard, « La géodiversité représentée. Entre art, sciences et imaginaires géographiques.
Une introduction », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 25 - n° 3 | 2019, 141-149.

Référence électronique

Claire Portal et François Bétard, « La géodiversité représentée. Entre art, sciences et imaginaires géographiques.
Une introduction », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 25 - n° 3 | 2019, mis en ligne le 06 décembre 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/13482

Haut de page

Auteurs

Claire Portal

Université de Poitiers, Laboratoire Ruralités, EA 2252 – MSHS bât A5, 5 rue Théodore Lefebvre - TSA 81118, 86073 Poitiers Cedex 9, France (claire.portal@univ-poitiers.fr). Tél : +33 (0)5 49 45 46 72.

Articles du même auteur

François Bétard

Université de Paris, UMR 8586 PRODIG – case courrier 7001, 75013 Paris, France (francois.betard@univ-paris-diderot.fr).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals