Navigation – Plan du site

Géomorphosites, paysages géomorphologiques et représentations iconographiques : quelques exemples au Royaume-Uni et en Irlande

Geomorphosites and the iconographic representations of scenic landscapes: some examples in United Kingdom and Ireland
Charles Le Cœur
p. 207-220

Résumés

Nombre de grands géomorphosites des îles britanniques ont été révélés au cours du XVIIIe siècle par des voyageurs naturalistes curieux de grands paysages. L’engouement pour ces points de vue « sublimes » a attiré les touristes de la bonne société recherchant la trace de récits mythologiques et des émotions romantiques. Les récits ou les poèmes, les peintures ont initié ce mouvement, suscitant un premier développement touristique parmi les élites britanniques. Les scientifiques ont accompagné ce mouvement pour répondre aux interrogations naturalistes. Leurs observations de terrain au cours du XIXe siècle ont permis de construire des modèles explicatifs qui ont fait progresser les connaissances générales. Ces travaux s’illustrent par des cartes détaillées et des schémas dépourvus de toute fantaisie qui présentent les roches dans leur agencement structural et les formes associées. La place des modelés quaternaires est bien présente. Le développement de la photographie puis du film a fait de ces sites géomorphologiques un produit d’appel pour le tourisme de masse développé à partir de la fin du XXe siècle. La photographie propose des images assez réalistes tandis que les décors naturels du cinéma exploitent les éléments fantastiques des paysages, nourrissant leur récit d’une vision romantique retrouvée. Le déroulement de ces images animées, qui attire nombre de visiteurs, est bien loin des explications naturalistes mises en place dans le cadre des géoparcs.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 30 juin 2019, reçu sous sa forme révisée le 25 octobre 2019, définitivement accepté le 6 novembre 2019.

Texte intégral

L’auteur souhaite remercier les deux évaluateurs pour leurs relectures efficaces et leurs propositions.

1. Introduction

1L’attractivité des paysages géomorphologiques relève d’une vision culturaliste de la nature dont les représentations iconographiques ont été l’un des principaux moteurs. Certaines images fortes se sont ainsi imposées par des récits ou des tableaux largement diffusés. Elles ont souvent été renforcées par des explications naturalistes, qui n’étaient pas exemptes de débats scientifiques. Ainsi, par leur aspect spectaculaire, par leur intérêt caractéristique, par leur association éventuelle à un patrimoine culturel fort, ces lieux remarquables sont devenus des sites de référence à valoriser comme géomorphosites, suivant la définition proposée par Panizza (2001).

2C’est pourquoi, au-delà de l’évolution géomorphologique même qui les a façonnés, les « grands géomorphosites » ont une histoire, celle de leur découverte puis de leur valorisation dans les imaginaires comme dans l’aménagement touristique. Ces lieux ont aussi parfois contribué à l’histoire des concepts scientifiques comme des formes-types ou des exemples de variantes. La construction d’un savoir scientifique a mis en valeur quelques sites remarquables qui ont pu prendre valeur d’exemples. Ainsi les « pains de sucre » de Rio de Janeiro sont-ils devenus des stéréotypes par-delà leur singularité ; en France, les cônes volcaniques de la chaîne des Puys offrent l’image de volcans simples plus placides que le Vésuve ou l’Etna ; la Mer de Glace ou le glacier d’Aletsch sont devenus des modèles classiques de langues glaciaires des vallées alpines. Ainsi l’attirance pour les grands paysages s’inscrit dans une histoire complexe qui implique une valorisation artistique tant par des œuvres d’art que par des textes remarquables, qui viennent en relai des explications proposées par les scientifiques.

3Dans ce contexte, nombre de grands sites de République d’Irlande et du Royaume-Uni expriment des dispositifs géomorphologiques originaux façonnés par une évolution à long terme, mais aussi par les séquences froides quaternaires. Ils ont attiré voyageurs et artistes depuis deux siècles et demi, dont les productions littéraires et iconographiques ont construit un patrimoine d’une grande richesse. Ces paysages répondent donc à la double analyse proposée par Reynard (2005) : les approches des naturalistes élaborent l’explication scientifique et celles des artistes ajoutent l’émotion esthétique, simultanément ou distinctement, construisant un cadre d’analyse exemplaire pour de nombreux géomorphosites. L’objectif de cet article est d’analyser l’avènement de quelques géomorphosites majeurs, replacés dans l’histoire de l’art –avec l’émergence du site panoramique / scenic area/view– et celle des sciences. Le processus de patrimonialisation s’inscrit dans une histoire entrecroisée entremêlant des échanges entre les travaux des scientifiques, les représentations artistiques et les connaissances d’un public nombreux. Nous prendrons des exemples principalement en Écosse et en Irlande (fig. 1) où la curiosité romantique a accompagné le déploiement des recherches en géologie depuis plus de deux siècles, et où l’attrait pour les grands paysages côtiers ou pour les montagnes couvertes de landes a fait naître un tourisme de nature soucieux de préservation.

Fig. 1 – Localisation des grands sites géomorphologiques présentés dans l’article.
Fig. 1 – Location map of some major geomorphosites presented in the paper.

Fig. 1 – Localisation des grands sites géomorphologiques présentés dans l’article.   Fig. 1 – Location map of some major geomorphosites presented in the paper.

Fond de carte du Royaume-Uni (Angleterre, Galles, Ecosse, Irlande du Nord) et de la République d’Irlande avec noms en français dressée par le géographe Alexandre Vuillemin en 1843, Creative Commons CC-BY.
Base map of the United Kingdom (England, Wales, Scotland, Northern Ireland) and of the Republic of Ireland, with french names, mapping by geographer Alexandre Vuillemin in 1843, Creative Commons CC-BY.

2. Curiosités naturalistes et fascinations artistiques du XVIIe au XIXe siècle : émergence et reconnaissance de géomorphosites emblématiques

4Si l’entrée du paysage dans la peinture doit être placée à la fin du XVe siècle en Occident, ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle que la représentation des sites a pris une double dimension à la fois naturaliste et culturelle.

2.1. Du paysage au site, de la gravure à la carte postale : l’apparition des premières scenic views

5L’attrait pour des grands panoramas n’était probablement pas associé au souci de comprendre le paysage pour les hommes du Moyen-Âge. Ainsi le poète Pétrarque qui réalise l’ascension du Mont Ventoux en avril 1335, se félicite de son exploit qui le place au-dessus du monde dans une élévation de son âme qui retrouve les phrases de Saint Augustin : « Et les hommes vont admirer les cimes des monts, les vagues de la mer, le vaste cours des fleuves, le circuit de l’Océan et le mouvement des astres et ils s’oublient eux-mêmes » (Pétrarque, 1335). Deux siècles plus tard, Montaigne traversant les Alpes de Innsbruck à Trente, se plaint de la difficulté du chemin sans manifester de curiosité pour les montagnes qui l’entourent.

6À partir du milieu du XVIIe siècle, les recherches des naturalistes s’inscrivent dans la problématique de la forme de la terre, de sa mesure, des grandes répartitions zonales et de l’origine des roches progressivement identifiées, d’où le passage du cabinet du savant au terrain d’observation. Les voyages constituent désormais un élément essentiel de collecte des données, les expéditions maritimes permettant de parcourir de grandes distances et de découvrir de nouvelles côtes. Le rivage, avec ses falaises qui offrent de grandes coupes, ne constitue plus un « territoire du vide » selon Corbin (1990), mais un lieu d’analyse scientifique souvent spectaculaire, et un espace de villégiature de plus en plus apprécié. Ce goût romantique pour les paysages grandioses a suscité le développement d’un tourisme d’élite développant une « esthétique du sublime » telle que Edmund Burke la théorise dès 1757. Stimulés par les récits ou les poèmes, les peintres ont accompagné ce mouvement, par leurs aquarelles réalisées sur le motif ou par des compostions peintes et diffusées ensuite par de séries d’estampes célébrant les curiosités de la nature. De grands tableaux montrant des perspectives larges, animées de personnages ont restitué cette fascination pour les lieux spectaculaires. Toutefois, l’école anglaise du panorama (inventé par Robert Barker en 1792) n’a guère participé, dans un premier temps, à l’engouement pour les vastes paysages naturels au XIXe siècle : ce sont principalement des perspectives urbaines, des marines et des scènes de bataille qui ont été figurées sur les grands supports cylindriques plaçant le spectateur au centre. Les peintres de paysages ont préféré des formats plus modestes permettant une reproduction par gravures. En effet, le développement de la presse écrite illustrée dans la seconde moitié du XIXe siècle a renforcé cet attrait par un public plus large, relayé au début du XXe siècle par les innombrables cartes postales représentant les lieux visités.

2.2. La Chaussée des Géants et l’île de Staffa : des falaises basaltiques scientifiquement sublimes !

7Deux exemples de falaises basaltiques montrent le passage du lieu d’intérêt scientifique au site spectaculaire suscitant la curiosité d’un public averti.

8La Chaussée des Géants, sur la côte nord de l’Antrim, en Irlande du Nord, a été « découverte » dans les années 1690 par Richard Bulckeley qui a publié un article dans la revue de la Royal Society de Londres. Ce texte a attiré sur ce site au XVIIIe siècle les voyageurs anglais effectuant leur tour d’Irlande (Dubois, 2015). Une gravure de Suzan Dury réalisée en 1743 représente les grands prismes de basalte en escalier vers la mer dominant de petits personnages admiratifs (fig. 2A). Cette image a été largement diffusée à travers l’Europe des Lumières. Elle a éclairé la figure de ce paysage somptueux, au point que l’Encyclopédie de Diderot a repris la description et la gravure du « Pavé des Géants » dans la rubrique minéralogie. À ce moment, la querelle des neptunistes et plutonistes s’illustre dans ces coulées de lave surmontant les séries de craie qui forment les falaises du Nord-Est du plateau de l’Antrim.

9L’imaginaire romantique y a replacé des légendes celtiques autour de héros mythiques. Le succès de ce site dès la fin du XIXe siècle a fait naître la petite station voisine de Portrush desservie par une voie ferrée à partir de 1855. L’afflux des visiteurs sur des terres appartenant à la famille du comte d’Antrim (et concédées comme carrières) a entraîné un conflit, réglé par un jugement du tribunal de Dublin en 1897 autorisant l’accès au rivage et aux falaises (Montgomery, 1980). Plus tard, dans la seconde moitié du XXe siècle, le développement touristique a induit l’aménagement de parcours le long des falaises entre les coulées sombres de lave et les horizons interbasaltiques rouges (fig. 2B), mais aussi des équipements d’accueil et de vastes parkings. Un classement par l’UNESCO en 1986 au titre du patrimoine mondial de l’humanité, puis l’instauration d’une réserve naturelle en 1987 guident la gestion par le National Trust d’Irlande du Nord, en partie submergé par le flot de touristes.

Fig. 2 – La Chaussée des Géants (Irlande du Nord).
Fig. 2 – The Giant Causeway (Northern Ireland).

Fig. 2 – La Chaussée des Géants (Irlande du Nord).   Fig. 2 – The Giant Causeway (Northern Ireland).

A : Gravure réalisée par François Vivares à partir d’un tableau de Suzan Dury de 1743 (Ulster Museum, Belfast). Cette image a attiré les visiteurs curieux de toute l’Europe des Lumières. B : Vue sur les puissantes falaises de basalte dominant la mer de Malin. Les coulées prismées sont séparées par plusieurs lits interbasaltiques rouges. L’érosion marine a débité la roche suivant les fissures des prismes dégageant un platier assez large devant les saillants de la côte. Crédit image © Cian Murphy-Myrealireland.com, août 2018.
A: Engraving made by François Vivares from a previous Suzan Dury’s painting of 1743 (Ulster Museum, Belfast), an attractive scenery for visitors during the Age of Enlightenment. B: View on the indented cliffs cutting two series of prismatic lava flows and red interbasaltic beds. Marine erosion has removed pieces of rock following the basalt prisms producing a large wave cut platform in front of the rocky coast. Image credit © Cian Murphy-Myrealireland.com, aout 2018.

10Le site de l’île de Staffa, dans l’archipel des Hébrides internes, en Écosse, est de même nature : des falaises de basalte battues par les vagues, encadrant une grotte marine (fig. 3A). La Grotte de Fingal a retenu l’attention du naturaliste Joseph Banks (le principal botaniste du Kew Royal Botanic Gardens), au cours d’une navigation vers l’Islande en 1772, et lui a donné un grand retentissement auprès de la Royal Society. Cependant, le site est resté inconnu des aristocrates locaux. Ainsi, lors de son voyage dans les Hébrides, l’écrivain et critique littéraire Samuel Johnson (1773) déplore leur manque de curiosité scientifique : « Quand on fit reproche aux îliens de leur méconnaissance ou de leur mépris des merveilles de Staffa, ils ne surent que répondre. La vérité est que, les ayant toujours sous les yeux, ils ne leur avaient jamais prêté une grande attention. Les hommes de science mis à part – et encore pas toujours – on n’est jamais frappé par le merveilleux, s’il est en même temps familier… ».

11Puis ce lieu a été pris comme décor d’un poème celtisant de James Macpherson qui met en scène le héros Finn Mac Cool (également géant mythique de la Chaussée des Géants). Au-delà de la controverse sur l’authenticité des poèmes, cet îlot a suscité un véritable engouement des romantiques. Son image est marquée à la fois par une toile de J.M.W. Turner, par les poèmes de John Keats ou de William Wordsworth et résonne dans l’œuvre symphonique de Félix Mendelssohn. Après The Lord of the Isles, ode épique de Walter Scott, les poètes romantiques anglais ont enchanté cette petite île par l’évocation du bruit du ressac sur cette cavité obscure dominée par les orgues de pierre. Une visite de la reine Victoria en 1847 a largement élargi la notoriété du site (fig. 3B).

12Plus tard, Jules Verne qui y place le dénouement du Rayon Vert (1882), reprend une petite description du dispositif structural analysé par les géologues, mais assortie des échos de tempête sur les plateformes de prismes basaltiques (fig. 3C). Car les écrivains britanniques, comme les peintres, n’ont guère intégré les analyses des géologues distinguant deux coulées prismées séparées par des lits de tuf rongés par l’érosion. Les séries volcaniques tertiaires de Mull et des îles voisines ont fait l’objet, quelques décennies plus tard, d’un mémoire de synthèse du Geological Survey (Bailey et al., 1925). Désormais, Staffa est une destination prisée des touristes qui viennent admirer la symphonie des orgues basaltiques, mais aussi découvrir les colonies d’oiseaux de mer après une belle navigation. Cette île est préservée à la fois par les difficultés d’accès par la mer et par une gestion en réserve naturelle depuis 2001 par le National Trust, Scotland.

13Au XIXe siècle, l’imaginaire romantique suscite l’attirance de touristes aisés et cultivés, fascinés par « l’esthétique du sublime », vers de nombreux sites spectaculaires des îles britanniques.

Fig. 3 – La grotte de Fingal sur l’île de Staffa.
Fig. 3 – Fingal’s Cave, on Staffa island.

Fig. 3 – La grotte de Fingal sur l’île de Staffa.   Fig. 3 – Fingal’s Cave, on Staffa island.

A : Vue actuelle sur la falaise taillée dans des orgues basaltiques et précédée par une chaussée de prismes tranchés par les vagues de la mer des Hébrides. Le toit de la grotte correspond à un lit de brèches volcaniques, elles-mêmes surmontées par une coulée de basalte plus récente. Photo : Cl. Le Cœur, 2018. B : La visite royale de la grotte de Fingal en 1847 : une entrée très médiatisée de l’île de Staffa dans la presse britannique, reprise par une gravure de W.B. Wollen (illustration tirée de The Life and Times of Queen Victoria, by Robert Wilson, 1900, p.318). C : Première de couverture du roman de Jules Verne, Le Rayon Vert (1882), réalisée par L. Benett. Source : archive BnF, gallica.bnf.fr.
A: Current view on the marine cave notched into basalt columns, with a thick conglomerate roof surmounted by more recent basaltic flow. In front of the cliff, a wave-cut platform intersecting the prismatic structures fringes the sea of the Hebrides. Photo: Cl. Le Cœur, 2018. B: The royal tour of Queen Victoria in Fingal’s Cave in 1847: a high-profile entry on the Staffa Island in the British press, reproduced by an engraving by W.B. Wollen (illustration from “The Life and Times of Queen Victoria”, by Robert Wilson, 1900, p.317). C: Frontpage of Jules Vernes’ novel “The Green Ray” showing rough a sea against Fingal’s Cave, drawing by L. Benett, 1882. Source: BnF archive, gallica.bnf.fr.

2.3. Admirer le paysage : premiers itinéraires panoramiques en Irlande et en Angleterre

14En Irlande sont construits des équipements d’accueil permettant la contemplation des sites, comme la tour de O’Brien, édifiée en 1835 au sommet des Cliffs of Moher pour admirer le panorama. Ces hautes falaises verticales, taillées dans le calcaire massif du comté de Clare, font partie du Burren and Cliffs of Moher Geopark depuis 2011. On retiendra aussi l’aménagement d’un point d’observation sur les lacs glaciaires de Killarney, Ladies’view, destiné en 1861 à accueillir la Reine Victoria et sa suite. Et c’est autour de cette vallée et de ses lacs dans leur encadrement de montagnes de Vieux Grès Rouges qu’a été défini dès 1932 le premier Parc National irlandais, qui fait la part belle au patrimoine géomorphologique à toutes les échelles (Portal, 2014).

15En Angleterre, c’est surtout la région des lacs qui suscite l’admiration : montagne atlantique entaillée de vallées glaciaires où les grands lacs invitent à la promenade ou à la médiation romantique comme les vallons sauvages dominés par des parois de cirques. Les reflets du lac de Windermere ou de Ullswater retiennent les poètes comme W. Wordsworth, Samuel Coleridge ou encore Thomas de Quincey. Les peintres paysagistes comme J.M.W. Turner ou John Constable ont apporté une note tourmentée aux perspectives qui opposent de grands versants dans les schistes aux parois abruptes qui cernent les cirques dans les séries volcaniques et les granites (fig. 4). Depuis la fin du XVIIIe siècle, le Lake District fait l’objet d’un véritable aménagement paysager associant de grands parcs autour des belles demeures et un essaimage de cottages au pied des pentes qui conjuguent un canevas de prairies entourées de murets, des bois et des landes sur les hauteurs.

Fig. 4 – J.M.W. Turner : Crummock water, en regardant vers Buttermere, aquarelle (1797).
Fig. 4 – J.M.W. Turner romantic watercolour (1797) showing a scenery of Crummock water.

Fig. 4 – J.M.W. Turner : Crummock water, en regardant vers Buttermere, aquarelle (1797).   Fig. 4 – J.M.W. Turner romantic watercolour (1797) showing a scenery of Crummock water.

Une vue romantique par temps gris. Les deux lacs sont séparés par un bourrelet morainique. Ils sont dominés par les sommets de Red Pike, High Stile et High Crag et l’éperon de Honister Crag taillé dans les séries volcaniques de Borrowdale, au Nord-Ouest du Lake District. Source : Tate Gallery, Creative Commons CC-BY-NC-ND, © Tate, London, 2014.
A moraing ridge separating two lakes framed by dramatic slopes. The lakes are dominated by the peaks of Red Pike, High Stile and High Crag and the Honister Crag spur carved into the Borrowdale volcanic series, northwest of the Lake District. Source: Tate Gallery, Creative Commons CC-BY-NC-ND, © Tate, London, 2014

16L’attrait pour ces hauteurs rocheuses n’exclut pas le gout de l’aventure. Ainsi le poète S. Coleridge gravit-il pour la première fois en 1802 le sommet du Scafell Pike au-dessus du lac de Waste Water. Les observations de William Burkland (1840) et la visite de Louis Agassiz ont établi formellement le rôle des glaciers quaternaires dans les massifs du Nord-Ouest britannique. Les quaternaristes sont progressivement venus apporter des explications rigoureuses aux fascinations de la nature sauvage, aux cirques qui échancrent les crêtes, aux vallées surcreusées, occupées par des lacs distribués en système divergent comme les langues glaciaires qui les ont modelées. L’esthétique a été un point de départ pour la préservation des sites et de la constitution d’un National Park dès 1951. L’imprégnation de cet ensemble de grands paysages par les peintres a suscité la création de parcours de randonnée aux points de vue variés, et même l’aménagement d’un artist’seat devant le lac d’Ullswater qui marque le panorama de plusieurs peintres. C’est encore l’imaginaire plus que l’explication scientifique qui donne une valeur à ces sites qui ont parfois été intégrés aux terres du National Trust. En 2019, le Lake District National Park fait l’objet d’un classement au Patrimoine Mondial de l’humanité par l’UNESCO au titre de grand paysage culturel.

17Ainsi la trajectoire historique d’une partie des grands sites des îles britanniques commence-t-elle par la curiosité des premiers naturalistes qui découvrent un lieu suscitant les interrogations mais aussi l’admiration. Elle passe ensuite par l’engouement romantique qui attire la fréquentation des voyageurs éclairés et nourrit l’imaginaire à travers l’art ou la littérature. Puis l’intérêt scientifique s’approfondit à travers les études répétées depuis deux siècles sur la nature des roches, sur l’origine des formes ou sur la complexité de l’organisation des biotopes. Il s’est donc produit nombre d’interférences entre les approches naturalistes initiales, les engouements pour les paysages grandioses, les analyses thématiques précises et la construction de modèles explicatifs, qui ont largement précédés la valorisation de ces « grands sites » et leur mise en protection.

3. Théoriser et interpréter des savoirs scientifiques : l’exemple de deux « grands » géomorphosites écossais

18La démarche d’analyse scientifique s’est bien démarquée de l’enthousiasme des descriptions littéraires et de l’émotion des tableaux de paysage. Les naturalistes qui ont construit les savoirs se sont moins attachés à la singularité des hauts lieux qu’à leurs caractères structuraux. Néanmoins, l’attractivité des grands sites n’est pas étrangère à certains travaux pionniers. Les reconnaissances menées sur ces terrains spectaculaires ont progressivement permis de comprendre l’originalité du lieu à la lumière des déductions et des concepts qui s’y sont élaborés. L’image des grands panoramas spectaculaires se charge alors d’explications. Le champ du regard est plus resserré : il se précise sur des versants, sur des coupes ou des séquences topographiques et sur les caractères pétrographiques, il se vide des personnages qui l’animaient, le ciel perd ses nuages tourmentés. La perspective privilégie les objets qui apportent des éléments d’explication. L’esthétique des images fait alors abstraction de toute vision sentimentale, il s’agit de documents construits pour une lecture savante. L’Écosse offre de très beaux exemples de la construction de savoirs scientifiques et de lectures de grands paysages, mettant en évidence le poids des dispositifs structuraux dans le façonnement géomorphologique comme cela a été magistralement montré par A. Godard (1965). Les travaux des premiers géologues ont associé des interrogations sur l’origine et la disposition des roches à une observation méthodique des paysages et des formes de reliefs. Cela les a souvent conduits souvent à mettre au point des concepts nouveaux.

3.1. Le North West Highlands Geopark : géologie et paysages géomorphologiques de la Moine Thrust Zone

19Le premier exemple est celui du district d’Assynt, au Nord-Ouest de l’Écosse. Il est au cœur du North West Highlands Geopark (2004) qui valorise la diversité géologique et ses paysages grandioses et sauvages identifiable selon trois unités : (i) une basse plate-forme côtière de gneiss lewisiens aux formes raclées par les glaces quaternaires et découpée d’innombrables indentations marines ; (ii) de puissants inselbergs de grès torridoniens aux versants raides et dénudés ; (iii) un front montagneux dominé par les pentes d’éboulis de quartzites (Godard, 1965 ; Sellier, 2002) (fig. 5A). C’est un paysage rugueux, qui est resté peu accessible jusqu’à la construction de routes à la fin du XIXe siècle. C’est pourquoi les visiteurs ne se sont guère aventurés dans ces étendues sauvages, presque désertes et peuplées de paysans et de pêcheurs considérés comme frustes par les voyageurs. Les premiers relevés géologiques ont été calés sur une carte approximative par John Mc Culloch (1819) désignant pour la première fois les formations de gneiss lewisien et les grès anciens (torridoniens). Le paysage peu exploré reste à l’image romantique des peintures de John Fleming (1839), popularisées par la gravure au milieu du XIXe siècle (fig. 5B). Ce n’est qu’avec les travaux de cartographie de l’Ordnance Survey puis avec des campagnes de relevés menées par les officiers du Geological Survey que l’analyse des roches et des volumes s’est construite. Outre les difficultés du terrain qui ont laissé, jusqu’aux années 1960 sur la carte géologique de Grande Bretagne, une tache blanche au cœur du comté de Sutherland (« not surveyed in detail »), le problème a été de comprendre la « zone de complication » où se répètent des inversions de la stratigraphie du Cambrien au pied du front montagneux. Après plusieurs années de polémique, la synthèse magistrale établie par Peach et al. (1907) a pu mettre en évidence le grand chevauchement moinien déplaçant d’environ 70 km les nappes métamorphiques. La notion de nappe de charriage élaborée par Marcel Bertrand en Provence (entre 1887 et 1899) qui apparaît comme novatrice au début du XXe siècle, est transposée à l’orogène calédonien et apporte alors une explication claire à l’organisation des reliefs du Nord-Ouest écossais (fig. 5C).

Fig. 5 – Les grands paysages de l’Écosse du Nord-Ouest (District d’Assynt).
Fig. 5 – Large landscapes of Northwest Highlands (Assynt District, Scotland).

Fig. 5 – Les grands paysages de l’Écosse du Nord-Ouest (District d’Assynt).   Fig. 5 – Large landscapes of Northwest Highlands (Assynt District, Scotland).

A : Vue sur les Highlands dans la région de Lochinver, sous un ciel de traine : la basse plate-forme taillée dans les gneiss lewisiens et puissamment raclée par les glaciers quaternaires est dominée par trois grands inselbergs de grès torridonien (le Quinag, le Suliven et le Cul More) qui ponctuent le panorama de l’Assynt. Photo : C. Le Cœur, juillet 2018. B : Le Loch Assynt, vu vers l’Ouest, gravé par J. Swan à partir d’un tableau de J. Fleming (dans Leighton et al., 1839, p.177) : un lac sauvage, les ruines du château médiéval et les hautes parois du Quinag, inselberg de grès torridonien, barrées de replats résistants, vues dans une ambiance romantique. Crédit image © University of Illinois Library (James Collins collection). C : Deux coupes réalisées par Peach et al. (1907) dans l’Assynt. Outre la précision des levers de terrain et la complexité de la structure figurée, le croquis présente les agencements morphologiques dans une perspective d’explication (p. 510).
A: General landscape view near Lochinver: three torridonian sandstone inselbergs (Quinag, Suliven and Cul More) dominate the low-lying glacially scoured Lewisian platform. Photo : C. Le Cœur, juillet 2018. B: A romantic view of Loch Assynt (view towards the West): engraving by J. Swan from a J. Fleming painting (in Leighton et al., 1839, p. 177). A large lake, some ruined castle, precipitous mountain and two travellers on a small road. Image credit © University of Illinois Library (James Collins collection). C: Cross sections in Assynt District drawn by Peach et al. (1907), showing the complexity of the Moinian thrust planes in relation to the geomorphic patterns in an explanatory way (p. 510).

20Aujourd’hui, le North West Highlands Geopark valorise non seulement les grands paysages du dispositif morphologique associant bas plateaux, inselbergs et front montagneux, mais il rend aussi hommage aux naturalistes qui ont mis en évidence son agencement tectonique. De nombreux sites spectaculaires, à proximité de la route principale (A894), font l’objet d’explications sur des panneaux. Les points de vue privilégiés sont les failles inclinées de Glencoul, les séries cambriennes de Knockan Crag et les chevauchements du Loch Erribol et de Ben Arkle (fig. 6). Un parcours pédagogique aménagé sur des coupes permet de suivre les successions géologiques, tandis que d’autres sites mettent en valeur le patrimoine historique ou la diversité de la flore, sans toutefois relier les différents éléments qui s’intègrent dans les paysages grandioses.

Fig. 6 – Le Ben Arkle (Highlands du Nord-Ouest) vu du sud-ouest.
Fig. 6 – Ben Arkle in Northwest Highlands, as seen from the Southwes.

Fig. 6 – Le Ben Arkle (Highlands du Nord-Ouest) vu du sud-ouest.   Fig. 6 – Ben Arkle in Northwest Highlands, as seen from the Southwes.

Le couronnement de quartzites cambriens chevauche le socle de gneiss lewisien. Les nappes d’éboulis produits par la gélifraction des quartzites viennent recouvrir un plan de charriage façonné en rampe inclinée dans les gneiss du socle, ce qui atteste du recul du versant au cours du Quaternaire (Sellier, 2002). Photo : C. Le Cœur, juillet 2018.
Cambrian quartzites thrusted above Lewisian gneiss. White scree slope deposits from frost shattered quartzite spread down to the ice moulded platform shaped on gneissic basement rocks, indicating slope retreat during the Quaternary. Photo: C. Le Cœur, July 2018.

21Ainsi, le Nord-Ouest des Highlands offre une grande diversité géomorphologique qui traduit la complexité structurale mais aussi la diversité des réponses des roches aux dynamiques glaciaires et périglaciaires : paysages de knobs and lochans sur les bas plateaux, vallées et dépressions surcreusées, versants nappés d’éboulis et pierriers sommitaux (Gordon et al., 2012). Cet ensemble géomorphologique conserve une nature grandiose et rude à travers des dispositifs contrastés aux mille facettes sous un ciel toujours variable.

3.2. L’île d’Arran : discordance et plutonisme

22On peut prendre comme second exemple l’île d’Arran, à l’Ouest de l’Écosse, face à l’estuaire de la Clyde, qui fait désormais partie des 100 géosites majeurs du Royaume-Uni répertoriés par la Geological Society. Les travaux des géologues de la fin du XIXe siècle ont conduit à réaliser la cartographie de deux complexes granitiques d’Arran, appuyée sur des études précises de stratigraphie et de pétrographie. Sur le plan géomorphologique, le pluton granitique du Nord de l’île offre de belles formes ménagées par l’érosion dans des intrusions annulaires, aux sommets coiffés de grands tors et encadrés de longs versants à dalles qui dominent des vallées raclées par les glaces quaternaires. (Godard, 1969 ; Le Cœur, 1994).

23Dans ce secteur, les illustrations qui accompagnent les travaux des naturalistes depuis deux siècles et demi permettent de suivre l’évolution des conceptions et le souci d’analyse par des restitutions dans un modèle génétique de paysage simplifié. James Hutton, considéré comme l’un des fondateurs de la géologie moderne, observe en 1787 la discordance entre les schistes dalradiens redressés et les séries sédimentaires de grès permo-carbonifères dans le secteur de Lochranza. Il analyse ce dispositif comme la marque de discontinuités majeures dans l’évolution géologique qui sont un point essentiel de The Theory of the Earth publié en 1795. Hutton, partisan du plutonisme, esquisse également sur cette île la notion d’intrusion granitique, qu’il fait illustrer par la gravure de John Clerk of Eldin (fig. 7A) (Ashworth, 2018).

Fig. 7 – Schémas d’interprétation géologique et géomorphologique de l’île d’Arran (Ouest écossais) entre la fin du XVIIe siècle et le début du XXe siècle.
Fig. 7 – Schematic interpretations of the geology and geomorphology of Isle of Arran (Western Scotland).

Fig. 7 – Schémas d’interprétation géologique et géomorphologique de l’île d’Arran (Ouest écossais) entre la fin du XVIIe siècle et le début du XXe siècle.   Fig. 7 – Schematic interpretations of the geology and geomorphology of Isle of Arran (Western Scotland).

A : J. Clerk of Eldin, gravure de 1787 en illustration de J. Hutton, The Theory of the Earth (1795) : coupe schématique du massif du Nord de l’île d’Arran, intrusion granitique ployant les terrains encaissants que l’on désigne de nos jours comme « intrusion diapirique ». Le paysage majestueux des hauts sommets (Goatfell, 874 m) échancrés par une profonde vallée glaciaire (Glen Rosa) est clairement figuré. Crédit image © Sir Robert Clerk Bt of Penicuik, reproduction avec son autorisation. B : Schéma structural reconstruit par Mac Culloch (1819), restituant les déformations des roches autour du pluton nord d’Arran. C : Coupe dans le massif nord d‘Arran établie par J. Bryce (1859). D : Coupe géologique du Massif nord d’Arran montrant les coupoles intrusives emboîtées. Les masses granitiques recoupent les séries encaissantes qui forment le piédestal de l’île. D’après Tyrrell (1928, fig. 21, p. 151).
A: J. Hutton s’ Theory of the Earth offers a cross section of the Northern Arran granite complex, engraving by J. Clerk of Eldin (1787): this cross section shows the granitic intrusion (“diapiric intrusion”) bending the surrounding lands. The majestic landscape of the high peaks (Goatfell, 874 m) indented by a deep glacial valley (Glen Rosa) is clearly represented. Crédit image © Sir Robert Clerk Bt of Penicuik, reproduced with his permission. B: Reconstruction of northern Arran pluton by Mac Culloch (1819) showing large deformation of the country rock. C: Cross section by J. Bryce (1859) pointing out the country rock layout around the granite pluton. D: Geological cross section offering evidence of the emplacement of two intrusive granite units in the northern Arran pluton. After Tyrrell (1928, fig. 21, p. 151).

24Quelques années plus tard, Culloch (1819) tente des restitutions géométriques du grand paysage dans sa description des îles de l’Ouest écossais (fig. 7B). Puis, Bryce (1859) s’appuie sur une cartographie assez précise pour proposer une coupe aux figurés symboliques qui estompe sensiblement les nuances morphologiques (fig. 7C). La synthèse géologique établie par Tyrrell (1928) s’attache aux différentes unités structurales d’Arran et au dispositif d’ensemble en privilégiant les données de mise en place de deux corps plutoniques emboités sans mettre en évidence les formes d’érosion différentielle qui arment les grands paysages de l’île (fig. 7D). Enfin, les recherches géomorphologiques menées par Godard (1969), puis par Le Cœur (1994), montrent une corrélation entre l’agencement des coupoles granitiques et le relief du nord de l’île. Les sommets échancrés de larges cirques et coiffés de grands tors marquent les contacts de voûtes intrusives. Les cuvettes centrales s’ouvrent dans les granites internes fissurés voire broyés. La représentation morphologique permet d’opposer les versants externes, qui forment l’armature du paysage, aux systèmes de pentes internes plus nuancées entre des échines et des replats (fig. 8). D’où un contraste majeur entre les points de vue situés à la périphérie de l’île où s’étagent les champs et les parcs boisés vers la lande de la montagne atlantique, avec ses vallées profondes, ses cuvettes tourbeuses et ses lourdes crêtes rocheuses.

Fig. 8 – Bloc-diagramme et coupes en travers des montagnes du nord de l’Arran. Le croquis présente le système de vallées et de cuvettes dans un dispositif montagneux circulaire. Le Cœur (1994).
Fig. 8 – Block diagram and cross sections showing the relationships between granite intrusive emplacement and hilly landforms of northern Arran. Le Cœur (1994).

Fig. 8 – Bloc-diagramme et coupes en travers des montagnes du nord de l’Arran. Le croquis présente le système de vallées et de cuvettes dans un dispositif montagneux circulaire. Le Cœur (1994).   Fig. 8 – Block diagram and cross sections showing the relationships between granite intrusive emplacement and hilly landforms of northern Arran. Le Cœur (1994).

25Ces deux exemples du Nord-Ouest britannique montrent que la connaissance des dispositifs qui sous-tendent les géomorphosites d’échelle paysagère s’est élaborée progressivement, à mesure des avancées de la cartographie géologique et de la construction conceptuelle. Certes la vision globale des paysages s’est partagée entre les différents spécialistes impliqués, allant de la lithologie, à la tectonique ou vers les enregistrements quaternaires. Ainsi le regard scientifique s’est-il séparé de la vision esthétique des grands sites pour proposer des restitutions rationnelles qui rendent compte des volumes et des formes à travers une évolution géologique souvent complexe. Le Nord-Ouest britannique offre un espace privilégié par la vigueur de ses paysages de lande ouverts au regard, lorsque les conditions climatiques le permettent… La mise en valeur des « grands » géomorphosites, sans rien retirer à l’attrait du pittoresque et du grandiose qui a attiré un public éclairé au XIXe siècle, fait actuellement l’objet d’aménagements discrets réalisés dans le cadre des géoparcs : des panneaux associant explications géologiques et descriptions de la faune et de le flore, quelques panoramas aménagés, des expositions présentant les paysages dans leur singularité géologique comme géomorphologique ainsi que l’histoire de leur interprétation.

4. Des géomorphosites pittoresques aux décors cinématographiques : une question de points de vue

26Les progrès de la connaissance scientifique ont sensiblement changé l’image des géomorphosites du Royaume-Uni et d’Irlande. Mais la vision du public a également changé, d’une part parce que la nature du tourisme a énormément évolué depuis le début du XXe siècle, d’autre part en raison des nouveaux supports d’image qui attirent le public.

4.1. « Grand tour » et itinéraires pittoresques : du point de vue (scenic view)…

27La haute société britannique des XVIIIe et XIXe siècles a encouragé le voyage des élites par des « tours » à travers l’Angleterre, l’Irlande ou l’Écosse, moins longs que le « grand tour » vers l’Italie à travers toute l’Europe. C’est un public éclairé, nourri par les récits et par les images qui voyage à la poursuite d’émotions. Les connaissances apportées par les naturalistes ne sont pas les références recherchées, mais ce sont les lieux majestueux qui feront l’objet de conversations voire de nouveaux récits. La diffusion des images passe alors par la gravure éditée en nombreux exemplaires avec les textes ou dans les illustrations des journaux. À partir de la fin du XIXe siècle, l’image devient une photographie puis au XXe siècle, un film.

28On connait les étapes du développement d’un tourisme plus populaire avec la construction de réseaux de chemins de fer, de routes et de liaisons maritimes vers les îles. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, la fréquentation des grands sites n’est plus réservée à une élite mais elle s’est largement ouverte aux voyageurs nationaux et européens. À la clientèle des visiteurs traditionnels habitués aux hôtels nichés dans de vastes estates organisant des parties de chasse ou de pêche, s’est ajouté un tourisme itinérant qui a, d’une autre manière, repris la tradition du « tour » et se presse autour des points de vue sur les grands sites réputés d’Angleterre, d’Irlande ou d’Écosse. Nombre de sites bien desservis sont saturés par le flot de visiteurs. Plus rares sont les randonneurs qui parcourent la lande pour découvrir l’intimité des paysages. Les points de vue sont en général commandés par les conditions d’accès, une route, la possibilité de stationnement, l’existence de rares sentiers. Leur choix peut parfois associer le spectacle de la nature aux héritages culturels.

29Au Sud-ouest de l’Angleterre, les grands tors du Dartmoor sont emblématiques du National Park éponyme (fig. 9). Leurs silhouettes rugueuses se dressent au sommet des échines granitiques et dominent la lande du Devon. Les itinéraires de randonnée traversent, de collines en collines, les grands domaines associés dans la protection du massif, sans mettre en valeur un site privilégié : quelques mégalithes, les ruines de villages médiévaux, quelques châteaux dans des parcs mais aussi d’anciennes mines ou la sinistre prison qui a inspiré nombre de romans policiers. On se souvient des brumes sur les tourbières qui imprègnent le roman de Conan Doyle (1902), le Chien des Baskerville, et ses nombreuses adaptations pour le cinéma et la télévision. Le Dartmoor, avec ses grands horizons de lande, ponctué par des amas rocheux, entaillé de vallées encaissées, avec ses villages entourés de prairies et d’arbres, associe des paysages ouverts et des perspectives plus intimes qui ont largement été utilisés pour le tournage de films.

Fig. 9 – Great Staple Tor, dans le Parc National du Dartmoor .
Fig. 9 – Great Staple Tor in Dartmoor National Park.

Fig. 9 – Great Staple Tor, dans le Parc National du Dartmoor .   Fig. 9 – Great Staple Tor in Dartmoor National Park.

Ce tor granitique culmine à 455 m au-dessus de la vallée de la rivière Walkham, à l’ouest du massif. Il fait partie d’un ensemble d’empilement de blocs répartis sur une longue échine, faisant office de point de repère pour les randonneurs et de terrain d’escalade pour les grimpeurs. Crédit image © Nilfanion, octobre 2009, OS Open Data.
This granitic tor culminates at 455 m above Walkham River valley, to the West of the massif, and forms a large stack of unweathered blocks at the top of a hill. The site is a nice viewpoint and a good climbing site. Image credit © Nilfanion, October 2009, OS Open Data.

30En Irlande, on connait la lourde pyramide de quartzites du Croaghpatrick qui se dresse au-dessus de la baie de Clew. Il s’agit d’un haut lieu de pèlerinage irlandais très fréquenté dévoué à Saint Patrick, et qui mène à un panorama complet. On découvre la baie encombrée de dizaines de drumlins cernés par la mer, érodés en petites falaises et parfois reliés par des cordons de galets (fig. 10A). Cette image figure désormais dans tous les guides. Elle est devenue celle d’un paysage classique de morphologie glaciaire, beaucoup plus célèbre que les mêmes îlots allongés du Strangford Lough, sur la côte nord-est de l’Irlande au sud de Belfast ou encore le dédale de bras d’eau du Upper Loch Erne, qui ne bénéficie pas de point de vue élevé sur les monticules déposés par les glaces quaternaires dans le même drumlin belt (fig. 10B).

Fig. 10 – Paysages et reliefs sous-glaciaires d’Irlande.
Fig. 10 – Subglacial landforms and landscapes of Ireland.

Fig. 10 – Paysages et reliefs sous-glaciaires d’Irlande.   Fig. 10 – Subglacial landforms and landscapes of Ireland.

A : Les troupeaux de drumlins en partie submergés de la baie de Clew, vus des pentes du Croaghpatrick dans l’Ouest irlandais. Photo C. Le Cœur, mai 2012. B : Vue satellitaire de la rivière Erne dont la pente est si faible qu’elle est désignée comme Upper Loch Erne. Un cours en méandres entre les drumlins boisés et les dépressions qui les séparent. Il n’est pas possible de trouver un point de vue au sol. La frontière entre les deux parties de l’Irlande sinue dans ce dédale amphibie. Image © Google Earth, mars 2009.
A: Clew Bay (Western Ireland) from Croagpartrick: Scattered drumlins invaded by the sea. Photo: C. Le Cœur, May 2012. B: Upper Lough Erne, satellite view. Very slow flowing river Erne is meandering in a labyrinth of small lakes and hills. There is no viewpoint on the drumlin field or on the whole lake. The border between the two parts of Ireland approximately follows this amphibious maze. Image © Google Earth, mars 2009.

31En effet, l’attrait pour les grands géomorphosites dépend largement du point de vue au sol, mais aussi des images aériennes qui montrent des dispositifs complets. Ainsi, la péninsule d’Ardnamurchan, dans l’Ouest écossais, présente au regard une série d’échines rocheuses et de croupes disposées en arc de cercle autour de cuvettes tourbeuses. La modestie des altitudes ne permet pas de trouver un belvédère suffisant pour embrasser l’ensemble. En revanche, les vues aériennes (fig. 11) montrent clairement le dispositif annulaire des trois centres intrusifs tertiaires en partie évidés par l’érosion dans un système qualifié de « volcano-appalachien » par Godard (1965). L’attrait principal des lieux est celui de belles plages de sable blanc, d’un phare au bout du monde, les colonies d’oiseaux de mer ou encore une belle vue vers les Small Isles et les montagnes de Rum.

Fig. 11 – Une vue verticale de la péninsule d’Ardnamurchan, à l’ouest de l’Écosse, telle que l’on ne la voit pas au sol faute d’un belvédère élevé.
Fig. 11 – Ardnamurchan peninsula (Western Scotland) satellite view offering evidence of ring complex.

Fig. 11 – Une vue verticale de la péninsule d’Ardnamurchan, à l’ouest de l’Écosse, telle que l’on ne la voit pas au sol faute d’un belvédère élevé.   Fig. 11 – Ardnamurchan peninsula (Western Scotland) satellite view offering evidence of ring complex.

La vue satellitaire montre clairement le dispositif de collines circulaires façonnées dans les intrusions hypovolcaniques tertiaires. Image Landsat © Google Earth, septembre 2008.
Geological features are shaped into low hill and arcuate basins poorly apparent in the field, in the lack of elevated viewpoint. Landsat image © Google Earth, September 2008.

32De même, le secteur de Glencoe, qui figure parmi les sites spectaculaires des Highlands, présente plusieurs paysages caractéristiques dont l’agencement n’apparaît pas directement au sol. La partie sud correspond exactement à une vaste cuvette d’érosion dans les granites du Rannoch Moor : une immense tourbière enchâssée au cœur des Grampians de l’Ouest et ponctuée de nombreuses roches moutonnées. Plus au Nord, la vallée est enserrée entre les parois des Three Sisters of Glencoe, puissants éperons armés par les anneaux volcaniques d’un complexe annulaire silurien éventré par l’érosion (Gillen, 2003). Ce paysage spectaculaire est désormais rattaché au vaste Lochaber Geopark qui apporte des explications claires appuyées sur des maquettes en relief de ce dispositif compliqué. Le sommet le plus élevé des îles britanniques, le Ben Nevis, correspond également à une masse de granite intrusif, coiffée par une chape d’andésite du même âge. Ces sites réputés attirent les randonnées et l’escalade (été comme hiver) mais la valorisation touristique est davantage tournée vers le passé historique des guerres écossaises du XVIIIe siècle ou vers des images de la vie sauvage de la montagne atlantique. Ainsi, le site de Glencoe a-t-il servi à plusieurs reprises de décor grandiose pour des films exploitant le contraste entre les vallées, les lochs et les parois rocheuses. On retiendra James Bond (i.e., Skyfall, 2012), Rob Roy (1995), les Monty Python and the Holy Grail (1975), Highlander (1986) ou encore Harry Potter and the Prisoner of Azkaban (2004).

4.2. ... aux décors cinématographiques

33La photographie propose une image réaliste des paysages, parfois assortie d’effets de lumière qui ne sont pas sans rappeler les peintures romantiques. En revanche, les scènes de cinéma présentent leur décor comme un fond chargé d’ombres et de lumières exploitant de manière fantastique les contrastes à la surface des versants ou les grandes lignes du paysage. Car ce sont les nouvelles images proposées par le cinéma ou les séries télévisées qui illustrent désormais les grands sites. Les paysages de plusieurs géomorphosites ont envahi les écrans à travers les productions nombreuses en décor naturel. Si le jeu des images en plans larges et en plans resserrés peut donner vigueur au récit, il brouille néanmoins passablement la lecture des formes et rend incompréhensible leur interprétation. Certes, les vues panoramiques balayent le champ sur les reliefs : hautes pentes dénudées, larges cuvettes tourbeuses, falaises dominant un horizon marin au ciel tourmenté. Mais la construction esthétique de l’image n’est pas nécessairement celle de l’explication des formes. À ces vues larges s’ajoutent les images filmées à partir d’hélicoptère qui apportent des vues cavalières superbes montrant l’ensemble des dispositifs morphologiques d’échelle moyenne. Toutefois, les perspectives plongeantes tendent à écraser les reliefs, et ces plans sont souvent trop fugaces pour permettre une restitution des reliefs et de leur agencement.

34Les sites sont alors présentés comme des éléments fantastiques combinant des châteaux en ruine, des pentes hérissées de blocs énormes, des horizons perdus dans les nuages. Il s’agit sans doute d’une forme de retour vers l’imaginaire romantique qui s’emparait de légendes pour peupler des paysages dramatiques. On retiendra, en Irlande du Nord, les décors de la série Games of Thrones entre la Chaussée des Géants et les ruines de Dunluce Castle perchées sur la falaise de basalte, les forêts aux arbres tordus de Tollymore Forest, sous la haute silhouette des Mourne Mountains granitiques, les îlots épars des drumlins du Strangford Lough. D’autres lieux du Sud-Ouest en Irlande ont été exploités pour leur versants austères, leurs parois rugueuses, leurs contrastes étranges presque surnaturels. Désormais, de nombreux touristes se pressent sur ces sites cherchant à retrouver des scènes de cinéma ou de séries plutôt que des paysages grandioses qui requièrent des explications.

35L’île de Skye en Écosse est également devenue un lieu privilégié de tournage. Les grands escarpements du nord de Trotternish servent de toile de fond à nombre de films épiques ou fantastiques. On retiendra les tournages du Sixième continent (Kevin Connor, 1975), de Highlander (Russel Mulcahy, 1986), de Stardust (Matthew Vaughn, 2007), de Prometheus (Ridley Scott, 2012), de Macbeth (Justin Kurzel, 2015), ou encore des séries complexes télévisées comme Games of Thrones (David Benioff et D.B. Weiss, 2011-2019, d’après les romans de George R.R. Martin) ou cinématographiques comme la trilogie Lord of the Rings (Peter Jackson, 2001-2003, d’après les romans de J.R.R. Tolkien). Les grands glissements rotationnels qui débitent les corniches de basaltes tertiaires en blocs inclinés ou en pinacles dans une topographie chaotique dominant la mer (fig. 12A), créent un monde assez irréel et contrasté (Ballantyne, 1991). Les grosses aiguilles inclinées du Old Man of Storr, détachés de la paroi (fig. 12B), figurent depuis longtemps dans les itinéraires touristiques. Elles attirent désormais des cohortes de visiteurs qui cheminent dans un parcours aménagé. Plus au nord, les glissements du Quiarang situés offrent un paysage chaotique plus ouvert. Des panneaux basculés dédoublent les corniches et créent des contrepentes occupées par de vastes tourbières (fig. 12C). Un accès assez commode par une petite route et des parkings ont permis la réalisation de nombreuses scènes. Un flot de plus en plus important de visiteurs vient à la fois admirer le paysage et rechercher les lieux de tournage.

36Enfin sur cette même île, on peut s’interroger sur l’engouement récent pour le site des « fairy pools », série de marmites de géants de la Brittle River, au pied des Cuillin Hills (fig. 12D). Il s’agit d’un chenal d’eau de fonte des glaciers qui ont occupé le grand cirque de Coire na Creiche jusqu’au Tardiglaciaire. Ce lieu très fréquenté n’est rattaché à aucune légende écossaise, et le jeu des petites cascades et des basins propose une lecture de proximité qui fait un peu oublier le paysage des grands versants de gabbro raclés par des glaciers sous des crêtes sculptées par le gel. Ce site a été classé en 2018 comme le lieu le plus romantique de Grande-Bretagne.

Fig. 12 – Paysages géomorphologiques de l’île de Skye dans l’archipel des Hébrides internes (Nord-Ouest de l’Écosse).
Fig. 12 – Geomorphic landscapes of Isle of Skye in the Inner Hebrides archipelago (Northwest Scoltland).

Fig. 12 – Paysages géomorphologiques de l’île de Skye dans l’archipel des Hébrides internes (Nord-Ouest de l’Écosse).   Fig. 12 – Geomorphic landscapes of Isle of Skye in the Inner Hebrides archipelago (Northwest Scoltland).

A : The Storr : vue sur l’escarpement de basalte et les panneaux détachés par les dynamiques de glissement rotationnel. Photo : C. Le Cœur, juin 2010. B : The Old Man of Storr : une image resserrée qui sert de décor étrange à des scènes de cinéma. Les glissements déclenchés lors de la déglaciation affectent tout l’escarpement de Trotternish. Les panneaux détachés de la paroi sont glissés et basculés. Leur aspect déchiqueté donne au paysage l’aspect d’un décor fantastique. Photo : C. Le Cœur, juillet 2018. C : Le glissement de Quiarang. Les panneaux basculés s’étagent sous l’entablement sommital. C’est un géomorphosite de grande ampleur qui permet une lecture claire du paysage et ouvre l’imaginaire du cinéma. Photo : C. Le Cœur, juillet 2018. D : Les petites cascades et les vasques des « fairy pools » font oublier les grands versants des Cuillin Hills de Skye, échancrés de cirques glaciaires qui ont déterminé un chenal proglaciaire. Photo : C. Le Cœur, juin 2010.
A: The Storr escarpment in Trotternish is a classic example of postglacial rotational landslide along a basaltic slope. Photo: C. Le Cœur, June 2010. B: Details of the Old Man of Storr: this dramatic landscape with its sharp pinnacles detached from the basalt wall (paraglacial landsliding) offer a nice scenery for fantastic movies. Photo: C. Le Cœur, July 2018. C: Quiarang landslide: this large-scale geomorphosite, with its large benches in landslips below the basalt scarp, has hosted numerous movie shootings as a strange place opened to fantasy. Photo: C. Le Cœur, July 2018. D: At the foot of the Cuillin Hills, a meltwater channel with pools and small waterfalls which became very popular through a fairy legend (“fairy pools”). Photo: C. Le Cœur, June 2010.

37Plus encore que les tableaux romantiques ou les images de cartes postales, les paysages utilisés comme décor pour les films ou les séries de télévision attirent désormais un large public. Ces lieux ont été choisis par les équipes de production pour leur caractère spectaculaire ou leur commodité d’accès, sans tenir compte de leur structuration géomorphologique. L’engouement du public pour les grands sites est désormais en partie tributaire des images, photographies, plans de cinéma, décors de séries télévisées. Si les grands sites peuvent paraître immuables, les images animées qui les mettent en scène sont changeantes suivant les scenarii et les modes. Leur interprétation géomorphologique s’estompe alors.

5. Conclusion

38L’histoire de ces quelques géomorphosites des îles britanniques s’est construite en trois étapes : i) la découverte des sites par « la bonne société » entre le milieu du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle avec une certaine fascination pour les merveilles de la nature et un engouement romantique pour les formes « sublimes » et mystérieuses ; les images fortes de ces paysages sont élaborées à travers les récits mais aussi par les tableaux souvent reproduits en gravures ; ii) la seconde moitié du XIXe et le début du XXe siècle voient se construire les réseaux de transport permettant un accès plus aisé vers les sites reculés ; c’est aussi le temps de la construction des savoirs scientifiques de géologie, de géomorphologie et d’écologie, qui apporte progressivement des modèles d’explications autour de lieux renommés. Le croquis devient un moyen de figurer les agencements des roches et du relief pour éclairer leur signification ; enfin iii) le développement d’un large tourisme à partir de la fin du XXe siècle a ouvert ces espaces à de nouvelles clientèles pratiquant les loisirs de plein air. Elle est aussi fascinée par les belles photographies de paysages. Une partie des nouveaux visiteurs recherche également les décors naturels des films en résonnance avec les scènes mémorables. Cette attraction vers les panoramas spectaculaires ne manque pas de retrouver les ambiances fantastiques qui avaient attiré les voyageurs romantiques. Mais les images animées offrent des perspectives fugitives et souvent renouvelées, qui n’invitent guère à des interrogations sur l’évolution des géomorphosites eux-mêmes. La constitution récente de géoparcs répond désormais au souci d’explication simple des points de vue et de préservation des sites.

Haut de page

Bibliographie

Ashworth W.A. (2018) – The scientist of the day: John Clerk of Eldin. Linda hall Library, 10 décembre 2018, 2 p.,
URL: https://www.lindahall.org

Bailey E.B., Anderson E.M., Burnett G.A., Lee G.W., Richey J.E., Thomas G.V., Thomas H.H., Wright W.B. (1925) – The geology of Staffa, Iona and Western Mull (A description of sheet 43 of the geological map). Geological Survey of Great Britain, Scotland.

Ballantyne C.K. (1991) – Scottish landform examples. Part 2: The landslides of Trotternish, Isle of Skye. Scottish Geographical Magazine, 107 (2), 130-135

Burkland W. (1840) – On the evidence of glaciers in Scotland and the North of England. Proceedings of the Geological Society, vol III, 332-345.

Burke E. (1757) – A Philosophical Enquiry into the Origins of our Ideas of the Sublime and Beautiful. Traduction par E. Lagentie de Lavaïsse (1803), édition
Pichon et Depierreux, Paris, 309 p.

Corbin A. (1990) – Le territoire du vide : l’Occident et le désir de rivage, 1740-1840. Flammarion, Paris, 407 p.

Doyle C. (1902) – Le Chien des Baskerville. Trad. française de A. de Jassaud (1905). Hachette, Paris, 268 p.

Dubois C. (2015) – Les voyageurs anglais en Irlande au XVIIIe siècle. Revue LISA, 13 (3),
DOI : 10.4000/lisa.8708

Gillen C. (2003) – Geology and Landscape of Scotland. Terra publishing, Dunedin, 256 p.

Godard A. (1965) – Recherches géomorphologiques en Ecosse du Nord-Ouest. Thèse de Doctorat, Publications de la Faculté des Lettres de l'Université de Strasbourg, 705 p.

Godard A. (1969) – L’île d’Arran (Ecosse) : contribution à l’étude des racines de volcan. Revue de Géographie Physique et Géologie Dynamique, 11, 3-30.

Gordon J.E., Sutherland, D.G. (Eds.) (2012) – Quaternary of Scotland. Springer Science & Business Media, Dordrecht, 695 p.
DOI : 10.1007/978-94-011-1500-1

Hutton J. (1795) – The Theory of the Earth (Part 2). Transactions of the Royal Society of Edinburgh, 1, 209-304.

Johnson S. (1773) – Voyage dans les Hébrides. Traduction M. Lepape (1991), éd. La Différence, Paris, 138 p.

Le Cœur C. (1994) – Évolution géomorphologique et échelles d’analyse : l’exemple des Hébrides internes (Ecosse). Thèse de Doctorat, Université Paris 1, 757 p.

Leighton J., Fleming J., Wilson J. (1839) – The Lakes of Scotland, a series of views from paintings taken by J. Fleming and remarks on the Highlands scenery of Scotland. Fullerton & Co, Glasgow, 223 p.

McCulloch J. (1819) – A description of the Western Islands of Scotland. Archibald Constable and Company, Edinburgh, 91 p.

Montgomery I. (1980) – Drawing blood from the stones: the Giant’s Causeway case of 1897. Art History, 3 (5), 252-73.

Panizza M. (2001) – Geomorphosites: concepts, methods and examples of geomorphological survey. Chinese Science Bulletin, 46 (1), 4-5.

Peach B.N., Horne J., Gunn W., Clough C.T., Hinxman L.W., Teall J.J.H. (1907) – The Geological Structure of the NW Highlands of Scotland. Memoirs of the Geological Survey of Great Britain, HMSO, Edinburg, 668 p.

Pétrarque F. (1335) – Mon ascension du Mont Ventoux, Lettre à Dionigo da Borgo San Sepolcro, Moine Augustin. In Lettres familières, IV, 1, trad. Julian P. (2001), Fayard, Paris, 56 p.

Portal C. (2014) – Appréhender le patrimoine géomorphologique. Approche géohistorique de la patrimonialité des reliefs par les documents d’archives. L’exemple du Parc National de Killarney (Kerry, Irlande). Géomorphologie : relief, processus, environnement, 20 (1), 15-26.
DOI : 10.4000/geomorphologie.10464

Reynard E. (2005) – Géomorphosites et paysages. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 11 (3), 181-188.
DOI : 10.4000/geomorphologie.338

Sellier D. (2002) – Géomorphologie des versants quartzitiques en milieux froids : l’exemple des montagnes de l’Europe du Nord-Ouest. Thèse de Doctorat d’État, Université Paris 1, 1887 p.

Tyrrell G.W. (1928) – The geology of Arran (Arran map, including parts of sheets 13 and 21). Memoirs of the Geological Survey of Scotland, HMSO, Edinburgh, 292 p.

Verne J. (1882) – Le rayon vert. Hetzel, Paris, 171 p.

Wilson R. (1900) – The Life and Times of Queen Victoria. 1837-1897. Cassell & Company, London, 752 p. (vol. 1), 864 p. (vol. 2)

Haut de page

Annexe

Abriged English version

The purpose of this paper is the advent and recognition of some famous geomorphosites both from cultural and scientific views from 18th century to nowadays. Numerous geomorphosites, especially in Scotland and Ireland, are attractive places since the middle of 18th century. Visitors were awared by pioneer naturalists who discovered the places. Romantic painters and writers have depicted the spectacular landforms, with some legendary or fantastic input. These various pictures and stories have made some interferences with scientific works illustrated by technical sketches. Modern pictures as photographs and movies offer new sight on scenic landscapes. Increasing tourism has led to develop geoparks in order to protect and promote these areas and to provide clear explanation to the visitors.

In a first part, examples of Giant Causeway and Fingal’Cave (with spectacular cliffs of basalt) show how first discovering by naturalists has changed into a romantic fascination mixing Celtic legends and aesthetic attraction for « sublime » places. 18th and 19th century visitors could celebrate the beauty of natural landscapes under a tormented sky more than discussing on scientific questions. In these times, enthusiastic written descriptions, paintings and printed pictures could attract a well-educated public. In the same way, the Lake District offered to romantic poets and painters a large set of viewpoints for contemplation or hill rambling. Geological and glaciological interest remained subsidiary until the area was set as National Park in 1951. Facilities were built quite early in order to host increasing tourists in numerous places, such as a Tower on the Cliffs of Moher or the Ladies View in Killarney (Ireland). New facilities, as accommodations, car parks, souvenir shops are now invading some famous geomorphosites.

In a second part, scientific progress during 19th and 20th century has induced a precise sight of rocks and landforms, clearing out most of picturesque representations. The large and rough landscapes of North West Scotland were surveyed by geologists who have gradually analysed rock formations and complicated lay out of the Assynt District. Important fieldwork could test some new concepts and bring solid explanations on landscape evolution. Nowadays North West Highland Geopark offers to tourists a large set of explanation panels along major scenic roads. The granite complex in the isle of Arran offers another example of continuous evolution of geological pictures from Hutton‘s Theory of the Earth to the Memoirs of the Geological Survey in early 20th century. Apart from gradually improved geological cross sections, a 3D diagram can show the relationship between an intrusive pluton and the hilly landscape of this island.

The third part of the paper points out major touristic development since the second half of 20th century and new imagery provided by photographs and cinema. Therefore, attractive places have been the focus of famous movies and TV series. Locations as the Storr and Quiarang landslides, in Trotternish peninsula (Isle of Skye) have offered a great movie set for numerous shooting films. Jagged rocks, black cliffs and bumpy fields can appear on the screen as fantastic places. Other sites as Glen Coe or the North coast of Antrim were used as TV series background. Visitors looking for movies or TV series recollections are finding out places of dramatic sceneries as did the romantic travellers two centuries ago and quite far from the naturalist explanations offered by the geoparks.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des grands sites géomorphologiques présentés dans l’article. Fig. 1 – Location map of some major geomorphosites presented in the paper.
Légende Fond de carte du Royaume-Uni (Angleterre, Galles, Ecosse, Irlande du Nord) et de la République d’Irlande avec noms en français dressée par le géographe Alexandre Vuillemin en 1843, Creative Commons CC-BY. Base map of the United Kingdom (England, Wales, Scotland, Northern Ireland) and of the Republic of Ireland, with french names, mapping by geographer Alexandre Vuillemin in 1843, Creative Commons CC-BY.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-1.png
Fichier image/png, 12M
Titre Fig. 2 – La Chaussée des Géants (Irlande du Nord). Fig. 2 – The Giant Causeway (Northern Ireland).
Légende A : Gravure réalisée par François Vivares à partir d’un tableau de Suzan Dury de 1743 (Ulster Museum, Belfast). Cette image a attiré les visiteurs curieux de toute l’Europe des Lumières. B : Vue sur les puissantes falaises de basalte dominant la mer de Malin. Les coulées prismées sont séparées par plusieurs lits interbasaltiques rouges. L’érosion marine a débité la roche suivant les fissures des prismes dégageant un platier assez large devant les saillants de la côte. Crédit image © Cian Murphy-Myrealireland.com, août 2018. A: Engraving made by François Vivares from a previous Suzan Dury’s painting of 1743 (Ulster Museum, Belfast), an attractive scenery for visitors during the Age of Enlightenment. B: View on the indented cliffs cutting two series of prismatic lava flows and red interbasaltic beds. Marine erosion has removed pieces of rock following the basalt prisms producing a large wave cut platform in front of the rocky coast. Image credit © Cian Murphy-Myrealireland.com, aout 2018.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 3 – La grotte de Fingal sur l’île de Staffa. Fig. 3 – Fingal’s Cave, on Staffa island.
Légende A : Vue actuelle sur la falaise taillée dans des orgues basaltiques et précédée par une chaussée de prismes tranchés par les vagues de la mer des Hébrides. Le toit de la grotte correspond à un lit de brèches volcaniques, elles-mêmes surmontées par une coulée de basalte plus récente. Photo : Cl. Le Cœur, 2018. B : La visite royale de la grotte de Fingal en 1847 : une entrée très médiatisée de l’île de Staffa dans la presse britannique, reprise par une gravure de W.B. Wollen (illustration tirée de The Life and Times of Queen Victoria, by Robert Wilson, 1900, p.318). C : Première de couverture du roman de Jules Verne, Le Rayon Vert (1882), réalisée par L. Benett. Source : archive BnF, gallica.bnf.fr. A: Current view on the marine cave notched into basalt columns, with a thick conglomerate roof surmounted by more recent basaltic flow. In front of the cliff, a wave-cut platform intersecting the prismatic structures fringes the sea of the Hebrides. Photo: Cl. Le Cœur, 2018. B: The royal tour of Queen Victoria in Fingal’s Cave in 1847: a high-profile entry on the Staffa Island in the British press, reproduced by an engraving by W.B. Wollen (illustration from “The Life and Times of Queen Victoria”, by Robert Wilson, 1900, p.317). C: Frontpage of Jules Vernes’ novel “The Green Ray” showing rough a sea against Fingal’s Cave, drawing by L. Benett, 1882. Source: BnF archive, gallica.bnf.fr.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 4 – J.M.W. Turner : Crummock water, en regardant vers Buttermere, aquarelle (1797). Fig. 4 – J.M.W. Turner romantic watercolour (1797) showing a scenery of Crummock water.
Légende Une vue romantique par temps gris. Les deux lacs sont séparés par un bourrelet morainique. Ils sont dominés par les sommets de Red Pike, High Stile et High Crag et l’éperon de Honister Crag taillé dans les séries volcaniques de Borrowdale, au Nord-Ouest du Lake District. Source : Tate Gallery, Creative Commons CC-BY-NC-ND, © Tate, London, 2014. A moraing ridge separating two lakes framed by dramatic slopes. The lakes are dominated by the peaks of Red Pike, High Stile and High Crag and the Honister Crag spur carved into the Borrowdale volcanic series, northwest of the Lake District. Source: Tate Gallery, Creative Commons CC-BY-NC-ND, © Tate, London, 2014
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 5 – Les grands paysages de l’Écosse du Nord-Ouest (District d’Assynt). Fig. 5 – Large landscapes of Northwest Highlands (Assynt District, Scotland).
Légende A : Vue sur les Highlands dans la région de Lochinver, sous un ciel de traine : la basse plate-forme taillée dans les gneiss lewisiens et puissamment raclée par les glaciers quaternaires est dominée par trois grands inselbergs de grès torridonien (le Quinag, le Suliven et le Cul More) qui ponctuent le panorama de l’Assynt. Photo : C. Le Cœur, juillet 2018. B : Le Loch Assynt, vu vers l’Ouest, gravé par J. Swan à partir d’un tableau de J. Fleming (dans Leighton et al., 1839, p.177) : un lac sauvage, les ruines du château médiéval et les hautes parois du Quinag, inselberg de grès torridonien, barrées de replats résistants, vues dans une ambiance romantique. Crédit image © University of Illinois Library (James Collins collection). C : Deux coupes réalisées par Peach et al. (1907) dans l’Assynt. Outre la précision des levers de terrain et la complexité de la structure figurée, le croquis présente les agencements morphologiques dans une perspective d’explication (p. 510). A: General landscape view near Lochinver: three torridonian sandstone inselbergs (Quinag, Suliven and Cul More) dominate the low-lying glacially scoured Lewisian platform. Photo : C. Le Cœur, juillet 2018. B: A romantic view of Loch Assynt (view towards the West): engraving by J. Swan from a J. Fleming painting (in Leighton et al., 1839, p. 177). A large lake, some ruined castle, precipitous mountain and two travellers on a small road. Image credit © University of Illinois Library (James Collins collection). C: Cross sections in Assynt District drawn by Peach et al. (1907), showing the complexity of the Moinian thrust planes in relation to the geomorphic patterns in an explanatory way (p. 510).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 6 – Le Ben Arkle (Highlands du Nord-Ouest) vu du sud-ouest. Fig. 6 – Ben Arkle in Northwest Highlands, as seen from the Southwes.
Légende Le couronnement de quartzites cambriens chevauche le socle de gneiss lewisien. Les nappes d’éboulis produits par la gélifraction des quartzites viennent recouvrir un plan de charriage façonné en rampe inclinée dans les gneiss du socle, ce qui atteste du recul du versant au cours du Quaternaire (Sellier, 2002). Photo : C. Le Cœur, juillet 2018. Cambrian quartzites thrusted above Lewisian gneiss. White scree slope deposits from frost shattered quartzite spread down to the ice moulded platform shaped on gneissic basement rocks, indicating slope retreat during the Quaternary. Photo: C. Le Cœur, July 2018.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 7 – Schémas d’interprétation géologique et géomorphologique de l’île d’Arran (Ouest écossais) entre la fin du XVIIe siècle et le début du XXe siècle. Fig. 7 – Schematic interpretations of the geology and geomorphology of Isle of Arran (Western Scotland).
Légende A : J. Clerk of Eldin, gravure de 1787 en illustration de J. Hutton, The Theory of the Earth (1795) : coupe schématique du massif du Nord de l’île d’Arran, intrusion granitique ployant les terrains encaissants que l’on désigne de nos jours comme « intrusion diapirique ». Le paysage majestueux des hauts sommets (Goatfell, 874 m) échancrés par une profonde vallée glaciaire (Glen Rosa) est clairement figuré. Crédit image © Sir Robert Clerk Bt of Penicuik, reproduction avec son autorisation. B : Schéma structural reconstruit par Mac Culloch (1819), restituant les déformations des roches autour du pluton nord d’Arran. C : Coupe dans le massif nord d‘Arran établie par J. Bryce (1859). D : Coupe géologique du Massif nord d’Arran montrant les coupoles intrusives emboîtées. Les masses granitiques recoupent les séries encaissantes qui forment le piédestal de l’île. D’après Tyrrell (1928, fig. 21, p. 151). A: J. Hutton s’ Theory of the Earth offers a cross section of the Northern Arran granite complex, engraving by J. Clerk of Eldin (1787): this cross section shows the granitic intrusion (“diapiric intrusion”) bending the surrounding lands. The majestic landscape of the high peaks (Goatfell, 874 m) indented by a deep glacial valley (Glen Rosa) is clearly represented. Crédit image © Sir Robert Clerk Bt of Penicuik, reproduced with his permission. B: Reconstruction of northern Arran pluton by Mac Culloch (1819) showing large deformation of the country rock. C: Cross section by J. Bryce (1859) pointing out the country rock layout around the granite pluton. D: Geological cross section offering evidence of the emplacement of two intrusive granite units in the northern Arran pluton. After Tyrrell (1928, fig. 21, p. 151).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Fig. 8 – Bloc-diagramme et coupes en travers des montagnes du nord de l’Arran. Le croquis présente le système de vallées et de cuvettes dans un dispositif montagneux circulaire. Le Cœur (1994). Fig. 8 – Block diagram and cross sections showing the relationships between granite intrusive emplacement and hilly landforms of northern Arran. Le Cœur (1994).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 9 – Great Staple Tor, dans le Parc National du Dartmoor . Fig. 9 – Great Staple Tor in Dartmoor National Park.
Légende Ce tor granitique culmine à 455 m au-dessus de la vallée de la rivière Walkham, à l’ouest du massif. Il fait partie d’un ensemble d’empilement de blocs répartis sur une longue échine, faisant office de point de repère pour les randonneurs et de terrain d’escalade pour les grimpeurs. Crédit image © Nilfanion, octobre 2009, OS Open Data. This granitic tor culminates at 455 m above Walkham River valley, to the West of the massif, and forms a large stack of unweathered blocks at the top of a hill. The site is a nice viewpoint and a good climbing site. Image credit © Nilfanion, October 2009, OS Open Data.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 10 – Paysages et reliefs sous-glaciaires d’Irlande. Fig. 10 – Subglacial landforms and landscapes of Ireland.
Légende A : Les troupeaux de drumlins en partie submergés de la baie de Clew, vus des pentes du Croaghpatrick dans l’Ouest irlandais. Photo C. Le Cœur, mai 2012. B : Vue satellitaire de la rivière Erne dont la pente est si faible qu’elle est désignée comme Upper Loch Erne. Un cours en méandres entre les drumlins boisés et les dépressions qui les séparent. Il n’est pas possible de trouver un point de vue au sol. La frontière entre les deux parties de l’Irlande sinue dans ce dédale amphibie. Image © Google Earth, mars 2009. A: Clew Bay (Western Ireland) from Croagpartrick: Scattered drumlins invaded by the sea. Photo: C. Le Cœur, May 2012. B: Upper Lough Erne, satellite view. Very slow flowing river Erne is meandering in a labyrinth of small lakes and hills. There is no viewpoint on the drumlin field or on the whole lake. The border between the two parts of Ireland approximately follows this amphibious maze. Image © Google Earth, mars 2009.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 11 – Une vue verticale de la péninsule d’Ardnamurchan, à l’ouest de l’Écosse, telle que l’on ne la voit pas au sol faute d’un belvédère élevé. Fig. 11 – Ardnamurchan peninsula (Western Scotland) satellite view offering evidence of ring complex.
Légende La vue satellitaire montre clairement le dispositif de collines circulaires façonnées dans les intrusions hypovolcaniques tertiaires. Image Landsat © Google Earth, septembre 2008. Geological features are shaped into low hill and arcuate basins poorly apparent in the field, in the lack of elevated viewpoint. Landsat image © Google Earth, September 2008.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 12 – Paysages géomorphologiques de l’île de Skye dans l’archipel des Hébrides internes (Nord-Ouest de l’Écosse). Fig. 12 – Geomorphic landscapes of Isle of Skye in the Inner Hebrides archipelago (Northwest Scoltland).
Légende A : The Storr : vue sur l’escarpement de basalte et les panneaux détachés par les dynamiques de glissement rotationnel. Photo : C. Le Cœur, juin 2010. B : The Old Man of Storr : une image resserrée qui sert de décor étrange à des scènes de cinéma. Les glissements déclenchés lors de la déglaciation affectent tout l’escarpement de Trotternish. Les panneaux détachés de la paroi sont glissés et basculés. Leur aspect déchiqueté donne au paysage l’aspect d’un décor fantastique. Photo : C. Le Cœur, juillet 2018. C : Le glissement de Quiarang. Les panneaux basculés s’étagent sous l’entablement sommital. C’est un géomorphosite de grande ampleur qui permet une lecture claire du paysage et ouvre l’imaginaire du cinéma. Photo : C. Le Cœur, juillet 2018. D : Les petites cascades et les vasques des « fairy pools » font oublier les grands versants des Cuillin Hills de Skye, échancrés de cirques glaciaires qui ont déterminé un chenal proglaciaire. Photo : C. Le Cœur, juin 2010. A: The Storr escarpment in Trotternish is a classic example of postglacial rotational landslide along a basaltic slope. Photo: C. Le Cœur, June 2010. B: Details of the Old Man of Storr: this dramatic landscape with its sharp pinnacles detached from the basalt wall (paraglacial landsliding) offer a nice scenery for fantastic movies. Photo: C. Le Cœur, July 2018. C: Quiarang landslide: this large-scale geomorphosite, with its large benches in landslips below the basalt scarp, has hosted numerous movie shootings as a strange place opened to fantasy. Photo: C. Le Cœur, July 2018. D: At the foot of the Cuillin Hills, a meltwater channel with pools and small waterfalls which became very popular through a fairy legend (“fairy pools”). Photo: C. Le Cœur, June 2010.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13580/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Le Cœur, « Géomorphosites, paysages géomorphologiques et représentations iconographiques : quelques exemples au Royaume-Uni et en Irlande », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 25 - n° 3 | 2019, 207-220.

Référence électronique

Charles Le Cœur, « Géomorphosites, paysages géomorphologiques et représentations iconographiques : quelques exemples au Royaume-Uni et en Irlande », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 25 - n° 3 | 2019, mis en ligne le 13 décembre 2019, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/13580 ; DOI : 10.4000/geomorphologie.13580

Haut de page

Auteur

Charles Le Cœur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Laboratoire de Géographie Physique, UMR 8591 CNRS – Meudon, France (charles.lecoeur@lgp.cnrs.fr). Tel : +33 (0)1 45 07 55 52.

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals