Navigation – Plan du site

« S’il vous plaît… dessine-moi (…) »
La géodiversité dans la bande dessinée, quelques repères de la case au récit

“Please… draw me (…)”
Geodiversity in comic books, some guides from the panel to the narrative
Claire Portal
p. 253-268

Résumés

Cet article exploratoire vise à étudier les représentations de la géodiversité dans la bande dessinée. Il s’agit d’établir une typologie des formes que prend la géodiversité dessinée et d’identifier ses principales fonctions dans la construction d’un récit « en bande ». Deux approches méthodologiques sont ainsi appliquées à un corpus d’une cinquantaine de références. La première s’appuie sur la notion d’espace-créé, proposé par Champigny (2010). Dans le contexte de cette étude, elle permet de comprendre comment les éléments abiotiques représentés font partie du récit, au-delà du simple décor. Une typologie de la géodiversité dessinée, de la roche au paysage, des formes réalistes aux éléments inventés, est proposée. La seconde approche mobilise la dimension arthrologique : il s’agit de considérer les composants abiotiques comme des éléments d'articulation des vignettes dans le temps et dans l’espace, permettant une narration compréhensible par le lecteur, de la planche au récit (Groensteen, 2011). Nous verrons que la géodiversité dessinée est alors polymorphe et qu’elle constitue plus qu’un décor dans la bande dessinée : par la multiplicité des formes qu’elle prend, elle participe à l’esthétique et à l’ambiance d’une image, d’une planche et d’un récit ; par son intégration dans la narration, qu’elle organise et articule, elle devient indispensable au sens de l’histoire, en devenant même parfois un élément central : il ne s’agit alors plus d’une seule géodiversité générique – une montagne, un caillou - mais de géodiversités plurielles où cette montagne et ce caillou prennent une toute autre dimension.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article soumis le 12 juillet 2019, reçu sous sa forme révisée le 19 octobre 2019, définitivement accepté le 6 novembre 2019.

Texte intégral

L’auteure remercie les deux évaluateurs pour leurs conseils éclairants et leurs propositions pertinentes. Elle remercie aussi les éditions 303 et la Cité Internationale de la Bande Dessinée d’Angoulême pour l’autorisation de reproduction des images.

1. Introduction

1Géographes, géologues et géomorphologues ont toujours entretenu des liens étroits avec la pratique du dessin (Courtot, 2010) et plus spécifiquement avec l’art de représenter les formes de la terre. Les dessins scientifiques illustrent des théories (i.e., La non-conformité représentée par Hutton, Jedburgh, Écosse, 1788 ; Les formes du terrain de La Noë et de Margerie, 1888), par différentes techniques qui traduisent une volonté de transmettre des connaissances scientifiques (i.e. les écorchés, les blocs-diagrammes) : dans Méharées (1937), T. Monod explique l’histoire géologique du Sahara sous forme d’une recette de cuisine illustrée. Encore aujourd’hui, les géomorphologues affichent leurs pratiques variées du dessin (peintures et aquarelles, clair-obscur et estompage, etc.) (Courtot, 2018). Dans tous les cas, ces illustrations géologiques et géomorphologiques s’inscrivent dans des dimensions didactiques et esthétiques (Giusti, 2014 ; Motte, 2017 ; Sellier et Portal, 2018) mais dans une histoire en plan fixe, sans possibilité de tourner autour d’une forme ni de changer le point de vue sur le paysage sauf en réalisant d’autres illustrations, à la manière de P. Cézanne avec la Sainte-Victoire. Dans ce cas, chaque dessin, chaque tableau raconte sa propre histoire sans être connecté à d’autres. En se séquençant d’une image à l’autre, entrecoupée d’espaces – blancs le plus souvent –, les formes du terrain se dessinent aussi « en bande » : elles s’inscrivent à la fois dans la représentation fixe (la case, la vignette) mais aussi dans le mouvement induit par le passage d’une case à l’autre. La bande dessinée raconte une histoire en passant d’une vignette à la suivante, d’une planche à l’autre et dans laquelle la géodiversité prend une place spécifique : elle peut être représentée à la fois comme décor paysager mais aussi comme élément à part entière de la narration.

2Cet article exploratoire propose d’identifier les représentations de cette géodiversité dessinée dans toutes ses dimensions spatiales – de la case à la planche et au récit – et typologiques – de l’objet géologique au paysage géomorphologique – excluant les éléments qui ne sont pas lithiques (hydrologie, atmosphère) et incluant les pierres, les sols, les reliefs et les formes anthropiques. Le corpus, forcément incomplet, contient une cinquantaine de références. Il privilégie la bande dessinée d’auteurs occidentaux dont les récits amènent le lecteur dans des parties « identifiables » du globe, ou non. Il se concentre en particulier – mais pas uniquement – sur les romans graphiques dont il est difficile de donner une définition tant les productions éditées sous ce terme sont hétéroclites (Groensteen, 2006 ; Smolderen, 2006 ; Eisner, 2019) : le graphic novel, adopté aux États-Unis dans les années 1970, paraissait « plus approprié que le comic book pour des bandes dessinées sérieuses et de quelque ampleur » (Groensteen, 2006) ; c’est un terme qui « embrasse des œuvres non fictives et de vrais romans ou nouvelles [dessinés] » (Eisner, 2019). Un roman graphique offre une histoire en un seul ou plusieurs volumes où les auteurs sont libres en matière de création graphique (affranchissement des cases et des bulles traditionnellement utilisées, noir et blanc ou couleur, etc.).

3Après un bref état de l’art sur la bande dessinée comme support d’analyse, le cadre méthodologique est présenté. Il mobilise deux démarches développées au cours de recherches menées sur la bande dessinée : la première convoque la notion d’espace-créé que Champigny (2010) définit comme « un monde inventé par la bande dessinée, forcément imaginaire, sans pour autant être déconnecté du réel ». Entre formes réalistes et totalement fictives, nous verrons que la géodiversité prend des aspects multiples dont les différentes représentations sont inventoriées. Le second principe s’appuie sur le concept d’arthrologie défini stricto sensu par Groensteen (2011) comme la science des articulations. Les composants abiotiques sont alors considérés comme des éléments d'articulation des vignettes dans le temps et dans l’espace, permettant une narration compréhensible par le lecteur. Dans ce contexte, ils obéissent finalement à des critères aussi bien visuels que narratifs. Ainsi, si cette étude focalise son attention sur les représentations dessinées de la géodiversité, certains éléments textuels viendront illustrer ponctuellement le propos. En devenant un sujet cognitif, la géodiversité représentée constitue alors bien plus qu’un simple décor dans l’univers de la bande dessinée ; par son intégration dans la narration, elle devient aussi indispensable à la cohérence du récit, devenant même parfois un personnage, sur le modèle du « rocher qui parle » : il ne s’agit alors plus d’une seule géodiversité générique regroupant différentes formes représentées mais de géodiversités plurielles reflétant plusieurs acceptions.

2. Bande dessinée et géodiversité : bref état de l’art et cadre méthodologique

2.1. La bande dessinée comme support d’analyse

4Longtemps considérée comme un « objet culturel non identifié » (Groensteen, 2006), la bande dessinée constitue depuis les années 1970 un support d’analyse des sociétés contemporaines (Ory, 2013) : en kiosque, elle fait régulièrement la une d’une presse généraliste pointue (i.e., les magazines Philosophie magazine « Spécial bande dessinée : la vie a-t-elle un sens », 2012 ; Historia « Tintin et la mer », 2014 ; 303, « Bandes dessinée » (fig. 1) ; Géohistoire, « Lucky Luke et la conquête de l’Ouest », 2018) ; dans l’enseignement secondaire, elle est mobilisée comme outil pédagogique (Vandermeulen, 2017). À l’université, si le sémiologue P. Fresnault-Deruelle avait déjà posé les premières pierres de l’étude de la bande dessinée (1972), les écrivains Peeters (2003), Morgan (2003) et l’historien Groensteen (2011) en ont décortiqué les procédés narratifs ; l’historienne de la littérature Baron-Carvais (2007) y consacre un ouvrage généraliste et didactique et la Bibliothèque nationale de France, deux expositions (Groensteen, 2000 ; Alexandre-Bidon, 2013) ; enfin, le scénariste et essayiste Smolderen s’intéresse aux différentes Naissances de la bande dessinée (2009). Plusieurs disciplines, l’histoire et la géographie en particulier, se sont récemment emparées de cet art comme corpus d’étude, révélateurs de représentations sociales et spatiales : la ville, l’architecture et la bande dessinée s’entremêlent (Thévenet et al., 2010 ; Landot et Tratnjek, 2014), l’histoire du XXe siècle est revisitée par J. Tardi et D. Vandermeulen pour la Grande Guerre, par P. Collin et S. Goethals pour la Seconde Guerre Mondiale et par H. Pratt pour l’entre-deux-guerres (Ory, 2013) ; le récit de voyage dessiné devient aussi un objet littéraire (Vrydaghs, 2010).

Fig. 1 – Illustration réalisée par Brüno pour la couverture du n° 144 « Bandes dessinées » de la revue 303 arts, recherches, créations, Collectif, 2016.
Fig. 1 – Cover front by Brüno for the n°144 “Bandes dessinées” of the Pays de la Loire regional journal (France) 303. Arts, recherches, créations (Collectif, 2016).

Fig. 1 – Illustration réalisée par Brüno pour la couverture du n° 144 « Bandes dessinées » de la revue 303 arts, recherches, créations, Collectif, 2016.  Fig. 1 – Cover front by Brüno for the n°144 “Bandes dessinées” of the Pays de la Loire regional journal (France) 303. Arts, recherches, créations (Collectif, 2016).

© Éditions 303 - Brüno. 

5En géographie, la bande dessinée constitue un objet mobilisé par des chercheurs pour comprendre les représentations spatiales (Dittmer, 2014), cartographiques (Peterle, 2017 ; Veschambre, 2017 ; Moore et al., 2018), selon des thématiques larges, i.e., l’Égypte (Groensteen, 1998), ciblées par auteurs ou personnages ; i.e., Tintin (Justens et Préaux, 2011 ; Mérand, 2015 ; Arnould et al., 2018), ou par entrées géographiques comme les paysages sous-marins (Le Dû-Blayo, 2014). Plus largement, l’espace et le temps dans la bande dessinée deviennent des sujets d’étude à part entière (Champigny, 2010) ; en 1992, J.-F Douvry et C. Serrière composent un atlas des pays imaginaires de la bande dessinée ; en 2013, S. Dardaillon et C. Meunier étudient la série autobiographique Paul de M. Rabagliati sous différents angles spatio-temporels, s’essayant à la cartographie des espaces montréalais évoqués dans l’ouvrage ; Dittmer et Latham (2015) consacrent leur étude au temps et à l’espace du récit graphique The Rut, de l’illustrateur Dave McKean mis en scène lors d’une exposition à Londres en 2010. Dans ce contexte de productions et de recherches diversifiées, la géodiversité reste encore peu étudiée pour elle-même, hormis les travaux précurseurs de Goyallon et al. (1996) (série didactique Les observateurs de la Terre éditée par le BRGM, annexe 1) et de Gomez (2014) sur l’intérêt de l’utilisation de la bande dessinée pour l’enseignement de la géographie physique à l’université. La bande dessinée donne pourtant à voir, à lire et à étudier une représentation de mondes dans lesquels la géodiversité prend des aspects polymorphes.

2.2. Créer des mondes : de l’espace-créé à la géodiversité inventée

6Les auteurs de bande dessinée imaginent des mondes et créent des espaces qui inscrivent leurs récits dans un univers. Dans sa thèse sur L’espace dans la bande dessinée, Champigny (2010) s’intéresse à la dimension spatiale de la bande dessinée et propose la notion d’« espace-créé » comme cadre d’analyse. Deux points d’intérêt émergent de cette étude : celui de l’invention d’espaces et celui de leurs fonctionnements. Il s’agit de comprendre comment la narration forme l’espace-créé et comment ce dernier participe à la mise en récit. L’« espace-créé » est un mélange d’éléments issus du réel et d’éléments fictifs ou les signifiés [les représentations mentales d'une chose] qui le forment ont même valeur qu’ils soient produits du réel ou de l’imaginaire » (Champigny, 2010). Dans tous les cas, ces espaces dessinés sont des espaces représentés qui, pour la crédibilité et la fluidité de la narration, se rapportent à la question de la vraisemblance, créant ainsi un lien entre le lecteur et cet espace. Dans ce contexte, la géodiversité et son aspect paysager font partie de cet espace-créé : dès les premières bandes dessinées, elle s’inscrit dans différentes représentations graphiques (Smolderen, 2009 ; Alexandre-Bidon, 2013). Ces représentations vont connaître un développement important avec la multiplication des récits d’aventure, ce genre générique où entre finalement un ensemble de sous-genres (science-fiction, polar, etc.), entraînant la représentation de multiples paysages, et donc d’une géodiversité terrestre « réaliste », potentiellement identifiable, et d’une géodiversité extraterrestre dont les formes rappellent certains paysages terrestres (Bétard et Peulvast, ce numéro).

7Intégrée à l’espace d’une case, d’une planche ou d’un récit, cette géodiversité dessinée participe à la composition de cet « espace-créé » en lui donnant du sens. Elle participe à l’expérience du lecteur, une expérience entre espace et temps (Tuan, 2006) où le spectateur extrapole un récit à partir de ce que l’image représente grâce à ce qu’elle montre (Groensteen, 2011). Dans ce contexte, une typologie graphique des formes abiotiques représentées est proposée : elle vise à inventorier les différents éléments abiotiques tels qu’ils sont dessinés dans les ouvrages qui constituent le corpus. Deux objectifs sont adossés à cette typologie : le premier permet de saisir la diversité des formes dessinées ; le second offre la possibilité d’ébaucher une analyse sur le rôle de ces éléments dans la composition d’une vignette. Cependant, cette typologie ne peut suffire à l’analyse des représentations de la géodiversité dans la bande dessinée dont la spécificité se caractérise par la coprésence d'images, la solidarité iconique (Peeters, 2003 ; Groensteen, 2011). Il s’agit alors de mettre en relation ces représentations avec la construction du récit.

2.3. Construire le récit ou quand la géodiversité fabrique une narrativité : spatio-topie et arthrologie

8Dans son Système de la bande dessinée, Groensteen (2011) focalise son analyse sur la page (la planche), soit sur le niveau « macro-sémiotique ». Son système repose sur trois concepts : la spatio-topie, l’arthrologie et le tressage, chacun d’eux demandant la mobilisation simultanée de l’ensemble des codes visuels et narratifs qui construit une planche. Dans ce contexte, il privilégie l’image sur la parole, invoquant le concept de solidarité iconique, malgré une présentation d’images indépendantes et séparées. Pour Groensteen, les images peuvent être dites solidaires quand elles se succèdent graphiquement, apparaissant au lecteur comme « plastiquement et sémantiquement surdéterminées par le fait même de leur coexistence in praesentia » (Groensteen, 2011). Sa spatio-topie se rapporte ainsi à l’espace de la mise en page. La forme, la taille et la position de la vignette sont analysées à l’échelle d’une planche puis dans la bande dessinée entière. L’arthrologie se réfère aux relations entre les planches : elle peut être restreinte – la relation entre vignettes – et élargie – les relations entre les planches. Groensteen distingue deux modes d’articulation : le quadrillage considère la façon dont une planche est spatialement organisée ; le tressage représente les relations entre les vignettes pour que le récit soit cohérent : un motif peut par exemple être répété dans plusieurs cases et créer un repère pour le lecteur.

9Comme l’indique l’auteur, dans la bande dessinée, il n’y a pas de sémiotique orthodoxe mais une sémiotique large. Autrement dit, il n’y a pas de norme sémiologique que les auteurs doivent spécifiquement respecter. Enfin, toujours dans le cadre de cette analyse cognitive, les ellipses narratives (l’espace inter-iconique, soit le « blanc » entre les cases par exemple) symbolisent la bande dessinée en tant qu’art séquentiel (Eisner, 2019). Des éléments, implicites, ne sont pas représentés mais pensés par le lecteur. Celui-ci est alors amené à concevoir l’existence d’un paysage ou d’un décor lorsque ceux-ci ne sont pas dessinés. Ils apparaissent implicitement dans sa conscience. Le processus est le même pour les ellipses textuelles. En considérant la géodiversité dessinée comme élément du récit, nous allons voir qu’elle apparaît comme un objet arthrologique, participant à un processus narratif multi-scalaire d’une case à l’autre, dans la composition d’une planche, puis d’une planche à l’autre et enfin, donnant sens à l’album entier. La géodiversité représentée est ici étudiée comme un élément spatio-topique dont l’articulation participe à la sémiologie, sans avoir forcément recours à une narration écrite. Enfin, comme indiqué dans l’introduction, si le texte (narration de l’auteur, dialogues, pensées de personnages, etc.) n’est pas le sujet principal de cette recherche, nous verrons qu’il participe à la construction de la géodiversité comme élément « iconotextuel » (Nerlich, 1990) contribuant à l’élaboration du récit.

3. Sélectionner, classer et définir les géodiversités dessinées : démarche et critères

10Comme précisé en introduction, la géodiversité est convoquée dans son sens large, de la roche aux paysages, incluant les sols, les reliefs et les formes anthropiques. Cette diversité de formes et d’échelles spatiales offre des possibilités infinies, accrues par l’importante production contemporaine de bandes dessinées : le corpus a ainsi été restreint au roman graphique occidental, un format adapté à l’analyse arthrologique et à la construction du récit et de la narration. Le corpus a été constitué en plusieurs temps. Le premier consiste à aller « piocher » dans la littérature grise qui, souvent abondamment illustrée, aborde la bande dessinée selon différents angles qui ne concernent pas spécifiquement la géodiversité mais pour lesquels des illustrations en contenant sont utilisées. Dans un deuxième temps, le catalogue en ligne de la Cité Internationale de la Bande dessinée a permis d’orienter la recherche par mots-clefs parmi lesquels des termes relevaient explicitement du vocabulaire géo-morpho-logique et géographique (« relief karstique », « souterrain », « paysage ») mais aussi en lien avec des genres qui évoquent une géodiversité spécifique (« western »). Qu’il s’agisse des ouvrages spécialisés ou du catalogue de la Cité, les planches de bandes dessinées et les références utilisées nous ont aiguillé vers des publications pertinentes pour notre étude. Enfin, dans un troisième temps, les ressources de différentes bibliothèques ont été mobilisées : médiathèque, bibliothèque universitaire, bibliothèque de l’auteure.

11Une centaine de bandes dessinées pertinentes pour cette étude a été consultée : ces ouvrages constituent une première bédéthèque de la géodiversité dessinée « en bande » (annexe 1). Grâce à cette bédéthèque, une typologie comptant 16 catégories de formes abiotiques représentées est proposée (tab. 1) avec une description de chacune d’entre elles. Ces descriptions ont été élaborées en fonction des types de formes dessinées, du caillou aux paysages terrestres et extraterrestres ; sans être exhaustive, elles mettent en lumière les principaux « rôles » que tient la nature abiotique dessinée. À partir de ces ouvrages, une sélection des bandes dessinées les plus exemplaires a été effectuée : il s’agit d’identifier les ouvrages où les représentations des formes abiotiques sont les plus diversifiées et les plus illustratives de la typologie déterminée. Ces 55 ouvrages constituent le corpus de cette étude et sont repérés avec un astérisque dans l’annexe 1. Nous précisons ici que compte tenu de la taille du corpus et du nombre de représentations de géodiversités dessinées, nous avons illustré les résultats avec des images libres de droit ou dont la publication a été autorisée. Les figures 9A-B et 10A-B ont été remaniées ou redessinées par l’auteure.

Tab. 1 – Typologie des géodiversités dessinées : terminologie et définitions classées du centre de la Terre vers l’univers.
Tab. 1 – Types of drawn geodiversities: terminology and definitions classified from the center of the Earth toward the universe.

Tab. 1 – Typologie des géodiversités dessinées : terminologie et définitions classées du centre de la Terre vers l’univers.   Tab. 1 – Types of drawn geodiversities: terminology and definitions classified from the center of the Earth toward the universe.

4. Résultats

4. 1. Les géodiversités dessinées : espaces-créés et représentations

4.1.1. De la pierre jetée aux décors paysagers : une géodiversité en mouvement

12Dans les prémices de la bande dessinée (i.e., les romans en estampes de William Hogarth du milieu du XVIIIe siècle), la représentation de la géodiversité se résume à un trait de crayon qui pose le sol de l’action ou marque l’horizon d’un proto-paysage : l’important n’est pas le décor mais l’action des personnages (Smolderen, 2009 ; Alexandre-Bidon, 2013). Les représentations de la géodiversité dessinée en cases se diversifieront ensuite : en 1839, A. Töpffer pose le décor des scènes de Monsieur Vieux Bois dans un paysage pastoral et alpestre suisse (fig. 2) ; en 1895, Mr Willieboy, un personnage colérique d’A.B. Frost, se saisit d’une pierre pour détruire une bicyclette (fig. 3). Du caillou au paysage, la géodiversité prend des aspects multiformes dès l’invention de la bande dessinée. Elle peut être intégrée à l’action en tant qu’agent, comme la pierre jetée, et être à l’origine de l’action (i.e. un cheval s’arrête au bord du précipice) ; elle peut aussi constituer le décor, pour tout ou partie, d’un récit. Souvent, elle se situe entre les deux : la figure 1 montre une géodiversité qui constitue un paysage mobile entraînant la fuite des personnages face aux chutes de pierres ; dans la figure 2, la géodiversité se confond avec un élément du paysage, comme c’est le cas pour les rochers affleurant et supportant diverses activités des personnages (contemplation, pêche) ; dans la figure 3, un caillou saisi par Mr Willieboy impulse une action dynamique.

Fig. 2 – Paysage de montagne suisse, extrait de A. Töpffer, Histoire de Mr. Vieux Bois (1860, p. 65).
Fig. 2 – Swiss mountain landscape, extract of A. Töpffer, Histoire de Mr. Vieux Bois (1860. p. 65).

Fig. 2 – Paysage de montagne suisse, extrait de A. Töpffer, Histoire de Mr. Vieux Bois (1860, p. 65).  Fig. 2 – Swiss mountain landscape, extract of A. Töpffer, Histoire de Mr. Vieux Bois (1860. p. 65).

© 2015 la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

Fig. 3 – Une géodiversité en mouvement, extrait de Frost, Is the unexpected that happens (1895, p. 109).
Fig. 3 – A moving geodiversity, extract of Frost, Is the unexpected that happens (1895, p. 109).

Fig. 3 – Une géodiversité en mouvement, extrait de Frost, Is the unexpected that happens (1895, p. 109).  Fig. 3 – A moving geodiversity, extract of Frost, Is the unexpected that happens (1895, p. 109).

© Public Domain, Google, Inc. 

13Dans d’autres contextes, elle s’intègre au décor paysager qui inscrit le récit dans un paysage spécifique, comme pour les « grands rochers » et les paysages de western, pour les géodiversités souterraines, sous-marines et littorales (fig. 4A-B) et extraterrestres (Bétard et Peulvast, ce numéro). Enfin, en tant que média iconotextuel, la géodiversité peut interagir avec un personnage et être le sujet d’une réflexion intérieure comme dans Le photographe, de Guibert et al. (2010) : « C’est un des trucs les plus majestueux que je connaisse. Il est là, face aux montagnes, il met ses mains en porte-voix et lance son appel [à la prière] (…). Ici, c’est rauque, dépouillé et ça ricoche, de loin en loin, sur les sommets », ou faire l’objet d’un dialogue comme dans Cycling around Iceland, de Leka et Leka (2012) « Noooooonnn ! d’où viennent toutes ces montées ? J’ai toujours eu l’impression qu’il y avait une répartition égale entre les creux et les bosses, mais non ! »

Fig. 4 – Géodiversité sous-marine et littorale.
Fig. 4 – Underwater and coastal geodiversity.

Fig. 4 – Géodiversité sous-marine et littorale.   Fig. 4 – Underwater and coastal geodiversity.

A : Affiche du 9e Festival de bande dessinée de Perros-Guirec © Olivier Boiscommun (2002) ; B : Affiche du 13e Festi BD Des calanques et des bulles. © Roger Widenlocher (2011).
A: Poster of the 9th Perros-Guirec Comics Festival © Olivier Boiscommun (2002); B: Poster of the 13th Festi BD Des calanques et des bulles. © Roger Widenlocher (2011).

4.1.2. Entre géodiversité réaliste et géodiversité imaginaire

14L’art de représenter la géodiversité est relié aux autres arts graphiques et aux différentes techniques de représentation dont vont dépendre les couleurs employées (i.e., noir et blanc pour les estampes et les gravure, eaux-fortes (Baetens, 2008) et le style de trait dont découle la forme et les détails de cette forme : une représentation utilisant la ligne claire – technique théorisée par Hergé (Les aventures de Tintin) systématisant le contour des objets, des personnages et des décors d’un trait à l’encre de même épaisseur sans ombres ni hachures (Groensteen, 2000) – tranche avec les représentations d’E. Lepage, de H. Tanquerelle, de L. Mattoti ou de F. Erre. De ces techniques et styles va aussi dépendre le réalisme des représentations de la géodiversité. Dans le cas des récits de voyages, elles peuvent s’approcher de la peinture « sur le motif », réalisée in situ où le dessinateur croque le réel : c’est le cas pour les paysages autobiographiques du Chemin de Saint-Jean de Baudoin qui a parcouru plusieurs fois l’itinéraire, s’installant sur les points de vue et remplissant son « carnet de promenade », approchant le carnet naturaliste (Sohet, 2001 ; Mao, 2014), du littoral vendéen de Davodeau où l’on reconnaît les Cinq pineaux de Sion-sur-l’Océan, de la famille Fenouillard qui découvre la baie du Mont Saint-Michel (fig. 5A) (Hoerner, 2007) ou encore de la Côte de Granite Rose d’Hermann (fig. 5B).

Fig. 5 – Le Mont-Saint-Michel et la Côte de granite rose.
Fig. 5 – The Mont-Saint-Michel and the Côte de Granite Rose.

Fig. 5 – Le Mont-Saint-Michel et la Côte de granite rose.   Fig. 5 – The Mont-Saint-Michel and the Côte de Granite Rose.

A : Extrait de Christophe, La famille Fenouillard, (1893, p. 21), source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France ; B : Affiche du 12e Festival de Bande dessinée de Perros-Guirec, © Hermann (2005).
A: Extract from Christophe, La famille Fenouillard (1893, p. 21), source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France; B: Poster for the 12th Perros-Guirec Comics Festival © Hermann (2005).

15 Dans certains cas, la géodiversité est scientifiquement informée, en particulier lorsqu’elle s’adosse à une représentation cartographique : dans Les Ignorants, la carte de Davodeau est commentée par le viticulteur : « … nous sommes sur le bord d’une des failles les plus orientales du Massif armoricain… les derniers cailloux bretons ! ». Avec ou sans courbes de niveau, les représentations cartographiées, souvent associées aux chroniques du quotidien ou aux récits historiques inscrivent la géodiversité dessinée dans une approche géographique d’espaces fictifs mais réalistes : dans les Vieux Fourneaux, la carte qui représente l’Archipel Anarchiste Autonome de la mer de Paname représente des configurations topographiques de Paris intra-muros reconnaissables et accueillant ces différentes îles-reliefs imaginaires.

16 Les globes terrestres constituent une représentation de la géodiversité vue en plongée depuis l’espace (fig. 6A) : les continents et les océans, réalistes ou figuratifs, sont finalement matérialisés par un trait de côte. De la même façon, la géodiversité extraterrestre, moteur des récits de science-fiction, propose des paysages et des formes imagées réalistes ou totalement détachées d’une possible réalité : dans des récits de Schuiten et de Abeille (2010), les reliefs se confondent avec les buildings de villes perdues ; la figure 6B montre les cratères de la Lune matérialisé par des dessins de personnages de bande dessinée. Enfin, certaines formes se révèlent incontournables selon les genres des récits, comme pour les épopées préhistoriques : comiques ou satiriques, Our antediluvian ancestors de Opper (1903), BC (pour Before Christ) de Hart (première parution en 1958), et Silex and the City (premier volume en 2009), convoquent inévitablement grottes, volcans et rochers, chaque auteur mettant en scène ces formes, à la fois comme décor mais aussi comme motif récurrent inclus et intervenant dans la narration (volcan capricieux, problème de grotte de voisinage, rochers panoramiques, etc.) (fig. 7A-B).

Fig. 6 – Géodiversité terrestre vue de l’espace et géodiversité extra-terrestre, affiches du 30e et 40e Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.
Fig. 6 – Terrestrial geodiversity from space and extra-terrestrial geodiversity, posters from the 30th and 40th Comics International Festival of Angoulême.

Fig. 6 – Géodiversité terrestre vue de l’espace et géodiversité extra-terrestre, affiches du 30e et 40e Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.   Fig. 6 – Terrestrial geodiversity from space and extra-terrestrial geodiversity, posters from the 30th and 40th Comics International Festival of Angoulême.

A : © François Schuiten, 2003 ; B : © Jean-Claude Denis, 2013.
A: © François Schuiten, 2003; B: © Jean-Claude Denis.

Fig. 7 – Géodiversités préhistoriques, extraits de Opper, Our antediluvian ancestor, (1903) (A : p. 14 ; B : p. 26). © Open Library OL25753385M.
Fig. 7 – Prehistoric geodiversities, extracts from Opper, Our antediluvian ancestor, (1903) (A: p. 14; B: p. 26). © Open Library OL25753385M.

Fig. 7 – Géodiversités préhistoriques, extraits de Opper, Our antediluvian ancestor, (1903) (A : p. 14 ; B : p. 26). © Open Library OL25753385M.   Fig. 7 – Prehistoric geodiversities, extracts from Opper, Our antediluvian ancestor, (1903) (A: p. 14; B: p. 26). © Open Library OL25753385M.

4.1.3. Focus sur la géodiversité anthropique : des sols aux carrières

17Les géodiversités artificielles imprègnent un grand nombre de récits, tous genres confondus : souvent incluses dans un paysage, elles peuvent s’insérer en tant que motif récurrent (sols remaniés par une machine ou à la petite cuillère comme dans Jolies ténèbres). Les formes les plus importantes peuvent être le sujet principal de la case. Dans certains récits fantastiques, le sol peut se matérialiser par un être vivant support d’un petit personnage qui marche ou grimpe (une tortue dans Blue Berry, un crâne humain dans Moi, fou). Parmi les différents types de surfaces anthropisées, les sols pavés et les empreintes de pas apparaissent comme des motifs récurrents, à la fois à l’intérieur d’une case, mais aussi sur la totalité d’un récit. Le cas des empreintes de pas reflète l’ambivalence fixité/mouvement représentée par des géodiversités dessinées : souvent inscrites dans un substrat sableux, ces traces indiquent le passage d’humains, d’animaux ou du vent. Les marques sont fixées dans l’image mais témoignent de mouvements sur un sol, passés ou récents quand les personnages sont matérialisés, et qui occupent parfois une vignette entière.

18Vraisemblante ou totalement imaginaire, la géodiversité dessinée participe à la narration et constitue un des composants de l’espace-créé : en tant qu’élément paysager, elle fait partie d’un décor où le récit se déroule ; en tant qu’agent, elle participe à la narration, pouvant parfois se rapprocher d’un rôle secondaire du cinéma : dans la série Julius Corentin Acquefaques de Marc-Antoine Matthieu, les dunes mobiles, presque vivantes, constituent à la fois un décor récurrent et un personnage des récits. Le sable qui les constitue est en fait des milliers de lettres formant des mots : à la fois naturelle (dune) et anthropique (lettres), cette géodiversité artificialisée devient un élément arthrologique, articulant le récit.

4.2. Au-delà du décor : des géodiversités arthrologiques 

19Avant l’invention de la bande dessinée contemporaine, l'image unique oblige les artistes à trouver des procédés permettant au lecteur de « scander les moments successifs d'un même épisode » (Alexandre-Bidon, 2013) : dans une des illustrations du Décaméron de Boccace (milieu du XVe siècle), un grand rocher sépare les différents temps de l’action. L’image se lit de droite à gauche, autour du rocher : « un personnage s'apprête à prendre la mer ; il fait naufrage ; une lavandière qui œuvrait sur la plage le sauve » (ibid.). Le grand rocher remplace le « blanc » entre des cases imaginaires marquant les séquences de façon fictive. Dans cette œuvre, le rocher est central et constitue un élément arthrologique : il permet d’articuler une narration, dont les épisodes se succèdent de manière intelligible et dans un ordre chronologique. Dans les récits contemporains, les géodiversités représentées participent à la scénarisation du récit et constituent des éléments spatio-topiques de trois façons différentes.

4.2.1. Des géodiversitiés multicadres

20Comme nous l’avons vu dans le point précédent, la géodiversité dessinée s’inscrit dans une vignette dont la forme et la taille impliquent une adaptation du dessin (et inversement). Ces cases composent une planche de bande dessinée, un ensemble architectural multicadre (Groensteen, 2011). Peeters (2003) évoque alors une « mise en page productrice » – le cadre motive la représentation – ou une mise en page rhétorique – la représentation implique une forme de cadrage. À ces deux échelles, vignette ou planche, la géodiversité est très malléable : elle se dessine en paysage ou en portrait, horizontal ou vertical, accueillant par exemple pour le premier un littoral (fig. 8A) et pour les seconds, les pics, les sommets, les gorges (fig. 8B), sans que cela ne soit une règle établie, ni pour la forme des cases, ni pour les types de géodiversités dessinées.

Fig. 8 – Littoral et montagne, affiches du 7e Festival caribéen de la bande dessinée, du manga et de l’album jeunesse en Guadeloupe - Caribulles et du 47e Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.
Fig. 8 – Coastal zone and mountains, posters of the 7th Comics, manga and children picture books Caribean Festival (Caribulles) and of the 40
th Comics International Festival of Angoulême.

Fig. 8 – Littoral et montagne, affiches du 7e Festival caribéen de la bande dessinée, du manga et de l’album jeunesse en Guadeloupe - Caribulles et du 47e Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.   Fig. 8 – Coastal zone and mountains, posters of the 7th Comics, manga and children picture books Caribean Festival (Caribulles) and of the 40th Comics International Festival of Angoulême.

A : © Sylvain Savoia, 2016 ; B : © Catherine Meurisse - la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, 2019.
A: © Sylvain Savoia, 2016; B: © Catherine Meurisse - la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, 2019.

21 La spatialité de la planche se construit en fonction de l’orientation graphique de ces représentations (le « quadrillage » de Groensteen, 2011), le sens de lecture en est alors déterminé, impliquant une réelle réflexion des auteurs dans la construction spatiale des planches qui organise un récit intelligible. Dans ce contexte, les possibilités d’organisation sont nombreuses et ont encore été élargies avec l’explosion des cadres classiques (modèle Tintin) : une grande vignette peut contenir des cases plus petites, le sol peut faire office de séparation « terre-ciel » entre deux cases, à la façon d’un carnet de croquis et les éléments habituellement contraints dans leur case en sortent, influant sur les relations entre les vignettes, soit sur le « tressage » de la planche (ibid.).

4.2.2. Des géodiversités intericoniques

22La construction d’un récit cohérent implique que des vignettes qui apparaissent comme spatialement et contextuellement indépendantes soient reliées entre elles avec, par exemple, la répétition d’un motif. Lorsqu’il relève de la géodiversité, ce motif peut prendre des formes variées. Pour illustrer ces inter-iconicités, Peeters (2003) prend pour exemple une séquence de trois cases, empruntée à Hergé (fig. 9A). Il montre l’effet cinématographique restitué avec le séquençage des vignettes et des montagnes immobiles : les personnages avancent, dans un grand paysage où la montagne n’est que d’un seul tenant. Ici, un même paysage s’étend sur une seule bande fractionnée en trois cases. La géodiversité constitue une même unité spatiale alors que le découpage multicadre confère une fraction temporelle. Ce procédé pourrait se rapprocher d’un travelling cinématographique, croisé avec un panoramique. Dans Le photographe (Guibert, 2010), le personnage principal E. Guibert, un des co-auteurs, se cache dans une excavation dessinée sur cinq vignettes. Le lecteur se retrouve avoir le point de vue du narrateur, figé et encadré par la roche qui l’intègre, lui donnant à voir les paysages afghans (fig. 9B).

Fig. 9 – Exemples de géodiversités arthrologiques.
Fig. 9 – Some arthrological geodiversities examples.

Fig. 9 – Exemples de géodiversités arthrologiques.   Fig. 9 – Some arthrological geodiversities examples.

A : Montagnes tibétaines façon, © Hergé, 1960 ; B : Roches « abri » et « panorama » façon, © Guibert et al. 2010.
A: Tibetan Mountains like, © Hergé, 1960; B: Rocks “shelter” and “panoramic view” like, © Guibert et al. 2010.

23 À l’inverse, l’absence ou la parcimonie de décor, et donc de géodiversité, a aussi un sens : elle permet la mise en avant des personnages et de la scène. Lorsqu’un récit se déroule dans un désert, seules les empreintes de pas indiquent la présence d’un substrat sableux et donc d’un environnement : ces déserts, parfois en noir et blanc, accueillent des personnages perdus, physiquement et métaphoriquement, et évoquent des mondes peu accueillants. La géodiversité prend alors un sens qui dépasse sa consistance « physique » ; le texte vient en appui pour augmenter cette dimension symbolique comme dans Le décalage de Matthieu (2013) : « le sable… c’est ce qui reste quand tout a disparu. – Vous oubliez le stade d’après : la poussière ».

4.2.3. Des géodiversités introspectives

24Enfin, les géodiversités dessinées prennent souvent un sens réflexif, en particulier dans les récits autobiographiques. Dans le Chemin de Saint-Jean, E. Baudoin s’adresse au lecteur qui l’imagine assis sur un rocher : « tout est trop ou trop peu. Qu’est-ce que je dois faire ? Dessiner simplement la pierre sur laquelle je suis ? À elle aussi j’appartiens. Je la recopierai sous tous ses angles. Ensuite, pourquoi pas, j’irai chercher une loupe. Mais je deviendrai fou, et je voudrai avec un microscope peindre jusqu’aux atomes de ce stupide bloc de calcaire qui me fait mal au cul ». Le lecteur suit ensuite l’auteur-humain qui se métamorphose progressivement en caillou (fig. 10A), dont les sillons matérialisent sa peau (Mao, 2014). L’auteur raconte sa propre histoire, en quasi-symbiose avec une forme de géodiversité – ici une pierre. Dans Moins d’un quart de second pour vivre (1991), L. Trondheim et J.-C. Menu mettent en scène un rocher sur lequel est assis un personnage (fig. 10B). La vignette se répète par séquence de quatre cases sur le mode d’une itération iconique où seul le texte du personnage qui dialogue avec le rocher varie :

Fig. 10 – Géodiversités introspectives.
Fig 10 – Introspective geodiversities.

Fig. 10 – Géodiversités introspectives.   Fig 10 – Introspective geodiversities.

A : « L’auteur-caillou », Baudoin, 2002 ; B : le « rocher-question », Trondheim et Menu, 1991.
A: the « rock-author », Baudoin, 2002; B: the « rock-question », Trondheim et Menu, 1991.

25 Case 1 – « Rocher : Tu te ronges les ongles parce que tu as des problèmes, hein ? N’est-ce pas ?

26 Case 2 – Rocher : Un problème existentiel même, non ? Que faire de ta vie ? Qui es-tu ? Es-tu vraiment là ? Vers quoi te diriges-tu ?

27 Case 3 – Rocher : As-tu vraiment le choix ? Dieu est-il à la base de tout ? Le hasard existe-t-il ?

28 Case 4 – Personnage : Dommage qu’on ne puisse pas voir le panorama depuis ce rocher-question ».

29 Dans ces deux exemples, le caillou et le rocher sont des outils transitionnels qui permettent au narrateur de faire part de ses pensées au lecteur. Ils constituent alors un double élément arthrologique : à la fois élément matériel articulant le récit de case en case et de planche en planche, ces cailloux et rochers permettent une autre lecture, métaphorique et intime, des pensées de l’auteur, inscrite dans un récit plus large.

30 Dans les bandes dessinées sans parole, la géodiversité prend aussi un sens particulier. En plus des personnages, les éléments du décor sont la narration : ils sont indispensables à la compréhension du récit (i.e., Arzach de Moebius) ou, lorsque l’histoire est centrée sur des personnages, ils s’insèrent à des moments clefs : sans parole, leur sens est décuplé (i.e., Là où vont nos pères de S. Tan). Les éléments abiotiques sont alors à la fois espace-créé et élément arthrologique, indispensables à la compréhension du récit.

5. Conclusion

31Les géodiversités dessinées sont des éléments marquants dans l’art de la bande dessinée. Représentées dès les premières bandes dessinées, elles sont des composants ambivalents de l’espace-créé, parfois réalistes, souvent imaginaires, toujours uniques mais devenant parfois un motif récurrent. Elles prennent des formes multiples dans leurs échelles de représentation et dans leurs substances. Les différentes approches artistiques – ligne claire, ombrage – l’influence de la couleur, les styles de formes – arrondies, géométriques – permettent de développer à l’infini les représentations dessinées de la géodiversité. Dans ce contexte narratif, la géodiversité fait partie du récit, appartenant souvent au décor paysager, jamais neutre, et agissant parfois comme un agent « dramatique » (la pierre jetée, les chutes de pierres, la chute – de vélo, de voiture – dans une pente mal négociée) influant le cours du récit (Baetens, 2008). Dans les exemples les plus réalistes, elle se connecte avec l’histoire d’un espace connu comme dans Le gouffre de Padirac, de Bidot et Rollin (2015) ; dans les récits fantastiques ou de science-fiction, elle s’inscrit dans une sphère extraterrestre, sur une autre planète ou dans un univers métaphorique. Cependant, on ne peut pas réellement affirmer qu’à tel type de lieu, de forme ou de paysage va correspondre tel type d’intrigue : les déserts, les montagnes, les îles peuvent accueillir différents récits, science-fictionnel, fantastique, autobiographique, du quotidien, etc. Dans tous les cas, les géodiversités dessinées donnent une forme à la narration et participent à sa cohérence. Elles constituent des éléments arthrologiques intégrés à l’espace-temps, entre mouvement et fixité, qui peut refléter les spécificités d’un genre dans un contexte et à un moment donné (i.e., le western). Les géodiversités dessinées constituent des objets hybrides, artificiels puisqu’humains, artialisés car intégrés à une esthétique spécifique, propre à chaque auteur ; tout comme dans la réalité, la géodiversité dessinée n’est pas immuable : elle peut ne pas exister, ou avoir été détruite par l’auteur. Dans la bande dessinée, l’image est l’essence même du récit et lorsqu’elle est représentée, la géodiversité n’est pas qu’un décor : elle a un sens qui dépasse la représentation artistique, articulant le récit et lui donnant parfois une dimension introspective. Plus largement, l’étude de la géodiversité dessinée ramène aux fondements de la géographie et de ses représentations artistiques entre science et littérature. Tout comme dans une bande dessinée, le « dessin savant » raconte une histoire sur plan fixe, accompagné dans ce cas d’une description scientifique. Il constitue une narration de l’espace abiotique réel associée à un vocabulaire spécifique et au style artistique de l’auteur. Dans les deux cas, la géodiversité dessinée est un objet iconotextuel (Nerlich, 1990) où l’interaction entre le texte et l’image produit un sens et un récit – scientifique ou littéraire – une valeur esthétique, et forcément, une émotion artistique.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre-Bidon D. (2013) – La BD avant la BD. Narration figurée et procédés d’animation dans les images du Moyen-Âge, Bibliothèque nationale de France, exposition virtuelle.
URL : http://expositions.bnf.fr/bdavbd/index.htm

Arnould P. (dir.) (2018) – Les géographies de Tintin. CNRS éditions, Paris, 280 p.

Baron-Carvais A. (2007) – La bande dessinée. Presses Universitaires de France, Paris, 128 p.

Baetens J. (2008) – Quel décor pour quel récit dans la bande dessinée contemporaine ? Actes Sémiotiques.
URL : https://www.unilim.fr/actes-semiotiques/3401

Bétard F., Peulvast (2019) – Valuing and representing exogeodiversity: From scientific imagery to artistic imagination. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 25 (3-4).
DOI : 10.4000/geomorphologie.13412

Champigny J. (2010) – L’espace dans la bande dessinée. Thèse de doctorat, Université Paris-Diderot, 570 p.

Collectif (2016) – Bandes dessinées. Revue 303. Arts, recherches, créations. Éditions 303, Nantes, 256 p.

Courtot R. (2010) – Los dibujos de trabajo de campo en la Escuela francesa de Geografía (Paul Vidal de La Blache y Pierre Deffontaines). Treballs de la Societat Catalana de Geografia, 70, 85-100.
URL : https://hal-amu.archives-ouvertes.fr/hal-01851718/document

Courtot R. (2018) – En passant par la Lauzière, géographes au dessin. Les Cafés géographiques, Le dessin du géographe, 72.
URL : http://cafe-geo.net/en-passant-par-la-lauziere-geographes-au-dessin/

Dardaillon S., Meunier C. (2013) – La série Paul de Michel Rabagliati : récits d’espaces et de temps. Comicalités, Représenter l’auteur de bandes dessinées.
URL : http://journals.openedition.org/comicalites/1566

Dittmer J. (2014) – Comic book geographies. Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 227 p.

Dittmer J., Latham A. (2015) – The rut and the gutter: space and time in graphic narrative. Cultural Geographies, 22(3), 427-444.
DOI : 10.1177/1474474014536518

Douvry J.-F., Serrière C. (1992) – Grand Atlas des pays imaginaires de la bande dessinée. Phoenix, Québec, 89 p.

Eisner W. (2019) – Les clés de la bande dessinée. Delcourt, Paris, 546 p.

Fresnault-Deruelle P. (1972) – Dessins et bulles : la bande dessinée comme moyen d’expression : cahier de travaux dirigés. Bordas, Paris, 96 p.

Giusti C. (2014) – Deux dimensions du beau en géomorphologie. Essai sur le critère esthétique dans les sciences du relief. L'Information géographique, 78 (3), 80-102.
DOI : 10.3917/lig.783.0080.

Gomez C. (2014) – Teaching physical geography at university with cartoons and comic strips: Motivation, construction and usage. New Zeland Geographer, 70, 140-145.
DOI : 10.1111/nzg.12053

Groensteen T. (1998) – L’Égypte dans la bande dessinée. CRDP de Poitou-Charentes, Poitiers, 128 p.

Groensteen T. (2000) – Maîtres de la bande dessinée européenne. Bibliothèque nationale de France, exposition du 31 octobre 2000 au 7 janvier 2001.
URL : http://expositions.bnf.fr/bd/index.htm

Groensteen T. (2006) – Un objet culturel non identifié. Éditions de l’an 2, Angoulême, 208 p.

Groensteen T. (2011) – Système de la bande dessinée. Presses Universitaires de France, Paris, 224 p.

Hoerner J.-M. (2007) – La famille Fenouillard : une œuvre prémonitoire ? Hérodote, 127 (4), 190-198.
URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2007-4-page-190.htm

Justens D., Préaux A. (2011) – HerGPS : l’univers géographique d’un célèbre reporter. Édition Avant-Propos, Waterloo, 287 p.

Landot A., Tratnjek B. (2014) – Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée. Cafés Géographiques de Paris, 28 janvier 2014, 69 p.
URL : http://cafe-geo.net/wp-content/uploads/Cafe_Geo-Representer_espace_urbain_BD.pdf

La Noë G.O. de, Margerie E. de. (1888) – Les formes du terrain. Imprimerie Nationale, Paris, 2 vol., 205 p.

Le Dû-Blayo L. (2014) – Underwater Landscapes in Comic Books. In Musard O., Le Dû-Blayo L., Francour P., Beurier J.-P., Feunteun E., Talassinos L. (Eds.): Underwater Seascapes, from geographical to ecological perspectives, Springer, Heidelberg, 119-133.
DOI : 10.1007/978-3-319-03440-9

Mao C. (2014) – Edmond Baudoin. Le chemin de Saint-Jean : un autoportait sans visage. Neuvième art 2.0, la revue en ligne de la Cité Internationale de la bande dessinée.
URL : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article711

Mérand P. (2015) – La géographie et l’histoire dans l’œuvre d’Hergé. Éditions Sépia, Saint-Maur, 110 p.

Monod T. (1989) – Méharées. Explorations au vrai Sahara. Actes Sud, Arles, 332 p. (1e éd. 1937)

Moore A.B., Nowostawski M., Frantz C., Hulbe C. (2018) – Comic strip narratives in Time geography. International Journal of Geo-information, 7 (7).
DOI : 10.3390/ijgi7070245

Motte E. (2017) – Iconographie et géomorphologie : l'usage de représentations artistiques des rivages comme outil de connaissance de l'évolution du littoral. Thèse de doctorat, Université Rennes 2, 434 p.

Morgan H. (2003) – Principes des littératures dessinées. Éditions de l’An 2, Angoulême, 400 p.

Nerlich M. (1990) – Qu’est-ce qu’un iconotexte ? Réflexions sur le rapport texte-image photographique dans La Femme se découvre d’Evelyne Sinnassamy. In Montandon A. (Ed.), Iconotextes, Ophrys, Paris, 255-302.

Ory P. (2013) – L'histoire par la bande ? Le Débat, 177 (5), 90-95.
DOI : 10.3917/deba.177.0090.

Peeters B. (2003) – Lire la bande dessinée. Flammarion, Paris, 188 p.

Peterle G. (2017) – Comic book cartographies: a cartocentred reading of City of Glass, the graphic novel. Cultural geographies, 24 (1), 43-68.
DOI : 10.1177/1474474016643972

Sellier D., Portal C. (2018) – Modalités de l'appropriation patrimoniale des reliefs. Physio-Géo, 12, 105-124.
DOI : 10.4000/physio-geo.6233

Smolderen T. (2006) – Graphic novel / roman graphique : la construction d’un nouveau genre littéraire. Neuvième Art, 12, 11-18.

Smoldernen T. (2009) – Naissances de la bande dessinée. De William Hogarth à Winsor McCay. Les Impressions Nouvelles, Bruxelles, 144 p.

Sohet P. (2001) – Entretiens avec Edmond Baudoin. Mosquito, Saint-Egreve, 160 p.

Thévenet J.-M. (2010) – Archi et BD : la ville dessinée. Monografik éditions, Blou, 254 p.

Tuan Y.-F. (2006) – Espace et lieu : la perspective de l’expérience. Infolio, Gollion, 219 p.

Vandermeulen D. (2017) – La bd et la transmission du savoir. Le Débat, 195 (3), 199-208.
DOI : 10.3917/deba.195.0199

Veschambre V. (2017) – Bande dessinée et cartographie : une imbrication créative. M@ppemonde, 121.
URL : http://mappemonde.mgm.fr/121_as3

Vrydaghs D. (2010) – Le récit de voyage en bande dessinée, entre autobiographie et reportage. Textyles, 36-37, 139-148.
DOI : 10.4000/textyles.1427

Haut de page

Annexe

Abridged English Version

For a long time, comics were considered as a separate genre, often marginalized. The recognition of comics as a “ninth art” confers them a legitimacy progressively invested by scientific studies. Comics become a medium to analyze contemporary societies. In geography, comic books are a tool to understand different concepts of space, especially cartography and geopolitics. Moreover, like the drawings of geologists and geomorphologists, comics are also didactic supports, vectors of scientific knowledge, with specific aesthetics within different graphic styles. This study analyses the place and meaning of the representations of the drawn geodiversity in the creation of a strip narrative, with a particular interest in the western graphic novel, excluding comic strips, mangas and children’s literature. It involves two concepts applied to a corpus of about fifty references: the application of the notion of “space-creation”, proposed by Champigny (2010), allows to extract abiotic elements from panels to suggest a typology of a drawn geodiversity, from the rock to the landscape, from realistic to imaginary patterns, including anthropogenic landforms. A typology of sixteen categories composing drawn geodiversity is proposed (tab. 1; fig. 1-8). The second concept uses an arthrological approach (Groensteen, 2011), referring to the sequential relationships between panels and the interrelationships between plates. The abiotic components are considered as elements of articulation of the panels in time and space, allowing a narration understandable by the reader, from the plate to the narrative.

The drawn geodiversity becomes polymorphic, depending on the meaning it gives to the narrative: the framing of the panels (vertical, horizontal) implies a reading direction visible by the reader; the recurrence of an abiotic pattern often allows the coherence of the narrative. Sometimes, the articulation of panels gets close to a panoramic tracking shot: geodiversity is one spatial unit but the multi-panels sequencing gives it a time dimension (fig. 9A-B). Graphic novels are then getting closer to the cinema. Finally, in some narratives, the abiotic patterns constitute characters in their own right, as rocks or abotic “landscapes-you-can-talk-with” (fig. 10A-B). Even in extreme situations, human characters can turn into a pebble (fig. 10A). The represented geodiversity thus constitutes more than a scenery in graphic novels: by the multiplicity of representations it takes, it participates to the aesthetics and the atmosphere of a panel, a plate and a narrative; by its integration into the narrative, which it organizes and articulates, it becomes necessary to build a sense to the story: geodiversity is no longer a single generic geodiversity but some multifaced geodiversities.

Annexe 1. Vers une première bédéthèque de la géodiversité

Les références (non exhaustives) sont classées selon la typologie des formes définies dans le Tableau 1.

Les ouvrages qui constituent le corpus de l’article sont marqués d’un *. Le genre littéraire est indiqué pour ces références.

(s.p. : sans parole ; n.p. non paginé ; sc. : scénariste ; des. : dessinateur)

1. Souterrains

*Bidot L. (sc.), Rollin L. (des.). 2015. Le gouffre de Padirac, tome 2, l’invention d’une visite extraordinaire, 48 p. (récit historique)

*Davodeau E., Guibert E., Matthieu M.-A., Prud’homme D., Rabaté D., Troubs, 2011. Rupestres, Paris Futuropolis, 208 p. (reportage)

*Opper FB., 1903. Our antediluvian ancestor, Londres, C. Arthur Pearson, 212 p. (satire)
https://archive.org/​details/​ourantediluviana00oppe/​page/​n7

*Pedrosa C., 2015, Les équinoxes, Paris, Dupuis, 330 p. (chronique du quotidien)

2. Sous-marins

*de Pins A., 2011. L’empire des crabes, série La marche du crabe, tome 2, Toulon, Soleil production, 118 p. (chronique du quotidien… d’un crabe)

Froideval F. (sc.), Angleraud F. (des.),. 1998. La sheb, série Atlantis, tome 1, Issy-les-Moulineaux, Zenda, 48 p.

Hergé, 1973. Le trésor de Rackham Le Rouge, série Les aventures de Tintin, Paris, Casterman, 62 p.

*Pedrosa C., 2015, Les équinoxes, Paris, Dupuis, 330 p. (chronique du quotidien)

3. Pierres et cailloux

*Baudoin E., 2002, Le chemin de Saint-Jean, Paris, L’association, n.p. (autobiographie)
http://neuviemeart.citebd.org/​spip.php?article711

*Frost A.B., 1895. Is the unexpected that happens, Scribner’s Magazine, 18, Harlan Logan, New-York, 104-113 (satire)
https://babel.hathitrust.org/​cgi/​pt?id=mdp.39015015393286&view=1up&seq=815

Larcenet M., 2011. L’apocalypse selon Saint Jacky, série Blast, tome 2, Paris, Dargaud 208 p.

4. Roches et rochers 

Carmona C., 2012. Rochers fantastiques des Vosges du Nord, Guide Découverte illustré, Bernardswiller, I.D. Éditions, 32 p.

*Davodeau E., 1999. Quelques jours avec un menteur, Paris, Delcourt, 176 p. (chronique du quotidien)

Franz, 1994. Irish Melody, Bruxelles, Le Lombard, 64 p.

Larcenet M., 2003. Le combat ordinaire, tome 1, Paris, Dargaud, 54 p.

Larcenet M. (des.), Ferri J.-Y. 2007. La Vacuité, série Le sens de la vis, vol. 1, Monteuil, éditions Les Rêveurs, n.p.

Moon F. (sc.), Bá G., 2012. Daytripper au jour le jour, Paris, Urban Comics, 256 p.

Nicoby (sc. des.), Joub (sc.), 2015. Le manuel de la jungle, Paris, Dupuis ; 144 p.

*Pedrosa C., 2007. Trois ombres, Paris, Delcourt, 268 p. (conte)

*Trondheim L., Menu J.-C., 1991. Moins d’un quart de seconde pour vivre, Paris, L’association, n.p. (autobiographie)

Van Hamme J. (sc.), Cuvelier P. (des.), le royaume des eaux noires, série Corentin, tome 7, 44 p.

*Vehlmann F. (sc.), Gwen (des.). 2001. Le paradis des cailloux, Série Samedi et Dimanche, tome 1, Paris, Dargaud, 46 p. (comédie)

Von Eckartsberg B. (sc.), Von Kummant T. (des.), 2017. Sexy Beast, série Gung Ho, tome 3, Paris, Paquet, 84 p. (science-fiction) / p. 29

Opper FB., 1903. Our antediluvian ancestor, Londres, C. Arthur Pearson, 212 p. (satire) p. 26.
https://archive.org/​details/​ourantediluviana00oppe/​page/​n7

Yslaire, 2018. Celle que mes yeux ne voient pas, Série Sambre, tome 8, Paris, Glénat, 69 p. (fantastique) / p. 10 (rocher vu à la lunette)

5. Dunes

*Bilal E., 2002. Le sommeil du monstre, série Monstre, tome 1, Paris, Les Humanoïdes associés, 70 p. (science-fiction)

*Chabouté, 2010. Fables amères. De tous petits riens, Grenoble, Vents d’Ouest, 104 p. (satire)

de Piermont P. (sc.), Lambé E. (des.), 2017. Apparitions, disparitions et autres mouvements, Arles, Actes Sud, 448 p.

Hergé, 1981. Le crabe aux pinces d’or, série Les aventures de Tintin, Paris, Casterman, 62 p.

*Mathieu M.-A., 2013. Le décalage, série Julius Corentin Acquefaques, tome 6, Paris, Delcourts, 56 p. (science-fiction)

Moon F. (sc.), Bá G., 2012. Daytripper au jour le jour, Paris, Urban Comics, 256 p.

Oberlander A., 1891. Ein Urlaubs-Abenteuer aus der Zeit der Kreuzzüge, Fliegende Blätter, vol. 94, n° 2371, Source : Universitätsbibliothek Heidelberg, 2 p.
https://digi.ub.uni-heidelberg.de/​diglit/​fb94/​0001/​image

6. Vallées et formes fluviales

De Heyn R., 2005, La tentation. Carnet de voyage au Pakistan, tome 3, Bruxelles, La cinquième couche, 98 p.

Foster H., 2014, Prince Valiant, tome 4 (période 1943-1944), Toulon, Soleil Production, 112 p.

Hergé, 1947. Le sceptre d’Ottokar, série Les aventures de Tintin, Paris, Casterman, 62 p.

Jacobs E.-P., 1990. Le piège diabolique, série Blake et Mortimer, tome 9, Bruxelles, Blake et Mortimer, 62 p.

Prudhomme D., (des.), Rabaté P. (sc.), 2007. La Marie en plastique (toute entière), Paris, Futuropolis, 118 p.

Thirault P. (sc. des.), Cuzor S. (des.), Le sang du Mississippi, série O’Boys, tome 1, Paris, Dargaud, 64 p.

7. Collines

Buendia P. (sc.), Cayre M.-O. (des). De Luca G., 2015. Orel, série Les enragés du Normandie-Niemen, tome 5, Paris, Zéphir Editions / Dupuis, 46 p.

Davodeau E., 2004. Chute de vélo, Paris, Dupuis, 80 p.

*Davodeau E., 2001. Rural ! Chronique d’une collision politique, Paris, Delcourt, 144 p. (chronique du quotidien)

Davodeau E., 2011. Les ignorants, Paris, Futuropolis, 268 p.

*Erre F., 2015, Madumo. Premier, seul, unique, Nantes, Vide-Cocagne, 166 p. (satire)

Fred., 1973. Le petit cirque, Paris, Dargaud, 58 p.

Larcenet M. (des.), Jean-Yves Ferri (sc.), 2010. Tracer le cercle, série Le sens de la vis, vol. 2, Monteuil, éditions Les Rêveurs, 166 p.

Larcenet M., 2003. Le combat ordinaire, tome 1, 54 p.

Larcenet M., 2004. Les quantités négligeables, série Le combat ordinaire, tome 2, 64 p.

Lupano W. (sc.), Cauuet P. (des.), 2017. Celui qui part, série Les vieux fourneaux, tome 3, Paris, Dargaud, 64 p.

Meurisse C., 2018. Les grands espaces, Paris, Dargaud, 92 p.

Pedrosa C., 2011. Portugal, Paris, Dupuis, 262 p.

Pedrosa C., 2015, Les équinoxes, Paris, Dupuis, 330 p.

Picard M., 2011. Jeannine, Paris, L’association, 100 p.

Rabagliati M., 2006, Paul à la pêche, série Paul, tome 5, Montréal, La pastèque, 200 p.

Rabaté P., 2006. Les petits ruisseaux, Paris, Futuropolis, 94 p.

*Standjofski M., 2016. Le mouchoir, Beyrouth, Samandal, 8 p. (autobiographie)

*Tan S., 2007. Là où vont nos pères, Paris, Dargaud, n.p. (conte)

Torton J., alias Jeronaton, 1982, Im reich Peyotls, Hannover, Becker & Knigge, 44 p.

8. Pentes et coteaux

Franquin A., 1956. La mauvaise tête, série Les aventure de Spirou et Fantasio, tome 8, Paris, Dupuis, 55 p.

Goffin A., Peeters B., 1992. Le théorème de Morcom, Paris, Les Humanoïdes associés, 44 p.

Larcenet M., 2006. Ce qui est précieux, série Le combat ordinaire, tome 3, Paris, Dargaud, 64 p.

Pedrosa C, 2007. Trois ombres, Paris, Delcourt, 268 p.

9. Grands rochers

*Cosey, 1988. Le voyage en Italie, tome 1, Paris, Dupuis, 46 p. (épopée)

*Mathieu M.-A., Dieu en personne, Paris, Delcourt, 2009, 114 p. (science-fiction)

*Perrodeau J., 2017. Crépuscule, Strasbourg, Éditions 2024, 144 p. s.p. (science-fiction)

*Rochette J.-M., Bocquet O., 2015. Terminus, série Le transperceneige, tome 4, Paris, Casterman, 216 p. (science-fiction)

9.1. Western

*Blanchin M. (des.), Perrissin C. (sc.), 2008. Martha Jane Cannary. Les années 1852-1869. La vie aventureuse de celle que l’on nommait Calamity Jane, tome 1, Paris, Futuropolis, 126 p. (historique)

*Boisserie P. (sc.), Stalner E. (des.), 2007. L’ennemi, série La croix de Cazenac, tome 9, Paris, Dargaud, 46 p. (polar historique)

Brüno, 2012. Lorna, Issy-les-Moulineaux, Treize-Étrange, 150 p.

*Charlier J.-M. (sc.), Giraud J. (des.), L’aigle solitaire 1965-2005, Série Blueberry, Tome 3, Paris, Dargaud, 46 p. (épopée)

Erre F., 2016. Une année au lycée, tome 3, Paris, Dargaud, 142 p. couverture

Derib, 1977. Seul, série, Buddy Longway, tome 4, Bruxelles, Le Lombard, 46 p.

Derib, 1982. Le Démon blanc, série, Buddy Longway, tome 10, Bruxelles, Le Lombard, 46 p.

Festraëts M. (sc.), Bachelier B. (des), 2015. Le dernier des sioux, série Ulysse Wincoop, tome 1, Paris, Gallimard, 88 p.

Jodorowsky A. (sc.), Boucq F. (des.), 2008. La veuve noire, série Bouncer, tome 6, Paris, Les Humanoïdes associés, 54 p.

Jodorowsky A. (sc.), Boucq F. (des.), 2012, To hell, série Bouncer, tome 8, Paris, Glénat, 58 p.

Jouvray O. (sc.), Jouvray J. (des.), Jouvray A.-C., 2002, Crâne de bois, série Lincoln, Tome 1, Paris, Paquet, 48 p.

Ott T., 2018. Route 66, Travel Book Louis Vuitton, Paris, Louis Vuitton Éditions, 152 p. s.p.

Loisel R., Tripp J.-L., 2006-2014. Série Le Magasin général, 9 tomes, Paris, Casterman.

Mathieu M.-A., 2014. Sens, Paris, Delcourt, 256 p.

Morris, 1947 - (…). Série Lucky Luke, multiples éditeurs, 95 albums.

Révillon L. (sc.), Giroud F. (des). et al., 2009. La colline aux serments, Série Quintett, Paris, Dupuis, 61 p.

Tanquerelle H. (des.), Vehlmann F. (sc.), Bonneval Gwen de (sc.), 2019. Le dernier atlas, Macinelle, Dupuis, 226 p.

Von Eckartsberg B. (sc.), Von Kummant T., (des.), 2015. Court-circuits, série Gung Ho, tome 2, Paris, Paquet, 84 p.

10. Montagnes

Boisserie P. (sc.), Stalner E. (des.), 2003. La marque du loup, série La croix de Cazenac, tome 5, Paris, Dargaud, 46 p.

Bilal E., 2009. Animal’z, Paris, Casterman, 104 p.

de Crécy N., 2005. Période glaciaire, Paris, Futurolis, 76 p.

de Crécy N., 2006. Le Bibendum céleste, tome 1, Paris, 64 p. Les Humanoïdes associés (conte)

*de Crécy N., 2015. Salvatore, Paris, Dupuis, 224 p. (conte) p. 15 : garage sur la montagne

Franc R., 1979. Souvenirs d’un menteur, série Histoires immobiles et récits inachevés, tome 3, Paris, Dargaud, 54 p.

Hergé, 1958. Coke en Stock, Série Les aventures de Tintin, Paris, Casterman, 62 p.

*Hergé, 1960. Tintin au Tibet, Série Les aventures de Tintin, Paris, Casterman, p. 62.

Hergé, 1975. Le sceptre d’Ottokar, série Les aventures de Tintin, Paris, Casterman, p. 62.

*Lefèvre D., (sc.), Guibert E. (des, sc.), Lemercier F., 2010. Le photographe, Edition intégrale, Paris, Dupuis, 272 p. (reportage)

*Mattotti L. (des. sc.), Kramsky J., (sc.), Guirlanda Paris, Casterman, 400 p. (conte)

Rochette J.-M., Boquet O., 2018. Ailefroide Atitude 3954, Paris, Casterman, 290 p. (autobiographie)

Satrapi M., Persépolis, Paris, L’Association, p. 216 p.

*Töpffer A., 1860. Histoire de Mr. Vieux Bois, Paris, Garnier, 96 p. / p. 65 pastorale (satire).
http://collections.citebd.org/​in/​faces/​imageReader.xhtml?id=h::DD_147&pageIndex=32&mode=simple&highlight=topffer&selectedTab=thumbnail

*Tronchet D., 2012. Vertiges de Quito, Les aventures extraordinaires de l'auteur, sa famille et son chat en Amérique du Sud, Paris, Futuropolis, 120 p. (récit de voyage)

11. Volcans

de Crécy N., 2005. Période glaciaire, Paris, Futurolis, 76 p.

*Hart J., BC, 1958-2007 (comic strip publié dans le New York Herald Tribune) (comique)

*Jul, 2009. Silex and the City, tome 1, Paris, Dargaud, 48 p.

*Leka K., Leka C., 2012. Cycling around Iceland (Expedition no 3), Borgå, Absolute Truth Press, 288 p. (récit de voyage)

Molinari F. (des.), Mitton J.-Y (sc.), Les fantômes du Pacifique, série Le dernier kamikaze, tome 2, Toulon, Soleil, 2007, 48 p. (récit historique)

*Opper FB., 1903. Our antediluvian ancestor, Londres, C. Arthur Pearson, 212 p. (satire)
https://archive.org/​details/​ourantediluviana00oppe/​page/​n7

12. Littoral

Bertocchini F. (sc.), Féderzoni F (des.), 2010. Et Dieu créa la Corse, série Pétru Santu, tome 2, 46 p.

Chabannes H. (sc.), Boistelle Y. (des.), 2007. La malédiction du serpent, série Alex l’explorateur, tome 1, Le Havre, Éditions du Havre de Grâce, 56 p.

*Christophe, 1893. La famille Fenouillard, Paris, Colin, 79 p. (comédie)
https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k106164q/​f13.image

*Davodeau E., 2008. Lulu Femme Nue, Paris, Futuropolis, Livre premier, 78 p. (chronique du quotidien)

de Crécy N., 2005. Période glaciaire, Paris, Futurolis, 76 p.

de Crécy N. (des.), Chomet S. (sc.), 2005. Léon La Came. Laid, pauvre et malade / Priez pour nous, Paris, Casterman, 198 p.

de Pins A., 2010. La condition des crabes, série La marche du crabe, tome 1, Toulon Soleil production, 114 p.

de Pins A., 2011. L’empire des crabes, série La marche du crabe, tome 2, Toulon Soleil production, 118 p.

Frappier D. (sc.), Frappier A. (des.), 2017. Là où se termine la terre. Chili 1948-1970, Paris, Steinkis, 262 p.

Frezzat M., 2018. Les gardiens du Maser (intégrale), Buhl, Editions Caurette 384 p.

Girard P. (sc.), Michel G. (des.) 2008., Champlain. Je me souviens, Bordeaux, Sangam, 38 p.

Larcenet M., 2003. Le combat ordinaire, tome 1, Paris, Dargaud, 54 p.

Larcenet M., 2006. Ce qui est précieux, série Le combat ordinaire, tome 3, Paris, Dargaud, 64 p.

Larcenet M., 2008. Planter des clous, série Le combat ordinaire, tome 4, Paris, Dargaud, 64 p.

Le Lay D. (Sc.), Horelolou A., 2013. Plogoff, Paris, Delcourt, 190 p.

Lupano W. (sc.), Cauuet P. (des.), 2014. Ceux qui restent, série Les vieux fourneaux, tome 1, Paris, Dargaud, 56 p.

Lupano W. (sc.), Panaccione G. (des.), 2014. Un océan d’amour, Paris, Delcourt, 224 p. s.p.

Nikoby, 2010. A Ouessant dans les choux, Montpellier, Six pieds sous terre, 48 p.

Pedrosa C., 2011. Portugal, Paris, Dupuis, 262 p.

Pedrosa C., 2015. Les équinoxes, Paris, Dupuis, 330 p.

Rucka G., (sc.), Lark M. (des.), 2015. Pour la famille, série Lazarus, tome 1, Paris, Glénat, 112 p.

Standjofski M., Toutes les mers, 2017, Paris, Des ronds dans l’O éditions, 144 p.

*Tanquerelle H., 2017. Groenland Vertigo, Paris, Casterman, 104 p. (récit de voyage)

13. Iles

Hergé 1947. L’île Noire, Série Les aventures de Tintin, Paris, Casterman, 62 p.

*Lepage E. 2011. Voyage aux îles de la Désolation, Paris, Futuropolis, 158 p. (récit de voyage)

*Molinari F. (des.), Mitton J.-Y (sc.) 2007. Les fantômes du Pacifique, série Le dernier kamikaze, tome 2, Toulon, Soleil, 48 p. (récit historique)

*Perrodeau J., 2018. Isles. La grande odysée, 2nd édition, Strasbourg, FP&CF / Éditions 2024, 224 p. (science-fiction) s.p.

*Tanquerelle H. (sc., des.), Benoit Y. (sc.), 2010. La communauté, tome 2, Paris, Futuropolis 174 p. (chronique du quotidien)

14. Formes anthropiques

Collin P., Goethals S., 2018. Le voyage de Marcel Grob, Futuropolis, Paris, 192 p. (récit historique)

Davodeau E., 2004. Chute de vélo, Paris, Dupuis, 80 p.

Edges C. (sc.), Sacco J. (sc., des.), 2012. Jours de destruction, jours de révoltes, Paris, Futuropolis, 320 p.

Harambat, Opération Copperhead, 2017, Paris, Dargaud, 153 p. (récit historique)

*Larcenet M., 2011. L’apocalypse selon Saint Jacky, série Blast, tome 2, Paris, Dargaud, 208 p. (polar)

Nicoby (sc. des.), Joub (sc.), 2015. Le manuel de la jungle, Paris, Dupuis, 144 p.

14.1. Empreintes de pas

*de Pins A., 2011. L’empire des crabes, série La marche du crabe, tome 2, Toulon Soleil production, 118 p.

*Mathieu M.-A., 2013. Le décalage, série Julius Corentin Acquefaques, tome 6, Paris, Delcourts, 2013, 56 p. (science-fiction)

*Moon F. (sc.), Bá G., 2012. Daytripper au jour le jour, Paris, Urban Comics, 256 p. (chronique du quotidien)

*Pedrosa C., 2015. Les équinoxes, Paris, Dupuis, 330 p. (chronique du quotidien)

14.2. Sols

*Altarriba A. (sc.), Keko (des.), 2018. Moi, Fou, série Trilogie du Moi, tome 2, Paris, Denoël Graphic, 136 p. (polar)

*Baudoin E., 1991. Harrouda (d’après le roman de Tahar Ben Jelloun), Paris, Futuropolis, 96 p. (chronique du quotidien)

Davodeau E., 2000. Anticyclone, Paris, Delcourt, 56 p.

Davodeau E., 2004. Chute de vélo, Paris, Dupuis, 80 p.

Davodeau E. (des.), Kriss (sc.), 2006. Un homme est mort, Paris, Futuropolis, 80 p.

de Crécy N. (des.), Chomet S. (sc.), 2005. Léon La Came. Laid, pauvre et malade / Priez pour nous, Paris, Casterman, 198 p.

de Crécy N., 2006. Le Bibendum céleste, tome 3, Paris, Les Humanoïdes associés, 72 p.

de Crécy N., 2006. Le Bibendum céleste, tome 2, Paris, Les Humanoïdes associés, 64 p.

Lloyd D., Moor A., 1990. V pour Vendetta, tome 6, Victoria, Issy-les-Moulineaux, Zenda, 42 p.

Schuiten F. (des.), Peeters B. (sc.), Brüsel, série Les cités obscures, Paris, Casterman, 126 p.

*Vehlmann F. (sc.), Kerascoet (des.), 2009. Jolies Ténèbres, Marcinelle, Dupuis, 94 p. (conte)

15. Géodiversité en cartes

*Jing L., 2015. Comprendre la Chine en BD, tome 1, Gondreville, Kotoji Éditions, 160 p. (récit historique)

*Davodeau E., Guibert E., Matthieu M.-A., Prud’homme D., Rabaté D., Troubs, 2011. Rupestres, Paris Futuropolis, 208 p. (reportage)

*Davodeau E., 2011. Les ignorants, Paris, Futuropolis, 268 p. (chronique du quotidien)

*Lupano W. (sc.), Cauuet P. (des.), 2016. Bonny and Pierrot, série Les vieux fourneaux, tome 2, Paris, Dargaud, 56 p. (chronique du quotidien)

Watel F., Basselier P., 1993. Les carnets d’Imago Sekoya, Les îles d’Auvergne. Manuscrit 1, Vals-Le-Chastel, Editions WB récup, 208 p. (science-fiction)

15.1. Globes

*de Crécy N. (des.), Sylvain Chomet (sc.), 2005. Léon La Came. Laid, pauvre et malade / Priez pour nous, Paris, Casterman, 198 p. (satire)

*Lupano W. (sc.), Cauuet P. (des.), 2016. Bonny and Pierrot, série Les vieux fourneaux, tome 2, Paris, Dargaud, 56 p. (chronique du quotidien)

*Nicoby (sc. des.), Joub (sc.), 2015. Le manuel de la jungle, Paris, Dupuis, 144 p. (récit de voyage)

Pecqueur D. (sc.), Malfin N. (des.), 2013. Orbite terrestre basse, série Golden City, tome 10, Paris Delcourt, 46 p. (science-fiction)

*Tanquerelle H. (sc., des.), Benoit Y. (sc.), 2010. La communauté, deuxième partie, Paris, Futuropolis, 174 p. (chronique du quotidien)

16. Extraterrestres

Christin P. (sc.), Mézières J.-C. (des.). 2000-2010. série Valérian, 21 tomes, Paris, Dargaud (science-fiction)

*Garcia S. 1998. Domus, série Géographie Martienne, tome 3, Paris, Dargaud, 46 p. (épopée)

*Hergé, 1954. On a marché sur la lune, série Les aventures de Tintin, Paris, Casterman, 62 p. (épopée)

*Moebius, 1974. Arzach, Paris, Les Humanoïdes associés, 32 p. (science-fiction)

*Mousse M., 2006. Les aventures en apesanteur d’Evrett Scool, série From Outer Space, tome 1, Montpellier, Six pieds sous terre, 53 p. (science-fiction)

Multiformes

Cabu, 2011. Voyage au bout du crayon. Inde, Chine, Japon, Paris, Flammarion, 208 p. (récit de voyage)

Davodeau E. (des.), Venayre S. (sc.), 2017. La Balade Nationale : les origines, Lyon, la Revue dessinée, Paris, La découverte, 164 p. (récit historique)

de Loustal J., 1990 -… Carnets de voyages, 5 tomes, série en cours, plusieurs éditeurs. (récit de voyage)

Fontaine C., 2003. Mes carnets du Mexique, Paris, Flammarion, 136 p. (récit de voyage)

Gerner J., 1997. Courts-circuits géographiques, Paris, L’association, 120 p. (chronique du quotidien)

Goyallon J., Vomorin J.-P., Bouysse P., Courbouleix S., 1996. L’astre des terriens, série Les observateurs de la terre, tome 7, Orléans, BRGM, Paris, Total édition Presse, 48 p. (pédagogie).
http://www.loustal.com/​creations/​oeuvres/​croquis-voyages

Martin J., et al. 1948-…. Alix, Paris, Casterman, 37 tomes, série en cours (épopée historique, jeunesse)

Pratt H., 1975-1992. Série Corto Maltese, 14 albums, Paris, Casterman (Épopée, multi-formes)
https://cortomaltese.com/​fr/​

Pêle-mêle d’ouvrages, de sites internet et de magazines consultés

Magazines

Géomagazine, 2009. Tintin : grand voyageur du siècle, Moulinsart, Bruxelles, Géo, Paris, 179 p.

Philosophie magazine, 2012. Spécial bande dessinée : la vie a-t-elle un sens ? H.S., Paris, 102 p.

Historia, 2014. Tintin et la mer. HS, Paris, 130 p.

Géohistoire, 2018. Lucky Luke et la conquête de l’Ouest. 41, Paris, 138 p.

Illustrations

Dent W., 1792. French Liberality, or, an attempt to Conquer the World by Being Too Civil by Half, London: Self-Published (caricature)
https://historical.ha.com/​itm/​books/​prints-and-leaves/​william-dent-original-black-and-white-etching-entitled-french-liberality-or-an-attempt-to-conquer-the-world-by-being/​a/​201435-94317.s

Gerner J., https://www.jochengerner.com

2008. Le fils des âges farouches (chapitre 7 / sexe et violence), Contre la bande dessinée, collection éprouvette, l’Association, 2008.

2009. Relief 1 (qu'est-ce que le dessin ?), exposition Panoramica, galerie Anne Barrault (voir le carton à dessin 1, n°12)

2009. Relief virtuel, exposition Cet été je ne partirai pas en vacances, Point Éphémère, Paris (voir le carton à dessin 1, n°13)

2011. Schatzsuche nach dem eigenen Leben, Die Zeit, cahier Zeit Literatur, n° 12, mars 2011 (dessins de presse n°4)

Oberlander A., 1885. Le sculpteur, journal Fliegende Blätter, 1 illustration.
http://www.stripologie.com/​les-reproductions/​46-le-sculpteur.html

En général

Cité internationale de la bande dessinée et de l’image : http://www.citebd.org/​

Revues, numéros de revues et sites spécialisées

Americian Association of Geographers

Beard D., Heppen J. 2011. Comics and geography, Critical approach, pedagogical application, American Association of Geographers. Diaporama en ligne:
http://www.academia.edu/​4705589/​American_Association_of_Geographers_Comics_and_Geography_with_John_Heppen_

Colloque de Cerisy, 1988, Bandes dessinées, récit et modernité.
http://www.ccic-cerisy.asso.fr/​bandedessinTM88.html

Comicalités : revue d’étude de culture graphique.
https://journals.openedition.org/​comicalites/​

Communication et langages : Bande dessinée : le pari de la matérialité (2011, 167).
https://www-cairn-info.ressources.univ-poitiers.fr/​revue-communication-et-langages1-2011-1.htm

Hermès : La bande dessinée. Art reconnu et média méconnu (n°54, 2009).
https://www-cairn-info.ressources.univ-poitiers.fr/​revue-hermes-la-revue-2009-2.htm

International Journal of Comic Art.
https://web.archive.org/web/20171026090502/http://www.ijoca.com:80/​

Laboratoire junior Sciences dessinées.
https://labojrsd.hypotheses.org/​2737

La bande dessinée en géographie, Exposition de la Cartothèque de Paris 8, 2013.
http://geographie.ipt.univ-paris8.fr/​rubriks/​carto/​cartorub/​activites/​expobd2013.pdf

Les cafés géographiques
http://cafe-geo.net/​geographes-et-bedephiles-geophiles-et-bedegraphes-la-geographie-et-le-neuvieme-art/​
https://jjctelemme.hypotheses.org/​765

Le débat (Le sacre de la BD),
https://www-cairn-info.ressources.univ-poitiers.fr/​revue-le-debat-2017-3.htm

Le monde diplomatique : Quelques idées reçues sur la bande dessinée : engouement « populaire » ?
https://www.monde-diplomatique.fr/​2010/​01/​GUILBERT/​18749

Stratégique (revue de l’Institut de stratégie comparée) : bande dessinée, guerre et stratégie (2017, 2,115) :
https://www-cairn-info.ressources.univ-poitiers.fr/​revue-strategique-2017-2.htm

Transatlantica : Indiscipline, or The condition of Comics Studies
https://journals.openedition.org/​transatlantica/​4933

Tebeosfera : revue scientifique espagnole sur les médias et le graphisme.
https://www.tebeosfera.com/​

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Illustration réalisée par Brüno pour la couverture du n° 144 « Bandes dessinées » de la revue 303 arts, recherches, créations, Collectif, 2016. Fig. 1 – Cover front by Brüno for the n°144 “Bandes dessinées” of the Pays de la Loire regional journal (France) 303. Arts, recherches, créations (Collectif, 2016).
Crédits © Éditions 303 - Brüno. 
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tab. 1 – Typologie des géodiversités dessinées : terminologie et définitions classées du centre de la Terre vers l’univers. Tab. 1 – Types of drawn geodiversities: terminology and definitions classified from the center of the Earth toward the universe.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 2 – Paysage de montagne suisse, extrait de A. Töpffer, Histoire de Mr. Vieux Bois (1860, p. 65). Fig. 2 – Swiss mountain landscape, extract of A. Töpffer, Histoire de Mr. Vieux Bois (1860. p. 65).
Crédits © 2015 la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 3 – Une géodiversité en mouvement, extrait de Frost, Is the unexpected that happens (1895, p. 109). Fig. 3 – A moving geodiversity, extract of Frost, Is the unexpected that happens (1895, p. 109).
Crédits © Public Domain, Google, Inc. 
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 4 – Géodiversité sous-marine et littorale. Fig. 4 – Underwater and coastal geodiversity.
Légende A : Affiche du 9e Festival de bande dessinée de Perros-Guirec © Olivier Boiscommun (2002) ; B : Affiche du 13e Festi BD Des calanques et des bulles. © Roger Widenlocher (2011). A: Poster of the 9th Perros-Guirec Comics Festival © Olivier Boiscommun (2002); B: Poster of the 13th Festi BD Des calanques et des bulles. © Roger Widenlocher (2011).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 5 – Le Mont-Saint-Michel et la Côte de granite rose. Fig. 5 – The Mont-Saint-Michel and the Côte de Granite Rose.
Légende A : Extrait de Christophe, La famille Fenouillard, (1893, p. 21), source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France ; B : Affiche du 12e Festival de Bande dessinée de Perros-Guirec, © Hermann (2005). A: Extract from Christophe, La famille Fenouillard (1893, p. 21), source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France; B: Poster for the 12th Perros-Guirec Comics Festival © Hermann (2005).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 6 – Géodiversité terrestre vue de l’espace et géodiversité extra-terrestre, affiches du 30e et 40e Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Fig. 6 – Terrestrial geodiversity from space and extra-terrestrial geodiversity, posters from the 30th and 40th Comics International Festival of Angoulême.
Légende A : © François Schuiten, 2003 ; B : © Jean-Claude Denis, 2013. A: © François Schuiten, 2003; B: © Jean-Claude Denis.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 7 – Géodiversités préhistoriques, extraits de Opper, Our antediluvian ancestor, (1903) (A : p. 14 ; B : p. 26). © Open Library OL25753385M. Fig. 7 – Prehistoric geodiversities, extracts from Opper, Our antediluvian ancestor, (1903) (A: p. 14; B: p. 26). © Open Library OL25753385M.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Fig. 8 – Littoral et montagne, affiches du 7e Festival caribéen de la bande dessinée, du manga et de l’album jeunesse en Guadeloupe - Caribulles et du 47e Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Fig. 8 – Coastal zone and mountains, posters of the 7th Comics, manga and children picture books Caribean Festival (Caribulles) and of the 40th Comics International Festival of Angoulême.
Légende A : © Sylvain Savoia, 2016 ; B : © Catherine Meurisse - la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, 2019. A: © Sylvain Savoia, 2016; B: © Catherine Meurisse - la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, 2019.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 9 – Exemples de géodiversités arthrologiques. Fig. 9 – Some arthrological geodiversities examples.
Légende A : Montagnes tibétaines façon, © Hergé, 1960 ; B : Roches « abri » et « panorama » façon, © Guibert et al. 2010. A: Tibetan Mountains like, © Hergé, 1960; B: Rocks “shelter” and “panoramic view” like, © Guibert et al. 2010.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 10 – Géodiversités introspectives. Fig 10 – Introspective geodiversities.
Légende A : « L’auteur-caillou », Baudoin, 2002 ; B : le « rocher-question », Trondheim et Menu, 1991. A: the « rock-author », Baudoin, 2002; B: the « rock-question », Trondheim et Menu, 1991.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/13635/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Portal, « « S’il vous plaît… dessine-moi (…) »
La géodiversité dans la bande dessinée, quelques repères de la case au récit », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 25 - n° 4 | 2019, 253-268.

Référence électronique

Claire Portal, « « S’il vous plaît… dessine-moi (…) »
La géodiversité dans la bande dessinée, quelques repères de la case au récit », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 25 - n° 4 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/13635 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.13635

Haut de page

Auteur

Claire Portal

Laboratoire Ruralités, EA 2252, Université de Poitiers – MSHS bât A5, 5 rue Théodore Lefebvre – TSA 81118, 86073 Poitiers Cedex 9, France (claire.portal@univ-poitiers.fr). Tel : +33 (0)5 49 45 46 72.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals