Navigation – Plan du site

Actes des 20èmes Journées des Jeunes Géomorphologues (Rouen, 2019)

Proceedings of the 20th Young Geomorphologists Days (Rouen, 2019)
Damase Mouralis, Carole Nehme et Dominique Todisco

Texte intégral

1Les 20èmes Journées des Jeunes Géomorphologues se sont tenues sur le Campus de Mont-Saint-Aignan de l’université de Rouen-Normandie les 24 et 25 janvier 2019. Nous tenons tout d’abord à remercier l’ensemble du comité d’organisation (Daniel Ballesteros, Nicolas Blanchard, Igor Girault, Zeineddine Nouaceur, Nathalie Duval-Avenel et Céline Colange) qui a œuvré à la préparation et à la tenue des Journées. Nous remercions également l’Université de Rouen-Normandie, le laboratoire IDEES (UMR 6266), la Maison de l’Université ainsi que le Groupe Français de Géomorphologie (GFG) et le spéléoclub des Abimes pour le soutien financier et logistique qui a permis l’organisation des JJG-2019. Nous tenons également à remercier très sincèrement les 11 relecteurs anonymes qui ont œuvré à la qualité scientifique des articles réunis dans ce numéro.

2La journée du 24 janvier 2019 a été consacrée aux 17 communications orales et à la présentation des 9 posters. Comme les années précédentes, les jeunes géomorphologues venaient de la France entière : Brest, Caen, Clermont-Ferrand, La Rochelle Lyon, Orléans, Paris, Reims, Toulouse, et bien sûr Rouen. La journée a commencé par la conférence invitée d’Andrew Farrant, du British Geological Survey, qui a parfaitement montré tout l’intérêt de la géomorphologie pour la connaissance (géologie, cartographie, hydrologie) de la craie qui affleure sur de larges surfaces des bassins de Paris et de Londres de part et d’autre de la Manche. Les présentations orales ont ensuite abordé quatre thèmes principaux : 2
d'entre elles ont porté sur la géomorphologie littorale puis 6 communications ont traité de géomorphologie fluviale, abordant à la fois les thèmes des impacts des aménagements, des risques ou encore des évolutions diachroniques des hydrosystèmes du Tardiglaciaire à Holocène. Les deux communications suivantes ont présenté des recherches géo-archéologiques permettant de contextualiser l’environnement de différents sites archéologiques ou encore de sourcer des archéomatériaux. Les 6 dernières présentations se sont davantage intéressées aux versants et aux instabilités gravitaires ainsi qu’aux évolutions glaciaires et périglaciaires.

3Le 25 janvier, 43 collègues ont participé à l’excursion qui nous a d’abord menés à Hénouville, où un point de vue, malheureusement dans la brume, aurait dû nous permettre d’admirer le dispositif morphologique classique des boucles de la Seine, depuis la rive concave du méandre. La suite de l’excursion nous a conduit aux Grandes carrières de Caumont, où nous avons été accueillis par Paul Rabelle du spéléoclub des Abimes. La visite du système souterrain de Caumont a permis non seulement de décrire les unités crayeuses exploitées pour la pierre à bâtir depuis au moins l’époque médiévale jusqu’au XXe siècle et étudiées dans le cadre du programme régional ATP (Archéomatériaux, Territoires, Patrimoines , 2018-2019) mais également d’explorer les conduits karstiques naturels trépanés par l’exploitation en carrière, faisant l’objet de recherche dans le cadre du programme régional PalEcoNor (2020-2023) portant sur les enregistrements paléoclimatiques et environnementaux holocènes via l’étude des spéléothèmes.

4Ce deuxième numéro 2020 de la revue Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement regroupe 5 articles issus de cette 20ème édition des JJG qui reflètent une partie des thématiques abordées lors du colloque. Les deux premiers articles concernent l’évolution morphologique récente (moins de 250 ans) de deux cours d’eau situés dans des contextes bien différents. L’article de Jantsi et al. (2020) porte sur les formes d’érosion sculptées sur les seuils rocheux molassiques de la moyenne Garonne au cours du siècle dernier. L’étude systématique de ces formes permet d’interroger leur origine dynamique ainsi que leur rôle dans l’incision du fond rocheux. Les auteurs développent une approche morphométrique mettant en relation ces formes avec les caractéristiques du substrat et les conditions hydrodynamiques stationnelles. L’article montre ainsi à la fois la grande diversité morphologique des formes d’érosion, leurs conditions de développement qualifiées d’agrégative ainsi que la rapidité de leur formation et de leur évolution.

5Toujours en domaine fluviatile, la recherche présentée par Duquesne et al. (2020) s’inscrit dans un champ de recherche en plein développement : l’étude de la dynamique des cours d’eau à faible énergie dans le contexte des interventions de gestion et de restauration. L’article concerne l’évolution morphologique de La Charente entre 1866 et 2017 et l’identification des facteurs de contrôle des formes fluviales. Les auteurs s’interrogent sur la stabilité résultant soit de contraintes anthropiques soit de la faible énergie dont dispose le système. Ils s’attaquent donc à la question cruciale de l’origine de la stabilité de ce cours d’eau. Les auteurs utilisent d’abord une analyse multivariée des données morphométriques descriptives issues de l’observation de 4 séries diachroniques de cartes topographiques, soulignant la stabilité du système fluvial depuis 150 ans. Les auteurs comparent ensuite ce résultat avec l’histoire des aménagements à partir de sources archivistiques et iconographiques illustrant comment les activités anthropiques ont pu localement rompre cette stabilité.

6Les trois articles suivants portent sur un second thème, l’évolution des versants et les conditions d’englacement. L’article d’Ortonovi et al. (2020) concerne l’analyse morphologique d’un type de versants (« cambrés »), dont l’origine est liée au fléchissement d’une strate calcaire reposant sur des sédiments moins cohérents (sableux ou argileux). Le secteur étudié est celui de la vallée de l’Arve qui accidente le plateau éocène du Soissonnais. Cette investigation vise à restituer précisément la structure superficielle et la diversité des modelés observés en lien avec la morphogenèse de la vallée de l’Arve. Les auteurs utilisent deux méthodes complémentaires : la géophysique (résistivité par méthode gradient) et la télédétection (images Sentinel-2) qui permettent de reconstituer les structures internes et d’insister sur les héritages. Ces derniers expliquent la relative stabilité actuelle de ces formes.

7L’article de Kern et al. (2020) constitue un apport essentiel à l’étude des avalanches qui représentent un risque important dans les Alpes françaises alors que les facteurs contrôlant le volume des dépôts sont encore très méconnus. Les auteurs utilisent les données de l’Enquête Permanente sur les Avalanches (EPA) qui existe depuis 1899, complétée par trois bases de données permettant de préciser l’EPA. Ils centrent leur étude sur la commune de Bessan située en Haute-Maurienne pour interroger et tester statistiquement la variabilité spatio-temporelle des volumes de dépôts d’avalanche en relations avec les conditions topographiques locales. Cette recherche montre d’abord l’hétérogénéité dans la qualité de l’EPA, conduisant les auteurs à recentrer l’étude sur la période 2003-2017 quand les données sont jugées plus fiables. Les auteurs démontrent la complexité des relations existant entre les volumes avalancheux et les caractéristiques morphologiques des couloirs d’avalanches, alors que les relations entre volumes et conditions météorologiques hivernales apparaissent plus clairement identifiables.

8Le dernier article issu des JJG-2019 est celui d’Ancrenaz et al. (2020) qui s’appuient sur le renouvellement des connaissances et des méthodes de la géomorphologie glaciaire pour analyser et réinterpréter les fluctuations de l’englacement des Monts d’Aubrac au Pléistocène supérieur. L’approche se veut résolument naturaliste, associant la cartographie des formes et formations reconnues par télédétection et sur le terrain, et l’analyse lithostratigraphique des dépôts associés, permettant aux auteurs de définir l’extension de trois stades successifs d’englacement. Les auteurs annoncent une campagne de datation fondée sur l’utilisation des cosmonucléides terrestres qui permettra de contraindre la chronologie. En l’état, cette recherche permet d’ores et déjà de compléter le tableau des glaciations en dehors des sites alpins et pyrénéens et de discuter du signal complémentaire enregistré dans une moyenne montagne ouest-européenne.

9Ce numéro spécial des 20èmes Journées des Jeunes Géomorphologues illustre donc une partie de la diversité des thématiques étudiées par notre discipline (systèmes fluviaux, versants, englacement). Les articles réunis dans ce numéro montrent la capacité des jeunes géomorphologues non seulement à s’intéresser à des thématiques nouvelles mais aussi à ré-interpréter, grâce à de nouvelles méthodes et de nouvelles problématiques, des objets plus classiques. L’ensemble de ces recherches illustrent également la pluralité des approches. Si les méthodes naturalistes opérées sur « le terrain » constituent un point de départ, tant profitable qu’indispensable, elles sont, le plus souvent, complétées par des méthodes de télédétection, mais aussi de modélisation sans oublier le dépouillement des bases de données et des archives, plaçant résolument les jeunes géomorphologues dans un dialogues fructueux et renouvelé entre sciences de la terre et sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damase Mouralis, Carole Nehme et Dominique Todisco, « Actes des 20èmes Journées des Jeunes Géomorphologues (Rouen, 2019) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], 2 | 2020, mis en ligne le 09 juin 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/14671

Haut de page

Auteurs

Damase Mouralis

Laboratoire IDEES, UMR 6266, Université de Rouen-Normandie et CNRS. Bâtiment I.R.E.D. (bât. 8), 7 rue Thomas Becket, FR-76130 Mont Saint Aignan.

Articles du même auteur

Carole Nehme

Laboratoire IDEES, UMR 6266, Université de Rouen-Normandie et CNRS. Bâtiment I.R.E.D. (bât. 8), 7 rue Thomas Becket, FR-76130 Mont Saint Aignan.

Dominique Todisco

Laboratoire IDEES, UMR 6266, Université de Rouen-Normandie et CNRS. Bâtiment I.R.E.D. (bât. 8), 7 rue Thomas Becket, FR-76130 Mont Saint Aignan.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals