Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Un exemple de rivière de pierres ...

Un exemple de rivière de pierres en montagne alpine : les cortèges de blocs du Roc du Sérac (Vanoise du Nord, France)

A blockstream example in the Alpine mountain: Roc du Sérac (Northern Vanoise, France)
Charles Le Cœur
p. 173-183

Résumés

Trois petites rivières de pierres situées sous la barre de quartzite du Roc du Sérac (2 659 m d’altitude) au nord de Champagny en Vanoise sont situées à la marge inférieure du domaine de la haute montagne aux dynamiques périglaciaires actives. Elles se sont mises en place après le Dernier Maximum Glaciaire dans un secteur qui a été recouvert par les glaces générales. La plus élevée qui est placée sous le Roc du Sérac, se développe en contrebas du front d’un petit glacier rocheux actif au Tardiglaciaire. Les autres cortèges de blocs sont situés sous les parois orientales de la Crête des Arrières. Ils prennent naissance sous des bourrelets de névés. Ces accumulations linéaires à texture ouverte sont constituées de débris grossiers provenant des parois de quartzite. Mais elles sont déconnectées de ces sources, puisque les blocs sont redistribués à partir d’un bourrelet de glacier rocheux ou de remparts de névés. Elles sont guidées par des chenaux de fonte qui correspondent à la marge proglaciaire de petits organismes en retrait au cours d’une première phase tardiglaciaire (Dryas ancien). Ces rivières de pierres longues de 140 à 180 m. ont pu se développer au cours de la seconde phase froide tardiglaciaire (Dryas récent). Ces formations sont héritées d’une période plus froide et ne sont guère actives. Car les conditions actuelles entre 2 500 et 2 350 m d’altitude ne permettent que des remaniements réduits sous l’effet du regel des eaux de fonte printanières. L’originalité de ces cortèges de gros blocs réside donc dans une durée de mise en place de l’ordre de 10 000 ans. Ainsi ces petites rivières de pierres de versant disposées dans le sens de la pente se différencient donc des grandes accumulations de blocs étalés dans les vallons dont l’évolution a pu couvrir plusieurs périodes froides du Quaternaire.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1.1. De petites rivières de pierre alpines

1Le chainon quartzitique du Roc du Sérac, situé au Nord de Champagny en Vanoise, dans la zone périphérique du Parc National de la Vanoise. Il est encadré de parois raides, hautes de 100 à 150 m. Les versants sont caractérisés par des formations d’éboulis grossiers et des accumulations d’écroulements consécutifs à la fin du Dernier Maximum glaciaire (fig. 1A).

Fig. 1 - Les rivières de pierres dans le secteur du Roc du Sérac.
Fig. 1 - Roc du Sérac blockstreams.

Fig. 1 - Les rivières de pierres dans le secteur du Roc du Sérac.Fig. 1 - Roc du Sérac blockstreams.

A : Localisation (source : Image Google Earth du 04/10/2016). B : Le dispositif morphologique du secteur de la crête des Arrières- Roc du Sérac à Champagny en Vanoise. 1. Affleurement de quartzites ; 2. Faille ; 3. Paroi rocheuse ; 4. Bourrelet morainiques à gros blocs ; 5. Nappe de débris grossiers ; 6. Rivière de pierres.
A : Location (source : Google Earth Image of 10/04/2016) ; B : Geomorphological setting of Roc du Sérac area. 1. Quartzite bedrock; 2. Fault; 3. Rocky wall; 4. Morainic block ridge; 5. Screes of coarser debris; 6. Blockstream.

2Le chaînon armé de quartzites triasiques est encadré par des micaschistes et conglomérats permo-triasiques évidés à l’Est dans la combe du ruisseau des Remous et dans le long plan incliné de la Rosa à l’Ouest. Il est coupé en deux segments par un col situé à 2 500 m. Le compartiment supérieur (Roc du Sérac, 2 659 m) est échancré de petits cirques, englacés au cours du Tardiglaciaire, qui ont accumulé des cordons morainiques formés de gros blocs. L’une de ces accumulations, évoluée en glacier rocheux, est à l’origine d’une rivière de pierres. Le chainon inférieur (Rocher de la Tome, 2 400-2 546 m) est bordé de larges nappes d’éboulis, sur sa face sud-est, qui ont nourri des bourrelets de névé à partir desquels se déversent des cortèges de blocs chenalisés. Ces accumulations linéaires de blocs sont originales en milieu alpin, dans un secteur qui a été recouvert par les nappes du Dernier Maximum Glaciaire (Coutterrand, 2010) et qui a partiellement été englacé lors des derniers épisodes froids. La reconstitution cartographique proposée par cet auteur place la limite supérieure des glaces vers 2 500 m en haute Tarentaise. Les sommets du Roc du Sérac (2 659 m) comme du Rocher de la Tomme (2 546 m) ou la Pointe du Tougne (2 709 m) sont resté en position de nunataks tandis que la Crête des Arrières (2 444 m), a subi un raclage glaciaire. Néanmoins la trimline ne peut pas être définie précisément dans ce secteur, compte tenu des nappes épaisses d’éboulis couvrant les pentes en contrebas des pinacles de quartzite. La Crête des Arrières, sensiblement plus basse, présente des bosses rocheuses convexes en partie démantelées et de minces tapis de blocs témoignant d’une évolution en conditions périglaciaires moins longue.

1.2. Les rivières de pierres, une question ouverte

3Les « rivières de pierres » ou block streams sont des formes originales, bien décrites sur les hautes pentes de moyennes montagnes. Ce sont des accumulations linéaires de blocs grossiers (0,8 à 1,5 m), larges de 10 à 20 m, parfois plus, qui peuvent atteindre plus de 1k m de long sur des pentes faibles (2 à 10°). Ces formations à structure ouverte en surface se différencient donc des éboulis flués par leur organisation linéaire souvent contrôlée par un ravin. La mise en place de ces cortèges de gros blocs est en général rapportée à une dynamique périglaciaire induite par la présence de glace interstitielle au cœur de la formation. Mais, à la différence des glaciers rocheux, elles sont en général déconnectées de la paroi source et prennent naissance dans une accumulation relai.

4Nombre de rivières de pierres ont été décrites sur les hautes pentes de moyennes montagnes. Une synthèse des recherches a été proposée par Wilson (2013). Elle envisage à la fois les cortèges chenalisés sur les versants et les longues langues de blocs étalées dans l’axe de vallons comme les stone runs de Falklands (Darwin, 1845 ; André et al., 2008 ; Wilson et al., 2008). La question de l’origine et de l’âge de ces formations reste ouverte dans le massif Central français (Valadas, 1983 ; Peignelin et al., 2014) comme dans les nombreux exemples recensés par Wilson (2013) tant au Falklands, que dans les Appalaches ou encore en Afrique du Sud et en Norvège. La mise en place de ces formations linéaires, à structure ouverte en surface, a été attribuée soit à la cryoreptation des blocs sur un gélisol chenalisé soit à la gélifluxion d’une langue sablo-limoneuse à blocs suivie d’un lessivage des matrices, ou encore à l’évacuation des éléments fins interstitiels résultant d’une altération antérieure dans des vallons (André et al., 2008).

5L’âge des rivières de pierre pose également nombre de questions. Les différents cortèges de blocs rapportés à des séquences froides ne sont pas nécessairement synchrones et ont pu subir des réactivations partielles lors de plusieurs épisodes froids. Plusieurs datations absolues au 10Be ont été proposées sur des sites d’Australie, de Tasmanie, de Norvège ou encore sur les immenses stone runs des Falklands (Wilson et al., 2008). Elles rapportent, avec une grande marge d’incertitude, leur mise en place lors des dernières phases froides quaternaires. Toutefois les exemples étudiés diffèrent largement par leur contexte géomorphologique entre des hautes latitudes humides, des moyennes montagnes, les marges d’un domaine englacé au quaternaire, ou les pentes déglacées après le Dernier Maximum Glaciaire. Les exemples observés en Vanoise septentrionale, en milieu alpin, à des altitudes inférieures à 2 500 m, en contrebas d’un cirque occupé par un glacier pendant le Tardiglaciaire permettent de rapporter la mise en place de petites rivières de pierres à la dernière séquence froide.

6Les petites rivières de pierres du secteur de Champagny en Vanoise, se développent autour d’un chainon de quartzites triasiques (Werféniens) qui culmine entre 2 400 et 2 650 m. Les accumulations de débris grossiers au pied des parois (éboulis, éboulements et glaciers rocheux) nourrissent une série de cortèges de blocs, chenalisés dans des entailles. Ces accumulations linéaires se développent entre 2 450 et 2 250 m, sur des longueurs de 150 à 200 m. Elles sont en contrebas de bourrelets périglaciaires, front d’un petit glacier rocheux et remparts de névés. Il s’agit de formes originales en milieu alpin, dans un secteur qui a été recouvert lors du Dernier Maximum Glaciaire et affecté par des glaciers de cirque au Tardiglaciaire. Leur mise en place s’est donc effectuée dans un laps de temps court, à l’extrême fin du dernier cycle glaciaire.

2. Deux séries de rivières de pierres

7Les cortèges de blocs se répartissent en deux groupes sur la face ouest du roc du Sérac et sur le versant est de la Crête des Arrières. Les parois de quartzites ont fourni une grande quantité de blocs grossiers (0,5 à 1 m) par éboulisation mais aussi lors d’écroulements accumulant des fragments de plusieurs mètres cubes (fig. 1B).

2.1. La rivière de pierres du Roc du Sérac

8La rivière de pierres du Roc du Sérac (fig. 2A) est insérée dans le vallon séparant le Roc du Sérac et le Rocher de la Tomme entre les points 45°28’59,8’’N - 6°42’57,45’’E et 45°29’02,7’’N - 6°42’52,58’’E C’est un cortège de gros blocs qui s’allonge sur 140 m entre 2 450 et 2 410 m d’altitude, avec une pente moyenne de 12°.

Fig. 2 - La rivière de pierres du Rock du Sérac.
Fig. 2 - Roc du Sérac blockstream.

Fig. 2 - La rivière de pierres du Rock du Sérac.Fig. 2 - Roc du Sérac blockstream.

A : Croquis morphologique. 1. Paroi rocheuse de quartzite ; 2. Eboulis ; 3. Moraine antérieure au Tardiglaciaire ; 4. Cordon morainique rapporté au Tardiglaciaire ; 5. Front de glacier rocheux et bourrelets flués ; 6. Rivière de pierre ; 7. Ligne d’écoulement ; 8. Zone humide. B : sous la paroi de quartzite, le front d’un petit glacier rocheux en partie affaissé souligné par de très gros blocs. Le cortège de blocs s’inscrit dans un petit ravin (photo 2019) ; C : la partie amont de la rivière de pierres du Roc du Sérac. Sous la paroi de quartzite, le front d’un petit glacier rocheux (inactif) est souligné par la végétation, une zone en partie effondrée étale une nappe de gros blocs sous le col séparant les deux sommets. Ces blocs sont redistribués le long de la ligne de pente dans un chenal (photo 2019). D : la surface de la rivière de pierres du Roc du Sérac (partie supérieure). Les blocs à texture ouverte sont en majorité orientés dans le sens de la pente. Les lichens se développent sur les faces supérieures. Quelques blocs plus clairs sont le signe d’une possible mobilité (photo 2019). E : la partie moyenne de la rivière de pierres du roc du Sérac : Une pente de 10°, la surface est très irrégulière en raison des amoncellements de blocs de taille supérieure à 1 m3 (photo 2019). F : profil en long de la rivière de pierre du Roc du Sérac. G : L’extrémité de la rivière de pierres du roc du Sérac ; le ravin est incisé de 2 m. Un empilement de très gros blocs précède la partie affaissée de la langue. Celle-ci est prolongée par une coulée de blocs plus petits dont les matrices sablo-limoneuses portent une végétation de pelouse (photo 2014).
A: Morphologfical sketch. 1. Rockwall (quartzite); 2. Scree slope; 3. Morainc mound; 4. Late glacial block moraine; 5. Rockglacier ridge; 6. Blockstream; 7. Fluvial stream; 8. Humid zone. B: Roc du Sérac blockstream extending under a rockglacier front ridge, and running into a narrow gully. C: The upper part of Roc du Sérac blockstream is initated from blocs fallen from the rockglacier front (seen with a line of grass). The blocks are set downslope into a channel. D: Surface openwork texture with some blocks facing downslope. Lichen cover offers evidence for blocks stability. Some lichen free surfaces could indicate small present day movements. E: The medium part of Roc du Sérac blockstream. A chaotic surface with large bocks (1 m3) accumulations, on a 10° slope. F: Section along Roc du Sérac blockstream. G: Roc du Sérac blockstream lower end in a gully 2 to 4 m deep. An accumulation of large blocks preceeds the collapsed front. A set of bocks is spread lowermost in the gully with sandy debris that allow some vegetation growing.

9La parte supérieure est large de 25 m, sa pente est faible (2-4°). Elle prend naissance dans une nappe de blocs étalés en contrebas du bourrelet terminal d’un glacier rocheux adossé à la paroi du sommet sud du roc du Sérac (fig. 2B-C). Les pierrailles issues d’un petit éboulis sous le Rocher de la Tomme viennent également se répandre sur cette nappe. D’autre part, elle reçoit des écoulements issus de la combe de Tougne qui se déversent sur col séparant les deux bastions et alimentent une petite zone humide entre les pierres. La partie moyenne est large de 12 m environ, sa pente est de 10-12° (fig. 2F). La surface et hérissé de gros blocs (0,8 à 1,5 m), parfois redressés vers l’aval et qui se bousculent en vagues. Le profil en travers est légèrement bombé, et des blocs épars sont déposés à côté de l’accumulation linéaire. La partie inférieure est resserrée (8 à 5 m) et sa pente s’accentue (20°) (fig. 2D-E). La terminaison est plus raide (24°) et plus étroite, alors que la langue s’inscrit progressivement en contrebas du versant (fig. 2G). L’extrémité s’enfonce dans un ravin entaillé de 2 à 4m dans les dalles de grès permiens du vallon du Carellaz. La langue formée de gros blocs à texture ouverte s’amenuise et s’arrête. Elle est prolongée dans le fond du ravin par une accumulation de blocs, épaisse de 1m et en partie couverte par la végétation de pelouse, sur une longueur de 5 m.

10Cette rivière de pierres apparait donc comme déconnectée de la paroi amont puisqu’elle se forme à partir des blocs éboulés du bourrelet terminal d’un petit glacier rocheux. Elle est chenalisée dans un ravin bien visible à l’aval. Cet exemple démontre le rôle d’une incision linéaire préalable à la mobilisation des cortèges de blocs par une dynamique périglaciaire.

2.2. Les rivières de pierres des Arrières

11Le second groupe de rivières de pierres et situé à une altitude plus basse sous les éboulis qui bordent la face sud-est de la Crête des Arrières. Deux cortèges de blocs sont visibles sous les tabliers d’éboulis quartzitiques et s’allongent dans le vallon du ruisseau du Remous.

12Un double cortège de blocs prend naissance en contrebas du sommet de la Roche de la Tomme, vers 2 400 m (fig. 1). Il se présente comme deux petites rivières de pierres en partie confluentes (fig. 3A-B). La branche nord est longue de 110 m (entre les points 45°28’52,04’’N - 6°42’58,19’’E et 45°28’46,38’’N - 6°42’58,11’’E). Elle prend naissance sous une cuvette encombrée de blocs. Elle est chenalisée dans une modeste entaille linéaire dans le versant. C’est pourquoi le segment amont encaissé dans la ravine est large de 5 m avec une pente de 28°. Puis la langue de blocs s’élargit à 12 m avec une pente de 23° dans le vallon où elle est guidée par une ligne d’incision longitudinale dans les micaschistes. À son extrémité le cortège de blocs s’étale. Il est rejoint par la branche sud qui s’incurve dans un petit talweg (entre 45°28’46,49’’N - 6°42’57’’E et 45°28’43,68’’N - 6°42’56,66’’E). Cette accumulation linéaire est longue de 110 m, large de 8 m. Elle a une pente moyenne de 16°. Son origine se place dans une zone affaissée du bourrelet de névé qui ourle la base des éboulis, puis la rivière de pierre s’oriente vers la ligne d’incision longitudinale qui conserve une pente de 20°. L’extrémité montre des blocs étalés dans la ravine qui la guide, sans toutefois rejoindre la ligne d’écoulement de la rivière du Remous. Cet ensemble présente donc des accumulations linéaires de gros blocs, déconnectées des parois sources et chenalisées. Son originalité réside dans un tracé incurvé qui correspond au passage de chenaux dans la pente du versant à un ravin longitudinal dans le vallon.

Fig. 3 - La rivière de pierres du Rocher de la Tomme.
Fig. 3 - Rocher de la Tomme blockstream.

Fig. 3 - La rivière de pierres du Rocher de la Tomme.Fig. 3 - Rocher de la Tomme blockstream.

A : La convergence des rivières de pierres du Rocher de la Tomme, émises sous des éboulis, à travers une entaille dans une barre rocheuse et guidées dans des petits chenaux d’eau de fonte (comparables à l’incision située eu premier plan) (photo 2019). B : L’extrémité de la rivière de pierres du Rocher de la Tomme : l’accumulation de blocs de quartzite en partie végétalisée se termine dans une ravine évasée entaillée de 1,5 m dans les micaschistes de la combe du ruisseau du Remous (photo 2019). C : Profil de la rivière de pierre du Rocher de la Tomme (branche nord).
A: Convergent blockstreams below Rocher de la Tome. The lines of blocks emanted from quartzite scree slopes are channelized into meltwater rills similar as the riil seen on the front of the picture. B: The Rocher de la Tomme blockstream ending in a small rill (1.5 m deep) cut into the valley micashsists. It is partly covered by runoff accumulated sandy sediments. C: Section along Rocher de la Tomme northern blockstream.

13Une seconde nappe chenalisée (fig. 4A) est située sous la Crête Arrières (entre 45°28’33,5’’N - 6°42’44,6’E et 45°28’30,34’’N - 6°42’45,3’’E). Elle se développe à partir de 2 250 m sous le sommet (2 411 m d’altitude) puis s’élargit vers le vallon du ruisseau du Remous (fig. 4A). Le tablier d’éboulis est caractérisé par un double bourrelet de névé (fig. 4C). Le bourrelet supérieur est fonctionnel sous la paroi à 2 400 m et forme un croissant souligné par un cordon végétalisé. Le bourrelet inférieur, plus volumineux s’étire en festons irréguliers et en partie affaissés sous le versant vers 2 360-2 370 m. Le cortège de blocs se développe à la faveur de brèches dans cette ride. La rivière de pierre est large de 10 m à son origine, avec une pente de 24°, avant de s’élargir à 28 m vers le bas (fig. 4D). Sa terminaison en bas de versant est plus resserrée. Le convoi de bloc est irrégulier, ponctué de très gros débris créant des vagues dans la surface. Une nappe de blocs, large de 50 m, s’étale immédiatement au sud de ce convoi, et issue du même bourrelet de névé, mais elle ne présente aucune organisation linéaire.

Fig. 4 - Les formations à blocs sur le versant SE de la crête des Arrières.
Fig. 4 - Crête des Arrières SE slope blockstreams.

Fig. 4 - Les formations à blocs sur le versant SE de la crête des Arrières.Fig. 4 - Crête des Arrières SE slope blockstreams.

A : Schéma morphologique. 1. Paroi de quartzite ; 2. Nappe d’éboulis ; 3. Bourrelet de névé ; 4. Rivière de pierres ; 5. Nappe de blocs ; 6. Ligne d’écoulement. B : La rivière de pierres des Arrières se déverse sous un bourrelet de névé (qui est souligné par une ligne de végétation). Son tracé s’incurve vers le sud, guidé par un petit chenal d’eau de fonte. Sur sa droite des nappes de débris grossiers non chenalisés sont étalées dans le sens de la pente. C : La rivière de pierres des Arrières, partie supérieure. Le cortège de blocs s’amorce sous un bourrelet de névé (souligné par des accumulations de très gros blocs et quelques petits sapins). Il chemine dans une gouttière comparable au chenal visible en premier plan. D : Profil de la rivière de pierre de la crête des Arrières.
A: Morphological sketch of Crête des Arrières SE slope. 1. Rockwall; 2. Scree slope; 3. Protalus rampart; 4. Blockstream; 5. Block cover; 6. Small streams. B: Crête des Arrières blockstream. This blockstream, is poured from a protalus rampart, below the Arrières ridge. It is turning down into a small meltwater channel. On the right side numerous block stripes are elongated downslope. C: Upper part of les Arrières blockstream, is running downslope from a protalus rampart (two lines of huge blocks are seen with some small trees). It is channelized downslope into a meltwater rill. D: Section along Crête des Arrières blockstream.

14Ainsi les rivières de pierres de la face sud-est de la Crête des Arrière sont séparées des parois-sources des débris par les accumulations de bas de versant, en particulier des bourrelets de névés. Elles suivent le tracé de petits ravins. À la différence de ces convois, plusieurs nappes de blocs non chenalisées s’étalent sur le versant en contrebas des accumulations de névés.

3. Le mode de mise en place

15La source des blocs de quartzite provient de l’éboulisation des parois mais aussi les écroulements qui ont livré des débris grossiers très hétérométriques. La taille des blocs en surface varie entre 0,5 m et 4 m dans les formations de pente du Roc du Sérac. Ainsi des amas de très gros blocs écroulés s’amassent en rides dans les petits glaciers rocheux qui entourent ce bastion. Les fronts de ces organismes présentent des marques d’affaissement, et des éboulements qui nourrissent la nappe de blocs située à l’amont de la rivière de pierre du roc du Sérac, à 2 450 m.

16Les accumulations de blocs situées sur le versant oriental de la Crête des Arriérés sont des tabliers d’éboulis, à texture ouverte, hauts de 15 à 20 m pour des parois hautes de 50 à 80 m. Le rapport ho/hi (entre la hauteur de l’éboulis et la hauteur du versant défini par Statham, 1976) est compris entre 0,4 et 0,2 suivant les sections. La partie inférieure des éboulis est bordée par des bourrelets de névé au tracé arqué en fonction des apports de la paroi, qui attestent d’un fonctionnement nival actuel (entre 2 300 et 2 400 m). Au bas des tabliers un second système de cordons de névés forme des festons que souligne une modeste couverture de végétation. Ainsi les blocs qui constituent les rivières de pierre de ce secteur ne proviennent pas directement des éboulis sous les parois, mais d’accumulations-relais situées juste au-dessus des lignes de concentration des cortèges.

17La mobilisation des cortèges de blocs doit être rapportée à un fluage en masse sous l’effet de glace interstitielle dans la partie inférieure de la formation. En effet la dimension des blocs est bien au-delà de la compétence des ruisseaux qui s’écoulent à proximité, voire de toute dynamique fluviale ordinaire. Le glissement peut s’exprimer dans la disposition des blocs redressés et les figures de compression contre les très grosses pierres. Les gros blocs abandonnés sur les marges peuvent également s’expliquer par le gonflement de la masse gelée. L’eau présente à la base des cortèges chemine dans de petites entailles, qui chenalisent les rivières de pierres. Ainsi la rivière de pierres de la face sud-ouest du roc du Sérac s’inscrit dans une ravine bien visible en aval à partir de 2 350 m. L’amont est constitué par une nappe de gros blocs effondrés étalés dans une partie du col séparant les deux sommets quartzitiques. Celle-ci retient une petite zone humide qui permet un apport d’eau continu sous la rivière de pierres. Cet écoulement provient de la partie amont de la combe du Tougne où des sources sont situées au bas de l’amphithéâtre, entre les schistes et les conglomérats permiens. Sous la Crête des Arrières, les lignes d’écoulement de fonte des névés sont situées au droit des couloirs de fracturation des parois. Elles guident les petites rivières de pierres en suivant la pente. Ensuite le trajet des cortèges de blocs s’incurve pour emprunter des ravines longitudinales dans le vallon du Remous. Ainsi le fluage des rivières de pierres est assuré par le regel des eaux de sous-écoulement issues des névés situés à l’amont.

4. Essai de chronologie de mise en place

18En l’absence de datation absolue, il est possible de rechercher les chronoséquences qui ont permis le développement des petites rivières de pierres à l’extrême fin du Quaternaire. Le Roc du Sérac et le sommet du Rocher de la Tomme ont demeurés en position supraglaciaire lors du Dernier Maximum Glaciaire pour lequel Coutterand (2010) place les nappes générales jusqu’à 2 450 m dans ce secteur de Vanoise septentrionale. L’identification de quelques trimlines au-dessus des vallées de l’Isère et du Doron mais aussi la reconnaissance de transfluences sur plusieurs col ont permis à cet auteur de reconstituer les hauteurs des accumulations de glace et le gradient de pente des surfaces à mesure de leur écoulement vers le nord-ouest. Le secteur du Sérac est un jalon dans la ligne de sommets situés entre le sommet de Bellecote (3 417 m), Roche Mio (2 737 m), le Roc Bécoin (2 594 m) et le Mont Jovet (2 558 m) qui ont constitué une série de nunataks émergeant d’une nappe glaciaire s’abaissée régulièrement de 2 600 à 2 300 m au droit de Moutiers. Des accumulations locales de glace ont également pu nourrir les grandes langues de Tarentaise à partir de hauts bassins comme la cuvette de Carellaz, (sous la roche Mio) ou la combe du Tougne. Ces langues ont également transflué par le col séparant le Sérac et la Tomme (2 480 m). Elles ont pu nettoyer la base des versants de quartzite. Cependant la trimline est peu visible dans ce secteur puisqu‘elle est largement recouverte de débris grossiers plus récents ou bien elle est calée sur le contact lithologique autour la crête de quartzite. Les surfaces raclées sur la partie inférieure de la Crête des Arrières, en dessous de 4 450 m présentent des bancs démantelés par le gel et de courtes nappes d’éboulis.

19La déglaciation a libéré progressivement le bas des versants (fig. 5). Les phases froides tardiglaciaires ont laissé la trace de plusieurs réavancées d’inégale extension qui peuvent être rapportées au Dryas ancien puis au Dryas récent dans le cadre chronologique des réavancées glaciaires datées dans les Alpes centrales par l’équipe de Ivy-Ochs (2008, 2009). Dans le secteur du Roc du Sérac, il est possible d’observer une série de dépôts morainiques dans la combe du Tougne comme dans le haut bassin du Carrelaz sous la Roche du Mio.

Fig. 5 - Essai de reconstitution des langues tardiglaciaires (vue oblique Google Earth 2016).
Fig. 5 - Probable extent of late glacial ice tongues (Oblic image from Google Earth 2016).

Fig. 5 - Essai de reconstitution des langues tardiglaciaires (vue oblique Google Earth 2016).Fig. 5 - Probable extent of late glacial ice tongues (Oblic image from Google Earth 2016).

1. Langue de glace de la première séquence tardiglaciaire ; 2. Moraines identifiables ; 3. Chenaux de délaissée glaciaire ; 4. Extension des glaces de la seconde séquence tardiglaciaire ; 5. Rivières de pierres.
1. Early glacial readvance; 2. Morainic mound; 3. Meltwater channels; 4. Late glacial extent in cirques; 5. Blockstreams.

4.1. La première séquence Tardiglaciaire

20Dans une première séquence (fig. 5), de courtes langues glaciaires ont occupé les hautes vallées de ce secteur. Les sommets situés entre 2 600 et 2 700 m ont pu donner naissance à des organismes peu épais s’abaissant vers 2 100 m. Une série de cordons morainiques peu marqués s’allongent le vallon du Remous. Les dépôts sont moins lisibles dans la combe de La Rossa et sous la cuvette du haut Carrelaz. Les émissaires proglaciaires ont creusé des chenaux respectivement la gorge du ruisseau de Carellaz dans les Cagneules et le ravin du ruisseau des Remous. Dans la vallée, les deux cônes de déjection qui portent la partie supérieure du village de Champagny, Villars dessus et le Planay, entre 1 280 et 1 200 m, témoignent de la puissante charge solide apportée par ces écoulements. Les traces morainiques qui jalonnent des stades de retrait, s’étagent jusqu’à 2 500 m. Ces dépôts étagés peuvent être rapprochés des séquences morainiques tardiglaciaires étudiées dans le vallon de la Glière à Pralognan (Le Darz et al., 2004). Elles sont le signe d’une instabilité des organismes glaciaires lors de cette première phase tardiglaciaire comme cela peut être observé plus au sud dans le secteur de Gébroulaz (Le Cœur, 2018). Les bourrelets morainiques les plus élevés sont disposés autour du roc du Sérac et au bas et sous la pointe du Tougne. Les lignes d’écoulement des eaux sous-glaciaires ou pro-glaciaires sont marquées par des chenaux sinueux en tresse, faiblement incisés dans la combe du Tougne. La ravine creusée sous le col séparant la Tomme et le Sérac apparaît également comme un chenal proglaciaire. Ce sont ces incisions qui ont ultérieurement guidé les petites rivières de pierres.

4.2. La seconde séquence Tardiglaciaire

21Les marques de la seconde phase froide Tardiglaciaire, restent cantonnées autour des sommets et dans les bassins supérieurs à 2 500 m (fig. 5). Pour cette phase, qui se rapporte au Dryas récent, la ligne d’équilibre glaciaire (LEG) calculée par la méthode THAR (Nesje, 1992) s’établi entre 2 600 et 2 650 m sur les hauts versants du secteur de Gébroulaz situé à 25 km plus au Sud. Autour du Roc du Sérac, les valeurs sont de 2 600 m. Un liseré de moraines formé de quartzites et localement dédoublé cerne le pied de la paroi nord-est à 4 450m. La partie amont de la combe du Tougne est barrée par un cordon de gros blocs de micaschistes à 2 520 m. Sous la face sud-ouest deux cordons de gros blocs témoignent de l’extension de petits glaciers de cirque alimenté par les hautes parois. À l’intérieur de ces constructions morainiques des bourrelets de très gros blocs enferment les puissants tabliers d’éboulis. Coté nord-ouest des paquets d’énormes blocs écroulés viennent border le cordon morainique. Les accumulations de débris sous les parois sont marquées par des rides et sillons qui s’apparentent à des glaciers rocheux. Ce dispositif peut s’expliquer par une brève extension des glaciers, suivie par une période froide plus sèche, propice à l’éboulisation, aux écroulements, et à une dynamique de fluage en glacier rocheux. Les émissaires de ces trois systèmes glaciaires correspondent à des incisions confluentes vers 2 350 m dans le ruisseau de Carrelaz entre la piste carrossable et les remontées mécaniques. Il est donc possible d’établir une chronologie relative à partir des dépôts morainiques et des formations périglaciaires de ce secteur.

22Après le Dernier Maximum Glaciaire, une phase froide qui pourrait être rapportée au Dryas ancien a été marquée par des accumulations glaciaires de hautes vallées, dont l’extension est restée peu stable. Ces récurrences glaciaires peuvent être rapportées au stades de Gschnitz, de Clavadel et Daun identifiés et datées par 10Be dans les Alpes centrales (Ivy-Ocsh et al., 2008). Celles-ci n’ont pas construit d’accumulation morainique bien définie dans la haute vallée au-dessus de Champagny, mais elles ont entrainé l’incision de plusieurs chenaux décalés en fonction du recul des fronts.

23La seconde phase froide, qui correspond probablement au Dryas récent, est marquée par un englacement très limité à ces altitudes, suivi d’une importante dynamique périglaciaire nourrissant les éboulis et les petits glaciers rocheux. Cette récurrence bien visible dans les cordons morainiques qui cernent le Roc du Sérac peut être rapportée au stade d’Egessen (Ivy-Ochs et al., 2009) des Alpes centrales avec deux épisodes de réavancée. Le développement des petits glaciers du Sérac, a été suivi par des dynamiques de glacier rocheux, puis par la mise en place des cortèges de blocs (stade de Larstig ?). Enfin l’évolution holocène a été marquée par des fluctuations de l’enneigement et du froid en montagne suffisant pour réactiver le fluage interne de formations sur des pentes modérés. La terminaison dédoublée de la rivière de pierres du Roc du Sérac pourrait traduire une réactivation partielle du cortège de bloc après sa mise en place.

24La mobilisation des blocs en rivières de pierres dans un petit ravin sous le Roc du Sérac se place donc pendant la seconde phase froide : le fluage de la masse d’éboulis a pu pousser les blocs en avant du front du petit glacier rocheux en nappe sur une couverture nivale. La présence d’un pergélisol (à une altitude de 2 450 m) a permis la mise en mouvement des blocs dans le ravin. Une pente de 12° à 18°, (relativement forte pour une rivière de pierres) a favorisé le déplacement d’une masse estimée à 15 000 m3. La mise en place de cette formation correspond donc à une durée de l’ordre de 1 000 ans, qui a pu se prolonger au cours de séquences fraîches et enneigées de l’Holocène. C’est sans doute également le cas pour les trois petits cortèges de blocs situés à des altitudes moindres, sous la Crête des Arrières. Développés sous des tabliers d’éboulis, ils n’ont bénéficié que de l’apport des névés. Ainsi dans les deux secteurs, la dynamique entretenue par le gel interstitiel bénéficie d’une chenalisation préalable dans des petits ravins assurant un sous-écoulement estival alimenté par la fonte des névés.

5. Discussion

5.1. L’âge des rivières de pierres de Champagny en Vanoise

25Le développement des petites rivières de pierres de Champagny en Vanoise est postérieur à l’incision de petits ravins associés au retrait des langues tardiglaciaires anciennes. Faute de datation absolue, l’âge de ces organismes doit être rapporté à la dernière phase froide qui correspond au Dryas récent. La fourniture de débris a été assurée par les dynamiques froides à partir du front, en partie éboulé, d’un glacier rocheux (Roc du Sérac) ou de bourrelets de névés (Crête des Arrières). Le volume des cortèges de blocs est relativement modeste en comparaison des accumulations de débris qui les surmontent. Il est possible d’estimer approximativement à 4 000 m3 la rivière de pierres du roc du sérac, à 2 000 m3 chaque bras de la rivière de la Tomme, et 5 000 m3 la masse fluée sous les Arrières.

26La mobilisation des blocs sur des longueurs comprises entre 140 et 180 m s’est faite dans un laps de temps de l’ordre de 1 000 ans.

27On peut comparer ces exemples de rivières de pierres développées après le retrait des glaces du Dernier Maximum Glaciaire. Ainsi les cortèges de blocs de Insteheia, dans le secteur de Valldalen-Tafjorden, à 900 m d’altitude en Norvège du sud, étudiés par Wilson et al. (2017) ont été développés sur 100 à 300 m entre la déglaciation et la fin du Dryas récent à partir de mesures d’altération effectuées au marteau de Schmidt, soit une durée de 5 000 ans qui a pu se prolonger au cours de l’Holocène. On peut donc opposer ces petites rivières de pierres aux cortèges de blocs de moyenne montagne qui ont pu évoluer en marge des espaces englacés au cours de plusieurs phases froides c’est-à-dire pendant des durées nettement plus longues et avec des réactivations multiples (Firpo et al., 2005 ; Peignelin et al., 2014 ; Denn et al., 2018).

5.2. Un fonctionnement holocène ?

28La question est de savoirs si les conditions climatiques holocènes sont demeurées suffisamment fraîches et enneigées entre 2 500 et 2 300 m pour permettre le développement d’un gélisol saisonnier assurant la mobilisation des cortèges rocheux. Ces formations qui impliquent une dynamique de gélisol, sont actuellement situées en dessous de la limite des glaciers rocheux alpins actifs établie vers 2 500 m en exposition nord par Haeberli et al. (2006). Toutefois les travaux du groupe de l’Alpine Permafrost Index Map (Schoeneich et al., 2015) placent la Crête des Arrières au-dessus du seuil du seuil du pergélisol occasionnel (fig. 6), mais les glaciers rocheux du Roc du Sérac, situés au-dessus de 2 500 m, figurent dans la zone potentielle de pergélisol discontinu en conditions froides c’est-à-dire en exposition nord.

Fig. 6 - Carte du pergélisol potentiel au nord de Champagny en Vanoise.
Fig. 6 - Potential permafrost occurrence map of the north of Champagny (Vanoise).

Fig. 6 - Carte du pergélisol potentiel au nord de Champagny en Vanoise.Fig. 6 - Potential permafrost occurrence map of the north of Champagny (Vanoise).

(source : Alpine Permafrost Index Map, APIM).
(source : Alpine Permafrost Index Map, APIM).

29Les relevés météo, depuis 30 ans, de la station de La Plagne située à 2 005 m, à 5 km au NW du secteur du Roc du Sérac peuvent être transposés avec une correction de 400 m soit 2,6°C environ en suivant le gradient calculé par Dougedroit et Saintignon (1984). Le gel hivernal dure plus de sept mois en moyenne, tandis que seuls les deux mois d’été échappent aux gelées nocturnes (fig. 7). La mobilité actuelle de ces rivières de pierres semble donc très réduite suivant les critères climatiques. Mais le gel prolongé du sol peut pénétrer dans les cortèges de blocs à structure ouverte. Au printemps les séquences de dégel diurne et de regel nocturne peuvent affecter les accumulations de blocs à texture ouverte. L’importance de l’enneigement, et des accumulations d’avalanches au pied des parois apporte, en fin de saison froide, une alimentation en eau de fonte, susceptible de regel dans les ravines sous les cortèges de blocs dans leur partie supérieure (fig. 8). La rivière du Roc du Sérac reçoit les eaux de fonte de la combe du Tougne. La nappe de blocs située à l’amont montre des séries de gros blocs redressés. En revanche, des signes d’affaissement sont visibles dans la partie inférieure du cortège où les plus gros blocs sont basculés. Le lobe terminal domine de 1,5 m une courte langue de blocs plus petits, où les matrices permettent le développement d’une végétation discontinue.

Fig. 7 - Diagramme climatique de la station de La Plagne à 2 005 m.
Fig. 7 - Climatic values in La Plagne at 2,005 m.

Fig. 7 - Diagramme climatique de la station de La Plagne à 2 005 m.Fig. 7 - Climatic values in La Plagne at 2,005 m.

1. Précipitations mensuelles ; 2. Températures maximales moyennes quotidiennes ; 3. Températures minimales moyennes quotidiennes ; 4. Températures maximales des jours les plus chauds ; 5. Températures minimales de nuits le plus froides. (source : simulation météoblue https://www.meteoblue.com/​fr/​meteo/​historyclimate/​climatemodelled/​la-plagne-centre_france_6544536).
1. Monthly rainfall; 2. Mean daily maxima temperatures; 3. Mean daily minima temperatures; 4. Hottest daily temperatures; 5. Lowest nighly temperatures. (source: simulation météoblue https://www.meteoblue.com/​fr/​meteo/​historyclimate/​climatemodelled/​la-plagne-centre_france_6544536).

30Sur la face orientale de la Crête des Arrières, caractérisée par la fréquence des avalanches, la racine des rivières de pierres présente de signes de déplacements dans les blocs instables qui peuvent être rapportés aux séquences plus fraîches de l’Holocène. En revanche les blocs des parties basses, vers 2 300 m, sont partiellement enfouis sous les colluvions de pente végétalisées, signe d’une dynamique hydrique active depuis longtemps. Les rivières de pierres de Champagny en Vanoise apparaissent donc comme des formations reliques, qui peuvent subir de brèves réactivations dans leur partie supérieure à la faveur du regel des eaux de fonte printanières.

Fig. 8 - Carte des risques d’avalanches de la station de La Plagne, secteur des Arrières de Champagny.
Fig. 8 - Avalanche hazards map in La Plagne area.

Fig. 8 - Carte des risques d’avalanches de la station de La Plagne, secteur des Arrières de Champagny.Fig. 8 - Avalanche hazards map in La Plagne area.

Les teintes rouges et mauves correspondent aux fréquences élevées d’avalanches. Elles sont importantes sur la face Ouest du Roc du Sérac et sous les parois est de la crête des Arrières. En vert les rivières de pierres. (source: IGN géoportail).
Red and purple areas correspond to high frequency avalanches. This map offers evidence of intense avalanche activity on the rockwall of Roc du Sérac and Crête des Arrières. Blockstreams are in green.(source : IGN website).

5.3. Les durées de mise en place des rivières de pierres

31Les rivières de pierres de Champagny en Vanoise sont donc étroitement contrôlées par des ravins d’eau de fonte préexistant à la mise en place des cortèges de blocs. C’est un aspect classique de ces formes, tel qu’il a été observé sur les sources du Minho (Espagne) ou dans les rivières de pierres du Velay Oriental (Peignelin et al., 2014). Les tentatives d’évaluation des durées de mise en place de cortèges de blocs sont très disparates. En effet les difficultés à mettre en œuvre des méthodes de datation efficaces sur ces accumulations dépourvues de marqueurs organiques laisse des marges d’erreurs très importantes. D’autre part, les objets eux-mêmes appartiennent à des groupes différents.

32D’une part les rivières de pierres de versant remobilisent en général des stocks de blocs préexistants, et produits en amont par la gélifraction sur les parois ou les échines. Leur mise en place requiert le développement d’un pergélisol au fond d’un ravin pendant une ou plusieurs phases froides. En contexte de montagne englacée au Dernier Maximum Glaciaire, la durée du Dryas récent est suffisante pour développer des cortèges sur une longueur de l’ordre de 100 à 150 m sur des pentes moyennes de 10°. D’autre part, les grandes rivières de pierres étalées dans des vallons dont la longueur est kilométrique, impliquent des durées considérables de cheminement sur des pentes faibles, qui ont pu être rapportées à une ou plusieurs phases froides des glaciations. Ces formations sont en général situées dans de secteurs qui ont échappé à l’englacement général. Elles ont été formées à partir des débris grossiers issus des versants et remaniés dans les talwegs par des dynamiques de lessivage et de fluage pendant des durées très longues. Ainsi l’exposition des blocs des stone runs des Falklands) a été datée par cosmonucléides entre 42 et 731 000 ans (Wilson et al., 2008). De même les grandes rivières de pierre Hickory Run de Pennsylvanie ont livré des âges d’exposition aux cosmonucléides compris entre 70 et 600 000 ans (Denn et al., 2018). En domaine alpin on retiendra les cortèges de blocs de vallée du massif de Beigua (Ligurie) dont la mise en place implique une durée probable supérieure à 30 000 ans (Firpo et al., 2005).

6. Conclusion

33En conclusion les petites rivières de pierres de Champagny en Vanoise offrent un exemple original de formations mises en place pendant une courte durée sur un pergélisol riche en eau. Faute de datation absolue, leur âge peut être rapporté à la dernière séquence froide du tardiglaciaire, soit une période de l’ordre de 10 000 ans. Leur développement, dans un secteur englacé au Dernier Maximum Glaciaire a été favorisé, d’une part, par la présence de stocks de débris grossierstas libérés par les parois de quartzites, d’autre part par des chenaux d’eau de fonte qui ont contrôlé la mobilisation linéaire des blocs comme les rivières de pierres du Velay oriental (Defive et al., 2013).

*Corresponding Author. Tel : 33 (0) 1 45 07 55 52
Lecoeur.charles@yahoo.com (C. Le Coeur).

Haut de page

Bibliographie

André M.-F., Hall K., Bertran P., Arocena J. (2008) - Stone runs in the Falkland Islands: periglacial or tropical? Geomorphology, 95 (3-4), 524-554.

DOI : 10.1016/j.geomorph.2007.07.006

Coutterand S. (2010) - Etude géomophologique des flux glaciaires dans les Alpes nord-occidentales au Pléistocène récent. Du maximum de la dernière glaciation aux premières étapes de la déglaciation. Thèse de doctorat, Université de Savoie, 472 p.

Darwin C. (1839) - Journal of researches into the geology and natural history of the various countries visited by H.M.S. Beagle. London: Henry Colburn, 254-256.

Defive E., Le Cœur C., Virmoux C., Peignelin C., Poiraud A., Gunnell Y. (2013) - Age and dynamics of blockstreams in eastern Velay highlands (Massif Central France): preliminary findings. Proceeding of 8th International Conference (IAG) on Geomorphology. Geomorphology and sustainability, Paris (August 2013), Tome 12 (S18-S27), p. 1045.

Denn A., Bierman P., Zimmerman S., Caffee M., Corbett L., Kirby E. (2018) - Cosmogenic nuclides indicate that boulder fields are dynamic, ancient, multigenerational features. GSA Today, 28 (3-4), 4-10.

DOI : 10.1130/GSATG340A.1

Dougedroit A., Saintignon M. (1984) - Les gradients de températures et de précipitations en montagne. Revue de Géographie Alpine, 72 (2-4), 225-240.

DOI : 10.3406/rga.1984.2566

Firpo M., Guglielmin M., Queirolo C. (2005) - Blockfiels and blockstreams in the Ligurian Alps (Mont Beigua, Italy). Geografia Fisica e Dinamica Quaternaria, 28 (2), 193-204.

Haeberli W., Hallet B., Arenson L., Elconin R., Humlum O., Kääb A., Kaufmann V., Ladanyi B., Matsuoka N., Springman S., Vonder Mühll D. (2006) - Permafrost creep and rock glacier dynamics. Permafrost and Periglacial Processes, 17 (3), 189–214.

DOI: 10.1002/ppp. 561

Ivy-Ochs S., Kerschner H., Reuther A., Preusser F., Heine K., Maisch M., Kubik P. W., Schlüchter C. (2008) - Chronology of the last glacial cycle in the European Alps. Journal of Quaternary Science, 23 (6-7), 559-573.

DOI: 10.1002/jqs.1202

Ivy-Ochs S., Kerschner H., Maisch M., Christl M., Kubik P., Schlüchter C. (2009) - Latest Pleistocene and Holocene glacier variations in European Alps. Quaternary Science Reviews, 28, 2137-2149.

DOI : 10.1016/j.quascirev.2009.03.009

Le Darz M., Delannoy J.-J., Marnezy A., Nicoud G. (2004) - La déglaciation du vallon de la Glière, massif de la Vanoise, Savoie. Travaux scientifiques du Parc National de la Vanoise, XXII, pp. 7-21.

Le Cœur C. (2018) - Les marques des séquences de retrait glaciaire en Vanoise occidentale (secteur de Gébroulaz). Environnements Périglaciaires, 22-23, 39-53.

Nesje A. (1992) - Topographical effects on the equilibrum-line altitude on glaciers. GeoJournal, 27 (4), 383-391.

DOI : 10.1007/BF00185102

Peignelin C., Defive E., Poiraud A., Le Cœur C., Virmoux C., Vautier F., Roussel E., Toumazet J-P., Gunnell Y. (2014) - Les « rivières de pierres » : une formation en marge des catégories classiques. Questions posées dans le cas du massif du Mézenc (Velay oriental, Sud-Est du Massif central, France). Colloque AFEQ - CNF INQUA Q9 « Le Quaternaire : marqueurs, traçeurs et chronomètres », Lyon (26-28 mars 2014). https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01131185.

Schoeneich P., et al. (2015) - Alpine Permafrost Index Map (APIM). In PermaFRANCE (Eds.) : Le permafrost de montagne dans les Alpes française - 2.1 Carte du permafrost. https://permafrance.osug.fr/spip.php?article17

Statham I. (1976) - A scree slope rockfall model. Earth Surface Processes, 1 (1), 43-62.

DOI : 10.1002/esp.3290010106

Valadas B. (1983) - Les Hautes terres du Massif Central français : contribution à l'étude des morphodynamique récentes sur versants cristallins et volcaniques. Thèse de doctorat, Université Paris 1, 927 p.

Wilson P. (2013) - Block/rock streams. In Elias S.A. (Eds.): The Encyclopedia of Quaternary Science. Elsevier, 3, 514-522.

Wilson P., Matthews J., Mourne R. (2017) - Relict blockstreams at Insteheia, Valldallen-Tafjordent, Southern Norway: Nature and Schmidt hammer exposure age. Permafrost and Periglacial Processes, 20, 286-297.

DOI: 10.1002/ppp. 1915

Wilson P., Bentley M., Schnabel C., Clark R., Xu S. (2008) - Stone run (block stream) formation in the Falkland Islands over several cold stages, deduced from cosmogenic isotope (10Be and 26Al) surface exposure dating. Journal of Quaternary Science, 23, 461–473.

DOI: 10.1002/jqs.1156

Abridged English version

Haut de page

Annexe

A set of small blockstreams has developped on the sides of Rock du Sérac ridge, near Champagny en Vanoise in the Western Alps (fig. 1). The ridge itself is divided into two parts (Roc du Sérac 1,659 m a.s.l. and Crête des Arrières 2,500-2,400 m a.s.l.). It is shaped into Triassic quartzites, surrounded by Permian micaschists. The steep slopes are covered by large scree talus down to the Pointe du Toungne upper valley. This area is located between 1,600 and 1,300 m a.s.l. and was covered by ice during the Last Glacial Maximum. Remains of two Lateglacial readvances are seen in the upper valley: a small ice tongue extended down to 2,100 m a.s.l., and numerous meltwater channels offer evidence of continuous glacial withrawal. In a second stage, small cirque glaciers were nested around Roc du Sérac spreading moraine debris down to 2,500 m a.s.l. One of them (south-west facing) was changed into a small rockglacier.

The upper blockstream is 140 m long and spreads from 2,450 to 2,410 m a.s.l. (fig. 2). Large blocks are provided by a collapsed front ridge of the small rockglacier. It runs into a narrow proglacial gully. A second set of blockstreams runs down on the eastern side of Crête des Arrières below large talus slopes (fig. 3-4). Three linear block accumulations start from a break across a protalus rampart. They run along 140 to 180 m, into downslope rills, and turn down into former melwater channels. These linear block accumulations were developed later than the early Lateglacial withdrawal since they are channelised into proglacial gullies. They are inherited from cold climatic conditions corresponding to an active rock glacier and important firn snow accumulation. Therefore, in lack of datation, these blockstreams have to be attributed to the second Lateglacial cold stage, i.e., Younger Dryas (fig. 5).

Present day climatic conditions cannot generate any permafrost (fig. 6) at these altitudes (2,500-2,400 m). Although seasonal soil freeze of snow melt flowing below the blockstreams can produce slight block movements in the upper parts of the blocksteams. On the opposite, the lower parts are partially covered by runoff accumulation of fine grained debris and offers evidence of very restricted periglacial activity (fig. 7-8). The emplacement of the Rock du Sérac blockstreams could have lasted during Yonger Dryas for about 1000 years with possible Holocene partial reactivations. Such time lapse is quite similar to blockstream dynamics in southern Norway (Wilson et al., 2017).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Les rivières de pierres dans le secteur du Roc du Sérac.Fig. 1 - Roc du Sérac blockstreams.
Légende A : Localisation (source : Image Google Earth du 04/10/2016). B : Le dispositif morphologique du secteur de la crête des Arrières- Roc du Sérac à Champagny en Vanoise. 1. Affleurement de quartzites ; 2. Faille ; 3. Paroi rocheuse ; 4. Bourrelet morainiques à gros blocs ; 5. Nappe de débris grossiers ; 6. Rivière de pierres.A : Location (source : Google Earth Image of 10/04/2016) ; B : Geomorphological setting of Roc du Sérac area. 1. Quartzite bedrock; 2. Fault; 3. Rocky wall; 4. Morainic block ridge; 5. Screes of coarser debris; 6. Blockstream.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/14697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 - La rivière de pierres du Rock du Sérac.Fig. 2 - Roc du Sérac blockstream.
Légende A : Croquis morphologique. 1. Paroi rocheuse de quartzite ; 2. Eboulis ; 3. Moraine antérieure au Tardiglaciaire ; 4. Cordon morainique rapporté au Tardiglaciaire ; 5. Front de glacier rocheux et bourrelets flués ; 6. Rivière de pierre ; 7. Ligne d’écoulement ; 8. Zone humide. B : sous la paroi de quartzite, le front d’un petit glacier rocheux en partie affaissé souligné par de très gros blocs. Le cortège de blocs s’inscrit dans un petit ravin (photo 2019) ; C : la partie amont de la rivière de pierres du Roc du Sérac. Sous la paroi de quartzite, le front d’un petit glacier rocheux (inactif) est souligné par la végétation, une zone en partie effondrée étale une nappe de gros blocs sous le col séparant les deux sommets. Ces blocs sont redistribués le long de la ligne de pente dans un chenal (photo 2019). D : la surface de la rivière de pierres du Roc du Sérac (partie supérieure). Les blocs à texture ouverte sont en majorité orientés dans le sens de la pente. Les lichens se développent sur les faces supérieures. Quelques blocs plus clairs sont le signe d’une possible mobilité (photo 2019). E : la partie moyenne de la rivière de pierres du roc du Sérac : Une pente de 10°, la surface est très irrégulière en raison des amoncellements de blocs de taille supérieure à 1 m3 (photo 2019). F : profil en long de la rivière de pierre du Roc du Sérac. G : L’extrémité de la rivière de pierres du roc du Sérac ; le ravin est incisé de 2 m. Un empilement de très gros blocs précède la partie affaissée de la langue. Celle-ci est prolongée par une coulée de blocs plus petits dont les matrices sablo-limoneuses portent une végétation de pelouse (photo 2014).A: Morphologfical sketch. 1. Rockwall (quartzite); 2. Scree slope; 3. Morainc mound; 4. Late glacial block moraine; 5. Rockglacier ridge; 6. Blockstream; 7. Fluvial stream; 8. Humid zone. B: Roc du Sérac blockstream extending under a rockglacier front ridge, and running into a narrow gully. C: The upper part of Roc du Sérac blockstream is initated from blocs fallen from the rockglacier front (seen with a line of grass). The blocks are set downslope into a channel. D: Surface openwork texture with some blocks facing downslope. Lichen cover offers evidence for blocks stability. Some lichen free surfaces could indicate small present day movements. E: The medium part of Roc du Sérac blockstream. A chaotic surface with large bocks (1 m3) accumulations, on a 10° slope. F: Section along Roc du Sérac blockstream. G: Roc du Sérac blockstream lower end in a gully 2 to 4 m deep. An accumulation of large blocks preceeds the collapsed front. A set of bocks is spread lowermost in the gully with sandy debris that allow some vegetation growing.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/14697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 - La rivière de pierres du Rocher de la Tomme.Fig. 3 - Rocher de la Tomme blockstream.
Légende A : La convergence des rivières de pierres du Rocher de la Tomme, émises sous des éboulis, à travers une entaille dans une barre rocheuse et guidées dans des petits chenaux d’eau de fonte (comparables à l’incision située eu premier plan) (photo 2019). B : L’extrémité de la rivière de pierres du Rocher de la Tomme : l’accumulation de blocs de quartzite en partie végétalisée se termine dans une ravine évasée entaillée de 1,5 m dans les micaschistes de la combe du ruisseau du Remous (photo 2019). C : Profil de la rivière de pierre du Rocher de la Tomme (branche nord).A: Convergent blockstreams below Rocher de la Tome. The lines of blocks emanted from quartzite scree slopes are channelized into meltwater rills similar as the riil seen on the front of the picture. B: The Rocher de la Tomme blockstream ending in a small rill (1.5 m deep) cut into the valley micashsists. It is partly covered by runoff accumulated sandy sediments. C: Section along Rocher de la Tomme northern blockstream.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/14697/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 - Les formations à blocs sur le versant SE de la crête des Arrières.Fig. 4 - Crête des Arrières SE slope blockstreams.
Légende A : Schéma morphologique. 1. Paroi de quartzite ; 2. Nappe d’éboulis ; 3. Bourrelet de névé ; 4. Rivière de pierres ; 5. Nappe de blocs ; 6. Ligne d’écoulement. B : La rivière de pierres des Arrières se déverse sous un bourrelet de névé (qui est souligné par une ligne de végétation). Son tracé s’incurve vers le sud, guidé par un petit chenal d’eau de fonte. Sur sa droite des nappes de débris grossiers non chenalisés sont étalées dans le sens de la pente. C : La rivière de pierres des Arrières, partie supérieure. Le cortège de blocs s’amorce sous un bourrelet de névé (souligné par des accumulations de très gros blocs et quelques petits sapins). Il chemine dans une gouttière comparable au chenal visible en premier plan. D : Profil de la rivière de pierre de la crête des Arrières.A: Morphological sketch of Crête des Arrières SE slope. 1. Rockwall; 2. Scree slope; 3. Protalus rampart; 4. Blockstream; 5. Block cover; 6. Small streams. B: Crête des Arrières blockstream. This blockstream, is poured from a protalus rampart, below the Arrières ridge. It is turning down into a small meltwater channel. On the right side numerous block stripes are elongated downslope. C: Upper part of les Arrières blockstream, is running downslope from a protalus rampart (two lines of huge blocks are seen with some small trees). It is channelized downslope into a meltwater rill. D: Section along Crête des Arrières blockstream.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/14697/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 943k
Titre Fig. 5 - Essai de reconstitution des langues tardiglaciaires (vue oblique Google Earth 2016).Fig. 5 - Probable extent of late glacial ice tongues (Oblic image from Google Earth 2016).
Légende 1. Langue de glace de la première séquence tardiglaciaire ; 2. Moraines identifiables ; 3. Chenaux de délaissée glaciaire ; 4. Extension des glaces de la seconde séquence tardiglaciaire ; 5. Rivières de pierres.1. Early glacial readvance; 2. Morainic mound; 3. Meltwater channels; 4. Late glacial extent in cirques; 5. Blockstreams.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/14697/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 6 - Carte du pergélisol potentiel au nord de Champagny en Vanoise.Fig. 6 - Potential permafrost occurrence map of the north of Champagny (Vanoise).
Crédits (source : Alpine Permafrost Index Map, APIM).(source : Alpine Permafrost Index Map, APIM).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/14697/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 7 - Diagramme climatique de la station de La Plagne à 2 005 m.Fig. 7 - Climatic values in La Plagne at 2,005 m.
Légende 1. Précipitations mensuelles ; 2. Températures maximales moyennes quotidiennes ; 3. Températures minimales moyennes quotidiennes ; 4. Températures maximales des jours les plus chauds ; 5. Températures minimales de nuits le plus froides. (source : simulation météoblue https://www.meteoblue.com/​fr/​meteo/​historyclimate/​climatemodelled/​la-plagne-centre_france_6544536).1. Monthly rainfall; 2. Mean daily maxima temperatures; 3. Mean daily minima temperatures; 4. Hottest daily temperatures; 5. Lowest nighly temperatures. (source: simulation météoblue https://www.meteoblue.com/​fr/​meteo/​historyclimate/​climatemodelled/​la-plagne-centre_france_6544536).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/14697/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8 - Carte des risques d’avalanches de la station de La Plagne, secteur des Arrières de Champagny.Fig. 8 - Avalanche hazards map in La Plagne area.
Légende Les teintes rouges et mauves correspondent aux fréquences élevées d’avalanches. Elles sont importantes sur la face Ouest du Roc du Sérac et sous les parois est de la crête des Arrières. En vert les rivières de pierres. (source: IGN géoportail).Red and purple areas correspond to high frequency avalanches. This map offers evidence of intense avalanche activity on the rockwall of Roc du Sérac and Crête des Arrières. Blockstreams are in green.(source : IGN website).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/14697/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Le Cœur, « Un exemple de rivière de pierres en montagne alpine : les cortèges de blocs du Roc du Sérac (Vanoise du Nord, France) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3 | 2020, 173-183.

Référence électronique

Charles Le Cœur, « Un exemple de rivière de pierres en montagne alpine : les cortèges de blocs du Roc du Sérac (Vanoise du Nord, France) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], 3 | 2020, mis en ligne le 18 septembre 2020, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/14697 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.14697

Haut de page

Auteur

Charles Le Cœur

Université Paris 1, Laboratoire de Géographie Physique UMR 8591 CNRS Meudon, 1 place Aristide Briand, 92195 Meudon Cedex, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search