Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 26 - n° 4Actes du colloque international e...

Actes du colloque international en Hommage à Paul Ambert,
Cabrières (Hérault), 15-19 octobre 2019
« Paysages pour l’Homme »

Grégory Dandurand
p. 265-266
Référence(s) :

Laroche M., Bruxelles L., Galant Ph., Ambert M., (2019) – Actes du colloque international en Hommage à Paul Ambert, Association Culturelle des Amis de Cabrières, Imprimerie Clément, Le Vigan, 308 p.

ISBN : 978-2-9570214-0-6

Notes de la rédaction

Les Actes sont téléchargeables gratuitement au format pdf sur le site colloquepaulambert.fr

Texte intégral

1Difficile de rendre compte d’un ouvrage collectif aussi riche, passionnant que diversifié et… décloisonnant. Les barrières tombent avec un livre comme celui-là. A l’image de l’homme à qui on rend hommage, Paul Ambert a fait tomber plus d’une barrière. Homme de terrain, grand observateur, contemplatif, minutieux et précis, il a été un guide, un éclaireur, il a montré la voie à de nombreux jeunes chercheurs, tous passionnés par les paysages, l’évolution des espaces, des territoires et des Hommes. Archéologue, géographe, géomorphologue, géologue, karstologue, géoarchéologue… le foisonnant Paul Ambert a fait discuter les paysages et les sociétés anciennes en questionnant le rôle de l’évolution géomorphologique « imposée » aux sociétés du passé, mais aussi en retour, l’impact de l’Homme dans cette évolution des paysages.

2Un ouvrage de 308 pages, très dense, complet, très varié et très richement illustré. Les nombreuses photographies issues de tirage argentique nous rappellent un temps pas si lointain ou chaque image comptait autant que les descriptions littéraires donnaient un sens à l’observation.

3La structure simple et efficace du livre rassemble :

  • avec les 114 premières pages 15 hommages à Paul Ambert, témoignages de chercheurs et amis qui l’ont côtoyé de près ou de loin ;

  • avec les 155 pages suivantes une série de texte qui fait état de l’actualité de la recherche dans les domaines de recherches privilégiés par Paul Ambert.

4On trouve également 16 pages de bibliographie non-exhaustive certes, mais riche de plus de 360 références réunies (190 en géomorphologie et 172 en archéologie) qui rendent comptent d’une production abondante, variée, aussi bien dans des revues très sélectives que des ouvrages à destination d’un plus large public.

5La première partie intitulée « Hommages à Paul Ambert » (p. 15-129) réunit 15 auteurs. Elle témoigne de la diversité des thèmes qui ont passionné Paul Ambert, dont la formation et les recherches ont été menées à l’université d’Aix-en-Provence, puis de Toulouse. L’introduction par Martine Ambert particulièrement émouvante dresse le portrait d’un homme aux idées foisonnantes, déterminé, rigoureux, exigeant envers lui et surtout passionné. C’est d’ailleurs le maître-mot de l’ensemble du livre.

6Son intérêt pour les paysages est né d’une passion, celle qu’il a d’abord développée très jeune pour l’archéologie et notamment la Préhistoire. Paysage et société ancienne se répondent sans cesse dans les travaux de recherche de Paul Ambert… parce que c’était lui, parce que c’était elle, indissociables. Paul Ambert a apporté en son temps un regard neuf et inédit sur les sites archéologiques du Languedoc et de la Provence. Pas de fouille sans replacer dans son contexte géomorphologique par emboîtement d’échelles l’« objet » archéologique l.s., du paysage jusqu’à la séquence sédimentaire et en retour de l’étude stratigraphique à l’organisation spatiale du site et des territoires. Si aujourd’hui cette approche fait l’unanimité, elle était à l’époque très novatrice et presqu’une gageure. Mais très vite les résultats sont là ! les découvertes parlent d’elles-mêmes : la grotte d’Aldène, Cabrières-Peret (La Capitelle du Broum) et bien d’autres. Jean Guilaine résume en une phrase la diversité des centres d’intérêt de Paul Ambert : « De la morphogenèse karstique à l’évolution historique des littoraux, des peuplements paléolithiques jusqu’aux productions des Âges des métaux, de la technologie des arts du feu –céramique et métal -, de la typologie des mégalithes jusqu’à la sériation du campaniforme, [et aux processus d’anthropisation néolithique pourrait-on rajouter] le spectre des centres d’intérêt de Paul Ambert fut si ouvert qu’il est bien difficile pour un seul auteur de tenter de le maitriser ». La diversité des textes exprime l’ambivalence permanente entre archéologie et géomorphologie.

7Les 13 autres contributions se partagent entre 5 dédiées à son parcours de géomorphologue et 8 consacrées à l’archéologie. En ce qui concerne, les thématiques géomorphologiques, on lira notamment les textes de J.-L. Guendon, de H. Camus et de L. Bruxelles. Par ailleurs, l’article de Jean-Pierre Suc rappelle des éléments morphologiques majeurs mis en évidence par Paul Ambert sur l’impact de la crise de salinité messinienne dans la région languedocienne (surcreusement des vallées fluviatiles et mise en place de la Surface d’érosion messinienne, travertins et formation à blocs et associés à la Surface d’érosion messinienne, remblaiement sédimentaire des dépressions fluviatiles messiniennes par des Gilbert deltas puis le volcanisme littoral). Laurent Bruxelles revient sur le rôle fondamental de Paul Ambert dans deux domaines : l’évolution géodynamique du Languedoc d’une part et l’émergence de la géoarchéologie d’autre part. L’étude des relations entre cavités caussenardes, séquences alluviales, basaltes et travertins de piémont lui ont fourni le cadre chronologique dans lequel s’inscrivent les principales étapes de la morphogenèse caussenarde, beaucoup plus ancienne que l’on imaginait à l’époque, et validée aujourd’hui par la méthode des datations cosmonucléides cosmogéniques, et notamment la mesure du rapport Al26/Be10. Enfin, l’étude de cuvettes et de dépressions en Languedoc et Provence occidentale a révélé des morphologies éoliennes quaternaires originales qui s’avèrent déterminantes dans le choix d’implantation des Hommes qui fuyaient sagement les couloirs de déflation éolienne. L’article d’Hubert Camus, qui discute des paradigmes karstologiques – avec une approche à la fois très originale et pertinente des 3 époques du karst (l’époque du réservoir, l’époque du réseau, l’époque de la grotte) adapté en tant qu’outil de diagnostic en géomorphologie, hydrogéologie, en archéologie, de prévision des risques naturels, des enregistrements environnementaux et des problèmes géotechniques – aurait pu être placé dans la seconde partie du livre.

8Concernant les contributions plus spécifiquement dédiées à l’archéologie, on retiendra pour le paléolithique, l’article de Jean Clottes qui aborde les voies de recherche et d’interprétation nouvelles de l’art pariétal paléolithique, ou encore celui très intéressant de François Bon qui évoque et qui discute les « facteurs environnementaux favorables au peuplement humain préhistorique » n’en déplaise aux culturalistes et autres pourfendeurs d’un quelconque déterminisme géographique. L’auteur discute [avec Paul Ambert] de « l’inscription de ces populations préhistoriques dans un paysage – tout comme les conditions que les propriétés de ce même paysage dictent en termes de conservation et de signature archéologique ». Philippe Galant évoque l’intérêt que porta Paul Ambert au Néolithique, et particulièrement à la fin de cette période, la culture Vérazienne qui occupait le Minervois, l’un de ses terrains de prédilection. N. Bec-Drelon revient quant à elle sur l’étude du mégalithisme. Enfin, cinq articles successivement de M. Laroche, N. Houlès, Ch. Landes et M.-Ch. Frère-Sautot dressent un bilan de quarante années de découvertes sur le site minier de Cabrières-Péret, site majeur à l’échelle européenne (article passionnant de S. Rovira et Ch. Strahm).

9La seconde partie intitulée « Actualité de la recherche dans les domaines de recherches de Paul Ambert » réunit 16 contributions (p. 133-288). Tous les thèmes chers à Paul Ambert sont abordés à toutes les échelles spatiales, de l’objet archéologique (ex. La fosse 1024 du Champ Redon à Valros (Hérault) par M. Gandelin et al., p. 215-223 ; la statue-menhir du Puech de la Cabane, La Rouvière, Gard, F. Jallet, p.201-213) jusqu’aux paysages de Provence, de la basse Plaine languedocienne, des vallées de l’Aude ou de la Loire (T. Salel et al., p. 133-139 ; R. Arthuis, p. 141-144 ; J. Battentier et al., p. 165-177 ; M. Remicourt, p.225 à p.236), en passant par les ensembles archéologiques, les outils et les modes de production (les dolmens du Languedoc oriental, F. Châteauneuf, p.179-187 ; le « refus » en Provence pendant près d’un millénaire du procédé technique métallurgique, J. Cauliez, p.237-241 ; le dépôt de hache-lingot à Siran, Hérault, G. Artioli et al., p.243-248 ; les maillets, outils de mines et d’extraction en Vaucluse, P. André, (p.249-259) et les sites d’occupation (le site du Castet à Montmaurin, D. Cailhol et al., p.145-153 ; la grotte des Deux Ouvertures dans les Gorges de l’Ardèche, S. Jaillet et al., p.155-164 ; la grotte sépulcrale du Rhinocéros 4, commune de Péret, J.-M. Patard et al., p.189-199 ; le site néolithique métallurgique du Planet M. Maillé et al., p.267-274 ; J. Mantenant et al., p.275-277 ; R. Bussone et al., p.279-288).

10Au final, ce livre me fait davantage regretter de n’avoir jamais rencontré Paul Ambert. Merci aux coordinateurs et aux auteurs de nous faire découvrir pour ceux et celles qui n’ont pas eu comme moi la chance et le privilège de l’avoir rencontré, côtoyé cet homme, ses approches nouvelles, ses questionnements, ses découvertes scientifiques dont nous sommes les héritiers.

11Plus que de simples actes d’un colloque, ce livre dresse non seulement le portrait d’un archéologue-géomorphologue de premier ordre, mais aussi une histoire de ces deux disciplines indispensables l’une à l’autre. A l’instar de Paul Ambert, ce bel ouvrage nous permet de prendre de la hauteur et invite à nous inspirer de ce personnage « monter sur un point haut, s’asseoir et observer ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Dandurand, « Actes du colloque international en Hommage à Paul Ambert,
Cabrières (Hérault), 15-19 octobre 2019
« Paysages pour l’Homme »
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 26 - n° 4 | 2020, 265-266.

Référence électronique

Grégory Dandurand, « Actes du colloque international en Hommage à Paul Ambert,
Cabrières (Hérault), 15-19 octobre 2019
« Paysages pour l’Homme »
 », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 26 - n° 4 | 2020, mis en ligne le 02 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/15106 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.15106

Haut de page

Auteur

Grégory Dandurand

Inrap Nouvelle Aquitaine et Outre-Mer, 122 rue Bugellerie, Zone République 3, 86000 Poitiers & UMR5608 TRACES Toulouse (gregory.dandurand@inrap.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search