Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 26 - n° 4Monographie de la grotte Chauvet-...

Monographie de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, vol. 1 : Atlas de la grotte Chauvet-Pont d’Arc

Armelle Decaulne
Référence(s) :

Jean-Jacques Delannoy et Jean-Michel Geneste (dir.) 2020 - Monographie de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, vol. 1 : Atlas de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, Paris, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, (Documents d’archéologie française), 354 p.

ISBN : 978-2-7351-2533-3

Texte intégral

1Le volume 1 de la Monographie de la grotte Chauvet-Pont d’Arc marque la concrétisation éditoriale d’un projet lancé en 2014, consacré à la grotte ornée ardéchoise découverte en 1994. A cette grotte remarquable, des équipes pluridisciplinaires de recherche consacrent leurs efforts depuis 1998 sous les directions successives de Jean Clottes, Jean-Michel Geneste puis Carole Fritz, dans des conditions strictes d’accès, de circulation et d’inventaire, par soucis de préservation et de conservation de ses conditions hygro-climatiques, des sols, des parois, des vestiges ichnologiques, archéologiques et anthropiques.

2Considérée parmi les grottes françaises majeures par le nombre de ses œuvres pariétales et leur qualité esthétique, c’est également un site paléontologique exceptionnel, remontant au Paléolithique supérieur, aux alentours de -36 000 ans, c’est-à-dire l’une des grottes ornées les plus anciennes au monde.

3Le volume 1 de cette monumentale monographie est consacré à l’approche spatiale d’analyse de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, illustrant les résultats des recherches menées dans la grotte, réunissant géomorphologues, géographes, géologues, archéologues, archéozoologues, sédimentologues, paléontologues, ichnologues, taphonomistes, anthracologues, palynologues, spécialistes de l’art pariétal, photographes, modélisateurs 3D, etc.

4La dimension temporelle d’occupation de la caverne, par l’homme et l’animal (quelquefois simultanément), est éclairée grâce aux datations isotopiques (14C, U/Th, TL, 36Cl) effectuées sur différents matériaux (dessins noirs réalisés au charbon de bois de pins, outillages lithiques et osseux inventoriés, traces charbonneuses et cendreuses des différents foyers et dispositifs d’éclairage, etc.) ; deux périodes d’occupation humaine au moins sont mises à jour dans la grotte, durant l’Aurignacien et le Gravettien.

5Le présent volume de la Monographie de la grotte Chauvet-Pont d’Arc est un Atlas. La dimension spatiale est sans conteste le point de convergence de l’ensemble des disciplines impliquées dans l’étude des salles et galeries de la cavité : la carte facilite le partage des relevés et des données de base sur un support commun, éminemment spatial. La constitution d’un SIG, dit « Atlas Chauvet », a nourri la réflexion cartographique. L’abondance des relevés numériques tridimensionnels est sans nul doute mise en valeur : une accumulation de données impressionnante alimente les nombreuses cartes, le SIG et les modèles 3D, dont profite l’ouvrage, et c’est là la richesse de ce tome, grandiose, à la hauteur des multiples dimensions de la caverne ornée ; l’approche géomorphologique a ici la place belle.

6Ce volume de 354 pages, d’un imposant format (490 x 340 cm), et d’un poids approchant 6 kg s’accordant à sa taille additionnée de la haute qualité de son papier, est divisé en quatre parties rédigées par 45 auteurs. Chacune des parties et tous les chapitres comportent une introduction expliquant la démarche adoptée pour retranscrire les résultats des recherches menées dans la grotte, et une conclusion critique identifiant les lacunes, points forts et faibles de l’entreprise, sans aucun doute colossale.

7La première partie, intitulée « la place des cartes dans l’étude de la grotte », compte 65 pages et se divise en trois chapitres. Ici, on lit l’insistance de la représentation dans les travaux menés dans la grotte, faisant la part belle à la cartographie topographique (et géomorphologique), bien sûr, établie à partir des levés spéléologiques et tachéométriques, et au balayage lasergrammétrique. L’intégration cartographique des sols est ensuite développée, poursuivant la cartographie bidimensionnelle et se développant ensuite vers la 3D, et définissant les principes sémiologiques pluridisciplinaires ; la sémiologie, ici illustrée de nombreuses photographies, est particulièrement riche et parlante. On comprend la complexité de la tâche, la carte devant représenter les apports archéologiques, paléontologiques et géomorphologiques en intégrant la dimension temporelle de formation et d’évolution de la cavité. La légende synthétique de la carte intégrée des sols, fournie en feuillet volant, simplifie la lecture des cartes. Le SIG Atlas Chauvet vient dynamiser la cartographie statique, permettant son évolution indispensable et s'enrichissant des nouveaux résultats.

8La deuxième partie, « les contextes de l’art et de l’archéologie » compte 57 pages et trois chapitres. Ici, les reconstitutions physiques, archéologiques et paléo-environnementales de la grotte sont cartographiées et retranscrivent le paysage souterrain au moment de son occupation par les humains, grâce aux macro-restes végétaux, charbons de bois (les usages du bois de feu sont mis à jour) et macro-restes des ours spéléens.

9La troisième partie, « la grotte Chauvet-Pont d’Arc par les cartes » présente le contexte naturel et archéologique du site et l’inscription des grottes ornées de la vallée de l’Ardèche dans le paysage. Les photographies contextuelles et de modelés abondent dans cette partie, documentant d’abord la géologie et la géomorphologie des falaises calcaires dans lesquelles les cavités s’étendent ; puis 20 cartes permettent au lecteur de voyager dans les galeries et salles, depuis la Galerie d’Entée à la Salle du Fond. Tout au long de ce périple, le lecteur se glisse dans les châtières, chemine sur environ 500 m au long des galeries et plus grands espaces pour découvrir les innombrables œuvres pariétales (plus de 400 animaux représentés, appartenant à 12 espèces) cohabitant avec les spéléothèmes de toutes dimensions et les macrorestes variés. La place de la géomorphologie est fondamentale dans l’acquisition de données, transcrites grâce à cette approche spatiale, pour la première fois appliquée dans une cavité aussi vaste ; nombreuses sont les photographies illustrant la réalisation sur site des premiers croquis géomorphologiques, préambules à la réalisation cartographique, démontrant la pertinence de notre discipline dans l’étude de la cavité.

10La quatrième partie, de 33 pages, est composée de deux chapitres, et décrit les mesures de « conservation de la grotte actuelle ». La définition de ces mesures est un enjeu majeur, la grotte Chauvet-Pont d’Arc s’étant trouvée isolée de toute intrusion extérieure par plusieurs éboulements successifs ayant condamné son entrée préhistorique, garantissant ainsi une stabilité exceptionnelle des conditions hygro-climatiques. Les recherches se poursuivent donc pour mieux comprendre les flux hydroclimatologiques dans ce relief karstique, qui influencent les conditions de confinement de la cavité. En parallèle, les mesures administratives de conservation assurent la sûreté, la sécurité et l’intégrité de la grotte, dès sa découverte grâce à un cadre législatif rapidement mis en œuvre, tout en favorisant la dynamique scientifique sur ce site exceptionnel.

11Enfin, les résumés, accessibles en sept langues, associés aux légendes bilingues de l’ensemble des illustrations (cartes, photographies, croquis, tableaux, etc.), rendent l’ouvrage accessible à un vaste public, bien au-delà de la communauté des spéléologues et karstologues.

12Ce « beau livre » complète le corpus abondant de publications scientifiques dans tous les champs disciplinaires impliqués dans l’étude de la cavité, et propose une synthèse vouée à la diffusion de la connaissance acquise dans la caverne vers un large public, conformément à l’exigence prioritaire qui a animé les chercheurs en permanence depuis leur entrée dans la grotte.

13Les directeurs de l’ouvrage, Jean-Jacques Delannoy et Jean-Michel Geneste, qualifient l’ouvrage d’« inhabituel » et de « singulier ». Il est certainement prodigieux, d’une ampleur incomparable, à l’image de la Grotte Chauvet-Pont d’Arc !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Decaulne, « Monographie de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, vol. 1 : Atlas de la grotte Chauvet-Pont d’Arc », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 26 - n° 4 | 2020, mis en ligne le 02 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/15111 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.15111

Haut de page

Auteur

Armelle Decaulne

CNRS LETG-Nantes, Chemin de la Censive du Tertre, 44312 Nantes, armelle.decaulne@univ-nantes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search