Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 26 - n° 4Numéro spécial « géomorphologie e...

Numéro spécial « géomorphologie et environnements karstiques »

Special issue karst geomorphology and environments”
Grégory Dandurand
p. 217-218

Texte intégral

110 ans déjà ! 10 ans que le dernier numéro thématique consacré au karst et à la karstologie est paru dans la revue Géomorphologie : relief, processus et environnement (Vanara coord., 2011). La karstologie française n’est pourtant pas en manque d’idées nouvelles, de concepts originaux ni de méthodes innovantes… Preuve en est la kyrielle de thèses et HDR soutenues depuis, qui témoignent du foisonnement de cette discipline.

2L’idée de ce numéro spécial est née de la 26e Réunion des Sciences de la Terre (RST) qui s’est tenue à Lille en octobre 2018. La session « karst » avait permis de réunir un certain nombre de communications révélant le dynamisme de la karstologie. Rassembler et publier quelques-unes de ces communications apparaissait comme une belle opportunité afin de montrer les avancées récentes dans le domaine de la karstologie. Les problèmes de calendrier des uns et des autres, exacerbés par une situation sanitaire mondiale « diabole » au sens premier du terme (ce qui nous divise et nous sépare), ne nous ont pas permis de recevoir toutes ces propositions. Néanmoins, mués par la volonté de présenter à l’ensemble de la communauté des géomorphologues les travaux récents dans le domaine de la karstologie, nous avons persisté dans l’idée de rassembler plusieurs articles de karstologie dont 2 issus directement de la 26e édition de la RST.

3Quand on fait le bilan des deux dernières décennies, la karstologie a connu une série de révolutions majeures. L’exploration du milieu souterrain s’est considérablement développée. Il faut rappeler qu’il est l’un des derniers espaces ignorés – pour plagier le titre du célèbre ouvrage d’Edouard-Alfred Martel (1928) –, de la planète qui reste à découvrir. De nouvelles idées, de nouveaux concepts et de nouveaux paradigmes ont émergé depuis les années 2000. Des karsts hypogènes à la fantômisation, en passant par l’étude des états de paroi, de la biocorrosion, des morphologies pariétales, des techniques d’analyse et d’imagerie géochimique, des remplissages karstiques, des techniques de datations et d’analyses paléoclimatiques à partir des spéléothèmes notamment, des outils numériques, Lidar et 3D, de l’expertise dans le domaine de la géoarchéologie, de l’hydrogéologie, de l’évaluation des risques et des aléas… La karstologie a non seulement accompagné les évolutions récentes dans les sciences géographiques, du Vivant et de la Terre, mais elle en a aussi été parfois un moteur.

4Bien que ce numéro spécial de la revue Géomorphologie se focalise sur le karst, il n’en demeure pas moins placé sous le signe de la diversité.

5Un premier article dédié aux « chantoirs » belges est proposé par Yves Quinif et al. Quand les ressorts et mécanismes d’une karstification classique ne permettent pas d’expliquer les particularités morphologiques et géomorphologiques de ces systèmes pertes-résurgences, là-encore le concept de fantôme de roche et de karstification par fantômisation permet d’apporter des clés de compréhension. cet article invitera les géomorphologues, nous l’espérons, à reconsidérer l’évolution géomorphologique des paysages sur le long terme : les questions relatives au creusement des vallées quaternaires, le problème de l’érosion dite « différentielle » et de reliefs résiduels (buttes-témoins, inselbergs et Monadnocks, canyons…) devraient être réexaminées à la lumière des avancées récentes dans le domaine de l’altérologie d’une manière générale. Faut-il réécrire un manuel de géomorphologie qui prenne davantage en compte les phénomènes d’altération à tous les pas de temps (Wyns, 2002) ?

6Dans la continuité de cette réflexion sur les conséquences morphologiques et géomorphologiques des phénomènes d’altération sur le long terme, l’article de Malcles et al. ré-interroge, quant à lui, la notion d’incision quaternaire des principaux cours d’eau au regard de nouvelles données chronologiques. De nouveaux âges d'enfouissement par mesure des rapports isotopiques 26Al/10Be au sein de trois cavités liées au canyon de la Vis (Grands Causses) remettent en question le modèle de karstogenèse classiquement utilisé pour expliquer la structuration des réseaux. Ces datations permettent de proposer que la fantômisation a joué un rôle primordial en contrôlant la localisation des niveaux sub-horizontaux. Ce processus interne au karst relèguerait au second plan le rôle des variations et de la position du niveau de base régional à celui d’un simple déclenchement externe de l'évidement des produits d’altération généré par la fantômisation.

7Le troisième article, proposé par Elise Kazmierczak et al., nous offre une très belle reconstitution 3D de la salle du Dôme de la grotte de Han-sur-Lesse (Belgique). Cet article montre que l’analyse structurale reste toujours d’actualité. L’imagerie par LIDAR porte un regard nouveau sur la géométrie des structures tectoniques et permet de préciser les relations entre l’évolution tectonique d’un massif et la spéléo-karstogenèse d’une cavité majeure en Europe.

8Enfin, l’article de Vandevelde et al. introduit les problématiques liées au karst dans le questionnement géoarchéologique. L’utilisation des spéléothèmes comme archives naturelles des paléoenvironnements dans un contexte archéologique a poussé les auteurs à s’interroger sur l’enregistrement des activités humaines (feux) dans les dépôts sédimentaires endokarstiques. Les concrétions peuvent ainsi piéger des particules anthropiques comme la suie. Ces concrétions dites fuligineuses offrent un fort potentiel informatif en archéologie pour renseigner les rythmes et les niveaux d’occupation humaine (analyse fuliginochronologique). Cette méthodologie originale et novatrice vient parfaitement compléter d’autres approches géochimiques, minéralogiques, sédimentaires ou encore paléoclimatiques.

9Les paysages karstiques fascinent toujours autant. Une génération de jeunes chercheurs continue de renouveler les thématiques, les idées, les méthodes. Le karst n’a pas dit son dernier mot !

Haut de page

Bibliographie

Références

Vanara N. (2011) - Introduction au numéro thématique : « Nouveaux paradigmes de la karstologie, mise en perspective ». Géomorphologie : relief, processus et environnement, vol. 17 (4), 341-348. [https://doi.org/10.4000/geomorphologie.9547].

Wyns R. (2002) - Climat, eustatisme, tectonique : quels contrôles pour l’altération continentale ? Exemple des séquences d’altération cénozoïques en France. Bulletin Inf. Bass. Paris, 39-2, p. 5-16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Dandurand, « Numéro spécial « géomorphologie et environnements karstiques » », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 26 - n° 4 | 2020, 217-218.

Référence électronique

Grégory Dandurand, « Numéro spécial « géomorphologie et environnements karstiques » », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 26 - n° 4 | 2020, mis en ligne le 02 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/15243 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.15243

Haut de page

Auteur

Grégory Dandurand

Inrap Nouvelle Aquitaine et Outre-Mer, 122 rue Bugellerie, Zone République 3, 86000 Poitiers & UMR5608 TRACES Toulouse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search