Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 27 - n° 1Dynamique d’ensablement dans le G...

Dynamique d’ensablement dans le Gourara au sud de l’Algérie : origines, facteurs d’aggravation anthropiques et perspectives.

Dynamics of sand encroachment in the Gourara, southern Algeria: origins, anthropogenic aggravating factors and prospects.
Djamel Mestoul
p. 53-67

Résumés

Près du Grand Erg Occidental, la région de Gourara, située sur sa bordure méridionale, est particulièrement soumise au risque d’ensablement. Une analyse diachronique via GoogleEarth, complétée par des observations de terrain, permet de renseigner l’évolution des principales formes d’accumulation éoliennes ainsi que la dynamique d’ensablement dans les secteurs habités. Ce phénomène, dû à la nature désertique de la région, est d’autant plus préoccupant aujourd’hui qu’il s’aggrave en raison des facteurs anthropiques. La vulnérabilité s’accentue de manière significative dans les théïras et les beurdas de l’Erg, où l’impact d’ensablement se traduit par une rétraction des surfaces agricoles, encroûtement des sols, obstruction des lignes de foggaras et des routes de connexion, etc. Par ailleurs, sur le plateau de Meguiden, ce sont les nouvelles extensions qui accusent un déficit dans la lutte contre l’ensablement. Force est de constater que l’ensablement est très actif dans ces secteurs, pourtant pourvus d’un système de protection local appelé « dune-afreg ». Grâce aux études de cas, cette recherche a permis d’identifier de nouveaux facteurs anthropiques, en plus de ceux cités dans la littérature, qui sont à l’origine de la recrudescence de l’ensablement dans les différents secteurs étudiés. Elle explique comment les récentes transformations socio-économiques ont conduit au délitement des liens séculaires avec le travail de la terre et, par conséquent, à l’abandon des savoir-faire locaux, qui, par le passé, permettaient d’anticiper et de gérer le risque d’ensablement. Cette étude expose, enfin, les conditions et les défis d’un aménagement oasien résilient face à la recrudescence de l’ensablement dans la région.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 10 octobre 2019, reçu sous forme révisée le 02 septembre 2020, définitivement accepté le 15 décembre 2020

Texte intégral

1. Introduction

1Dans la région de Gourara, l’Erg Occidental (voir lexique et explications en fin d’article [1]) constitue un gisement de sable vif [2] inépuisable soumis à un remodelage continu par les vents d’est et du nord-est. Sur site, il nous a été donné de constater que le sable migre généralement depuis la bordure méridionale de l’Erg vers les zones limitrophes de la hamada [3] d’Ouled Aïssa. La dynamique d’ensablement se fait sentir d’une manière accrue aux extrémités sud de l’Erg dans les dépressions inter-dunaires connues sous le nom de théïras [4], ainsi que dans les oasis à beurdas [5] situées en plein milieu de dunes. Le glissement des oasis vers les théïras de l’Erg survient après avoir abandonné les palmeraies de la sebkha [6], qui ont été confrontées au problème de salinité (Bensaâd, 2011). L’implantation de nouveaux jardins dans l’Erg a été motivée par la disponibilité des nappes d’eau superficielles : creuser deux à trois mètres permet d’en profiter grâce à des puits à balancier (Bisson, 1957). Dans les théïras, le puits à balancier est le système dominant pour l’irrigation des jardins, car, trop encombrés de dunes, ceux-ci ne permettaient pas le forage de foggaras [7] et la mise en place des séguias [8]. De plus, ce nouveau système d’irrigation a permis d’amener l’eau dans des zones devenues plus hautes que le niveau d’eau souterraine, et qu’il n’est plus possible d’irriguer par gravité sans employer des techniques de relevage (Bisson, 1957). L’abaissement du niveau d’eau souterraine a induit ailleurs une mobilité continue des territoires, qui reste cependant circonscrite dans l’espace, comme une condition à la survie des populations oasiennes (Bisson, 1985).

2Si les oasis à foggaras ont subi une raréfaction de l’eau suite à l’abaissement des niveaux piézométriques des nappes, qui a conduit à leur décrépitude et leur abandon, ce n’est pas le cas des oasis à balanciers de l’Erg, qui, elles, profitent de l’affleurement de la nappe de l’Albien (Continental Intercalaire). Néanmoins, ces oasis à balanciers ont aussi connu plus récemment des situations de vulnérabilité et de décadence, mais qui sont d’une origine totalement différente. Dans ces oasis, le déclin de la production agricole n’est pas lié à la rareté d’eau, mais aux mutations socio-économiques de la société oasienne au lendemain de l’indépendance (Bendjelid et al., 1999 ; Bendjelid, 2011 ; Bensaâd, 2011 ; Kerroumi, 2014 ; Otmane, 2016). Les auteurs font référence ici aux politiques de la refonte économique engagée par l’État et les transformations induites dans la vie économique et sociale des Oasiens. La réforme agraire des années 1970 a provoqué, suite à la libération des Harratines [9], une crise de main-d’œuvre pour le travail de la terre, et a marqué de ce fait une période défavorable à l’entretien des foggaras et à la mise en place des dunes-afregs [10] nécessaires à la protection des jardins agricoles contre l’ensablement (Bendjelid, 2011).

3Dans le secteur de l’Erg, on estime que la recrudescence de l’ensablement a été favorisée par l’abandon des dunes-afregs suite au manque de main-d’œuvre qualifiée pour les travaux d’entretien. Cela a conduit inexorablement à la rétraction des terres agricoles sous l’impact de l’ensablement. Un fait surprenant est que l’ensablement demeure très actif dans des secteurs où les dunes-afregs sont encore existantes. Ceci est visible au niveau des beurdas de l’Erg, qui, pourtant ceinturées de dunes-afregs, enregistrent encore quelques cas d’ensablement. L’ensablement se fait sentir aussi au niveau des nouvelles zones d’habitat à l’image de celle du ksar [11] de Badriane dans le plateau de Meguiden, qui, elle aussi, dispose d’une dune-afreg régulièrement rehaussée et entretenue. La présence d'ensablements dans ces secteurs pourvus du système afreg remet en cause toute généralisation à l'ensemble de la région des facteurs déjà identifiés par les auteurs, même si le contexte socio-économique reste le même pour l'ensemble du territoire Gourari. Ainsi, les caractéristiques géomorphologiques de chaque secteur du Gourara, et dont les impacts sur la dynamique d'ensablement diffèrent, n’ont pas été mises en exergue par les auteurs. Dans l’objectif d’apporter des éléments de réponse à travers cette recherche, nous devons mieux comprendre la dynamique d'ensablement dans les différents secteurs géomorphologiques du Gourara, afin de distinguer les spécificités propres à chaque secteur. Il s’agit ensuite d’identifier d’autres facteurs anthropologiques, hormis ceux déjà cités, que nous supposons être à l’origine de la récente recrudescence de l’ensablement dans les secteurs pourvus de système dune-afreg, ou ceux qui bénéficient encore de la disponibilité de main-d’œuvre nécessaire pour le travail de la terre.

4Par ailleurs, dans le Meguiden, le nouveau village socialiste de Meguiden, qui, à l’image des nouvelles extensions, se démarque lui aussi du cachet local des ksour par une architecture calquée sur le modèle des « villes du nord », déroge à la règle. Ce village, curieusement, ne profite pas de système de protection, ne présente pas non plus de formes aggravées d’ensablement comme nous pouvons le constater à Badriane, ou ailleurs dans le Meguiden. Ceci nous a interpellés afin d’étudier son comportement « aérodynamique » vis-à-vis de la dynamique d’ensablement qui caractérise le plateau de Meguiden. Face à une société qui se modernise, même dans sa manière de construire son habitat (les nouvelles agglomérations sont réalisées suivant un plan cartésien aux voies larges permettant l’accès de la voiture ; la structure du bâti est en béton armé et les cloisons en brique réfractaire enrobées de ciment (Daoudi et al., 2016)), nous avons jugé intéressant de cerner les conditions et les limites d’une possible cohabitation entre ce modèle d’habitat et un environnement soumis à une dynamique d’ensablement très accrue. Dans un contexte de vulnérabilité extrême dans les secteurs d’habitat subissant l’ensablement et qui connaissent une transformation profonde de l’habiter, pourrions-nous parler d’un modèle d’habitat résilient ?

5La protection des routes mécaniques et des foggaras revêt elle aussi une grande importance du fait de son rôle dans le développement socio-économique de la région. Les routes de connexion qui relient les oasis de Taghouzi et de Talmine avec les centres urbains demeurent exposées au risque d’obstruction par le sable du fait de l’absence d’un système de protection efficace. De plus, la protection des lignes de puits d’alimentation de foggaras, qui s’étalent généralement sur des kilomètres, semble inexistante ; les paysans se contentent des travaux de curage qu’ils engagent périodiquement pour l’entretien et la réhabilitation des puits ensablés. Nous avons jugé intéressant d’étudier à travers cette recherche le type d’accumulations éoliennes auxquelles ces infrastructures sont exposées, afin de renseigner la pertinence des actions locales d’entretien, lorsqu’elles existent. Le cas échéant, nous étudions la possibilité de transposer d’autres techniques de protection, dites « aérodynamiques », adoptées déjà dans d’autres régions du Sahara algérien.

2. Contexte de l’étude et méthodologie

6Partant d’un cas d'étude, le Gourara, cette recherche vise l'identification des facteurs anthropiques, autres que ceux cités dans la littérature, et leur rôle dans l'aggravation de l'ensablement dans cette contrée du Sahara algérien. Ces facteurs ne seront pas considérés seuls, mais se superposent à la nature déjà « erguienne » de la zone d’étude où le sable est la composante essentielle du sol. Ceci nous impose d’un point de vue méthodologique de faire appel, en complément de l’approche empirique basée sur l’observation in situ, à une étude cartographique avec des analyses diachroniques pour appréhender la dynamique d’ensablement dans la région d’étude.

2.1. Présentation du site d’étude

7Le Gourara est une région du Sahara central algérien délimitée au nord par la frange méridionale de l’Erg Occidental (appelé Erg dans la suite du texte), le plateau de Tademaït à l’est et l’Oued Saoura à l’ouest (fig. 1). Son chef-lieu, Timimoune, se situe approximativement en son centre, par 29°15’N et 0°14’E. Le Gourara s’étend sur un vaste ensemble composé de trois unités géomorphologiques distinctes. Il s’agit de la hamada de Meguiden, surface structurale tendue culminant à des altitudes de 355 m au nord et 300 m au sud ; la hamada d’Ouled Aïssa, située à la limite méridionale de l’Erg et s’étend depuis la sebkha à l’est jusqu’au l’Oued Saoura à l’ouest ; elle est plus ou moins parsemée de massifs dunaires et de dépressions (théïras) peu larges inscrites au sein des massifs dunaires ; enfin, la dernière unité est le domaine de l’Erg, véritable océan de sable.

Fig. 1 : Carte de localisation.
Fig.1. Location map.

Fig. 1 : Carte de localisation.Fig.1. Location map.

A : Echelle continentale ; B : Echelle locale. 1. Plateau de Tademaït ; 2. Plateau de Meguiden ; 3. Plateau d’Ouled Aïssa ; 4. Grand Erg Occidental ; 5. Sebkha de Timimoune ; 6. L’Oued Saoura ; 7. Talus ; 8. Palmeraies et oasis.
A: Continental scale. B: Local scale; 1. Shelf of Tademaït; 2. Shelf of Meguiden; 3. Shelf of Ouled Aïssa; 4. Great Western Erg; 5. Sebkha of Timimoune; 6. The Saoura Wadi; 7. Slope; 8. Palm groves and oasis.

2.2. Zone d’étude et repérage des secteurs ensablés (cas d’étude)

8En plus des visites récurrentes du site d’étude entre 2012 et 2013, l’exploration de la zone d’étude et le repérage des secteurs ensablés ont pu être affinés grâce à l’examen des images satellitaires depuis GoogleEarth. Les images satellitaires ont permis de récupérer des informations relatives aux édifices dunaires, indispensables à l’étude, que l’on ne peut pas extraire des observations in situ. En effet, sur site, l’observateur est déjà écrasé par la hauteur gigantesque des massifs dunaires qui l’entourent, il n’est donc pas toujours possible de cerner la disposition des édifices dunaires les uns par rapport aux autres et leur orientation par rapport aux vents dominants. Les images satellitaires nous ont permis aussi de parcourir une surface d’environ 80 000 km2 occupée par l’Erg, ainsi que d’autres secteurs, dont l’accès est très difficile sur le terrain, voire impossible parfois.

9Le relief de Gourara étant composé de trois unités géomorphologiques distinctes, celles-ci nous ont guidés dans le choix des cas d’étude dans ces trois secteurs, afin de prendre en considération les spécificités de chacun et les impacts possibles sur la dynamique d’ensablement :

10(i) le plateau de Meguiden inclut Timimoune et les ksour limitrophes qui s’étendent jusqu’à Badriane au nord et au village de Meguiden à l’est.

11(ii) la hamada d’Ouled Aïssa englobe les oasis situées au nord : Ouled Aïssa, Ouled Saïd, Guentour, Aghlad, Kali et celle de Touat Intebou au sud.

12(iii) la zone de l’Erg : c’est le cas de Taghouzi, Talmine, Ajdir Chergui et Gharbi.

2.3. Études diachroniques de la dynamique d’ensablement

13La dynamique d’ensablement n’aurait pas pu être appréhendée sans une connaissance préalable des caractéristiques du vent dans le site d’étude : directions dominantes, pourcentage d’occurrence et vitesse moyenne annuelle. Ces données nous ont aidés à distinguer les différentes formes d’accumulation éolienne dans la région d’étude, pour nous focaliser sur les dunes linéaires (silks et sifs) et les barkhanes. Ces deux types de dunes sont mentionnés dans la littérature comme étant les plus à craindre dans les sites occupés par l’homme (Fao, 1988 ; Berte, 2010) en raison de leur accroissement et/ou leur déplacement rapide qu’il est difficile d’enrayer en raison des importantes masses déplacées (Callot, 2014). Leurs caractéristiques de formation ont été suffisamment documentées pour les comparer à celles du site d’étude, afin d’en tirer les spécificités et d’expliquer leur rôle dans la dynamique d’ensablement.

14Le développement des édifices dunaires et leur évolution au gré des facteurs qui relèvent à la fois de l’érosivité (caractéristiques des vents dominants), de l’érodibilité (disponibilité de sable vif) mais aussi de l’anthropisation, ont pu être cernés par des études diachroniques réalisées depuis GoogleEarth sur une période décennale (2010-2020). Cette période, aussi courte soit-elle, a éclairé la dynamique d’ensablement dans la région, mais a aussi renseigné l’évolution de quelques cas d’ensablement qui ont eu lieu durant le siècle passé, comme ceux d’Ajdir Chergui, Ouled Aïssa et Badriane signalés déjà par Jean Bisson (Bisson, 1957). Les études diachroniques ont été ensuite croisées à l’observation in situ, afin d’appréhender la dynamique d’ensablement au niveau des secteurs d’habitat (Badriane et le village de Meguiden) et près des infrastructures locales, à l’image des routes de connexion et des lignes d’alimentation de foggaras. Ceci nous a permis d’identifier de nouveaux facteurs anthropiques qui contribuent à la recrudescence de l’ensablement dans les secteurs étudiés. Le contexte socio-économique qui a conduit à l’émergence de ces facteurs a pu être retracé grâce à la documentation et à des entrevues réalisées auprès des habitants.

3. Dynamique d’ensablement et édifices dunaires dans le Gourara

3.1. Mécanismes des transports éoliens

15À une échelle régionale, le vent est canalisé au travers des couloirs formés dans le relief vers les zones aménagées, dépourvues de déformations topographiques ou de méga-obstacles pouvant le ralentir ou le dévier. Ces couloirs assurent à la fois le déplacement des sables autochtones et allochtones depuis les zones de déflation vers les zones de dépôt. D’après Pye et Tsoar (2009), le déplacement et l’accumulation du sable sont gouvernés par six facteurs, dont il faut tenir compte : (i) la disponibilité du sable, (ii) la distribution granulométrique, (iii) l'énergie éolienne, la distribution des vitesses et la variabilité directionnelle, (iv) la couverture végétale, (v) la présence ou l'absence d’accident topographique ou d'obstacles orographiques, (vi) les fluctuations liées aux changements climatiques qui modifient l’un des quatre premiers facteurs.

16À une échelle locale, les mécanismes d’érosion, de transport et d’accumulation, dépendent ainsi des critères d’érosivité (paramètres aérologiques tels que le vent et sa turbulence) et d’érodibilité (propriétés mécaniques, hydriques, chimiques et minéralogiques du sol) (Coudé-Gaussen, 1995). En plus du vent et de sa vitesse, l’érosivité dépend également de l’aptitude des substrats à fournir la matière mobilisable par le vent. L’érodibilité, quant à elle, reste modifiable et dépend largement de la nature du sol et de sa couverture (Crépy, 2016). La présence d’obstacles non érodibles et du couvert végétal forment une rugosité qui réduit la vitesse du vent à proximité du sol et lui fait perdre sa capacité de transport, ce qui crée des zones d’accumulation (Coudé-Gaussen, 1995). La dégradation du couvert végétal, due aux surpâturages dans les sols secs, rend les sols particulièrement sensibles à la déflation et à la corrasion éolienne (Callot, 2008).

3.2. Dynamique éolienne dans le Gourara

17Le vent est omniprésent dans la région avec des vitesses allant de 6 à 8 m/s pour des directions E et NE (fig. 2), avec des fréquences d’occurrence respectives de 28 % et 21 %. On note aussi la présence des vents SO appelés « vents de sable » ou « vents de tempête » à cause de leur intensité, mais qui restent de faibles fréquences comparées aux directions dominantes E et NE (Bisson, 1957).

Fig. 2 : Rose des vents de la station de Timimoune (Bisson 1957).
Fig. 2 : Compass Rose of the Timimoune station (Bisson 1957).

Fig. 2 : Rose des vents de la station de Timimoune (Bisson 1957).Fig. 2 : Compass Rose of the Timimoune station (Bisson 1957).

18Une lecture globale du mouvement éolien d’ensablement dans le Gourara révèle que celui-ci progresse globalement d’est en ouest. L’exploitation des images satellitaires disponibles sur GoogleEarth nous a permis de constater que l’accumulation de sable se déroule par l’addition de deux directions qui ne sont pas opposées, à savoir les vents d’E et de NE. L’addition des deux fréquences d’occurrence de ces vents avoisinant les 50 % rend compte de leur importance dans le remodelage du paysage dunaire dans la région. Le plus souvent ces vents provoquent le déplacement des sables vifs depuis les bordures sud de l’Erg vers les oasis situées sous le vent sur le plateau d’Ouled Aïssa. Les grains se meuvent généralement suivant un mode de déplacement que l’on appelle saltation [12]. Ce mode de déplacement est le plus difficile à combattre non seulement parce qu'il se produit y compris à de faibles vitesses de vent, mais aussi car il génère plus de matériel transportable par le vent par fracturation des agrégats, d’éléments grossiers ou du substrat affleurant, corrasion des dépôts superficiels et destruction des encroûtements de surface lors des chocs liés au déplacement des grains (Callot, 2008).

3.3. Les spécificités de la formation des dunes dans le Gourara

19Les formes éoliennes d’accumulation dans le Gourara prennent plusieurs formes ; flèches (nebka), barkhanes, sifs, silks, aklés, dunes étoilées appelées ghourds. Les formes mobiles prennent plusieurs orientations ; certaines sont dominantes, d’autres secondaires, qui, par endroits, peuvent se combiner pour former un ensemble d’édifices plus imposants (ghourds, chaînes transverses, trains barkhaniques, etc.). Dans le Gourara, deux types de dunes méritent une attention particulière : les barkhanes et les dunes linéaires, de par leur mobilité, mais surtout en raison de leur accroissement rapide. En effet, les édifices barkhaniques, au stade de dôme ou de bouclier, sont très mobiles et constituent un danger potentiel, car ils forment un réservoir de sable vif qui se meut dans sa totalité. La forme peut rapidement évoluer vers des édifices à crête anguleuse, dièdres barkhaniques, puis des barkhanes, qui sont également mobiles malgré le fait que leur stade final de formation soit atteint.

20Les dunes linéaires et les barkhanes sont deux grands types de dunes vives, que l’on peut voir naître à partir d’une source localisée de sable vif (Gao et al., 2015 ; Callot et Crépy, 2018). La présence des barkhanes renseigne aussi sur la présence d’une grande réserve de sable vif, située à proximité et associée à un vent à forte dominante directionnelle (Callot, 2008, 2014 ; Venard, 2012). L’étude de ces deux types de dunes, omniprésentes dans la région de Gourara, nous a permis d’appréhender leur mécanisme d’évolution qui demeure nécessaire à toute mesure de prévention et de protection contre l’ensablement, mais aussi à toute action d’aménagement qui se veut pérenne et résilient.

3.3.1. Les dunes barkhanes

21Ce sont des dunes en forme de croissants d’une orientation transversale par rapport au vent dominant ; leur présence traduit généralement l’intensité de la dynamique éolienne (Venard, 2012). Composée de deux cornes (ailes) qui peuvent être dissymétriques, la dune barkhane avance généralement dans le sens de la résultante des vents efficaces, à une vitesse proportionnelle à la hauteur de son front (Callot, 2008). Les barkhanes se développent dans des régimes de vent avec une variabilité directionnelle moindre que ceux des dunes linéaires ou des dunes étoilées (ghourds). Les régimes des vents annuels associés aux barkhanes peuvent être monodirectionnels ou bidirectionnels, bien que, dans les régimes bidirectionnels, un régime domine toujours nettement sur l’autre (Fryberger, 1979). De plus, le développement d’une barkhane est conditionné par une topographie plane et un couvert végétal inexistant ou peu dense (Morel, 2008).

22Dans le Gourara, les barkhanes se localisent de façon diffuse et disparate sur la bordure sud et sud-ouest de l’Erg (fig. 3A). Sur le plateau d’Ouled Aïssa, ces barkhanes se développent sur le lit de la hamada, suivant une forme qui épouse la direction d’un vent monodirectionnel à dominance NE (fig. 3B-C). Certaines barkhanes repérées dans les théïras de Talmine, dont la forme est dissymétrique, renseignent cependant sur une dominance plutôt E (fig. 3D). Ceci ne doit pas constituer une contradiction, car la possibilité d’une perturbation topographique locale existe du fait de la présence de dunes de tailles importantes comme celles visibles au NE sur la Figure 3D. Pour une meilleure lecture des mouvements des barkhanes, Callot et Crépy (2018) recommandent de prendre en considération une marge de ± 15° par rapport à la direction des vents efficaces. De plus, il faut que la barkhane atteigne une forme stable, pour renseigner sur la direction résultante des vents efficaces. Dans les théïras de Talmine et de Touat Intebou, les barkhanes se développent sous le vent du bras d’Erg, elles s’estompent par moments, pour laisser place à d’amples ondulations transversales au vent. Lorsque le vent est de nouveau présent, il peut démanteler ces cordons sans pour autant parvenir à les faire disparaître, à cause de l’importance des quantités de sable accumulées. Le vent permet, en revanche, le développement de barkhanes secondaires ou des sifs par le rallongement de celles-ci. De ce fait, les théïras qui sont situées sous le vent du bras d’Erg, peuvent être considérées comme des zones à fort risque d’ensablement.

Fig. 3 : Barkhanes localisées dans le Gourara (Google Earth, 2016).
Fig. 3: Barchans dunes located in the Gourara (Google Earth, 2016).

Fig. 3 : Barkhanes localisées dans le Gourara (Google Earth, 2016).Fig. 3: Barchans dunes located in the Gourara (Google Earth, 2016).

A : Carte de localisation de barkhanes ; B : Près d’Ouled Aïssa (29°28’48.90"N 0°01’48.72"O) ; C : Près de Talmine (29°11’10.14"N ; 0°38’55.50"O) ; D : Près d’Aghlad (29°22’53.99"N ; 0°10’59.71"E).
A: Location map of barchans; B: Near Ouled Aïssa (29°28’48.90"N; 0°01’48.72"W); C: Near Talmine (29°11’10.14"N 0°38’55.50"W); D: Near Aghlad (29°22’53.99"N; 0°10’59.71"E).

3.3.2. Les dunes linéaires (transverses et longitudinales)

23Nous reprenons ici la définition adoptée par Tsoar (1989), Lancaster (1995), Pye et Tsoar (2009) pour les dunes linéaires qui tient compte des trois types suivants : dunes linéaires simples, complexes et composées. Les dunes linéaires simples se divisent en deux catégories : linéaires longues (étroites, droites et partiellement végétalisées) et linéaires non végétalisées (plus sinueuses, à crête aiguë, souvent appelées sifs, i.e., « sabres » en arabe). Les dunes linéaires complexes comportent de très grandes crêtes sinueuses étroitement espacées qui peuvent se chevaucher parfois, le long desquelles sont distribués des pics qui peuvent atteindre une hauteur de 100 à 200 m (Lancaster, 1995). Les dunes linéaires composées, appelées aussi silks, comportent une seule crête principale et plusieurs sifs alignés, ce qui lui confère ce caractère sinueux (Mainguet et Callot, 1978 ; Callot, 2008 ; Pye et Tsoar, 2009 ; Callot et Crépy, 2018). Un silk se présente sous forme d’un cordon dunaire rectiligne dans son ensemble, plus au moins onduleux, qui se développe par extension en raison du flux de sédiments parallèle à sa crête (Gao et al., 2015). En revanche, les sifs non alignés constituent d’autres formes non orientées comme les aklés et les ghourds (Callot, 2008).

24Du point de vue de la formation, les dunes linéaires sont des dunes allongées qui naissent dans un régime éolien bidirectionnel dont l’un est plus fort que l’autre, ou sous le vent d’un méga-obstacle qui devise un régime éolien monodirectionnel en deux branches, à la convergence desquelles naît l’édifice (Lancaster, 1995). Leur orientation peut être transversale, oblique ou longitudinale par rapport à la direction du transport qui en résulte (Gao et al., 2015). Callot et Crépy (2018) estiment qu’à la condition d’une couverture sableuse vive continue, les dunes linéaires sont transverses lors des vents monodirectionnels, et longitudinaux sous des régimes multidirectionnels. Depuis la définition donnée par Clos-Arceduc (1969) sur l’orientation des dunes, il a été montré que celle-ci ne peut s’expliquer uniquement et simplement par la direction des vents efficaces. Les expérimentations récentes montrent que plusieurs facteurs sont à prendre en considération : (i) continuité ou non de la couverture sableuse vive, (ii) modifications de la forme dues aux accélérations du flux d’air autour de la dune qui soulèveront les grains qui la composent, et enfin (iii) la nature du substrat qui peut être favorable à une déflation quand celle-ci est d’une granulométrie immédiatement mobilisable par le vent (Callot et Crépy, 2018).

25Au Gourara, des dunes linéaires longitudinales de type silks ont été repérées sur le gradin de Meguiden à l’ouest de Timimoune, mais aussi sur un glacis rocheux de pente est-ouest longeant la sebkha de Timimoune (fig. 4). Les silks apparaissent d’une manière très disparate sur ce glacis, mais semblent constituer une continuité de forme et de couleur avec ceux situés plus haut sur le gradin de Meguiden. Dans les deux cas, les silks se positionnent longitudinalement par rapport à la direction des vents E, sur une longueur pouvant atteindre les 2 km. Contrairement aux barkhanes, les silks ne migrent pas, mais s’allongent de manière continue ; ceci ne signfie pas qu’elles ne présentent pas de risque, bien au contraire, car elles peuvent véritablement couper les axes de connexions ou obstruer les lignes de foggaras comme indiqué en Figure 4B-C.

Fig. 4 : Silks localisés près de la Sebkha de Timimoune (Google Earth, 2016).
Fig. 4: Silks located near the Sebkha of Timimoune (Google Earth, 2016).

Fig. 4 : Silks localisés près de la Sebkha de Timimoune (Google Earth, 2016).Fig. 4: Silks located near the Sebkha of Timimoune (Google Earth, 2016).

A : Carte de localisation de silks ; B : Silks sur le point de traverser une voie mécanique (28°51’42.71"N ; 0°04’03.94"E) ; C : Silks traversant les galeries drainantes de foggara (28°55’17.04"N ; 0°00’50.89"E).
A: Location map of linear dunes (Silks); B: Linear dunes (Silks) intersecting roads (28°51’42.71"N; 0°04’03.94"E); C: Linear dunes (Silks) crossing the draining galleries of foggara (28°55’17.04"N; 0°00’50.89"E).

4. Analyse et discussion

4.1. Ensablement d’origine anthropique dans la hamada d’Ouled Aïssa

26Dans les oasis d’Ouled Aïssa, la rétraction du couvert végétal a commencé lors des opérations de déboisement qui ont touché les palmeraies pour la production du charbon de bois comme matière première de la poudre durant les guerres du XXème siècle (Bisson, 1957). Elle s’est encore accentuée suite au surpâturage dû au nombre élevé de cheptels, qui entrave systématiquement la reconstruction et la régénération du couvert végétal (Bisson, 1957). On note aussi l’amenuisement d’un certain nombre de jardins et de palmeraies, qu’il n’est plus possible d’irriguer suite au rabattement des nappes souterraines, et que les Oasiens ont préférés abandonner au profit d’autres créés dans de nouveaux territoires (Bisson, 2003). Près d’Ouled Aïssa, nous repérons quelques-uns de ces anciens jardins abandonnés, grâce aux palmiers isolés qui jonchent encore le sol et piègent le sable de déflation. Des formes d’accumulation de type nebkas sont alors formées à ces endroits ; elles se caractérisent par une forme à flèche sableuse allongée sous le vent suivant une direction SO-NE (fig. 5).

Fig. 5 : Jardins abandonnés au sud d’Ouled Aïssa (29°20’36.22"N ; 0°06’39.65"O) (Google Earth, 2010).
Fig. 5: Abandoned gardens south of Ouled Aïssa (29°20’36.22"N; 0°06’39.65"W) (Google Earth, 2010).

Fig. 5 : Jardins abandonnés au sud d’Ouled Aïssa (29°20’36.22"N ; 0°06’39.65"O) (Google Earth, 2010).Fig. 5: Abandoned gardens south of Ouled Aïssa (29°20’36.22"N; 0°06’39.65"W) (Google Earth, 2010).

1. Jardin abandonné dans la hamada d’Ouled Aïssa ; 2. Dunes nebkas orientées SO-NE
1. Abandoned garden in the hamada of Ouled Aïssa; 2. Shadow-dunes oriented SW-NE

27La couverture végétale, étant connue pour son rôle de protection contre l’érosion du sol et l’ablation des sédiments, son absence accélère la déflation des surfaces des sols devenus secs et provoque inévitablement l’érosion éolienne dans ce secteur, y compris dans la zone sous le vent de la palmeraie, protégée autrefois par celle-ci. Le rabattement à l’Ouest vers de nouveaux secteurs libres de dunes, comme à Ajdir Chergui et Gharbi, se fait à travers l’essaimage des jardins qui a conditionné, selon Bisson (1985, 1990), la survie de l’activité agricole, et a eu pour conséquence une mobilité des territoires. En plus de la disponibilité de l’eau, la présence sur site du matériau nécessaire à la confection de palissades (palmes sèches) a encouragé les paysans à exploiter de nouvelles surfaces dans l’Erg grâce aux beurdas. Dans l’Erg, on considère que l’apport de sable peut se faire partout, de l’Ouest comme de l’Est, cette nouvelle forme d’implantation (beurda) nécessitant souvent la mise en place d’un système de dune-afreg que l’on place sur toute la périphérie du jardin creusé dans la dune. Pour autant, peut-on considérer ces beurdas comme étant protégées durablement contre l’ensablement ? Comment peut-on expliquer la disparition sous le sable des oasis à beurdas à l’Est d’Ajdir Chergui, signalée déjà par Bisson (1957) et dont les traces sont toujours visibles aujourd’hui ?

4.2. L’ensablement dans la limite méridionale de l’Erg

4.2.1. Cas des beurdas d’Ajdir Chergui

28À l’intérieur de l’Erg au sein des massifs dunaires, le paysage semble être immuable. Cette impression s’explique selon Callot (2013) par le fait que le sable bouge uniquement au niveau des sommets de dunes, tandis que leurs bases restent généralement stables. C’est une stabilité qui a été remarquée par les hommes, et qui les a poussés à investir ces endroits riches en eau souterraine, grâce à l’affleurement de la nappe. L’exploitation de l’eau grâce à des puits à balancier avait permis d’apprivoiser cet environnement au sol aride et de le transformer en jardins agricoles que l’on appelle beurdas qui se présentent, vues du ciel, sous forme d’alvéoles juxtaposés ceinturées de palissades. Le système de puits à balancier est une évolution analogue à de nombreuses oasis de l'Erg ayant survécu suite au dépérissement de leurs foggaras, mais aussi à ceux qui n’ont connu que ce système, à l’image d’Ajdir Chergui.

29Les beurdas sont généralement ceinturées de palissades dont l’intérêt est de délimiter les propriétés, mais aussi de protéger les cultures contre l’ensablement. L’implantation des beurdas au sein de l’Erg et cette manière de ceinturer l’espace par des palissades, n’est pas sans conséquence sur la dynamique éolienne. Si, de prime abord, l’Erg apparaît comme une étendue sableuse figée pour le visiteur, il est loin de l’être réellement, puisque le mouvement à l’échelle du grain est permanent, ainsi que le transfert des éléments fins d’une forme à l’autre à l’intérieur de l’Erg. Le paysage constitué d’ensembles dunaires, qui semble globalement immuable, est concrètement en remodelage continu sous l’action des courants éoliens dominants. « Le sable bouge, pas les dunes […]. Si les dunes bougent peu, le sable lui, circule beaucoup, et en quantité » (Callot, 2013).

30Ce mouvement à l’échelle du grain n’est pas sans conséquence sur les périmètres agricoles. Il est perceptible sur les limites de jardins, à travers les dépôts éoliens qui grossissent des apports de sable, et s’élèvent à mesure que les palissades sont rehaussées. L’alvéole qui se forme au fur et à mesure permet de protéger les cultures contre la corrasion des végétaux induite par les grains de sable transportés par le vent (Bisson, 2003). À force de l’amoncellement des grains de sable à l'orée des beurdas, là où la rugosité aérodynamique est importante, le sable dépasse la crête de la dune artificielle et gagne progressivement les bas-fonds des jardins. À ce stade, un travail d’entretien est engagé à l’intérieur des jardins, qui consiste à les désensabler et les réhabiliter. Si parfois, par manque de main-d’œuvre qualifiée les travaux d’entretien peinent à être engagés, les surfaces s’encroutent et empêchent les cultures de pousser, obligeant de ce fait les paysans à abandonner leurs jardins. Dans d’autres cas, c’est la surface cultivable qui se rétrécit à l’intérieur des beurdas à mesure que les dunes-afregs s’élèvent et grossissent par la base. Ces deux actions agissent parfois de concert, et poussent les paysans à abandonner leurs jardins, comme c’est le cas des oasis à l’Est d’Ajdir Chergui, signalées par Bisson (1957) et dont quelques traces subsistent aujourd’hui sous la forme de quelques palmiers clairsemés au milieu des dunes (fig. 6).

Fig. 6 : Oasis à beurdas abandonnée à l’Est d’Ajdir Chergui (29°23’51.01"N ; 0°08’00.87"O) (Google Earth, 2010).
Fig. 6: Abandoned oasis of beurdas east of Ajdir (29°23’51.01"N; 0°08’00.87"O) (Google Earth, 2010).

Fig. 6 : Oasis à beurdas abandonnée à l’Est d’Ajdir Chergui (29°23’51.01"N ; 0°08’00.87"O) (Google Earth, 2010).Fig. 6: Abandoned oasis of beurdas east of Ajdir (29°23’51.01"N; 0°08’00.87"O) (Google Earth, 2010).

31Aujourd’hui, le maintien de la population sur les lieux est remarqué par l’implantation des résidences au sein des beurdas, comme on peut le voir en Figure 7. La majorité des oasis à beurdas se sont dotées d’une fonction résidentielle qui permet aux paysans ainsi qu’aux membres de leur famille d’être en permanence dans les jardins. Dans ces exploitations familiales, plusieurs tâches sont désormais confiées aux membres de la famille, en l’occurrence les femmes et les enfants, telles que l’ensemencement, le désherbage, la cueillette, etc. C’est ainsi que les propriétaires des jardins ont pu faire face à la crise de main-d’œuvre provoquée par la libération des Harratines. Il s’agit ici de quelques formes de résilience face aux transformations socio-économiques de la région. De cette résilience résulte une vulnérabilité accrue à l’aléa d’ensablement ; les enjeux soumis à l’ensablement ne concernent plus seulement l’activité agricole, mais aussi les logements des agriculteurs, les routes, ainsi que les quelques équipements de proximité implantés par l’État.

Fig.7 : Oasis d’Ajdir Chergui (Google Earth, 2020).
Fig. 7: Oasis of Ajdir Chergui (Google Earth, 2020).

Fig.7 : Oasis d’Ajdir Chergui (Google Earth, 2020).Fig. 7: Oasis of Ajdir Chergui (Google Earth, 2020).

4.2.2. Cas des théïras de Touat Intebou et de Taghouzi

32Toujours sur la bordure méridionale de l’Erg, mais cette fois-ci dans les théïras où l’ensablement est très actif près des jardins agricoles. À Touat Intebou comme à Taghouzi, des similitudes ont pu être établies, entre les différentes théïras, où les barkhanes et les dunes transverses font leur apparition sous le vent du bras d’Erg. Il s’agit dans la plupart des cas, d’une topographie plus au moins plane, dépourvue d’accidents topographiques et entourée de massifs dunaires.

33Au niveau de Touat Intebou, l’analyse diachronique (2010-2019) montre que les barkhanes évoluent suivant une direction NE-SO, vers les jardins situés sous le vent (fig. 8A). Cette évolution a pu se faire rapidement en raison de leurs petites tailles, comparées à d’autres de formes plus imposantes. Si on admet que les petites barkhanes se déplacent plus rapidement que les grandes, elles finissent souvent par attraper celles-ci pour se fondre en elles (Callot, 2014). L’addition et les coalescences successives des barkhanes, génèrent des édifices plus complexes qui constituent un réservoir de sable vif à l’Est des jardins. Si la présence d’une dune-afreg à l’Est de la route semble retarder l’ensablement, en raison du démantèlement des barkhanes, elle n’est pas pour longtemps car le sable franchit tout de même cette barrière vers les jardins situés sous le vent (fig. 8B).

Fig.8 : Évolution des barkhanes à Touat Intebou (29°11’32.62"N ; 0°15’31.07"O) (Google Earth, 2010-2019).
Fig. 8: Evolution of barchans in Touat Intebou (29°11'32.62"N; 0°15'31.07 "W). Google Earth (2010-2019).

Fig.8 : Évolution des barkhanes à Touat Intebou (29°11’32.62"N ; 0°15’31.07"O) (Google Earth, 2010-2019).Fig. 8: Evolution of barchans in Touat Intebou (29°11'32.62"N; 0°15'31.07 "W). Google Earth (2010-2019).

A) Évolution des barkhane, année 2010. B) Évolution des barkhane, année 2019. 1: Jardins agricoles, 2: Dune-afreg.
A) Evolution of barchans, year 2010. C) Evolution of barchans, year 2019. 1 : Agricultural gardens, 2 : Dune-afreg.

34Le même phénomène se produit dans les théïras de Taghouzi, mais cette fois-ci il est clair que ce sont les jardins qui s’étendent vers la zone de circulation de sable vif, située sous le vent du bras d’Erg (fig. 9A-B). L’apparition de nouveaux jardins agricoles dans les théïras a été favorisée par la politique de la réforme agraire, qui vise à promouvoir l’agriculture oasienne. L’État avait procédé à l’époque au fonçage de puits équipés de motopompes, pour l’essor de la petite agriculture dans la région. Le recours aux motopompes a permis aux paysans de conquérir de nouvelles zones auparavant impossibles à irriguer par gravité. Cependant, si l’agriculture dans ces nouveaux jardins semble être à l’abri du manque d’eau, elle est néanmoins exposée au risque d’ensablement, et ce, du fait de la proximité des surfaces agricoles des ensembles dunaires. Les perturbations aérauliques près des dunes, pourront facilement propulser le sable vif depuis les crêtes de dunes, vers les bas-fonds des jardins à une hauteur qui dépasserait celle des dunes-afregs.

35Cette coïncidence dans le mauvais choix de l’emplacement des nouveaux jardins près des zones de circulation d’air, n’est pas exclusive aux jardins agricoles. Les nouvelles zones d’habitat situées parfois en pleins couloirs éoliens, semblent mal s’accommoder elles aussi de la dynamique d’ensablement. Faute d’études préalables de planification des secteurs aménageables, les nouvelles extensions accusent un déficit en matière de lutte contre l’ensablement. Si par le passé les Oasiens, particulièrement les paysans, possédaient un savoir-faire qui leur a permis de gérer l’ensablement, ce n’est pas le cas de la nouvelle génération dans les agglomérations urbaines et d’auto-construction. En effet, le passage d’une société Ksourienne « paysanne » vers une société urbaine « citadine », fait que la population versée dans le commerce et le travail salarié dans les industries, perd de l’intérêt pour ce savoir-faire et à la pratique des métiers traditionnels de la terre (Otmane et Kouzmine, 2011 et 2013). Les travaux d’entretien des foggaras et des dune-afregs, seraient considérés désormais comme des taches pénibles et sans grand intérêt (Bendjelid, 2011).

Fig.9 : Évolution de l’ensablement à Taghouzi (29°26’13.99"N ; 0°35’08.37"O) (Google Earth).
Fig. 9: Sand encroachment development in Taghouzi (29°26'13.99"N; 0°35'08.37"W) (Google Earth).

Fig.9 : Évolution de l’ensablement à Taghouzi (29°26’13.99"N ; 0°35’08.37"O) (Google Earth).Fig. 9: Sand encroachment development in Taghouzi (29°26'13.99"N; 0°35'08.37"W) (Google Earth).

A : Année 2012 ; B : Année 2019 ; A, B, C : repères.
A: Year 2012; C: Year 2019; A, B, C: markers.

4.3. L’ensablement dans le plateau de Meguiden

4.3.1. Cas de Badriane ou l’impact des extensions spontanées

36Les extensions spontanées ont commencé à faire leur apparition à la périphérie des ksour durant la seconde moitié du XXème siècle (Pliez, 2011). Elles sont la conséquence directe de la croissance démographique, d’une population qui a doublé en un quart de siècle depuis l’indépendance, mais aussi, en raison d’un glissement des familles Harratines à l'intérieur du ksar (Bisson et Jarir, 1986). Devant la poussée démographique, les propriétaires de jardins agricoles étaient obligés de céder à leurs enfants désirant fonder un foyer, les logements traditionnels loués aux métayers (Harratines), si bien que les Harratines, se sont octroyées des parcelles grignotées sur la palmeraie pour construire leurs maisons. À Badriane par exemple, entre 1952 et 1987, le nombre de maisons est passé de 298 à 707 (Bisson, 1990). Si l’on considère que la majorité de ces extensions se sont faites à l’ouest du ksar, les nouvelles extensions issues cette fois-ci de l’auto-construction apparue dès les années 1990, se localisent en revanche à l’Est du ksar près de la route. Il semble que cette nouvelle entité située côté au vent de la dune-afreg, n’est pas sans conséquence sur l’aggravation de l’ensablement à Badriane.

37Le ksar de Badriane qui depuis les années 1950 a été doté d’une dune-afreg, n’a pas souffert de l’ensablement pendant plus de 30 ans (Bisson, 1990). En effet, cette dune-afreg, faut-il le signaler est restée stable pendant tout ce temps-là, et ce, malgré la construction de nouvelles maisons dans l’espace considéré comme zone de sécurité, situé entre le pied de la dune et l’ancien ksar (Bisson, 1990). Lors de notre entretien avec les habitants du ksar en 2012, ceux-ci semblent ignorer la cause de l’aggravation de l’ensablement au niveau du ksar, mais affirment que cela a commencé à devenir préoccupant durant les années 1990.

38L’analyse diachronique (2010-2000) nous a permis de faire le lien entre les nouvelles extensions situées côté au vent de la dune-afreg et l’aggravation de l’ensablement au niveau du ksar. Lors de notre analyse, nous avons remarqué que le sable a continué d’empiéter sur les maisons durant les dix dernières années (fig. 10A-B), et ce, malgré l’entretien et le rehaussement régulier de la dune-afreg comme l’affirment les habitants. À l’échelle de la dune, l’observation de déformations au niveau de la crête de la dune-afreg (fig. 10C), ainsi qu’une pente sous le vent non uniforme (fig. 10D), nous ont permis de confirmer l’existence de perturbations aérauliques au sommet de la dune, exactement à l’endroit du croisement de celle-ci, avec le vent canalisé depuis les rues qui existent entre les nouvelles maisons d’en face. En effet, ces perturbations aérauliques, peuvent être responsables de ce qu’on appelle en aérodynamique un « effet de barre ». Cet effet se produit lors d’un vent incident à 45° par rapport à un obstacle de forme parallélépipédique. Le flux d’air surpasse l’obstacle et forme des tourbillons dans la zone sous le vent avec des survitesses de l’ordre de 1,4 sur une distance d’environ deux fois la hauteur de l’obstacle (Gandemer et Guyot, 1976). Cet effet de barre a dû former à quelques endroits une pente sous le vent beaucoup plus faible qu’en situation normale où la pente sous le vent de l’afreg est toujours plus raide. L'étalement de cette pente a fait raccourcir progressivement l’espace de sécurité, jusqu'à empiéter sur les maisons les plus proches situées au pied de la dune.

Fig. 10 : Évolution de l’ensablement à Badriane (Google Earth, 2010-2020).
Fig. 10: Evolution of sand encroachment in Badriane (Google Earth, 2010-2020).

Fig. 10 : Évolution de l’ensablement à Badriane (Google Earth, 2010-2020).Fig. 10: Evolution of sand encroachment in Badriane (Google Earth, 2010-2020).

A : Badriane (2010) ; B : Badriane (2020) ; C : Déformations au niveau de la pente sous le vent de la dune-afreg (2012) ; D : Déformations au niveau de la crête de la dune.
A: Badriane (2010); B: Badriane (2020); C: Deformations at the leeward slope of the dune-afreg (2012); D: Deformations at the ridge of the dune.

39Le cas de Badriane, présente l’exemple de facteurs anthropiques qui relèvent du cadre bâti, et cette manière spontanée d’occuper l’espace avec une nouvelle forme imposée par le modèle « ville du nord ». En effet, les premiers changements sociaux dans les espaces oasiens remontent à l’époque de la colonisation française lorsque le mode de vie occidental et les normes de construction ont commencé peu à peu à s’incruster dans la vie des oasiens. Les migrations temporaires de travail dans les villes du nord avaient permis, elle aussi, d’importer de nouveaux modes de consommation et d’habitat (Bisson et Jarir, 1986). Ainsi, la plupart des nouvelles extensions près des ksour se présentent généralement sous forme de maisons individuelles groupées, et marquent de ce fait une rupture totale avec le style local des ksour, qui dans l’ensemble, sont de forme compacte et homogène. En dehors de son aspect hétéroclite qui n’intègre pas les logiques séculaires de la région, cette nouvelle forme de plan masse à la trame rectiligne, présente aussi un comportement différent à celui des ksour par rapport aux mouvements éoliens d’ensablement. La plupart des nouvelles extensions, qu’elles soient privées (auto-constructions) ou publiques (écoles, équipements administratifs), révèlent un déficit en matière de lutte contre l’ensablement, pourtant, Bisson (1990) signale qu’à l’époque les nouveaux aménagements ont été construits en des lieux non ensablés au départ.

40Si l’on regarde de près les ksour à Meguiden, on s’aperçoit que ceux-ci profitent généralement de la topographie comme moyen de protection de l’ensablement, comme c’est le cas des ksour protégés par l’escarpement gréseux qui limite le plateau de Meguiden à l’ouest. De plus, la palmeraie située toujours à l’ouest du ksar, permet à travers sa rugosité, de protéger les ksour contre les tempêtes de sable venant du NO. Si dans le passé, les Oasiens ont su choisir des lieux à l’abri d’ensablement, ce n’est pas le cas aujourd’hui pour les nouvelles extensions qui sont érigées parfois en plein couloir éolien. Manifestement, les Oasiens disposaient d’un savoir-faire qui leur a permis de s’adapter aux contraintes naturelles de la région, de tirer profit de ses spécificités géomorphologiques, mais aussi, de mettre en place quand il le faut (et comme il le faut), ce système ingénieux de dune-afreg pour se protéger de l’ensablement. Aujourd’hui, l’apparition des nouvelles extensions à l’Est du ksar du côté au vent de la dunes-afreg, sans tenir compte de son rôle dans la protection contre l’ensablement, participe grandement au dysfonctionnement de celle-ci, et par conséquent à l’aggravation de l’ensablement. Cette manière spontanée dans le choix des zones d’implantation, n’est que le résultat d’un savoir-faire qui a été érodé par les transformations socio-économiques de la société oasienne. L’oralité, qui est le seul moyen qui assurait le transfert des connaissances traditionnelles, aurait été assujettie à l’oubli et à la déformation (Otmane, 2016 ; Daoudi et al., 2019).

4.3.2. Cas du village socialiste de Meguiden ou les prémices d’un modèle d’habitat résilient

41À l’encontre des nouvelles extensions qui, souvent ne tiennent compte que de la disponibilité du foncier et de la route, le village socialiste de Meguiden implanté en ex nihilo sur le plateau de Meguiden, semble présenter un comportement différent vis-à-vis de la dynamique d’ensablement. L’originalité de ce village tient à sa forme spirale, qui est supposée générer des tourbillons et provoquer un effet de « chasse-sable », permettant ainsi de combattre les dépôts éoliens (Bisson, 1985) (Fig. 11A). Dans les lois de l’aérodynamique, l’effet de « chasse-sable » doit permettre aux grains de sable en déplacement d’évoluer de façon circulaire autour du village sans l'atteindre. La visite de ce village en 2012, nous a permis de constater, qu’effectivement le sable en déplacement ne s’attarde pas trop sur sa périphérie, néanmoins, une partie de celui-ci se localise au niveau des rues intérieures légèrement obliques à la direction SO et NE (fig. 11B-C). Au niveau de ces rues, nous avons relevé la présence de décrochements qui ont comme effet, d’empêcher le sable d’atteindre le centre du village qui demeure nécessairement à l’abri des dépôts éoliens (Fig. 11D). Ceci semble avoir une analogie avec les artères (ruelles et impasses) du ksar, qui, grâce à leur aspect sinueux ne permettent pas au sable de trop pénétrer à l’intérieur du ksar.

Fig. 11 : Village de Meguiden (Google Earth, 2014).
Fig. 11: Village of Meguiden (Google Earth, 2014).

Fig. 11 : Village de Meguiden (Google Earth, 2014).Fig. 11: Village of Meguiden (Google Earth, 2014).

A : Vue globale du village de Meguiden ; B : rue intérieure ; C : centre du village ; D : rue intérieure (2012).
A: Global view of the village of Meguiden; B: Inner street; C: Village center; D: Inner street (2012).

42Cette technique de « chasse-sable » intégrée au plan masse, nous permet d’affirmer que des prototypes de forme bâtie résiliente, pourraient constituer une alternative aux différentes configurations de plan masse que l’on peut dénombrer dans le Gourara, à condition de tenir compte des spécificités morphologiques et du transport éolien propres à chaque secteur. L’avantage d’un prototype, c’est de pouvoir prendre en compte la dynamique éolienne de chaque secteur, afin d’atténuer à cet effet l’impact de l’ensablement dans les zones aménagées. Dans ce registre, l’étude réalisée par Mestoul et al. (2017) amorce déjà quelques règles de conception qui nous paraissent intéressantes. Dans un objectif de modéliser une forme bâtie qui soit capable de combattre les dépôts éoliens au sein de son plan masse, Mestoul et al. (2017) font appel à la modélisation CFD (Computational Fluid Dynamics). Cette étude consiste en la modélisation d’un plan masse qui intègre l’effet venturi, et celui de canalisation, à travers une disposition étudiée des masses bâties. Dans cette étude, une corrélation mathématique a pu être établie, entre la vitesse du vent et certains paramètres liés à la forme bâtie, comme la porosité du plan masse qui correspond à la perméabilité de la façade au vent ;elle résulte des espacements qui existent entre les masses bâties et qui représentent en générale les rues, son orientation par rapport au vent dominant, ainsi que le rapport H/L, où L est la largeur de la rue, et H est la hauteur moyenne des bâtiments qui longent cette rue.

43Dans le cadre de la lutte mécanique, la modélisation CFD s’avère intéressante pour exploiter la force du vent et lui permettre de reprendre les accumulations (déblayage). Une technique de déblayage basée sur l’effet aérodynamique, pourrait être appliquée dans la conception de tas déblayeurs ou déviateurs (défilement), que l’on place du côté au vent des formes d’accumulation que l’on veut faire disparaître. Ces tas correspondent à des amas de sable, de blocs de pierre, ou de végétation que l’on dispose sur les deux côtés d’une chaussée en vue de faire disparaître les dépôts sableux qui risquent de l’obstruer (FAO, 1988). Dans la wilaya de Ouargla en Algérie le tas de remblai appelé localement « Gatoas » est constitué de fragments de roche dont les dimensions sont supérieures à 2 mm afin d’empêcher le vent de les emporter (Sebaa et al., 2009). Un tas déviateur ou déblayeur peut donc soit dévier le sable en déplacement et protéger de ce fait la zone sous le vent, soit permettre l’évacuation par un effet venturi du sable déjà accumulé (exemple : destruction de barkhanes).

44La technique aérodynamique présente aussi l’avantage de pouvoir démanteler les dunes linéaires longitudinales, de type silks, qui se développent près des routes et des lignes de foggaras, pour lesquelles, les opérations de mise en place de dunes-afregs peuvent s’avérer onéreuses. En effet, si les routes relèvent du domaine public et que leur entretien incombe à l’État, ce n’est pas le cas des foggaras qui elles, relèvent de la propriété privée ou collective et dont l’entretien incombe à leurs propriétaires. Un autre avantage que peut présenter la technique aérodynamique, réside dans l’économie de main-d’œuvre d’entretien. Une étude (Sebaa, 2009) menée sur la région d’Ouargla au sud de l’Algérie démontre que le nombre d’interventions des services techniques pour l’entretien des axes routiers a considérablement baissé suite une mise en place des tas déblayeurs. À l’encontre des dunes-afregs qui nécessitent d’être continuellement rehaussées et entretenues, les tas déblayeurs n’ont besoin que d’être placés aux bons endroits sans pour autant être entretenus ou déplacés au fil du temps (Sebaa, 2009).

5. Conclusion

45Cette recherche montre la profondeur de l’impact de l’anthropisation sur la dynamique d’ensablement dans la région de Gourara, et par conséquent, sur la reconfiguration de l’espace oasien et le préjudice induit à l’encontre de son développement économique. La situation dans certains secteurs est porteuse d’instabilité et de décadence, en raison de la rétraction des terres agricoles, l’ensevelissement des ksour et des zones d’habitat, l’obstruction des routes de connexion et des lignes de foggaras, etc. L’analyse établie dans cette recherche a pu mettre en exergue de nouveaux facteurs anthropiques qui contribuent à la recrudescence de l’ensablement dans la région. De plus, cette recherche a pu distinguer le rôle de chacun de ces facteurs anthropiques dans le processus d’ensablement, qui diffère d’un secteur à l’autre en fonction de la nature géomorphologique des lieux (relief, nature du sol, types de dunes, etc.) et des activités humaines.

46Sur le plateau d’Ouled Aïssa, l’ensablement est lié naturellement à la présence de sables vifs depuis les limites méridionales de l’Erg, mais aussi, à la rétraction du couvert végétal qui formait autrefois une protection contre l’ensablement. Ceci est dû à des facteurs d’ordre anthropique, tels que les opérations de déboisement qui sont survenues durant les guerres du XXème siècle pour la production du charbon de bois, matière première de la poudre, mais aussi, au surpâturage qui entrave systématiquement la reconstruction et la régénération du couvert végétal. À ces deux facteurs, il faut rajouter la surconsommation de l’eau via les motopompes, et le rabattement des nappes qui a participé à l’amenuisement d’un certain nombre de jardins irrigués par des foggaras.

47Dans la zone de l’Erg, les beurdas et les théïras sont assujetties à un ensablement dû principalement à la proximité de l’Erg et accentué par le manque de main-d’œuvre qualifiée, nécessaire à l’entretien et la réhabilitation des jardins contre l’ensablement et l’encroûtement des sols. Si ce choix a des conséquences lourdes de point de vue des dynamiques éoliennes et de l’ensablement, il est en partie conditionné par la nécessité d’accéder à l’eau souterraine, nécessaire à l’activité agricole, et qui se trouve à peu de profondeur dans les zones basses de l’Erg. La multiplication des jardins agricoles dans les dépressions de l’Erg mène donc à leur rapprochement des sources de sables vifs et des zones soumises à l’ensablement. La mise en place de dunes-afregs sur les limites des jardins ne les épargnerait pas pour autant de l’ensablement. Le maintien de ces jardins nécessite un entretien continu, qui repose sur la mise en place d’exploitations agricoles familiales, où les membres des familles propriétaires des jardins, sont directement impliqués dans le travail de terre pour faire face à la crise de main-d’œuvre. Cependant, ces exploitations agricoles, qui s’accompagnent souvent par l’implantation de logements, accentuent davantage la vulnérabilité à l’ensablement qui touche cette fois-ci, en plus de l’activité agricole, au cadre bâti ; logements et équipements de proximité, ainsi qu’aux routes de connexion.

48Dans le plateau de Meguiden, les facteurs anthropiques identifiés, sont liés au cadre bâti et cette manière spontanée d’occuper le territoire par de nouvelles extensions. De par la rugosité qu’elles créent sur un plateau fréquemment balayé par des vents de sable, les nouvelles extensions constituent dans la plupart des cas, des zones potentiellement exposées aux dépôts éoliens : elles peuvent fixer à leur emplacement des sédiments qui ne faisait auparavant que transiter par ces zones. Les secteurs situés sous le vent de ces agglomérations peuvent aussi subir l’ensablement suite aux points de sortie des grains de sable canalisés par le vent à travers les rues intérieures de ces agglomérations.

49Dans cette recherche, il y a à signaler en revanche une lacune documentaire concernant la période qui précède la deuxième moitié du XXème siècle, pour laquelle les archives cartographiques et documentaires ne sont pas disponibles. Malgré ce facteur limitant, cette recherche met en exergue l’intérêt d’étudier l’évolution de la dynamique d’ensablement durant le siècle dernier, de démontrer l’utilité de l’analyse des effets de l’anthropisation sur la dynamique d’ensablement en combinaison avec l’ouverture de nouvelles pistes de recherche, confrontant des données géomorphologiques à la modélisation CFD. Cette approche pluridisciplinaire, permettrait de tenir compte de la complexité du phénomène d’ensablement, lors des recherches relatives au renforcement de la résilience face à l’ensablement, en particulier dans le cadre du développement urbain et/ou agricole des oasis, dans le Gourara, mais aussi ailleurs en Algérie et plus généralement au Sahara.

50Enfin, cette recherche rend compte qu’un aménagement pérenne dans le Gourara, doit impérativement tenir compte, de ces deux éléments naturels qui ont toujours ordonné et façonné l’occupation du sol, à savoir ; l’eau et le sable. Ce sont en définitive ces conditions naturelles, qui expliquent le remodelage continu du paysage dunaire dans le Gourara, et confirment que toute occupation au sol qui n’en tient pas compte ne peut être que provisoire. La pérennité du territoire Gourari et son développement, requièrent une (re) considération de la dynamique d’ensablement à travers la mise en place d’une nouvelle stratégie de gestion, qui intègre les facteurs anthropiques identifiés et les récentes transformations socio-économiques de la région.

*Auteur correspondant : +213 661 94 13 49
d.mestoul@epau-alger.edu.dz.

Haut de page

Bibliographie

Bendjelid A., Dari O., Hadeid M., Bellal S.A., Gacem F., Belmahi M.N., Hani S. (1999) - Mutations sociales et adaptation d’une paysannerie ksourienne du Touat: Ouled Hadj Mamoun (wilaya d’Adrar, Algérie). Insaniyat, 7, 39-52.

DOI : 10.4000/insaniyat.12147

Bendjelid A. (2011) - Ouled Saïd, palmeraie du Gourara : développement local et reproduction d’une société́ traditionnelle. Insaniyat, 51-52, 43-64.

DOI : 10.4000/insaniyat.12554

Bensaâd A. (2011) - L’eau et ses enjeux au Sahara. IREMAM, Karthala Edition (Paris), 252 p.

Berte C.J. (2010) - Lutte contre l’ensablement. L’exemple de la Mauritanie. Collection « Étude FAO : Forêts » (FAO - Rome), 158, 76 p.

http://www.fao.org/3/a-i1488f.pdf

Bisson, J. (1957) - Le Gourara étude de géographie humaine. Edit. Institut de recherches sahariennes (Alger), 222 p.

Bisson J. (1985) - De la mobilité des terroirs à la stabilisation de l’espace utile : l’exemple du Gourara (Sahara algérien). Annuaire de l’Afrique du Nord, Édition du CNRS, 389-399.

Bisson J.  (1990) - Permanence d'une paysannerie au Sahara algérien : l'exemple des confins du Grand Erg Occidental. In Dollé V., Toutain G. (Eds.) :  Les systèmes agricoles oasiens. Options Méditerranéennes, série A (11), 289-298.

http://om.ciheam.org/om/pdf/a11/CI901504.pdf

Bisson, J. (2003) - Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara. L’Harmattan (France), 479 p.

Bisson J., Jarir M. (1986) - Ksour du Gourara et du Tafilelt : de l’ouverture de la société oasienne à la fermeture de la maison. Annuaire de l’Afrique du Nord, Édition du CNRS, Tome XXV, 329-345.

http://aan.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/AAN-1986-25_51.pdf 

Callot, Yann. (2008) - Formations éoliennes : Dynamique éolienne et formations éoliennes en domaine aride et semi-aride. In Dewolf Y., Bourrié G. (Eds.) : Les formations superficielles. Edit. Ellipses (Paris), 293‑317.

Callot Y. (2013) - Les dunes, danseuses aux pieds de plomb. ArchéOrient - Le Blog.

https://archeorient.hypotheses.org/1780

Callot Y. (2014) - Autour des étoiles immobiles, courent les barkhanes. ArchéOrient - Le Blog.

https://archeorient.hypotheses.org/3075

Callot Y., Crépy M. (2018) - Le rôle de l’alimentation en sable dans la dynamique des dunes linéaires : un changement de paradigme ? Approche croisée des apports de la modélisation et des observations de terrain (Erg de Fachi-Bilma, Niger, Tchad). Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 24 (3), 225‑35.

DOI : 10.4000/geomorphologie.12365

Callot Y., Fontugne M. (2008) - Les sites lacustres d’âge holocène dans l’est du Grand Erg Occidental (nord-ouest du Sahara algérien) : interprétation géomorphologique et paléoclimatique. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 14 (3), 187‑200.

DOI : 10.4000/geomorphologie.7173

Clos-Arceduc A. (1969) - Essai d’explication des formes dunaires sahariennes. Edit. Institut Géographique National (Paris), 66 p.

Coudé-Gaussen G. (1995) - L’érosion éolienne : aspects théoriques. In Coudé-Gaussen G., Rognon P. (Eds.) : Désertification et aménagement au Maghreb, L’Harmattan (Paris), 153-165.

Crépy M. (2016) - Les Paysages du vent : géohistoire et géoarchéologie de la dépression de Kharga (désert Libyque, Égypte) du cinquième siècle avant notre ère à nos jours : 2 500 ans d’interactions entre dynamiques éoliennes et activités humaines dans un milieu hyperaride. Thèse de doctorat, Université de Lyon 2. 363 p.

Crépy M., Callot Y. (2016) - Les dépôts de sédiments fins dans le sud de la dépression de Kharga (désert libyque, Égypte) : indices d’une morphogenèse éolienne et anthropique. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 22 (3), 325-342.

DOI : 10.4000/geomorphologie.11499

Daoudi N.S., Mestoul M., Lamraoui S., Boussoualim A., Adolphe L., Bensalem R. (2019) - Vernacular Architecture in Arid Climates: Adaptation to Climate Change. In Guedes M.C., Cantuaria G. (Eds.): Bioclimatic architecture in warm climates: A guide for best practices in Africa, Springer, 119‑154

DOI : 10.1007/978-3-030-12036-8_4

FAO (1988) - Manuel de fixation des dunes. Cahiers FAO Conservation 18, Edit. FAO (Rome), 68 p.

http://www.fao.org/3/T0492F/t0492f00.htm#Contents

Fryberger S.G. (1979) - Dune forms and wind regimes. In McKee E.D. (Eds.): A study of global sand seas. United States Geological Survey, Professional Paper. U.S.G.S., 137–140.

Gandemer J, Guyot A. (1976) - Intégration du phénomène vent dans la conception du milieu bâti. C.S.T.B: Science des bâtiments, Nantes. Edit. Ministère de l'équipement : Ministère de la qualité de la vie (Paris), 130 p.

Gao X., Narteau C., Rozier O., Courrech du Pont S. (2015) - Phase diagrams of dune shape and orientation depending on sand availability. Scientific Reports, 5 (1), 1‑12.

DOI : 10.1038/srep14677

Kerroumi B. (2014) - La mutation des oasis à foggara : le renouveau agricole et le déclin de la production traditionnelle en Algérie. Revue canadienne de géographie tropicale, (1) 2, 6-12.

http://www3.laurentian.ca/rcgt-cjtg/volume1-numero2/la-mutation-des-oasis-a-foggara-le-renouveau-agricole-et-le-declin-de-la-production-traditionnelle-en-algerie/

Lancaster N. (1995) - Geomorphology of Desert Dunes. Edit. Routledge (London), 312 p.

Mainguet M., Callot Y. (1978) - L’erg de Fachi-Bilma (Tschad Niger) : contributions à la connaissance de la dynamique des ergs et des dunes des zones arides chaudes. CNRS Editions (Paris), Collections mémoires et documents de géographie, 184 p.

Mestoul D., Bensalem R., Adolphe L. (2017) - Modeling of Urban Form against Sand Accumulation in the City of Gourara in Southern Algeria. Energy Procedia, 122 (9), 13‑18.

DOI : 10.1016/j.egypro.2017.07.405

Morel A. (2008) - Milieux et paysages du Sahara. Editions Ibis Press (Paris), 256 p.

Moussaoui A. (2002) - Espace et sacré au Sahara : Ksour et oasis du sud-ouest algérien. CNRS Éditions (Paris), Collection CNRS Anthropologie, 291 p.

Otmane T. (2016) - L’eau dans les oasis du Sud-ouest algérien : les systèmes de mobilisation traditionnels entre préservation et décrépitude. CRASC, 97‑218.

https://ouvrages.crasc.dz/index.php/fr/52-carrefours-sahariens/651-l’eau-dans-les-oasis-du-sud-ouest-algérien-les-systèmes-de-mobilisation-traditionnels-entre-préservation-et-décrépitude

Pliez O. (2011) - Les cités du désert : des villes sahariennes aux saharatowns. IRD, Editions Presses Universitaires du Mirail, 164 p.

Pye K., Tsoar H. (2009) - Aeolian Sand and Sand Dunes. Springer, 458 p.

Sebaa A., Berroussi S., Bouhanna M., Benazzouz M.T. (2009) - Utilisation des méthodes traditionnelles de lutte contre l’ensablement dans le bas-Sahara. Journal Algérien des Régions Arides, 2009, 96-107. CRSTRA, Algérie.

https://www.crstra.dz/telechargement/journals/jara-8-2009/pdf/journal-algerien-des-regions-arides-n-8-2009.pdf

Tsoar H. (1989) - Linear Dunes - Forms and Formation. Progress in Physical Geography, 13 (4), 50728.

DOI: 10.1177/030913338901300402

Venard C. (2012) - La morphodynamique éolienne en régions sèches : des échelles spatiales et temporelles aux outils. Thèse de doctorat, Université de Lyon 2, 325 p.

Haut de page

Annexe

Abridged english version

The Gourara region of the Algerian central Sahara is especially subject matter to the risk of sand encroachment. It extends over a huge area composed of three separate geomorphological units; the shelf of Meguiden, the shelf of Ouled Aïssa and the Great Western Erg (Fig.1). Its chief town Timimoune, is located approximately within its middle, at 29°15 N latitude and 0°14 E longitude (Greenwich). Wind is omnipresent in the region with speeds velocity from 6 to 8 m/s for E and NE directions and very strong SW winds called “sandy storm” (Bisson, 1957) (Fig.2).

This research aims to identify anthropogenic factors, other than those cited in the published literature and their role in the increasing of sand encroachment in this region of the Algerian Sahara. These factors will not be considered alone, but already take into account the Saharan nature of the study area where sand is the extremely important part of the soil. On the methodological level, in addition to the empirical approach based on in situ observation, we used a cartographic study with diachronic analyses to understand the sand encroachment dynamics in the study area. The development of dunes and their evolution according to the factors of erosivity (characteristics of the prevailing winds) and erodibility (availability of mobile sand) was identified using the mapping study from Google Earth. In the Gourara, two types of dunes require special attention; barchans and linear dunes, due to their ability to move around and their fast growth (Fig.3 and Fig.4). Linear dunes and barchans, are two major types of mobile dunes, which can originate from a local source of mobile sand (Gao et al., 2015; Callot and Crépy, 2018). The presence of barchans can also indicate on the presence of a large reserve of mobile sand, located nearby and related to strongly directional wind directional wind (Callot, 2008, 2014; Venard, 2012). The study of these two types of dunes, very present in the region of Gourara, allowed us to understand their mechanism of evolution, which remains necessary for any measure of prevention and protection against sand encroachment, but also for any action of development which is meant to be perennial and resilient.

The anthropogenic factors that have favoured sand encroachment in settled areas have been identified by diachronic analyses realized from Google Earth over a ten-year period (2010-2020). This short period of time, however, has allowed us to get an exact idea of the dynamics of sand encroachment in these areas and to provide information on the evolution of some oases in the face of sand encroachment, which happened during the past century. Among these oases we took as examples of study, those already reported by Jean Bisson (Bisson, 1957) specifically Ajdir Chergui, Ouled Aïssa and Badriane.

On the shelf of Ouled Aïssa, sand encroachment is naturally related to the presence of mobile sand from the southern limits of the Erg, but as well, to the withdrawal of the plant cover that once formed a protection against the sand encroachment. This is due to anthropogenic factors, such as the deforestation operations that occurred during the wars of the 20th century for the production of charcoal, the raw material for the powder, but also to overgrazing that interferes with the regeneration of the vegetation cover. To these two factors must be added the over-consumption of water via motor pumps, and the lowering of the groundwater table, which has contributed to the depletion of a number of some gardens watered by a traditional irrigation system called “foggaras” (Fig.5).In the Erg area, the Erg’s oasis called “beurdas” are subject to sand encroachment mainly due to the closeness of the Erg and accentuated by the lack of skilled labor needed to maintain and rehabilitate the gardens against sand encroachment and crusting of the soil (Fig.6 and Fig.7).

Furthermore, in the Erg’s oasis called “théïras”, sand encroachment is due to the fact that the residential areas are advancing towards the Erg. The multiplication of farming-based gardens in the depressions of the Erg are commanded by the availability of underground water, but in return, this makes them very close to springs of mobile sand and so overexposed to sand encroachment (Fig. 8 and Fig.9). In the shelf of Meguiden, the identified anthropogenic factors are linked to the built environment and this unplanned way of occupying the shelf by new extensions (Fig.10). Because of the roughness they create on the shelf, the new extensions constitute in most cases, potentially overexposed areas to sands deposited by the wind.

In contrast to the new extensions, which often only take into account the availability of land, water and roads, the village of Meguiden located on the shelf of Meguiden, seems to be behaving differently with r the sand encroachment dynamics. The originality of this village lies in its spiral shape, which is supposed to generate eddies and produce a “sand dispersing” effect around the village, making it possible to combat eolian deposits inside the village (Bisson, 1985) (Fig.11). Through this example and referring to (Mestoul, 2017), we underline the interest of studying the sand encroachment dynamics by combining geomorphological data with CFD (computational fluid dynamics) modelling. This multidisciplinary approach would make it possible to take into account the complexity of the sand encroachment phenomenon, during research relating to the reinforcement of the resilience to sand encroachment in housing areas, in particular within the framework of the urban and agricultural development of oases.

This research shows the strength of the effect of anthropization on the dynamics of sand encroachment in the Gourara region, and as a result, on the reconfiguration of the oasis and the prejudice induced against its economic development. The situation in some areas is a source of instability and decadence, due to the shrinking of agricultural land, the burial of houses, the obstruction of roads and foggaras lines, etc. The situation in some sectors is also a source of instability and decadence. The analysis carried out in this research could show that the sand encroachment is less due to a progression of the desert than to that of the progression of the built environment in the desert on the one hand. On the other hand, the lowering of the groundwater table has pushed the populations to cultivate in the depressions (theïras) of the Erg without taking into account the dynamics of sand encroachment.

Lexique

[1] L’Erg est une formation sableuse auquel les géographes ont attribué le toponyme local « Erg ». Puis occidental par opposition à l’Erg oriental situé à l’est de l’Algérie. Constitué d’une succession de chaînes et de dunes d’une morphologie différenciée dont les vents ne cessent de modifier l’aspect, c’est pourquoi les géographes considèrent les formations dunaires de l’Erg Occidental comme des dunes vives (Moussaoui, 2002).

[2] Le sable vif c’est celui qui est mobilisable par le vent.

[3] La hamada est un plateau structural recouvert par un reg.

[4] Les théïras sont des dépressions inter-dunaires situées dans l’Erg et sont recouvertes parfois de reg. Les conditions hydrologiques très favorables dans ces théïras comme à Taghouzi ont permis la prolifération de palmeraies irriguées depuis des puits peu profonds 2-3 mètres (Bisson, 1957). Certaines théïras ont servi de lieux de connexion entre les caravanes qui traversaient le Gourara, le Touat et la Saoura (Moussaoui, 2002 ; Otmane, 2016).

[5] Étymologiquement, « beurda » signifie « au frais » en arabe. Il s’agit d’une fosse creusée dans les fonds de regs ou de théïras ou sur les dunes, permettant ainsi aux palmiers et cultures d’atteindre les nappes superficielles. Vue de ciel, les beurdas s’organisent sous forme de multiples alvéoles circulaires ou rectangulaires.

[6] C’est une forme de manifestation hydrogéologique résultante entre la capillarité et l’évaporation. L’eau présente au sous-sol arrive par capillarité à la surface et s’évapore aussitôt du fait de la chaleur. La sebkha de Gourara est un lac salé qui s’étend sur près de 80 kilomètres de long sur 2 à 15 kilomètres de large. Sur ses bords, on retrouve parfois des jardins irrigués à partir des foggaras situées sur le plateau de Meguiden.

[7] La foggara est un système hydraulique traditionnel composé d’un ensemble de galeries souterraines dotées de puits, servant pour le drainage de l’eau de l’amont vers l’aval pour des besoins agricoles et en AEP.

[8] Une canalisation à ciel ouvert permettant la distribution d'eau dans les oasis.

[9] Harratines (pluriel de Hartani) sont les jardiniers asservis par les propriétaires de terres, ils représentent les métayers de terre connus aussi sous le nom de khammès (en arabe) qui veut dire quintenier. La coutume veut que le propriétaire ne travaille pas la terre, il la loue à un métayer qui prend à sa charge tous les travaux agricoles en échange d'une partie de la récolte.

[10] La dune-afreg est une dune artificielle formée suite à la mise en place d’une barrière de palmes, placée perpendiculairement au vent pour piéger les sédiments transportés par le vent. Afin de permettre à la dune de jouer son rôle de protection, les afregs sont rehaussés au fur et à mesure de l’élévation des accumulations de part et d’autre de l’afreg.

[11] Le ksar (pl. ksars ou ksour), signifie étymologiquement palais. Il désigne l’ensemble de l’habitat traditionnel du système oasien qui est d’un caractère plutôt rural.

[12] Le mode de saltation permet aux grains de sable d’un diamètre de 100 à 500 micromètres (μm) de se mouvoir suivant des bands successifs pour des distances allant de 1 m à des centaines de mètres (Lancaster 1995). À leur retour au sol, les grains peuvent faire soulever, par éjection, d’autres particules et les mettre en mouvements (Callot, 2008).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de localisation.Fig.1. Location map.
Légende A : Echelle continentale ; B : Echelle locale. 1. Plateau de Tademaït ; 2. Plateau de Meguiden ; 3. Plateau d’Ouled Aïssa ; 4. Grand Erg Occidental ; 5. Sebkha de Timimoune ; 6. L’Oued Saoura ; 7. Talus ; 8. Palmeraies et oasis.A: Continental scale. B: Local scale; 1. Shelf of Tademaït; 2. Shelf of Meguiden; 3. Shelf of Ouled Aïssa; 4. Great Western Erg; 5. Sebkha of Timimoune; 6. The Saoura Wadi; 7. Slope; 8. Palm groves and oasis.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 2 : Rose des vents de la station de Timimoune (Bisson 1957).Fig. 2 : Compass Rose of the Timimoune station (Bisson 1957).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 3 : Barkhanes localisées dans le Gourara (Google Earth, 2016).Fig. 3: Barchans dunes located in the Gourara (Google Earth, 2016).
Légende A : Carte de localisation de barkhanes ; B : Près d’Ouled Aïssa (29°28’48.90"N 0°01’48.72"O) ; C : Près de Talmine (29°11’10.14"N ; 0°38’55.50"O) ; D : Près d’Aghlad (29°22’53.99"N ; 0°10’59.71"E).A: Location map of barchans; B: Near Ouled Aïssa (29°28’48.90"N; 0°01’48.72"W); C: Near Talmine (29°11’10.14"N 0°38’55.50"W); D: Near Aghlad (29°22’53.99"N; 0°10’59.71"E).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4 : Silks localisés près de la Sebkha de Timimoune (Google Earth, 2016).Fig. 4: Silks located near the Sebkha of Timimoune (Google Earth, 2016).
Légende A : Carte de localisation de silks ; B : Silks sur le point de traverser une voie mécanique (28°51’42.71"N ; 0°04’03.94"E) ; C : Silks traversant les galeries drainantes de foggara (28°55’17.04"N ; 0°00’50.89"E).A: Location map of linear dunes (Silks); B: Linear dunes (Silks) intersecting roads (28°51’42.71"N; 0°04’03.94"E); C: Linear dunes (Silks) crossing the draining galleries of foggara (28°55’17.04"N; 0°00’50.89"E).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 5 : Jardins abandonnés au sud d’Ouled Aïssa (29°20’36.22"N ; 0°06’39.65"O) (Google Earth, 2010).Fig. 5: Abandoned gardens south of Ouled Aïssa (29°20’36.22"N; 0°06’39.65"W) (Google Earth, 2010).
Légende 1. Jardin abandonné dans la hamada d’Ouled Aïssa ; 2. Dunes nebkas orientées SO-NE1. Abandoned garden in the hamada of Ouled Aïssa; 2. Shadow-dunes oriented SW-NE
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 6 : Oasis à beurdas abandonnée à l’Est d’Ajdir Chergui (29°23’51.01"N ; 0°08’00.87"O) (Google Earth, 2010).Fig. 6: Abandoned oasis of beurdas east of Ajdir (29°23’51.01"N; 0°08’00.87"O) (Google Earth, 2010).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig.7 : Oasis d’Ajdir Chergui (Google Earth, 2020).Fig. 7: Oasis of Ajdir Chergui (Google Earth, 2020).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig.8 : Évolution des barkhanes à Touat Intebou (29°11’32.62"N ; 0°15’31.07"O) (Google Earth, 2010-2019).Fig. 8: Evolution of barchans in Touat Intebou (29°11'32.62"N; 0°15'31.07 "W). Google Earth (2010-2019).
Légende A) Évolution des barkhane, année 2010. B) Évolution des barkhane, année 2019. 1: Jardins agricoles, 2: Dune-afreg.A) Evolution of barchans, year 2010. C) Evolution of barchans, year 2019. 1 : Agricultural gardens, 2 : Dune-afreg.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig.9 : Évolution de l’ensablement à Taghouzi (29°26’13.99"N ; 0°35’08.37"O) (Google Earth).Fig. 9: Sand encroachment development in Taghouzi (29°26'13.99"N; 0°35'08.37"W) (Google Earth).
Légende A : Année 2012 ; B : Année 2019 ; A, B, C : repères.A: Year 2012; C: Year 2019; A, B, C: markers.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 10 : Évolution de l’ensablement à Badriane (Google Earth, 2010-2020).Fig. 10: Evolution of sand encroachment in Badriane (Google Earth, 2010-2020).
Légende A : Badriane (2010) ; B : Badriane (2020) ; C : Déformations au niveau de la pente sous le vent de la dune-afreg (2012) ; D : Déformations au niveau de la crête de la dune.A: Badriane (2010); B: Badriane (2020); C: Deformations at the leeward slope of the dune-afreg (2012); D: Deformations at the ridge of the dune.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 11 : Village de Meguiden (Google Earth, 2014).Fig. 11: Village of Meguiden (Google Earth, 2014).
Légende A : Vue globale du village de Meguiden ; B : rue intérieure ; C : centre du village ; D : rue intérieure (2012).A: Global view of the village of Meguiden; B: Inner street; C: Village center; D: Inner street (2012).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15346/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Djamel Mestoul, « Dynamique d’ensablement dans le Gourara au sud de l’Algérie : origines, facteurs d’aggravation anthropiques et perspectives. », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 27 - n° 1 | 2021, 53-67.

Référence électronique

Djamel Mestoul, « Dynamique d’ensablement dans le Gourara au sud de l’Algérie : origines, facteurs d’aggravation anthropiques et perspectives. », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 27 - n° 1 | 2021, mis en ligne le 02 avril 2021, consulté le 11 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/15346 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.15346

Haut de page

Auteur

Djamel Mestoul

Laboratoire Architecture et Environnement (LAE), Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger (EPAU), route de Beaulieu, El-Harrach, BP 177, 16200 Alger, Algérie

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search