Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 27 - n° 1De la carte géomorphologique à la...

De la carte géomorphologique à la carte géotouristique : Proposition et application d’une méthode de représentation cartographique par SIG

From geomorphological maps to geotourism maps: proposal and application of a mapping method using GIS
Aziza Ghram Messedi, Tarek Ben Fraj, Hédi Ben Ouezdou, Mélanie Clivaz, Camille Comisso, Christophe Lambiel et Emmanuel Reynard
p. 69-87

Résumés

On observe aujourd’hui une tendance à rapprocher les sciences de la Terre en général, comme la géomorphologie, des non spécialistes. Le géotourisme est l’un des moyens permettant d’informer sur la géomorphologie, souvent peu connue du grand public et des scientifiques d’autres disciplines. En vue de promouvoir et de valoriser la géomorphologie, il est possible de concevoir et de produire des cartes géotouristiques à partir de la cartographie géomorphologique. Les systèmes d’information géographique (SIG) constituent un outil efficace pour l’archivage, l’analyse et la diffusion de données spatiales ; à travers leur système de gestion de base de données (SGBD), ils facilitent aussi le passage de la carte géomorphologique relativement complexe à la carte géotouristique, beaucoup plus simple. Les travaux scientifiques dans le domaine de la cartographie géotouristique se limitent souvent à présenter des exemples de réalisations cartographiques sans détailler l’approche méthodologique choisie ni évaluer ces produits relativement à leur conception cartographique. Ce travail propose une méthode pour la conception et la représentation de cartes géotouristiques, basée sur des supports d’information géomorphologique. Elle découle d’une réflexion menée sur les critères de choix de données à représenter et de symbolisation à uniformiser, en s’appuyant sur des retours d’expérience cartographique et en intégrant des concepts et outils tirés du domaine des technologies de l’information géographique. L’article propose des lignes directrices pouvant servir de base pour les recherches en géotourisme. Il a pour objectifs principaux d’améliorer les produits cartographiques et d’uniformiser les systèmes de légende de cartographie géotouristique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Manuscrit reçu le 05 juin 2020, reçu sous forme révisée le 11 décembre 2020, définitivement accepté le 12 janvier 2021

Texte intégral

Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’une collaboration de recherche entre l’Université de Tunis et l’Université de Lausanne (UNIL). Elle a bénéficié du soutien financier de l’Institut de géographie et durabilité de l’UNIL, du Laboratoire CGMED de la FSHS de Tunis, ainsi que de la Fondation Agassiz de l’Université de Lausanne pour les frais de terrain. Une grosse partie de l’élaboration méthodologique a été faite lors d’un séjour scientifique d’Aziza Ghram Messedi à l’Université de Lausanne, du 1er au 30 juin 2019, soutenu par le Service des relations internationales de l’UNIL et l’Institut de géographie et durabilité de l’UNIL. Nous remercions Armelle Decaulne pour le suivi éditorial de l’article, ainsi que les deux réviseurs, Claire Portal et Dominique Sellier, pour leurs judicieux commentaires qui ont permis d’améliorer la qualité de l’article et de préciser certains points obscurs.

1. Introduction

1Dans un contexte international où le tourisme tente de se rapprocher de la nature (Macouin et Pierre, 2003 ; Massé et al., 2011), les paysages géomorphologiques constituent un patrimoine naturel présentant un riche potentiel de promotion touristique (Reynard, 2005). Ces paysages géomorphologiques qui se définissent comme des portions du relief terrestre vues, perçues et parfois exploitées par l’Homme (Reynard, 2004 ; 2005), peuvent être considérés comme une ressource environnementale (Kebir, 2010) présentant diverses valeurs : scientifique, paysagère, esthétique, socio-économique, culturelle, etc. (Panizza et Piacente, 1993 ; Reynard, 2005, 2009). Le secteur touristique peut mobiliser certaines de ces valeurs – notamment la composante esthétique de certains sites (Sellier, 2020 ; Reynard, 2021), mais également leur intérêt scientifique comme témoins de l’histoire de la Terre (Pralong et Reynard, 2005) – afin de développer une offre géotouristique spécifique (Dowling et Newsome, 2006 ; Martin et al., 2010 ; Newsome et Dowling, 2010 ; Hose, 2012). Cet article s’inscrit dans le contexte de la recherche sur les géopatrimoines. Nous renonçons à définir tous les termes largement utilisés et connus ; pour les aspects terminologiques nous renvoyons les lecteurs notamment aux travaux de Reynard (2009), Reynard et Coratza (2013) ou Coratza et Hoblea (2018). Lorsque nous considérons en général des sites géologiques à valeur patrimoniale (comprenant les sites géomorphologiques), nous utilisons le terme « géosites ». Lorsque nous parlons des formes du relief à valeur patrimoniale, c’est le terme « géomorphosites » qui est privilégié. Pour traiter des sites géologiques (structuraux, minéralogiques, paléontologiques, etc., mais sans les formes du relief) à valeur patrimoniale, nous utilisons le terme « sites géologiques ».

2La cartographie géomorphologique joue un rôle important dans l’identification et l’explication de ces paysages (Smith et al., 2011). En effet, en plus d’être un document scientifique, la carte géomorphologique est considérée comme un outil fondamental pour la gestion territoriale et la divulgation des savoirs associés au patrimoine naturel (González Amuchastegui et al., 2018). Toutefois, la complexité d’un tel document rend sa lecture et son utilisation par les non spécialistes très difficiles (Carton et al., 2005). Tout produit géotouristique s’adresse à des publics variés, non spécialistes des sciences de la Terre (Pralong, 2006 ; Martin et al., 2010 ; Martin 2013 ; Ambert et Cayla, 2020) ; il peut s’agir autant d’enfants que de familles, de séniors ou de personnes en situation de handicap. Chacun de ces différents publics a des besoins particuliers auxquels le produit géotouristique devrait s’adapter. Dans le cadre de cet article, nous ne faisons pas de distinction entre types de non spécialistes. Dans ce cadre, nous cherchons à développer une cartographie géotouristique fondée sur une simplification des données géomorphologiques. L’établissement d’une carte géotouristique peut viser des objectifs divers (Bissig, 2008), allant de simples cartes de localisation des attraits géologiques et géomorphologiques à des cartes visant à développer une prise de conscience de la richesse des paysages géomorphologiques et de l’évolution au cours du temps de ces paysages, ce que Regolini (2012) appelle des cartes géodidactiques.

3Dans cet article, nous proposons une méthodologie de construction d’une carte géotouristique à base géomorphologique. Après avoir défini la notion de géotourisme et fait un bref rappel historique du développement de la cartographie géotouristique, nous présentons la méthodologie adoptée sous la forme d’un « guide » pratique qui détaille la démarche. Notre approche s’appuie sur l’utilisation d’un système d’information géographique qui a facilité la conception et la structuration de la base de données géotouristique.

2. Le géotourisme et la cartographie géotouristique

2.1. Le géotourisme, à l’interface entre tourisme de nature et tourisme culturel

4Le géotourisme est une forme spécifique de tourisme, située à l’interface entre le tourisme de nature et le tourisme culturel (Pralong, 2006), qui vise à faire découvrir les spécificités géologiques et géomorphologiques d’une région (Hose, 2000, 2012 ; Newsome et Dowling, 2010) et qui peut être pratiquée de manière individuelle ou en groupe. Si l’on se réfère à la distinction entre offre touristique primaire et dérivée (Barras, 1987 ; Clivaz, 2000), les caractéristiques géologiques et géomorphologiques d’un lieu constituent l’offre primaire du géotourisme alors que les produits de médiation indirecte (panneaux, brochures simplifiées, applications digitales, etc.) ou directe (visites et randonnées guidées) en constituent l’offre dérivée. La carte géotouristique figure parmi les instruments de médiation indirecte du géotourisme (Martin, 2013).

5S’il est vrai que le géotourisme a vécu une expansion importante depuis deux décennies, il ne s’agit pas d’une activité nouvelle et on peut faire remonter en Europe les premières formes de géotourisme au Moyen Age (ascension du Mont Ventoux par Pétrarque en 1336) et surtout au XVIIIe siècle, dans le contexte du Grand Tour à travers l’Europe réalisé par les élites de l’époque (Hose, 2016a, 2016b). Tombée petit à petit dans l’oubli au cours du XXe siècle, la découverte géotouristique des régions a été remise au goût du jour à partir du milieu des années 1990, en grande partie sous l’impulsion des milieux scientifiques qui cherchaient à vulgariser auprès d’un public large les fruits de leurs recherches et d’organismes promouvant le tourisme de nature, tels que le National Geographic. Il en a résulté une double orientation du géotourisme (Hose, 2000, 2012, 2016a, 2016b ; Dowling et Newsome, 2006 ; Megerle, 2008 ; Newsome et Dowling, 2010, 2018 ; Hose et Vasiljević, 2012), certains considérant qu’il s’agit essentiellement d’un tourisme de découverte géologique d’une région, d’autres s’inscrivant dans la tradition du tourisme d’exploration, visant plutôt à favoriser une découverte des caractéristiques géographiques spécifiques d’une région (Stueve et al., 2002). La Déclaration d’Arouca (2011) a tenté de concilier les deux approches même si pour le moment le débat n’est pas clos. Sans entrer dans le débat, signalons que la production d’une carte géotouristique à base géomorphologique, telle que décrite dans cet article, s’inscrit dans le contexte d’un géotourisme de découverte géomorphologique des lieux.

2.2. La place de la géomorphologie dans le géotourisme

6Le géotourisme est avant tout une forme de tourisme de découverte. Plus qu’une activité didactique au sens strict du terme – c’est-à-dire une activité d’apprentissage –, il s’agit en premier lieu d’une activité de loisirs. Au-delà de la démarche pédagogique, on vise donc à capter l’attention du touriste qui est dans un contexte de vacances. Le paysage géomorphologique, surtout s’il a une forte composante esthétique, constitue ce moyen de capter l’attention du public : c’est par la compréhension du paysage et de ses composantes géomorphologiques que le touriste entre dans le domaine complexe de l’histoire géodynamique de la Terre (Reynard et Coratza, 2013 ; Coratza et Hobléa, 2018). Le relief est en effet la partie visible de la géodynamique terrestre. La géomorphologie constitue de ce fait un puissant support pour développer des activités d’éducation environnementale (Reynard et Coratza, 2016), auxquels certains produits géotouristiques, tels que les cartes, appartiennent.

72.3 La cartographie géotouristique

8La carte géotouristique a pour objectif de représenter, sur un support cartographique, digital ou physique, des informations géo(morpho)logiques et des informations touristiques (Regolini-Bissig, 2010). Ces cartes peuvent s’adresser autant aux gestionnaires – par ex. des cartes des risques géomorphologiques le long des chemins de randonnée (Brandolini et al., 2006 ; Piccazzo et al., 2007 ; Smith et al., 2009 ; Faccini et al., 2012), des cartes de la géodiversité appliquées au géotourisme (Zwoliński et Stachowiak, 2012) ou des cartes des sites géomorphologiques (Reynard et al., 2016 ; González-Amuchastegui et Serrano, 2018) – qu’aux utilisateurs touristiques eux-mêmes (Carton et al., 2005 ; Castaldini, 2008 ; Coratza et Regolini-Bissig, 2009). Toutes les cartes s’adressant aux utilisateurs touristiques visent un double objectif : expliquer à un public de non spécialistes l’origine et l’évolution des paysages et faire découvrir les géopatrimoines de la région visitée (Serrano et González-Trueba, 2011). Bissig (2008), se basant sur l’analyse détaillée de 51 cartes différentes, a proposé une typologie en cinq catégories : (i) les cartes indicatives (index maps) sont des cartes à petite échelle représentant, de manière très simplifiée, la position des géosites à visiter ; (ii) les cartes touristiques représentent à petite échelle les géosites et quelques informations touristiques de base (parkings, points de restauration, etc.) ; (iii) et (iv) les cartes géoscientifiques pour amateurs de sciences naturelles représentent à petite (type 3) et grande échelle (type 4) des informations géologiques et touristiques ; (v) les cartes interprétatives ou géodidactiques sont des cartes à grande échelle proposant non seulement la localisation d’éléments géologiques mais également des explications sur la morphogenèse ou la géodynamique, en plus des informations de type touristique. La carte géotouristique à base géomorphologique présentée dans cet article appartient à cette dernière catégorie.

9Plusieurs chercheurs ont proposé des développements méthodologiques en vue de réaliser des cartes géotouristiques. Carton et al. (2005) comparent les cartes digitales et papier et insistent sur l’importance de l’échelle dans la représentation des informations géomorphologiques. D’autres travaux proposent une méthodologie pour la réalisation de cartes géoenvironnementales (Castaldini et al., 2005a, 2005b ; Castaldini, 2008 ; Martinez-Graña et al., 2011), dans lesquelles les informations géomorphologiques côtoient des informations sur d’autres éléments de la nature (faune, flore), ou des cartes géoculturelles (Biscione et al., 2018) qui intègrent les informations géologiques et culturelles. Coratza et Regolini-Bissig (2009) et Regolini (2012) proposent une liste de critères (usager, objectif, thème, niveau, échelle, base cartographique, forme numérique ou non, taille, coûts, etc.) à prendre en compte dans l’élaboration d’une carte géotouristique. La plupart des propositions méthodologiques se basent sur l’utilisation de systèmes d’information géographique (Carton et al., 2005 ; Biscione et al., 2018 ; Pál et Albert, 2019).

10Plusieurs cartes géotouristiques ont été élaborées à partir d’une simplification de la carte géomorphologique (par ex. Serrano et González-Trueba, 2011 ; Bouzekraoui et al., 2018 ; González-Amuchastegui et Serrano, 2018). La proposition faite ici s’inscrit dans ce courant.

3. La carte géotouristique à base géomorphologique : étapes de conception

3.1. Définition de la carte géotouristique à base géomorphologique

11Avant d’entamer le processus de conception cartographique, une réflexion de base est nécessaire, portant notamment sur les questions suivantes (Coratza et Regolini-Bissig, 2009) : Quel est l’objet de la construction cartographique ? Pourquoi et pour qui cartographier ? Quelles sont les données et les outils appropriés pour réaliser la carte ?

12La carte géotouristique sert avant tout d’outil de lecture et de compréhension du paysage (González-Amuchastegui et Serrano, 2018). Le but est donc de simplifier les paysages géomorphologiques, avec deux objectifs principaux :

13- la vulgarisation des données géomorphologiques souvent peu connues du grand public et des scientifiques d’autres disciplines : cette vulgarisation de la géomorphologie a pour objectif de diffuser des informations sur les reliefs et sur leurs origines (Sellier, 2009) ;

14- la sensibilisation du public à la valeur du patrimoine géomorphologique (Martin, 2013) : il s’agit de mettre en évidence quels sont les éléments du paysage géomorphologique qui ont une haute valeur patrimoniale, autrement dit de localiser les géomorphosites.

15La carte proposée appartient à la catégorie des cartes géodidactiques de Bissig (2008). Elle a pour but non seulement de guider mais également d’éduquer en articulant des données sur les principaux paysages géomorphologiques et des informations touristiques. La description des paysages géomorphologiques repose sur une intégration d’informations facilement lisibles, renseignant sur la richesse du patrimoine naturel et culturel. Les données touristiques servent à promouvoir les destinations touristiques ; elles comprennent des informations sur les infrastructures (routières, équipements, etc.), les services touristiques et les possibilités d’activités (sportives et culturelles).

3.2. La question de l’échelle

16L’échelle est un point extrêmement important dans la cartographie géotouristique (Carton et al., 2005 ; Coratza et Regolini-Bissig, 2009). Un certain nombre de signes doivent être portés dans l’espace limité d’une carte, en utilisant des symboles capables de représenter adéquatement la partie du territoire représentée à une échelle particulière (Bertin, 1967). Ce choix est basé sur l’étendue de la région et sur le niveau de détail du paysage géomorphologique. Étant donné que la carte géotouristique est basée en grande partie sur la simplification d’une légende géomorphologique, une cartographie à des échelles comprises entre 1/2 000e et 1/50 000e est la mieux adaptée pour obtenir une carte de l’ensemble des paysages géomorphologiques et des principales composantes touristiques d’une région. Plus l’extension de la carte est grande, plus les grands ensembles morphologiques devront être nettement dégagés (Joly, 1962).

3.3 Le choix des données

3.3.1 La spécification des besoins en données

17La conception de la carte géotouristique s’appuie sur la carte géomorphologique de base réalisée par l’auteur lui-même ou sur des cartes déjà réalisées dans des recherches antérieures. Cette conception même de la carte impose une sélection des données et un choix de représentation : en effet, par sa nature même, toute carte impose une démarche sélective (Rossi 2011). Les besoins spécifiques en information dépendent étroitement du contenu de la carte finale. La phase d’expression des besoins est importante dans la mesure où elle permet la sélection des données et leur recherche, leurs sources, leurs types d’implantations. La liste des besoins en données doit être la plus exhaustive possible afin de répondre à l’objectif initial : la production d’une carte géotouristique à base géomorphologique pour un public non spécialiste (fig. 1). Les données doivent répondre aux différentes requêtes qu’on pourrait exécuter, relatives aux grands éléments du paysage, à la localisation des géosites, à l’accessibilité, aux différents types d’équipements touristiques, etc. Pour cela, il est nécessaire de réaliser un inventaire exhaustif des classes d’entités rentrant dans la gestion des données géotouristiques. Ces classes représentent des objets tels un réseau hydrographique, une unité topographique, une unité géomorphologique, des infrastructures touristiques, etc. Les relations entre les entités sont également répertoriées selon des règles et procédures spécifiques. Ces données sont regroupées en trois grandes catégories : (i) le fond de carte ; (ii) les données géomorphologiques ; et (iii) celles liées aux informations touristiques (fig. 2). Cette démarche de structuration des données permet de mettre en place des outils d’homogénéisation des données et de réaliser un dictionnaire descriptif des différentes entités (Ghram Messedi, 2018).

Fig. 1 – Démarche générale pour le choix des données.
Fig. 1 – General approach to data selection.

Fig. 1 – Démarche générale pour le choix des données.Fig. 1 – General approach to data selection.

Fig. 2 – Les données et les méthodes de sélection pour une cartographie géotouristique à base géomorphologique.
Fig. 2 – Data and selection methods for geomorphologically based geotourism mapping.

Fig. 2 – Les données et les méthodes de sélection pour une cartographie géotouristique à base géomorphologique.Fig. 2 – Data and selection methods for geomorphologically based geotourism mapping.

3.3.2 Les données de fond de carte

18Les données de fond de carte dépendent d’une série de questions (tab. 1) concernant, entre autres, la localisation, les caractéristiques topographiques du terrain et les principaux traits de l’hydrographie.

Tabl. 1 – Requêtes pour la sélection des données de fond de carte.
Tab. 1 – Queries for basemap data selection.

Tabl. 1 – Requêtes pour la sélection des données de fond de carte.Tab. 1 – Queries for basemap data selection.

19Le choix du fond de carte dépend de l’échelle, de l’étendue de la zone, de l’intérêt et de la diversité du paysage géomorphologique à représenter. Plus ce paysage est complexe et riche en éléments géomorphologiques, plus son impact visuel est important et fera concurrence aux autres informations (Regolini, 2012). C’est pour cette raison que les cartographes conseillent habituellement d’utiliser les fonds de carte les moins encombrants possibles, mais qui permettent tout de même de remplir les fonctions de repérage de la carte (Patterson, 2000 ; Denègre, 2005). Ces cartes permettent ainsi de représenter le relief qui joue lui-même le rôle de repère pour la lecture du paysage. Les utilisateurs non spécialistes ont une préférence pour les fonds de carte sous forme de photographies aériennes en raison de leur ressemblance avec le paysage réel (Regolini, 2012) ; d’autres apprécient également les cartes topographiques pour leur caractère précis et détaillé. Dans les deux cas, toutefois, la grande quantité d’informations sur le fond de carte limite l’ajout d’autres informations. C’est pourquoi, nous avons opté pour deux possibilités en fonction des spécificités de la zone à cartographier (notamment le degré de complexité du paysage) :

20- soit un fond sous forme de modèle numérique de terrain (MNT) ombré ou shaded relief;

21- soit un fond avec données topographiques et hydrographiques simples (courbes de niveau, lacs et rivières, quelques points cotés, etc.) ou un fond topographique en noir et blanc.

3.3.3. Les données géomorphologiques

22La carte géomorphologique a généralement un caractère exhaustif (Guérémy et Marre, 1996 ; Serrano et González-Trueba, 2011). Elle cherche d’abord à rendre compte de l’origine des formes du terrain dans toute leur complexité, géologique, climatique et dynamique (Guérémy et Marre, 1996). Les légendes géomorphologiques utilisent couramment des symboles complexes, parfois des pictogrammes, pour représenter les caractéristiques du relief, des matériaux de surface et des processus (Smith et al., 2011). La complexité de la légende de la carte géomorphologique rend ainsi sa lecture et son utilisation par les non spécialistes très difficiles.

23Nous avons opté pour une simplification selon les besoins des lecteurs non spécialisés, en partant de la légende de l’Université de Lausanne (UNIL) (Schoeneich, 1993 ; Schoeneich et al., 1998 ; Lambiel et al., 2016) comme support de base pour la sélection des données. Il s’agit d’un système de légende de cartographie géomorphologique assez simple, adapté aux zones de montagne (Pellitero Ondicol, 2009). La légende de l’UNIL a un caractère à la fois morphogénétique et morphodynamique ; elle représente les formes du relief, mais pas la lithologie. Ce choix a été guidé par le constat que ces informations existent déjà sur les cartes géologiques. Cette légende est disponible dans une version pour logiciel de dessin (Schoeneich et al., 1998) et dans une version pour SIG (Lambiel et al., 2016), avec une version ArcGIS et une version open source QGIS. Les figurés issus de la légende de l’UNIL ont été complétés, lorsque cela était nécessaire, par des figurés issus de la légende géomorphologique tunisienne (Ben Fraj et al., à paraître). Cette légende est actuellement développée par le Laboratoire CGMED de l’Université de Tunis en s’inspirant largement du système de cartographie géomorphologique français (Tricart, 1965 ; CNRS, 1970 ; Joly, 1997).

24Le choix des données géomorphologiques dépend d’une série de questions concernant essentiellement l’identification, l’intérêt et la visibilité des objets géomorphologiques (tab. 2). En effet, la valeur du paysage géomorphologique peut être évaluée, selon Morard (2011), sur la base de trois critères : qualité, visibilité et diversité des formes.

Tab. 2 – Requêtes pour la sélection des données géomorphologiques.
Tab. 2 – Queries for the selection of geomorphological data.

Tab. 2 – Requêtes pour la sélection des données géomorphologiques.Tab. 2 – Queries for the selection of geomorphological data.

25La méthode de simplification repose sur le fait de ne garder que les formes du paysage qui sont facilement reconnaissables par un utilisateur non spécialiste. La simplification repose sur des critères de sélection en nombre et en qualité de données géomorphologiques en tenant compte de leur représentativité, de leur complémentarité et de leur rareté. Nous procédons par simplification systématique, par élimination de formes et/ou par agrégation (ou fusion) d’autres.

26Le choix des données géomorphologiques et leur sélection relèvent en priorité de critères scientifiques. L’individualisation de ces données s’effectue ainsi en fonction de leur représentativité morphostructurale, de leurs relations morphologiques et de leur intérêt paléo-morphologique (héritage géomorphologique), le tout en tenant compte de l’emboîtement des formes du relief en fonction de leurs dimensions et de leur signification morphologique (Sellier, 2010). D’autres critères sont touristiques, liés à la lisibilité et l’appréciation des paysages morphologiques de la part des non spécialistes. Cette appréciation dépend des qualités esthétiques et paysagères du modelé en tant que « monuments naturels » (Portal, 2013 ; Reynard, 2021). En effet, certains reliefs participent à la beauté des paysages naturels et culturels et leur valeur est liée à leur esthétique (Reynard, 2005).

27Deux niveaux de simplification ont été appliqués :

28- au niveau des grands systèmes morphogénétiques : dans ce travail, nous avons pris en compte la plupart des systèmes. L’élimination a concerné l’action nivale ; en effet, les formes issues de ces processus sont très peu visibles dans le paysage ;

29- au niveau de chaque système, en tenant compte de la représentativité des formes en fonction de leurs relations avec l’ensemble du système morphologique et leur dimension.

30Comme la carte géotouristique doit se suffire à elle-même, nous avons intégré des éléments qui ne figurent pas dans la légende de l’UNIL comme la lithologie qui constitue un élément essentiel du modelé différentiel (Joly, 1962). Ainsi, la lithologie a été simplifiée en sept grandes catégories (calcaires/dolomies ; granite ; gneiss ; argiles/marnes/schistes ; grès ; brèches/conglomérats ; volcanique). Certains éléments tectoniques (pendages, couches horizontales, axes anticlinaux et synclinaux, failles) jouant incontestablement un rôle dans la structuration du paysage géomorphologique, ont aussi été pris en compte.

3.3.4 Les données touristiques

31Le choix des données touristiques doit répondre à différentes questions (tab. 3) qui concernent les sites patrimoniaux, les équipements géotouristiques, les conditions d’accès, d’hébergement et de transport, les possibilités d’activités culturelles et sportives, etc. Ces questions peuvent intéresser le grand public et les scientifiques d’autres disciplines.

Tab. 3 – Requêtes pour la sélection des données touristiques.
Tab. 3 – Queries for the selection of tourist data.

Tab. 3 – Requêtes pour la sélection des données touristiques.Tab. 3 – Queries for the selection of tourist data.

32Ces différents besoins répondent aux deux classes d’offre touristique proposées par Barras (1987) et Clivaz (2000) :

33- l’offre originelle, qui comprend tous les facteurs qui n’ont aucun rapport direct avec le tourisme, mais qui deviennent des objets touristiques du fait de leur force d’attraction. Les composantes de cette offre peuvent être naturelles (les géosites, les vues panoramiques) ou culturelles (le patrimoine culturel : aménagements anthropiques ancestraux, habitats anciens, etc.).

34- l’offre dérivée, qui se compose de toutes les installations et prestations mises sur pied dans le but spécifique de satisfaire la demande touristique. Cette offre peut être spécifique ou générale. L’offre dérivée spécifique concerne essentiellement les aires de protection et les équipements de valorisation du patrimoine : les sites naturels (parcs, réserves, etc.), les sites culturels (musées, lieux de culte, ateliers traditionnels et artisanaux) et les équipements touristiques (panneaux, itinéraires). L’offre dérivée générale englobe des équipements touristiques liés aux services d’hébergement, de restauration, de transport et d’infrastructure routière, ainsi que des équipements vitaux comme des services de santé et de sécurité.

3.4. Structure du dictionnaire de données de la carte géotouristique

35L’ensemble des besoins en données a été structuré dans un dictionnaire référentiel (tab. 4) élaboré dans le cadre de cette recherche et dont nous présentons un extrait (tab. 5). Ce référentiel s’articule autour de vingt-cinq grands thèmes. Il s’agit de jeux de classes d’entités (dataset), subdivisés à leur tour en classes d’entités (future class) qui englobent un certain nombre d’attributs.

Tab. 4 – Besoins en données pour la légende de la carte géotouristique à base géomorphologique.
Tab. 4 – Data requirements for the geomorphologically based geotourism map legend.

Tab. 4 – Besoins en données pour la légende de la carte géotouristique à base géomorphologique.Tab. 4 – Data requirements for the geomorphologically based geotourism map legend.

36Les données ont été structurées et organisées selon leur description sémantique (nom et type du thème) en tenant compte de leur implantation géométrique (ligne, point, polygone). La structuration de la base s’est fondée sur un système de codage hiérarchique qui peux accroître la cohérence et la clarté des identifications numériques (Nations Unies, 2004). Selon cette approche, nous avons attribué le niveau de codage supérieur aux jeux de classe d’entités (dataset) (tab. 5).

Tab. 5 – Extrait du dictionnaire de données de la base de données géotouristiques.
Tab. 5 – Excerpt from the data dictionary of the geotourism database.

Tab. 5 – Extrait du dictionnaire de données de la base de données géotouristiques.Tab. 5 – Excerpt from the data dictionary of the geotourism database.

3.5. Mise en place d’un système d’information géotouristique

37Le recueil des données géotouristiques et leur structuration dans un dictionnaire référentiel ont abouti à la formalisation d’un modèle d’information et de transaction pour le SIG (fig. 3) sous la forme d’une base de données descriptives dans un système de gestion de base de données (SGBD). Un modèle conceptuel de base de données géotouristiques a été mis en place à l’aide du logiciel Enterprise Architect® (https://sparxsystems.com/​). Ce modèle conceptuel utilise le formalisme Unified Modeling Language (UML) adapté aux spécifications de la géodatabase d’ArcGIS. L’utilisation d’Enterprise Architect® s’ouvre au domaine des SIG au travers de son intégration d’après un Modèle Dirigé Génération (MDG) avec ESRI. Afin de faciliter les échanges avec les outils ArcGIS, le MDG Sparx Systems intègre une fonction d’import/export Workspace XML. Dans ArcGIS, la conception de géodatabase s’appuie sur un langage visuel de modélisation.

Fig. 3 – Création de la géodatabase de la légende géotouristique.
Fig. 3 – Creation of the geodatabase for the geotourism legend.

Fig. 3 – Création de la géodatabase de la légende géotouristique.Fig. 3 – Creation of the geodatabase for the geotourism legend.

38Le modèle conceptuel global étant trop grand, il a été subdivisé par thèmes ; il est présenté sous forme de diagrammes UML (fig. 4). Ce modèle peut être adapté selon les spécificités des secteurs à cartographier et des échelles de perception.

Fig. 4 – Modèle conceptuel de données géotouristiques : le cas des données de fond de carte.
Fig. 4 – Conceptual model of geotourism data: the case of basemap data.

Fig. 4 – Modèle conceptuel de données géotouristiques : le cas des données de fond de carte.Fig. 4 – Conceptual model of geotourism data: the case of basemap data.

39Une fois la géodatabase créée, chaque jeu de classe thématique a été subdivisé en un ensemble de sous-classes vectorielles. Ces sous-classes sont décrites par un ensemble d’attributs qui font l’objet d’une symbolisation qui consiste à choisir la représentation définie au préalable pour chaque entité géographique (objet). Chaque classe d’entité symbolisée est convertie en une couche de représentation cartographique. Ces représentations de classes d’entités offrent une plus grande souplesse et un contrôle de la symbologie de la carte en stockant des symboles complexes et basés sur des règles bien définies dans la géodatabase.

4. La légende géotouristique UNIL-CGMED

40La légende est subdivisée en trois compartiments : (i) les données liées au fond de carte (fig. 5) ; (ii) les données géomorphologiques (fig. 6-16) ; (iii) les données d’ordre touristique (fig. 17).

4.1. La charte de couleurs

41Une couleur conventionnelle basée sur le système de la légende géomorphologique de l’UNIL (Schoeneich et al., 1998 ; Lambiel et al., 2016) a été affectée à chaque système morphodynamique ou agent morphogénique (tab. 6). Les variations d’intensité dans la teinte des couleurs permettent de visualiser l’âge des modelés et des dépôts (Tricart, 1965 ; CNRS, 1970 ; Joly, 1997). Des nuances ont été utilisées pour subdiviser le Quaternaire (plus l’intensité est foncée plus la formation est récente). Des précisions typographiques sont également possibles (lettres, chiffres). Pour ce qui concerne les autres catégories (sites, protection et valorisation, etc.), deux variables visuelles ont été utilisées : la couleur et la forme. Les couleurs ont été choisies de manière à ne pas interférer avec les couleurs à caractère morphogénétique ; ces informations sont généralement représentées en noir, gris, bordeaux ou bleu (fig. 17).

Tab. 6 – Charte de couleurs de la carte géotouristique.
Tab. 6 – Geotourism map colour chart.

Tab. 6 – Charte de couleurs de la carte géotouristique.Tab. 6 – Geotourism map colour chart.

4.2 Proposition d’un modèle de légende

42Le choix des symboles est inspiré de diverses cartes existantes, géomorphologiques (Lambiel et al., 2015, 2016 ; Maret et Reynard, 2015) et géotouristiques (Martin et Reynard, 2009 ; Martin, 2013). Des signes simples et suggestifs servent à représenter les formes et les dépôts ; ils sont, dans la mesure du possible, dessinés à l’échelle de la forme. Dans le cas contraire, ils sont regroupés par zone. Les éléments géomorphologiques constitutifs de cette légende obéissent aux différents degrés de simplification proposés dans ce travail et peuvent être modifiés par la suite. Les données touristiques ont, dans la mesure du possible, été représentées par des symboles simples et non encombrants. Nous utilisons essentiellement des implantations ponctuelles et rarement des lignes.

Fig. 5 – Symboles des données de fond de carte et de l’hydrographie.
Fig. 5 – Basemap and hydrography symbols.

Fig. 5 – Symboles des données de fond de carte et de l’hydrographie.Fig. 5 – Basemap and hydrography symbols.

Fig. 6 – Symboles des données lithologiques.
Fig. 6 – Symbols for the lithology.

Fig. 6 – Symboles des données lithologiques.Fig. 6 – Symbols for the lithology.

CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Fig. 7 – Symboles des données tectoniques.
Fig. 7 – Symbols for the tectonic data.

Fig. 7 – Symboles des données tectoniques.Fig. 7 – Symbols for the tectonic data.

CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Fig. 8 – Symboles des formes structurales.
Fig. 8 – Symbols for structural landforms.

Fig. 8 – Symboles des formes structurales.Fig. 8 – Symbols for structural landforms.

CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Fig. 9 – Symboles des formes gravitaires.
Fig. 9 – Symbols for gravity landforms.

Fig. 9 – Symboles des formes gravitaires.Fig. 9 – Symbols for gravity landforms.

UNIL = Université de Lausanne

Fig. 10 – Symboles des formes fluviatiles.
Fig. 10 – Symbols for fluvial landforms.

Fig. 10 – Symboles des formes fluviatiles.Fig. 10 – Symbols for fluvial landforms.

UNIL = Université de Lausanne ; CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Fig. 11 – Symboles des formes glaciaires.
Fig. 11 – Symbols for glacial landforms.

Fig. 11 – Symboles des formes glaciaires.Fig. 11 – Symbols for glacial landforms.

UNIL = Université de Lausanne

Fig. 12 – Symboles des formes périglaciaires.
Fig. 12 – Symbols for periglacial landforms.

Fig. 12 – Symboles des formes périglaciaires.Fig. 12 – Symbols for periglacial landforms.

UNIL = Université de Lausanne

Fig. 13 – Symboles des formes karstiques.
Fig. 13 – Symbols for karstic landforms.

Fig. 13 – Symboles des formes karstiques.Fig. 13 – Symbols for karstic landforms.

UNIL = Université de Lausanne

Fig. 14 – Symboles des formes éoliennes.
Fig. 14 – Symbols for aeolian landforms.

Fig. 14 – Symboles des formes éoliennes.Fig. 14 – Symbols for aeolian landforms.

UNIL = Université de Lausanne ; CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Fig. 15 – Symboles des formes littorales et lacustres.
Fig. 15 – Symbols for coastal and lacustrine landforms.

Fig. 15 – Symboles des formes littorales et lacustres.Fig. 15 – Symbols for coastal and lacustrine landforms.

UNIL = Université de Lausanne ; CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Fig. 16 – Symboles des formes anthropiques.
Fig. 16 – Symbols for anthropic landforms.

Fig. 16 – Symboles des formes anthropiques.Fig. 16 – Symbols for anthropic landforms.

UNIL = Université de Lausanne

Fig. 17 – Symboles des données touristiques.
Fig. 17 – Symbols for tourist data.

Fig. 17 – Symboles des données touristiques.Fig. 17 – Symbols for tourist data.

4.3. Réalisation de la carte

43Tous les figurés ont été développés en vue d’une utilisation dans un environnement SIG, soit ArcGIS, soit QGIS. Les cartes peuvent être produites soit sous forme digitale, soit sous forme papier. Le format digital a l’avantage de permettre des mises à jour rapides, notamment en cas d’événements extrêmes ou de modifications importantes du paysage suite à un événement géomorphologique (Ghram Messedi, 2018). Le format papier permet l’ajout d’informations textuelles au verso de la carte. Ces données peuvent prendre la forme d’un carton de localisation, de croquis, de blocs-diagrammes, d’un lexique, de fiches de sites d’intérêt, de photos, ou toute autre représentation, telle qu’une évocation littéraire ou picturale du relief ou du paysage géomorphologique en général.

5. Deux exemples de cartes

44La légende a été testée dans deux contextes géomorphologiques et géographiques différents. Le premier correspond à un paysage glaciaire des Alpes suisses (fig. 18). Il s’agit de la marge proglaciaire de Ferpècle, située dans la partie amont du val d’Hérens, une vallée représentative des Alpes de Suisse occidentale, riche en phénomènes glaciaires, périglaciaires, gravitaires et torrentiels (Lambiel et al., 2015, 2016 ; Lambiel, 2021). Le tourisme s’est développé à partir de la fin du XIXe siècle et la vallée ayant peu développé les infrastructures de sports d’hiver, l’économie de la vallée est actuellement surtout basée sur l’élevage de montagne et sur le tourisme doux. La vallée présente donc un excellent potentiel pour le géotourisme. La marge proglaciaire de Ferpècle est sujette, comme la plupart des vallées alpines, à de profondes modifications géomorphologiques liées au retrait glaciaire rapide depuis la fin des années 1980. Le randonneur peut ainsi observer une large palette de processus et de formes liés au retrait glaciaire récent (glacier couvert, ravines, moraines de différents âges, etc.). La Figure 18, tirée du mémoire de master de Comisso (2020), compare deux fonds de carte différents : la carte topographique en noir et blanc et un modèle numérique de terrain ombré.

45Le deuxième cas (fig. 19), l’Oued El K’hil, est située sur le plateau du Dahar, dans le Sud-est tunisien (Ben Fraj et al., 2019). A l’instar de la partie septentrionale du Dahar (Ben Fraj, 2012 ; Ben Fraj et al. 2019), la région est caractérisée par des reliefs de cuesta et l’importance des dépôts hydriques et éoliens, hérités et actuels (Ben Fraj, 2012). Située près du village troglodytique de Guermessa, elle est marquée par un riche patrimoine naturel et culturel (Ben Ouezdou, 2001 ; Boukhchim et al. 2017), toutefois fragilisé par la forte tendance émigratoire qui caractérise la région (Ben Fraj et al., 2019). Le visiteur peut ainsi observer une variété de formes structurales et une large gamme de modelés hydrogravitaires, fluviatiles et éoliens (éboulis, épandage, barkhanes, nebkhas etc.). Le sud-est de la Tunisie fait l’objet d’un gros projet de développement de tourisme alternatif, sous l’égide de Swisscontact et de la Fédération Tourisme Authentique Destination Dahar, dans lequel le géotourisme est l’une des activités phares proposées (https://geotourisme-dahar.com/​, consulté le 3 décembre 2020).

Fig. 18 – Comparaison de deux fonds de carte pour la carte géotouristique de la marge proglaciaire de Ferpècle. A : carte topographique en noir et blanc ; B : modèle numérique de terrain ombré (selon Comisso, 2020, modifié).
Fig. 18 – Comparison of two basemaps for the Ferpècle glacier forefield geotourist map: A: black and white topographic map; B: shaded digital elevation model (after Comisso, 2020, modified).

Fig. 18 – Comparaison de deux fonds de carte pour la carte géotouristique de la marge proglaciaire de Ferpècle. A : carte topographique en noir et blanc ; B : modèle numérique de terrain ombré (selon Comisso, 2020, modifié).Fig. 18 – Comparison of two basemaps for the Ferpècle glacier forefield geotourist map: A: black and white topographic map; B: shaded digital elevation model (after Comisso, 2020, modified).

1. Faille; 2. Pendage; 3. Escarpement structural; 4. Cours d’eau; 5. Cours d’eau temporaire; 6. Lac; 7. Glacier couvert; 8. Gorge; 9. Ravine; 10. Chenal de Nye ; 11. Cône de déjection ; 12. Bloc erratique ; 13. Verrou ; 14. Crête morainique ; 15. Roches moutonnées ; 16. Moraine antérieure à 1850 ; 17. Moraine récente (avant 1920) ; 18. Moraine récente (1920-1990) ; 19. Moraine récente (1990 – actuel) ; 20. Epandage fluvio-glaciaire (sandur); 21. Eboulis; 22. Glacier rocheux actif ; 23. Remblai ; 24. Digue en béton ; 25. Zone protégée (zone alluviale d’importance nationale) ; 26. Sentier ; 27. Route non goudronnée ; 28. Route; 29. Panneau didactique (zone alluviale).
1. Fault; 2. Geological dipping; 3. Rock scarp; 4. Stream; 5. Temporary stream; 6. Lake; 7. Debris-covered glacier; 8. Gorge; 9. Gully; 10. Nye channel; 11. Alluvial fan; 12. Erratic boulder; 13. Rock sill; 14. Moraine crest; 15. Roches moutonnées ; 16. Moraine deposited before 1850; 17. Recent moraine (before 1920); 18. Recent moraine (1920-1990); 19. Recent moraine (1990 – today); 20. Fluvio-glacial deposits (sandur); 21. Talus slope; 22. Active rock glacier ; 23. Anthropic deposits; 24. Concrete dike; 25. Protected area (alluvial zone of national importance); 26. Path; 27. Unsealed road; 28. Road; 29. Pedagogic panel (alluvial zone).

Fig. 19. Carte géotouristique d’Oued El K’hil.
Fig. 19. – Geotourist map of wadi Khil.

Fig. 19. – Carte géotouristique d’Oued El K’hil.Fig. 19. – Geotourist map of wadi Khil.

1. Altitude, 2. Courbe de niveau (50 m d'équidistance), 3. Oued, 4. Calcaire / dolomie, 5. Grès, 6. Argile, 7. Faille, 8. Faille probable, 9. Pendage, 10. Cuesta, 11. Ressaut structural, 12. Butte-témoin, 13. Avant-butte, 14. Eboulis, 15. Talus d'érosion, 16. Cône alluvial, 17. Glacis d’ablation, 18. Accumulation fluviatile, 19. Tapis de sable, 20. Voile éolien, 21. Nebkhas, 22. Crête dunaire, 23. Digue / mur (brise vent), 24. Ligne de la Clausura, 25. Culture en terrasse (aménagement en jessour), 26. Site historique, 27. Site panoramique, 28. Route, 29. Piste.
1. Altitude, 2. Contour line (50m equidistance), 3. Wadi, 4. Limestone / dolomite, 5. Sandstone, 6. Clay, 7. Fault, 8. Probable fault, 9. Dipslope, 10. Cuesta, 11. Structural edge, 12. Witness butte, 13. Outlier, 14. Scree slope, 15. Erosion edge, 16. Alluvial fan, 17. Pediment, 18. Fluvial accumulation, 19. Sand carpet, 20. Aeolian sail, 21. Nebkhas, 22. Dune crest, 23. Dike / wall (windbreak), 24. Clausura line, 25. Terraced crop cultivation (landscaping in jessour), 26. Historic sites, 27. Panoramic sites, 28. Road, 29. Track.

6. Conclusion et perspectives

46L’approche méthodologique pour la cartographie géotouristique proposée dans cet article se base sur une articulation de données des principaux paysages géomorphologiques et d’informations touristiques. Son objectif principal est de vulgariser auprès d’un public large des informations simplifiées sur des formes et des formations terrestres complexes. Cette simplification, qui concerne essentiellement les données géomorphologiques, repose sur des critères de qualité, de visibilité et de diversité des formes. Dans ce cadre, nous n’avons gardé que les formes du paysage qui sont facilement reconnaissables par un utilisateur non spécialiste. Malgré tout, nous sommes conscients qu’une carte géomorphologique, même simplifiée, reste difficile d’accès pour certains utilisateurs non spécialistes. C’est pourquoi nous avons suggéré d’accompagner la carte géotouristique de textes vulgarisés, de photographies commentées et de schémas simplifiés qui doivent aider les utilisateurs à mieux lire la carte et les paysages visités. Déjà testée dans la région de Ferpècle (Comisso, 2020), cette approche constituera la suite de la démarche adoptée ici.

47Une méthodologie de représentation cartographique de la carte géotouristique à base géomorphologique a été proposée. Ce guide doit non seulement permettre au cartographe d’accéder à ses besoins en données nécessaires pour une cartographie géotouristique à base géomorphologique, mais également d’en faire une application pratique de la légende géotouristique unifiée et adaptée au contexte d’étude et à ses échelles de perception. Notre approche s’est appuyée sur l’utilisation d’un système d’information géographique qui a facilité la conception et la structuration de la base de données géotouristique. La conception de la carte géotouristique à base géomorphologique repose sur un enchaînement rigoureux en cinq étapes : (i) Expression des besoins ; (ii) Mise en place d’un dictionnaire de données ; (iii) Conception d’un système de gestion de base de données ; (iv) Intégration de la géodatabase des données géotouristiques dans un SIG ; (v) Symbolisation des données.

48Les deux exemples de cartes présentés sont les premiers essais d’application. Ils montrent les possibilités d’adapter cette légende sur des terrains différents et dans des paysages géomorphologiques distincts. D’autres applications doivent maintenant être réalisées, notamment dans le cadre de paysages ordinaires (Portal, 2013) ou en vue de répondre aux besoins de divers publics non spécialistes (Ambert et Cayla, 2020). Par ailleurs, nous n’avons pas fait tester le matériel produit par des utilisateurs. Or, il s’agit d’une étape essentielle dans le développement d’un produit géotouristique (Regolini, 2012 ; Martin, 2013) ; des tests de la légende proposée ici doivent maintenant être réalisés auprès de publics différents. Ces développements, dans des contextes géomorphologiques diversifiés et auprès de publics variés sont amenés à faire évoluer la légende ; nous la voyons ainsi comme une légende dynamique amenée à évoluer dans le futur.

49Enfin, cette conception cartographique aide à diffuser plus largement le concept de « géotourisme » et participe à renforcer les liens du grand public avec les paysages géomorphologiques réservés jusqu’ici aux scientifiques. La production de cartes géotouristiques à base géomorphologique peut favoriser le développement de nouvelles destinations touristiques dans un contexte de valorisation des patrimoines naturels et culturels. Ce passage de la géomorphologie au géotourisme peut être aussi considéré comme une forme de « mise en tourisme » des paysages géomorphologiques, pour lesquels la fréquentation touristique repose, en grande partie, sur la valorisation de leurs attraits paysagers (Duval, 2008).

*Auteur correspondant. Tél : +216 58 48 66 66
ghramaziza@gmail.com (Aziza Ghram Messedi)

Haut de page

Bibliographie

Ambert M., Cayla N. (2020) (Eds.) – Guide pratique de valorisation des géomorphosites. Presses universitaires Savoie Mont Blanc et Commission du Patrimoine Géomorphologique du Comité National Français de Géographie, Chambéry, 339 p.

Arouca Declaration on Geotourism (2011) http://www.europeangeoparks.org/?p=223

Barras C.V. (1987) – Le développement régional à motricité touristique. De la région polarisée à la région-système. Editions Universitaires, Fribourg, Suisse, 291 p.

Ben Fraj T. (2012) – Proposition d’un schéma chronostratigraphique des héritages quaternaires continentaux de la Jeffara septentrionale et de la partie nord-orientale du plateau de Dahar-Matmata (Sud-est tunisien). Quaternaire, 23 (2), 187-204.

DOI : 10.4000/quaternaire.6242

Ben Fraj T., Ben Ouezdou H., Boukhchim N. (2019) – Le Dahar septentrional : le milieu naturel et son aménagement. Revue tunisienne de géographie, 51 (1), 51-102.

Ben Fraj T., Ghram Messedi A., Ben Ouezdou H. (à paraître) – Légende tunisienne pour la cartographie géomorphologique.

Ben Ouezdou H. (2001) – Découvrir la Tunisie du Sud de Matmata à Tataouine : Ksour, Jessour et Troglodytes. Tunis, 80 p.

Bertin J. (1967) – Sémiologie graphique. Les diagrammes, les réseaux, les cartes. Gauthier-Villars, Paris, 431 p.

Bissig G. (2008) – Mapping geomorphosites: an analysis of geotourist maps. Geoturysstyka, 3, 3-12.

Boukhchim N., Ben Fraj T., Reynard E. (2018) – Lateral and “vertico-lateral” cave dwellings in Haddej and Guermessa: Characteristic geocultural heritage of Southeast Tunisia. Geoheritage, 10 (4), 575-590.

DOI : 10.1007/s 12371-017-0251-2.

Bouzekraoui H., Barakat A., El Youssi M., Touhami F., Mouaddine A., Hafid A., Zwoliński Z. (2018) – Mapping geosites as gateways to the geotourism management in Central High-Atlas (Morocco). Quaestiones Geographicae, 37 (1), 87-102.

DOI : 10.2478/quageo-2018-0007

Brandolini P., Faccini F., Piccazzo M. (2006) – Geomorphological hazard and tourist vulnerability along Portofino Park trails (Italy). Natural Hazards Earth System Sciences, 6, 563-571.

DOI : 10.5194/nhess-6-563-2006

Carton A., Coratza P., Marchetti M. (2005) – Guidelines for geomorphological sites mapping: Examples from Italy. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 11 (3), 209-218.

DOI : 10.4000/geomorphologie.374

Castaldini D. (2008) – Maps and multimedia tool for the environmental tourism in protected areas of the Modena Apennines (northern Italy). GeoJournal of Tourism and Geosites, 1 (1), 13-33.

Castaldini D., Valdati J., Ilies D. C., Chiriac C. (2005a) – Geo-tourist map of the Natural Reserve of Salse di Nirano (Modena Appennines, Northern Italy). Il Quaternario, 18 (1), 245-255.

Castaldini D., Valdati J., Ilies D. C. (2005b) – The contribution of geomorphological mapping to environmental tourism in protected areas: examples from the Apennines of Modena (Northern Italy). Revista de geomorfologie, 7, 91-106.

Clivaz C. (2000) – Ecologisation du tourisme en Suisse et dans le canton du Valais : influence des réseaux d’action publique sur le changement politique. IDHEAP et HEC, Lausanne.

CNRS (1970) – Légende pour la carte géomorphologique de la France au 1/50 000e R.C.P.77. CNRS, Paris.

Comisso C. (2020) – De la cartographie géomorphologique à la cartographie géotouristique : cas d’étude dans le Val d’Hérens. Mémoire de master, Université de Lausanne.

Coratza P., Regolini-Bissig G. (2009) – Methods for mapping geomorphosites. In Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.): Geomorphosites. Pfeil, München, 89-103.

Coratza P., Hobléa F. (2018) – The specificities of geomorphological heritage. In Reynard E., Brilha J. (Eds.): Geoheritage: assessment, protection, and management. Elsevier, Amsterdam, 87-106.

Denègre J. (2005) – Sémiologie et conception cartographique. Hermès Science Publications (Lavoisier), 274 p.

Dowling R. K., Newsome D. (2006) (Eds.) – Geotourism. Elsevier/Heineman, Oxford.

Duval M. (2008) Patrimonialisation et mise en tourisme des espaces naturels. Géographie et cultures, 66, 61-78.

DOI : 10.4000/gc.3688

Faccini F., Roccati A., Firpo M. (2012) – Geohiking map of Mt. Penna and Mt. Aiona area (Aveto Park, Liguria). Journal of Maps, 8 (3), 293-303.

DOI : 10.1080/17445647.2012.722404

Ghram Messedi A. (2018) – Approche méthodologique pour la construction de la base de données morpho-pédologique dans le domaine aride. Cartes et Géomatique. Revue du Comité Français de Cartographie, 235/236, 39-51.

González-Amuchastegui M. J., Serrano E (2018) – An essential tool for natural heritage management: The geomorphological map of Valderejo Natural Park. Geosciences, 8 (250), 1-11.

DOI : 10.3390/geosciences8070250

Guérémy P., Marre A. (1996) – Une nouvelle méthode de cartographie géomorphologique applicable aux aléas naturels. Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, 93/94, 5-40.

Hose T.A. (2000) – Geological interpretation and geoconservation promotion for tourists. In Barretino D., Wimbledon W. A. P., Gallego E. (Eds.): Geological heritage: its conservation and management. Sociedad Geologica de España, Instituto TechnologicoGeoMinero de España, ProGEO, Madrid, 127-146.

Hose T.A. (2012) – 3G’s for modern geotourism. Geoheritage, 4, 7-24.

DOI : 10.1007/s12371-011-0052-y

Hose T.A. (2016a) (Eds.) – Appreciating physical landscapes: Three hundred years of geotourism. Geological Society, London, vol. 417, 256 p.

Hose T.A. (2016b) (Eds.) – Geoheritage and geotourism: A European perspective. Boydell Press, London, 352 p.

Hose T.A., Vasiljević D. A. (2012) – Defining the nature and purpose of modern geotourism with particular reference to the United Kingdom and South-East Europe. Geoheritage, 4, 25-43.

DOI : 10.1007/s12371-011-0050-0

Joly F. (1962) Principes pour une méthode de cartographie géomorphologique. Bulletin de l’Association de géographes français, 309/310, 270-278.

DOI : 10.3406/bagf.1962.5616

Joly F. (1997) Glossaire de géomorphologie. Base de données sémiologiques pour la cartographie. Armand Colin, Paris, 325 p.

Kebir L. (2010) – Ressources environnementales et territoires. In Zuindeau B. (Eds.) : Développement durable et territoire. Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 123-132.

Lambiel C. (2021) – Glacial and periglacial landscapes in the Hérens valley. In Reynard E. (Eds.): Landscapes and Landforms of Switzerland. Springer Nature Switzerland, 263-275.

Lambiel C., Maillard B., Kummert M., Reynard E. (2015) – La diversité géomorphologique du Val d’Hérens. Bulletin de la Murithienne 132, 57-67.

Lambiel C., Maillard B., Kummert M., Reynard E. (2016) – Geomorphology of the Hérens valley (Swiss Alps). Journal of Maps, 12 (1), 160-172.

DOI : 10.1080/17445647.2014.999135

Macouin D., Pierre I. (2003) – Le tourisme de nature. Atout France, Paris.

Maret H., Reynard E. (2015) – Géomorphologie de la région de Derborence. Bulletin de la Murithienne, 132, 45-55.

Martin S. (2013) – Valoriser le géopatrimoine par la médiation indirecte et la visualisation des objets géomorphologiques. Thèse de doctorat, Université de Lausanne (Géovisions 41). 299 p.

Martin S., Reynard E. (2009) – How can a complex geotourist map be made more effective? Popularisation of the Tsanfleuron heritage (Valais, Switzerland). Proceedings of 6th European Congress on Regional Geoscientific Cartography and Information Systems, Munich, 9-12 June 2009, vol. 2, 261-264.

Martin S., Regolini-Bissig G., Perret A., Kozlik L. (2010). – Élaboration et évaluation de produits géotouristiques : propositions méthodologiques. Téoros, 29 (2), 55-66.

DOI : 10.7202/1024871ar

Martinez-Graña A. M., Goy Y Goy J. L., Cardeña C. Z. (2011)Natural heritage mapping of the Las Batuecas-Sierra De Francia and Quilamas Nature Parks (SW Salamanca, Spain). Journal of Maps, 7 (1), 600-613.

DOI : 10.4113/jom.2011.1172

Massé M.-O., Morissette A., Hétu B., Tita G., Vigneault B. (2011) – Inventaire du patrimoine géomorphologique de l’archipel des Îles-de-la-Madeleine et identification des stratégies de valorisation géotouristique. Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes (CERMIM), Îles-de-la Madeleine, Québec, 157 p.

Megerle H. (2008) – Geotourismus. Innovative Ansätze zur touristischen Inwertsetzung und nachhaltigen Regionalentwicklung. Edit. Kerrsting, Nürnberg, 252 p.

Morard S. (2011) – Evaluation du paysage géomorphologique du projet de Parc Naturel Régional (PNR) Pfyn-Finges (Valais, Suisse) par la méthode de l’OFEV. In Lambiel C., Reynard E., Scapozza C. (Eds.) : La géomorphologie alpine : entre patrimoine et contrainte. Actes du colloque de la Société Suisse de Géomorphologie, 3-5 septembre 2009, Olivone. Université de Lausanne, Institut de géographie (Géovisions 36), 47-60.

Nations Unies. Division de statistique (2005) – Manuel des systèmes d'information géographique et de cartographie numérique. Department of Economic and Social Affairs (DESA), Nations Unies, 244 p.

Newsome D., Dowling R. K. (2010) (Eds.) – Geotourism: The tourism of geology and landscape. Goodfellow Publishers, Oxford, 320 p.

Newsome D., Dowling R. K. (2018) – Geoheritage and Geotourism. In Reynard E., Brilha J. (Eds.): Geoheritage: assessment, protection, and management. Elsevier, Amsterdam, 305-321.

Pál M., Albert G. (2019) – Digital cartography for geoheritage: turning an analogue geotourist map into digital. Proceedings of the International Cartographic Association, 29th International Cartographic Conference (ICC 2019), 7 p.

DOI : 10.5194/ica-proc-2-96-2019

Panizza M., Piacente S. (1993) – Geomorphological assets evaluation. Zeitschrift für Geomorphologie N.F., Suppl. Bd., 87, 13-18.

Patterson T. (2000) – A view from on high: Heinrich Berann’s panoramas and landscape visualization techniques for the U.S. National Park Service. Cartographic Perspectives, 36, 38-65.

Pellitero Ondicol R. (2009) – Application of an alpine geomorphological mapping system to an atlantic mountain environment: The Curavacas Massif (Cantabrian Range, Northwest Spain). Journal of Maps, 5 (1), 194-205.

DOI : 10.4113/jom.2009.1065

Piccazzo M., Brandolini P., Pelfini M. (2007) (Eds.) – Clima e rischio geomorfologico in aree turistiche. Pàtron Editore, Bologna, 360 p.

Portal C. (2013) – Patrimonialiser la nature abiotique ordinaire. Réflexions à partir des Pays de la Loire (France). L’Espace géographique, 42 (3), 213-226.

DOI : 10.3917/eg.423.0213

Pralong J.-P. (2006) – Géotourisme et utilisation de sites naturels d’intérêt pour les sciences de la Terre : les régions de Crans-Montana-Sierre (Valais, Alpes suisses) et de Chamonix-Mont-Blanc (Haute-Savoie, Alpes françaises). Thèse de doctorat, Université de Lausanne (Travaux et Recherches 32).

Pralong J.-P., Reynard E. (2005) – A proposal for a geomorphological sites classification depending on their tourist value. Il Quaternario, 18 (1), 313-319.

Regolini G. (2012) – Cartographier les géomorphosites : objectifs, publics et propositions méthodologiques. Thèse de doctorat, Université de Lausanne (Géovisions 38), 292 p.

Regolini-Bissig G. (2010) – Mapping geoheritage for interpretive purpose: definition and interdisciplinary approach. In Regolini-Bissig G., Reynard E. (Eds.): Mapping Geoheritage. Institute of Geography, University of Lausanne (Géovisions 35), 1-13.

Reynard E. (2004) – Paysage et géomorphologie : quelques réflexions sur leurs relations réciproques, In Droz Y., Miéville-Ott V. (Eds.) : La polyphonie du paysage. Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 101-124.

Reynard E. (2005) – Géomorphosites et paysages. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 11 (3), 181-188.

DOI : 10.4000/geomorphologie.338

Reynard E. (2009) Geomorphosites: definition and characteristics. In Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.) : Geomorphosites. Pfeil, München, 9-20.

Reynard E. (2021) – Geomorphosites – Esthetic landscape features or Earth history heritage? In Nekouie Sadry B. (Eds.): The geotourism industry in the 21st century. The origin, principles, and futuristic approaches. Apple Academic Press, Burlington, 147-167.

Reynard E., Coratza P. (2013) Scientific research on geomorphosites. A review of the activities of the IAG working group on geomorphosites over the last twelve years. Supplementi di Geografia Fisica e Dinamica Quaternaria, 36, 159-168.

DOI : 10.4461/GFDQ.2013.36.13

Reynard E., Coratza P. (2016) The importance of mountain geomorphosites for environmental education. Examples from the Italian Dolomites and the Swiss Alps. Acta geographica Slovenica, 56 (2), 291-303.

Reynard E., Perret A., Bussard J., Grangier L., Martin S. (2016) – Integrated approach for the inventory and management of geomorphological heritage at the regional scale. Geoheritage, 8, 43-60.

DOI: 10.1007/s12371-015-0153-0

Rossi P. (2011) – La cartographie géologique. Le Monde des Cartes, 208, 19-22.

Schoeneich P. (1993) – Comparaison des systèmes de légendes français, allemand et suisse – Principes de la légende IGUL. In Schoeneich P., Reynard E. (Eds.) : Cartographie géomorphologique, cartographie des risques. Université de Lausanne, Institut de Géographie (Travaux et Recherches 9), 15-24.

Schoeneich P., Reynard E., Pierrehumbert G. (1998) – Geomorphological mapping in the Swiss Alps and Prealps. In Kriz K. (Eds.): Hochgebirgskartographie Silvretta ‘98. Wiener Schriften zur Geographie und Kartographie, 11, 145-153.

Sellier D. (2009) – La vulgarisation du patrimoine géomorphologique : objets, moyens, perspectives. Bulletin de l’Association de géographes français, 86, 67-81.

DOI : 10.3406/bagf.2009.2655

Sellier D. (2010) – L’analyse intégrée du relief et la sélection déductive des géomorphosites : application à la Charente-Maritime (France). Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 16 (2), 199-214.

DOI : 10.4000/geomorphologie.7931

Sellier D. (2020) – La représentation du relief de Pegwell Bay (Kent) par William DYCE : géomorphosite et peinture de paysage. Physio-Géo, 15, 161-182.

DOI : 10.4000/physio-geo.11357

Serrano E., González-Trueba J. J. (2011) – Environmental education and landscape leisure. Geotourist map and geomorphosites in the Picos de Europa National Park. GeoJournal of Tourism and Geosites, 8, 295-308.

Smith B. J., Orford J. D., Betts N. L. (2009) Management challenges of a dynamic geomorphosite: climate change and the Giant’s Causeway World Heritage Site. In Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (Eds.) : Geomorphosites. Pfeil, München, 147-164.

Smith M., Paron P., Griffiths J. (2011) (Eds.) – Geomorphological mapping. Methods and applications. Elsevier, Amsterdam.

Stueve A. M., Cook S. D., Drew D. (2002) The geotourism study: phase 1 executive summary. National Geographic, Washington.

Tricart J. (1965) – Principes et méthodes de la géomorphologie. Masson, Paris, 496 p.

Zwoliński Z., Stachowiak J. (2012) – Geodiversity map of the Tatra National Park for geotourism. Quaestiones Geographicae, 31 (1), 99-107.

DOI : 10.2478/ v10117-012-0012-x

Haut de page

Annexe

Abridged english version

There is a tendency to bring the Earth sciences in general, such as geomorphology, closer to non-specialists. Geotourism is one of the means of providing information on geomorphology, which is often poorly known by the general public and scientists from other disciplines. Geotourism is a form of tourism, at the interface between nature and cultural tourism (Pralong, 2006), which aims to make people discover the geological specificities of a region (Hose, 2000; Newsome and Dowling, 2010). Although the geotourism discovery of territories has at least three centuries of history, it developed mainly from the mid-1990s, under the impulsion of scientists who aimed to share their knowledge with a non-specialist public (Hose, 2000; 2012; Newsome and Dowling, 2010; 2018).

Geomorphology has a special place in geotourism as it is through the landscape, especially if it has a strong aesthetic component, that the public’s attention is captured: it is through an understanding of the landscape and its geomorphological components that the tourist enters the complex field of the geodynamic history of the Earth (Reynard and Coratza, 2013; Coratza and Hobléa, 2018). Geomorphology is therefore a powerful support for developing environmental education activities (Reynard and Coratza, 2016), to which some geotourism products, such as maps, belong.

The purpose of the geotourism map is to represent, on a cartographic, digital or physical support, geo(morpho)logical information and tourist information (Regolini-Bissig, 2010). These maps can be addressed both to the managers of tourist sites and to the visitors of these sites themselves. All maps for tourist users have a dual purpose: to explain to a non-specialist audience the origin and evolution of landscapes and to introduce the geoheritage of the region visited (Serrano and González-Trueba, 2011).

Different methods for producing geotourism maps have been proposed (e.g. Carton et al., 2005; Castaldini et al., 2005a, 2005b; Coratza and Regolini-Bissig, 2009; Regolini, 2012). Several geotourism maps have been developed based on a simplification of the geomorphological map (e.g. Serrano and González-Trueba, 2011; Bouzekraoui et al., 2018; González-Amuchastegui and Serrano, 2018). The proposal made here is part of this trend. It produces geotourist maps that belong to the category of interpretative maps (Bissig, 2008). Its purpose is not only to guide but also to educate by articulating data on the main geomorphological landscapes and tourist information. The description of geomorphological landscapes is based on the integration of easily readable information, providing information on the richness of the natural and cultural heritage. Tourist data are used to promote tourist destinations; they include information on infrastructure (roads, facilities, etc.), tourist services or opportunities for activities. The proposed legend is adapted to scales between 1:2,000 and 1:50,000.

The approach proposed is presented in Figure 1. It comprises three main groups of data: (i) basemap data; (ii) geomorphological data; (iii) tourism data (fig. 2).

We recommend the use of the least invasive basemaps possible. Although non-specialist users prefer map backgrounds in the form of aerial photographs because of their resemblance to the real landscape (Regolini, 2012) or topographic maps because of their accuracy, the large amount of information present on these basemaps limits the addition of other (geomorphological and tourism) information. For this reason, we have opted for two possibilities: either a background in the form of a digital terrain model (DTM) or shaded relief, or a background with simple topographic and hydrological data or a black and white topographic basemap.

Geomorphological legends commonly use complex symbols to represent landforms, surficial materials and processes (Smith et al., 2011). The complexity of the geomorphological map legend makes it very difficult for non-specialists to read and use. We have opted for a simplification according to the needs of non-specialist readers, using the legend of the University of Lausanne (UNIL) (Schoeneich, 1993; Schoeneich et al., 1998; Lambiel et al., 2016) as a basis for data selection. Simplification is based on keeping only landforms that are easily recognized by a non-specialist user: we have proceeded by systematic simplification, by elimination of landforms and/or by aggregation (or merging) of others.

Tourism data are classified into seven categories; sites, monuments, geotourism facilities, service facilities, transport, sport and leisure, safety and health services. The design of the database is based on a rigorous five-step sequence: (i) Expression of needs; (ii) Establishment of a data dictionary; (iii) Design of a database management system; (iv) Integration of the geo-database of geotourism data into a GIS; (v) Symbolization of data.

The data are organized within a geotourism database comprising 25 classes of entities (dataset) through the formalization of a Geographic Information System (GIS) information and transaction model in the form of a descriptive database in a database management system (DBMS) (fig. 3-4). A color chart has been adopted (tab. 6), making it possible to combine geomorphological information (fig. 5-16) (color coding according to the morphogenetic origin of landforms) and tourist information (in grey or black or in the form of pictograms) (fig. 17).

The legend has been tested in two different sites, in mountain (Switzerland) (fig. 18) and arid (Tunisia) contexts (fig. 19). The production of geomorphologically based geotourism maps can promote the development of new tourist destinations in a context of enhancing the value of natural and cultural heritage. This transition from geomorphology to geotourism can also be considered as a form of “tourism development” of geomorphological landforms in regions, for which tourism is largely based on the promotion of their landscape features (Duval, 2008).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Démarche générale pour le choix des données.Fig. 1 – General approach to data selection.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 2 – Les données et les méthodes de sélection pour une cartographie géotouristique à base géomorphologique.Fig. 2 – Data and selection methods for geomorphologically based geotourism mapping.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tabl. 1 – Requêtes pour la sélection des données de fond de carte.Tab. 1 – Queries for basemap data selection.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tab. 2 – Requêtes pour la sélection des données géomorphologiques.Tab. 2 – Queries for the selection of geomorphological data.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tab. 3 – Requêtes pour la sélection des données touristiques.Tab. 3 – Queries for the selection of tourist data.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Tab. 4 – Besoins en données pour la légende de la carte géotouristique à base géomorphologique.Tab. 4 – Data requirements for the geomorphologically based geotourism map legend.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Tab. 5 – Extrait du dictionnaire de données de la base de données géotouristiques.Tab. 5 – Excerpt from the data dictionary of the geotourism database.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 3 – Création de la géodatabase de la légende géotouristique.Fig. 3 – Creation of the geodatabase for the geotourism legend.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 4 – Modèle conceptuel de données géotouristiques : le cas des données de fond de carte.Fig. 4 – Conceptual model of geotourism data: the case of basemap data.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Tab. 6 – Charte de couleurs de la carte géotouristique.Tab. 6 – Geotourism map colour chart.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 5 – Symboles des données de fond de carte et de l’hydrographie.Fig. 5 – Basemap and hydrography symbols.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 6 – Symboles des données lithologiques.Fig. 6 – Symbols for the lithology.
Légende CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 7 – Symboles des données tectoniques.Fig. 7 – Symbols for the tectonic data.
Légende CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 8 – Symboles des formes structurales.Fig. 8 – Symbols for structural landforms.
Légende CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 9 – Symboles des formes gravitaires.Fig. 9 – Symbols for gravity landforms.
Légende UNIL = Université de Lausanne
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 10 – Symboles des formes fluviatiles.Fig. 10 – Symbols for fluvial landforms.
Légende UNIL = Université de Lausanne ; CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 11 – Symboles des formes glaciaires.Fig. 11 – Symbols for glacial landforms.
Légende UNIL = Université de Lausanne
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 12 – Symboles des formes périglaciaires.Fig. 12 – Symbols for periglacial landforms.
Légende UNIL = Université de Lausanne
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 13 – Symboles des formes karstiques.Fig. 13 – Symbols for karstic landforms.
Légende UNIL = Université de Lausanne
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 14 – Symboles des formes éoliennes.Fig. 14 – Symbols for aeolian landforms.
Légende UNIL = Université de Lausanne ; CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 15 – Symboles des formes littorales et lacustres.Fig. 15 – Symbols for coastal and lacustrine landforms.
Légende UNIL = Université de Lausanne ; CGMED = Laboratoire Cartographie Géomorphologique des Milieux, des Environnements et des Dynamiques, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig. 16 – Symboles des formes anthropiques.Fig. 16 – Symbols for anthropic landforms.
Légende UNIL = Université de Lausanne
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 17 – Symboles des données touristiques.Fig. 17 – Symbols for tourist data.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 18 – Comparaison de deux fonds de carte pour la carte géotouristique de la marge proglaciaire de Ferpècle. A : carte topographique en noir et blanc ; B : modèle numérique de terrain ombré (selon Comisso, 2020, modifié).Fig. 18 – Comparison of two basemaps for the Ferpècle glacier forefield geotourist map: A: black and white topographic map; B: shaded digital elevation model (after Comisso, 2020, modified).
Légende 1. Faille; 2. Pendage; 3. Escarpement structural; 4. Cours d’eau; 5. Cours d’eau temporaire; 6. Lac; 7. Glacier couvert; 8. Gorge; 9. Ravine; 10. Chenal de Nye ; 11. Cône de déjection ; 12. Bloc erratique ; 13. Verrou ; 14. Crête morainique ; 15. Roches moutonnées ; 16. Moraine antérieure à 1850 ; 17. Moraine récente (avant 1920) ; 18. Moraine récente (1920-1990) ; 19. Moraine récente (1990 – actuel) ; 20. Epandage fluvio-glaciaire (sandur); 21. Eboulis; 22. Glacier rocheux actif ; 23. Remblai ; 24. Digue en béton ; 25. Zone protégée (zone alluviale d’importance nationale) ; 26. Sentier ; 27. Route non goudronnée ; 28. Route; 29. Panneau didactique (zone alluviale).1. Fault; 2. Geological dipping; 3. Rock scarp; 4. Stream; 5. Temporary stream; 6. Lake; 7. Debris-covered glacier; 8. Gorge; 9. Gully; 10. Nye channel; 11. Alluvial fan; 12. Erratic boulder; 13. Rock sill; 14. Moraine crest; 15. Roches moutonnées ; 16. Moraine deposited before 1850; 17. Recent moraine (before 1920); 18. Recent moraine (1920-1990); 19. Recent moraine (1990 – today); 20. Fluvio-glacial deposits (sandur); 21. Talus slope; 22. Active rock glacier ; 23. Anthropic deposits; 24. Concrete dike; 25. Protected area (alluvial zone of national importance); 26. Path; 27. Unsealed road; 28. Road; 29. Pedagogic panel (alluvial zone).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Fig. 19. Carte géotouristique d’Oued El K’hil.Fig. 19. – Geotourist map of wadi Khil.
Légende 1. Altitude, 2. Courbe de niveau (50 m d'équidistance), 3. Oued, 4. Calcaire / dolomie, 5. Grès, 6. Argile, 7. Faille, 8. Faille probable, 9. Pendage, 10. Cuesta, 11. Ressaut structural, 12. Butte-témoin, 13. Avant-butte, 14. Eboulis, 15. Talus d'érosion, 16. Cône alluvial, 17. Glacis d’ablation, 18. Accumulation fluviatile, 19. Tapis de sable, 20. Voile éolien, 21. Nebkhas, 22. Crête dunaire, 23. Digue / mur (brise vent), 24. Ligne de la Clausura, 25. Culture en terrasse (aménagement en jessour), 26. Site historique, 27. Site panoramique, 28. Route, 29. Piste.1. Altitude, 2. Contour line (50m equidistance), 3. Wadi, 4. Limestone / dolomite, 5. Sandstone, 6. Clay, 7. Fault, 8. Probable fault, 9. Dipslope, 10. Cuesta, 11. Structural edge, 12. Witness butte, 13. Outlier, 14. Scree slope, 15. Erosion edge, 16. Alluvial fan, 17. Pediment, 18. Fluvial accumulation, 19. Sand carpet, 20. Aeolian sail, 21. Nebkhas, 22. Dune crest, 23. Dike / wall (windbreak), 24. Clausura line, 25. Terraced crop cultivation (landscaping in jessour), 26. Historic sites, 27. Panoramic sites, 28. Road, 29. Track.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15394/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aziza Ghram Messedi, Tarek Ben Fraj, Hédi Ben Ouezdou, Mélanie Clivaz, Camille Comisso, Christophe Lambiel et Emmanuel Reynard, « De la carte géomorphologique à la carte géotouristique : Proposition et application d’une méthode de représentation cartographique par SIG », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 27 - n° 1 | 2021, 69-87.

Référence électronique

Aziza Ghram Messedi, Tarek Ben Fraj, Hédi Ben Ouezdou, Mélanie Clivaz, Camille Comisso, Christophe Lambiel et Emmanuel Reynard, « De la carte géomorphologique à la carte géotouristique : Proposition et application d’une méthode de représentation cartographique par SIG », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 27 - n° 1 | 2021, mis en ligne le 26 mars 2021, consulté le 11 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/15394 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.15394

Haut de page

Auteurs

Aziza Ghram Messedi

Université de Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis et Laboratoire CGMED, 1007 Tunis

Tarek Ben Fraj

Université de Sousse, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sousse et Laboratoire CGMED, 1007 Tunis

Hédi Ben Ouezdou

Université de Tunis, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis et Laboratoire CGMED, 1007 Tunis

Mélanie Clivaz

Université de Lausanne, Institut de géographie et durabilité et Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne, Ch. de l’Institut 18, CH – 1967 Bramois, Suisse

Camille Comisso

Université de Lausanne, Institut de géographie et durabilité et Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne, Ch. de l’Institut 18, CH – 1967 Bramois, Suisse

Christophe Lambiel

Université de Lausanne, Institut des dynamiques de la surface terrestre et Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne, Géopolis, CH – 1015 Lausanne, Suisse

Articles du même auteur

Emmanuel Reynard

Université de Lausanne, Institut de géographie et durabilité et Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne, Ch. de l’Institut 18, CH – 1967 Bramois, Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search