Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 27 - n° 2Scotland’s Mountain Landscapes. A...

Scotland’s Mountain Landscapes. A geomorphological perspective

Dunedin Academic Press, Edinburgh & London, 2019, 183 p.
Denis Mercier
p. 171-174
Référence(s) :

Ballantyne, C.K. (2019) –. Scotland’s Mountain Landscapes. A geomorphological perpsective, Dunedin Academic Press, Edinburgh & London, 183 p.

ISBN : 9781780460796

Texte intégral

1Colin Kerr Ballantyne, professeur émérite de géographie physique à l’Université de St‑Andrews et fin connaisseur de l’Écosse, propose un ouvrage de géomorphologie à mi-chemin entre la vulgarisation grand public et les articles scientifiques de très haut niveau dont il est coutumier. Il vient utilement compléter la bibliothèque des passionnés des milieux froids et des amoureux de l’Écosse, dans laquelle l’ouvrage de 1967 The evolution of Scotland’s Scenery de Brian Sissons, récemment décédé, trônait en bonne place. Les amateurs de géomorphologie et les passionnés de randonnées, dont les collectionneurs des fameux 282 Munros, ces sommets écossais qui dépassent les 3 000 pieds (914 m), trouveront dans cet ouvrage des clés de lecture des paysages grandioses que nous offre l’Écosse.

2L’ouvrage est magnifiquement illustré par de nombreuses photographies en couleur, des cartes et des croquis, presque tous de l’auteur. Une courte et sélective bibliographie présentée par chapitre permet de compléter les lectures. Un index général, un index des noms de lieux écossais et un index des noms des montagnes d’Écosse viennent utilement faciliter les recherches. Le plan est classique et efficace avec une courte synthèse à la fin de chaque chapitre.

3Dans l’introduction, nommée chapitre 1, Colin Ballantyne s’adresse surtout aux non spécialistes des sciences de la Terre. Il présente des clés de lecture méthodologiques portant sur la différence entre la géologie et la géomorphologie, les processus de météorisation, de transport et de dépôt, les repères des temps géologiques et les éléments de datation du Quaternaire, dont les datations cosmogéniques.

4Le deuxième chapitre présente l’évolution géologique de l’Écosse, les éléments lithologiques, des roches intrusives chères à Charles Le Cœur (1994) aux roches quartzitiques chères à Dominique Sellier (2002), et les grandes lignes de l’évolution tectonique qui ont posé les bases du cadre morphostructural écossais. La figure 2.9 de ce chapitre illustre parfaitement bien l’emplacement relatif de l’Écosse en huit phases majeures de l’évolution géologique de la planète depuis 580 millions d’années jusqu’à 55 millions d’années, au cours desquelles elle a migré d’une position orbitale proche du Pôle Sud à la latitude de 50° Nord, en passant par l’Équateur géographique, vers 300 millions d’années. Un tableau de synthèse conclut utilement ce chapitre.

5Le troisième chapitre fait le lien entre les roches et le relief, et retrace l’évolution cénozoïque de l’Écosse avant l’entrée en glaciation. Le concept d’érosion différentielle sert de fil conducteur à ce chapitre et permet de comprendre comment les processus d’érosion ont contribué à inverser les reliefs en fonction par exemple de l’inégale résistance des roches volcaniques et des roches sédimentaires adjacentes. Cependant, certaines roches sédimentaires, comme les fameux grès torridoniens, sont plus résistantes à l’érosion que d’autres grès, comme ceux du Carbonifère. Plus encore, Colin Ballantyne souligne également comment les roches sont inégalement résistantes aux processus d’érosion. En choisissant l’exemple des quartzites, il montre comment ces roches dures et résistantes sont particulièrement vulnérables vis-à-vis des processus d’érosion mécanique liés au gel pendant les phases froides, ce que Dominique Sellier (2002) avait parfaitement démontré dans sa thèse d’État. Même si l’érosion différentielle n’offre qu’une explication partielle des reliefs écossais, la relation entre certaines lithologies résistantes et les hauts reliefs se lit très bien dans les paysages de certains espaces comme Midland Valley, les Hébrides ou le Sutherland. Cependant, des terrains comme le gneiss lewisian, les grès torridoniens et les quartzites cambriens donnent à la fois des montagnes et des espaces bas topographiquement. Par ailleurs, Colin Ballantyne rappelle que la tectonique cénozoïque a joué le rôle le plus important en portant certains espaces en hauteur et d’autres non. De plus, parce que les rivières demeurent largement constantes dans l’espace durant les phases de soulèvement, les espaces portés en hauteur demeurent inchangés, quelle que soit la lithologie concernée. Ainsi, la plupart des grands ensembles topographiques de l’Écosse actuelle étaient déjà présents comme tels avant l’arrivée des glaciers il y a trois millions d’années (montagnes des Wester Ross et de Torridon, splendides reliefs du Suilven ou du Stac Pollaidh dans la région de l’Assynt). Cependant, les versants étaient certainement moins raides, les sommets plus émoussés et les paléo-surfaces moins disséquées qu’aujourd’hui, après le passage des glaciers qui ont excavés lochs, fjords et cirques (corries en écossais).

6Le quatrième chapitre aborde les glaciations de l’Écosse. Colin Ballantyne rappelle tout d’abord les facteurs directs et indirects des oscillations climatiques du Quaternaire et insiste sur la localisation de l’Écosse, entre 55°N et 61°N, qui la rend particulièrement sensible aux oscillations thermiques par rapport aux masses océaniques notamment de l’AMOC (Atlantic meridional overturning circulation) qui induit des températures clémentes en période interglaciaire, mais aussi des températures froides lorsque les courants marins froids descendent en latitude jusqu’au golfe de Gascogne. Il présente également les différents types de glaciers, les dynamiques associées à leur mobilité ainsi que les modelés créés par leur déplacement (stries, moraines…).

7Même si l’Écosse a été englacée à plusieurs reprises au cours du Quaternaire, la connaissance des anciennes glaciations demeure limitée par l’efficacité de la dernière grande glaciation, qui a effacé pratiquement toutes les traces antérieures. La dernière glaciation écossaise a culminé vers 30 à 27 ka. Vers 26 ka, le niveau de la mer était situé à -125 m et les glaces s’avançaient jusque sur le plateau continental. La déglaciation de l’Écosse est asynchrone et s’étend de -25 ka à -14 ka en commençant par le nord-ouest de Lewis et le Cap Wrath. Sur la base d’analyse de tourbières, notamment par l’abondance des fameuses chironomidés appelées « midges » en Écosse, il a été démontré que la déglaciation de l’Écosse fut rapide, de -14,7 ka à 12,9 ka, avant la dernière ré-avancée du Loch Lomond, l’équivalent écossais du Dryas récent, entre 12,9 ka et 11,7 ka, qui la ré-englaça partiellement. On retrouve alors tout l’humour de Colin Ballantyne qui écrit à ce propos « It may be some compensation to harassed campers to know that midges, albeit long-dead ones, have some scientific value ». Depuis l’entrée dans l’Holocène, l’Écosse n’a pas connu de présence de glaciers, même lors du Petit Âge Glaciaire.

8Colin Ballantyne aborde également dans ce chapitre une des grandes questions scientifiques qui a animé certains géomorphologues depuis des décennies : la dernière calotte glaciaire a-t-elle recouvert les montagnes écossaises ? Il rappelle comment, jusqu’à une date récente, il était admis que des sommets écossais avaient été des nunataks, même pendant l’extension maximale des calottes glaciaires. Les preuves géomorphologiques alors évoquées étaient la présence sur ces sommets, au-dessus de modelés glaciaires à la base de ces montagnes, de champs de blocs (blockfields ou felsenmeers), de tors et de roches fragmentées par le gel, avec une limite plus ou moins franche entre ces deux espaces aux morphologies contrastées, nommée « trimeline ». Cependant, des blocs erratiques ont été retrouvés au-dessus de ces trimelines. Il prend l’exemple des erratiques de quartzites présents sur le champ de blocs de grès torridoniens au sommet du Maol Cheann-dearg (933 m) dans les Wester Ross. Les datations cosmogéniques ont révélé que ces blocs erratiques avaient été déposés au sommet vers 16 ka, démontrant ainsi que la dernière calotte glaciaire avait atteint tous les sommets des Wester Ross et qu’elle avait préservé les champs de blocs à cause de sa glace à base froide, impropre à l’érosion. Ainsi, la trimeline visible dans le paysage reflète la frontière entre les glaciers à base tempérée à fort pouvoir d’érosion et les glaciers à base froide dépourvu de capacité d’ablation sur les sommets. On voit ainsi comment une évidence paysagère change d’interprétation géomorphologique avec l’arrivée de nouveaux outils de datation.

9Colin Ballantyne commence le cinquième chapitre sur les formes glaciaires en relatant la visite de Louis Agassiz en Écosse et son entretien au ton jugé quelque peu condescendant accordé au journal « The Scotsman » du 7 octobre 1840. Selon Colin Ballantyne, les formes glaciaires d’Écosse peuvent se classer en deux catégories d’un point de vue de leur âge : les formes anciennes d’ablation comme les vallées glaciaires et les cirques, qui ont été façonnées successivement par les multiples glaciations et déglaciations au cours du Pléistocène, et les formes plus récentes, correspondant essentiellement aux modelés d’accumulation, comme les moraines, ou des formes mineures d’ablation comme les stries, qui ont été façonnées lors de la dernière glaciation majeure (entre 35 ka et 14 ka) ou lors de la ré-avancée du Loch Lomond. Il montre parfaitement bien comment les fameuses vallées et autres dépressions « glaciaires », comme les cirques, ont été autant façonnées par les séquences glaciaires favorables à l’évacuation des débris que pendant les séquences paraglaciaires propices aux glissements et chutes de blocs dont les dépôts corrélatifs étaient évacués lors des séquences froides postérieures. Magnifiquement illustré par des photographies, des croquis et des cartes, ce chapitre s’achève par une carte de synthèse inédite des paysages glaciaires à l’échelle de toute l’Écosse.

10Le sixième chapitre dresse un panorama des formes périglaciaires, des anciens champs de blocs et des tors aux dynamiques périglaciaires encore actives. Pour Colin Ballantyne, les modelés périglaciaires d’Écosse peuvent se classer en trois catégories : (i) les formes héritées qui pré-datent la croissance et la disparition de la dernière calotte glaciaire, (ii) celles qui se sont formées après la disparition de la calotte glaciaire sur des sommets et des plateaux exposés à des conditions climatiques très froides et iii) celles qui se sont développées au cours de l’Holocène et qui sont toujours actives sous un climat périglaciaire maritime. Pour Colin Ballantyne, les sommets écossais ont commencé à émerger des calottes glaciaires vers 17 ka à 16 ka et ont donc connu des conditions périglaciaires sévères lors de la déglaciation (de 16 ka à 14,7 ka) ainsi que lors du stade Loch Lomond (entre 12,9 et 11,7 ka). Il estime alors que les températures à 1 000 m d’altitude devaient à peine dépasser 0°C en juillet et pouvaient descendre en dessous de -24°C en janvier. Elles autorisaient donc la présence d’un pergélisol et sont également responsables de l’édification des sols géométriques emblématiques des environnements périglaciaires comme les cercles de pierres et les polygones. Il profite de ce chapitre pour dénoncer des contre-vérités qui se propagent parfois encore dans certains manuels, comme le rôle supposé de la nivation. « The notion that nivation processes widen and deepen hollows until they evolve into corries (as promulgated in several textbooks) is absurd: nivation hollows are two orders of magnitude smaller than corries, intermediate forms are absent and nivation processes are both slow and superficial. »

11Le septième chapitre traite des glissements de terrain et des processus de versant et s’ouvre par une magnifique photographie du Beinn Alligin prise depuis le Loch Torridon, avec une vue sur la cicatrice d’un grand glissement de terrain de neuf millions de tonnes de roches, dont la mise en place catastrophique a été datée vers 4 400 ans. Colin Ballantyne pose comme question centrale pour ce chapitre : « why should slopes that have been stable for millennia suddenly fail? ». La réponse réside selon lui en partie dans des changements lents au sein des pentes elles-mêmes et partiellement à cause d’événements de courte durée, comme des séismes ou des précipitations exceptionnelles, ou la fonte du pergélisol, qui déclenchent le glissement. Colin Ballantyne insiste sur les facteurs de prédispositions, comme la lithologie, et les facteurs préparatoires, comme les glaciations qui ont accentué les pentes des versants, les successions de glaciation et déglaciation qui ont exercé un poids et un rebond glacio-isostatique ainsi qu’une libération des stress occasionnés par le poids des calottes glaciaires. La carte 7.2 permet de localiser les glissements de terrain majeurs (plus de 700) qui ont eu lieu depuis la déglaciation de l’Écosse, sans compter les très nombreuses chutes de blocs et de parois de petites dimensions, non représentées. Les datations cosmogéniques réalisées sur 31 glissements montrent qu’ils se sont majoritairement mis en place au cours du Tardiglaciaire avant 11,7 ka. Colin Ballantyne prône pour une relation directe avec le calendrier du rebond glacio-isostatique écossais qui serait alors responsable de la sismicité à l’origine du déclenchement des glissements de terrain. Il illustre également la relation entre la déglaciation et les déformations des versants associés aux effondrements gravitaires, comme les grabens sommitaux et les déplacements des versants affectées par des failles à regard amont. Surtout, il défend avec force le rôle majeur joué par les phases de déglaciation dans l’évidement des formes glaciaires lorsqu’il écrit : « glaciation and landsliding appear have operated synergistically to produce large-scale ‘glacial’ landforms » ou en guise de conclusion de ce chapitre « From a geomorphological perspective, the most trenchant conclusion of recent research is the finding that many bedrock slipes and arêtes carry the scars of ancient landslides from which the runout debris was subsequently removed by glacier ice. Archetypal ‘glacial’ landforms such as corries and arêtes have evolved not simply through erosion by glacier ice during successive glacial stages, but also as a result of landslides and rockfall modifying mountain slopes during intervening interglacials. It is too much claim, as a student of mine did, that glaciers ‘just clear up the mess’, but gravity has certainly played a much greater role in the evolution of Scotland’s mountain scenery than has hitherto been appreciated. »

12Nous ne pouvons que souscrire aux thèses de Colin Ballantyne puisque nous avons avancé les mêmes arguments pour les datations des glissements de terrain islandais (Mercier et al., 2013 et 2017 ; Feuillet et al., 2014 ; Cossart et al., 2013, 2014 et 2017, Peras et al., 2016 ; Decaulne et al., 2016), les effondrements gravitaires et leurs relations avec les glissements de terrain (Coquin et al., 2015, 2016) et le rôle de ces dynamiques paraglaciaires dans l’évidement des cirques ‘glaciaires’ (Coquin et al., 2019).

13Par ailleurs, il analyse dans ce chapitre les talus et les cônes à la base des versants, non pas comme la seule résultante des processus périglaciaires classiques (alternances gel-dégel), mais aussi de l’activité paraglaciaire et de la météorisation puisqu’il estime qu’un tiers du volume accumulé dans les talus est le fait de petites particules. Pour lui, la plupart de ces talus et cônes sont fossiles et se sont mis en place lors de la période Tardiglaciaire, au cours des cinq millénaires qui ont suivi la déglaciation, comme l’atteste leur végétalisation, ou sont aujourd’hui en proie aux processus d’ablation, comme les coulées de débris, qui ont remplacé les processus d’accumulation.

14Les vents tempétueux de l’Écosse sont bien connus des randonneurs. Colin Ballantyne traite dans ce huitième chapitre des processus (déflation, abrasion), très efficaces sur les sommets écossais dépourvus de végétation, et des modelés éoliens associés (surfaces de déflation, sols géométriques comme les « wind stripes », les ventifacts, les dépôts…). Le rôle des péjorations climatiques comme celle récente du Petit Âge Glaciaire est avancée pour comprendre l’ouverture de la couverture végétale et l’accroissement corrélative de l’érosion éolienne.

15Le chapitre 9 analyse les formes fluviales dans un pays particulièrement humide et arrosée par les perturbations océaniques contraintes par les barrières orographiques écossaises. À 670 m d’altitude, le total des précipitations serait de 3 500 mm par an au An Teallach dans les Wester Ross, le double de ce que reçoivent les espaces à la base de ces montagnes. Colin Ballantyne parle d’une limite visible dans le paysage, « a conspicuous springline », entre les hauts versants perméables recouverts de débris et leurs bases relativement imperméables des accumulations glaciaires. Il décrit tous les différents styles fluviaux présents également en Écosse (rivières à méandres, en tresse, oxbow lakes…), la mise en place des terrasses et des cônes de déjection. Si les formes majeures d’accumulation ont été mises en place concomitamment à la fonte des glaciers au Tardiglaciaire, les formes plus petites se seraient développées après les premiers défrichements au cours de l’Holocène tardif.

16Le dixième et dernier chapitre présente 9 sites de références, des géomorphosites, nommés ici tout simplement key sites, sélectionnés pour illustrer la diversité des paysages des montagnes d’Écosse.

17C’est donc toute la richesse des paysages des montagnes d’Écosse que Colin Ballantyne nous donne à voir et à comprendre dans cet ouvrage. Cette diversité des paysages est certes le reflet de l’histoire géologique tourmentée de l’Écosse, qui a permis à une grande variété de roches d’âges et de résistances variées d’affleurer dans un espace géographique assez limité (80 240 km2), mais aussi de l’action de nombreux processus d’érosion qui les ont sculptées au fil du temps. Comment ne pas repenser à la lecture de chacune de ces pages de ce splendide ouvrage à la thèse de doctorat d’État de Dominique Sellier (2002), qui m’a initié à la géomorphologie des milieux froids, en Norvège puis en Écosse, à celle de Charles Le Cœur, qui a également parcouru les îles écossaises (1994), et bien sûr à celle d’Alain Godard (1965), qui leur a ouvert la voie.

18Colin Ballantyne réussit donc la prouesse d’écrire un livre de géomorphologie accessible aux étudiants, aux passionnés de l’Écosse, mais aussi aux spécialistes des sciences de la Terre, ce qui n’est jamais facile. Cet ouvrage rencontrera certainement un immense succès et nous ne pouvons que remercier chaleureusement son auteur qui sait rendre aussi intelligible la géomorphologie.

Haut de page

Bibliographie

Coquin J., Mercier D., Bourgeois O., Cossart E., Decaulne A. (2015) - Gravitational spreading of mountain ridges coeval with Late Weichselian deglaciation: impact on glacial landscapes in Tröllaskagi, northern Iceland. Quaternary Science Reviews, 107 (1), 97-213.

doi.org/10.1016/j.quascirev.2014.10.023

Coquin J., Mercier D., Bourgeois O., Decaulne A. (2019) - A paraglacial rock-slope failure origin for cirques: a case study from Northern Iceland. Géomorphologie : relief, processus, environnement. 25 (2),

DOI :10.4000/geomorphologie.13057

Coquin J., Mercier D., Bourgeois O., Feuillet T., Decaulne A. (2016) - Is the gravitational spreading a precursor of the landslide of Stífluhólar (Skagafjörður, Northern Iceland)?. Géomorphologie : relief, processus, environnement. 22 (1), 9-24.

DOI : 10.4000/geomorphologie.11295

Cossart E., Mercier D., Coquin J., Decaulne A., Feuillet T., Jónsson H.P., Sæmundsson Þ. (2017) - Denudation rates during a postglacial sequence in Northern Iceland: example of Laxárdalur valley in the Skagafjörður area. Geografiska Annaler, 99 (3), 240-261.

http://dx.doi.org/10.1080/04353676.2017.1327320

Cossart E., Mercier D., Decaulne A., Feuillet T. (2013) - An overview of the consequences of paraglacial landsliding on deglaciated mountain slopes: typology, timing and contribution to cascading fluxes, Quaternaire, 24 (1), 13-24.

DOI : 10.4000/quaternaire.6444

Cossart E., Mercier D., Decaulne A., Feuillet T., Jónsson H.P., Sæmundsson Þ. (2014) - Impacts of post-glacial rebound on landslide spatial distribution at a regional scale in northern Iceland (Skagafjörður). Earth Surface Processes and Landforms, 39 (3), 336-350.

DOI : 10.1002/esp.3450

Decaulne A., Cossart E., Mercier D., Coquin J., Feuillet T., Jónsson H.P. (2016) - An early Holocene age for the Vatn landslide (Skagafjörður, central northern Iceland): Insights into the role of postglacial landsliding on slope development. The Holocene. 26 (8), 1304–1318.

DOI : 10.1177/0959683616638432

Feuillet T., Coquin J., Mercier D., Cossart E., Decaulne A., Jónsson H.P., Sæmundsson Þ., (2014) - Focusing on the spatial non-stationarity of landslide predisposing factors in northern Iceland: Do paraglacial factors vary over space?, Progress in Physical Geography. 38 (3), 354-377.

DOI:10.1177/0309133314528944

Godard A. (1965) - Recherches de géomorphologie en Écosse du Nord-Ouest, Paris, Les Belles Lettres, Paris, 701 p.

Le Cœur C. (1994) - Évolution géomorphologique et échelles d'analyse : l'exemple des Hébrides internes (Écosse), Thèse de doctorat d’État, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 757 p.

Mercier D., Cossart E., Decaulne A., Feuillet T., Jónsson H.P., Sæmundsson Þ. (2013) - The Höfðahólar rock avalanche (sturzström): Chronological constraint of paraglacial landsliding on an Icelandic hillslope. The Holocene, 23 (3), 431-445.

https://doi.org/10.1177/0959683612463104

Mercier D., Coquin J., Feuillet T., Decaulne A., Cossart E., Jónsson H.P., Sæmundsson Þ. (2017) - Are Icelandic rock-slope failures paraglacial? Age evaluation of seventeen rock-slope failures in the Skagafjörður area, based on geomorphological stacking, radiocarbon dating and tephrochronology, Geomorphology. 296, 45–58.

https://doi.org/10.1016/j.geomorph.2017.08.011

Peras A., Decaulne A., Cossart E., Coquin J., Mercier D. (2016) - Distribution and spatial analysis of rockslides failures in the Icelandic Westfjords: first results. Géomorphologie : relief, processus, environnement. 22 (1), 25-35.

DOI: 10.4000/geomorphologie.11303

Sellier D. (2002) - Géomorphologie des versants quartzitiques en milieux froids : l'exemple des montagnes de l'Europe du nord-ouest, Thèse de doctorat d’État, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 3 volumes, 1 888 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Mercier, « Scotland’s Mountain Landscapes. A geomorphological perspective  », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 27 - n° 2 | 2021, 171-174.

Référence électronique

Denis Mercier, « Scotland’s Mountain Landscapes. A geomorphological perspective  », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 27 - n° 2 | 2021, mis en ligne le 19 mai 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/15505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.15505

Haut de page

Auteur

Denis Mercier

Professeur, Sorbonne Université – 191, rue Saint Jacques 75005 Paris, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search