Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 27 - n° 2Actes des 21èmes Journées des Jeu...

Actes des 21èmes Journées des Jeunes Géomorphologues (Paris, 2020)

Proceedings of the 21th Young Geomorphologists Days (Paris, 2020)
Denis Mercier et Emmanuèle Gautier
p. 103-106

Texte intégral

1Depuis les premières Journées des Jeunes Géomorphologues organisées par Yvonne Battiau-Queney à Lille en 1996, le Groupe Français de Géomorphologie propose chaque année des journées stimulantes pour l’ensemble de la communauté des géomorphologues. En 2020, c’est à Paris, sur le tout nouveau campus Condorcet, que les jeunes et les plus avancés dans leur carrière se sont réunis pendant deux journées, les 6 et 7 février. Ces JJG 2020 ont été organisées en partenariat avec l’Association Française pour l’Étude du Quaternaire qui organisait du 3 au 5 son 12ème colloque sur le Quaternaire.

2La matinée du 6 février fut l’occasion de faire du terrain sur les bords de la Seine, depuis la Cour Saint-Emilion en rive droite amont jusqu’au Pont Royal. Emmanuèle Gautier et Christine Chaussé de l’INRAP ont évoqué, sous un soleil radieux, deux thèmes principaux. Nous avons abordé ce que l’on sait aujourd’hui des sociétés riveraines anciennes grâce à l’étude des vestiges géoarchéologiques, dont certains se laissent encore deviner dans la topographie et la toponymie actuelles (rue des pirogues). Un long parcours à pied, en rive gauche nous a permis de voir les différents aménagements de la Seine en croisant l’histoire des crues et des enjeux économiques … (photo 1, cf. Gautier et Noizet, 2019).

3L’après-midi, les JJG se sont ouvertes par une conférence invitée assurée par Edward Anthony, Professeur à l’université d’Aix-Marseille et membre du laboratoire CEREGE actuellement en détachement à l’IRD de Guyane, qui a fasciné l’auditoire en retraçant sa carrière de géomorphologue littoraliste, tout en nous faisant partager sa passion et son énergie (photo 2).

4Ce sont 56 personnes qui ont assisté à ces JJG 2020 à Paris. Nous avions invité 2 jeunes géomorphologues italiens. 20 présentations réunies en 5 thématiques se sont déroulées du jeudi après-midi au vendredi soir :

  • Dynamiques littorales sous l’effet du changement climatique : présentation de V. Pillet et C. Cerrone ;

  • Hydrosystèmes fluviaux : des évolutions à long terme à la restauration actuelle : présentations de H. Okur, L. Devreux, L. Gilet et V. Tamisier (photo 3)

  • Paysages anciens et géoarchéologie : avec les présentations de N. Blanchard, B. Chaize, T. Piau, S. Davidoux et A. Bouchène ;

  • Géopatrimoine : avec les présentations d’A. Dousseron et A. Raffali

  • Dynamiques de versants : stabilité et instabilité en contexte de changement climatique : avec les présentations de T. Reixach, G. Béra, H. Kern, C. L’Hutereau, S. Ortovani et M. Bonasera.

  • Enfin 10 posters ont été exposés.

5Nous tenons à remercier les personnes qui nous ont aidé à la bonne tenue de ces deux journées et notamment Yohan Chabot, Valentine Fichet, Aline Garnier, les doctorants du LGP et les étudiants du Master Dynarisk. Le colloque et la publication de ce numéro spécial ont bénéficié du soutien financier du CNRS – INEE. Nous remercions également le Laboratoire de Géographie Physique : environnements quaternaires et actuels (UMR 8591) pour son aide financière et logistique. Nous associons également à ces remerciements préliminaires les huit relecteurs anonymes qui ont œuvré à la qualité scientifique des articles réunis dans ce numéro.

6Ce deuxième numéro de la revue Géomorphologie : relief, processus, environnement regroupe quatre articles issus de ces JJG 2020.

7Le premier article présente les résultats des recherches menées sur le bassin-versant viticole de Mercurey par Brian Chaize et son encadrant, Etienne Cossart et leurs collègues Aurélien Christol et Mathieu Fressard du laboratoire Environnement Ville Société (UMR 5600) de Lyon. L’érosion des terroirs viticoles dans le monde entier représente une préoccupation majeure, comme nous le rappelle la synthèse de cinq décennies de recherche réalisée par Rodrigo-Comino (2018). L’article de Brian Chaize et ses collaborateurs apporte des éléments nouveaux à la connaissance de ces espaces viticoles. Un des éléments majeurs de cet article est la mise en évidence de l’ancienneté de la mise en culture de la vigne en Bourgogne, par l’analyse minutieuse des facies sédimentaires le long des versants et dans le fond de la vallée du Giroux et celle des données pédoanthracologiques sur 2 800 ans. La rupture sédimentologique datée à 1400 cal. AD est interprétée comme le début d’une stratégie de gestion de la ressource en sol pour lutter contre l’érosion. Cet article illustre parfaitement l’importance de l’occupation humaine sur les vitesses et les taux de l’érosion en documentant une première phase caractérisée par l’érosion d’éléments grossiers (de 800 cal. BC à 1400 cal. AD), et une seconde où, après l’installation de murets de pierre sur les versants, l’érosion devient sélective et limitée à la fraction fine. Ici, la société par les défrichements et la mise en culture de ces terroirs viticoles, puis par l’aménagement des parcelles, contribue à la connectivité et à la déconnectivité des processus de l’érosion.

8Le deuxième article coordonné par Sarah Ortonovi sur les terroirs viticoles de Champagne renforce l’illustration de l’homme facteur de l’érosion, thème cher à René Neboit (2010). En cartographiant à très grande échelle la susceptibilité de ce vignoble le plus célèbre au Monde aux glissements de terrain, les résultats apportent des éléments précieux à la compréhension des dynamiques de versants pour les gestionnaires et les viticulteurs. En effet, l’approche par télédétection multispectrale, couplée aux données météorologiques et aux observations de terrain, permet de souligner l’importance de l’état hydrique des sols dans leur propension à générer des glissements de terrain au-delà des paramètres morpho-structuraux. Si les déboisements, la création de talus et les terrassements ont pu contribuer à accroître la susceptibilité des versants aux glissements depuis plus d’un demi-siècle, les résultats de cette étude permettent d’orienter les aménagements tels que le drainage des secteurs trop humides.

9Le troisième article de Veronica Guerra et de Maurizio Lazzari, son encadrant, mobilise la cartographie géomorphologique pour l’inventaire des formes de la moyenne vallée du Marecchia en Italie, dans les Apennins du Nord en vue de leur valorisation géotouristique. C’est par l’inventaire des formes, terrasses versants, cônes, badlands, glissements de terrain… conduit par photo-interprétation et recherches sur le terrain que sont posées les bases de la valorisation potentielle de ces entités géomorphologiques. Les méthodes classiques de la patrimonialisation ont été utilisées par les auteurs pour proposer une description fine et une mise en tourisme de ces géosites et géomorphosites en proposant in fine une carte géotouristique.

10L’approche cartographique est également au cœur de la quatrième contribution issue des JJG 2020 avec le travail mené par Ambrine Bouchène et Benoît Devillers, son encadrant. L’approche temporelle vient compléter l’approche spatiale pour proposer une géoarchéologie de la moyenne vallée de l’Hérault depuis l’Âge du Bronze. Les formes fluviales permettent ainsi de reconstituer l’évolution de la dynamique fluviale. Le découpage spatial de la vallée de l’Hérault proposé dans cette contribution repose sur les analyses géomorphologiques, hydromorphométriques, paléogéographiques et archéologiques.

11Tous ces travaux témoignent de la grande qualité des recherches qui sont conduites aujourd’hui par les jeunes géomorphologues, souvent dans le cadre de programmes de recherche pluridisciplinaires. Dans ces études, la cartographie géomorphologique demeure plus que jamais un outil privilégié et utile aux gestionnaires.

12Ce deuxième numéro 2021 de la revue se termine par un hommage à Yvette Dewolf, récemment décédée, qui a formé pendant plusieurs décennies des générations de jeunes géomorphologues sur les bancs de l’université de Paris notamment à l’approche de la cartographie géomorphologique et à l’analyse des formations superficielles, lors d’excursions sur le terrain. Puisse ce pont entre plusieurs générations réunies dans un même numéro témoigner de la continuité et de l’évolution de notre belle discipline, dont chacun doit connaître les racines et les fondements pour en perpétuer les points forts et en faire fructifier les apports pour la société.

Photographie 1 : Sortie de terrain sur les bords de la Seine du jeudi 6 février 2020 sous la houlette d’Emmanuèle Gautier et de Christine Chaussé.
Photo 1: Field trip on Seine riverside on Thursday, February 6, 2020 under the leadership of Emmanuèle Gautier and Christine Chaussé.

Photographie 1 : Sortie de terrain sur les bords de la Seine du jeudi 6 février 2020 sous la houlette d’Emmanuèle Gautier et de Christine Chaussé.Photo 1: Field trip on Seine riverside on Thursday, February 6, 2020 under the leadership of Emmanuèle Gautier and Christine Chaussé.

Photographie 2 : Edward Anthony, Professeur à l’université d’Aix-Marseille, pendant sa conférence invitée retraçant sa brillante carrière internationale de géomorphologue littoraliste.
Photo 2: Edward Anthony, Professor at the University of Aix-Marseille, during his guest lecture retracing his brilliant international career as a coastal geomorphologist.

Photographie 2 : Edward Anthony, Professeur à l’université d’Aix-Marseille, pendant sa conférence invitée retraçant sa brillante carrière internationale de géomorphologue littoraliste. Photo 2: Edward Anthony, Professor at the University of Aix-Marseille, during his guest lecture retracing his brilliant international career as a coastal geomorphologist.

Photographie 3 : Louis Gilet, jeune géomorphologue, présente ses recherches sur les conséquences de l’effacement du barrage de Pierre Glissotte.
Photo 3: Louis Gilet, a young geomorphologist, presents his research on the consequences of the removal of the Pierre Glissotte dam.

Photographie 3 : Louis Gilet, jeune géomorphologue, présente ses recherches sur les conséquences de l’effacement du barrage de Pierre Glissotte.Photo 3: Louis Gilet, a young geomorphologist, presents his research on the consequences of the removal of the Pierre Glissotte dam.
Haut de page

Bibliographie

Gautier E., Noizet H., 2019. Paris et la Seine, In. N. Carcaud, G. Arnaud-Fassetta, C. Evain (éd.), Villes et rivières de France, CNRS éditions, pp. 174-193.

Neboit R., 2010. L’homme et l’érosion, Presses Universitaires Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 3ème édition revue et augmentée, 352 p.

Rodrigo-Comino J., 2018. Five decades of soil erosion research in “terroir”. The State-of-the-Art. Earth-Science Reviews, 179, pp. 436-447. https://doi.org/10.1016/j.earscirev.2018.02.014

Haut de page

Annexe

English Version

Since the first Young Geomorphologists Days organized in 1996 by Yvonne Battiau-Queney in Lille, the French Geomorphology Group offers stimulating days every year for the entire community of geomorphologists. In 2020, the young and the most advanced in their careers met for two days, on February 6 and 7 in Paris, on the brand new Condorcet campus. The 2020 JJGs were organized in partnership with the French Association for the Study of the Quaternary which organized its 12th Quaternary Symposium (3 – 5 February).

The morning of February 6 gave us the opportunity to walk on the riverside of the Seine, from the Cour Saint-Emilion (on the right bank, upstream), to the Pont Royal. Emmanuèle Gautier and Christine Chaussé from INRAP presented, under a bright sun, two main themes. The recent knowledge about ancient riverside societies was discussed, on the basis of geoarchaeological remains, some of which being still present in the current topography and toponymy (rue des pirogues). A long walk on the left bank allowed us to see the various engineering works on the Seine river by crossing the history of floods and economic issues... (photo 1, cf. Gautier and Noizet, 2019).

In the afternoon, the JJGs opened with an invited conference given by Edward Anthony, Professor at the University of Aix-Marseille and member of the CEREGE laboratory, currently in a laboratory of IRD in Guyana, which fascinated the audience by retracing his career as a coastal geomorphologist and sharing his passion and energy with us (photo 2).

56 people attended the JJG 2020 in Paris. Two young Italian geomorphologists were invited. 20 oral presentations grouped into 5 themes took place from Thursday afternoon to Friday evening:

  • Coastal dynamics under the effect of climate change: presentation by V. Pillet and C. Cerrone;

  • Fluvial hydrosystems: from long-term changes to current restoration: presentations by H. Okur, L. Devreux, L. Gilet and V. Tamisier (photo 3)

  • Ancient landscapes and geoarchaeology: with presentations by N. Blanchard, B. Chaize, T. Piau, S. Davidoux and A. Bouchène;

  • Geoheritage: with the presentations of A. Dousseron and A. Raffali

  • Slope dynamics: stability and instability in the context of climate change: with presentations by T. Reixach, G. Béra, H. Kern, C. L’Hutereau, S. Ortovani and M. Bonasera.

  • Finally 10 posters were exhibited.

We would like to warmly thank the people who helped us keep these two days running smoothly and, more specifically, Yohan Chabot, Valentine Fichet, Aline Garnier, the LGP PhD students and Dynarisk Master students. The conference and the publication of this special issue have also been financially supported by CNRS - INEE. We also thank the Laboratory of Physical Geography: Quaternary and Current Environments (UMR 8591) for its financial and logistical support. We also warmly thank the eight anonymous reviewers who have ensured the scientific quality of the papers collected in this issue.

This second issue of the journal Géomorphologie: relief, processus,environnement brings together four articles from the JJG 2020.

The first article presents the a research carried out on the vineyard basin of Mercurey by Brian Chaize and his supervisor, Etienne Cossart and their colleagues Aurélien Christol and Mathieu Fressard from the Environnement Ville Société laboratory (UMR 5600) in Lyon. The synthesis of five decades of research by Rodrigo-Comino (2018) reminds us that the erosion of wine terroirs is a major concern around the world. The article by Brian Chaize and his collaborators brings new light on the knowledge of these vineyard areas. One of the major contributions of this article is that the vineyard in Burgundy is older that thought. This is demonstrated by meticulous analysis of the slope and fluvial sedimentary facies in the the valley of Giroux and by the pedoanthracological data over 2,800 years. The sedimentological discontinuity dated at 1400 cal. AD is interpreted as the start of a soil resource management strategy to control erosion. This article perfectly illustrates the importance of anthropogenic land-use on erosion rates, by documenting a first phase characterized by the erosion of coarse sediment (from 800 cal. BC to 1400 cal. AD), and a second where, after the installation of stone walls on the slopes, erosion has become selective and limited to the fine grain-size. Here, the society by clearing and cultivating these vineyard, then by developing plots, contributes to the connectivity and disconnection of the erosion processes.

The second article coordinated by Sarah Ortonovi on the vineyard terroirs of Champagne reinforces the illustration of the human factor on erosion, a theme widely studied by René Neboit (2010). By mapping on a very large scale the susceptibility to landslides of this most famous vineyard in the world, the results promote the understanding of slope dynamics for managers and winegrowers. Indeed, the multispectral remote sensing approach, coupled with meteorological data and field observations, makes it possible to underline the part played by the soil water content in their propensity to generate landslides, after the morpho-structural parameters. If forest clearing, creation of embankments and earthworks have contributed to increase the susceptibility of slopes for sliding for more than half a century, the results of this study can guide the future management such as the drainage of humid areas.

The third article proposed by Veronica Guerra and Maurizio Lazzari, her supervisor, mobilizes geomorphological cartography for the inventory of forms of the middle valley of Marecchia, in the Northern Apennines (Italy) with regards to the geotourism development. The inventory of forms, slope terraces, alluvial fans, badlands, landslides... based on photo-interpretation and field study provides the foundation for the potential development of these geomorphological units. The well-known methods of heritage development were used by the authors to provide the detailed description and the tourism development of these geosites and geomorphosites, proposing in fine a geotourism map.

The cartographic approach is also at the heart of the fourth contribution, with the work carried out by Ambrine Bouchène and Benoît Devillers, her supervisor. The temporal approach complements the spatial approach to provide a geoarcheology analysis of the Hérault middle valley since the Bronze Age. The fluvial forms analysis thus make it possible to reconstruct the evolution of the river dynamics and its impact. The spatial sectorisation of the Hérault valley proposed in this contribution is based on geomorphological, hydromorphometric, palaeogeographic and archaeological analyzes.

All of these works witness the high quality of the research carried out today by young geomorphologists, often within the framework of multidisciplinary research programs. In these researches, geomorphological mapping remains more than ever a privileged and useful tool for managers.

This second 2021 issue of the journal ends with a tribute to Yvette Dewolf, recently deceased, who trained for several decades young geomorphologists on the benches of the University of Paris. Yvette Dewolf developed and enhanced in particular the geomorphological cartography and the analysis of superficial formations, during field trips. May this bridge between generations brought together in one issue demonstrate the continuity and evolution of our beautiful discipline, each of us must know the roots and foundations in order to perpetuate its strengths and make the contributions work for the society.

Les géomorphologues sont ici regroupés sur le Pont des Arts, avec la Seine, le musée d’Orsay et la tour Eiffel à l’arrière-plan (cliché de D. Mercier).
Geomorphologists are gathered here on the Pont des Arts, with Seine River, the Orsay Museum and the Eiffel Tower in the background (photo by D. Mercier).

Cliché de D. Mercier.
Photo by D. Mercier.

(cliché de D. Mercier).
(photo by D. Mercier).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : Sortie de terrain sur les bords de la Seine du jeudi 6 février 2020 sous la houlette d’Emmanuèle Gautier et de Christine Chaussé.Photo 1: Field trip on Seine riverside on Thursday, February 6, 2020 under the leadership of Emmanuèle Gautier and Christine Chaussé.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15564/img-1.png
Fichier image/png, 16M
Titre Photographie 2 : Edward Anthony, Professeur à l’université d’Aix-Marseille, pendant sa conférence invitée retraçant sa brillante carrière internationale de géomorphologue littoraliste. Photo 2: Edward Anthony, Professor at the University of Aix-Marseille, during his guest lecture retracing his brilliant international career as a coastal geomorphologist.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15564/img-2.png
Fichier image/png, 15M
Titre Photographie 3 : Louis Gilet, jeune géomorphologue, présente ses recherches sur les conséquences de l’effacement du barrage de Pierre Glissotte.Photo 3: Louis Gilet, a young geomorphologist, presents his research on the consequences of the removal of the Pierre Glissotte dam.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/15564/img-3.png
Fichier image/png, 18M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Mercier et Emmanuèle Gautier, « Actes des 21èmes Journées des Jeunes Géomorphologues (Paris, 2020) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 27 - n° 2 | 2021, 103-106.

Référence électronique

Denis Mercier et Emmanuèle Gautier, « Actes des 21èmes Journées des Jeunes Géomorphologues (Paris, 2020) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 27 - n° 2 | 2021, mis en ligne le 28 mai 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/15564 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.15564

Haut de page

Auteurs

Denis Mercier

Sorbonne Université, Laboratoire de Géographie Physique : environnements quaternaires et actuels (UMR 8591)

Articles du même auteur

Emmanuèle Gautier

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Laboratoire de Géographie Physique : environnements quaternaires et actuels (UMR 8591)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search