Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 27 - n° 4Hommage collectif à Jean Nicod (1...

Hommage collectif à Jean Nicod (1923-2021)

Alain Marre et Jean-Jacques Delannoy
p. 293-295

Texte intégral

Alain Marre

1(Professeur honoraire, Université de Reims Champagne-Ardennes)

2Jean Nicod nous a quittés le 2 avril 2021 à Nans les Pins, village situé au pied du massif de la Sainte Baume, montagne qu’il a tant parcourue, tant étudiée !

3Je ne suis pas, à proprement parler, un élève de Jean Nicod. C’est avec Pierre Gabert que j’ai fait ma thèse d’Etat. Cependant, il fut toujours présent, attentif et bienveillant à tous mes travaux. Il devint ainsi une sorte de guide, pour moi.

4La première fois que j’ai vu Jean Nicod, c’était à sa soutenance de thèse d’Etat en 1967 à Aix-en-Provence. J’étais alors un jeune étudiant, débutant en géographie et intéressé par la géographie physique. J’apprends qu’une soutenance de thèse va avoir lieu. C’était pour moi un évènement aussi gigantesque que mystérieux et auquel je pouvais assister ! Cette thèse était présentée par un chercheur pour moi inconnu, venu de Nice et qui avait travaillé sur la Basse-Provence calcaire. Or, je parcourais cette Basse-Provence calcaire depuis toujours. Petit garçon de quatre ans, j’étais allé faire un séjour, avec mes parents, à l’Hostellerie de la Sainte Baume où j’avais découvert une grande maison non encore équipée de l’électricité et où le soir j’essayais de souffler la bougie du moine installé à l’accueil ; une grande maison approvisionnée par une charrette attelée d’un mulet qui se roulait dans les cailloux de la cour dès qu’il sortait des brancards ; une grande forêt avec des arbres gigantesques comme on n’en voyait pas à Marseille et dominés par un extraordinaire escarpement rocheux dans lequel une grotte avait abrité une grande sainte vénérée de tous dans ce pays. Tout cela était bien enchanteur pour un petit garçon ! Plus tard, étant retourné à plusieurs reprises dans cette montagne, je me demandais comment un tel relief pouvait s’expliquer. Un professeur d’histoire et géographie du lycée Périer à Marseille m’avait transmis un article du géologue Georges Corroy, qui montrait que le relief de cette montagne était dû à un synclinal pincé et couché. Plus tard, toujours au lycée à Marseille, un autre professeur d’histoire et géographie nous avait fait un cours sur le rôle de la dissolution des calcaires dans l’élaboration des reliefs karstiques. Cela m’avait passionné et, lors de la composition trimestrielle suivante, j’avais fait un bon devoir pour lequel le professeur m’avait encouragé en m’apprenant que mon nom était homonyme de celui d’un géographe qui avait travaillé sur ces reliefs calcaires dans les Causses. Il s’agit de Paul Marres, professeur à Montpellier. Par ailleurs, il est à noter que ce professeur, Robert Bonnaud, était un historien qui a disparu en cours d’année, arrêté et incarcéré en raison de son militantisme pour la cause algérienne. Il a terminé sa carrière à la Sorbonne. Et voilà que maintenant cette thèse, présentée par Jean Nicod, allait me permettre d’en savoir plus sur ces reliefs qui m’avaient toujours enchanté. J’avoue que pendant la soutenance j’ai entendu dire beaucoup de choses qui me sont passées au-dessus de la tête !

5Une ou deux années plus tard, Jean Nicod est venu enseigner à Aix-en-Provence, et c’est avec empressement que je suis allé suivre son cours sur la karstologie et sur les reliefs plissés complexes. La Sainte Baume qui, avec G. Corroy, faisait la sieste couchée sur le flanc, est devenue une montagne dynamique jouant à saute-mouton avec ses voisines !

6Jean Nicod, toujours attentif aux étudiants et voulant les aider à faire au mieux dans leur vie, s’est alors consacré à la préparation à l’agrégation avec des cours, mais aussi la préparation à l’épreuve de l’explication de cartes. Toutes les semaines, lui et Pierre Gabert proposaient chacun une carte à un étudiant-candidat et faisaient un corrigé avec un flot de bons conseils. C’est lors d’une de ces séances que fut prise la photographie jointe. C’est lui aussi qui, un dimanche matin de juillet 1971 de bonne heure, m’a accueilli à l’Institut de Géographie de Paris pour me faire tirer au sort le nom de la carte sur laquelle je devais « plancher » pour cette fameuse épreuve. Pendant l’exposé du candidat aixois que j’étais, il est resté discrètement en retrait pour n’influencer personne.

Jean Nicod au milieu des étudiants en mars 1969.

Jean Nicod au milieu des étudiants en mars 1969.

7Quelques années plus tard, c’est accompagné de Maurice Julian qu’il est venu à Constantine visiter mon terrain de thèse. Nous avons parcouru les affleurements calcaires de la Chaîne Calcaire et de la Dalle néritique du Constantinois où il m’a abreuvé, une nouvelle fois, de multiples conseils. Mais la température s’étant brutalement réchauffée en ce printemps, il demandait souvent à faire une halte sur une terrasse de café, alors que je voulais l’entraîner vers une terrasse fluviatile !

8Et puis ce furent les réunions de la commission des phénomènes karstiques du CNFG qu’il présidait, le colloque sur les reliefs calcaires de Provence du début des années 1980, et enfin sa participation au jury de ma thèse d’Etat en mai 1987.

9Depuis, nous sommes restés très amis. Il m’envoyait régulièrement ses publications. Puis des textes de géomorphologie issus de ses notes de terrain, pour en faire profiter ses amis, disait-il. C’est ainsi qu’avec Claude Martin et Teddy Auly, à la suite d’un tel envoi, nous l’avons encouragé à publier ses Souvenirs de sites géomorphologiques remarquables dans la revue en ligne Physio-Géo et dans la revue papier Dynamiques Environnementales. Cette publication date de 2015.

10Mais, les années passant, sa santé s’est dégradée. Il a fait une mauvaise chute, il a perdu son épouse, son état a décliné et il a refusé un jour que je lui rende visite en me disant « je ne suis pas présentable et vous n’allez pas faire le tour des maisons de vieux ! ». J’ai respecté son souhait, mais nous avons continué à nous écrire. Sa dernière lettre, toujours aussi amicale, m’est arrivée en janvier 2021. Toujours modeste et discret, il s’y excusait d’avoir une écriture devenue tremblante.

11Jean Nicod fut un grand professeur, un infatigable chercheur, un éminent karstologue et surtout un homme bon, généreux, modeste fidèle et discret.

Jean-Jacques Delannoy. Hommage à Jean Nicod, Père d’une karstologie ouverte sur les autres et la diversité du monde

12(Professeur des Universités, Université de Savoie Mont Blanc)

13Que serait aujourd’hui la karstologie française sans la contribution scientifique de Jean Nicod qui, durant près de 70 ans, a œuvré pour un véritable renouveau de cette discipline en l’ouvrant aux nouveaux paradigmes scientifiques et aux questionnements des autres disciplines ? A la fin des années 1970, Jean Nicod a notamment ouvert la porte de l’Association Française de Karstologie et de l’équipe CNRS (ERA 282 puis URA 903) qu’il dirigeait à Aix-en-Provence à toute une nouvelle génération de karsto-spéléologues qui souhaitait développer des recherches sur le karst souterrain alors peu abordé par la géographie. Cette ouverture intellectuelle était sincère, même sur ces objets loin de ses propres recherches. La place donnée aux approches cartographiques, métrologiques, quantitatives, systémiques et patrimoniales dans la karstologie française a toujours été soutenue et encouragée par Jean Nicod. Les exemples sont nombreux et rendent humainement compte de la belle personne qu’était Jean Nicod : un passeur de frontières bienveillant et attentionné à toute expression de curiosité et d’innovation scientifique.

Jean Nicod, 1985

Jean Nicod, 1985

14Le parcours scientifique de Jean Nicod, engagé dès les années 1940 (agrégation en 1947 ; 1er article sur les formes en karstiques en 1948) est saisissant : il met en valeur le penseur qu’il était, à l’écoute de son temps, des nouvelles problématiques, des enjeux scientifiques et des verrous à ouvrir pour aller plus loin dans la connaissance. Jean Nicod n’a pas accompagné l’histoire des sciences de ces 70 dernières années, il l’a construite autour de ses champs d’intérêt qu’étaient la géographie, la géomorphologie, les cartes comme support de construction des connaissances, les paysages du karst et leurs relations avec les sociétés, les questions environnementales et la valorisation des patrimoines karstiques. Tout ce qui est aujourd’hui au cœur des recherches karstologiques a été amené, abordé et transmise par Jean Nicod, avec une grande discrétion synonyme ici de force car engagée dans le partage et la place toujours donnée à ses élèves et à ses collègues.

15La revue Karstologia (Karstologia Mémoires N°20- 2018- et Karstologia N°77 -2021) retrace la vie scientifique de J. Nicod ainsi que les recherches qu’il a conduites et fédérées autour du karst que ce soit au sein de l’unité de recherche CNRS qu’il créa et dirigea à Aix-en-Provence durant plus de 10 ans années (1971-1982) ou de l’Association Française de Karstologie qu’il fonda en 1978 pour drainer l’ensemble des champs d’exploration et de recherche sur le karst.

16L’influence de Jean Nicod, véritable père d’une karstologie ouverte et en phase avec les grandes questions scientifiques, dépasse de loin la karstologie française. Elle irrigue aujourd’hui encore de nombreuses collaborations scientifiques impulsées par Jean Nicod que ce soit en Europe, au Proche et Moyen Orient, sur le continent africain et bien au-delà des espaces qu’il a parcourus. Par ses qualités humaines pleinement dédiées à la science et surtout aux autres, notamment aux jeunes, Jean Nicod a incontestablement marqué la vie et la trajectoire scientifique des nombreux collègues travaillant aujourd’hui dans les champs de la karstologie. Sa grande humanité, sa gentillesse, sa bienveillance, sa confiance et son ouverture scientifique ont permis à de nombreux(ses) jeunes chercheur(e)s de prendre pleinement leur envol et ce sans jamais leur imposer de carcan ou dogme scientifique. Si aujourd’hui la karstologie est très ouverte sur les autres domaines de recherche (hydrogéologique, archéologie, géopatrimoine, écologie souterraine…), il y a immanquablement une part de Jean Nicod. De même si la carte géomorphologique continue à être un support puissant d’acquisition et de construction des connaissances sur les milieux physiques, leurs évolutions passées et leurs valeurs paysagères, on le doit en grande partie à la dynamique impulsée par Jean Nicod qui a soutenu leur production et édition jusqu’aux années 2000.

17A nous tous de continuer sa philosophie d’une science ouverte et humaniste.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean Nicod au milieu des étudiants en mars 1969.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Jean Nicod, 1985
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16050/img-2.png
Fichier image/png, 867k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marre et Jean-Jacques Delannoy, « Hommage collectif à Jean Nicod (1923-2021) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 27 - n° 4 | 2021, 293-295.

Référence électronique

Alain Marre et Jean-Jacques Delannoy, « Hommage collectif à Jean Nicod (1923-2021) », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 27 - n° 4 | 2021, mis en ligne le 30 novembre 2021, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/16050 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.16050

Haut de page

Auteurs

Alain Marre

Articles du même auteur

Jean-Jacques Delannoy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search