Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 27 - n° 4Un géomorphologue lettré : Jean-J...

Un géomorphologue lettré : Jean-Jacques DUFAURE (1932-2020) - De la néotectonique à la géoarchéologie et à la géomorphologie humaine

An erudite geomorphologist : Jean-Jacques DUFAURE (1932-2020) - From neotectonics to geoarchaeology and human-environment geomorphology
Christian Giusti, Bruno Comentale, Éric Fouache, Laurent Lespez, Michel Rasse, Jean-Pierre Peulvast, Marc Calvet et Marie-Françoise André
p. 297-325

Texte intégral

Les auteurs remercient Armelle Decaulne, Riwan Kerguillec et Serge Suanez pour la mise en page de cet hommage.

1Au soir d’une vie de travaux consacrés à la géomorphologie, à la géographie physique et à la connaissance la plus large qui soit des milieux méditerranéens, Jean-Jacques Dufaure nous a quittés dans sa 88e année. Celui qui fut un collègue dévoué, un serviteur de la science des reliefs, et pour nombre d’entre nous un directeur de recherches attentif – pour tout dire, un Maître – a été inhumé le jeudi 19 mars 2020 à Compiègne, dans les circonstances difficiles de la première vague du confinement épidémique. Il a été rejoint par son épouse, Raymonde Dufaure née Vallet, décédée dans sa 88e année le 3 décembre 2020 à Brignoles, et inhumée près de son mari le 11 décembre 2020.

1. Du commentaire de cartes à la géomorphologie de terrain

2Ancien élève de l’École Normale Supérieure (Rue d’Ulm), promotion de 1953, engagé dans un cursus de lettres classiques et d’histoire, Jean-Jacques Dufaure a très vite été séduit par les cours de géographie qu’il suivait à l’Institut de Géographie de la Faculté des Lettres de la Sorbonne, qui est alors l’Université de Paris, et par la personnalité du Professeur Pierre Birot. Ce spécialiste du commentaire de cartes – un exercice d’analyse croisée des cartes topographiques et géologiques de la région étudiée, permettant de préciser les étapes du développement des formes du relief et leur nature – venait de publier Les méthodes de la morphologie (1955) et une Morphologie structurale (1958a) longtemps inégalée, ainsi que La Méditerranée et le Moyen-Orient avec Jean Dresch (1953-1956). La géographie d’alors – physique, humaine ou régionale – proposait des outils pour comprendre le monde, en particulier le poids des milieux biophysiques sur le devenir des sociétés : des historiens comme Fernand Braudel ou Georges Duby n’ont pas manqué de reconnaître ce que leurs travaux doivent à ce type d’approche, un peu trop vite reléguée, en France, au passé (voire au passif) de la géographie. Non loin de son Médoc natal dont Jean-Jacques Dufaure conserve le souvenir des affleurements de l’Aquitanien et du Burdigalien de Saucats-Labrède, la Méditerranée que rencontre le natif de Caudéran s’incarnera en une Provence varoise, intérieure et calcaire, une région à laquelle les Dufaure restèrent attachés toute leur vie (Fig. 1).

Fig. 1 – Le soleil se lève sur la Provence calcaire.
Fig. 1 – The sun rises over Limestone Provence.

Fig. 1 – Le soleil se lève sur la Provence calcaire. Fig. 1 – The sun rises over Limestone Provence.

Cliché pris de Tourtour (à l’ouest de Draguignan) en direction de Garéoult. Vue générale sur les Plans de Provence avec le chaînon de la Ste-Baume, et, dans le lointain, le sommet bien éclairé du Coudon (au nord de Toulon). Photo CG du 9 avril 2019.
Photo taken from Tourtour (west of Draguignan) towards Garéoult. General view of the Plans de Provence with the Ste-Baume ridge, and the well-lit summit of Coudon (north of Toulon) in the distance. Photo CG, April 9, 2019.

Fig. 2 – Carte extraite de : Contacts entre Provence cristalline, Provence calcaire et Préalpes du Sud (de Draguignan aux gorges de la Siagne), BAGF, 1958, n° 278-279, p. 78.
Fig. 2 – Map originated from: Contacts between Crystalline Provence, Limestone Provence, and the Southern Pre-Alps (from Draguignan to the Gorges de la Siagne), BAGF, 1958, n° 278-279, p. 78.

Fig. 2 – Carte extraite de : Contacts entre Provence cristalline, Provence calcaire et Préalpes du Sud (de Draguignan aux gorges de la Siagne), BAGF, 1958, n° 278-279, p. 78.Fig. 2 – Map originated from: Contacts between Crystalline Provence, Limestone Provence, and the Southern Pre-Alps (from Draguignan to the Gorges de la Siagne), BAGF, 1958, n° 278-279, p. 78.

Légende complète / Extensive legend : https://www.persee.fr/​doc/​bagf_0004-5322_1958_num_35_278_7584

3En 1956, Jean-Jacques Dufaure soutient un mémoire de géographie intitulé Recherches morphologiques dans les plans de Provence, dont l’essentiel paraît en 1958 dans le Bulletin de l’Association de Géographes Français, illustré de coupes et d’une carte morphologique (Fig. 2) révélatrices de la maîtrise du futur chercheur. Jean-Jacques Dufaure est reçu à l’agrégation de géographie en 1957. Il suit des séminaires, dont celui du Professeur Louis Glangeaud (1959) sur les grands orogènes, un enseignement de géodynamique appliquée aux structures mégamétriques de la Méditerranée qui lui fait la plus vive impression et le conforte dans le choix d’un domaine qui est un monde, et qu’il ne quittera plus. Ce sont ensuite le service militaire en Algérie et une courte expérience de professeur de lycée à Amiens : les années de formation s’achèvent. Comme le rappelait Bernard Dumas lors du colloque tenu à l’Université de Paris-Sorbonne les 5 et 6 novembre 1998 (Neboit-Guilhot et Dumas, 1999), c’est en octobre 1961 que la carrière de chercheur et d’universitaire de Jean-Jacques Dufaure débute : attaché de recherche au CNRS, il s’installe en famille trois ans en Grèce et se consacre à sa thèse de doctorat d’État sous la direction de Pierre Birot. Les premiers articles paraissent, révélant une pensée vigoureuse, éprise de synthèse avec Recherches morphologiques dans le Nord du Péloponnèse (Dufaure, 1964), qui défriche des thèmes nouveaux avec Problèmes de néotectonique dans le Péloponnèse (Dufaure, 1965) (Fig. 3), ou renouvelle des thèmes classiques dans Niveaux d’abrasion marine quaternaires autour du Péloponnèse (Dufaure, 1970). Pierre Birot (1966) n’hésite pas à associer Jean-Jacques Dufaure à son cours sur « Le relief calcaire », auquel collaborent aussi Josip Roglić et Jean Nicod (Fig. 4). Sa très solide formation classique est pour Jean-Jacques Dufaure un atout. Germaniste, il peut s’approprier avec aisance les travaux du géologue et géographe Alfred Philippson (1892). Helléniste, maîtrisant aussi bien le grec ancien que moderne, il est partout chez lui sur le terrain.

Fig. 3 – Carte sommaire des principales manifestations de la Néotectonique dans le Péloponnèse, Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique, 1965, (2), 7-3, p. 237.
Fig. 3 – Schematic map of the main manifestations of Neotectonics in the Peloponnese, Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique, 1965, (2), 7-3, p. 237.

Fig. 3 – Carte sommaire des principales manifestations de la Néotectonique dans le Péloponnèse, Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique, 1965, (2), 7-3, p. 237.Fig. 3 – Schematic map of the main manifestations of Neotectonics in the Peloponnese, Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique, 1965, (2), 7-3, p. 237.

Fig. 4 – « Quelques coupes dans le Péloponnèse ». In: P. Birot (1966), p. 175.
Fig. 4 – « Some sections in the Peloponnese ». In : P. Birot (1966), p. 175.

Fig. 4 – « Quelques coupes dans le Péloponnèse ». In: P. Birot (1966), p. 175.Fig. 4 – « Some sections in the Peloponnese ». In : P. Birot (1966), p. 175.

En haut, deux exemples de versants de Richter ; au centre, surface karstifiée barrée au pied du Mont Ziria ; en bas, voûte anticlinale avec champs de dolines dans le centre du Péloponnèse.
Above, two examples of Richter slopes; middle, karstified enclosed surface (karst barré type) at the base of Mount Ziria; below, anticline vault with sinkhole fields in the centre of the Peloponnese.

4Jean-Jacques Dufaure soutient sa thèse devant l’université de Paris-Sorbonne en 1975 sous le titre « Le relief du Péloponnèse ». Cette thèse d’État de près de mille cinq cents pages dactylographiées, est illustrée de nombreuses figures au trait dont certaines sont reprises dans l’ouvrage consacré à la mobilité des paysages méditerranéens (Dufaure et al., 1984). La somme de Jean-Jacques Dufaure, conservée en Sorbonne, n’a jamais été publiée : il ne subsiste de cette période de travail que trois notes (Dufaure et al., 1975a, 1975b. Dufaure et Sébrier, 1976), une communication au colloque AGF de décembre 1976 (Dufaure, 1985a) et les trois cartes – topographique, géologique et géomorphologique – du Péloponnèse, éditées en 1977-1978. Comme le précise M. Calvet (in litt.), ces cartes et ces travaux (notamment les 5 volumes de la thèse dactylographiée, dont deux exemplaires sont conservés à la bibliothèque de la Sorbonne, et un troisième à Géosciences-Azur, Nice), restent des documents de référence, appréciés des chercheurs en activité : dessinés et imprimés au laboratoire de Fernand Joly, le Centre d’Études et de Réalisations Cartographiques et Géographiques du CNRS (aujourd’hui disparu), les trois documents cartographiques semblent ne plus être conservés que par quelques bibliothèques : celles de l’École française d’archéologie (Athènes), du Département de Géographie de Rouen, des Lettres et Sciences humaines de l’Université de Perpignan Via Domitia. L’une des minutes (carte géologique) est encore affichée dans la salle des enseignants de géographie du Centre de Clignancourt (SU-Lettres), et donne un aperçu des talents graphiques de l’auteur (Fig. 5).

Fig. 5 – Minute de la carte géologique du Péloponnèse (Dufaure, 1975, 1977b).
Fig. 5 – Field sheet of the geological map of the Peloponnese (Dufaure, 1975, 1977b).

Fig. 5 – Minute de la carte géologique du Péloponnèse (Dufaure, 1975, 1977b).Fig. 5 – Field sheet of the geological map of the Peloponnese (Dufaure, 1975, 1977b).

Centre de Clignancourt, Paris. Photo CG du 12 octobre 2012.
Clignancourt Building, Paris. Photo CG, October 12, 2012.

5Après avoir été Assistant à la Sorbonne de 1964 à 1970, Jean-Jacques Dufaure enseigne comme Maître-Assistant à l’Université de Rouen où il est titularisé ‘Maître de Conférences’ en 1975 (l’équivalent d’un actuel Professeur de 2e classe). En 1984, il est élu Professeur à l’Université de Paris-Sorbonne : comme le rappelle Jean-Pierre Peulvast (in litt., 19 novembre 2021), « nous devenions alors collègues proches et, dès le début, s’est instaurée entre nous une sorte de respectueuse complicité. Respectueuse au point d’avoir toujours gardé le vouvoiement, car j’étais encore maître de conférences à l’époque, chargé des TD correspondant à ses cours (…), et fort impressionné par la haute réputation qui le précédait ainsi que par la vaste culture et la minutieuse connaissance du terrain dont il avait fait preuve en Grèce. Complicité car, en sa présence, les barrières hiérarchiques étaient abolies : seuls comptaient l’entente intellectuelle, l’enthousiasme – ou le scepticisme – par rapport aux sujets géomorphologiques en vogue, et l’investissement pour certaines causes ». Malgré les charges de ce poste de professeur qu’il occupe jusqu’à son départ à la retraite en 1992, Jean-Jacques Dufaure donne beaucoup de son temps (et de ses forces) au collectif : il a été (simultanément ou successivement) membre de la Commission des milieux physiques méditerranéens du Comité national Français de Géographie (CFG), de l’Association Française de Géographie Physique (AFGP), directeur-adjoint aux côtés d’Alain Godard du Laboratoire de Géographie Physique (LA-141, Meudon), membre fondateur du Groupe Français de Géomorphologie (GFG) dont il fut le premier secrétaire, avec Bernard Dumas premier président, secondés par Marie-Françoise André au secrétariat et par Jean-Pierre Peulvast aux finances. Jean-Jacques Dufaure a donc joué un rôle de tout premier plan dans le développement de la Géomorphologie, et a contribué à enrichir la vie de sa communauté du fruit de sa profonde connaissance de milieux physiques parmi les plus précocement anthropisés du globe : l’autonomisation de la géoarchéologie lui doit beaucoup. Aussi évoquerons nous l’enseignant, le chercheur et le géographe.

2. Un enseignant énergique, généreux et dévoué

6Par sa personnalité et son parcours scientifique, Jean-Jacques Dufaure est l’incarnation du grand savant humaniste doté d’une parfaite connaissance de son domaine d’étude et au-delà d’une immense culture : amoureux de la Grèce, de l’Italie, du monde méditerranéen, le chercheur lance des enquêtes en Iran (avant 1979) et fait en Afrique subsaharienne (Mali) un voyage dont il ramènera un précieux témoignage géographique. Jean-Jacques Dufaure était un enseignant rigoureux et passionné, qui portait la plus grande attention aux étudiants, passant souvent beaucoup de temps sur le terrain à encadrer ses doctorants, toujours accompagné de son épouse, nouant avec eux et leur famille des liens forts et durables. Jean-Pierre Peulvast se souvient « des jurys d’examen et de soutenance de maîtrise, au cours desquels nous découvrîmes les talents de certains des plus prometteurs de nos étudiants devenus par la suite d’éminents collègues : Éric Fouache ou Nathalie Vanara » – entre autres. Après quelques témoignages personnels, deux exemples illustreront à la fin de cette section l’étendue d’une palette dont Jean-Jacques Dufaure savait exprimer toutes les nuances.

7Éric Fouache se rappelle en maîtrise d’un homme débordant d’énergie « qui mimait avec ses mains et de son corps les déplacements tectoniques », et d’un cours vivant, émaillé d’anecdotes. En thèse, le terrain se passait en famille, Madame conversant avec Laurent, leur fils, ou lisant les numéros du Monde accumulés pendant la fin de l’année scolaire. Le soir, les Dufaure invitaient à la taverne très généreusement. Pour Jean-Jacques Dufaure, la Grèce était en quelque sorte un fief, que Pierre Birot avait confié en apanage à ses élèves, parmi lesquels quatre soutinrent une thèse d’État : Jean-Claude Bonnefont (Crète), Bernard Bousquet (Épire et Acarnanie), Jean-Jacques Dufaure (Péloponnèse), Lucien Faugères (Macédoine) (ainsi que Pierre-Yves Péchoux à qui avait été dévolu la Grèce centrale : Béotie, Phocie, Locride). Une entente scientifique n’avait pas tardé à s’établir entre chercheurs, d’abord de manière informelle, puis au sein de la commission des milieux méditerranéens où Bernard Bousquet, Jean-Jacques Dufaure et Pierre-Yves Péchoux – fins connaisseurs des réalités balkaniques, égéennes et chypriotes – purent pousser les études liant les facteurs biophysiques de la morphogenèse et le rôle des sociétés, un groupe bientôt rejoint par René Neboit-Guilhot. Pierre Birot (1958c) avait écrit sur le site de Delphes, Jean-Jacques Dufaure (1976b) propose une étude de « La terrasse holocène d’Olympie et ses équivalents méditerranéens ». Le thème intéresse et se développe assez rapidement, à la surprise de l’auteur et de ses collègues, qui apprécient les réactions positives à leurs premiers articles et resserrent leur complicité thématique. Jean-Jacques Dufaure envoie Éric Fouache en Élide revisiter la terrasse d’Olympie pour une maîtrise liant l’archéologie et la géomorphologie, puis le dirige en thèse sur le thème de l’alluvionnement historique en Grèce (Fouache, 1994). Libéré de toute charge après 1992, le maître accompagne « avec gourmandise » son élève en Albanie, pays longtemps fermé où les attendent les grands fossés tectoniques de Sovjan et d’Ochrid : l’amoureux de la Grèce et des Balkans qu’était Jean-Jacques Dufaure se passionna pour les fouilles du site lacustre de Sovjan (Fouache et al., 2014). Il vécut l’épanouissement de cette nouvelle approche qu’est la géoarchéologie (Burnouf, 2014) comme une forme de reconnaissance de la justesse de son intuition.

8La même curiosité entraîne Jean-Jacques Dufaure sur les pas de Michel Rasse au Mali en 2004, pour une mission où le géographe accompagne des archéologues, assez vite rejoint par d’autres collègues géomorphologues : Aziz Ballouche et Laurent Lespez. Pendant ses années de service militaire en Algérie, Jean-Jacques Dufaure avait rêvé des contrées au sud du Sahara, puis, une fois en poste à Rouen, il avait pu longuement échanger avec le grand spécialiste du Mali et éminent africaniste Jean Gallais (Retaillé, 1999). Sur le plan de la géomorphologie, Jean-Jacques Dufaure n’avait connaissance que des témoignages de Suzanne Daveau, Roger Coque, Gaston Beaudet et Pierre Michel, qui minimisaient la part du Quaternaire « récent », et se réjouissait par avance d’observer la végétation sahélienne, « lui qui était très féru de biogéographie ». Il faut savoir que Michel Rasse avait envisagé de faire sa thèse sous la double direction de Jean-Jacques Dufaure et Jean Gallais dans la région de Niafounké, avant de se replier faute de crédits décents sur l’Apennin ombrien (Rasse, 1994). C’est dire que Jean-Jacques Dufaure avait tout particulièrement applaudi au projet d’un voyage au Mali, heureux de voir les projets d’un autre de ses élèves se concrétiser, et pour lui-même de vivre un rêve de jeunesse (voir infra, 5).

9La grande dorsale de la péninsule italique a offert dans sa partie sud un autre terrain de thèse, le Matese, étudié par Bruno Comentale (1997), qui souligne combien Jean-Jacques Dufaure donnait le sentiment aux étudiants d’embrasser les fondements de la discipline, avec un enseignement précis, dynamique et stimulant, comme dans ce cours d’agrégation de 1983, clair et solidement charpenté, que suivaient également les étudiants de l’option géomorphologie de Licence (3e année, parmi lesquels il figurait), sur le thème Réseau hydrographique et structure (Comentale, 2020). La même option incluait en outre un stage de terrain effectué au printemps dans la région de Privas : les agrégatifs, auxquels se joignaient des étudiants de L3, étaient constitués en petites équipes dirigées par un étudiant plus avancé, en DEA ou en thèse, et Jean-Jacques Dufaure faisait ainsi partager à tous « la valeur jubilatoire du terrain » en même temps que ses grandes qualités de pédagogue et la haute performance d’un chercheur d’exception. Au cours des années 1980, Jean-Jacques Dufaure multiplie les publications avec ses collègues, notamment dans l’Hommage à Pierre Birot, mais aussi sur diverses questions liées au risque et à sa perception en Méditerranée, avec B. Bousquet, P.-Y. Péchoux et R. Neboit, « nous exposant en cours les résultats de leurs travaux », ainsi que ceux de P. Guérémy. En compagnie de René Neboit-Guilhot et de Bernard Bousquet, Dufaure avait parcouru l’extrême sud de l’Italie, étudiant les effets de l’érosion dans les argiles de la vallée du Sinni en Basilicate (Bousquet et al., 1988. Neboit et al., 1988). Très impressionné par les facettes enneigées des Monti Ernici entr’aperçues en février 1989, Bruno Comentale consulte Jean-Jacques Dufaure, qui l’oriente vers un terrain originellement attribué à Mireille Provansal puis « cédé » pour étude à deux étudiants rouennais, Jacqueline et René Poudou (Dufaure et al., 1978), terrain qui se compose du Matese (Comentale, 1997) et des Monts de Caserte où « le massif du Taburno-Camposauro est un Matese en miniature » (Comentale, 2010).

10En ce qui concerne l’Iran, tant Éric Fouache que Bruno Comentale se souviennent que Jean-Jacques Dufaure s’y était rendu à l’invitation du géologue Jacques-Louis Mercier, auteur d’une thèse sur les zones internes des Hellénides (Mercier, 1966), puis d’un manuel de tectonique devenu classique (Mercier et Vergely, 1992). Jacques Mercier, un élève de Louis Glangeaud, avait alors la responsabilité d’un étudiant iranien motivé par la néotectonique, instruit dans le cadre du golfe de Corinthe (Dufaure et al., 1975), d’où la reconnaissance ultérieure sur le piémont occidental du Zagros face au détroit d’Ormuz (Dufaure et al., 1978. Dufaure 1978. Dufaure et Kadjar, 1978). De l’avis même de Bruno Comentale (in litt.), « l’article sur la glacigenèse en régime tectonique compressif est une magistrale leçon de morphotectonique », un fil de chaîne qui arme l’œuvre d’une vie de recherche (Dufaure, 1965, 1978, 2007).

11Mes relations avec Jean-Jacques Dufaure sont un peu postérieures, et datent de l’époque où l’UA-141 logée dans des locaux exigus rue Saint-Jacques venait d’être relocalisée sur le campus de Meudon-Bellevue au bâtiment Y sous la direction d’Alain Godard, Claude Klein puis Jean-Jacques Dufaure exerçant les responsabilités de directeur-adjoint du LA-0141. Lorsque Claude Klein prit sa retraite en 1984, Jean-Jacques Dufaure accepta de reprendre la direction de la thèse que je préparais sur le sud du Massif Central, faisant preuve en cette occasion d’une immense générosité et d’un rare désintéressement : « Je signerai les papiers, mon rôle sera purement administratif. Vous pourrez ainsi conserver le même directeur scientifique ». Mais désintéressement ne signifie pas désintérêt. Assez vite, nous nous rendîmes sur le terrain en compagnie de Madame Dufaure (alors proviseure du lycée Jacques-Decour, à Paris), et du chat du moment : le séjour en Aveyron fut très agréable, nous pûmes faire connaissance, échanger nos impressions sur l’histoire, l’enseignement, la gastronomie, les mérites comparés des vins de Bordeaux et de Bourgogne, les mœurs de la gent féline. J’entends encore Monsieur Dufaure évoquer le souvenir du séminaire de haut niveau donné par Louis Glangeaud (1903-1986), un structuraliste d’exception qui, bien avant les débuts de la tectonique des plaques, possédait une claire vision du puzzle méditerranéen et de l’articulation de ses différentes pièces. Sur le terrain, je conserve le souvenir d’explications lumineuses sur la genèse des glacis d’ablation en roche tendre, ou l’absence de néotectonique subactuelle au pied de l’étroite tour médiévale de Boissezon-de-Masviel, et sur la limite bioclimatique des provinces atlantique et méditerranéenne au sommet de « la belle table du Caroux » (Dufaure, in litt.). Chaque année, nous échangions des vœux, et après ma soutenance de thèse à Perpignan en décembre 2002 (au jury de laquelle Jean-Jacques Dufaure participa, se faisant lecteur d’une lettre de Claude Klein), nos relations se renforcèrent, Jean-Jacques Dufaure acceptant même de donner un bel essai sur la genèse des formes structurales de plissement et la complexité du message qu’elles délivrent dès que sont pris en compte les critères néotectoniques et les variations morphoclimatiques : ce cas de figure montre tout l’écart par rapport aux commentaires scolaires de cartes, qui ne sont au fond qu’une préparation au grand jeu : les études réelles de terrain (Dufaure, 2007). Jean-Jacques Dufaure me fit encore l’amitié de bien vouloir participer à mon jury d’habilitation, et nous nous croisions plusieurs fois l’an rue Saint-Jacques, tantôt lors des travaux de la commission du patrimoine géomorphologique du CNFG (Fig. 6), tantôt à l’occasion des traditionnels « pots » de Paris-IV.

Fig. 6 – Comité National Français de Géographie – Commission du Patrimoine géomorphologique, Paris, Institut de Géographie, salle 304. Photo CG du 8 décembre 2012.
Fig. 6 – French National Geography Committee – Geomorphological Heritage Commission, Paris, Institute of Geography, Room 304. Photo CG, December 8, 2012.

Fig. 6 – Comité National Français de Géographie – Commission du Patrimoine géomorphologique, Paris, Institut de Géographie, salle 304. Photo CG du 8 décembre 2012. Fig. 6 – French National Geography Committee – Geomorphological Heritage Commission, Paris, Institute of Geography, Room 304. Photo CG, December 8, 2012.

De dos, Dominique Sellier, fondateur de la commission, qui masque François Bétard. Dans l’assistance figurent notamment, par rang et de gauche à droite : Bruno Comentale, Jean-Jacques Dufaure, Martine Ambert, Claire Portal ; Robert Moutard, Henri Rougier, Alain Gillet, Mohamed Taabni, Fabien Hobléa, Philippe Tanchou ; Alexandre Poiraud, Nathalie Cayla.
Dominique Sellier, founder of the commission, which hides François Bétard. In attendance, by rank and from left to right: Bruno Comentale, Jean-Jacques Dufaure, Martine Ambert, Claire Portal; Robert Moutard, Henri Rougier, Alain Gillet, Mohamed Taabni, Fabien Hobléa, Philippe Tanchou; Alexandre Poiraud, Nathalie Cayla.

12Lorsqu’il fut contacté par Laurent Lespez en 1993, Jean-Jacques Dufaure lui indiqua « qu’il ne souhaitait plus prendre de direction de thèse, parce qu’il lui semblait plus raisonnable qu’une personne de pleine activité puisse suivre en totalité la durée du travail doctoral ». René Neboit-Guilhot, alors professeur à l’Université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand), et qui venait de mettre à jour son classique sur L’homme et l’érosion (Neboit, 1991), accepta la direction du projet d’étude de la morphogenèse récente d’origine anthropique dans la plaine de Drama-Philippes en Grèce du Nord (Lespez, 1999). Nonobstant, et en cela fidèle à lui-même, Jean-Jacques Dufaure accompagna le jeune chercheur dans ses travaux et lui rendit visite sur le terrain en compagnie d’Éric Fouache qui, en route pour l’Albanie, fit étape dans la plaine de Drama et initia Laurent Lespez au maniement de la sonde russe. Fin connaisseur des Balkans, une région à laquelle il est resté attaché toute sa vie, Jean-Jacques Dufaure « avait particulièrement apprécié » l’intérêt porté « aux volumes et à la dynamique tectonique du Pléistocène, en particulier Moyen » (Dufaure, 1999), « dont pouvaient rendre compte les grands cônes et épandages de déjection qui occupent une grande partie de la plaine ». Non seulement Jean-Jacques Dufaure se montrait « encore très attaché à la relation dynamique morphologique des piémonts, oscillations climatiques, et commande tectonique », mais il est sans doute permis de penser que, « malgré leurs différences personnelles, politiques et scientifiques, la relation Bousquet-Péchoux-Dufaure a joué un rôle important dans la construction d’une géoarchéologie à la française » (Lespez, in litt.). Comme le souligne pour sa part René Neboit (1999), qui dirigea les travaux et la thèse de Laurent Lespez, Jean-Jacques Dufaure fait partie de la lignée des élèves de Pierre Birot qui « ont continué de s’intéresser aux évolutions, mais à l’échelle des temps historiques ». Il s’agit d’un vrai tournant disciplinaire car « la mobilité des paysages se manifeste à toutes les échelles de temps, le temps long, le temps court et le temps présent. Le passage d’une échelle à l’autre n’a rien d’artificiel ni rien d’un reniement. Ces changements correspondent aussi à une évolution de la géomorphologie qui esquisse alors un rapprochement, sur le temps court, avec la géographie humaine et l’histoire, puisque, sur les dix derniers millénaires, elle ne peut pas faire comme si les hommes n’existaient pas » (Neboit, 1999).

13Jean-Jacques Dufaure était une personne fondamentalement enthousiaste. Il détenait une énergie incomparable et possédait ce goût de l’échange scientifique sur le terrain qui ne laisse place ni aux ombres, ni même au clair-obscur. Dans le doute, il voulait bien par bienveillance vous accorder sa confiance et se ranger à votre interprétation. À l’occasion, il pouvait se montrer féroce. Et s’il lui arrivait de marquer son désaccord, il le faisait sans détour, car Jean-Jacques Dufaure « ne prenait pas les choses à la légère » (Lespez, in litt.). Le souci de la pédagogie qui l’animait en toutes circonstances, la rigueur de l’exposé, la clarté de l’expression, la précision du vocabulaire sont la marque de diverses publications. Par exemple, dans un premier article d’analyse des contraintes naturelles et historiques ayant influencé « la mise en valeur des plaines grecques » (Dufaure, 1976), l’enclavement tectonique et le confinement hydrologique des bassins sont analysés à travers les subtiles interactions de la géomorphogenèse karstique et de la néotectonique, compte tenu des contraintes et des potentialités que les variations de l’environnement à l’Holocène offrent à l’anthropisation des milieux. La reprise ultérieure du sujet dans un deuxième article (Dufaure, 2003) est pour l’auteur l’occasion de saluer un quart de siècle plus tard l’apport des thèses d’Éric Fouache (1994) et Laurent Lespez (1999), des études palynologiques de Michèle Denèfle et Anne-Marie Lézine et du rôle actif joué par l’École Française d’Athènes. Mais, homme de fort tempérament, Jean-Jacques Dufaure insiste pour qu’à l’impression les « Remerciements » soient placés en incise dans le corps de l’article, avant la conclusion (et non pas rejetés in fine entre l’article et la liste des références). Avec élégance, l’auteur donne ici son dernier mot sur l’un des thèmes majeurs des recherches de toute une vie, tout en prévenant le lecteur que cette ample synthèse n’aurait jamais vu le jour sans les efforts de tous.

14Les crises des sociétés contemporaines peuvent-elles être analysées au miroir de celles que connurent les sociétés antiques ? Le brutal accident qui frappe le chantier du nouveau port de Nice près de l’embouchure du Var permet à Jean-Jacques Dufaure (1982) de puiser dans sa culture classique des clés d’interprétation de la catastrophe : le 16 octobre 1979 en début d’après-midi, une partie du chantier situé sur le bord sud des pistes de l’aéroport s’effondre en mer, faisant neuf victimes parmi les ouvriers, provoquant un tsunami qui fait encore deux morts 15 minutes plus tard, et impulsant un fort courant de turbidité qui sectionne deux câbles téléphoniques : le Gênes-Barcelone (18h45) à 80 km au large, puis le Gênes-Sassari (23h00) à 110 km au large (données factuelles in Habib, 1994 ; Sahal et Lemahieu, 2011). L’étude de plusieurs catastrophes – Hélikè, 373 BC ; Aegion, 1861 ; delta du Finix, 1963 – montre que sans secousse sismique, le rôle des failles « panamiennes » (listric slump fault) est déterminant, et, avec lui, celui des variations saisonnières de débit et de charge du jet fluvial des rivières côtières, ainsi que de la dynamique et de l’efficacité des courants sous-marins. À Nice, dans une aire très dépourvue d’espaces plans naturels, les modèles corinthiens permettent en comparant les facteurs de cerner les spécificités de l’accident (Fig. 7), où la sous-estimation du risque intervient dans une ambiance qui combine euphorie technicienne et intérêts locaux. La conclusion est ferme : « les travaux récents ont assez modifié le cadre naturel du delta et du bas Var pour que l’on ne puisse exclure une part de responsabilité » (des acteurs). Puisque l’équilibre des dépôts du delta du Var n’est pas assuré, « ce danger d’instabilité persistante après une première rupture ne doit pas être sous-estimé pour l’avenir » (Dufaure, 1982).

15Pour conclure cette partie, nombreux sont les professeurs d’Histoire-Géographie qui, en collège ou au lycée, ont apprécié la belle série de diapositives commentées sur les milieux méditerranéens (Ballais et al., 1983), ou bien cet ample essai consacré à Quelques réalités physiques balkaniques et égéennes (Dufaure, 1992). Le souci constant du collectif est chez Jean-Jacques Dufaure un trait dominant de sa personnalité : enseignant à l’Université, il n’en oubliait pas pour autant ses collègues de l’enseignement du second degré.

Fig. 7 – Les Alpes du Sud, l’embouchure du Var et le littoral urbanisé du cap Ferrat au cap d’Antibes.
Fig. 7 – The Southern Alps, the Var outlet, and the urbanized coastline from Cap Ferrat to Cap d'Antibes.

Fig. 7 – Les Alpes du Sud, l’embouchure du Var et le littoral urbanisé du cap Ferrat au cap d’Antibes. Fig. 7 – The Southern Alps, the Var outlet, and the urbanized coastline from Cap Ferrat to Cap d'Antibes.

7A, « Impacts et cadre naturel sur le delta du Var » (Dufaure, 1982, pp. 151-152).1. Collines conglomératiques (ancienne zone deltaïque pliocène soulevée) ; 2. Terrasse du Quaternaire Moyen ; 3. Terrasse du Quaternaire Récent ; 4. Lit d’inondation actuellement protégé par des digues ; 5. Zone de progradation deltaïque sous-marine ; 6. Front sous-marin du delta (à ravines ?) ; 7. Ancien tracé de la côte (relativement stable dans les conditions naturelles) ; 8. Front d’urbanisation dense. Les flèches 1 et 2 matérialisent approximativement les directions ancienne et moderne du jet fluvial en période de crue ; S.L. : site du noyau d’habitat ancien de Saint-Laurent-du-Var. Les travaux du port sont figurés d’après la dernière couverture aérienne IGN de 1977. – 7B, panache sédimentaire du Var dans la Baie des Anges après un « coup de mauvais temps » d’automne, photo CG du 7 novembre 2016.
7A, “Impacts and natural setting on the Var delta” (Dufaure, 1982, pp. 151-152).1. Conglomerate hills (former Pliocene deltaic zone raised); 2. Middle Quaternary Terrace; 3. Terrace of the Recent Quaternary; 4. Flood bed currently protected by levees; 5. Submarine deltaic progradation zone; 6. Submarine front of the delta (with gullies?); 7. Ancient line of the coast (relatively stable under natural conditions); 8. Dense urbanization front. Arrows 1 and 2 roughly represent the ancient and modern directions of the river jet in times of flooding; S.L .: site of the ancient settlement nucleus of Saint-Laurent-du-Var. The works of the harbour are shown after the last IGN aerial coverage of 1977. – 7B, sedimentary plume of the Var in the Baie des Anges after a short period of autumnal bad weather, photo CG of November 7, 2016.

3. Un géomorphologue passionné et novateur

16À l’est de la terminaison de l’arc égéen au droit de Céphalonie, « la côte corinthienne » du Péloponnèse « n’existe que depuis le Quaternaire ancien puisque les failles côtières soulèvent entre 1 000 et 1 800 mètres les deltas pliocènes » (Dufaure, 1982). Comme le souligne au retour du terrain (Dufaure, 1984c) un André Guilcher enthousiaste, « l’extraordinaire étalement altitudinal par surrection des terrasses marines pléistocènes de Corinthe permet d’en distinguer vingt, réparties sur 500 000 ans. Qui a eu le privilège de les visiter avec Jean-Jacques Dufaure en garde un souvenir impérissable ! C’est à rapprocher des gradins de terrasses coralliennes de la péninsule Huon, Nouvelle-Guinée » (Guilcher, 1988). Marc Calvet (in litt.), qui participait à l’excursion, m’a confié à quel point ce terrain a été décisif dans son apprentissage de la complexité des reliefs de faille ; et Jean-Pierre Peulvast conserve le souvenir intact et lumineux « de la magnifique sortie de terrain en septembre 1984 ». « Comprendre le relief, c’est suivre l’évolution qui aboutit au monde d’aujourd’hui » écrivait Pierre Birot (1958, p. 160), un « rêve rationnel » dont Jean-Jacques Dufaure nous a un jour exprimé l’essence : « Tenir fermement les deux bouts de la chaîne », autrement dit, les mesures et les protocoles d’expérience au laboratoire et sur le terrain, mais aussi les observations, les modèles, concepts et théories sur le versant de l’histoire naturelle des reliefs. Dans les deux voies explorées avec passion au cours de ses recherches, la géomorphologie structurale et la géoarchéologie, Jean-Jacques Dufaure n’a eu de cesse de mettre ce principe en application.

3.1. Géomorphologie structurale

17Le 4 décembre 1976, Gaston Beaudet organisait à l’AGF un colloque sur les cônes rocheux et les aplanissements partiels sur roches carbonatées cohérentes, réunion dont le Bulletin ne conserve que la liste des exposés et les mots d’introduction prononcés par Pierre Birot (Beaudet, 1976). Il fallut attendre dix ans pour que les communications soient publiées dans la série des Mémoires et Documents de Géographie du CNRS (Beaudet, 1985), et c’est dans cet ouvrage que figure une remarquable vue d’ensemble de la géomorphologie du Péloponnèse à travers la diversité des « aplanissements partiels sur calcaires et marbres » (Dufaure, 1976c) : plans karstiques hérités du Miocène supérieur, surfaces de piedmont et pédiments calcaires du Miocène terminal, niveaux de piedmont villafranchiens, cônes rocheux du Quaternaire ancien et Moyen (Dufaure, 1985a). Cet exposé analytique, adossé à une chronologie relative, est d’autant plus important que la somme produite par Jean-Jacques Dufaure (1975) n’a pas été publiée. Il illustre le fait que dans certaines conditions de tectonique exacerbée, les aplanissements généralisés ne sont pas possibles, cédant le pas aux plans partiels des séries rocheuses carbonatées cohérentes, plans dans la genèse desquels interviennent les processus karstiques et les variations bioclimatiques (Fig. 8).

Fig. 8 – Les principaux aplanissements partiels sur calcaires du Péloponnèse (Dufaure, 1985a).
Fig. 8 – The main partial planation surfaces on limestones of the Peloponnese (Dufaure, 1985a).

Fig. 8 – Les principaux aplanissements partiels sur calcaires du Péloponnèse (Dufaure, 1985a).Fig. 8 – The main partial planation surfaces on limestones of the Peloponnese (Dufaure, 1985a).

1. Modelés de pénéplaines. La trame plissée calcaire est reconnaissable ; 2. Plans calcaires parfaits, d’origine karstique (Miocène supérieur ?) ; 3. Aplanissements de piedmont, pédiments et embayments fini-miocènes ; 4. Retouches pliocènes (abrasion marine) et quaternaire (glacis de piedmont) des aplanissements fini-miocènes ; 5. Banquettes de piedmont et embayments villafranchiens, en continuité avec 9 ; 6. Inselberge ; 7. Principaux massifs calcaires (formes structurales dans les Nappes calcaires superposées) ; 8. Épandages à blocs quartzitiques des surfaces messéniennes ; 9. Tables et corniches de poudingues villafranchiens (parties construites des piedmonts 5) ; 10. Reliefs de dissection en roche non calcaire ; 11. Limons actuels et historiques ; 12. Poljés ; 13. Cônes rocheux ; 14. Principaux escarpements de faille pliocènes et quaternaires ; 15. Front de charriage.
1. Modelé of peneplains. The limestone folded pattern is recognizable; 2. Perfect limestone planes, of karst origin (Upper Miocene?); 3. Planation surfaces of piedmont, pediments and embayments of terminal Miocene age; 4. Pliocene (marine abrasion) and Quaternary (piedmont glacis) retouching of terminal Miocene plane levels; 5. Piedmont benches and embayments of Villafranchian age, in continuity with 9; 6. Inselberge; 7. Main limestone massifs (structural landforms in superimposed calcareous Nappes); 8. Quartzite block spreading upon Messenian surfaces; 9. Plateaux and corniches built in Villafranchian poudingues (accumulation parts of piedmont benches 5); 10. Dissection landforms developed in non-limestone rock; 11. Actual and historical silts; 12. Poljés; 13. Rock cones; 14. Main fault scarps of Pliocene and Quaternary age; 15. Front of nappes thrust.

18Au cours des années qui suivent la soutenance de sa thèse d’État en 1975 et jusqu’à la tenue à Paris des Congrès internationaux de géologie en 1980 et de géographie en 1984, qui est aussi l’année de son élection à Paris-IV, assombrie par la disparition de Pierre Birot (Dufaure, 1984a), Jean-Jacques Dufaure publie des articles traitant de la stratigraphie du Plio-Quaternaire en Grèce, de la tectonique et de la néotectonique du Péloponnèse, en particulier la question des niveaux étagés du rebord méridional du golfe de Corinthe. Il s’agit ici des développements d’un thème posé dès 1965, l’apport de la géomorphologie à « l’évaluation des déformations néotectoniques en Grèce » (Bousquet et al., 1977). Un exposé synthétique de ce problème complexe est donné dans le volume d’hommage à la mémoire de Pierre Birot : « La mobilité des paysages méditerranéens » (Dufaure et al., 1984, pp. 11-153). La variabilité bioclimatique et socio-historique reste tributaire de la forte valeur des pentes, et de toutes les perturbations apportées par la haute instabilité sismo-tectonique récurrente. Dans la conclusion de cette première partie, Morcellement tectonique et contrastes de l’espace méditerranéen (ibid., pp. 151-153), Jean-Jacques Dufaure assigne sa limite au champ du fixisme en notant que, « même dans les structures réputées a priori les plus stables, celles des mesetas, il est donc difficile en Méditerranée d’éliminer toute intervention du mobilisme quaternaire pour expliquer les contrastes de volumes », si bien que « par-delà l’opposition évidente entre les deux Méditerranées », de l’Est et de l’Ouest, encore « accrue au Quaternaire, on peut sans trop d’artifice ramener tout paysage méditerranéen à un géosystème de piémont ». Certes, entre Méditerranée orientale (Italie comprise) et Méditerranée occidentale existent des différences, mais qui ne sont que relatives (décalage des chronologies locales), plus apparentes que réelles, liées à la façon d’appréhender la réalité (amélioration des modèles ; nouvelles techniques, mesures, données). Il reste que les méthodes de la géomorphologie, à « une échelle régionale intermédiaire entre celles du géophysicien et du microtectonicien, mettent en évidence un phénomène un peu occulté aux autres échelles : l’extrême variabilité du jeu tectonique, dans l’espace comme dans le temps, qui traduit probablement l’extrême fragmentation superficielle de l’écorce méditerranéenne ».

19Les problèmes de la mise évidence des mouvements verticaux vont encore faire l’objet de plusieurs autres travaux, avec deux reconnaissances en Campanie du Nord (Dufaure et al., 1978, 1988), suivies de plusieurs reconnaissances en Italie centrale avec M. Rasse et D. Bossuyt. Le rôle des mouvements verticaux dans l’individualisation des grands volumes de relief de l’Apennin central adriatique et la persistance des escarpements associés (Dufaure et al., 1988 et 1989) sont en effet au cœur des recherches doctorales menées par Michel Rasse (1994). C’est à partir du Pliocène supérieur que prend corps la dorsale de l’Apennin ombrien, où les amples mouvements à composante verticale vont se superposer aux grands mouvements tangentiels responsables des structures plissées complexes. Deux styles de déformations quaternaires s’observent : le revers tyrrhénien, haché par un système de grandes failles normales à regard occidental, s’oppose au front adriatique soumis à un soulèvement en masse, associé à un basculement à grand rayon de courbure. La notable multiplication d’étagements continentaux peut donc être utilisée comme critère de surrection verticale, comme cela se fait couramment dans l’analyse des bourrelets littoraux grâce au repère des plages soulevées (Rasse, 1994). Un numéro thématique de Physio-Géo première manière (une revue « papier » imprimée et diffusée par l’UA 0141 du CNRS – l’actuel LGP à Meudon, UMR 8591) est consacré à ces questions. Il s’ouvre par un éditorial dans lequel Jean-Jacques Dufaure (1988) revient sur « la composante verticale des tectoniques superposées » : (i) la détermination du degré réel d’activité d’une faille récente, éventuellement vivante et dangereuse, (ii) la mesure des mouvements verticaux modérés, (iii) la détection des mouvements verticaux rapides à grand ou moyen rayon de courbure associés ou non à de grandes failles, (iv) et la prise en compte des échelles dans l’évaluation de la portée d’une déformation, sont les quatre règles à suivre pour éviter les dérives méthodologiques et les erreurs factuelles. En d’autres termes, c’est « tout le cadre géomorphologique, héritages compris » qui « doit être mobilisé », faute d’oublier que « les jeux des unités morphostructurales individuelles peuvent entretenir des relations subtiles – non strictement linéaires – avec la tectonique globale ». C’est le respect de ces règles qui, avec les analyses multi-échelles et les outils de datation numériques, a notamment permis de résoudre des problèmes depuis longtemps posés par Pierre Birot (1937), par exemple d’établir la démonstration de la mise en place tardive des grands volumes montagneux actuels dans les Pyrénées (Calvet et al., 2021).

20Mais l’analyse fine du signal tectonique permet de suivre trois autres pistes, à travers les relations des amonts avec les piémonts, de la tectonique avec les tremblements de terre, et de l’impact de l’aléa sismique sur les sociétés historiques et protohistoriques. Ces trois thèmes ont été au cœur des travaux de l’équipe « Méditerranée » du LA 141, ainsi que des activités d’une commission du CNFG qui, prenant le relais de la commission d’étude des versants présidée de 1964 à 1972 par Pierre Birot puis André Journaux, a fonctionné de 1976 à 1996 : Étude des formations superficielles et de la dynamique des versants (1976-1980, A. Journaux, J. Pellerin), Milieux physiques méditerranéens (1980-1984, J.-J. Dufaure assumant présidence et secrétariat ; 1988-1992, J. Raffy, G. Couvreur), Environnement physique des régions méditerranéennes (1984-1988, R. Lhénaff, B. Bousquet), Géographie des milieux méditerranéens (1992-1996, J. Raffy, G. Couvreur) (Galochet, 2020).

3.1.1. Les relations montagnes/piedmonts

21Dans le cadre des travaux de la Commission des milieux physiques méditerranéens du CNFG et de la Recherche coopérative sur programme 461 du CNRS, Relief et néotectonique des pays méditerranéens, Jean-Jacques Dufaure avait pu se rendre en 1977 dans la région de Minab en Iran à l’est de Bandar Abbas (Dufaure, 1978), où « les reliefs de type jurassien de la terminaison orientale du Zagros, pris en écharpe par un accident transformant, ont été partiellement arasés par les glacis de piedmont du Ku-e-Zendan (unité du Makran) », qui sont à leur tour « cisaillés par des chevauchements car la compression se poursuit », en sorte que la composante verticale de la déformation explique l’ouverture de cluses par les oueds à travers les dépôts (Fig. 9) (Dufaure, 2007). D’où le besoin de mieux préciser la part de la néotectonique dans le bilan sédimentaire (ce que Walther Penck et Pierre Birot appelaient les formations corrélatives du signal tectonique), et les trois communications présentées dans les colloques internationaux tenus en mai et décembre 1982 à Toulouse, Montagnes et Piémonts en hommage à François Taillefer, Villafranchien méditerranéen à Lille où exerçait René Lhénaff : sur le classement des piémonts égéens (Fig. 10) (Bousquet et al., 1984a), le Villafranchien (Quaternaire ancien) de la péninsule hellénique (Bousquet et al., 1982), la néotectonique méditerranéenne dans ses rapports avec la morphogenèse plio-pléistocène (Dufaure, 1983). Du fait de l’inégale intensité de la néotectonique suivant les régions et malgré nombre d’incertitudes, la composante tectonique « paraît essentielle pour rendre compte de la morphogenèse du Villafranchien inférieur et moyen (Pliocène supérieur) alors que le froid est probablement la cause principale de la dégradation des versants enregistrée au Villafranchien supérieur (Pléistocène inférieur) » (Dufaure, ibid.) La mise au point de La mobilité des paysages méditerranéens (Dufaure et al., 1984) ayant fait ressortir la très grande difficulté d’offrir « une vision synthétique des héritages » du Quaternaire moyen, « de leur chronostratigraphie surtout, et, naturellement, de leur interprétation paléoclimatique » (Dufaure, 1985b), un troisième colloque est organisé à Paris dans le cadre de l’AGF en novembre 1985 (Dufaure et al., 1986), dont les communications font l’objet d’un numéro double de Physio-Géo diffusé dès septembre 1985 (n° 14-15) : Héritages géomorphologiques et paléoenvironnements du Quaternaire moyen méditerranéen, avec une communication (Bousquet et al., 1985) et une note de synthèse (Dufaure, 1986c).

Fig. 9 – Les glacis de piedmont de la région de Minab (contact Makran-Zagros, sud-est de l’Iran).
Fig. 9 – The piedmont glacis of the Minab area (Makran-Zagros contact zone, south-eastern Iran).

Fig. 9 – Les glacis de piedmont de la région de Minab (contact Makran-Zagros, sud-est de l’Iran).Fig. 9 – The piedmont glacis of the Minab area (Makran-Zagros contact zone, south-eastern Iran).

9A, Vue cavalière des glacis de piedmont du Makran, établis sur l’anticlinal de Minab (Dufaure, 1978, fig. 4, p. 103) ; 9B, Activité récente du chevauchement frontal du pli de Minab, au nord de Minab (Dufaure, 1978, fig. 8, p. 110) ; 9C, Photo du chevauchement frontal (Dufaure, 1977), avec, à gauche (ouest), éventail détritique du Pléistocène Moyen chevauché à l’est par l’anticlinal de Minab (Mio-Pliocène ? Série marno-gréseuse du Zagros), activement dilacéré par les oueds qui répondent à la composante verticale de la compression. Le pli avait été arasé par des glacis de piedmont en fonction du grand accident chevauchant du Koh-e-Zendan (Makran) plus à l’est (Fig. 9A).
9A, Bird’s eye perspective of the Makran piedmont glacis, developed across the Minab anticline (Dufaure, 1978, fig. 4, p. 103); 9B, Recent activity of the frontal overlap of the Minab fold, north of Minab (Dufaure, 1978, fig. 8, p. 110); 9C, Photo of the frontal overlap (Dufaure, 1977): to the left (W), a Middle Pleistocene detrital fan is overthrust eastward by the Minab anticline (Miocene to Pliocene? Marls and sandstones Zagros series), and strongly dissected by wadis in response to the related vertical uplift. Further along its strike to the east (Koh-e-Zandan thrust, Makran, Fig. 9A), this same fold has been bevelled by pediments cutting back from the piedmont.

Fig. 10 – Piémonts égéens dans la péninsule hellénique (Bousquet et al., 1984a, Fig. 1, p. 366).
Fig. 10 - Aegean Piedmonts in the Hellenic Peninsula (Bousquet et al., 1984a, Fig. 1, p. 366).

Fig. 10 – Piémonts égéens dans la péninsule hellénique (Bousquet et al., 1984a, Fig. 1, p. 366).Fig. 10 - Aegean Piedmonts in the Hellenic Peninsula (Bousquet et al., 1984a, Fig. 1, p. 366).

1. Piémont persistant (hérité ou récurrent) ; 2. Piémont transformé ; 3. Plaine de niveau de base ; 4. Front de chevauchement ; 5. Faille.
1. Persistent Piedmont (inherited or recurrent); 2. Transformed Piedmont; 3. Grand base-level plain; 4. Overthrust front; 5. Fault.

3.1.2. Les enseignements des séismes actuels

22Il arrive que l’observation directe d’un phénomène naturel rare permette de faire reculer les réticences à l’encontre de celui-ci, ainsi pour le cratère d’impact de Chicxulub (Mexique) grâce à la collision des 23 fragment de la comète Shoemaker-Levy 9 avec Jupiter entre le 16 et le 22 juillet 1994. Les débats sur les effets supposés de l’impact d’une météorite ont en outre permis de réintroduire une part de catastrophisme dans les sciences de la Terre, les événements instantanés non graduels de type « révolution » retrouvant droit de cité à côté des évolutions ou des transformations lentes : le gradualisme est un postulat « uniformitarien », qui n’entre pas dans la définition de l’actualisme (Gould, 1987). Les séismes ne sont pas des phénomènes rares, et le bruit de fond sismique enregistré en continu par des batteries de sismomètres en réseau ne cesse jamais. En revanche, il n’est pas si commun de pouvoir étudier avec précision les effets géomorphologiques d’un tremblement de terre, et l’intérêt de Jean-Jacques Dufaure, Bernard Bousquet et Pierre-Yves Péchoux pour la néotectonique ou tectonique active ne pouvait que les porter à s’intéresser aux relations entre séismes et géomorphologie.

23Le mot même de « néotectonique » nécessite quelques éclaircissements, car au fil du temps et de l’évolution des idées, la notion s’est chargée de sens bien différents (Calvet, com. pers.). Le vieux terme de néotectonique, auquel les géosciences préfèrent aujourd’hui sismotectonique ou tectonique active, est en fait daté et ambigu : daté, car il est apparu au milieu du 20e siècle à un moment où la tectonique des plaques n’était pas encore devenue le paradigme intégrateur, la « science normale » au sens de Kuhn (1962) ; ambigu, car dès l’origine le mot a présenté deux sens passablement différents : un sens chronologique de tectonique récente et un sens génétique de tectonique d’un style nouveau, faite surtout de jeux de failles et de déformations d’ensemble épeirogéniques (mouvements à grand rayon de courbure de Pierre Birot). La conception chronologique de tectonique récente est pour l’essentiel celle des géomorphologues, attachés à une tectonique capable de fabriquer des volumes de relief ou de modifier significativement des formes préexistantes, quel que soit le style (cassant, souple, à moyen ou grand rayon de courbure). L’important est la part de la composante verticale. Cette vision est en partie tributaire du calendrier des « phases » de Stille (in Goguel, 1965), la néotectonique correspondant aux phases styrique (Miocène moyen), attique (Miocène supérieur), rhodanienne (Pliocène), et valaque (Quaternaire ancien).

24Or, avec la tectonique des plaques il est devenu manifeste que la mobilité de la lithosphère est un fait permanent et généralisé, bien que le rythme, l’intensité et le style de la déformation puissent changer au cours du temps et/ou selon les lieux. La conception génétique de tectonique nouvelle était pour l’essentiel celle des géologues, qui tendaient à privilégier la tectonique compressive des « phases orogéniques majeures » responsables des grands systèmes plissés et charriés, ayant leurs métamorphismes et leurs granites, et aboutissant à la structuration profonde et intime de tout un segment de l’écorce terrestre. Dans cette perspective, la tarditectonique est celle des déformations décrochantes encore compressives, la néotectonique désignant ici les déformations post-orogéniques plutôt extensives avec découpage de la croûte en horsts et fossés par un jeu de failles normales. Bien que les systèmes orogéniques en fin de vie soient censés s’effondrer sur eux-mêmes quand la compression aux limites ne les soutient plus, il faut aussi tenir compte des effets compensatoires de l’isostasie, qui entraîne plutôt un soulèvement d’ensemble. Mais cette conception s’avère aussi en partie dépassée. Dans les conditions actuelles de la répartition des contraintes, la déformation majeure n’est pas forcément achevée, et n’appartient pas obligatoirement au passé (Calvet, 2016). Un groupe de trois géologues, s’appuyant sur des travaux géomorphologiques (Philip et al., 2007), a réhabilité le terme néotectonique à côté de tectonique active, insistant sur le sens chronologique : en Europe, « le terme de néotectonique a été employé pour caractériser les déformations ainsi que les mouvements de grande ampleur que géologues et géomorphologues observent grâce aux terrains pléistocènes », quand « d’autres termes comme « tectonique récente » et « tectonique active » couvrent en partie le même champ d’observation. Tectonique récente est utilisé soit pour parler des derniers 10 000 ans, soit dans un sens plus large et peut alors dépasser le cadre du Pléistocène. Quant à tectonique active, elle correspond « aux processus tectoniques qui déforment la croûte terrestre à une échelle de temps significative pour la société humaine » (Keller et Pinter, 2002). Il paraît donc préférable de conserver le terme de néotectonique, « la nécessité de singulariser cette partie de la tectonique tenant aussi bien à ses applications qu’à ses méthodes, avec un rôle important de la géomorphologie » (Philip et al., 2007, p. 97).

25La double vague sismique qui survient en février-mars 1981 en Béotie donne un modèle grandeur nature qui complète les enseignements tirés des séismes du Monténégro (avril-mai 1979), d’El Asnam en Algérie (octobre 1980), et de l’Irpinia en Campanie-Basilicate (novembre 1980). En Grèce, l’extension sud-égéenne se concentre en particulier sur le rift de Corinthe (Papanastasiou et al., 1993), avec les deux failles actives de Kaparelli au nord, de Psatha au sud, qui encadrent le Mont Cithéron (ancien horst néogène actuellement en cours d’effondrement). La crise de 1981 comporte deux chocs, en février sur la faille sud (M : 6.4-6.7), en mars sur la faille nord (M : 6.3) du rift. Jean-Jacques Dufaure a publié une remarquable photo du petit mais très net escarpement créé par le séisme (Fig. 11-A), dit aussi scarplet. Cet escarpement cosismique localisé par les deux flèches rouges est haut de 1 à 2 m, raide (60°), et la roche y est mise à nu (noter la tranche de sol brun visible au sommet du scarplet). Mais l’escarpement topographique (double flèche verte) qui résulte de la succession des séismes au cours du Quaternaire est haut de plusieurs dizaines de mètres et sa pente ne dépasse pas 30° (Dufaure, 2007). Entre chaque séisme, les agents d’érosion ont le temps de lisser et d’émousser le versant, la pédogenèse de se développer (sol brun), la végétation de s’installer. Seul le dernier rejeu de la faille, active, reste visible dans la topographie. L’escarpement de Kaparelli (Fig. 11-B), au beau milieu du bassin de Thèbes, est haut d’une centaine de mètres. Le versant réglé en calcaire massif surmonte un scarplet subvertical de 8-10 m. La dépression est dans les épaisses marnes pliocènes. L’interprétation première était logiquement d’interpréter le versant comme un escarpement de ligne de faille révélé ou exhumé (Dufaure et al., 1984, p. 48-49), mais le séisme de 1981 a démontré qu’il s’agissait d’un escarpement de faille actif (Fig. 11-A-B).

26Le miroir de faille et le versant associé sont les éléments clés de l’analyse critique du relief d’escarpement (Dufaure et al., 1984, p. 35-49). La bande claire à la base est comme une plinthe qui marque le rejeu (ici 1 m) lors du séisme de 1981, et les flèches jaunes indiquent la trace du muret de pierres sèches (murger) qui, avant le séisme, venait s’appuyer à la paroi. Le miroir de faille (patine grise) haut de 8 à 10 m implique au moins 5 à 8 séismes comparables pendant l’Holocène, une longue suite historique d’ailleurs attestée par un texte de Strabon (Dufaure et al., ibid.) La régularisation intervenue lors des phases froides du Pléistocène supérieur a effacé les traces des séismes antérieurs, mais si l’on extrapole à partir de la vitesse holocène, 100 000 ans auraient donc suffi pour édifier l’escarpement. Un travail de géodésie (Stiros et al., 2007) a démontré pour le bloc nord un soulèvement absolu de 15 cm, contre un affaissement absolu de 25-35 cm du bloc sud. Ce rapport de 1/3 pour 2/3 indique des proportions plus fortes que dans le modèle classique où, dans le cas d’une faille normale, le soulèvement est 5 fois plus faible que la subsidence (cas du séisme de Borah Peak, Idaho, 1983 : Bull, 2008, fig. 1.16).

Fig. 11 – Du scarplet à l’escarpement de Kaparelli (Béotie, Grèce).
Fig. 11 – The Kaparelli scarplet and escarpment (Voiotia, Greece).

Fig. 11 – Du scarplet à l’escarpement de Kaparelli (Béotie, Grèce).Fig. 11 – The Kaparelli scarplet and escarpment (Voiotia, Greece).

11A, Le scarplet dû au séisme de mars 1981 : « ressaut de faille en roche meuble avec une dénivellation de 60 à 80 cm, tranchant un matériel rocheux clair d’âge néogène, sous un voile de colluvions rougeâtres affectés d’une légère pédogenèse. Chaume et jachère labourée aux premiers plans ; Phrygana et boisement de chênes kermès aux seconds plans » (Bousquet et al., 1984d, fig. 3, p. 61 ; photo JJD, 4 septembre 1983, in Dufaure, 2007, Fig. 1, modifiée Calvet, 2016) ; 11B, une autre vue de l’escarpement de Kaparelli (photo MC, 1984) ; 11C-D, le miroir de la faille de Kaparelli (ibid.), la bande claire à la base marquant le rejeu lors du séisme de 1981 (ici 1 m), et la flèche jaune indiquant la trace du muret de pierres sèches qui venait s’adosser à la paroi (Calvet, 2016) (voir aussi Fig. 14, infra).
11A, The scarplet due to the March 1981 earthquake: “small fault scarp in soft rock, high of 60 to 80 cm, cutting through a light beige rocky material of Neogene age, under a veil of reddish colluvium affected by a slight pedogenesis (brown soil). Thatch and ploughed fallow in the foreground; Phrygana and afforestation of Kermes oaks in the background ” (Bousquet et al., 1984d, fig. 3, p. 61; photo JJD, September 4, 1983, in Dufaure, 2007, Fig. 1, modified Calvet, 2016); 11B, another view of the Kaparelli escarpment (photo MC, 1984); 11C-D, the mirror of the Kaparelli fault (ibid.), with a light metric band at the base marking the coseismic activity during the 1981 earthquake, and the yellow arrows indicating the trace of the dry stone wall close to the cliff before the 1981 earthquake (Calvet, 2016) (also see Fig. 14 below).

Fig. 12 – Escarpements de ligne de faille, escarpements composites, escarpements de faille (Péloponnèse, Grèce).
Fig. 12 – Fault line scarps, polygenetic fault scarps, fault scarps (Peloponnese, Greece).

Fig. 12 – Escarpements de ligne de faille, escarpements composites, escarpements de faille (Péloponnèse, Grèce).Fig. 12 – Fault line scarps, polygenetic fault scarps, fault scarps (Peloponnese, Greece).

12A, Exemples pris dans le bourrelet corinthien du Péloponnèse (Dufaure et al., 1984, fig. 20, p. 47) ; 12B, La ligne de miroirs de l’escarpement de faille du Taÿgète (photo JJD, in Dufaure, 2007, fig. 6B) ; 12C-D, L’escarpement de faille du Taÿgète au-dessus de la plaine de Sparte (photo MC, in Calvet, 2016 ; voir aussi Dufaure, 2007, fig. 6D).
12A, Examples taken from the Corinthian rim of the Peloponnese (Dufaure et al., 1984, fig. 20, p. 47); 12B, The line of mirrors along the Taÿgète fault escarpment (photo JJD, in Dufaure, 2007, fig. 6B); 12C-D, The Taÿgète fault escarpment above the plain of Sparta (photo MC, in Calvet, 2016; see also Dufaure, 2007, fig. 6D).

27Les escarpements de ligne de faille sont fréquents dans le Massif Central, et Jean-Jacques Dufaure, qui m’interrogeait sur la feuille de Mende à l’oral de l’agrégation en 1980, m’avait impressionné par sa maîtrise de l’analyse et de la définition des reliefs faillés. En Grèce, le bourrelet corinthien du Péloponnèse présente de beaux escarpements de ligne de faille, dénués de tout rejeu quaternaire : escarpements dérivés, révélés ou en voie d’exhumation (Fig. 12A, situations A, B et B1), qui ne doivent leur existence dans le paysage qu’à l’action des agents d’érosion sur une trame structurale composée de blocs faillés. Dans le cas du front du Marmari (Fig. 12A, situation C), il s’agit d’un escarpement composite, de ligne de faille révélé à la base et escarpement de faille primitif dans la partie haute en liaison avec un important rejeu quaternaire de la faille active (Dufaure 1975, in Dufaure et al., 1984). Dans le massif du Taÿgète, qui domine à l’ouest la plaine de Sparte, le versant réglé dans les marbres et talus d’éboulis sur 250 m de dénivelé est traversé par la ligne des miroirs (Fig. 12B), d’abord interprétée avec prudence, sans exclure la possible intervention de l’érosion. C’est d’ailleurs le sens de la légende qui accompagne la figure 6B (Dufaure, 2007) : haute de 1 à 15 m, cette ligne est « clairement attribuable à l’érosion différentielle holocène le long des rainures attaquant le plan régularisé », avec « une certaine ambiguïté » entre les ravins. Mais aux échelles du versant et plus encore du massif, les formes du relief racontent une histoire tout inscrite dans le paysage (Fig. 12C-D, Calvet 2016). Les crêtes, vers 2400 m, sont soit un bloc soulevé récent (escalier de faille), soit des reliefs résiduels sur un aplanissement partiel dont les restes se tiendraient entre 1200 et 1500 m (Fig. 12C). En contrebas, sont visibles deux générations de facettes : les plus anciennes (FA) ont une pente moyenne, les plus récentes (FTR) une pente plus raide et une géométrie en forme de trapèze (Fig. 12C-D). Le scarplet a fait l’objet d’une datation 36Cl, et divers événements ont été précisés : le séisme de 464 av. J.-C. (2 800 ± 300 BP) a donné un jeu de 2 m, mais il avait été précédé par 4 séismes antérieurs de même intensité (magnitude 7) au cours des 13 000 dernières années, séparés par des intervalles de 500 à 4 500 ans (Benedetti et al., 2002). Cette publication (non citée en 2007) permet donc de lever l’ambiguïté locale et, comme le notait l’auteur dans sa synthèse (Dufaure, 2007) sur les relations entre érosion différentielle, aplanissements et tectonique continentale, l’escarpement du Taÿgète est bien le type même du « grand escarpement originel à facettes, car les roches tendres du fossé ne jouent pas de rôle dans son dégagement par érosion différentielle : le Pliocène lacustre, incliné vers l’angle de faille, passe sous la batterie de cônes pléistocènes à holocènes qui équilibrent la subsidence concomitante du jeu de la faille » (Dufaure, 2007, fig. 6D). L’auteur a rendu au trait de façon très expressive (Fig. 13) d’autres beaux escarpements associés à des failles complexes (Dufaure et al., 1999).

Fig. 13 – Un exemple de fossé balkanique : le bassin de Korçë, Albanie (Dufaure et al., 1999).
Fig. 13 - A Balkan graben example : the Korçë basin, Albania (Dufaure et al., 1999).

Fig. 13 – Un exemple de fossé balkanique : le bassin de Korçë, Albanie (Dufaure et al., 1999).Fig. 13 - A Balkan graben example : the Korçë basin, Albania (Dufaure et al., 1999).

13A, Vue cavalière de l’escarpement de Korçë entre Mborja et Drenova (ibid., fig. 4, p. 118) ; 13B, Croquis de la faille de Korçë près de Drénova (ibid., fig. 3, p. 117) ; 13C, La bordure occidentale de la plaine au nord de Maliq (ibid., fig. 5, p. 119).
13A, Bird’s eye perspective view of the Korçë escarpment between Mborja and Drenova (ibid., Fig. 4, p. 118); 13B, Sketch of the Korçë fault near Drénova (ibid., Fig. 3, p. 117); 13C, The western edge of the plain north of Maliq (ibid., Fig. 5, p. 119).

3.1.3. L’aléa sismique et les sociétés historiques/protohistoriques

28La Provence, le Péloponnèse, la péninsule hellénique ne sont pas, tant s’en faut, les seules régions du domaine méditerranéen où Jean-Jacques Dufaure a exercé ses talents. En Italie, la grande chaîne des Apennins est l’objet de séismes attestés depuis le Moyen Âge (1349), qui se succèdent à intervalles plus ou moins réguliers : depuis le tremblement de terre de l’Irpinia (1980), cinq séismes majeurs se sont produits (Marche et Ombrie, 1997 ; Molise, 2002 ; L’Aquila, 2009 ; Amatrice, 2016 ; Italie centrale, 2017). Les Apennins et la Sicile ont été le support de nombreux travaux en géomorphologie, des thèses d’État de grand style (Demangeot, 1965. Neboit-Guilhot, 1974. Guérémy, 1977. Raffy, 1983. Hugonie, 1984. Gosseaume, 1987) aux nouvelles thèses plus thématiques, deux dirigées par Jean-Jacques Dufaure (Rasse, 1994. Comentale, 1997). Le premier article significatif du thème « séismes et sociétés » est issu d’une séance de l’AGF organisée par Jean Demangeot sur la composante endodynamique dans la morphogenèse : les séismes apparaissent « comme une combinaison de processus capables à la fois de triturer la roche et d’y déclencher des mouvements en masse aussi bien que de déplacer les débris répartis au sol » (Bousquet et al., 1981). En mai 1983 était organisé à Nice, sous l’égide de l’Association française de géographie physique (AFGP) et à l’initiative de M. Julian et de J. Martin, le colloque « Effets des séismes sur les reliefs de haute énergie », dont l’un des objectifs est de favoriser le dialogue et la collaboration entre géomorphologues, géologues et géophysiciens. La cartographie du faciès des paysages à morphogenèse rapide sur des aires où la sismicité est attestée depuis l’Antiquité, couplée à l’analyse fine des effets des séismes actuels entre 1953 (catastrophe des Îles Ioniennes) et février-mars 1981 (Béotie), « permettent d’apprécier le degré de longévité variable des effets morphologiques d’origine sismique. Les plus durables (jonchées de blocs, éboulis désordonnés, tendance à la régularisation mécanique des versants – en complément des facteurs climatiques de la morphogenèse) sont des critères importants pour délimiter les aires à hauts risques sismo-tectoniques » (Bousquet et al., 1894b). Quelques mois plus tard (novembre 1983) se tient à Antibes un autre colloque cette fois à l’initiative du Centre de recherches archéologiques du CNRS qui, outre des archéologues, réunit des épigraphistes, historiens, géologues et géographes, venus débattre de l’importance des tremblements de terre pour l’histoire et l’archéologie. Ici, comment ne pas être frappé de cette irréductibilité de la géographie, ni science naturelle, ni science sociale mais tout cela à la fois, science du complexe et de la totalité dont la synthèse serait comme la marque de fabrique ? Comme le rappelle l’analyse des communications d’Antibes (Péchoux, 1984), l’étude des monuments et des vestiges architecturaux convoque des méthodes analogues à celles mises en œuvre dans l’analyse des miroirs de faille, quand la critique des sources autour du « tremblement de 365 » connu par Ammien Marcellin n’est pas sans rappeler la géographie historique des pères-fondateurs de la géographie universitaire en France, de Paul Vidal de La Blache (Hérode Atticus) à Lucien Gallois (géographes allemands de la Renaissance ; Oronce Fine) ou Marcel Dubois (ligues étolienne et achéenne ; Strabon). Et, de même que des projets comme le lancement des Annales de Géographie ou la réalisation d’une nouvelle géographie universelle n’eussent pas abouti sans synergies, c’est l’amicale complicité de Bernard Bousquet, Jean-Jacques Dufaure et Pierre-Yves Péchoux, construite sur le site de Delphes, qui forme le fertile terreau de ces études aux thématiques entrecroisées, et à toutes les échelles.

Fig. 14 – Des terrains partagés, une collaboration féconde.
Fig. 14 – Shared field studies, fruitful collaboration.

Fig. 14 – Des terrains partagés, une collaboration féconde.Fig. 14 – Shared field studies, fruitful collaboration.

14A, Un miroir calcaire à rejeu sismique, selon Pierre-Yves Péchoux (Dufaure et al., 1984, fig. 21, p. 48) ; 14B, Effets géomorphologiques d’un séisme en milieu méditerranéen, selon Bernard Bousquet (ibid., fig. 74, p. 286-287).
14A, A limestone mirror with seismic replay, according to Pierre-Yves Péchoux (Dufaure et al., 1984, fig. 21, p. 48); 14B, Geomorphological effects of an earthquake in the Mediterranean environment, according to Bernard Bousquet (ibid., fig. 74, p. 286-287).

29Les communications de novembre 1983 (Bousquet et al., 1984c, 1984d) se proposent « de repérer ce qui, dans les paysages d’aujourd’hui, en particulier dans les versants, peut être attribué avec certitude à des décapages ou à des déformations d’origine sismique. (…) Il ne s’agit point de faire le lit d’un nouveau cours du catastrophisme, mais d’accorder aux séismes, là où ils sont fréquents et efficaces, souvent en raison des caractères antérieurs des formes du relief, la part qui leur revient dans l’évolution de ces reliefs et la marque distincte qu’ils leur imposent » (Péchoux, 1984). Enfin, lors de la journée thématique de l’AGF sur les sociétés antiques et le milieu naturel organisée à Paris en janvier 1984 par R. Neboit et les membres de l’équipe Géomorphologie climatique et historique des régions méditerranéennes du LA 141, un dernier exposé synthétique est proposé (Bousquet et al., 1984e). Comme le note R. Neboit (1984), le problème est de « comprendre comment et pourquoi, surtout aux époques tardives, le même séisme peut se transformer en plusieurs séismes, ou plusieurs séismes différents se fondre en une seule catastrophe fictive ». Ainsi le thème des relations entre les tremblements de terre et les sociétés d’hier à aujourd’hui s’est-il avéré particulièrement fécond (Dufaure et al., 1984, pp. 278-301) (Fig. 14), depuis l’évolution anthropique et biophysique des versants à la géographie historique des aires sismiques, ou de la contribution des géomorphologues à l’aménagement du territoire et aux études croisées de géomorphologie et d’archéologie.

3.2. Géoarchéologie

30En 1969, Claudio Vita-Finzi publiait un ouvrage qui, bien que bref, allait connaître un très grand retentissement : The Mediterranean valleys : geological changes in historical times (Vita-Finzi, 1969). Dans le compte-rendu qu’il donne de cet essai, P. Birot (1971) note que « l’auteur s’est intéressé à l’épineux problème que pose l’existence à peu près généralisée d’une basse terrasse de 3 à 10 mètres qui s’est formée dans un très grand nombre de vallées méditerranéennes pendant la période historique », Andalousie, Italie, Tripolitaine, vallée du Jourdain, « sans oublier les terrasses rharbiennes du Maghreb, et naturellement le paysage impressionnant qu’offre l’ensevelissement du temple d’Olympie ». Alors qu’il vient de soutenir sa thèse et multiplie les notes et articles de géomorphologie structurale, Jean-Jacques Dufaure prend le temps de participer à la séance thématique de l’AGF du 13 mars 1976 sur « Les variations climatiques holocènes et la géomorphologie », avec une communication sur « La terrasse holocène d’Olympie et ses équivalents méditerranéens » (Dufaure, 1976b), soucieux de toujours tenir les deux bouts de la chaîne : le puzzle structural, le climat et ses variations, la dynamique des sociétés humaines. Après avoir présenté les caractères distinctifs de la « Terrasse d’Olympie », géomorphotype d’un « modelé holocène » connu sur tout le pourtour méditerranéen, de fait « une basse terrasse historique intercalée dans un continuum de dissection post-würmien », Jean-Jacques Dufaure discute les problèmes chronologiques et d’interprétation que pose cette famille de formes, soupesant la part des facteurs tectoniques, climatiques, biogéographiques, anthropiques, et eustatiques dans le cas du Rharb, recourant à la méthode des hypothèses multiples discutées au fil de l’essai et débouchant sur des conclusions ouvertes, qui marquent les acquis et pointent les sujets en suspens réservés pour l’avenir. L’interprétation alors retenue de ce site « où le meilleur critère de datation est l’archéologie » (Fig. 15A) est « une combinaison complexe (variant de ce fait selon les climats régionaux et le continuum historique local ?) », qui associe « des facteurs climatiques – petites fluctuations sèches agissant sur la tenue du tapis herbacé – et anthropiques : décapage néolithique des sols minces de l’optimum atlantique » suivi du « surpâturage des sous-bois et arboriculture/viticulture collinéenne ». L’édification de cet ensemble, avec lequel interfère la construction d’un mur (Kladéos), « suggère des relais entre causes de déséquilibre, … une datation médiévale avec des prodromes sous l’Empire romain » étant l’hypothèse la plus probable. Quant à la dissection, elle « coïncide avec le Petit Âge Glaciaire (1500-1850), ici fluctuation “humide” » (Dufaure, 1976b).

Fig. 15 – Archéologie et géomorphologie en Péloponnèse.
Fig. 15 – Archaeology and geomorphology in the Peloponnese.

Fig. 15 – Archéologie et géomorphologie en Péloponnèse.Fig. 15 – Archaeology and geomorphology in the Peloponnese.

15A, Un géomorphotype holocène : la Terrasse d’Olympie (Dufaure, 1976b, fig. 1, p. 87). 15B, Vestiges de Pheia (plage d’Ayios Andreas, Katakolon, Élide) (Bousquet et al., 1987, fig. 5, p. 145).
15A, A Holocene geomorphotype : The Terrace of Olympia (Dufaure, 1976b, fig. 1, p. 87). 15B, Vestiges of Pheia (Ayios Andreas beach, Katakolon, Élide) (Bousquet et al., 1987, fig. 5, p. 145).

31Ces quelques lignes ne donnent qu’une pâle idée de la richesse d’un article – d’ailleurs cité dans l’histoire écologique de l’Europe méditerranéenne (Grove et Rackham, 2003) – qui, parfait exemple méthodologique, est souvent donné à lire aux étudiants avancés. Dans les discussions qui suivent, Pierre Birot note que « les accumulations anthropiques se sont effectuées pendant les climats à précipitations peu concentrées, alors qu’au seizième-dix-septième siècle le creusement s’est effectué facilement par des précipitations concentrées dans des sédiments fins ultra-tendres ». René Neboit souligne quant à lui « les différences considérables qui existent entre les terrasses grecques et celles de Lucanie » : épaisseur décamétrique, plus grande ancienneté, problèmes de genèse, pulsations néotectoniques. Avec toute la prudence qu’implique le regard rétrospectif – il ne s’agit pas ici de « juger les figures du passé à la part qu’elles ont prises dans la diffusion de ce qui est devenu, à nos yeux, la lumière » (Gould, 1990) – il faut cependant se souvenir que « la géographie universitaire française n’a reconnu que tardivement la réalité de l’impact des sociétés sur le déroulement de la morphogenèse » (Neboit, 2010). Il arrive qu’un article soit reconnu comme « séminal » lorsqu’il marque un tournant dans le cours des idées, et qu’il ouvre un nouveau sillon dans le champ des recherches. Par ses travaux sur les terrasses de Lucanie (Neboit, 1974, p. 213-458), l’auteur de L’homme et l’érosion était particulièrement apte à saisir la convergence des analyses de Jean-Jacques Dufaure avec les siennes propres : « En Grèce, les terrasses antiques sont d’une grande diversité chronologique, ce qui a orienté leur interprétation dans des directions différentes. En Attique, en Argolide méridionale, en Eubée, en Crète, en Thessalie, en Macédoine centrale, nombreux sont les témoignages qui attestent, comme en Italie méridionale, d’importantes périodes d’alluvionnement au cours de l’Antiquité, particulièrement au cours des périodes hellénistiques et romaines » (Neboit, 2010). Mais la terrasse d’Olympie s’est bien édifiée, pour l’essentiel, entre le 7e et le 12e siècle (ibid., ainsi que Dufaure, 1976b. Dufaure et Fouache, 1988. Fouache, 1999).

32L’intérêt de Jean-Jacques Dufaure pour l’analyse des littoraux est ancien (Dufaure, 1970, 1971. Dufaure et Zamanis, 1979, 1981), mais c’est au cours des années 1980 qu’émerge, parallèlement à l’étude des séismes (3.1.2 et 3.1.3 supra), et de plus en plus présent au fil des publications, le croisement des données de l’archéologie, de la géomorphologie et de la géologie dans le décryptage de ces « paysages chargés d’histoire » (Dufaure et al., 1984, p. 331-351). On le vérifie à la faveur des colloques d’Aix-en-Provence sur le déplacement des lignes de rivage en Méditerranée d’après les données de l’archéologie en septembre 1985 (Bousquet et al., 1987), puis à Poitiers sur la dynamique des petits bassins-versants méditerranéens en décembre 1987, où les basses vallées de Lucanie font écho à celles du Péloponnèse (Bousquet et al., 1988. Neboit et al., 1988. Dufaure et Fouache, 1988). Dans l’article de synthèse sur les ports antiques et les lignes de rivage égéennes (Bousquet et al., 1987), les aspects méthodologiques esquissent ce qui correspondrait aujourd’hui à un essai d’anthropogéomorphologie, avec la différenciation de trois degrés de pression des sociétés sur les milieux : un « œkoumène de type écologique », où les fonctions portuaires « même dans un tissu déjà complexe de relations politiques et commerciales, d’ordre thalassocratique, se résument à des mouillages précaires, rades foraines (…) dépourvues d’enregistrement archéologique portuaire » ; un « œkoumène de type culturel », qui voit ces mêmes fonctions portuaires « dépendre moins servilement des conditions physiques du littoral », avec « une certaine maîtrise de l’environnement » et « des aménagements architectoniques à l’origine des traces archéologiques aujourd’hui exploitables » ; enfin, un « œkoumène de type concerté », qui correspond au» niveau supérieur d’organisation de l’espace méditerranéen par une grande puissance (Rome) », attesté par le maintien du grand port d’Ostie malgré la mobilité naturelle de l’embouchure, et sur la terre ferme par l’essor d’une hydraulique sophistiquée. Cependant, les « espaces périphériques » comme les rivages égéens « ne bénéficient pas d’autant de sollicitude ou de crédits et le régime plus précaire du port antique y a perduré » (Bousquet et al., 1987). L’établissement des rapports géométriques entre restes portuaires et traits de côte égéens révèle plusieurs cas de figure : ennoiement du port comme à Apollonia en Cyrénaïque, colmatage du port par recul de la mer comme à Œniadæ dans le sud de l’Acarnanie (delta de l’Achéloos), stationnarité apparente par va-et-vient répété autour d’une position moyenne comme à Pheia en Élide (Fig. 15B). L’interprétation des migrations des rivages égéens détectés à l’aide de restes archéologiques est un problème ardu car les situations d’ennoiement par progrès de la mer semblent contredites par les cas avérés et antithétiques de retrait de la mer. En fait, « trop amples et contradictoires pour relever de l’eustatisme, ces variations traduisent l’instabilité de l’arc égéen en relation avec le mouvement actuel des plaques lithosphériques en Méditerranée orientale : évidente lors des catastrophes et récurrences sismiques (Hélikè, Atalanti), cette causalité joue aussi à moyen/long terme », de façon très directe par subsidence en bordure de plaque et submersion généralisée (Cyrénaïque), ou bien « soit par le biais de déplacements complexes de petits blocs supracrustaux (Laconie, Pheia), soit indirectement par les colmatages deltaïques. Il y a, alors, interférence avec des fluctuations climatiques et avec les modes de gestion des arrière-pays par les sociétés contemporaines » (Bousquet et al., 1987). S’agit-il là de géographie physique ? humaine ? régionale ? Il semble plutôt que l’on assiste ici à l’émergence d’une géographie thématique dans laquelle les faits biophysiques ne sont plus déconnectés des facteurs anthropiques. Toutefois, cette relecture rétrospective n’implique pas le moindre volontarisme, car rien n’était écrit d’avance, et ce d’autant que Jean-Jacques Dufaure a fait partie des défenseurs énergiques de la géographie physique (voir 4.1, infra).

33Au carrefour de l’archéologie et de la géomorphologie, un autre concept alors non formulé en France est celui de géoarchéologie, qui peu à peu prend forme au fil des ans et des discussions au cours desquelles Jean-Jacques Dufaure accompagne Éric Fouache dans la préparation de sa thèse. Les relations de la géomorphologie et de l’archéologie sont en effet au cœur de l’étude, avec retour à Olympie (Dufaure et Fouache, 1988), où les fouilles de terrain sont adossées à la lecture critique des sources antiques (Dufaure et Fouache, 1991). Cet alliage d’histoire, d’archéologie et de géomorphologie fait à nouveau ses preuves sur les nouveaux terrains prospectés par Jean-Jacques Dufaure qui, après 1992, savoure les précieux loisirs d’une retraite prise l’année de ses soixante ans. Nicopolis d’Épire à l’embouchure du golfe Ambracique (Doukellis et al., 1995), la plaine de Drama en Macédoine orientale sur les pas de Laurent Lespez (Dufaure, 1999), et différents sites des Balkans – comme Sovjan en Albanie dès le milieu des années 1990 (Léra et al., 1996. Dufaure et al., 1999) – sur les pas d’Éric Fouache (dont la thèse, soutenue en 1994, est publiée en 1999 : Dufaure, 2000). Les années qui suivent sont particulièrement denses, avec la participation de Jean-Jacques Dufaure à pas moins de sept articles sur les terrains albanais (Denèfle et al., 2000. Fouache et al., 2001), en Croatie (Fouache et al., 2000, 2005) et en Istrie (Fouache et al., 2005, 2011), plus un article de synthèse (Dufaure, 2003) que nous avons évoqué dans la deuxième partie de cet article. Le volume III du dossier d’HDR défendu par Éric Fouache (Dufaure, 2007a) rassemble une large part de ces études, et, sur le tard, Jean-Jacques Dufaure a connu la rare satisfaction de voir l’élève corriger le maître : « Suite à une reprise de la campagne de fouilles à Olympie et grâce à une étude plus affûtée du donné ancien, É. Fouache a largement corrigé l’imperfection du modèle que j’avais proposé (Dufaure, 1976) sur une interprétation quelque peu hâtive du rôle du mur du Kladéos, le torrent responsable des épandages qui ont fossilisé le site » (Dufaure, 2000). La comparaison des schémas de 1976-1987 (Fig. 15) avec les cartes ultérieures (Fig. 16) montre l’ampleur du chemin parcouru dans l’intervalle. Comme le note Éric Fouache (1994) en réponse aux tenants d’une grille de lecture réductrice (facteurs climatiques vs facteurs anthropiques), « les crises alluviales ont été engendrées par des combinaisons de facteurs lithologiques, anthropiques et climatiques propres à chaque bassin-versant, en fonction des contextes régionaux voire locaux, d’où les décalages chronologiques importants dans le déclenchement de ces crises (du VIIe au XIXe s. ap. J. -C.) ». Le temps de la retraite a donc été heureux pour le géomorphologue lettré qu’était Jean-Jacques Dufaure, photographié par son épouse Raymonde en juillet 1999 « sur les pâturages vénitiens de Pag » (Fig. 17).

Fig. 16 – Les sites de Phéia et d’Olympie revisités.
Fig. 16 – The sites of Pheia and Olympia revisited.

Fig. 16 – Les sites de Phéia et d’Olympie revisités.Fig. 16 – The sites of Pheia and Olympia revisited.

16A, Carte et coupe du site d’Olympie au site même (Fouache, 2006, fig. 24, p. 47).16B, Carte géomorphologique du site de Phéia (ibid., fig. 109, p. 157).
16A, Map and section of the site of Olympia at the site itself (Fouache, 2006, fig. 24, p. 47).16B, Geomorphological map of the site of Pheia (ibid., fig. 109, p. 157).

Fig. 17 – Sur l’île de Pag, littoral dalmate, Croatie.
Fig. 17 – On the island of Pag, Dalmatian coast, Croatia.

Fig. 17 – Sur l’île de Pag, littoral dalmate, Croatie.Fig. 17 – On the island of Pag, Dalmatian coast, Croatia.

Photo Raymonde Dufaure, juillet 1999.
Photo Raymonde Dufaure, July 1999.

34Une place à part doit être réservée à la Macédoine du Nord, que Jean-Jacques Dufaure a pu parcourir en compagnie de Laurent Lespez dans le cadre de ses travaux de thèse (supra, 2). Le compte-rendu qu’il donne (Dufaure, 1999) de la thèse soutenue en janvier 1999 devant l’Université Blaise-Pascal est un exposé de « l’écheveau des interrelations très subtiles de la morphogenèse holocène qui croît en complexité à partir de l’Âge du Bronze ». La plaine de Drama « fait partie des marches helléniques », un fossé taillé dans de lourds anticlinaux métamorphiques exposant « une collection de piémonts pléistocènes exemplaires » avec leur chaîne de sols et donc des « combinaisons de terroirs susceptibles de favoriser au cours de l’Holocène le déploiement des sociétés néolithiques puis antiques ». Les facteurs anthropiques se mêlent constamment aux contraintes morphologiques et bioclimatiques pour multiplier les cas de figure, « une palette exhaustive de situations » depuis « les sites néolithiques et protohistoriques à la période ottomane tardive », (…) « en passant par les fondations macédoniennes, la pax romana, les temps byzantins fort troubles (infiltrations slaves, mainmise serbe de Stefan Dusan, peste noire) », une histoire longue à la Braudel où les « mondes pleins » alternent avec les périodes de recul. La deuxième partie « est à elle seule une belle monographie de morphologie historique qui comble une grosse lacune en Grèce », d’autant que « la plaine de Philippes au sud n’est autre que le site emblématique de la palynologie méditerranéenne » (i.e. Tenaghi Philippôn) : « la genèse pléistocène des cônes de piémont » (…) « fournit les clefs indispensables pour analyser les facteurs de la morphogenèse holocène ». Si la genèse pléistocène des piémonts donne des « résultats entièrement neufs », ainsi avec la distinction de piémonts hérités dont la construction se termine au Pléistocène moyen dans les deux tiers septentrionaux du fossé, et de piémonts persistants dans « le tiers méridional centré sur le marais » où l’aggradation se maintient jusqu’au Pléistocène récent (Bousquet et al., 1984a, Fig. 10 supra), « c’est une vision encore plus neuve » qui est proposée pour l’Holocène, sur « un matériau archéologique et historique qui n’avait pas fait l’objet d’une recollection critique systématique à l’échelle d’une grande unité de relief » (Dufaure, 1999).

35Comme l’essentiel des remblaiements holocènes est protohistorique et historique, l’essai de chronologie précède et s’articule avec une « histoire des paysages bien moins classique et très ambitieuse », construite autour des grandes unités morphologiques : « éventails pléistocènes incisés (avec une nuance entre le Xéropotamos et la rivière Drama) ; système de l’Anghitis (avec distinction entre l’amont et l’aval de l’épigénie de Stena Petras, ainsi qu’entre collecteur et ravins) ; rebords du marais, rivières de Vorianis, de Zygos, piémonts du Symvolon et du Pangée » (Dufaure, 1999). Comme l’avait indiqué Pierre Birot à propos de Claudio Vita-Finzi, « en vérité, le problème essentiel est plutôt de comprendre la phase de creusement » qui succède aux phases de remblaiement (Birot, 1971). En Macédoine, très différente du sud de l’Italie, « c’est surtout à la fin de l’Antiquité romaine (…) que se déclenche vraiment la première crise inégale selon les bassins-versants. Et il faut attendre encore la fin de l’époque ottomane (XVIII-XIXe siècle) pour retrouver un pic d’activation majeur, plus resserré dans le temps, et surtout très général ». Mais la forte incision actuelle est « un faux problème », comme en Grèce (É.F.) « largement liée aux travaux de correction, d’endiguement et d’extraction sauvage des graviers de fond » (Dufaure, 1999). Les avatars historiques de la « mise en valeur » sont retracés et permettent « de poser sérieusement le problème des corrélations avec les crises morphogéniques ». La part de l’hypothèse se fait plus grande aux temps protohistoriques qu’au temps des fondations macédoniennes que prolonge la paix romaine, la mise en valeur ottomane (céréales, coton, tabac) étant la mieux documentée. Au total, malgré les inconnues de la courbe paléoclimatique récente en Grèce (en partie levées depuis : e.g. Masi et al., 2018), « les facteurs morphologiques et anthropiques sont désormais bien connus et peu susceptibles d’être corrigés à l’avenir » (Dufaure et al., 1999). L’essor de la géographie thématique après la réforme du concours d’agrégation externe de géographie a permis de faire passer au premier plan des travaux de géomorphologie qui, de l’aléa sismique aux sources écrites et avec tous les types de vestiges archéologiques, s’intéressent à la place et aux rôles que les sociétés tiennent dans les transformations de leur cadre de vie, une géomorphologie humaine en quelque sorte relayant vers l’actuel les apports de la géoarchéologie.

4. Un géographe attentif et engagé

36Il n’est pas impossible que la synthèse consacrée au Pays Dogon (Dufaure, 2006) ait été un plaidoyer pour la géographie d’avant les réformes de 1999-2002 (Knafou et Hagnerelle, 2007). La science n’est-elle pas un contrat social dont les termes sont redéfinis périodiquement ? Et, au cours des périodes de crise et d’affrontement des paradigmes (qui fut le cas de la géographie universitaire en France dans la seconde moitié du XXe siècle), chaque camp n’essaye-t-il pas de donner le meilleur de lui-même dans le plaidoyer des conceptions qu’il estime être les plus pertinentes ? – Alors que l’Association Française de Géographie Physique (AFGP), créée en 1978, dénonce le risque de disparition de toute étude des milieux naturels, trois numéros d’Hérodote – la revue fondée par Yves Lacoste en 1976 – donnent un aperçu de l’intensité des échanges autour de la géographie physique et de la part qu’y prend la géomorphologie. Dans le n° 12, « La géographie et sa physique », le géographe toulousain Georges Bertrand, promoteur du géosystème (Bertrand, 1968), discute l’ambiguïté d’une géographie physique qui serait « contre nature » (Bertrand, 1978), quand Fernand Joly (1978) se demande si la géographie pourrait quant à elle n’être qu’une science humaine. Ces articles suscitent diverses réactions, à commencer par la ferme démonstration que « La géographie physique existe » (Beaudet, Dufaure et Godard, 1982a), un essai dont maints passages restent d’une totale actualité : ainsi, « centrer la géographie physique sur la dynamique de l’épiderme terrestre, c’est répondre à une attente nouvelle, c’est aussi rester fidèle à l’étymologie, c’est enfin choisir un axe de recherche très fécond, quoique ardu, à l’interface le plus riche en interactions, où l’homme socialisé, prédateur en expansion, exerce une influence accrue ». Dans le n° 26 d’Hérodote, « Écologies/Géographie », G. Bertrand (1982) prolonge son propos avec « Construire la géographie physique », qui provoque à son tour commentaires, réactions et propositions : d’une part de l’AFGP, qui dresse un constat de non-convergence entre deux positions que tout oppose (Beaudet, Dufaure et Godard, 1982b), d’autre part de géographes qui s’expriment à titre personnel (G. Beaudet, Ch. Blanc-Pamard, J. Bethemont, P. Birot, J. Charre, R. Coque, M. Drain, L. Faugères, G. Fumey, A. Godard, G. Houzard, R. Regrain, G. Sautter et F. Verger). Rappelons qu’au tournant des années 1970-1980, l’annuaire des géographes édité par Intergéo (Brunet, 1979) compte 845 géographes dont 268 « physiques », parmi lesquels 187 se disent géomorphologues sensu lato (relief, processus, environnement). Ce groupe réunit près de 70 % des géographes physiciens, mais seulement 22 % de l’ensemble des géographes (Giusti et al., 2015). Loin des préconisations de G. Bertrand (1982) dans le même fascicule, l’article (Dufaure, 1982) sur les risques qu’encourent et les catastrophes que subissent les deltas des côtes néotectoniques est un exemple de ce qu’une forme de géographie physique de grand style est en mesure d’apporter à la connaissance des systèmes complexes.

37Peu après ces débats, dont une histoire détaillée reste à écrire et une mise en perspective à établir, un autre événement allait révéler Jean-Jacques Dufaure dans toute la plénitude de son autorité. Alors que, de ce côté-ci de la Manche, la préparation du livre d’hommage à Pierre Birot mobilisait une large part des énergies, le déroulement du premier congrès international de géomorphologie à Manchester du 15 au 21 septembre 1985 fit parmi les géographes français l’effet d’un séisme aussi soudain qu’inattendu : Jean Tricart (1982), dans une analyse critique de deux manuels de géomorphologie britanniques, ne venait-il pas d’estimer que « l’Angleterre est bien une petite île perdue dans le brouillard, au large, très au large de l’Europe… » ? L. Faugères (1987) a donné un tableau du congrès organisé par le British Geomorphological Research Group (BGRG) : près de 700 participants venus de plus de 50 pays, pour 328 communications orales effectivement sélectionnées. Mais c’est dans la Lettre d’Information n° 1 du Groupe Français de Géomorphologie (GFG) que sont relatés les événements marquants survenus entre l’été 1985 et le printemps 1986 au sein de la communauté (pour l’essentiel des enseignants-chercheurs) concernée par les sciences du relief en France (Dufaure, 1986a) : contacts personnels, réunion informelle à Paris le 16 novembre 1985, envoi de 230 questionnaires préliminaires en décembre 1985 sur la base des fichiers AFGP et Intergéo, dépouillement (Dufaure, 1986b), et assemblée générale à Paris le 25 janvier 1986. Après que Jean-Claude Flageollet (1931-2014) et Jean Tricart (1920-2003) aient rappelé en quelques mots les objectifs de la réunion à laquelle participent 59 collègues, Jean-Jacques Dufaure analyse la centaine de réponses reçues au questionnaire, qui « fait apparaître une opposition très tranchée entre deux groupes (40 % chacun), l’un favorable à la création d’une Association, type loi de 1901, l’autre favorable à un Groupe spécifique restant au sein de l’AFGP. Les 20 % restants sont, ou bien indécis, ou bien favorables à un groupe au sein du CNG (l’ancêtre du CNFG), mais avec bien des variantes et bien des conditions » (Dufaure, 1986a). Une discussion s’engage, à l’issue de quoi est mise aux voix la motion fondatrice (Fig. 18A), approuvée à main levée à l’unanimité des présents : « L’Assemblée approuve la création d’un Groupe français de Géomorphologie ; sa structure définitive sera arrêtée dans les prochains mois ». Fort de l’expérience acquise comme Secrétaire de l’AFGP, Jean-Jacques Dufaure a joué « un rôle éminent » dans la rédaction des statuts de la future association et dans l’organisation de l’assemblée constitutive du GFG (Dumas, 1999).

38Un groupe de travail se forme, dont Jean-Jacques Dufaure est « la cheville ouvrière », et qui le reste en tant que Secrétaire jusqu’en 1991, assisté de Marie-Françoise André qui est Secrétaire-Adjointe, et de Jean-Pierre Peulvast qui tient le poste de trésorier. Entre temps, l’assemblée générale du samedi 22 novembre 1986 a eu lieu, qui porte Bernard Dumas à la présidence, charge le vice-président Jean Tricart des relations internationales, et confirme Jean-Jacques Dufaure dans ses fonctions de Secrétaire. Entre 1985 et 1991, Jean-Jacques Dufaure a assuré la coordination et le plus souvent rédigé les dix premières lettres d’information du GFG (soit plus de 170 pages dactylographiées sur machine IBM à boule, sans compter les lettres-circulaires et plusieurs numéros de Physio-Géo première manière). Trois publications méritent une mention particulière : le tout premier Annuaire des Géomorphologues français paru le 1er mars 1987 (Dufaure, 1986d, 1986e), la Lettre d’Information n° 4 consacrée au premier Forum national de Géomorphologie qu’accueille Alain Godard (1929-2016) à Meudon les 26-27 novembre 1987 (Fig. 18B), et, dans la perspective du Congrès de Francfort prévu pour 1989, la brochure bilingue sur la recherche française récente en géomorphologie (Dufaure, 1989a) (Fig. 18C). Marie-Françoise André, qui a partagé avec Jean-Jacques Dufaure « six ans de travail au coude-à-coude » comme « Secrétaire-Adjointe dans la période très exaltante de lancement du GFG (1985-1991) », précise que « si j’ai gardé le contact avec lui depuis lors, c’est que j’appréciais l’homme autant que le géographe : sa brillante intelligence, son abnégation (la cheville ouvrière de notre communauté, travaillant inlassablement dans l’ombre alors que d’autres prenaient la lumière), ses talents littéraires, son amour de la Méditerranée et plus encore son humour ravageur. Nos séances d’envois postaux en nombre avec écriture des adresses et mise sous enveloppe des circulaires du GFG, qui auraient pu être vécues comme une corvée, étaient avec lui l’occasion de rires sans fin tant il me brossait des portraits incisifs des membres de la communauté des géomorphologues que j’ai appris à connaître à travers ses yeux » (André, in litt., 25 mars 2020). Laissons le dernier mot à Jean-Jacques Dufaure, dans son éditorial de la Lettre d’Information n° 10, en date du 18 novembre 1991, un mois avant l’Assemblée générale de césure du 14 décembre : « Un quinquennat un peu bouillonnant arrive à son terme : celui de la fondation, du rodage et de la participation au Congrès de Francfort, qui a sans nul doute beaucoup fait pour l’image internationale d’une géomorphologie française assez solide pour n’avoir guère été affectée par le tohu-bohu introduit récemment par les initiatives de la Direction du CNRS [i.e. la redéfinition des sections]. Une nouvelle période s’ouvre, celle de la consolidation (avec l’étape de Hamilton-1993) et, ce serait souhaitable, celle de l’exploration de voies nouvelles » (Fig. 18D). D’autres, peut-être, diront un jour si ce vœu a été vraiment exaucé. Mais Jean-Jacques Dufaure fait partie de ces géomorphologues de grande classe, exceptionnels à bien y regarder, de ceux qui ont construit les fondements du renouveau et préparé le futur (Dufaure, 1994).

Fig. 18 – Jean-Jacques Dufaure et le Groupe français de Géomorphologie.
Fig. 18 – Jean-Jacques Dufaure and the French Group of Geomorphology.

Fig. 18 – Jean-Jacques Dufaure et le Groupe français de Géomorphologie.Fig. 18 – Jean-Jacques Dufaure and the French Group of Geomorphology.

De gauche à droite et de haut en bas : 18A, la création du GFG, Lettre d’Information n° 1, p. 5 (Dufaure, 1986a) ; 18B, le premier Forum national de Géomorphologie, Lettre d’Information n° 4 (1987) ; 18C, la recherche française récente en géomorphologie (1991) ; 18D, le dernier éditorial, Lettre d’Information n° 10, p. 1 (1991).
From top, then left to right : 18A, the creation of the GFG, Newsletter n° 1, p. 5 (Dufaure, 1986a) ; 18B, the first National Geomorphology Forum, Newsletter n° 4 (1987) ; 18C, Recent Advances in French Geomorphology (1991) ; 18D, the latest editorial, Newsletter n° 10, p. 1 (1991).

5. Dernières années

39Avec Jean-Jacques Dufaure, retraite ne signifie pas retrait. Après 1992, il n’en continue pas moins de suivre les actualités de la géomorphologie et de la géographie, en France et dans le monde, non sans scepticisme face au social turn de la géographie française. Il signe avec Bernard Dumas un essai documenté sur la géomorphologie en France (Dufaure et Dumas, 1993), qui prolonge à Hamilton (Canada) l’œuvre de Francfort en direction du lectorat anglophone (Dufaure, 1989a). Les 5 et 6 novembre 1998 à Paris, quelques collègues et élèves – Éric Fouache, Jean-Pierre Peulvast, Michel Rasse – organisent un colloque sur le thème : « Forces tectoniques, Reliefs, Paysages : Temps court, Temps long », dont trois fascicules de Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement (la nouvelle revue du GFG, créée en 1995) rassemblent en 1999 les contributions : celles des « aînés » (B. Bousquet, R. Neboit-Guilhot, J.-N. Salomon, J.-P. Peulvast), des « jeunes » (Ch. Genre, B. Lemartinel, M.-F. André, M. Calvet, Ch. Le Cœur), et des « petits nouveaux » (É. Fouache, H. Regnauld, E. Jaurand, B. Comentale). Comme le note René Neboit-Guilhot (1999) dans un texte en partie cité au début de cet article, « la mobilité des paysages se manifeste à toutes les échelles de temps, le temps long, le temps court et le temps présent », ce qui implique de prendre en compte, à un moment ou à un autre, le rôle des actions anthropiques, et ce, à travers des recherches qui sont de moins en moins individuelles, inaugurant « une nouvelle façon de travailler », en équipes, où les articles de J. Raffy, B. Dumas, P. Guérémy et R. Lhénaff en Calabre répondent aux articles de B. Bousquet, J.-J. Dufaure et P.-Y. Péchoux en Grèce.

40Jean-Jacques Dufaure continuait de rendre compte en lecteur scrupuleux, tantôt des thèses qu’il avait évaluées (par exemple, le maître article consacré aux travaux d’Étienne Moissenet (1941-1994), trop tôt disparu : Dufaure, 1996), tantôt de livres importants : Géologie régionale de la Grèce (Dufaure, 1989b), Comprendre la diversité des paysages de socle (Dufaure, 1995), La géomorphologie structurale revisitée ainsi que Mégagéomorphologie et changement de paradigme (Dufaure, 2002, 2003), The Mediterranean World. Environment and History (Dufaure, 2004), et sa dernière analyse : Reliefs et tectonique récente (Dufaure, 2005).

41Après s’être retirés un temps sur le littoral varois, les Dufaure se sont installés à Garéoult, dans l’intérieur de la Provence. Là, entre un déplacement à Paris, un séjour à Compiègne, ou une mission dans les Balkans prend parfois place un voyage lointain. Depuis ses années de service militaire en Algérie, et sans doute nourri de conversations avec Jean Gallais, son collègue sur le campus de Mont-Saint-Aignan, Jean-Jacques Dufaure rêvait de connaître les contrées au sud du Sahara. Le voyage qu’il effectue au Mali en compagnie de Jean-Pierre Peulvast en janvier-février 2004 est la concrétisation d’un projet espéré depuis longtemps, et ce grâce à l’amical concours d’Éric Huysecom et de Michel Rasse qui, nommé à l’Université de Rouen en 1996, s’est tourné vers des thématiques paléoenvironnementales liées à des recherches archéologiques dans le cadre du programme international « Peuplement humain et évolution paléoclimatique en Afrique de l’Ouest », un programme assez vite rejoint par Aziz Ballouche et Laurent Lespez (Huysecom et al., 2002, 2004. Rasse et al., 2004, 2006, 2012. Lespez et al., 2008. Lespez, 2012. Le Drézen et al., 2014. Garnier et Lespez, 2019). Du temps ultra-long de la géomorphologie structurale au temps court des modifications paléoenvironnementales et anthropiques du dernier millénaire, le pas peut sembler plus que grand. Mais les méthodes du géomorphologue et le regard du géographe biophysicien sont un apport plus que précieux pour le déchiffrage des palimpsestes environnementaux et la compréhension systémique des vestiges archéologiques.

42En Grèce, Jean-Pierre Peulvast (in litt., 2021) avait « appris à mieux connaître et apprécier Jean-Jacques Dufaure comme homme, comme géomorphologue, comme organisateur, voire comme gastronome ». Mais la mission au Mali dépasse tout : « extraordinaire et unique expérience dans le pays Dogon et jusqu’à la Gandamia et aux monts de Hombori (Fig. 19), alors accessibles sans trop de soucis de sécurité. Nous partageâmes les trajets en 4x4 puis le campement à Ounjougou, dans le lit de la rivière Yamé, ses tentes (bientôt mises à mal par un fort harmattan), ses repas agrémentés de délicieux légumes frais provenant des champs irrigués voisins (salades, oignons, tomates), et de bières habilement maintenues au frais, ses feuillées situées de l’autre côté du lit asséché du Yamé au bout d’un parcours zigzagant entre de profondes marmites d’érosion… Un partage propice aux retrouvailles intellectuelles et aux conversations les plus éclectiques, sur fond de découverte de l’extraordinaire somme de trouvailles, de connaissances et d’hypothèses déjà accumulées par les préhistoriens et géoarchéologues de l’équipe. Pilotés sur le terrain par Michel Rasse, qui en avait déjà cerné les principales caractéristiques morphologiques et stratigraphiques, nous fûmes impressionnés par la magie des ambiances et des formes du Sahel, que ce soit sur le plateau gréseux ou dans la ‘falaise’ de Bandiagara, ou encore dans les villages Dogon aux étonnantes constructions » (Peulvast, in litt., 19 novembre 2021).

Fig. 19 – Le pays Dogon au Mali : une région du Sahel (Dufaure, 2006).
Fig. 19 – The Dogon country in Mali : a region of the Sahel (Dufaure, 2006).

Fig. 19 – Le pays Dogon au Mali : une région du Sahel (Dufaure, 2006).Fig. 19 – The Dogon country in Mali : a region of the Sahel (Dufaure, 2006).

19A, Du fleuve Niger aux Monts de Hombori, Gourma (image de la base du patrimoine mondial UNESCO, Earthstar Geographics, ESRI). M : Mopti ; B : Bandiagara ; Y : Yawa (le cadre blanc correspond au secteur de la carte incluse). 19B, Le plateau de Bandiagara au cœur du pays Dogon (légende d’après Dufaure, 2006 ; carte d’après Lespez et al., 2008). 1. Plateures gréseuses et leurs rebords ; 2. Restes de cuirasses latéritiques ; 3. Diaclases dans les grès ; 4. Escarpement de la « falaise » ; 5. Restes des glacis supérieurs d’âge pléistocène ; 6. Ensemble des formations limono-sableuses indifférenciées d’âge pléistocène couvrant le plateau ; 7. Mini-talus entre le Séno et la gouttière du pied de la « falaise » ; 8. Sables du Séno aménagés en dunes d’âge « Ogolien » (c’est-à-dire anciennes d’environ 12000 ans en 2000) ; 9. Cours des oueds et position des villages.
19A, From the Niger River to the Hombori Mountains, Gourma (image from the UNESCO World Heritage database, Earthstar Geographics, ESRI). M : Mopti ; B : Bandiagara ; Y : Yawa (the white frame corresponds to the area of the included map). 19B, The Bandiagara plateau in the heart of Dogon country (legend after Dufaure, 2006 ; map after Lespez et al., 2008). 1. Sandstone plateures and their edges ; 2. Remains of lateritic crusts ; 3. Diaclases in sandstones ; 4. Escarpment of the “cliff” ; 5. Remains of the upper glacis of the Pleistocene age ; 6. Set of undifferentiated Pleistocene-age sandy-loam formations covering the plateau ; 7. Mini-slope between the Séno and the gutter at the foot of the “cliff” ; 8. Sands of Séno developed into "Ogolian" age dunes (i.e. around 12,000 years old in 2000) ; 9. Course of the wadis and position of the villages.

43Du séjour au Mali, Jean-Jacques Dufaure ramène une très brillante synthèse de géographie régionale sur le Pays Dogon (Dufaure, 2006), d’abord présentée sous forme de conférence au public averti de la Société de Géographie de Toulouse le 22 janvier 2006. Certes, il ne s’agit pas ici de recherches personnelles : le séjour a duré deux semaines, voyages compris, émaillé d’un incident qui aurait pu mal tourner, la valise égarée de Jean-Jacques Dufaure à l’aéroport de Mopti (Peulvast, in litt.). Peu accessible, l’article est un exercice de style, une véritable leçon de géographie qui mériterait pourtant d’être remis en pleine lumière au regard des événements qui affectent le Mali depuis une dizaine d’années, et aussi parce qu’il permet de mieux cerner l’intérêt porté par Jean-Jacques Dufaure tant à une géographie qui ne sépare pas les identités physiques et humaines, qu’aux approches (anthropo)culturelles des travaux de la commission du patrimoine géomorphologique (Fig. 6). On note que la synthèse débute par une réflexion sur « un peuple fortement identitaire », les Dogon (Gallais, 1965, 1975), et sur une unité de relief elle-même marquée par une très forte « identité physique » : le Plateau de Bandiagara (certains se souviendront des feuilles « Mopti-Bandiagara », que Roger Coque se plaisait à faire étudier aux agrégatifs) (Daveau, 1959. Beaudet et al., 1981). « Mise en vedette par l’Homme Blanc » (Michel Leiris, Marcel Griaule, Hélène Leloup, Jean Rouch…), cette « harmonie Homme-Nature n’est nullement préétablie » car il est avéré que les paysans Dogon « ne colonisèrent le plateau qu’aux XIV-XVe siècles » (Dufaure, 2006).

44Au fil des millions d’années (car il fut un temps où la plaque africaine n’était qu’un immense no man’s land plus proche de l’équateur : Tardy et Roquin, 1998. Burke et Gunnell, 2008), le paysage s’est réduit « à une épure d’une saisissante simplicité » : le plateau, l’escarpement et la plaine en contrebas forment en effet « un relief structural élémentaire d’une parfaite lisibilité mais à échelle grandiose » (Dufaure, 2006). On comprend que le plateau de Bandiagara et le mythique escarpement qui le limite à l’est aient été reconnus comme un « géomorphosite », et ce dès l’époque où E. Reynard (2005) précise le concept en termes de paysage, qu’É. Fouache et M. Rasse (2009) complètent par la notion de « géoarchéosite » (Reynard et Giusti, 2018). Mais c’est au titre de « paysage culturel » que l’Unesco a choisi d’inscrire le bien « Falaises de Bandiagara (pays dogon) » au patrimoine mondial de l’humanité en 1989, et la synthèse de Jean-Jacques Dufaure permet de saisir pourquoi (Fig. 20) : si le soubassement du paysage est en effet géologique, « grandiose » au sens du critère (vii) du Centre du patrimoine mondial, la livrée vivante du paysage biophysique et anthropique résulte d’un jeu complexe d’interactions spatio-temporelles entre environnements et sociétés, de celles qui produisent les « paysages culturels » et leur « valeur universelle exceptionnelle » au sens du critère (v).

Fig. 20 – Un paysage culturel : les « falaises » de Bandiagara en Pays Dogon (Mali).
Fig. 20 – A cultural landscape : the “cliffs” of Bandiagara, Land of the Dogon (Mali).

Fig. 20 – Un paysage culturel : les « falaises » de Bandiagara en Pays Dogon (Mali).Fig. 20 – A cultural landscape : the “cliffs” of Bandiagara, Land of the Dogon (Mali).

20A, vue panoramique (photo Markus Stöcklin, 27 décembre 2007) ; 20B, vestiges des anciens habitats Tellem au-dessus d’un village Dogon abandonné (photo Ferdinand Reus, 12 mars 2006) ; 20C, cascades éphémères après la première pluie au début de l’hivernage (photo Oliver Wald, 1er mai 2014).
20A, panoramic view (photo Markus Stöcklin, December 27, 2007) ; 20B, remains of ancient Tellem settlements above an abandoned Dogon village (photo Ferdinand Reus, March 12, 2006) ; 20C, ephemeral waterfalls after the first rain at the start of the wintering season (photo Oliver Wald, May 1, 2014).

45Jean-Jacques Dufaure était féru de biogéographie, ce qui ne saurait surprendre de la part d’un disciple de l’étude globale des formations végétales et des régions naturelles (Birot, 1965, 1970). Au Mali, il parcourt la brousse en compagnie d’Aziz Ballouche, qui lui apporte les lumières de sa haute compétence biogéographique dans l’interprétation balancée de ces paysages ouverts où les facteurs humains le disputent aux conditions naturelles. En une brillante synthèse, il montre que les paysages ouverts sont plus aménagés que naturels, que les mosaïques paysagères où prennent place des îlots d’agriculture intensive sont l’expression du travail acharné des paysans, enfin que le village dogon forme une unité fonctionnelle et architecturale. Certes, des puits creusés dans le Séno grâce à l’aide internationale favorisent le desserrement, avec de nouveaux jardins aussi tenus par les femmes. C’est tout un « nouveau pays dogon » qui se construit « sur une grande partie des plaines jusqu’à la frontière burkinabé » au détriment des Peul, repoussés, le « vieux pays » s’opposant au « nouveau pays » où se trouve l’essentiel du peuplement (Thibaud, 2005). Mais Jean-Jacques Dufaure, lucide, note que « l’avenir d’un système en équilibre si subtil avec la fragilité de l’environnement sahélien apparaît évidemment très problématique au grand vent de la mondialisation » (Dufaure, 2006). Avec l’inscription du bien au patrimoine mondial, l’activité touristique s’est en effet développée au sein du plateau originel, portant atteinte aux fondements mêmes de l’identité dogon (Thibaud, 2005), un point souligné par les experts qui, dès la définition de la valeur universelle exceptionnelle, notaient que « l’intrusion de nouvelles religions du livre (Islam et Christianisme), depuis au moins le XVIIIe siècle, a contribué à fragiliser ce patrimoine qui subit aujourd’hui les effets pervers de la mondialisation, liés au développement d’un tourisme culturel croissant et au phénomène de l’exode rural » (CPM, 1989). Ce dernier est sans doute la conséquence de la période sèche des dernières décennies, mais aussi le produit de profondes mutations socio-économiques (Thibaud, 2005). La synthèse de Jean-Jacques Dufaure (2006) est donc un témoignage précieux, recueilli peu de temps avant de grands bouleversements et la rupture consécutive d’équilibres issus d’un demi-millénaire de co-évolution entre les Dogon et leur environnement.

46Le Mali est en guerre à partir de 2012, et, de mars à juin 2019, des massacres entre Peuls et Dogons se sont produits dans la région de Mopti (« cercles » de Bandiagara, Bankass et Koro). Depuis, de nombreux affrontements, pillages et tueries menés par les djihadistes ont lieu. Une mission de terrain dépêchée par l’Unesco en juillet 2019 a constaté des dégâts importants : « destruction non seulement de l’habitat mais aussi des greniers, des récoltes et des animaux », patrimoine architectural endommagé, patrimoine culturel immatériel affecté « avec la quasi-interruption des événements sociaux et culturels » (Unesco, 2019). En 2020, un plan de trois ans a été lancé pour la réhabilitation du bien et des 289 villages répartis sur 400 000 hectares, dans le but de pallier « la détérioration des pratiques et des traditions culturelles des groupes Dogon, Peul, Bozo, Bambara, Sonrhaï » (Unesco, 2020). Malgré tous les efforts entrepris, la situation reste des plus incertaines, le « grand vent de la mondialisation » (Dufaure, 2006) et celui de la guerre s’avérant infiniment plus dévastateurs que le souffle brûlant de l’harmattan.

47Nous garderons de Monsieur Dufaure le souvenir d’un grand savant humaniste à la culture très étendue dans son domaine et bien au-delà, amoureux de la Grèce, de l’Italie, et du monde méditerranéen ; et laisserons le dernier mot à Madame Raymonde Dufaure, qui, le 28 mai 2020, nous écrivait ceci :

48« Voici les trois photos dont la dernière doit être de 2008, les deux autres, plus d’autrefois. Nous étions très iconoclastes mais les deux peuvent vous intéresser car cette Méditerranée, si vaste, lui plaisait avec ou sans compagnon d’excursion. Je vous remercie de vos lettres, qui m’ont touchée mais tout, ici, devient sans intérêt, rien — ».

*Auteur correspondant : Tel : +33 (0)1 44 32 14 36
Christian.Giusti@sorbonne-universite.fr (Christian Giusti)

Haut de page

Bibliographie

Liste des publications de Jean-Jacques Dufaure

(Par ordre chronologique, indépendamment du rang d’auteur)

Dufaure J.-J. (1958) - Contacts entre Provence cristalline, Provence calcaire et Préalpes du Sud (de Draguignan aux gorges de la Siagne). Bulletin de l’Association de Géographes Français, 278-279, 63-79.

Dufaure J.-J. (1964) - Recherches morphologiques dans le Nord du Péloponnèse. Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Bulletin de la section de Géographie, Paris, Imprimerie nationale, 76, 321-391.

Dufaure J.-J. (1965) - Problèmes de néotectonique dans le Péloponnèse ». In Livre à la mémoire du Professeur Léon Lutaud, Tome 1. Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique, (2), VII, 3, 235-252.

Dufaure J.-J. (1966a) - Le karst et les poljés du Péloponnèse (Centre-Nord). In Birot, P. : Le relief calcaire. Paris, Les cours de Sorbonne, Géographie, Centre de Documentation Universitaire, 174-192.

Dufaure J.-J. (1966b) - Géographie des Balkans, de André Blanc », Annales de Géographie, 409, 345-346.

Dufaure J.-J. (1970) - Niveaux d’abrasion marine quaternaires autour du Péloponnèse », Annales de Géographie, 433, 325-342.

Dufaure J.-J. (1971) - Sur quelques niveaux marins quaternaires du Péloponnèse (Grèce) et leurs relations avec des formations continentales, Quaternaria, 15, 179-185.

Dufaure J.-J. (1975) - Le relief du Péloponnèse. Thèse d’État, Paris-Sorbonne, Paris, 5 vol. , lvi + 1422 p., 16 dépliants (non publiée).

Dufaure J.-J., Kadjar M.-H., Keraudren B., Mercier J.-L., Sauvage J., Sébrier, M. (1975) - Les déformations plio-pléistocènes autour du golfe de Corinthe. Comptes Rendus de la Société Géologique de France, suppl. 17 (1), 18-20.

Dufaure J.-J., Keraudren B., Sébrier M. (1975) - Les terrasses de Corinthie (Grèce) : chronologie et déformations. Comptes Rendus de l’Académie Sciences, Paris, D, 281, 1943-1945.

Dufaure J.-J. (1976a) - Contraintes naturelles et historiques dans la mise en valeur des plaines grecques. Cahiers géographiques de Rouen, 6, 5-27.

Dufaure J.-J. (1976b) - La terrasse holocène d’Olympie et ses équivalents méditerranéens. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 433, 85-94.

Dufaure J.-J. (1976c) - voir Dufaure, J.-J. (1985a).

Dufaure J.-J., Sébrier M. (1976) - Les mouvements compressifs du Quaternaire ancien sur le pourtour du golfe de Corinthe. Compte Rendu de l’Académie des Sciences, Paris, D, 282, 267-269.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Keraudren B., Péchoux P.-Y., Philip H., Sauvage J. (1976) - Essai de corrélations stratigraphiques entre les faciès marins, lacustres et continentaux du Pléistocène de Grèce. Bulletin Société Géologique France, 18 (2), 413-418. Voir aussi Colloques internationaux du CNRS, 244, 217-222.

Dufaure J.-J. (1977a) - Le Péloponnèse : carte topographique, Paris, CERCG, CNRS.

Dufaure J.-J. (1977b) - Le Péloponnèse : carte géologique, Paris, CERCG, CNRS.

Dufaure J.-J. (1977c) - Néotectonique et morphogenèse dans une péninsule méditerranéenne : le Péloponnèse. Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique, (2), XIX, 1, 27-58.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Péchoux P.-Y. (1977) - Le rôle de la géomorphologie dans l’évaluation des déformations néotectoniques en Grèce. Bulletin de la Société Géologique de France, (7), 19, 3, 685-693.

Dufaure J.-J. (1978a) - Le Péloponnèse : carte géomorphologique, Paris, CERCG, CNRS.

Dufaure J.-J. (1978b) - Glacis de piedmont et compression quaternaire en Iran du sud-est (région de Minab). Paris, Travaux de la RCP 461 du CNRS, 92-111.

Dufaure J.-J., Kadjar M.H. (1978) - La zone des failles du Zendan (Iran du Sud-Est). I : Géomorphologie et stratigraphie du Quaternaire. Réunion annuelle des Sciences de la Terre, Orsay. Paris, Société Géologique de France, p. 151.

Kadjar M.H., Mercier J.-L., Dufaure J.-J. (1978) - La zone de faille du Zendan (Iran du Sud-Est). II : États de contraintes successifs post-miocène inférieur le long de la limite orientale, intra-continentale, de la plaque arabique. Réunion annuelle des Sciences de la Terre, Orsay. Paris, Société Géologique de France, p. 216.

Dufaure J.-J., Le Corff-Poudou J., Poudou R. (1978) - Relief de faille et néotectonique en Campanie septentrionale (Matese et Monts de Caserte). Étude préliminaire. Paris, Travaux de la RCP 461 du CNRS, 25-44.

Dufaure J.-J., Bousquet B., Péchoux P.-Y. (1979) - Contributions de la géomorphologie à la connaissance du Quaternaire continental grec, en relation avec les études de néotectonique. Revue de Géologie dynamique et de Géographie physique, 21, 1, 29-40.

Dufaure J.-J., Zamanis A. (1979) - Un vieux problème géomorphologique : les niveaux bordiers au sud du golfe de Corinthe. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 464, 341-350.

Bousquet B., Péchoux P.-Y., Dufaure J.-J., Philip H. (1981) - Séismes et géomorphologie autour du Bassin méditerranéen. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 478, 145-153.

Dufaure J.-J., Zamanis A. (1981) - Styles néotectoniques et étagements de niveaux marins quaternaires sur un segment d’arc insulaire, le Péloponnèse. Actes du colloque Niveaux marins et tectonique quaternaire dans l’aire méditerranéenne, Paris, 77-107.

Beaudet G., Dufaure J.-J., Godard A. (1982a) - La géographie physique existe. Hérodote, 24, 136-156.

Beaudet G., Dufaure J.-J., Godard A. (1982b) - L’Association française de géographie physique. – Réponse à Georges Bertrand. Hérodote, 26, 131-132.

Dufaure J.-J. (1982) - Catastrophes et risques sur des deltas de côtes néotectoniques. De l’engloutissement d’Hélikè (Golfe de Corinthe) à la catastrophe de Nice (1979). Hérodote, 26 (3), 136-156.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Faugères L., Péchoux P.-Y. (1982) - Aspects de l’évolution villafranchienne dans la péninsule hellénique. Actes du colloque international Le Villafranchien méditerranéen : stratigraphie, environnement bioclimatique, morphogenèse et néotectonique, Lille, 9-10 décembre 1982, 53-70.

Dufaure J.-J. (1983) - La néotectonique méditerranéenne et ses relations avec la morphogenèse villafranchienne ». Le Villafranchien méditerranéen : stratigraphie, environnement bioclimatique, morphogenèse et néotectonique, Lille, 9-10 décembre 1982, Bulletin AFEQ, 20 (2-3), 103-121.

Ballais J.-L., Couvreur G., Dufaure J.-J., Dumas B., Guérémy P., Mounier J., Mussot R., Neboit R., Raffy J., Vaudour J., Veyret Y. (1983) - Les milieux méditerranéens, Rennes, Centre Régional de Documentation Pédagogique, 101 p., 25 diapositives.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Péchoux P.-Y. (1983) - Temps historiques et évolution des paysages égéens. Méditerranée 48 (2), 3-25.

Bousquet B., Dufaure, J.-J., Péchoux P.-Y. (1984a) - Évolution, organisation et classement : l’exemple des piémonts égéens. Actes du colloque Montagnes et Piémonts. Hommage à François Taillefer, Toulouse-Le Mirail, 12-15 mai 1982. Toulouse, Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, Travaux I, 466 p.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Péchoux P.-Y. (1984b) - Aires sismiques et aires à morphogenèse rapide : essai de définition en Méditerranée orientale. Actes du colloque Les effets des séismes sur les reliefs de forte énergie. En mémoire de Pierre Birot (1909-1984). Nice, 26-27-28 mai 1983, Méditerranée, 51, 66-74.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Péchoux P.-Y. (1984c) - Connaître les séismes en Méditerranée : de la vision antique à la vision actuelle. Actes des IVes Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Tremblements de Terre, Histoire et Archéologie, 2-4 novembre 1983, Centre de recherches archéologiques CNRS, Sophia-Antipolis, Valbonne, 9-37.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Péchoux P.-Y. (1984d) - Comment repérer les effets sismiques dans les paysages méditerranéens. Actes des IVes Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Tremblements de Terre, Histoire et Archéologie, 2-4 novembre 1983, Centre de recherches archéologiques CNRS, Sophia-Antipolis, Valbonne, 39-62.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Péchou, P.-Y. (1984e) - La sismicité vécue par les sociétés antiques : du phénomène naturel intégré à l’Histoire à l’événement fictif. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 499, 56-68.

Dufaure J.-J. (1984a) - Pierre Birot l’éveilleur (1909-1984). Historiens & Géographes, 300, 1151-1155.

Dufaure J.-J. (1984b) - Distribution des mouvements de terrain dans un espace méditerranéen instable (Péloponnèse, Grèce). In Flageollet J.-C. (dir.), Colloque de Caen sur les mouvements de terrain, Orléans, Documents du BRGM, 83, 507-516.

Dufaure J.-J. (1984c) - Types de relations entre morphogenèse et néotectonique dans les régions côtières de l’arc égéen, Livret-guide de l’excursion de la commission des milieux physiques méditerranéens, Paris, CNFG, 40 p.

Dufaure J.-J., Bomer B., Guérémy P., Lhénaff R., Neboit-Guilhot R., Péchoux P.-Y. (1984) - Hommage à Pierre Birot. – La mobilité des paysages méditerranéens, Toulouse, Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, Travaux II, 387 p.

Dufaure J.-J. (1985a) - Plans, pédiments et cônes rocheux du Péloponnèse. In Cônes rocheux et aplanissements partiels sur roches carbonatées cohérentes, Mémoires et Documents de Géographie, Paris, Éditions du CNRS, 73-99.

Dufaure J.-J. (1985b) - Héritages géomorphologiques et paléoenvironnements du Quaternaire moyen méditerranéen. Paris, 16 novembre 1985. Physio-Géo, 14-15, 1-2.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Péchoux P.-Y. (1985) - Modèles morphodynamiques du Quaternaire moyen grec : contrôle tectonique et environnement. Physio-Géo, 14-15, 149-167.

Dufaure J.-J. (1986a) - Lettre d’Information n° 1, Groupe Français de Géomorphologie, Paris, 12 p.

Dufaure J.-J. (1986b) - Résultats de l’enquête préliminaire à l’Assemblée du 25 janvier 1986. Lettre d’Information n° 1, GFG, Paris, 11-12.

Dufaure J.-J. (1986c) - Les héritages du Quaternaire moyen méditerranéen dans leur cadre régional. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 63 (1,), 47-57.

Dufaure J.-J. (1986d) - Lettre d’Information n° 2, Groupe Français de Géomorphologie, Paris, 16 p.

Dufaure J.-J. (1986e) - État de l’annuaire des géomorphologues français. Groupe Français de Géomorphologie. Lettre d’Information n° 2, Paris, 2-6.

Dufaure J.-J., Beaudet G., Lhénaff R. (1986) - Héritages géomorphologiques et paléoenvironnements du Quaternaire moyen méditerranéen. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 63 (1), 3-6.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Péchoux P.-Y. (1987) - Ports antiques et lignes de rivage égéennes. Actes du colloque Déplacements des lignes de rivage en Méditerranée d’après les données de l’archéologie, Aix-en-Provence, 5-7 septembre 1985. Paris, Éditions du CNRS, 137-154.

Dufaure J.-J. (1988) - Géomorphologie structurale et mise en évidence des mouvements verticaux. Physio-Géo, 18, 3-8.

Dufaure J.-J., Bossuyt D., Rasse M. (1988) - Déformations quaternaires et morphogenèse de l’Apennin central adriatique. Physio-Géo, 18, 9-46.

Dufaure J.-J., Fouache É. (1988) - La variabilité des crises d’âge historique le long des vallées d’Elide (ouest du Péloponnèse). Actes de la table-ronde de Poitiers, 4-5 décembre 1987, Géomorphologie et dynamique des bassins-versants élémentaires en région méditerranéenne, Centre Interuniversitaire d’Études Méditerranéennes, 12, 259-278.

Bousquet B., Dufaure J.-J., Neboit R. (1988) - Formes héritées et dynamique actuelle dans deux bassins versants élémentaires de la vallée du Sinni (Lucanie). Actes de la table-ronde de Poitiers, 4-5 décembre 1987, Géomorphologie et dynamique des bassins-versants élémentaires en région méditerranéenne, Centre Interuniversitaire d’Études Méditerranéennes, 12, 162-178.

Neboit R., Bousquet, B., Dufaure J.-J. (1988) - Données naturelles et données historiques comme facteurs d’évolution des bassins fluviaux en Italie du Sud (Capitanate et Lucanie orientale). Actes de la table-ronde de Poitiers, 4-5 décembre 1987, Géomorphologie et dynamique des bassins-versants élémentaires en région méditerranéenne, Centre Interuniversitaire d’Études Méditerranéennes, 12, 279-295.

Dufaure J.-J. (1989a) - Second International Conference on Geomorphology, Frankfurt 1989. Recent advances in French Geomorphology / La recherche française récente en géomorphologie. Paris, Groupe Français de Géomorphologie, 185 p.

Dufaure J.-J. (1989b) - Géologie régionale de la Grèce, de Volker Jacobshagen. Annales de Géographie, 545, 108-109.

Dufaure J.-J. (1989c) - Mobilité des rivages méditerranéens : dynamique littorale et archéologie. Annales de Géographie, 549, 589-590.

Dufaure J.-J., Bossuyt D., Rasse M. (1989) - Critères géomorphologiques de néotectonique verticale dans l’Apennin central adriatique. Bulletin AFEQ, 3, 151-160.

Dufaure J.-J. (1991a) - Rythmes d’évolution des formes d’accumulation et de creusement en milieux tempérés. Physio-Géo, 22-23, 3-6.

Dufaure J.-J. (1991b) - Lettre d’Information n° 10, Groupe Français de Géomorphologie, Paris, 16 p.

Dufaure J.-J., Fouache É. (1991) - Le fleuve Pénée et la plaine d’Élide : une erreur de Strabon ? Pour une solution géomorphologique du problème. Symposium sur l’Élide et l’Achaie antiques, Athènes, mai 1989. Meletimata, 13, 293-303.

Dufaure J.-J. (1992) - Quelques réalités physiques balkaniques et égéennes. Historiens & Géographes, 337, 63-87.

Dufaure J.-J. (1993) - Piémonts et instabilité quaternaire : le Péloponnèse (Grèce). Mélanges Pierre Gabert, Caen, Centre de Géomorphologie, 59-66.

Dufaure J.-J., Dumas B., (1993) - Geomorphology in France. In Walker H.J., Grabau W.E. (Eds) : The evolution of Geomorphology. John Wiley & Sons, 157-170.

Dufaure J.-J. (1994) - La recherche française en géomorphologie. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 71 (4), 414-421.

Dufaure J.-J. (1995) - Comprendre la diversité des paysages de socle, de Alain Godard, Jean-Jacques Lagasquie et Yannick Lageat, Compte rendu de lecture. Annales de Géographie, 583, 314.

Doukellis P.N., Dufaure J.-J., Fouache É. (1995) - Le contexte géomorphologique et historique de l’aqueduc de Nicopolis. Bulletin de Correspondance Hellénique, 119, 209-233.

https://www.persee.fr/doc/bch_0007-4217_1995_num_119_1_1647

Dufaure J.-J. (1996) - À propos des piémonts, cuvettes et fossés de la chaîne ibérique orientale et méridionale vus par Étienne Moissenet. Annales de Géographie, 587, 3-31.

Léra P., Prendi F., Touchais G. avec la coll. de Denèfle M., Dufaure J.-J., Fouache É., Hansen J. et Martinez S. (1996) - Sovjan (Albanie). Bulletin de Correspondance Hellénique, 120, 995-1026 (voir aussi Iliria, 26, pp. 225-272).

https://www.persee.fr/doc/bch_0007-4217_1996_num_120_2_7038

Dufaure J.-J. (1997) - Un géosystème cénozoïque. Les monts Ibériques occidentaux, de Bertrand Lemartinel. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 3 (2), 189-190.

https://www.persee.fr/doc/morfo_1266-5304_1997_num_3_2_917

Dufaure J.-J. (1999) - L’évolution des modelés et des paysages de la plaine de Drama et de ses bordures au cours de l’Holocène (Macédoine orientale, Grèce), de Laurent Lespez, Compte rendu de lecture. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 5 (1), 85-90.

https://www.persee.fr/doc/morfo_1266-5304_1999_num_5_1_978

Dufaure J.-J., Fouache É., Denèfle M. (1999) - Tectonique et évolution géomorphologique : l’exemple du bassin de Korçë (Albanie). Géomorphologie : relief, processus, environnement, 5 (2), 111-128.

https://www.persee.fr/doc/morfo_1266-5304_1999_num_5_2_982

Dufaure J.-J. (2000) - L’alluvionnement historique en Grèce centrale et au Péloponnèse. Géomorphologie, Archéologie, Histoire, de Éric Fouache, Compte rendu de lecture. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 6 (2), 141-144.

https://www.persee.fr/doc/morfo_1266-5304_2000_num_6_2_1055

Denèfle M., Lézine A.-M. avec la coll. de Fouache É. et Dufaure J.-J. (2000) - A 12 000 Year Pollen Record from Lake Maliq, Albania. Quaternary Research, 54, 423-432.

Fouache É., Faivre S., Dufaure J.-J., Kovacic V., Tassaux, F. (2000) - New observations on the evolution of the Croatian shoreline between Poreç and Zadar over the past 2 000 years. Zeitschrift für Geomorphologie, N.F., Suppl.-Bd. 122, 33-46.

Fouache É., Dufaure, J.-J., Denèfle M., Lézine A.-M., Léra P., Prendi F., Touchais G. (2001) - Man and Environment around from Lake Maliq (southern Albania) during the Late Holocene. Vegetation History and Archaeobotany, 10, 79-86.

Dufaure J.-J. (2002) - La géomorphologie structurale revisitée, de Jean-Pierre Peulvast et Jean-René Vanney, Compte rendu de lecture. Annales de Géographie, 625, 335-336.

https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_2002_num_111_625_2094

Dufaure J.-J. (2003) - Regards sur les bassins intramontagnards sud-balkaniques. Morphogenèse, milieux, sociétés. Collection EDYTEM, Cahiers de Géographie, 1, 49-60.

Dufaure J.-J. (2003) - Mégagéomorphologie et changement de paradigme, de Jean-Pierre Peulvast et Jean-René Vanney, Compte rendu de lecture. Annales de Géographie, 632, 447.

https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_2003_num_112_632_960

Dufaure J.-J. (2003) - Le sud du Massif Central (France). Implications morphogénétiques de l’activation d’une marge passive, de Christian Giusti, Compte rendu de lecture. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 9 (3), 201-202.

https://www.persee.fr/doc/morfo_1266-5304_2003_num_9_3_1182

Dufaure J.-J. (2004) - The Mediterranean World. Environment and History. Ed. É. Fouache, Compte rendu de lecture. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 10 (2), 169-171.

https://www.persee.fr/doc/morfo_1266-5304_2004_num_10_2_1214

Fouache É., Faivre S., Dufaure J.-J., Kovačić V., Tassaux F., Tronche P. (2005) - Moskra razina u rimsko doba na području Istre (Sea level in Roman times in Istria). Vjesnik arheolološkog muzeja u Zagrebu (VAMZ), 3.s., XXXVII, 173-190.

Fouache É., Faivre S., Gluščević S., Kovačić V., Tassaux F., Dufaure J.-J. (2005) - Evolution of the Croatian shore line between Poreč and Split over the past 2 000 years. Archaeologia Maritima Mediterranea, 2, 115-134.

Dufaure J.-J. (2005) - Reliefs et tectonique récente, de Bernard Delcaillau, Compte rendu de lecture. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 11 (1), 75-76.

https://journals.openedition.org/geomorphologie/264

Dufaure J.-J. (2006) - Le pays Dogon au Mali, une région du Sahel. Revue de la Société de Géographie de Toulouse, 286, 41-53.

Dufaure J.-J. (2007a) - 10 000 ans d’évolution des paysages en Adriatique et en Méditerranée orientale (Géomorphologie, Paléoenvironnements, Histoire), de Éric Fouache, Compte rendu de lecture. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 13 (1), 99-100.

https://journals.openedition.org/geomorphologie/693

Dufaure J.-J. (2007b) - L’analyse des formes structurales revisitée. Relations entre érosion différentielle, aplanissements et tectonique continentale. Géomorphologie : relief, processus, environnement, 13 (2), 159-176.

https://journals.openedition.org/geomorphologie/1182

Fouache É., Faivre S., Dufaure J.-J., Ghilardi M., Kovačić V., Carré M.-B., Tassaux F. (2011) - 5 000 ans d’évolution relative du niveau marin en Istrie : qu’en est-il à l’époque romaine ? In Carré M.-B., Kovačić V. et Tassaux F. (Eds) : L’Istrie et la mer. La côte du Parentin dans l’Antiquité, 69-88.

Autres références citées dans l’article

Beaudet G. (1976) - Colloque sur les cônes rocheux et les aplanissements partiels sur roches carbonatées cohérentes. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 437-438, 259-288.

Beaudet G. (1985) - Cônes rocheux et aplanissements partiels sur roches carbonatées cohérentes. Mémoires et Documents de Géographie, Paris, Éditions du CNRS, 247 p.

Beaudet G., Coque R., Michel P., Rognon P. (1981) - Reliefs cuirassés et évolution géomorphologique des régions orientales du Mali. 1 : La région du Tilemsi et la vallée du Niger de Taoussa à Gao ; 2 : Le Gourma et le Plateau de Bandiagara, son contact avec le Macina. Zeitschrift für Geomorphologie N.F., Suppl.-Bd. 38, 38-62 et 63-85.

Benedetti L.C., Finkel R., Papanastassiou D., King G.C.P., Armijo R., Ryerson F.J., Farber D.L., Flerit F. (2002) - Postglacial slip history of the Sparta fault (Greece) determined by 36Cl cosmogenic dating : Evidence for non-periodic earthquakes. Geophysical Research Letters, 29, 8, 87/1-4

https://doi.org/10.1029/2001GL014510

Bertrand G. (1968) - Paysage et géographie physique globale. Esquisse méthodologique. Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, n° 39/3, 249-272.

Bertrand G. (1978) - La géographie physique contre nature ? Hérodote, 12, 77-96.

Bertrand G. (1982) - Construire la géographie physique. Hérodote, 26, 90-116.

Birot P. (1955) - Les méthodes de la morphologie. Paris, PUF, collection Orbis, 177 p.

Birot P. (1958a) - Morphologie structurale. Paris, PUF, collection Orbis, 2 vol. , viii + 463 p.

Birot P. (1958b) - Le site de Delphes. Bulletin de l’Association de Géographes Français, 271-272, 2-6.

https://www.persee.fr/doc/bagf_0004-5322_1958_num_35_271_7554

Birot P. (1965) - Les formations végétales du globe. Paris, SEDES, 508 p.

Birot P. (1966) - Le relief calcaire. Paris, Centre de documentation universitaire (CDU), Les Cours de Sorbonne, Géographie, 238 p.

Birot P. (1970) - Les régions naturelles du globe. Paris, Masson, 380 p.

Birot P. (1971) - Les vallées en Méditerranée, d’après C. Vita-Finzi. Annales de Géographie, 437, 97-98.

Birot P., Dresch J. (1953) - La Méditerranée et le Moyen-Orient. 1., La Méditerranée occidentale, géographie physique et humaine : Péninsule Ibérique, Italie, Afrique du Nord. Paris, PUF, collection Orbis, viii + 551 p. (2e éd., avec P. Gabert, 1964).

Birot P., Dresch J. (1956) - La Méditerranée et le Moyen-Orient. 2., La Méditerranée orientale et le Moyen-Orient : les Balkans, l’Asie Mineure, le Moyen-Orient. Paris, PUF, collection Orbis, vii + 526 p.

Brunet R. (1979) - Répertoire des géographes francophones. 1-France, Paris, Laboratoire INTERGEO CNRS, 297 p.

Bull W.B. (2007) - Tectonic Geomorphology of Mountains. A new approach to paleosismology, Malden, Blackwell, 316 p.

Burke K., Gunnell Y. (2008) - The African erosion surface. A continental-scale synthesis of geomorphology, tectonics, and environmental change over the past 180 million years. Memoire 201, Geological Society of America, Boulder.

DOI : 10.1130/2008.1201

Burnouf J. (2014) - Historiographie, attendus épistémologiques et concepts de la géoarchéologie. In Carcaud N. et Arnaud-Fassetta G. (dirs.) : La géoarchéologie française au XXIe siècle, Paris, CNRS Éditions, 9-12.

Calvet M. (2016) - Néotectonique et sismotectonique : la formation et l’évolution des reliefs. In : Dynamiques quaternaires des paysages tempérés et méditerranéens, Université de Perpignan Via Domitia, cours de Master 2 Quaternaire et Préhistoire (non publié).

Calvet M., Gunnell Y., Laumonier B. (2021) - Denudation history and palaeogeography of the Pyrenees and their peripheral basins : an 84-million-year geomorphological perspective. Earth-Science Reviews, 215, 103436

DOI : 10.1016/j.earscirev.2020.103436

Comentale B. (1997) - Le Matese (Apennin méridional). Évolution d’une montagne méditerranéenne récente, Thèse de Doctorat, Université Paris-Sorbonne, 393 p.

Comentale B. (1999) - Néotectonique et réseau hydrographique : l’exemple du Matese (Apennin campanien septentrional, Italie). Géomorphologie : relief, processus, environnement, 5 (4), 359-373.

https://www.persee.fr/doc/morfo_1266-5304_1999_num_5_4_999

Comentale B. (2010) - Le massif du Taburno-Camposauro, une montagne calcaire en position de charnière à l’échelle de l’Apennin méridional (Italie du Sud). Physio-Géo, 4, 7-42. https://journals.openedition.org/physio-geo/1090

Comentale B. (2020) - Jean-Jacques Dufaure (1932-2020). Physio-Géo, 15, 1. https://journals.openedition.org/physio-geo/10922

Centre du Patrimoine Mondial / World Heritage Center (1989) - Falaise de Bandiagara (pays dogon) », Paris, Unesco : https://whc.unesco.org/fr/list/516/

Daveau S. (1959) - Recherches morphologiques sur la région de Bandiagara, Dakar, Mémoires de l’IFAN, 56, 120 p.

Faugères L. (1987) - Le premier Congrès international de géomorphologie de Manchester. Renaissance ou reconnaissance de la géomorphologie ? Annales de Géographie, 534, 186-203.

https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1987_num_96_534_20598

Fouache É. (1994) - Recherches sur l’alluvionnement historique en Grèce (Épire, Acarnanie, Péloponnèse) : géomorphologie et géographie historique. Thèse de Doctorat, Université Paris-Sorbonne (voir le Supplément n° 35 du Bulletin de Correspondance Hellénique, 1999, École française d’Athènes, Paris, de Boccard, 235 p.).

Fouache É. (2001) - Dynamiques holocènes continentales et littorales et variations de la ligne de rivage de l’Adriatique au sud de la Turquie, Volume III du dossier d’HDR, Université Paris-Sorbonne (voir : « 10 000 ans d’évolution des paysages en Adriatique et Méditerranée orientale. Géomorphologie, Paléoenvironnements, Histoire », Lyon, Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2006, n° 45, 223 p. + V h.-t.).

Fouache É., Rasse M. (2009) - Archaeology, geoarchaeology and geomorphosites management : towards a typology of geoarchaeosites. In : Reynard E., Coratza P. et Regolini-Bissig G. (dirs.) : Geomorphosites, Munich, Pfeil, 213-223.

Fouache É., Touchais G., Oberweiler C., Léra P., Desruelles S., Coussot C., Magny M., Lézine A.-M. (2014) - Sovjan et le lac Maliq en Albanie. Un site protohistorique dans son environnement ». In : Carcaud N. et Arnaud-Fassetta G. (dirs.),La géoarchéologie française au XXIe siècle, Paris, CNRS Éditions, 237-246.

Gallais J. (1965) - Le paysan dogon (République du Mali). Cahiers d’Outre-Mer, 70, 123-143.

https://www.persee.fr/doc/caoum_0373-5834_1965_num_18_70_2381

Gallais J. (1975) - Pasteurs et paysans du Gourma. La condition sahélienne, Paris, CNRS, Travaux du CEGET, 239 p.

Galochet M. (2020) - Un siècle de géographie française et d’histoire du Comité national, de 1920 à nos jours, Paris, CNFG, 300 p.

Garnier A., Lespez L. (2019) - Fluvial system dynamics of Sudano-Sahelian Zone during the Late Holocene. The Yamé River (Dogon Country, Mali). Geomorphology, 340, 32-52.

DOI : 10.1016/j.geomorph.2019.04.018

Giusti C., Calvet M., Le Cœur Ch. (2015) - La géographie physique des années 1970 en France, entre occasions manquées et essais non transformés ? Bulletin de l’Association de Géographes Français, 92 (1), 49-66.

DOI : 10.4000/bagf.427

Glangeaud L. (1959) - Cours de géodynamique interne. Notes revues par le professeur, Paris, Bibliothèque centrale du Muséum national d’Histoire naturelle.

Goguel J. (1965) - Traité de tectonique, Paris, Masson, 457 p.

Gosseaume E. (1987) - Morphologie du bassin de l’Arno, Thèse de Doctorat, Université Paris-X-Nanterre, 468 p.

Gould S.J. (1990) - Aux racines du temps. Mythe et métaphore dans la découverte du Temps géologique, Paris, Grasset, 346 p.

Grove A.T., Rackham O. (2003) - The Nature of Mediterranean Europe. An Ecological History, New Haven, Yale University Press, 384 p.

Guilcher A. (1988) - XXXVe Chronique océanographique. Norois, 137, 126.

Habib P. (1994) - Aspects géotechniques de l’accident du nouveau port de Nice. Revue Française de Géotechnique, 66 (1), 3-15.

Huysecom É. (2002) - Palaeoenvironment and human population in Western Africa : an international research project in Mali. Antiquity, 76, 335-336.

Huysecom É., Ozainne S., Raelli F., Ballouche A., Rasse M., Stokes S. (2004) - Ounjougou (Mali) : A history of Holocene settlement at the Southern edge of Sahara. Antiquity, 78, 579-593.

Joly F. (1978) - La géographie n’est-elle qu’une science humaine ? Hérodote, 12, 129-159.

Keller E.A., Pinter N. (2002) - Active Tectonics. Earthquakes, Uplift and Landscape, Upper Saddle River (New Jersey), Prentice Hall, 362 p.

Knafou R., Hagnerelle M. (2007) - Faire évoluer les concours : l’exemple de l’agrégation de géographie », Éducation et formations, 76, 35-42.

Le Drézen Y., Garnier A., Ballouche A., Lespez L., Pediaditaki Nalbant A. (2014) - Dix ans de recherches géoarchéologiques au Pays dogon (Mali, Afrique de l’Ouest). Focus sur des méthodologies récentes adaptées aux milieux fluvio-palustres africains. In Carcaud N. et Arnaud-Fassetta G. (dirs.) : La géoarchéologie française au XXIe siècle, Paris, CNRS Éditions, 29-42.

Lespez L. (1999) - L’évolution des modelés et des paysages de la plaine de Drama et de ses bordures au cours de l’Holocène (Macédoine orientale, Grèce), Thèse de Doctorat, Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand II, xvi + 539 p.

Lespez L. (2012) - Les temps de l’environnement et des paysages des systèmes fluviaux au cours de l’Holocène. Normandie, Grèce, Mali. Environnement et Société. HDR, Université de Caen.

Lespez L., Rasse M., Le Drezen Y., Tribolo C., Huysecom É., Ballouche A. (2008) - Hydromorphologic evolution of the Yame Valley (Dogon district, Mali) : climatic change and fluvial response in West Africa between 50 and 4 ka BP . Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 14 (3), 170-185.

Masi A., Francke A., Pepe C., Thienemann M., Wagner B., Sadori L. (2018) - Vegetation history and paleoclimate at Lake Dojran (FYROM/Greece) during the Late Glacial and Holocene. Climate of the Past, 14 (3), 351-367.

DOI : 10.5194/cp-14-351-2018

Mercier J.-L. (1966) - Étude géologique des zones internes des Hellénides en Macédoine centrale (Grèce), Thèse d’État, Université de Paris.

Mercier J.-L., Vergely P. (1992) - Tectonique, Paris, Dunod, 214 p.

Neboit R. (2010) - L’homme et l’érosion, Clermont-Ferrand, Presses de l’Université Blaise-Pascal, 350 p. (1ère éd., 1983 ; 2e éd., 1991).

Neboit-Guilhot R., Dumas B. (1999) - Hommage à Jean-Jacques Dufaure. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 5 (2), 98-100.

https://www.persee.fr/doc/morfo_1266-5304_1999_num_5_2_980

Péchoux P.-Y. (1984) - Séismes, histoire, archéologie et géographie de la Méditerranée à Antibes. Méditerranée, 51, 135-136.

https://www.persee.fr/doc/medit_0025-8296_1984_num_51_1_2246

Philip H., Bousquet J.-C., Masson F. (2007) - Séismes et risques sismiques. Approche sismotectonique, Paris, Dunod, 352 p.

Philippson A. (1892) - Der Peloponnes. Versuch einer Landeskunde auf geologische Grundlage. Nach Ergebnissen eigener Reisen. Berlin, R. Friedländer & Sohn, 1892. En français, voir « La tectonique de l’Égéide (Grèce, mer Égée, Asie mineure occidentale) », Annales de Géographie, 1898, 32, 112-141.

https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1898_num_718101

Rasse M. (1994) - L’Apennin ombrien : morphogenèse d’une montagne récente, Thèse de Doctorat, Université Paris-Sorbonne, 538 p.

Rasse M., Soriano S., Tribolo C., Stokes S., Huysecom É. (2004) - La séquence Pléistocène supérieur d’Ounjougou (Pays Dogon, Mali). Quaternaire, 15, 329-341.

Rasse M., Ballouche A., Huysecom É., Le Drézen Y., Neumann K., Ozainne S., Tribolo C. (2006) - Évolution géomorphologique, enregistrements sédimentaires et dynamiques paléoenvironnementales holocènes à Ounjougou (Plateau Dogon, Mali). Quaternaire, 17, 61-74.

Rasse M., Tribolo C., Soriano S., Huysecom É. (2012) - Premières données chronostratigraphiques sur les formations pléistocènes de la « falaise » de Bandiagara (Mali, Afrique de l’Ouest). Quaternaire, 23 (1), 5-23.

DOI : 10.4000/quaternaire.6163

Retaillé D. (1999) - Jean Gallais (1926-1998). Annales de Géographie, 605, 90-95.

https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1999_num_108_605_21772

Reynard E. (2005) - Géomorphosites et paysages. Géomorphologie : Relief, Processus, Environnement, 11 (3), 181-188.

DOI : 10.4000/geomorphologie.338

Reynard E., Giusti C. (2018) - The landscape and cultural value of geoheritage. In Reynard E. et Brilha J. (Eds.) : Geoheritage : Assessment, Protection, and Management. Amsterdam, Elsevier, 147-166.

Sahal A., Lemahieu A. (2011) - The 1979 Nice airport tsunami : mapping of the flood in Antibes. Natural Hazards, 56 (3), 833-840.

DOI : 10.1007/s11069-010-9594-6

Stiros S.C., Psimoulis P., Pitharouli S. (2007) - Geodetic constraints to the kinematics of the Kaparelli fault, reactivated during the 1981, Gulf of Corinth earthquakes. Tectonophysics, 440 (1-4), 105-119.

DOI : 10.1016/j.tecto.2007.02.006

Tardy Y., Roquin C. (1998) - Dérive des continents, paléoclimats et altérations tropicales, Orléans, Éditions BRGM, 473 p.

Thibaud B. (2005) - Le pays dogon au Mali : de l’enclavement à l’ouverture ?, Espaces, Populations, Sociétés, 1, 45-56.

https://journals.openedition.org/eps/2688

Tricart J. (1982) - À propos des processus morphogéniques, Annales de Géographie, 503, 135-140.

Unesco (2019) - Plan d’urgence pour les communautés des Falaises de Bandiagara au Mali, https://whc.unesco.org/fr/actualites/2023/ (consulté le 30 octobre 2021).

Unesco (2020) - L’UNESCO et l’ALIPH vont réhabiliter le bien du patrimoine mondial de Bandiagara au Mali et soutenir les communautés touchées par le conflit, https://whc.unesco.org/fr/actualites/2141/ (consulté le 30 octobre 2021).

Vita-Finzi C. (1969) - The Mediterranean Valleys. Geological Changes in Historical Times, Londres, Cambridge University Press, 140 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le soleil se lève sur la Provence calcaire. Fig. 1 – The sun rises over Limestone Provence.
Légende Cliché pris de Tourtour (à l’ouest de Draguignan) en direction de Garéoult. Vue générale sur les Plans de Provence avec le chaînon de la Ste-Baume, et, dans le lointain, le sommet bien éclairé du Coudon (au nord de Toulon). Photo CG du 9 avril 2019.Photo taken from Tourtour (west of Draguignan) towards Garéoult. General view of the Plans de Provence with the Ste-Baume ridge, and the well-lit summit of Coudon (north of Toulon) in the distance. Photo CG, April 9, 2019.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 2 – Carte extraite de : Contacts entre Provence cristalline, Provence calcaire et Préalpes du Sud (de Draguignan aux gorges de la Siagne), BAGF, 1958, n° 278-279, p. 78.Fig. 2 – Map originated from: Contacts between Crystalline Provence, Limestone Provence, and the Southern Pre-Alps (from Draguignan to the Gorges de la Siagne), BAGF, 1958, n° 278-279, p. 78.
Légende Légende complète / Extensive legend : https://www.persee.fr/​doc/​bagf_0004-5322_1958_num_35_278_7584
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Fig. 3 – Carte sommaire des principales manifestations de la Néotectonique dans le Péloponnèse, Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique, 1965, (2), 7-3, p. 237.Fig. 3 – Schematic map of the main manifestations of Neotectonics in the Peloponnese, Revue de Géographie physique et de Géologie dynamique, 1965, (2), 7-3, p. 237.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Fig. 4 – « Quelques coupes dans le Péloponnèse ». In: P. Birot (1966), p. 175.Fig. 4 – « Some sections in the Peloponnese ». In : P. Birot (1966), p. 175.
Légende En haut, deux exemples de versants de Richter ; au centre, surface karstifiée barrée au pied du Mont Ziria ; en bas, voûte anticlinale avec champs de dolines dans le centre du Péloponnèse.Above, two examples of Richter slopes; middle, karstified enclosed surface (karst barré type) at the base of Mount Ziria; below, anticline vault with sinkhole fields in the centre of the Peloponnese.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig. 5 – Minute de la carte géologique du Péloponnèse (Dufaure, 1975, 1977b).Fig. 5 – Field sheet of the geological map of the Peloponnese (Dufaure, 1975, 1977b).
Légende Centre de Clignancourt, Paris. Photo CG du 12 octobre 2012.Clignancourt Building, Paris. Photo CG, October 12, 2012.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Fig. 6 – Comité National Français de Géographie – Commission du Patrimoine géomorphologique, Paris, Institut de Géographie, salle 304. Photo CG du 8 décembre 2012. Fig. 6 – French National Geography Committee – Geomorphological Heritage Commission, Paris, Institute of Geography, Room 304. Photo CG, December 8, 2012.
Légende De dos, Dominique Sellier, fondateur de la commission, qui masque François Bétard. Dans l’assistance figurent notamment, par rang et de gauche à droite : Bruno Comentale, Jean-Jacques Dufaure, Martine Ambert, Claire Portal ; Robert Moutard, Henri Rougier, Alain Gillet, Mohamed Taabni, Fabien Hobléa, Philippe Tanchou ; Alexandre Poiraud, Nathalie Cayla.Dominique Sellier, founder of the commission, which hides François Bétard. In attendance, by rank and from left to right: Bruno Comentale, Jean-Jacques Dufaure, Martine Ambert, Claire Portal; Robert Moutard, Henri Rougier, Alain Gillet, Mohamed Taabni, Fabien Hobléa, Philippe Tanchou; Alexandre Poiraud, Nathalie Cayla.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 7 – Les Alpes du Sud, l’embouchure du Var et le littoral urbanisé du cap Ferrat au cap d’Antibes. Fig. 7 – The Southern Alps, the Var outlet, and the urbanized coastline from Cap Ferrat to Cap d'Antibes.
Légende 7A, « Impacts et cadre naturel sur le delta du Var » (Dufaure, 1982, pp. 151-152).1. Collines conglomératiques (ancienne zone deltaïque pliocène soulevée) ; 2. Terrasse du Quaternaire Moyen ; 3. Terrasse du Quaternaire Récent ; 4. Lit d’inondation actuellement protégé par des digues ; 5. Zone de progradation deltaïque sous-marine ; 6. Front sous-marin du delta (à ravines ?) ; 7. Ancien tracé de la côte (relativement stable dans les conditions naturelles) ; 8. Front d’urbanisation dense. Les flèches 1 et 2 matérialisent approximativement les directions ancienne et moderne du jet fluvial en période de crue ; S.L. : site du noyau d’habitat ancien de Saint-Laurent-du-Var. Les travaux du port sont figurés d’après la dernière couverture aérienne IGN de 1977. – 7B, panache sédimentaire du Var dans la Baie des Anges après un « coup de mauvais temps » d’automne, photo CG du 7 novembre 2016.7A, “Impacts and natural setting on the Var delta” (Dufaure, 1982, pp. 151-152).1. Conglomerate hills (former Pliocene deltaic zone raised); 2. Middle Quaternary Terrace; 3. Terrace of the Recent Quaternary; 4. Flood bed currently protected by levees; 5. Submarine deltaic progradation zone; 6. Submarine front of the delta (with gullies?); 7. Ancient line of the coast (relatively stable under natural conditions); 8. Dense urbanization front. Arrows 1 and 2 roughly represent the ancient and modern directions of the river jet in times of flooding; S.L .: site of the ancient settlement nucleus of Saint-Laurent-du-Var. The works of the harbour are shown after the last IGN aerial coverage of 1977. – 7B, sedimentary plume of the Var in the Baie des Anges after a short period of autumnal bad weather, photo CG of November 7, 2016.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Fig. 8 – Les principaux aplanissements partiels sur calcaires du Péloponnèse (Dufaure, 1985a).Fig. 8 – The main partial planation surfaces on limestones of the Peloponnese (Dufaure, 1985a).
Légende 1. Modelés de pénéplaines. La trame plissée calcaire est reconnaissable ; 2. Plans calcaires parfaits, d’origine karstique (Miocène supérieur ?) ; 3. Aplanissements de piedmont, pédiments et embayments fini-miocènes ; 4. Retouches pliocènes (abrasion marine) et quaternaire (glacis de piedmont) des aplanissements fini-miocènes ; 5. Banquettes de piedmont et embayments villafranchiens, en continuité avec 9 ; 6. Inselberge ; 7. Principaux massifs calcaires (formes structurales dans les Nappes calcaires superposées) ; 8. Épandages à blocs quartzitiques des surfaces messéniennes ; 9. Tables et corniches de poudingues villafranchiens (parties construites des piedmonts 5) ; 10. Reliefs de dissection en roche non calcaire ; 11. Limons actuels et historiques ; 12. Poljés ; 13. Cônes rocheux ; 14. Principaux escarpements de faille pliocènes et quaternaires ; 15. Front de charriage.1. Modelé of peneplains. The limestone folded pattern is recognizable; 2. Perfect limestone planes, of karst origin (Upper Miocene?); 3. Planation surfaces of piedmont, pediments and embayments of terminal Miocene age; 4. Pliocene (marine abrasion) and Quaternary (piedmont glacis) retouching of terminal Miocene plane levels; 5. Piedmont benches and embayments of Villafranchian age, in continuity with 9; 6. Inselberge; 7. Main limestone massifs (structural landforms in superimposed calcareous Nappes); 8. Quartzite block spreading upon Messenian surfaces; 9. Plateaux and corniches built in Villafranchian poudingues (accumulation parts of piedmont benches 5); 10. Dissection landforms developed in non-limestone rock; 11. Actual and historical silts; 12. Poljés; 13. Rock cones; 14. Main fault scarps of Pliocene and Quaternary age; 15. Front of nappes thrust.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig. 9 – Les glacis de piedmont de la région de Minab (contact Makran-Zagros, sud-est de l’Iran).Fig. 9 – The piedmont glacis of the Minab area (Makran-Zagros contact zone, south-eastern Iran).
Légende 9A, Vue cavalière des glacis de piedmont du Makran, établis sur l’anticlinal de Minab (Dufaure, 1978, fig. 4, p. 103) ; 9B, Activité récente du chevauchement frontal du pli de Minab, au nord de Minab (Dufaure, 1978, fig. 8, p. 110) ; 9C, Photo du chevauchement frontal (Dufaure, 1977), avec, à gauche (ouest), éventail détritique du Pléistocène Moyen chevauché à l’est par l’anticlinal de Minab (Mio-Pliocène ? Série marno-gréseuse du Zagros), activement dilacéré par les oueds qui répondent à la composante verticale de la compression. Le pli avait été arasé par des glacis de piedmont en fonction du grand accident chevauchant du Koh-e-Zendan (Makran) plus à l’est (Fig. 9A).9A, Bird’s eye perspective of the Makran piedmont glacis, developed across the Minab anticline (Dufaure, 1978, fig. 4, p. 103); 9B, Recent activity of the frontal overlap of the Minab fold, north of Minab (Dufaure, 1978, fig. 8, p. 110); 9C, Photo of the frontal overlap (Dufaure, 1977): to the left (W), a Middle Pleistocene detrital fan is overthrust eastward by the Minab anticline (Miocene to Pliocene? Marls and sandstones Zagros series), and strongly dissected by wadis in response to the related vertical uplift. Further along its strike to the east (Koh-e-Zandan thrust, Makran, Fig. 9A), this same fold has been bevelled by pediments cutting back from the piedmont.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 10 – Piémonts égéens dans la péninsule hellénique (Bousquet et al., 1984a, Fig. 1, p. 366).Fig. 10 - Aegean Piedmonts in the Hellenic Peninsula (Bousquet et al., 1984a, Fig. 1, p. 366).
Légende 1. Piémont persistant (hérité ou récurrent) ; 2. Piémont transformé ; 3. Plaine de niveau de base ; 4. Front de chevauchement ; 5. Faille.1. Persistent Piedmont (inherited or recurrent); 2. Transformed Piedmont; 3. Grand base-level plain; 4. Overthrust front; 5. Fault.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Fig. 11 – Du scarplet à l’escarpement de Kaparelli (Béotie, Grèce).Fig. 11 – The Kaparelli scarplet and escarpment (Voiotia, Greece).
Légende 11A, Le scarplet dû au séisme de mars 1981 : « ressaut de faille en roche meuble avec une dénivellation de 60 à 80 cm, tranchant un matériel rocheux clair d’âge néogène, sous un voile de colluvions rougeâtres affectés d’une légère pédogenèse. Chaume et jachère labourée aux premiers plans ; Phrygana et boisement de chênes kermès aux seconds plans » (Bousquet et al., 1984d, fig. 3, p. 61 ; photo JJD, 4 septembre 1983, in Dufaure, 2007, Fig. 1, modifiée Calvet, 2016) ; 11B, une autre vue de l’escarpement de Kaparelli (photo MC, 1984) ; 11C-D, le miroir de la faille de Kaparelli (ibid.), la bande claire à la base marquant le rejeu lors du séisme de 1981 (ici 1 m), et la flèche jaune indiquant la trace du muret de pierres sèches qui venait s’adosser à la paroi (Calvet, 2016) (voir aussi Fig. 14, infra).11A, The scarplet due to the March 1981 earthquake: “small fault scarp in soft rock, high of 60 to 80 cm, cutting through a light beige rocky material of Neogene age, under a veil of reddish colluvium affected by a slight pedogenesis (brown soil). Thatch and ploughed fallow in the foreground; Phrygana and afforestation of Kermes oaks in the background ” (Bousquet et al., 1984d, fig. 3, p. 61; photo JJD, September 4, 1983, in Dufaure, 2007, Fig. 1, modified Calvet, 2016); 11B, another view of the Kaparelli escarpment (photo MC, 1984); 11C-D, the mirror of the Kaparelli fault (ibid.), with a light metric band at the base marking the coseismic activity during the 1981 earthquake, and the yellow arrows indicating the trace of the dry stone wall close to the cliff before the 1981 earthquake (Calvet, 2016) (also see Fig. 14 below).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 12 – Escarpements de ligne de faille, escarpements composites, escarpements de faille (Péloponnèse, Grèce).Fig. 12 – Fault line scarps, polygenetic fault scarps, fault scarps (Peloponnese, Greece).
Légende 12A, Exemples pris dans le bourrelet corinthien du Péloponnèse (Dufaure et al., 1984, fig. 20, p. 47) ; 12B, La ligne de miroirs de l’escarpement de faille du Taÿgète (photo JJD, in Dufaure, 2007, fig. 6B) ; 12C-D, L’escarpement de faille du Taÿgète au-dessus de la plaine de Sparte (photo MC, in Calvet, 2016 ; voir aussi Dufaure, 2007, fig. 6D).12A, Examples taken from the Corinthian rim of the Peloponnese (Dufaure et al., 1984, fig. 20, p. 47); 12B, The line of mirrors along the Taÿgète fault escarpment (photo JJD, in Dufaure, 2007, fig. 6B); 12C-D, The Taÿgète fault escarpment above the plain of Sparta (photo MC, in Calvet, 2016; see also Dufaure, 2007, fig. 6D).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 13 – Un exemple de fossé balkanique : le bassin de Korçë, Albanie (Dufaure et al., 1999).Fig. 13 - A Balkan graben example : the Korçë basin, Albania (Dufaure et al., 1999).
Légende 13A, Vue cavalière de l’escarpement de Korçë entre Mborja et Drenova (ibid., fig. 4, p. 118) ; 13B, Croquis de la faille de Korçë près de Drénova (ibid., fig. 3, p. 117) ; 13C, La bordure occidentale de la plaine au nord de Maliq (ibid., fig. 5, p. 119).13A, Bird’s eye perspective view of the Korçë escarpment between Mborja and Drenova (ibid., Fig. 4, p. 118); 13B, Sketch of the Korçë fault near Drénova (ibid., Fig. 3, p. 117); 13C, The western edge of the plain north of Maliq (ibid., Fig. 5, p. 119).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 14 – Des terrains partagés, une collaboration féconde.Fig. 14 – Shared field studies, fruitful collaboration.
Légende 14A, Un miroir calcaire à rejeu sismique, selon Pierre-Yves Péchoux (Dufaure et al., 1984, fig. 21, p. 48) ; 14B, Effets géomorphologiques d’un séisme en milieu méditerranéen, selon Bernard Bousquet (ibid., fig. 74, p. 286-287).14A, A limestone mirror with seismic replay, according to Pierre-Yves Péchoux (Dufaure et al., 1984, fig. 21, p. 48); 14B, Geomorphological effects of an earthquake in the Mediterranean environment, according to Bernard Bousquet (ibid., fig. 74, p. 286-287).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 15 – Archéologie et géomorphologie en Péloponnèse.Fig. 15 – Archaeology and geomorphology in the Peloponnese.
Légende 15A, Un géomorphotype holocène : la Terrasse d’Olympie (Dufaure, 1976b, fig. 1, p. 87). 15B, Vestiges de Pheia (plage d’Ayios Andreas, Katakolon, Élide) (Bousquet et al., 1987, fig. 5, p. 145).15A, A Holocene geomorphotype : The Terrace of Olympia (Dufaure, 1976b, fig. 1, p. 87). 15B, Vestiges of Pheia (Ayios Andreas beach, Katakolon, Élide) (Bousquet et al., 1987, fig. 5, p. 145).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 16 – Les sites de Phéia et d’Olympie revisités.Fig. 16 – The sites of Pheia and Olympia revisited.
Légende 16A, Carte et coupe du site d’Olympie au site même (Fouache, 2006, fig. 24, p. 47).16B, Carte géomorphologique du site de Phéia (ibid., fig. 109, p. 157).16A, Map and section of the site of Olympia at the site itself (Fouache, 2006, fig. 24, p. 47).16B, Geomorphological map of the site of Pheia (ibid., fig. 109, p. 157).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 17 – Sur l’île de Pag, littoral dalmate, Croatie.Fig. 17 – On the island of Pag, Dalmatian coast, Croatia.
Crédits Photo Raymonde Dufaure, juillet 1999.Photo Raymonde Dufaure, July 1999.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 18 – Jean-Jacques Dufaure et le Groupe français de Géomorphologie.Fig. 18 – Jean-Jacques Dufaure and the French Group of Geomorphology.
Légende De gauche à droite et de haut en bas : 18A, la création du GFG, Lettre d’Information n° 1, p. 5 (Dufaure, 1986a) ; 18B, le premier Forum national de Géomorphologie, Lettre d’Information n° 4 (1987) ; 18C, la recherche française récente en géomorphologie (1991) ; 18D, le dernier éditorial, Lettre d’Information n° 10, p. 1 (1991).From top, then left to right : 18A, the creation of the GFG, Newsletter n° 1, p. 5 (Dufaure, 1986a) ; 18B, the first National Geomorphology Forum, Newsletter n° 4 (1987) ; 18C, Recent Advances in French Geomorphology (1991) ; 18D, the latest editorial, Newsletter n° 10, p. 1 (1991).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 19 – Le pays Dogon au Mali : une région du Sahel (Dufaure, 2006).Fig. 19 – The Dogon country in Mali : a region of the Sahel (Dufaure, 2006).
Légende 19A, Du fleuve Niger aux Monts de Hombori, Gourma (image de la base du patrimoine mondial UNESCO, Earthstar Geographics, ESRI). M : Mopti ; B : Bandiagara ; Y : Yawa (le cadre blanc correspond au secteur de la carte incluse). 19B, Le plateau de Bandiagara au cœur du pays Dogon (légende d’après Dufaure, 2006 ; carte d’après Lespez et al., 2008). 1. Plateures gréseuses et leurs rebords ; 2. Restes de cuirasses latéritiques ; 3. Diaclases dans les grès ; 4. Escarpement de la « falaise » ; 5. Restes des glacis supérieurs d’âge pléistocène ; 6. Ensemble des formations limono-sableuses indifférenciées d’âge pléistocène couvrant le plateau ; 7. Mini-talus entre le Séno et la gouttière du pied de la « falaise » ; 8. Sables du Séno aménagés en dunes d’âge « Ogolien » (c’est-à-dire anciennes d’environ 12000 ans en 2000) ; 9. Cours des oueds et position des villages.19A, From the Niger River to the Hombori Mountains, Gourma (image from the UNESCO World Heritage database, Earthstar Geographics, ESRI). M : Mopti ; B : Bandiagara ; Y : Yawa (the white frame corresponds to the area of the included map). 19B, The Bandiagara plateau in the heart of Dogon country (legend after Dufaure, 2006 ; map after Lespez et al., 2008). 1. Sandstone plateures and their edges ; 2. Remains of lateritic crusts ; 3. Diaclases in sandstones ; 4. Escarpment of the “cliff” ; 5. Remains of the upper glacis of the Pleistocene age ; 6. Set of undifferentiated Pleistocene-age sandy-loam formations covering the plateau ; 7. Mini-slope between the Séno and the gutter at the foot of the “cliff” ; 8. Sands of Séno developed into "Ogolian" age dunes (i.e. around 12,000 years old in 2000) ; 9. Course of the wadis and position of the villages.
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 20 – Un paysage culturel : les « falaises » de Bandiagara en Pays Dogon (Mali).Fig. 20 – A cultural landscape : the “cliffs” of Bandiagara, Land of the Dogon (Mali).
Légende 20A, vue panoramique (photo Markus Stöcklin, 27 décembre 2007) ; 20B, vestiges des anciens habitats Tellem au-dessus d’un village Dogon abandonné (photo Ferdinand Reus, 12 mars 2006) ; 20C, cascades éphémères après la première pluie au début de l’hivernage (photo Oliver Wald, 1er mai 2014).20A, panoramic view (photo Markus Stöcklin, December 27, 2007) ; 20B, remains of ancient Tellem settlements above an abandoned Dogon village (photo Ferdinand Reus, March 12, 2006) ; 20C, ephemeral waterfalls after the first rain at the start of the wintering season (photo Oliver Wald, May 1, 2014).
URL http://journals.openedition.org/geomorphologie/docannexe/image/16057/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Giusti, Bruno Comentale, Éric Fouache, Laurent Lespez, Michel Rasse, Jean-Pierre Peulvast, Marc Calvet et Marie-Françoise André, « Un géomorphologue lettré : Jean-Jacques DUFAURE (1932-2020) - De la néotectonique à la géoarchéologie et à la géomorphologie humaine », Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 27 - n° 4 | 2021, 297-325.

Référence électronique

Christian Giusti, Bruno Comentale, Éric Fouache, Laurent Lespez, Michel Rasse, Jean-Pierre Peulvast, Marc Calvet et Marie-Françoise André, « Un géomorphologue lettré : Jean-Jacques DUFAURE (1932-2020) - De la néotectonique à la géoarchéologie et à la géomorphologie humaine », Géomorphologie : relief, processus, environnement [En ligne], vol. 27 - n° 4 | 2021, mis en ligne le 21 décembre 2021, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/geomorphologie/16057 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geomorphologie.16057

Haut de page

Auteurs

Christian Giusti

LGP UMR 8591 CNRS – Sorbonne Université, 191 rue Saint-Jacques, 75005, Paris, France

Articles du même auteur

Bruno Comentale

LETG UMR 6554 CNRS – Université de Nantes, Institut de Géographie, chemin de la Censive du Tertre, 44300, Nantes, France

Éric Fouache

IUF – UR Médiations, Sorbonne Université, 191 rue Saint-Jacques, 75005, Paris, France

Articles du même auteur

Laurent Lespez

LGP UMR 8591 CNRS – Université Paris-Est-Créteil, 60 avenue du Général-de-Gaulle, 94000, Créteil, France

Articles du même auteur

Michel Rasse

Archéorient UMR 5133 CNRS – Université de Lyon-Lumière, 86 rue Pasteur, 69007, Lyon, France

Articles du même auteur

Jean-Pierre Peulvast

Sorbonne Université, 191 rue Saint-Jacques, 75005, Paris, France

Articles du même auteur

Marc Calvet

HNHP UMR 7194 CNRS – Université de Perpignan Via Domitia, 52 avenue Paul-Alduy, 66860, Perpignan, France

Articles du même auteur

Marie-Françoise André

GEOLAB UMR 6042 CNRS – Université Clermont Auvergne, 4 rue Ledru, 63000, Clermont-Ferrand, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Groupe français de géomorphologie

Haut de page
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Groupe français de géomorphologie
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search